Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Philippe Audegean, La Phi­­lo­­sophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir pro­­duire

Sébastien Annen
p. 198-199
Référence(s) :

Philippe Audegean, La Phi­­lo­­sophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir pro­­duire, Paris, Vrin, 2010, 285 p., ISBN 978‑­2-7116‑2303‑7, 23 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Ce tra­­vail est l’utile complé­­ment de la nou­­velle édi­­tion cri­­tique des Délits et des peines / Dei delitti e delle pene (ENS Édi­­tions, 2009, cf. compte rendu dans AHRF, 360, avril-­juin 2010). Sur­­tout, ce livre est issu d’une thèse de phi­­lo­­sophie pré­­parée sous la direc­­tion de Jean-­Fabien Spitz et sou­­te­­nue en 2003 à l’uni­­ver­­sité de Paris 1. La Phi­­lo­­sophie de Beccaria inter­­roge la cohé­­rence des œuvres du Mila­­nais en sou­­le­­vant dès l’intro­­duc­­tion le « pro­­blème Beccaria ». Si tout le monde connaît Des délits et des peines (1764) et si l’on peut comprendre la rédac­­tion des Élé­­ments d’éco­­no­­mie publique (1769‑1770) dans la mesure où Beccaria est nommé pro­­fes­­seur d’éco­­no­­mie en 1768, que viennent donc faire dans ce par­­cours intel­­lec­­tuel les Recherches concer­­nant la nature du style (1770) ?

2Philippe Audegean parie sur la cohé­­rence d’ensemble en insis­­tant plu­­tôt sur la méthode et l’ambi­­tion à la fois théo­­rique et pra­­tique du Mila­­nais. Sa phi­­lo­­sophie est d’abord une méthode cri­­tique des savoirs consti­­tués : le droit pénal, la rhé­­to­­rique et l’éco­­no­­mie deviennent alors trois conti­­nents épis­­té­­mo­­lo­­giques que Beccaria entend re­fonder. La phi­­lo­­sophie s’impose comme l’ins­­tru­­ment des réformes à accom­­plir pour savoir punir, savoir écrire et savoir pro­­duire dans la société qu’il s’agit de faire adve­­nir en ce second xviiie siècle.

3Le pre­­mier cha­­pitre commence par pré­­sen­­ter la concep­­tion beccarienne du contrat social qui emprunte une voie ori­­gi­­nale entre Hobbes et Rous­­seau. Si les hommes ont formé société, ce n’est pas pour répondre à une menace de mort immi­­nente ni par amour de la rai­­son ou de l’inté­­rêt géné­­ral mais par las­­si­­tude, pour pro­­té­­ger leurs inté­­rêts pri­­vés, pour être cer­­tains de jouir enfin de leur liberté en toute tran­­quillité et pour pou­­voir envi­­sa­­ger serei­­ne­­ment un futur pré­­vi­­sible. La société selon Beccaria est donc fon­­dée sur la néces­­sité et l’uti­­lité. Il estime dès lors que savoir punir, savoir écrire et savoir pro­­duire, c’est savoir pen­­ser et agir seule­­ment quand cela s’avère utile et néces­­saire, dans le but d’octroyer le plus de bon­­heur pos­­sible au plus grand nombre, sans jamais retom­­ber dans l’incer­­ti­­tude, la tyran­­nie ou la super­­stition.

4La méthode de Beccaria consiste alors à s’empa­­rer d’un savoir consti­­tué qu’il estime dépassé et inef­­fi­­cace : la vieille légis­­la­­tion fon­­dée sur l’arbi­­traire et sur la ter­­reur, la vieille rhé­­to­­rique fon­­dée sur un pré­­tendu génie lit­­té­­raire et enfin la vieille éco­­no­­mie fon­­dée sur la lutte des inté­­rêts et sur l’intru­­sion de l’État. Chaque savoir est ensuite appré­­hendé comme une équa­­tion mathéma­­tique qui, une fois sim­­pli­­fiée, per­­met d’en iso­­ler le prin­­cipe fon­­da­­men­­tal capable à lui seul de réor­­ga­­ni­­ser ce savoir en garan­­tis­­sant tou­­jours la liberté civile, c’est-­­à-dire en per­­met­­tant aux inté­­rêts par­­ti­­cu­­liers de se déployer le plus pos­­sible en toute tran­­quillité.

5Savoir punir, c’est infli­­ger les moindres maux pos­­sibles en vertu du « prin­­cipe de par­­ci­­mo­­nie puni­­tive » (p. 147). Pour être effi­­caces et légi­­times, les lois doivent être mini­­males, pré­­cises et uni­­ver­­selles. Elles n’ont pas à être inter­­pré­­tées mais stric­­te­­ment appli­­quées par le juge auto­­mate – sans quoi la légis­­la­­tion se trou­­ve­­rait à nou­­veau sou­­mise au règne de l’arbi­­traire et de l’incer­­ti­­tude. La théo­­rie de l’his­­toire de Beccaria le conduit à défendre un pou­­voir qui soit le plus en retrait pos­­sible de la vie des citoyens : ni des­­po­­tique (le vice ne devant pas être encou­­ragé) ni ver­­tueux (la vertu étant un idéal non rai­­son­­nable), le pou­­voir et la légis­­la­­tion doivent être modé­­rés et doux. Savoir écrire revient à être capable de commu­­ni­­quer des idées en pro­­vo­­quant le plus de sen­­sa­­tions sans ver­­ser dans l’ennui ni la satu­­ra­­tion. C’est s’expri­­mer de manière effi­­cace et esthé­­tique – étant entendu que l’utile et le beau s’épaulent pour culti­­ver les sen­­ti­­ments et la rai­­son des hommes afin de contri­­buer au pro­­grès social. Enfin, savoir pro­­duire, c’est par­­ve­­nir à créer la plus grande quan­­tité pos­­sible de tra­­vail utile en déve­­lop­­pant une « tech­­nique de bien-­être géné­­ral » (p. 224). De la même façon que Beccaria refuse l’inter­­ven­­tion­­nisme légis­­la­­tif, il estime que le commerce sera plus déve­­loppé et les inté­­rêts plus prompts à s’entendre pourvu que le pou­­voir renonce à l’inter­­ven­­tion­­nisme éco­­no­­mique. Tou­­jours uti­­li­­ta­­riste, Beccaria s’impose donc comme l’un des pen­­seurs majeurs du libé­­ra­­lisme. Cha­­cune des règles fon­­da­­men­­tales, qui orga­­nisent les savoirs qu’il refonde, se jus­­ti­­fie à la fois par le rai­­son­­ne­­ment et par l’empi­­risme, par les prin­­cipes et par les faits. Philippe Audegean peut ainsi repla­­cer Beccaria dans le cou­­rant des Lumières ita­­liennes réfor­­ma­­trices et enga­­gées dans la vie publique – à l’inverse des Lumières fran­­çaises per­­çues comme révo­­lu­­tion­­naires parce qu’idéa­­listes et peu impli­­quées dans les affaires publiques.

6En décor­­ti­­quant et en réor­­ga­­ni­­sant rai­­son­­na­­ble­­ment ces savoirs anciens pour les régé­­né­­rer, Beccaria entend les rendre appréhendables, compré­­hen­­sibles, évi­­dents et légi­­times. Il les place au centre de l’espace public à dis­­po­­si­­tion de cha­­cun. Sur­­tout, il les sort de l’emprise exer­­cée par les aris­­to­­crates du savoir, ceux qui se pré­­tendent les uniques inter­­prètes de cette langue soi-­disant sacrée du droit et de la rhé­­to­­rique. Au fond, par sa méthode phi­­lo­­sophique, Beccaria réin­­vente le feu pour le redon­­ner aux hommes en per­­met­­tant à cha­­cun de s’empa­­rer du savoir sans dépendre de l’inter­­pré­­ta­­tion d’autrui. Il veut affran­­chir les citoyens de la défé­­rence et les rendre capables de résis­­ter aux tyran­­nies. S’ins­­cri­­vant dans les pas de Michel Foucault et de Roger Chartier, Philippe Audegean peut ainsi décla­­rer que « la phi­­lo­­sophie per­­met de sous­­traire le juge­­ment poli­­tique et l’appré­­cia­­tion esthé­­tique aux ins­­ti­­tutions auto­­ri­­sées et de les livrer au tri­­bu­­nal de l’opi­­nion publique » (p. 254).

7La pro­­blé­­ma­­tique de l’ouvrage per­­met de s’affran­­chir, une fois n’est pas cou­­tume, du magis­­tère exercé par Des délits et des peines – bien que trois cha­­pitres sur cinq soient encore consa­­crés à cet ouvrage, au prix de quelques répé­­titions. On regrette que les nou­­velles thé­­ma­­tiques du style et de l’éco­­no­­mie n’aient droit qu’à un cha­­pitre cha­­cune alors qu’elles auraient cer­­tai­­ne­­ment mérité des déve­­lop­­pe­­ments plus appro­­fon­­dis. On aurait aimé en apprendre plus sur les tech­­niques effi­­caces de commu­­ni­­ca­­tion ainsi que sur le rôle du beau style dans le pro­­grès social. Quant à cer­­tains pas­­sages qui semblent faire de Beccaria l’inven­­teur d’un savoir éco­­no­­mique inédit, ils n’inter­­rogent pas suf­­fi­­sam­­ment la genèse de l’éco­­no­­mie poli­­tique et les rap­­ports entre le libé­­ra­­lisme de Beccaria et le caméralisme en vogue au xviiie siècle. Mal­­gré un style par­­fois inuti­­le­­ment complexe, la thèse de l’ouvrage est véri­­ta­­ble­­ment sti­­mu­­lante. En retrou­­vant le fil rouge métho­­do­­lo­­gique qui unit les écrits de Cesare Beccaria sur le droit, le style et l’éco­­no­­mie, Philippe Audegean éclaire d’un jour nou­­veau la logique réfor­­ma­­trice de celui qu’il n’est désor­­mais plus pos­­sible de réduire à la seule ques­­tion des réformes judi­­ciaires au siècle des Lumières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Annen, « Philippe Audegean, La Phi­­lo­­sophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir pro­­duire », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 198-199.

Référence électronique

Sébastien Annen, « Philippe Audegean, La Phi­­lo­­sophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir pro­­duire », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 19 avril 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12351

Haut de page

Auteur

Sébastien Annen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org