Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Ian Col­­ler, Arab France. Islam and the Making of Modern Europe (1798‑1831)

Flo­­rence Renucci
p. 192-193
Référence(s) :

Ian Col­­ler, Arab France. Islam and the Making of Modern Europe (1798‑1831), Berkeley-­Los Angeles-­London, University of California Press, 2011, ISBN 9780520260658, 19,87 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1L’ouvrage de Ian Col­­ler s’inter­­roge sur la consti­­tution d’une commu­­nauté ou d’une iden­­tité « arabe » en France dans une période de bou­­le­­ver­­se­­ment natio­­nal et inter­­na­­tional (1798‑1831). D’emblée le lec­­teur compren­­dra que le sujet et la méthode peuvent sus­­ci­­ter le débat car ils s’ins­­crivent dans une perspec­­tive répan­­due outre Atlan­­tique, mais contes­­tée en France. Il se situe en effet dans une contro­­verse qui a tra­­versé l’his­­to­­rio­­gra­­phie contem­­po­­raine inté­­res­­sée à la per­­ti­­nence et aux limites d’une approche basée, par exemple, sur l’ori­­gine eth­­nique ou le genre. Si elle n’est pas tou­­jours per­­ti­­nente pour comprendre la société fran­­çaise, cette méthode a l’avan­­tage d’en déconstruire les repères tra­­di­­tion­­nels et de faire émer­­ger des logiques ou des réa­­li­­tés jusque-­là peu per­­cep­­tibles.

2Dans cette perspec­­tive, l’ori­­gi­­na­­lité du pro­­pos de Ian Col­­ler est d’avoir exhumé l’his­­toire d’une « France arabe » contem­­po­­raine qui n’est pas uni­­que­­ment asso­­ciée à la colo­­ni­­sa­­tion au Maghreb, appor­­tant ainsi de nou­­veaux élé­­ments au débat sur la nature des rap­­ports entre Orient et Occi­­dent (déve­­loppé notam­­ment par Edward Saïd ou Bernard Lewis). L’ouvrage débute en 1798 au moment où le Direc­­toire envoie ses géné­­raux en Égypte, tan­­dis que la même année le Moyen Orient et l’Afrique du Nord entrent dans une phase de tran­­si­­tion vers la moder­­nité. Il prend fin juste après la conquête de l’Algérie. La métho­­do­­lo­­gie rete­­nue croise la des­­crip­­tion de par­­cours indi­­vi­­duels d’hommes et de femmes de milieux divers (des inconnus ou des per­­son­­nages célèbres comme le géné­­ral Yacoub ou encore l’inter­­prète Pha­­raon) avec les trans­­for­­ma­­tions poli­­tiques fran­­çaises, voire euro­­péennes. L’auteur appré­­hende donc ces par­­cours – qui consti­­tuent le cœur de l’ouvrage – à la fois à tra­­vers l’his­­toire poli­­tique, l’his­­toire diplo­­ma­­tique et l’his­­toire des repré­­sen­­ta­­tions.

3Qui sont ces hommes et ces femmes et pour­­quoi sont-­ils défi­­nis comme « Arabes » ? Le groupe qu’ils forment est très hété­­ro­­gène. Leur prin­­ci­­pal point commun est l’uti­­li­­sation de la langue arabe qui serait donc le sou­­bas­­se­­ment de leur iden­­tité. Cette iden­­tité est conçue comme un mou­­ve­­ment dyna­­mique, en construc­­tion, résul­­tat « of a multiplicity of choices, of asso­­cia­­tions, and of re­actions to external condi­­tions sometimes conducive and sometimes coercive » (p. 19). Il s’agit à l’ori­­gine d’indi­­vi­­dus qui sont arri­­vés en France après l’expé­­di­­tion d’Égypte, dans le sillage du géné­­ral Yacoub, avec la volonté d’éla­­bo­­rer un pro­­jet poli­­tique. Ils sont défi­­nis comme la pre­­mière géné­­ra­­tion de cette « France arabe », lar­­ge­­ment implan­­tée à Marseille et sur­­tout à Paris, dans des espaces spé­­ci­­fiques, comme par exemple le « village égyp­­tien ». La construc­­tion de cette iden­­tité se per­­pé­­tue avec la deuxième géné­­ra­­tion, même si ses moti­­vations ne sont pas sem­­blables à celles de ses aînés. Ce mou­­ve­­ment va brus­­que­­ment ces­­ser à la fin des années 1820 et au début des années 1830. La colo­­ni­­sa­­tion en Afrique du Nord et ses consé­­quences sur le sta­­tut des « Arabes », ainsi que la per­­cep­­tion de « l’étran­­ger » comme une caté­­go­­rie à présent en marge de la nation, rendent impos­­sible l’exis­­tence d’une iden­­tité à la fois fran­­çaise et arabe. On entre alors dans une nou­­velle période où l’iden­­tité arabe est for­­mée à par­­tir des repré­­sen­­ta­­tions colo­­niales.

4Ce sujet sus­­ci­­tera sans doute un inté­­rêt notable chez les his­­to­­riens comme chez les his­­to­­riens du droit car, traité sous cet angle, il est quelque peu délaissé. Les spé­­cia­­listes des migra­­tions et de l’exil trou­­veront dans Arab France. Islam and the Making of Modern Europe (1798‑1831) des élé­­ments de compa­­rai­­son avec leurs propres ter­­rains de recherche. Les his­­to­­riens du droit y ver­­ront l’occa­­sion de reve­­nir vers l’étude de l’Égypte contem­­po­­raine car si Jacques Lafon a mis en évi­­dence l’inté­­rêt de ce ter­­ri­­toire pour la compré­­hen­­sion du droit colo­­nial, de nom­­breuses pistes res­­tent encore à explo­­rer. Plus géné­­ra­­le­­ment, plu­­sieurs des élé­­ments évo­­qués par l’auteur ont des réso­­nances dans l’his­­to­­rio­­gra­­phie colo­­niale fran­­çaise, qu’il s’agisse du mythe de la réforme por­­tée par les Fran­­çais, de l’influ­­ence des pays conquis sur les pays conqué­­rants ou de leur uti­­li­­sation comme « labo­­ra­­toire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flo­­rence Renucci, « Ian Col­­ler, Arab France. Islam and the Making of Modern Europe (1798‑1831) », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 192-193.

Référence électronique

Flo­­rence Renucci, « Ian Col­­ler, Arab France. Islam and the Making of Modern Europe (1798‑1831) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 02 août 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12341

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org