Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Marchamont Needham, De la sou­­ve­­rai­­neté du peuple, et de l’excel­­lence d’un État libre

Marc Belissa
p. 199-201
Référence(s) :

Marchamont Needham, De la sou­­ve­­rai­­neté du peuple, et de l’excel­­lence d’un État libre, tra­­duit de l’anglais et enri­­chi de notes par Théophile Mandar, édi­­tion pré­­sen­­tée et anno­­tée par Raymonde Mon­nier, 2010, 240 p., ISBN 978‑­2-7355‑0727‑6, 45 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Dans la conti­­nuité de ses tra­­vaux sur le répu­­bli­­ca­­nisme pen­­dant la Révo­­lu­­tion fran­­çaise (Raymonde Mon­nier, Répu­­blique, patrio­­tisme et Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Paris, l’Har­­mat­­tan, 2006, compte rendu par Jacques Guilhaumou dans notre revue, 2006 – 345/1, p. 211‑213), Raymonde Mon­nier publie au CTHS la tra­­duc­­tion du traité de Marchamont Needham par Théophile Mandar en 1790, texte qu’elle avait pré­­senté lors du col­­loque Répu­­bli­­ca­­nismes et droit natu­­rel orga­­nisé à Paris VII en juin 2008 (Raymonde Mon­nier, « Needham, Machia­­vel ou Rous­­seau ? Autour de la tra­­duc­­tion par Mandar de The Excellency of a Free State » dans Marc Belissa, Yannick Bosc, Flo­­rence Gauthier (dir.), Répu­­bli­­ca­­nismes et droit natu­­rel. Des Huma­­nistes aux révo­­lu­­tions des droits de l’homme et du citoyen, Paris, Kimé, 2009, p. 119‑134).

2La tra­­duc­­tion du traité de Needham, De l’excel­­lence d’un État libre (1656), est un exemple par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment par­­lant de la manière dont les pro­­ces­­sus de trans­­fert et de récep­­tion des théo­­ries répu­­bli­­caines anglaises et amé­­ri­­caines de la liberté se sont réa­­li­­sés sous la Consti­­tuante. Non seule­­ment Théophile Mandar tra­­duit ce traité (en l’adap­­tant à la manière du siècle), mais il l’accom­­pagne de notes per­­son­­nelles et d’extraits tirés des œuvres de phi­­lo­­sophes des Lumières, et notam­­ment Rous­­seau, Mably, mais aussi Letrosne ou Cerutti. Le tra­­vail de trans­­fert se lit donc à plu­­sieurs niveaux : celui de la tra­­duc­­tion/adap­­ta­­tion, celui de l’actua­­li­­sa­­tion du point de vue de la théo­­rie poli­­tique des Lumières, mais aussi celui de l’actualité de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise elle-­même. Par ce tra­­vail de trans­­fert, Théophile Mandar per­­met l’appro­­pria­­tion d’un texte répu­­bli­­cain « clas­­sique » du xviie siècle anglais par ses contem­­po­­rains de 1790. Les caté­­go­­ries poli­­tiques anglaises sont actua­­li­­sées et commen­­tées pour éclai­­rer celles de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise.

3Théophile Mandar jus­­ti­­fie sa tra­­duc­­tion/adap­­ta­­tion dans l’appen­­dice du tome II de son ouvrage en rap­­pro­­chant les prin­­cipes de Marchamont Needham et ceux de Rous­­seau : « Quelques lec­­teurs, peut-­être, juge­­ront que l’addi­­tion du cha­­pitre I du livre III du Contrat social est abso­­lu­­ment inutile à la suite de la tra­­duc­­tion d’un livre publié sous Cromwell. Mais j’obser­­ve­­rai que c’est la même rai­­son qui m’a déter­­miné à insé­­rer les cha­­pitres VII et VIII du Prince de Nicolas Machia­­vel, à la fin du pre­­mier volume de cet ouvrage, en consi­­dé­­rant que les maximes de ce chef de la poli­­tique des cours ont été sou­­vent adop­­tées par les rois et par leurs man­­da­­taires, qu’il était impor­­tant de mettre en oppo­­si­­tion les pro­­fon­­deurs de la morale et de la doc­­trine des des­­potes en poli­­tique, avec celle sui­­vie par les états libres. Je l’ai donc inséré, afin que nos citoyens, après avoir, sur les ruines d’un gou­­ver­­ne­­ment cor­­rompu, […] régé­­néré toutes les branches de l’admi­­nis­­tra­­tion, […] voient dans leur nais­­sance les pre­­miers prin­­cipes de la liberté. […] J’ai inséré le cha­­pitre sui­­vant, extrait du Contrat social, afin que le lec­­teur puisse faire d’abord la compa­­rai­­son de cette divi­­sion du gou­­ver­­ne­­ment d’un état, en pou­­voir légis­­la­­tif et en pou­­voir exé­­cu­­tif, que Marchamont Needham a, dans le siècle der­­nier, pro­­posé aux légis­­la­­teurs et à ceux qui se livrent à une étude pro­­fonde, sur tout ce qui a quelque rap­­port aux droits pri­­mi­­tifs de l’homme […] ; afin, dis-­je, que le lec­­teur, en ren­­dant hom­­mage au citoyen de Genève, pour la pro­­fon­­deur et la majesté avec les­­quelles il a éta­­bli et prouvé la néces­­sité de cette divi­­sion, puisse en même temps rendre à Marchamont Needham ce tri­­but d’admi­­ra­­tion que les Anglais s’honorent de lui accor­­der ».

4Cette tra­­duc­­tion de Théophile Mandar s’insère dans le cadre du débat sur la nature de la sou­­ve­­rai­­neté et les prin­­cipes du droit poli­­tique qui tra­­verse toute l’époque moderne et bien évi­­dem­­ment le début de la Révo­­lu­­tion. Elle paraît à la fin de 1790, sans doute quelque temps après la publi­­ca­­tion des Réflexions d’Edmund Burke. Les commen­­taires de presse montrent l’inté­­rêt sus­­cité par les écrits des répu­­bli­­cains anglais dans ce « moment », en par­­ti­­cu­­lier après la fuite du roi. Ils sou­­lignent sou­­vent la filia­­tion de Rous­­seau avec le sys­­tème des radi­­caux anglais du siècle pré­­cé­­dent.

5Le traité de Marchamont Needham comporte quatre par­­ties : il expose tout d’abord les prin­­cipes consti­­tution­­nels d’un État libre, puis il répond aux objec­­tions des adver­­saires du gou­­ver­­ne­­ment popu­­laire. Il éta­­blit que tout pou­­voir légi­­time est issu du peuple, et que, quelle que soit la forme du gou­­ver­­ne­­ment, il ne dépend que de sa volonté et de son accord. Enfin, il expose les prin­­cipes d’une stra­­té­­gie pour conser­­ver la liberté.

6Pour illus­­trer sa théo­­rie de la supé­­rio­­rité d’un État libre, c’est-­­à-dire du « gou­­ver­­ne­­ment du peuple éta­­bli dans ses assem­­blées solen­­nelles et suc­­ces­­sives », il puise lar­­ge­­ment dans les exemples his­­to­­riques, et notam­­ment dans l’his­­toire romaine, pour démon­­trer que les hommes ne peuvent jouir de la liberté que dans un État « où la loi émane du peuple ; car le peuple, ou plu­­tôt les citoyens char­­gés de le repré­­sen­­ter, sont les meilleurs gar­­diens de ses droits et de sa liberté » (Raymonde Mon­nier, http://revolution-­francaise.net/2008/07/18/­250-nedham-machiavel-ou-rousseau).

7L’inten­­tion de Théophile Mandar est que sa défense de la théo­­rie répu­­bli­­caine anglaise contri­­bue au débat consti­­tution­­nel en France même, c’est pour­­quoi il adapte le texte aux attentes de ses contem­­po­­rains et aux formes du voca­­bu­­laire poli­­tique d’alors. Raymonde Mon­nier relève ainsi de nom­­breux « glis­­se­­ments signi­­fi­­ca­­tifs » dans la tra­­duc­­tion. Mais sur­­tout, Mandar la sur­­charge de commen­­taires tirés des écrits des phi­­lo­­sophes ; Rous­­seau, Montesquieu, Mably, Condillac, Mirabeau, Raynal et bien d’autres sont abon­­dam­­ment sol­­li­­ci­­tés pour don­­ner une forme plus « ration­­nelle » et moins « his­­to­­rique » à la démons­­tra­­tion de Marchamont Needham. L’intro­­duc­­tion, les notes et les annexes montrent le souci de situer les théo­­ries néo-­romaines (cf. Quentin Skinner) dans le contexte révo­­lu­­tion­­naire, en met­­tant l’accent sur les concepts clés du moment. Une annexe repro­­duit d’ailleurs le texte de la Décla­­ra­­tion des droits et les articles consti­­tution­­nels accep­­tés par le roi en octobre 1789.

8La rhé­­to­­rique de Théophile Mandar par­­ti­­cipe d’une « dyna­­mique de mise en œuvre des droits dans la consti­­tution » (Julien Louvrier, http://ser.hypotheses.org/​93). En sou­­li­­gnant les cor­­res­­pon­­dances entre les théo­­ries anglaises et le Contrat social de Rous­­seau, Théophile Mandar actua­­lise la répu­­blique comme « pro­­gramme » d’action poli­­tique. En appen­­dice, ses Obser­­va­­tions sur l’escla­­vage ins­­crivent la Révo­­lu­­tion et la perspec­­tive de l’abo­­li­­tion de l’escla­­vage dans la chaîne uni­­ver­­selle des révo­­lu­­tions de la liberté.

9Le seul regret que l’on peut avoir par rap­­port à cette pas­­sion­­nante publi­­ca­­tion est son prix fort élevé, mais il s’agit d’une contri­­bu­­tion impor­­tante au débat historiographique sur les trans­­ferts poli­­tiques à l’ori­­gine du (ou des) répu­­bli­­ca­­nisme(s) dans la Révo­­lu­­tion fran­­çaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Belissa, « Marchamont Needham, De la sou­­ve­­rai­­neté du peuple, et de l’excel­­lence d’un État libre », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 199-201.

Référence électronique

Marc Belissa, « Marchamont Needham, De la sou­­ve­­rai­­neté du peuple, et de l’excel­­lence d’un État libre », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12353

Haut de page

Auteur

Marc Belissa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org