Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Pierre Bertoncini, Le spectre de la mémoire de Pas­­cal Paoli. Ter­­ri­­toire, patri­­moine et culture en Corse

Jean-­Clément Martin
p. 193-194
Référence(s) :

Pierre Bertoncini, Le spectre de la mémoire de Pas­­cal Paoli. Ter­­ri­­toire, patri­­moine et culture en Corse, pré­­face de Jean-­Louis Fabiani, Paris, L’Har­­mat­­tan, 2011, 226 p., ISBN 278‑­2-296‑13962‑6, 21,50 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Tout ne concerne pas la période révo­­lu­­tion­­naire dans cet ouvrage qui s’ins­­crit, comme le pré­­fa­­cier le dit, dans une « anthro­­po­­lo­­gie spec­­trale », pour par­­ler de cet essai, écrit par un intel­­lec­­tuel corse, sur la mémoire de l’île, pour décrire le bruit et la fureur qui durent tou­­jours autour des lieux de mémoire corses, à commen­­cer par Ponte Novu, lieu où en 1769 les par­­ti­­sans de Pas­­cal Paoli furent vain­­cus. Le « père de la patrie » allait s’exi­­ler jusqu’en 1790, date à laquelle il revien­­drait pour prendre la tête de l’admi­­nis­­tra­­tion corse dans « l’empire fran­­çais » avant de repar­­tir en exil après l’échec du royaume anglo-­corse et de sa déconsidé­­ra­­tion comme contre-­révolutionnaire. Le cor­­pus de l’étude est constitué par les graf­­fi­­tis « bom­­bés » autour des routes corses depuis trente ans, mar­­queurs de ter­­ri­­toires et de mémoire. Si le plus sou­­vent les rap­­pels à la mémoire de Pas­­cal Paoli demeurent des pré­­textes, l’auteur met en lumière les coïn­­ci­­dences qui sont tou­­jours éta­­blies entre des lieux mythiques (là où Paoli fut élu géné­­ral de la nation corse, là où des Corses furent pen­­dus en 1774) et des évé­­ne­­ments dra­­ma­­tiques concer­­nant des mili­­tants corses du xxe siècle assas­­si­­nés. La mémoire, incom­­pré­­hen­­sible pour tous ceux qui ne connaissent pas les lieux de mémoire liés à Paoli, informe le pay­­sage reven­­di­­ca­­tif actuel, don­­nant tou­­jours du sens, même si la majo­­rité des mes­­sages semblent bien déconnec­­tés du passé. La confu­­sion entre les dimen­­sions poli­­tique, reli­­gieuse, commu­­nau­­taire, sans oublier l’expres­­sion de rejets racistes, est par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment bien mise en valeur dans un texte qui retrace l’expé­­rience de l’auteur au moment du bicen­­te­­naire de la mort de Pas­­cal Paoli en 2007. Alors que « l’his­­toire des vain­­cus » rede­­vient un des argu­­ments jus­­ti­­fiant des entre­­prises ins­­pi­­rées par l’extrême droite en France dans d’autres régions consi­­dé­­rées comme « vic­­times » de la Révo­­lu­­tion, ce livre d’eth­­no­­lo­­gie par­­ti­­cipative est à consi­­dé­­rer comme un exemple de ce qui est à faire paral­­lè­­le­­ment aux enquêtes his­­to­­riques clas­­siques qui entrent, de toute évi­­dence, dans des jeux compli­­qués qu’il vaut mieux connaître pour éven­­tuel­­le­­ment y inter­­ve­­nir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-­Clément Martin, « Pierre Bertoncini, Le spectre de la mémoire de Pas­­cal Paoli. Ter­­ri­­toire, patri­­moine et culture en Corse », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 193-194.

Référence électronique

Jean-­Clément Martin, « Pierre Bertoncini, Le spectre de la mémoire de Pas­­cal Paoli. Ter­­ri­­toire, patri­­moine et culture en Corse », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12344

Haut de page

Auteur

Jean-­Clément Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org