Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Itinéraires

Franck Favier, Bernadotte Un maré­­chal d’Empire sur le trône de Suède

An­nie Crépin
p. 201-204
Référence(s) :

Franck Favier, Bernadotte Un maré­­chal d’Empire sur le trône de Suède, pré­­face de Jean Tulard, Paris, Ellipses, 2010, 396 p., ISBN 978‑­2-7298‑6122‑3, 24 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Franck Favier est spé­­cia­­liste de la Suède contem­­po­­raine du pre­­mier Empire fran­­çais auquel le royaume scan­­di­­nave dut un inflé­­chis­­se­­ment mar­­qué du cours de son his­­toire. En 1997, il a sou­­tenu à l’EPHE une thèse, « La Suède entre les grandes puis­­sances, 1800‑1815, ana­­lyse diplo­­ma­­tique ». À par­­tir de ses tra­­vaux qu’il rend ainsi acces­­sibles à un large public, il offre dans le présent ouvrage une syn­­thèse cen­­trée autour du per­­son­­nage de Bernadotte qui se révèle une bio­­gra­­phie très clas­­sique, abon­­dam­­ment docu­­men­­tée, et fon­­dée sur des sources inédites. L’auteur évite les écueils de l’anec­­dote aussi bien que ceux de la légende noire à laquelle pou­­vaient entraî­­ner un tel des­­tin, le carac­­tère de son « héros », ses rap­­ports tour­­men­­tés avec Napo­­léon Bonaparte et leurs lourdes consé­­quences pour la France impé­­riale. Il s’agit d’un por­­trait de « Bernadotte en son temps » qui per­­met à Franck Favier de pré­­ve­­nir les juge­­ments de valeur.

2Un cha­­pitre limi­­naire de ce livre, qui en comporte dix-­sept répar­­tis en trois par­­ties, expli­­cite le pro­­pos essen­­tiel de l’his­­to­­rien. Il est d’ailleurs inti­­tulé signi­­fi­­ca­­ti­­ve­­ment « Le bas­­cu­­le­­ment » et décrit comment son acces­­sion au trône de Suède résulta de l’imbro­­glio diplo­­ma­­tique que repré­­sen­­tait en 1810 la situa­­tion confuse de la nation scan­­di­­nave. La pre­­mière par­­tie de l’ouvrage ana­­lyse les condi­­tions qui ont rendu pos­­sible un tel bas­­cu­­le­­ment, cir­­constances géné­­rales liées à l’his­­toire de la Suède et de la France, cir­­constances par­­ti­­cu­­lières à cher­­cher dans la per­­son­­na­­lité du maré­­chal gas­­con et dans sa tra­­jec­­toire per­­son­­nelle. Les par­­ties sui­­vantes montrent les consé­­quences d’un tel bas­­cu­­le­­ment, d’une part à court terme pour l’his­­toire de l’Empire fran­­çais, d’autre part à moyen et à long terme pour le royaume scan­­di­­nave ; à long terme car Bernadotte fonda une dynas­­tie qui règne encore sur la Suède, fût-­ce actuel­­le­­ment de la manière la plus démo­­cra­­tique et la plus sym­­bo­­lique pos­­sible.

3La pre­­mière par­­tie, « Du sol­­dat de for­­tune au chef de guerre 1763‑1809 », retrace l’ascen­­sion du Béar­­nais pen­­dant les guerres de la Révo­­lu­­tion, ascen­­sion sociale qui avait aupa­­ra­­vant commencé – len­­te­­ment – avec son père. Un pas­­sage dans l’étude d’un pro­­cu­­reur lui donne un goût du léga­­lisme qui ne devait jamais se démen­­tir et explique bien des choix ulté­­rieurs du maré­­chal. Mais, devenu orphe­­lin à l’âge de dix-­sept ans, il « repart de zéro » en s’enga­­geant comme simple sol­­dat au Royal-­Marine en 1780. Non dénué d’ins­­truc­­tion, il est sous-­officier en 1789. À par­­tir de 1792, le sol­­dat de for­­tune devient le sol­­dat de la Révo­­lu­­tion – titre du troi­­sième cha­­pitre – et par­­ti­­cipe à la plu­­part des cam­­pagnes de la période révo­­lu­­tion­­naire et direc­­to­­riale sur les fron­­tières du Nord-­Est. Au cours de 1794, il passe en moins d’un an du grade de chef de bataillon à celui de géné­­ral de divi­­sion ; pro­­mo­­tion due à ses qua­­li­­tés d’entraî­­neur d’hommes et de fin tac­­ti­­cien. Par son gou­­ver­­ne­­ment de Maëstricht, il entame comme beau­­coup de ses cama­­rades une expé­­rience admi­­nis­­tra­­tive qui devait lui être ensuite pré­­cieuse. Poli­­ti­­que­­ment, il appa­­raît prudent. Pour­­tant l’auteur dit quelques pages plus loin qu’il montre un cer­­tain zèle jaco­­bin en 1794 mais, selon lui, par pru­­dence et par néces­­sité. On aurait sou­­haité davan­­tage d’appro­­fon­­dis­­se­­ment sur ce point.

4La cam­­pagne d’Italie où il rejoint Bonaparte voit naître entre les deux hommes un « jeu d’amour-­haine », redou­­blé par l’ini­­mi­­tié que Bernadotte éprouve envers les hommes du pre­­mier cercle, Berthier, Masséna et Augereau, sur­­tout envers le pre­­mier qui le lui rend bien. La poli­­tique entre ainsi dans sa vie selon Franck Favier. Après le coup d’État de Fruc­­ti­­dor auquel il ne par­­ti­­cipe pas et après Campo-­Formio, il est nommé au poste sen­­sible que repré­­sente l’ambas­­sade de Vienne. C’est un échec à pro­­pos duquel l’auteur écrit d’excel­­lentes pages dans les­­quelles il démêle ce qui relève du carac­­tère de Bernadotte et des dif­­fi­­cultés réelles de l’entre­­prise. Après son mariage avec Dési­­rée Clary en 1798, il accède au minis­­tère de la Guerre le 2 juillet 1799 : inexis­­tant sur le plan poli­­tique en 1797, il est devenu indis­­pen­­sable en 1799. C’est à cette occa­­sion que l’his­­to­­rien évoque le néo-­jacobinisme de Bernadotte mais on reste un peu sur sa faim quant aux ori­­gines de cette atti­­tude poli­­tique et on regrette que l’auteur emploie indif­­fé­­rem­­ment le terme de jaco­­bins et celui de néo-­jacobins (et l’appel­­la­­tion de député ter­­ro­­riste pour Sergent, p. 95). Par ailleurs la loi Jourdan méri­­tait une for­­mu­­la­­tion plus nuan­­cée que celle d’avoir été « impo­­sée par Jourdan » (p. 88), d’autant que celui-­ci n’en est pas le seul auteur, même si elle est indé­­nia­­ble­­ment d’ins­­pi­­ra­­tion néo-­jacobine. En revanche, l’auteur dresse un excellent tableau de l’action de Bernadotte au minis­­tère où il res­­tera jusqu’au 11 sep­­tembre 1799, féconde tant sur le plan interne – la réor­­ga­­ni­­sa­­tion du minis­­tère – qu’externe – la conduite des armées dans un pays de nou­­veau en guerre. Évincé du minis­­tère, il reste pas­­sif en Bru­­maire, « trop hési­­tant pour contrer le pro­­jet et trop ambi­­tieux pour se subor­­don­­ner » (p. 104).

5Une telle atti­­tude devait gou­­ver­­ner le compor­­te­­ment de Bernadotte pen­­dant les dix années sui­­vantes. Il inquiète d’abord le Consu­­lat car il appa­­raît mêlé aux complots, ne fût-­ce que comme réfé­­rence, mais il se garde de trop se compro­­mettre. Une fois le régime affermi, il se ral­­lie par prag­­ma­­tisme et léga­­lisme. Récom­­pensé en 1804 par le comman­­de­­ment en chef de l’armée du Hanovre et par l’acces­­sion au maré­­cha­­lat, il exerce un véri­­table pro­­consu­­lat au Hanovre, per­­fec­­tion­­nant son expé­­rience admi­­nis­­tra­­tive. Il acquiert ainsi un début de renom­­mée dans les pays scan­­di­­naves. Mais il ne prend part qu’à une seule des grandes batailles de la Grande Armée, Austerlitz. En fait, en rai­­son de son oppo­­si­­tion anté­­rieure, il est tenu « en dehors », il commande des troupes étran­­gères et est tou­­jours uti­­lisé hors de France, comme le dit très fine­­ment l’auteur (p. 128). Après Wagram, il tombe en dis­­grâce et se retire dans son domaine.

6C’est alors que se pro­­duit le bas­­cu­­le­­ment dont les cir­­constances et les consé­­quences sont analysées avec pénétration dans une seconde par­­tie, « Le prince royal de Suède 1810‑1818 », qui est véri­­ta­­ble­­ment le cœur de l’ouvrage. L’his­­to­­rien ana­­lyse le déclin de la Suède qui tourne à l’effon­­dre­­ment lors du règne de l’inco­­hé­­rent Gustave IV Adolphe. Ayant perdu en 1808 la Finlande conquise par les Russes, elle est rui­­née, humi­­liée, réduite à n’être qu’une puis­­sance de second ordre. La catas­­trophe conduit à la mise à l’écart du roi. Mais le nou­­veau roi Charles XIII est malade et le prince héri­­tier meurt subi­­te­­ment en 1809. L’élec­­tion de Bernadotte le 28 août 1810 au titre de prince royal, le fait qu’il l’emporte sur d’autres can­­di­­dats, pour sur­­pre­­nants qu’ils paraissent, s’expliquent par l’indé­­ci­­sion de la Chambre, les combi­­nai­­sons de Napo­­léon, la promp­­ti­­tude de Bernadotte et aussi parce que les Sué­­dois espèrent que ce brillant mili­­taire par­­vien­­dra à reconqué­­rir la Finlande.

7Dans l’his­­toire, il arrive que « la fonc­­tion crée l’organe ». Charles-­Jean – telle est sa nou­­velle appel­­la­­tion – devient sué­­dois de cœur, lui qui ne par­­lera jamais la langue de sa seconde patrie, et en défend les inté­­rêts (et aussi parce qu’il sait que son main­­tien et l’enra­­ci­­ne­­ment de sa dynas­­tie sont à ce prix). « Je ne veux être le pré­­fet, ni le doua­­nier en chef de Napo­­léon », assure-­­t-il (p. 188). Pour le sys­­tème napo­­léo­­nien, l’élec­­tion de Bernadotte pou­­vait être un atout face à la Russie. Par ses mal­­adresses et l’exi­­gence que le blo­­cus soit stric­­te­­ment res­­pecté, Napo­­léon crée un nou­­veau front, alors que Charles-Jean sou­­hai­­tait res­­ter en bons termes avec la France sans rui­­ner son nou­­veau pays. Le prince, devenu régent dès mars 1811 du fait de l’aggra­­va­­tion de la mala­­die du roi, sait se faire accep­­ter grâce à un loya­­lisme à toute épreuve et tente de répa­­rer la perte de la Finlande en s’orien­­tant vers le vieux rêve gustavien du rat­­ta­­che­­ment de la Norvège à la Suède, ce qui ne peut que contre­­car­­rer le Danemark allié de la France. Il tente de sau­­ve­­gar­­der son indé­­pen­­dance en menant un jeu fort complexe – et fort bien étu­­dié par l’auteur – entre l’Angleterre et la Russie. À la fin de 1811, il dési­­rait encore res­­ter neutre et média­­teur entre la Russie et la France. Mais par l’inva­­sion de la Poméranie sué­­doise en jan­­vier 1812, Napo­­léon jette Charles-­Jean dans les bras de ses enne­­mis, même si celui-­ci sou­­haite encore obte­­nir la Norvège sans entrer en guerre contre la France. Or, cette poli­­tique est sur le point d’échouer au début de 1813. Il lui faut donc gagner la Norvège sur le ter­­rain mili­­taire, c’est-­­à-dire en s’enga­­geant aux côtés de la coa­­li­­tion. Cepen­­dant, ce n’est qu’en septembre-­octobre, devant la méfiance des Alliés, qu’« il fran­­chit le Rubicon », par la confron­­ta­­tion armée directe avec ses anciens compa­­triotes, bien qu’il ne par­­ti­­cipe pas à la cam­­pagne de France. Il éprouve même la ten­­ta­­tion d’entrer dans le jeu poli­­tique fran­­çais à pro­­pos duquel Franck Favier livre d’excel­­lentes pages en notant que les aspects sué­­dois de l’imbro­­glio du prin­­temps 1814 ont été négli­­gés.

8Fina­­le­­ment, Charles-­Jean fait preuve de sa légen­­daire pru­­dence et pré­­fère se consa­­crer à la Norvège obte­­nue par le traité de Kiel de jan­­vier 1814. Il pose ainsi les bases d’une régé­­né­­ra­­tion inté­­rieure et exté­­rieure de la Suède dont l’auteur ana­­lyse les aspects et les pro­­lon­­ge­­ments dans la troi­­sième par­­tie, « Le Roi 1818‑1844 », et qui per­­met à Charles-­Jean d’être défi­­ni­­ti­­ve­­ment adopté. Dès 1815, trois avant son acces­­sion au trône sous le nom de Charles XIV, il appa­­raît comme le réno­­va­­teur de la nation, d’où son atten­­tisme ambigu au moment des Cent-­Jours, Waterloo lui per­­met­­tant de ne pas répondre aux sol­­li­­ci­­ta­­tions de ses alliés.

9Dans les cha­­pitres ultimes, l’auteur ana­­lyse l’œuvre du roi, d’abord dans le domaine diplo­­ma­­tique. Méfiant envers la Sainte-­Alliance et par­­ti­­san d’un rap­­pro­­che­­ment des monar­­chies consti­­tution­­nelles, il devient conser­­va­­teur à par­­tir des années trente et prône une neu­­tra­­lité active et pro-­russe ; par prag­­ma­­tisme (il est convaincu qu’il est impos­­sible de lut­­ter contre la Russie et l’Angleterre) plu­­tôt que par pré­­mo­­ni­­tion de l’ave­­nir, bien que cer­­tains le cré­­ditent d’être le père fon­­da­­teur de la neu­­tra­­lité de la Suède contem­­po­­raine. Il fait preuve du même réa­­lisme en poli­­tique inté­­rieure mais aussi de la même évo­­lu­­tion conser­­va­­trice, bien qu’il décla­­rât ne vou­­loir régner que par les lois et même être « un répu­­bli­­cain sur le trône de Suède ». Or, à par­­tir de 1830, date char­­nière, un inflé­­chis­­se­­ment aris­­to­­cra­­tique et bureau­­cra­­tique se mani­­feste dans sa manière de gou­­ver­­ner quand ce n’est pas une nette ten­­dance à l’auto­­cra­­tie. Mais son inté­­rêt mar­­qué pour l’action éco­­no­­mique ne se dément pas ainsi que la prise en compte du pau­­pé­­risme. Sous son règne se pro­­duit une indé­­niable amé­­lio­­ra­­tion de la situa­­tion éco­­no­­mique. Un cha­­pitre spé­­ci­­fique est consa­­cré à la Norvège. Ses rap­­ports avec elle ont sus­­cité des juge­­ments contra­­dic­­toires à pro­­pos des­­quels Franck Favier se garde bien de tran­­cher, de même qu’il montre dans le der­­nier cha­­pitre la dif­­fi­­culté de dres­­ser un bilan défi­­ni­­tif. Mais, « ce monarque répu­­bli­­cain » réus­­sit, dit-­il, là où Napo­­léon a échoué (p. 365). Si on peut objec­­ter à l’auteur qu’une compa­­rai­­son entre deux nations à l’his­­toire si dis­­sem­­blable est dis­­cu­­table, on ne peut que le suivre quand il montre qu’à la mort de Charles XIV en 1844, le sacre de son fils Oscar se fit dans l’enthou­­siasme géné­­ral, preuve que la légi­­ti­­mité de la dynas­­tie Bernadotte était acquise pour long­­temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

An­nie Crépin, « Franck Favier, Bernadotte Un maré­­chal d’Empire sur le trône de Suède », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 201-204.

Référence électronique

An­nie Crépin, « Franck Favier, Bernadotte Un maré­­chal d’Empire sur le trône de Suède », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 septembre 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12355

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org