Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Reynald Sécher, Vendée. Du Géno­­cide au mémoricide. Méca­­nique d’un crime légal

Jean-­Clément Martin
p. 194-196
Référence(s) :

Reynald Sécher, Vendée. Du Géno­­cide au mémoricide. Méca­­nique d’un crime légal, Paris, Les Édi­­tions du Cerf, 2011, 444 p., ISBN 978‑­2-204‑09580‑8, 24 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Ce fort volume, très bien illus­­tré, reprend au moment où les débats poli­­tiques se sai­­sissent encore une fois de la reconnais­­sance des géno­­cides et de leur ins­­crip­­tion dans la loi, les thèses défen­­dues par R. Sécher depuis 1985. Plu­­sieurs nova­­tions méritent cepen­­dant d’être sou­­li­­gnées. Le livre est pré­­facé par G.-W. Goldnadel, qui se pré­­sente comme pré­­sident d’Avo­­cats sans fron­­tières, et dont on connaît les inter­­ven­­tions en faveur d’Israël mais aussi les posi­­tions favo­­rables à M. Le Pen, et il est postfacé par H. Piralian, psy­­cha­­na­­lyste, des­­cen­­dante d’Armé­­niens, étu­­diant les consé­­quences du géno­­cide commis par l’État turc, et enfin par S. Cour­­tois, direc­­teur de la col­­lec­­tion, qui a notam­­ment dirigé Le Livre noir du commu­­nisme. Avec un tel entou­­rage, les thèses défen­­dues par Sécher prennent une dimen­­sion plus polé­­mique encore que celles que la publi­­ca­­tion de 1985 pos­­sé­­dait déjà. L’autre nova­­tion vient d’une pré­­sen­­ta­­tion renou­­ve­­lée de la thèse de l’exis­­tence d’un « géno­­cide » en Vendée par l’appui sur des « bouts de papier » que l’auteur aurait in extremis trou­­vés aux Archives natio­­nales et dont cer­­tains sont repro­­duits en fac simile. Il donne même de sa « décou­­verte » une ver­­sion roma­­nesque qui prê­­te­­rait à sou­­rire si les « bouts de papier » n’avaient pas été pour par­­tie déjà publiés dans les Actes du Comité de Salut public par A. Aulard à la fin du xixe siècle et si la lec­­ture des pièces avait été faite cor­­rec­­te­­ment. Que trouve-­­t-on en effet ? La volonté de détruire les bri­­gands et les rebelles incontes­­ta­­ble­­ment, la confir­­ma­­tion des pou­­voirs de Turreau par Carnot en jan­­vier 1794, soit autant de textes connus, déjà dis­­cu­­tés qui montrent comment la répres­­sion des opposants à la Révo­­lu­­tion est menée à ce moment-­là, sans qu’il y ait là l’ordre d’anéan­­tir des « Ven­­déens » en tant que tels. De sur­­croît l’auteur cite in extenso le décret du 1er août 1793 (ce qu’il ne fai­­sait pas aupa­­ra­­vant) et repro­­duit en fac simile le début du décret du 1er octobre, deux textes qui ordonnent l’exter­­mi­­na­­tion des bri­­gands de la Vendée mais ordonnent que les femmes, les enfants, les vieillards et même les hommes sans arme soient pro­­té­­gés et conduits à l’arrière des combats. Comment conci­­lier ces textes cités avec l’allé­­ga­­tion qu’un géno­­cide a été commandé, le lec­­teur devra en dou­­ter, sauf s’il n’est pas sub­­mergé par des frag­­ments de textes décontextualisés et par l’assu­­rance de l’auteur, ce qui est mani­­fes­­te­­ment l’objec­­tif déli­­béré de ce livre.

2Il convient de reve­­nir sur quelques rai­­sons qui s’opposent à qua­­li­­fier de géno­­cide la guerre de Vendée.

  1. La Vendée est née dans la guerre, il n’existe pas d’iden­­tité « ven­­déenne » avant la guerre de 1793, mais éven­­tuel­­le­­ment après 1814 quand « les Ven­­déens » ont été reconnus par la Contre-­Révolution. « La Vendée » n’a jamais eu aucune exis­­tence hors des invo­­ca­­tions polé­­miques, les limites ter­­ri­­toriales dans les­­quelles la répres­­sion devait s’effec­­tuer sont res­­tées impré­­cises.

  2. La logique d’exclu­­sion dans la France révo­­lu­­tion­­naire vise d’innom­­brables opposants, regrou­­pés sous le qua­­li­­fi­­ca­­tif de « bri­­gands », ceci dans l’héri­­tage de la culture de la vio­­lence venue de l’Ancien Régime. Le même terme ser­­vira à cou­­vrir la répres­­sion mili­­taire après 1795‑1796, notam­­ment dans le sud-­est de la France ou en Italie au moment de la cam­­pagne de Bonaparte (pour ne pas envi­­sa­­ger les cam­­pagnes de l’Empire). Il n’y eut aucune spé­­ci­­ficité ni régio­­nale, ni tem­­po­­relle.

  3. Il n’y eut aucune doc­­trine orga­­ni­­sée autour d’un pro­­jet idéo­­lo­­gique d’exter­­mi­­na­­tion des « ven­­déens », alors qu’il y a eu la consti­­tution de caisses des­­ti­­nées à dis­­tri­­buer des secours aux ven­­déens réfu­­giés dans les régions envi­­ron­­nantes. Plus de 10 000 per­­sonnes et sûre­­ment plus du double ont été secou­­rues pen­­dant des années entières, et après même les exé­­cu­­tions de Charette et de Stofflet, par l’État répu­­bli­­cain, sans que l’on puisse pen­­ser que les « réfu­­giés » étaient d’authen­­tiques répu­­bli­­cains, loin de là. Que Sécher et ses pré – et postfaciers ne prennent pas en compte cette réa­­lité bien connue, et notam­­ment depuis la publi­­ca­­tion de la thèse de Guy-­Marie Lenne sur ce sujet, laisse pan­­tois. Si le géno­­cide ven­­déen vient à l’Assem­­blée, il fau­­dra quand même expli­­quer pour­­quoi la Répu­­blique san­­gui­­naire a donné autant d’argent, même en assi­­gnats, à une popu­­la­­tion cen­­sée devoir dis­­pa­­raître.

  4. Aucune orga­­ni­­sa­­tion maté­­rielle sys­­té­­ma­­tique, aucune pla­­ni­­fi­­ca­­tion des tue­­ries ne sont pré­­sentes autour de la Vendée. Rap­­pe­­lons que même les tri­­bu­­naux d’excep­­tion ont res­­pecté les termes de la loi. Il y eut bien des mas­­sacres, des des­­truc­­tions mas­­sives et des atro­­ci­­tés (noyades en par­­ti­­cu­­lier) commises par des groupes mili­­tants ou des troupes pla­­cées sous la res­­pon­­sa­­bi­­lité des repré­­sen­­tants en mis­­sion ou des géné­­raux. Reste que ces actes n’ont été ni sys­­té­­ma­­tiques, ni approu­­vés dura­­ble­­ment par l’ensemble des auto­­ri­­tés répu­­bli­­caines et révo­­lu­­tion­­naires locales, régio­­nales et natio­­nales, avant même d’être désap­­prou­­vés for­­mel­­lement à par­­tir de jan­­vier 1794.

  5. Le silence de la Conven­­tion, du Comité de salut public et de Robespierre dans les mois de l’automne 1793 et de l’hiver 1794, pose ques­­tion. Ces hommes avaient incontes­­ta­­ble­­ment connais­­sance des faits sur­­ve­­nus en Vendée. Ils ont mani­­fes­­te­­ment laissé faire cette guerre pour se libé­­rer de la menace inté­­rieure alors que toute l’Europe combat­­tait la France pour sup­­pri­­mer le régime poli­­tique, tuer ses res­­pon­­sables et punir ses sou­­tiens. Qu’il y ait eu une logique de guerre à mort en 1793‑1794 est une réa­­lité qui concerne les deux camps et qui n’est pas réser­­vée à la stra­­té­­gie révo­­lu­­tion­­naire. Mais il convient cepen­­dant de sou­­li­­gner qu’il n’y a pas de poli­­tique d’État, d’una­­ni­­mité dans la des­­truc­­tion, ni de défi­­ni­­tion des popu­­la­­tions à détruire. Pour se faire l’avo­­cat du diable, si l’on veut trou­­ver une répres­­sion liée à une exis­­tence régio­­nale, pre­­nons en compte la dépor­­ta­­tion des Basques du Labour en 1794.

3Une par­­tie des mas­­sacres et tue­­ries est à comprendre comme des crimes de guerre commis par des indi­­vi­­dus et des groupes mal comman­­dés, mal enca­­drés, leurs chefs ayant leur part de res­­pon­­sa­­bi­­lité dans ces faits. Cette qua­­li­­fi­­ca­­tion est suf­­fi­­sam­­ment grave pour qu’on s’y arrête et qu’on la consi­­dère dans l’his­­toire même de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise pour reconsi­­dérer ce qui est sou­­vent vu comme une guerre mal­­heu­­reuse. Mais il ne fau­­drait pas que des habi­­tudes d’atté­­nua­­tion de la pré­­sen­­ta­­tion des atro­­ci­­tés liées à la guerre de Vendée soient la rai­­son d’une radi­­ca­­li­­sa­­tion émo­­tion­­nelle entraî­­nant à conclure à l’exis­­tence d’un géno­­cide. Comme nous l’écri­­vions ailleurs (La Vendée et la Révo­­lu­­tion), « l’avan­­tage incontes­­table de l’usage de la notion est […] de don­­ner une réponse simple et rapide pour tous les esprits pres­­sés de comprendre le monde en noir et en blanc. » Plus que jamais il est néces­­saire de faire l’his­­toire en refu­­sant le présentisme, la compas­­sion, l’émo­­tion devant les vic­­times et les a priori idéo­­lo­­giques. Mais, aujourd’hui, les enjeux poli­­tiques sont consi­­dé­­rables, immé­­diats et il convient que la commu­­nauté his­­to­­rienne fasse entendre sa voix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-­Clément Martin, « Reynald Sécher, Vendée. Du Géno­­cide au mémoricide. Méca­­nique d’un crime légal », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 194-196.

Référence électronique

Jean-­Clément Martin, « Reynald Sécher, Vendée. Du Géno­­cide au mémoricide. Méca­­nique d’un crime légal », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12347

Haut de page

Auteur

Jean-­Clément Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org