Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Valérie Capdeville, L’Âge d’or des clubs lon­­do­­niens (1730‑1784)

Malcolm Crook
p. 196-197
Référence(s) :

Valérie Capdeville, L’Âge d’or des clubs lon­­do­­niens (1730‑1784), Paris, Honoré Cham­­pion, 2008, 482 p., ISBN 978‑­2-7453‑1618‑9, 96 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Cette étude méti­­cu­­leuse, de la main d’une angli­­ciste, trouve son ori­­gine dans sa thèse sur « une forme de socia­­bi­­lité “véri­­ta­­ble­­ment à l’anglaise” », selon ses propres mots. Peter Clark, his­­to­­rien bri­­tan­­nique des espaces urbains, a esquissé le ter­­rain plus large, et de plus longue durée, dans un livre inti­­tulé British Clubs and Societies, 1500‑1800 : the Origins of an Associational World, Oxford, Oxford University Press, 2000. Valérie Capdeville, par contre, se foca­­lise sur la ville de Londres et les décen­­nies du xviiie siècle qui voient la genèse et l’essor des clubs de gen­­tils­­hommes. Son ter­­mi­­nus en 1784, aux débuts de l’agi­­ta­­tion radi­­cale en Angleterre, est un peu dis­­cu­­table, car Brooks’s, White’s et Boodle’s conti­­nuent d’atti­­rer le beau monde dans l’ère vic­­to­­rienne et ils existent tou­­jours dans le West End de la capi­­tale, autour de Pall Mall et de St James’s. Or ces grands clubs commencent à ouvrir leurs portes pen­­dant les années 1730 et connaissent une forte crois­­sance pen­­dant les cin­­quante ans qui suivent, sur­­tout au cours des années 1760.

2Le livre de Valérie Capdeville, qui est accom­­pa­­gné de copieuses annexes compre­­nant des listes de membres, des règle­­ments et des illus­­tra­­tions (en tout une cin­­quan­­taine de pages), se divise en trois par­­ties et traite d’abord le déve­­lop­­pe­­ment de ces clubs. Leur éta­­blis­­se­­ment repré­­sente un effort de se dis­­tin­­guer des autres lieux de socia­­bi­­lité, notam­­ment les coffee houses, jugés alors trop ouverts, « un lieu de bras­­sage social ». En uti­­li­­sant la célèbre dicho­­to­­mie de Habermas, on serait au contraire tenté de consi­­dé­­rer les clubs lon­­do­­niens comme un espace fermé et privé. Valérie Capdeville, très consciente du schéma habermasien, les classe plu­­tôt à mi-­chemin ; un lieu à la fois d’inté­­gra­­tion et d’exclu­­sion, public aussi bien que domes­­tique. Son idée d’un « troi­­sième espace » pose pour­­tant des pro­­blèmes car l’entrée y est stric­­te­­ment contrô­­lée (un vote parmi les membres et l’uti­­li­­sation du « blackball »). Quelques hommes d’affaires réus­­sissent, peut-­être, « à côtoyer les élites fon­­cières », mais cette espèce de club n’est pas un milieu bour­­geois.

3On passe à la deuxième sec­­tion, consa­­crée à la vie des clubs, leur convivia­­lité et leur rôle comme « l’école de savoir-­vivre ». La conver­­sa­­tion est indis­­pen­­sable à l’édu­­ca­­tion du gent­­le­­man, pour qui la « clubability » repré­­sente une arme sociale de rigueur. L’échange des idées y joue aussi un rôle impor­­tant, sur­­tout au sein de la Society of Dilettanti, du Royal Society Club (patronné par les membres de l’aca­­dé­­mie scien­­ti­­fique), ou au Club fondé par l’homme de lettres renommé, Samuel Johnson, dont les affi­­liés forment une élite intel­­lec­­tuelle aussi bien que sociale. Boire et man­­ger sont aussi essen­­tiels à la socia­­bi­­lité et les loi­­sirs de la table carac­­té­­risent bien ces clubs. Un obser­­va­­teur franco-­italien, Ferri de Saint Constant, dit des Anglais, qu’il n’est « point de plai­­sirs chez eux si l’esto­­mac n’y est pas ». Les rituels du repas se retrouvent au pre­­mier plan, comme les toasts et les céré­­mo­­nies d’ini­­tiation, tan­­dis que le jeu et la spé­­cu­­la­­tion enfièvrent. Valérie Capdeville conclut que dans cette ambiance « il semble jus­­te­­ment que le carac­­tère privé, exclu­­sif, disons même intime du club […] per­­mette (aux Anglais) de dépas­­ser leur réserve et leur mal­­adresse ».

4Dans sa der­­nière sec­­tion, qui est la plus ori­­gi­­nale, l’auteur cri­­tique les clubs comme un reflet « des para­­doxes de la Nation anglaise ». La perspec­­tive des voya­­geurs et les compa­­rai­­sons avec d’autres pays per­­mettent un regard fruc­­tueux sur les spé­­ci­­fici­­tés de son sujet. Ainsi les clubs lon­­do­­niens par­­tagent avec le salon (leur « cou­­sin fran­­çais ») la nature ambi­­va­­lente d’un espace public de socia­­bi­­lité et d’expres­­sion, tou­­jours ancré dans la sphère pri­­vée. Pour­­tant, à la dif­­fé­­rence des salons, les clubs, « vitrine et for­­te­­resse », ne donnent pas d’accès aux femmes. Mal­­gré un manque de poli­­tesse, pro­­duit d’une mas­­cu­­li­­nité pro­­non­­cée, repro­­ché par plu­­sieurs contem­­po­­rains, on écarte la pré­­sence fémi­­nine de ces lieux : « Autant les Fran­­çais se plaisent dans la compa­­gnie des femmes, autant les Anglais la craignent, à moins qu’ils ne soient amou­­reux ». Éga­­le­­ment para­­doxal, une liberté de l’indi­­vidu et de l’asso­­cia­­tion, qui s’exprime en excen­­tri­­cité ou risque de dégé­­né­­rer en licence. La Sublime Society of Beef­­steaks, avec sa devise « Beef and Liberty », qui compte William Hogarth parmi ses adhé­­rents, fait la mer­­veille des visi­­teurs. L’abus de la consom­­ma­­tion d’alcool frappe d’autres témoins, étran­­gers comme bri­­tan­­niques, encore un rude trait qui occa­­sionne par­­fois des rixes. Cepen­­dant, il s’agit de trans­­gres­­sion plu­­tôt que de sédi­­tion.

5Quant à la poli­­tique, elle est cer­­tai­­ne­­ment dis­­cu­­tée dans ces clubs et, au cours des années 1780, la concur­­rence tra­­di­­tion­­nelle entre White’s et Brooks’s’ « se mue en une véri­­table riva­­lité poli­­tique », qui oppose le Tory Pitt et le Whig Charles James Fox. Le débat poli­­tique y a donc lieu, mais au sein d’une élite qui domine alors le par­­le­­ment « non-­réformé » du xviiie siècle. En effet, ils font du par­­le­­ment, qui ne se situe pas loin de St James’s, « le club anglais par excel­­lence ». L’his­­to­­rien de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise doit donc cher­­cher ailleurs l’ori­­gine des fameux clubs révo­­lu­­tion­­naires qui, pour leur part, cherchent à étendre la par­­ti­­cipation à la poli­­tique. On a bien sûr emprunté le mot d’Angleterre, mais c’est plu­­tôt les clubs poli­­tiques créés au cours du xviie siècle et, plus récem­­ment, à l’exemple du « Revolution Club », fondé au cen­­te­­naire de la Glorious Revolution de 1688, qui servent de modèle dans ce cas. Sa trans­­la­­tion en France mérite encore une recherche et Rachel Hammersley, qui nous a si bien ren­­sei­­gnés sur l’influ­­ence du répu­­bli­­ca­­nisme anglais à tra­­vers la Manche, est actuel­­le­­ment en train d’étu­­dier cette ques­­tion.

6Ce que Valérie Capdeville nous donne ici, c’est avant tout une perspec­­tive fas­­ci­­nante et tou­­jours inté­­res­­sante sur une curio­­sité anglaise qui reste dif­­fi­­cile à expli­­quer. À la dif­­fé­­rence des clubs poli­­tiques, ou des loges maçon­­niques, qui sont aussi nées en Grande Bretagne et deviennent éga­­le­­ment un mou­­ve­­ment « trans­­na­­tional » au cours du xviiie siècle, ces clubs de Pall Mall n’ont pas de contre­­par­­ties euro­­péennes. On se demande si l’espèce par­­ti­­cu­­lière de socia­­bi­­lité que ceux-­ci repré­­sentent se retrouve ainsi dans un sen­­ti­­ment ambigu de la liberté « à l’anglaise », où la notion de l’éga­­lité n’occupe pas du tout, ou très peu, de place. En fin de compte, le phé­­no­­mène des clubs lon­­do­­niens peut nous aider à comprendre pour­­quoi l’Angleterre a évité une révo­­lu­­tion au cours des années 1790.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malcolm Crook, « Valérie Capdeville, L’Âge d’or des clubs lon­­do­­niens (1730‑1784) », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 196-197.

Référence électronique

Malcolm Crook, « Valérie Capdeville, L’Âge d’or des clubs lon­­do­­niens (1730‑1784) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 août 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12349

Haut de page

Auteur

Malcolm Crook

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org