Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Itinéraires

Paul Guichonnet, Les Chastel. Une famille savoyarde, de l’Ancien Régime à la Révo­­lu­­tion, de l’Empire à la Res­­tau­­ra­­tion

Michel Biard
p. 211-212
Référence(s) :

Paul Guichonnet, Les Chastel. Une famille savoyarde, de l’Ancien Régime à la Révo­­lu­­tion, de l’Empire à la Res­­tau­­ra­­tion, Annecy, Édi­­tions Lolant, 2011, 336 p., ISBN 978‑­2-9532859‑­1-8, 22 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Paul Guichonnet, ancien Pro­­fes­­seur à l’Uni­­ver­­sité de Genève, est l’un des meilleurs connais­­seurs de l’his­­toire de la Savoie, comme en témoignent ses très nom­­breux écrits dont une bonne part est consa­­crée à ce ter­­ri­­toire. En atteste éga­­le­­ment la pré­­face don­­née à ce livre par Jean Nicolas, qui d’emblée le couvre d’éloges méri­­tés. Dans cette Savoie d’abord ter­­ri­­toire fron­­ta­­lier exté­­rieur au royaume de France, puis rat­­ta­­ché à celle-­ci et trans­­formé en dépar­­te­­ment (le Mont-­Blanc), Paul Guichonnet suit le par­­cours d’une famille face aux évé­­ne­­ments et nous offre ainsi, selon les mots de Jean Nicolas, la « pas­­sion­­nante aven­­ture d’une fra­­trie surgie du ter­­roir chablaisien pour accom­­plir un des­­tin révo­­lu­­tion­­naire et impé­­rial ».

2Rythmé par onze cha­­pitres qui suivent un ordre chro­­no­­lo­­gique, le livre s’ouvre par une pré­­sen­­ta­­tion de cette famille et de ses ori­­gines. Nicolas Chastel, notaire dans un petit village du Cha­­blais, Veigy (un peu plus de 400 habi­­tants), meurt en 1792. En cette année du rat­­ta­­che­­ment de la Savoie à la France, il laisse der­­rière lui cinq fils, qui ont alors entre 18 et 26 ans. L’un d’eux, Michel Chastel, joue un rôle impor­­tant parmi les exi­­lés savoyards pré­­sents à Paris et par­­ti­­cipe avec d’autres « Allobroges » à la prise des Tui­­le­­ries le 10 août. Lorsque se forme la célèbre Légion allobroge, Michel y devient sous-­lieutenant et entre avec les troupes fran­­çaises en Savoie. Deux des frères Chastel, Michel et François, figurent alors parmi les dépu­­tés de l’Assem­­blée natio­­nale des Allobroges qui se réunit en octobre 1792. À l’excep­­tion de Joseph qui sert dans l’armée pié­­mon­­taise (mais rejoint ensuite la France) et de François qui se consacre au Club des Jaco­­bins et à l’admi­­nis­­tra­­tion du dis­­trict de Carouge, les frères Chastel s’enrôlent pour ser­­vir leur nou­­velle patrie les armes à la main. Rejoi­­gnant Michel, Louis-­Antoine quitte l’habit ecclé­­sias­­tique et s’engage dans le 1er Régi­­ment de hus­­sards, tan­­dis que Pierre-­Amé (le cadet) s’enrôle dans l’une des compa­­gnies de la Légion allobroge. Incor­­poré le 12 octobre, ce jeune homme de 18 ans devient capo­­ral le 2 novembre, sergent dix jours plus tard, sous-­lieutenant le 6 décembre, lieu­­te­­nant trois jours après… excel­­lant dans l’art équestre, Napo­­léon dira de lui qu’il est l’un des meilleurs cava­­liers de l’armée impé­­riale. Paul Guichonnet relate les cam­­pagnes suc­­ces­­sives de la Légion allobroge, notam­­ment sa par­­ti­­cipation à l’écra­­se­­ment du « fédé­­ra­­lisme » en Provence, le siège de Toulon, puis les combats sur le front pyré­­néen. Blessé sur ce der­­nier ter­­rain de combats, Antoine, par­­venu au grade de maréchal-­­des-logis chef, meurt à l’hôpi­­tal de Montpellier. Michel, désor­­mais chef de bri­­gade, plus que jamais « fou­­gueux démo­­crate », vite jugé trop « intri­­gant et tur­­bulent », est arrêté en décembre 1793 sur ordre des quatre repré­­sen­­tants du peuple en mis­­sion pré­­sents à ce moment auprès de l’armée des Pyrénées-­Orientales (Delbrel, Goupilleau de Fontenay, Projean et Vidal). Incar­­céré à la for­­te­­resse du Castillet, à Perpignan, il y demeure de longs mois avant d’être remis en liberté après Ther­­mi­­dor. Revenu à Veigy puis à Carouge, où son frère François est ensuite nommé commis­­saire du Direc­­toire, près l’admi­­nis­­tra­­tion du can­­ton, Michel per­­siste dans ses idées poli­­tiques et s’oppose au nou­­veau cours impulsé par les « Thermidoriens ». Sous le Direc­­toire, il mul­­ti­­plie les prises de posi­­tion et les écrits qui attestent sa fidé­­lité à ses prin­­cipes de 1793, avant que le coup d’État du 18 fruc­­ti­­dor lui offre l’occa­­sion de reprendre le ser­­vice des armes. Réta­­bli dans son grade de chef de bri­­gade, il par­­ti­­cipe à l’inter­­ven­­tion en Suisse, sert dans la pénin­­sule ita­­lienne, avant de reve­­nir dans le ter­­ri­­toire hel­­vé­­tique ; puis il célèbre avec emphase le coup d’État de Bonaparte. Ce qui ne l’empêche pas, suite à une « téné­­breuse affaire » presque balzacienne, de crou­­pir de nou­­veau en pri­­son de 1811 à 1814… tour à tour à Saint-­Malo, Brest, et au Mont-Saint-Michel (alors de très sinistre mémoire pour les cap­­tifs). De son côté, le par­­cours du cadet de la fra­­trie, Pierre-­Amé Chastel, ne manque pas d’inté­­rêt, loin s’en faut. Capi­­taine à l’armée d’Italie en 1796‑1797, il par­­ti­­cipe ensuite à la cam­­pagne d’Égypte à par­­tir de l’année sui­­vante et s’y taille, à coups de sabre, une belle répu­­ta­­tion qui lui vaut d’être bap­­tisé « héros de Canope ». Sans sur­­prise favo­­rable au coup d’État de son géné­­ral, Pierre-­Amé, revenu en France à la fin de 1801, promu chef d’esca­­dron, demeure fidèle à Napo­­léon jusqu’à la fin de l’Empire (mal­­gré une brève allé­­geance à Louis XVIII, comme tant d’autres, en 1814). De 1805 à 1812, bien­­tôt colo­­nel puis géné­­ral, mais aussi baron d’Empire, Pierre-­Amé sert dans les rangs des Gre­­na­­diers à che­­val, qua­­li­­fié par Paul Guichonnet de « corps légen­­daire de l’armée impé­­riale ». Sa vie se confond avec les cam­­pagnes de cette der­­nière, et il serait vain dans ce bref compte rendu de vou­­loir énu­­mé­­rer tous les combats où ce grand sabreur a pu se dis­­tin­­guer, dans la mesure où la lec­­ture du tra­­vail de Paul Guichonnet donne fina­­le­­ment l’impres­­sion que Chastel n’en a guère man­­qué d’un bout à l’autre de l’Europe ! Il suf­­fit de pré­­ci­­ser ici que, au moment de Waterloo, la Divi­­sion Chastel prend encore toute sa place dans les ultimes charges de cava­­le­­rie. Le 22 octobre 1815, le licen­­cie­­ment de l’armée des Cent-­Jours place le géné­­ral Chastel en posi­­tion de non-­activité, cette seule notion étant presque une insulte à sa car­­rière mili­­taire.

3Un ultime cha­­pitre est réservé au des­­tin des frères Chastel au-­delà de 1815. Michel, enfin sorti des geôles du Mont-­­Saint-Michel au prin­­temps 1814, fait allé­­geance à Louis XVIII et s’affiche comme un homme « inté­­ressé au main­­tien de la dynas­­tie des Bourbon ». Pali­­no­­die toute cir­­constancielle. En 1830, il demande en vain à reprendre du ser­­vice dans l’armée, passe en Amérique en 1835 et meurt au Texas en 1836. Pierre-­Amé, qui a été soup­­çonné de complo­­ter contre le régime des Bourbon, meurt à Genève en 1826. François, celui qui a choisi une car­­rière poli­­tique plu­­tôt que la voie des armes, exerce dif­­fé­­rentes fonc­­tions sous le Consu­­lat et l’Empire, s’ins­­talle comme avo­­cat à Genève après 1815 et y meurt en 1848. Enfin, le der­­nier des frères, Joseph, qui a servi en 1796 dans l’armée pié­­mon­­taise et a donc combattu l’armée dans laquelle se trou­­vaient ses frères, rejoint les rangs fran­­çais en 1797. Capi­­taine, puis chef d’esca­­dron, il sert dans la pénin­­sule ita­­lienne dès 1798 et y est promu comman­­dant d’une place près de Turin en 1800. Mis à l’écart par un congé de réforme, pour une rai­­son non élu­­ci­­dée, en 1802, sa car­­rière est bri­­sée et il ne peut donc suivre la route glo­­rieuse de Pierre-­Amé. Il est le der­­nier à mou­­rir, en 1854.

4Agréa­­ble­­ment illus­­tré par de nom­­breux docu­­ments, notam­­ment par des por­­traits, et uti­­le­­ment éclairé par diverses cartes et plans, le livre de Paul Guichonnet se lit comme un roman et illustre la manière dont la Révo­­lu­­tion et l’Empire ont pu bou­­le­­ver­­ser le des­­tin d’un très grand nombre de Fran­­çais… de nais­­sance ou d’« adop­­tion ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Paul Guichonnet, Les Chastel. Une famille savoyarde, de l’Ancien Régime à la Révo­­lu­­tion, de l’Empire à la Res­­tau­­ra­­tion », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 211-212.

Référence électronique

Michel Biard, « Paul Guichonnet, Les Chastel. Une famille savoyarde, de l’Ancien Régime à la Révo­­lu­­tion, de l’Empire à la Res­­tau­­ra­­tion », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 30 août 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12365

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org