Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Itinéraires

Pierre-­Antoine Courouble, L’énigme Boissel. Le phi­­lo­­sophe sans visage

Michel Biard
p. 207-210
Référence(s) :

Pierre-­Antoine Courouble, L’énigme Boissel. Le phi­­lo­­sophe sans visage, Toulon, Les Presses du Midi, 2011, 202 p., ISBN 978‑8127‑0237‑2, 16 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1François Boissel n’est certes pas un inconnu pour tous ceux et celles qui s’inté­­ressent à la période révo­­lu­­tion­­naire, pour autant sa vie et ses écrits n’ont pas beau­­coup retenu l’atten­­tion des his­­to­­riens. Dès lors, la pré­­sente bio­­gra­­phie est la bien­­ve­­nue, d’autant que son auteur a éga­­le­­ment réédité plu­­sieurs textes de Boissel.

2Pierre-­Antoine Courouble raconte avoir décou­­vert Boissel un 14 juillet de l’an 2000 dans la commune de Joyeuse, en Ardèche, où il exerce comme pro­­fes­­seur des écoles. Étonné de consta­­ter que le per­­son­­nage n’avait eu aucune place dans les écrits et mani­­fes­­ta­­tions diverses du Bicen­­te­­naire à Joyeuse, il se lance sur sa piste. Ensei­­gnant, cher­cheur, cor­­res­­pon­­dant de presse pour divers jour­­naux régio­­naux, mais aussi homme de théâtre et auteur de scé­­na­­rios, il consacre à Boissel, depuis dix ans, une grande par­­tie de son temps « libre ». Il publie et fait repré­­sen­­ter tout d’abord une petite pièce en un acte, inti­­tu­­lée Citoyen Boissel ; il réédite, comme je l’ai dit, plu­­sieurs de ses écrits ; il rédige le scé­­na­­rio d’un film qui devrait sor­­tir en 2012 ; il crée et anime un cercle Boissel avec son site Inter­­net (http://www.citoyen-­boissel.fr); enfin, il lui consacre cette bio­­gra­­phie. Sa pas­­sion est telle qu’il col­­lec­­tionne les édi­­tions anciennes des œuvres de Boissel et sur­­tout qu’il joue le per­­son­­nage au théâtre. Pas­­sion si grande qu’un jour­­nal local en est même récem­­ment venu à se demander qui était Boissel et qui était Courouble…

3Consi­­déré par Jaurès, dans son His­­toire socia­­liste de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, comme un pré­­cur­­seur du « commu­­nisme » pré­­cé­­dant Babeuf, François Boissel est né à Joyeuse en 1728 dans une famille « bour­­geoise ». Après des études chez les Ora­­to­­riens à Joyeuse, puis chez les Jésuites à Viviers, il devient avo­­cat au par­­le­­ment de Paris en 1753. Il y exerce fort peu de temps et quitte la France pour rejoindre son frère ins­­tallé à Saint-­Domingue et qui y fait for­­tune. Avo­­cat puis rapi­­de­­ment pro­­cu­­reur, il fait lui aussi for­­tune et passe une ving­­taine d’années dans cette colo­­nie, pos­­sé­­dant une habi­­ta­­tion, avec bien sûr terres et esclaves. Il aurait alors joui de quelque 40 000 livres de rente annuelle. Tou­­te­­fois, après divers démê­­lés juri­­diques, ruiné, il choi­­sit de retra­­ver­­ser l’Atlan­­tique et s’ins­­talle à Joyeuse en 1776, avant de gagner Paris en 1778. Il rédige alors dif­­fé­­rents textes et cherche à acqué­­rir le patro­­nage de per­­son­­nages puis­­sants, aux­­quels il adresse sa prose. Comme tant d’autres auteurs en quête de pro­­tec­­tion et de réus­­site, il aborde des genres lit­­té­­raires variés, roman, poé­­sie, théâtre, avant de publier en 1786 un Dis­­cours contre les ser­­vi­­tudes publiques. Selon Pierre-­Antoine Courouble, il s’agit là, d’une part, d’un « véri­­table traité d’éco­­lo­­gie urbaine avant la lettre », d’autre part, de son pre­­mier écrit « phi­­lo­­sophique » et « poli­­tique ». Sur­­tout, en avril 1789, il confie à un édi­­teur son fameux Caté­­chisme du genre humain, rédigé l’année pré­­cé­­dente, qui sort des presses entre mai et juillet. « Œuvre d’un fou et d’un impie » (selon l’abbé Grégoire), ce texte reçoit deux édi­­tions en 1789 et deux autres en 1792. Avec des commen­­taires et des sug­­ges­­tions emplis d’audace et d’irré­­vé­­rence sur la pro­­priété, l’Église, l’armée et la guerre, les droits des femmes, etc., le Caté­­chisme ne pou­­vait guère pas­­ser inaperçu, même si nombre de ses idées viennent en par­­tie d’autres auteurs (Rous­­seau, Mably, etc.). En 1790, il publie un Code civique de la France, ou le Flam­­beau de la liberté, dont il offre, le 6 novembre, 700 exem­­plaires aux Consti­­tuants, les­­quels lui réservent un accueil gla­­cial. Membre de la Société des Amis de la Consti­­tution dès cette année 1790, il devient un per­­son­­nage d’une cer­­taine impor­­tance parmi les Jaco­­bins de Paris, tour à tour secré­­taire, membre du très stra­­té­­gique Comité de cor­­res­­pon­­dance et res­­pon­­sable des archives du club. Devient-­il répu­­bli­­cain au moment de Varennes, comme le sug­­gère Pierre-­Antoine Courouble ? Tou­­jours est-­il que, le 10 août 1792, il est l’un des commis­­saires de sa sec­­tion dans la Commune insur­­rec­­tion­­nelle. Sitôt la Conven­­tion ins­­tal­­lée, il offre aux nou­­veaux repré­­sen­­tants du peuple 400 exem­­plaires de son Caté­­chisme et prend le parti des mon­­ta­­gnards contre les giron­­dins, tan­­dis que Lanjuinais qua­­li­­fie le Caté­­chisme d’« Évan­­gile de la Jacobinerie ». Boissel s’inves­­tit plei­­ne­­ment dans les acti­­vi­­tés poli­­tiques des sec­­tions pari­­siennes, rédige pétitions et adresses, pré­­sente en avril 1793 un pro­­jet de Décla­­ra­­tion des droits. Enfin, en ce même prin­­temps 1793, repre­­nant le per­­son­­nage du Père Gérard et la forme lit­­té­­raire de l’alma­­nach, popu­­la­­ri­­sés par Col­lot d’Herbois à l’automne 1791, il publie des Entre­­tiens du Père Gérard sur la Consti­­tution poli­­tique et le gou­­ver­­ne­­ment révo­­lu­­tion­­naire du peuple fran­­çais. Est-­il alors lié aux milieux « exa­­gé­­rés » ? Pierre-­Antoine Courouble ne l’affirme pas, tou­­te­­fois le hasard me semble peu entrer dans la déci­­sion de Bouchotte, ministre de la Guerre, d’ache­­ter et de dif­­fu­­ser mas­­si­­ve­­ment Les Entre­­tiens du Père Gérard aux armées. Rap­­pe­­lons que le même Bouchotte pro­­cède ainsi pour Le Père Duchesne d’Hébert, répandu parmi les sol­­dats à plu­­sieurs dizaines de milliers d’exem­­plaires. Qui plus est, à l’automne 1793, Boissel est exclu des Jaco­­bins. Sur cet épi­­sode, dont la date ne sau­­rait être inno­­cente, la bio­­gra­­phie de Pierre-­Antoine Courouble se contente, à défaut de nou­­velles sources, de reprendre les hypo­­thèses autre­­fois for­­mu­­lées par Jaurès ou Ioannissian (Les idées commu­­nistes pen­­dant la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, un des rares ouvrages qui fasse la part belle à Boissel et à ses écrits), avec notam­­ment celle d’une influ­­ence de Robespierre dans cette mise à l’écart. Quoi qu’il en soit, là où d’autres pro­­ta­­go­­nistes de pre­­mier plan finissent par pas­­ser quelques mois plus tard sous le « rasoir natio­­nal », au gré des conflits de « fac­­tions » qui déchirent alors la Répu­­blique, Boissel n’est pas davan­­tage inquiété. Après Ther­­mi­­dor, comme d’autres (comment ne pas son­­ger à Babeuf ?), il pour­­fend d’abord Robespierre et ses « complices » avant de s’en prendre à ses vain­­queurs. Après une brève incar­­cé­­ra­­tion en novembre 1794, pour des pro­­pos hos­­tiles aux « Thermidoriens », il rédige un pam­­phlet inti­­tulé La Régence de Pitt, dévoi­­lée et dénon­­cée en prose rimée, tant bien que mal, par un ennemi du sys­­tème de sang, chassé des Jaco­­bins et échappé à la guillo­­tine. Même signé d’un pseu­­do­­nyme, ce violent pam­­phlet qui dénonce les déci­­sions éco­­no­­miques de la Conven­­tion lui vaut d’être arrêté et jeté en pri­­son en février 1795. Il y crou­­pit cette fois jusqu’à l’amnis­­tie de l’automne et d’évi­­dence peut avoir eu l’occa­­sion d’entrer en contact avec Babeuf et ses amis au moment où se nouaient les liens de ce qui devint la Conju­­ra­­tion des Égaux. Pour autant, une fois rendu à la liberté, Boissel s’efface et n’est donc pas pour­­suivi par le Direc­­toire lors de la répres­­sion contre les Babouvistes. Le tout paraît encore entouré de zones d’ombre, mais encore faut-­il rap­­pe­­ler qu’en 1795 l’homme a 67 ans et que l’âge peut avoir joué un rôle dans cette dis­­cré­­tion, d’autant que d’aucuns en 1793 ten­­daient déjà à le consi­­dé­­rer comme une sorte de « vieux fou ». Après avoir applaudi au coup d’État de Bru­­maire, abusé comme d’autres par un géné­­ral vic­­to­­rieux pré­­ten­­dant défendre la Répu­­blique, il dis­­pa­­raît du devant de la scène et meurt après 1805 à une date à ce jour inconnue (en géné­­ral don­­née pour 1807, mais sans preuve cer­­taine). A-­­t-il été, comme le sou­­tient Pierre-­Antoine Courouble, vic­­time d’une damnatio memoriae vou­­lue par un empe­­reur sou­­cieux de faire bar­­rage à des idées jugées « sub­­ver­­sives » ? Rien de moins sûr, dans la mesure où ce vieil homme se trou­­vait déjà de facto à l’écart et ne pou­­vait guère appa­­raître comme une menace poten­­tielle.

4Rythmée par qua­­torze cha­­pitres qui mêlent plan chro­­no­­lo­­gique et plan thé­­ma­­tique, cette bio­­gra­­phie pourra sur­­prendre au pre­­mier abord, car son écri­­ture s’éloigne sou­­vent des usages de la recherche uni­­ver­­si­­taire et sus­­cite détours et/ou répé­­titions. De la même façon, les notes se bornent le plus sou­­vent à de simples ren­­vois aux œuvres de Boissel et à une biblio­­gra­­phie qui pourra paraître un peu vieillie. Pour autant, ladite écri­­ture gagne en fraî­­cheur ce qu’elle peut perdre çà et là en rigueur. Au xixe siècle et dans la pre­­mière moi­­tié du siècle sui­­vant, les uni­­ver­­si­­taires ont sou­­vent su col­­la­­bo­­rer avec les « hus­­sards de la Répu­­blique », nombre d’ins­­ti­­tu­­teurs se fai­­sant volon­­tiers les relais pré­­cieux des enquêtes menées depuis Paris avec une volonté de cou­­vrir le ter­­ri­­toire natio­­nal. En ces pre­­mières années d’un xxie siècle où les pro­­fes­­seurs des écoles ont hélas le plus sou­­vent peu de liens concrets avec la recherche, on ne peut que se réjouir des tra­­vaux de Pierre-­Antoine Courouble et de ce qu’ils apportent à notre connais­­sance de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise. À défaut d’y avoir gagné un « visage » (nous ne pos­­sé­­dons aucun por­­trait de lui, d’où le sous-­titre de l’ouvrage), Boissel aura sans doute acquis là une nou­­velle noto­­riété et c’est bien l’essen­­tiel. Ce livre de Pierre-­Antoine Courouble est aussi une inci­­ta­­tion à lire ou relire les quatre beaux volumes réédi­­tés par ses soins aux Presses du Midi en 2007 : le Dis­­cours contre les ser­­vi­­tudes publiques, Le Caté­­chisme du genre humain, Le Code civique de la France, et Les Entre­­tiens du Père Gérard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Pierre-­Antoine Courouble, L’énigme Boissel. Le phi­­lo­­sophe sans visage », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 207-210.

Référence électronique

Michel Biard, « Pierre-­Antoine Courouble, L’énigme Boissel. Le phi­­lo­­sophe sans visage », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12363

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org