Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Itinéraires

Patrice Higonnet, La gloire et l’écha­­faud. Vie et des­­tin de l’archi­­tecte de Marie-­Antoinette

Michel Biard
p. 205-207
Référence(s) :

Patrice Higonnet, La gloire et l’écha­­faud. Vie et des­­tin de l’archi­­tecte de Marie-­Antoinette, Pré­­face de Jean-­Clément Martin, Paris, Ven­­dé­­miaire, 2011, 320 p., ISBN 978‑­2-36358‑006‑1, 20 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Moins connu que Gabriel, Soufflot ou Ledoux, Richard Mi­que est pour­­tant l’un des archi­­tectes majeurs de son temps. Cet homme, que son bio­­graphe appelle joli­­ment le « Salieri de l’archi­­tec­­ture », est nommé pre­­mier archi­­tecte du duché de Lor­­raine et ano­­bli par Stanislas en 1761. Il a alors 33 ans. À la mort de Stanislas en 1766, il rejoint Versailles et y obtient la pro­­tec­­tion tout d’abord de la reine Marie Leszczynska et de sa fille Madame Adélaïde, puis de la dau­­phine Marie-­Antoinette. Après le décès de Louis XV, le sou­­tien de la nou­­velle reine devient encore plus essen­­tiel et, en mars 1775, Mi­que suc­­cède à Gabriel comme pre­­mier archi­­tecte des Bâti­­ments du roi. « Archi­­tecte de l’inti­­mité royale » et l’un des ordon­­na­­teurs des « plai­­sirs » de la reine, il conçoit alors ses œuvres les plus connues, le théâtre de Trianon (1780) et les bâti­­ments qui forment le « Hameau de la reine » (1783‑1785). À la veille de la Révo­­lu­­tion, sa posi­­tion peut être résu­­mée avec ces quelques lignes de Patrice Higonnet : « Sa situa­­tion à Versailles est assu­­rée ; celle de Versailles dans la France des Lumières, moins. Marie-­Antoinette se complut, certes, dans le petit para­­dis rupestre et ver­­saillais qu’elle devait à son archi­­tecte. Pour les Pari­­siens, en revanche, le Hameau et son jar­­din anglo-­chinois furent sur­­tout un sym­­bole de cor­­rup­­tion, d’échec, de détour­­ne­­ment de fonds, de débauche, l’irré­­pa­­rable insulte faite par une étran­­gère à la misère du peuple fran­­çais ».

2À ce stade de son enquête bio­­gra­­phique et presque à mi-­parcours du livre, entre Ancien Régime et Révo­­lu­­tion, Patrice Higonnet insère sou­­dain un cha­­pitre qui déroute au pre­­mier abord par son sta­­tut de cha­­pitre inter­­mé­­diaire, comme si le lec­­teur dévo­­rant son ouvrage devait pas­­ser par une sorte de « trou nor­­mand » (si l’on veut bien me par­­don­­ner cette faci­­lité)… Mais qu’on se ras­­sure, tout finit par s’éclai­­rer et il convient alors de saluer l’auteur pour sa remar­­quable habi­­leté à faire pro­­gres­­ser le récit tout en sem­­blant pour­­tant brouiller les pistes. Ledit cha­­pitre évoque l’étrange « odys­­sée » de Charles François Mougenot, sorte d’aven­­tu­­rier qui usurpe le nom de Mi­que et se pré­­tend le frère de l’archi­­tecte, alors que celui-­ci a péri à l’âge de 17 ans au cours d’un combat naval en 1745. Ce faux frère uti­­lise notam­­ment la répu­­ta­­tion de Richard Mi­que pour faire cir­­cu­­ler des billets de confiance signés de son nom. Les pro­­cé­­dures judi­­ciaires, ouvertes en 1773, abou­­tissent à plu­­sieurs empri­­son­­ne­­ments suc­­ces­­sifs de l’impos­­teur qui finit par être incar­­céré à Bicêtre en 1784. Il meurt en cap­­ti­­vité en 1788 et cette téné­­breuse affaire aurait pu en res­­ter là si la Révo­­lu­­tion n’était pas venue compli­­quer la situa­­tion de Richard Mi­que. On ne sait pas grand-­chose de ce que ce der­­nier peut alors pen­­ser et Patrice Higonnet nous pro­­pose quelques hypo­­thèses, avec tou­­te­­fois une cer­­ti­­tude : tout ser­­vi­­teur de la reine qu’il soit, et à ce titre cible poten­­tielle de la « vin­­dicte popu­­laire », Mi­que ne rejoint pas les rangs de la Contre-­Révolution et n’émigre pas. Bien au contraire, il reste à Paris jusqu’à la fin de 1792, avant de gagner la Bretagne au début de l’année sui­­vante. Or, dès 1790, les enfants de Mougenot, notam­­ment sa fille, l’attaquent en jus­­tice, espé­­rant ainsi récu­­pé­­rer une par­­tie de l’héri­­tage de leur pré­­tendu grand-­père. En soi, l’affaire pour­­rait sem­­bler abso­­lu­­ment inin­­té­­res­­sante, pour­­tant Prudhomme s’en empare et publie dans ses Révo­­lu­­tions de Paris, en jan­­vier 1791, une « dénon­­cia­­tion du sieur Mi­que, inten­­dant, archi­­tecte des Bâti­­ments de la reine, et de ses complices ». Mi­que y devient « un de ces vam­­pires de l’Ancien Régime, engraissé des dila­­pi­­da­­tions du tré­­sor natio­­nal » et « eni­­vré de son opu­­lence », pire un cri­­mi­­nel qui a « assas­­siné son frère ». En février, Marat dénonce à son tour ce per­­son­­nage peu recom­­man­­dable dans L’Ami du peuple. Un pro­­cès de nou­­veau ouvert en 1792, la jus­­tice condamne Richard Mi­que, le 7 jan­­vier 1793, à ver­­ser 50 000 livres aux héri­­tiers de son pré­­tendu frère ! Loin de s’en lais­­ser conter et sûr de son bon droit, plu­­sieurs fois reconnu par la jus­­tice avant 1789, il fait appel. Mal lui en prend, un tri­­bu­­nal confirme la sen­­tence en avril 1793. Ce tri­­bu­­nal ne nie pas que son frère soit bel et bien mort en 1745, mais observe que l’archi­­tecte est res­­pon­­sable de l’incar­­cé­­ra­­tion et de la mort en pri­­son de Mougenot… Selon Patrice Higonnet, le cas de Richard Mi­que peut être ici rap­­pro­­ché de celui d’un roi condamné parce qu’on ne peut « régner inno­­cem­­ment ». Quoi qu’il en soit, les jours de liberté de Richard Mi­que sont désor­­mais comp­­tés.

3En octobre 1793, Georges Verquier, l’un des enfants de Mougenot, le dénonce au comité de sur­­veillance de Saint-­Cloud. Son fils, Simon Mi­que, est arrêté quelques jours plus tard à Versailles et ne peut cacher que Richard réside chez son gendre, en Bretagne. Dans le contexte ter­­rible de cet automne 1793, au cours duquel la tête de Marie-­Antoinette tombe sous le « rasoir natio­­nal », Richard Mi­que est à son tour appré­­hendé à Saint-­Malo. Faut-­il pour autant accu­­ser David, membre du Comité de sûreté géné­­rale, d’avoir juré sa perte, ainsi au pas­­sage que celle d’Hubert Robert ? L’hypo­­thèse s’appuie davan­­tage sur des témoi­­gnages dou­­teux que sur des preuves concrètes, comme c’est sou­­vent le cas pour d’autres situa­­tions du même genre (qu’il me soit ici per­­mis de rap­­pe­­ler le cas de Col­lot d’Herbois, homme de théâtre devenu homme de pou­­voir et par là-­même soup­­çonné d’avoir voulu se ven­­ger des Comédiens-­Français en les expé­­diant eux aussi à la « petite fenêtre »…). Mais, en ce mois d’octobre 1793, aux côtés de Richard Mi­que et de son fils, c’est éga­­le­­ment son gendre qui est arrêté. Or, celui-­ci n’est autre que Perruchot, maire de Saint-­Malo, hier proche des giron­­dins et depuis l’été ayant plaidé comme d’autres un « éga­­re­­ment » pas­­sa­­ger lors de l’épi­­sode « fédé­­ra­­liste ». Au prin­­temps 1794, Le Carpentier, repré­­sen­­tant du peuple en mis­­sion, ordonne le trans­­fert de trente pri­­son­­niers de Port-­Malo vers Paris. Parmi ceux-­ci figure Perruchot qui y est condamné et guillo­­tiné le 3 mes­­si­­dor an II. Richard Mi­que avait été dénoncé à cause du cas Mougenot, il est cette fois asso­­cié au cas Perruchot et cela ne par­­donne guère en cet été où la loi du 22 prai­­rial impose un rythme sou­­tenu à Sanson et à ses aides. Le 19 mes­­si­­dor, Richard et Simon, amal­­ga­­més à trente-­cinq autres déte­­nus, sont à leur tour condam­­nés à mort et aus­­si­­tôt exé­­cu­­tés. Le ci-­devant archi­­tecte favori de la reine n’est pas condamné pour avoir servi un Ancien Régime honni, a for­­tiori pour avoir conçu le « Hameau de la reine », mais pour avoir « comploté lors de son empri­­son­­ne­­ment ».

4La Ter­­reur, écrit Patrice Higonnet, est à ce moment deve­­nue une sorte de « machine folle » et le simple fait de se trou­­ver en pri­­son sup­­pose qu’on puisse être soup­­çonné d’avoir fomenté une « conspi­­ra­­tion des pri­­sons » : « C’est tout bon­­ne­­ment qu’il fal­­lait mettre des noms sur la liste, puisque liste il y avait. Et au point où on en était, un nom en valait un autre ». Le mot « machine » est connoté depuis si long­­temps dans l’his­­to­­rio­­gra­­phie de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise qu’il aurait été pré­­fé­­rable d’en employer un autre, tou­­te­­fois l’essen­­tiel me semble sur­­tout rési­­der dans l’adjec­­tif qui l’accom­­pagne. Dans l’été de l’an II, existe-­­t-il une « folie » sus­­cep­­tible de nous aider à comprendre les logiques (pour oser ici le mot de façon para­­doxale) qui pré­­sident à l’éta­­blis­­se­­ment des listes de condam­­nés à mort ? N’est-­ce pas plu­­tôt une consé­­quence de la loi du 22 prai­­rial, certes assor­­tie d’un sinistre jeu du hasard qui ici retarde l’exa­­men du cas de tel ou tel sus­­pect, là abou­­tit à voir un nom ajouté à une fatale liste ? Or, la ges­­ta­­tion puis l’adop­­tion de la loi de prai­­rial peuvent certes don­­ner lieu à diverses inter­­pré­­ta­­tions, mais ne relèvent pas de la « folie » (de qui ? de quoi ?). Enfin, empri­­sonné depuis octobre 1793, répon­­dant à un grand nombre des cri­­tères sup­­po­­sés à même de défi­­nir les sus­­pects, Richard Mi­que avait-­il une chance d’échap­­per au « vis-­­à-vis de maître Sanson » sitôt qu’il s’agis­­sait de sépa­­rer de manière radi­­cale le « cou­­pable » et le citoyen à réin­­té­­grer parmi les « frères et amis » ? L’inep­­tie de l’histoire-­fiction implique l’absence d’une réponse à cette ques­­tion que je pose et qui, en soi, n’a donc pas lieu d’être posée. Pour autant, je crois que de « machine folle » il n’y a donc point. En revanche, les faits suc­­ces­­sifs ayant conduit Mi­que en pri­­son puis à la mort sont pas­­sion­­nants en ce qu’ils mettent au jour la pré­­sence de l’impré­­vi­­sible, avec ce nou­­veau pro­­cès de 1793 qui vient gom­­mer les effets de ceux d’avant 1789. Impré­­vi­­sible dans la mesure où Richard Mi­que n’a assu­­ré­­ment pas perçu que son sta­­tut d’homme aux prises avec un vul­­gaire impos­­teur, condamné comme tel par la jus­­tice depuis plu­­sieurs années déjà, pou­­vait faire naître une image noir­­cie à l’excès et sus­­cep­­tible de le trans­­for­­mer lui-­même en « cou­­pable ». À cet égard, le juge­­ment rendu au prin­­temps 1793 s’avère déci­­sif : le décès du frère de Mi­que reconnu, donc de facto l’impos­­ture de Mougenot elle aussi reconnue, l’archi­­tecte n’en demeure pas moins un sus­­pect poten­­tiel. Dès lors, une fois la loi du 17 sep­­tembre votée, une dénon­­cia­­tion devant un comité de sur­­veillance peut suf­­fire à mener ce sus­­pect droit en pri­­son et les geôles pari­­siennes ne sont en rien l’endroit idéal pour sau­­ver sa tête au cours du prin­­temps et de l’été sui­­vant. Nul besoin donc d’évo­­quer une « folie », là où la mise en appli­­ca­­tion des lois contre les sus­­pects nous per­­met de comprendre le dénoue­­ment fatal pour Richard Mi­que. Ren­­dons grâce tou­­te­­fois à Patrice Higonnet de conclure que « la Ter­­reur ne fut ni sys­­té­­ma­­tique, ni tout à fait aber­­rante », et qu’il n’exis­­tât alors aucun « sys­­tème » (j’ajou­­te­­rais volon­­tiers ni aucune « machine ») visant à « ter­­ro­­ri­­ser » tout un pays. En revanche, si je le suis bien volon­­tiers sur sa réfé­­rence à un mélange ras­­sem­­blant « hasard, mal­­chance, incer­­ti­­tude », je ne crois pas qu’on puisse pour autant écrire : « la mort de Mi­que n’obéit à aucune expli­­ca­­tion ration­­nelle [sou­­li­­gné par moi] ». Sans quoi la « micro-­storia » devient ici périlleuse, car elle réduit les des­­tins à des sin­­gu­­la­­ri­­tés et minimise les effets, directs et indi­­rects, des poli­­tiques alors mises en œuvre, mais aussi le poids du contexte dans lequel se déroule for­­cé­­ment tout fait sin­­gu­­lier. Sans quoi éga­­le­­ment sera oublié le ter­­rible che­­mi­­ne­­ment des lois qui pou­­vait faire glis­­ser un citoyen de la posi­­tion de sus­­pect poten­­tiel à celui de sus­­pect incar­­céré, puis de « cou­­pable » à éli­­mi­­ner.

5Ces quelques remarques ne doivent sur­­tout pas faire oublier l’essen­­tiel : Patrice Higonnet nous offre ici une belle et solide bio­­gra­­phie, menée de façon ori­­gi­­nale et qui per­­met la re­décou­­verte d’un archi­­tecte trop oublié du « grand public ». De plus, son ouvrage se lit avec un plai­­sir cer­­tain et ce n’est pas là la moindre de ses qua­­li­­tés. À décou­­vrir sans attendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Patrice Higonnet, La gloire et l’écha­­faud. Vie et des­­tin de l’archi­­tecte de Marie-­Antoinette », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 205-207.

Référence électronique

Michel Biard, « Patrice Higonnet, La gloire et l’écha­­faud. Vie et des­­tin de l’archi­­tecte de Marie-­Antoinette », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 avril 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12360

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org