Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Itinéraires

Alberto Gil Novales, Diccionario biográfico de España (1808‑1833). De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista

Lluís Roura
p. 212-215
Référence(s) :

Alberto Gil Novales, Diccionario biográfico de España (1808‑1833). De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista, 3 vol. , Madrid, Fon­­da­­tion Mapfre, 2010, 3406 p., ISBN : 978‑­8-49844‑208‑3, 120 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1Depuis la publi­­ca­­tion de ses pre­­mières études, ainsi qu’au fil de toute sa tra­­jec­­toire intel­­lec­­tuelle, Alberto Gil Novales a tou­­jours mon­­tré un inté­­rêt par­­ti­­cu­­lier pour la récu­­pé­­ra­­tion de l’iden­­tité des pro­­ta­­go­­nistes de l’his­­toire poli­­tique espa­­gnole des xviiie et xixe siècles. Le manque d’outils essen­­tiels pour l’his­­to­­rien, comme un dic­­tion­­naire bio­­gra­­phique d’Espagne, le mena dès le début à ras­­sem­­bler des figures impor­­tantes de cette période, qu’une his­­to­­rio­­gra­­phie favo­­rable à l’auto­­ri­­tarisme poli­­tique du pays lais­­sait de côté. C’était déjà le cas des bio­­gra­­phies tra­­cées dans l’ouvrage Las pequeñas atlántidas (Barcelone, 1959), magni­­fique anti­­ci­­pation de ce que nous offre l’œuvre de son auteur et une réfé­­rence de ce que l’on a appelé « le réveil de la conscience cri­­tique sous le franquisme ».

2La vaste prosopographie qu’Alberto Gil Novales incor­­pora, des années plus tard, comme une sorte d’appen­­dice à Las Sociedades Patrióticas (1820‑1823) (Madrid, 1975), était déjà clai­­re­­ment pré­­cur­­seur de ce qui allait être une constante dans son tra­­vail intel­­lec­­tuel : le souci de ne pas négli­­ger les détails, pour infimes qu’ils soient, qui appa­­raî­­traient au pas­­sage et la volonté tenace de les mettre immé­­dia­­te­­ment à la por­­tée de la commu­­nauté scien­­ti­­fique. Cette atti­­tude le mena à conce­­voir l’éla­­bo­­ra­­tion d’un dic­­tion­­naire bio­­gra­­phique des ori­­gines du libé­­ra­­lisme, qui allait être en per­­ma­­nente construc­­tion car la bio­­gra­­phie des per­­son­­nages n’était pas envi­­sa­­gée comme une fin en soi sinon comme une voie per­­met­­tant d’appro­­cher la connais­­sance his­­to­­rique. De telle manière que la publi­­ca­­tion du Diccionario biográfico del Trienio Liberal (Madrid, 1991), du Diccionario biográfico español, 1808‑1833 (Personajes Extremeños) (Mé­rida, 1998) et du Diccionario biográfico aragonés, 1808‑1833 (Huesca, 2005) ne fut pas une simple anti­­ci­­pation d’un tra­­vail qui devait culmi­­ner dans les trois volumes de l’œuvre dont nous fai­­sons ici le compte rendu ; ce fut plu­­tôt un reflet de l’état des connais­­sances à un moment donné, en même temps que l’appa­­ri­­tion d’inap­­pré­­ciables ins­­tru­­ments pour le pro­­grès de la connais­­sance his­­to­­rique d’un moment-­clé de notre his­­toire. Et c’est aussi le carac­­tère qu’a glo­­ba­­le­­ment le Diccionario biográfico de España (1808‑1833). De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista. Il s’agit d’une œuvre colos­­sale, mais qui n’en est pas moins une photo­­graphie ins­­tanta­­née de la connais­­sance, à la fois vaste et pro­­fonde, que son auteur a atteinte à un moment déter­­miné de son inces­­sante acti­­vité scien­­ti­­fique sur la révo­­lu­­tion libé­­rale espa­­gnole ; connais­­sance aujourd’hui d’une pleine matu­­rité intel­­lec­­tuelle. C’est pour cela qu’Alberto Gil Novales sait, à tout moment, qu’un dic­­tion­­naire bio­­gra­­phique doit tou­­jours être ouvert à de constantes amplia­­tions et révi­­sions des don­­nées et des nuances, ce qui se reflète non seule­­ment dans le style de ses bio­­gra­­phies, ou dans la per­­ma­­nente cor­­rec­­tion des conte­­nus et des réfé­­rences, mais aussi dans les contri­­bu­­tions suc­­ces­­sives que l’auteur maté­­ria­­lise dans ses commu­­ni­­ca­­tions et ses publi­­ca­­tions.

3En dépit de ces dimen­­sions, on ne trou­­vera pas dans le Diccionario… de conces­­sions à la fri­­vo­­lité ni au hasard, bien que son auteur ne renonce dans sa rédac­­tion ni aux anno­­ta­­tions cri­­tiques ni aux clins d’œil et aux compli­­ci­­tés avec ses lec­­teurs. Le soin intel­­lec­­tuel se reflète bien dans le titre même du dic­­tion­­naire. Il s’agit, comme son auteur l’indique, d’un dic­­tion­­naire bio­­gra­­phique « d’Espagne » et non d’un dic­­tion­­naire bio­­gra­­phique « espa­­gnol ». Il esquive ainsi l’a priori natio­­na­­liste dans lequel s’est en par­­tie embourbé le polé­­mique Diccionario biográfico español que publie la Real Academia Española de la His­­to­­ria ; et il éta­­blit, de sur­­croît, un cadre qui per­­met d’accueillir, à juste titre, la bio­­gra­­phie de ces per­­son­­nages étran­­gers qui vécurent en Espagne, entre 1808 et 1833, ou qui eurent sur elle une influ­­ence directe. Par ailleurs, il faci­­lite en même temps la prise en compte des évé­­ne­­ments, des concepts et des pen­­seurs qui eurent un écho et une influ­­ence sur les Espa­­gnols qui vécurent au cours de cette période. Comme le signale son auteur dans l’intro­­duc­­tion, ce cri­­tère a aussi été appli­­qué aux per­­son­­nages qui inter­­vinrent dans le mou­­ve­­ment amé­­ri­­cain, c’est-­­à-dire que ne sont inclus dans cet ouvrage que les indi­­vi­­dus hispano-­américains qui vécurent en Espagne, à un moment ou à un autre entre 1808 et 1833, ou eurent sur elle une influ­­ence directe, ce qui dans ce cas – comme il le reconnaît lui-­même – ne cesse pas d’être une res­tric­­tion regret­­table bien qu’obli­­gée par les néces­­saires limites phy­­siques et maté­­rielles de l’œuvre qui était menée à terme.

4Le sous-­titre du dic­­tion­­naire, De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista, nous situe face à un ouvrage dont l’auteur lui-­même consi­­dère qu’il va bien au-­delà d’une compi­­la­­tion de bio­­gra­­phies et qui peut être consi­­déré, sans le moindre doute, comme une large voie d’accès mul­­tiple à l’infor­­ma­­tion et à la compré­­hen­­sion his­­to­­rique des ori­­gines du libé­­ra­­lisme en Espagne et des résis­­tances oppo­­sées par la réac­­tion abso­­lu­­tiste ; ce qui est mené à terme au tra­­vers de la bio­­gra­­phie de pro­­ta­­go­­nistes de tout type et de toute caté­­go­­rie. Il n’y a pas d’autre limi­­ta­­tion que celle qu’impose l’état des connais­­sances actuelles sur l’époque.

5Les plus de vingt-­cinq mille bio­­gra­­phies que contient le Diccionario… sont pra­­ti­­que­­ment dans leur tota­­lité l’œuvre d’Alberto Gil Novales. L’excep­­tion concerne un peu plus d’une ving­­taine d’auteurs qui rédi­­gèrent, en leur temps, une petite par­­tie des articles du Diccionario biográfico del Trienio Liberal, dont le contenu a été incor­­poré dans sa tota­­lité à cet ouvrage, après avoir été révisé et aug­­menté par Alberto Gil Novales lui-­même. Cha­­cune des entrées répond au cri­­tère de pré­­sen­­ta­­tion adopté par son auteur : nom et pré­­nom du per­­son­­nage, titre nobi­­liaire le cas échéant, lieux et dates de nais­­sance et de décès, syn­­thèse bio­­gra­­phique et, fina­­le­­ment, les réfé­­rences biblio­­gra­­phiques et docu­­men­­taires sur les­­quelles s’est basé l’auteur. Grâce à cette struc­­ture, il a obtenu une sorte de kaléidoscope de per­­son­­nages qui reflètent un nombre inter­­mi­­nable d’acti­­vi­­tés éco­­no­­miques, admi­­nis­­tra­­tives, pro­­fes­­sion­­nelles, diplo­­ma­­tiques, scien­­ti­­fiques, etc. ainsi que de tout type de rangs sociaux et ins­­ti­­tution­­nels – mili­­taires, ecclé­­sias­­tiques, pro­­fes­­sion­­nels, etc. Bien qu’inévi­­ta­­ble­­ment peu impor­­tants en nombre, les per­­son­­nages fémi­­nins sont aussi pré­­sents, répon­­dant à la volonté mani­­fes­­tée dans ce sens par l’auteur dans la pré­­sen­­ta­­tion de l’œuvre.

6La lon­­gueur de chaque article est variable en fonc­­tion soit de l’infor­­ma­­tion dont on dis­­pose et de la noto­­riété du per­­son­­nage soit de la volonté de récu­­pé­­ra­­tion d’indi­­vi­­dus per­­dus dans l’oubli ou relé­­gués au second plan – comme cela pour­­rait être le cas des bio­­gra­­phies de Juan Calderón ou de Miguel Ricardo de Álava. Tou­­te­­fois, l’auteur n’éco­­no­­mise pas non plus les ren­­sei­­gne­­ments rela­­tifs à des citoyens « ordi­­naires » – comme dans le cas des sœurs Toledo et Cebolleda qui furent jugées en 1811 pour vio­­la­­tion de la confiance et de la foi due à quelqu’un, conjoin­­te­­ment à neuf autres femmes de Molina de Aragón, par un juge qui n’avait pour unique but que de les voler… de telle manière que nombre des per­­son­­nages biographiés nous rap­­pellent que l’his­­toire est pour l’essen­­tiel beau­­coup plus que l’œuvre des « grands hommes ». Les articles les plus notoires occupent une place mini­­mum de trois à quatre colonnes et un maxi­­mum de neuf, avec quelques excep­­tions, comme celle qui concerne Espoz y Mína, à qui sont consa­­crées treize colonnes, ou celle de Juan Lorenzo Calvo de Rozas, avec qua­­torze. Tou­­te­­fois, logi­­que­­ment, la plu­­part n’occupent que quelques lignes. Il faut aussi signa­­ler que l’incor­­po­­ra­­tion du contenu du Diccionario biográfico del Trienio Liberal a per­­mis de main­­te­­nir l’inté­­rêt de cer­­tains articles rédi­­gés par ceux qui avaient mené à terme de grandes recherches sur le per­­son­­nage biographié – comme, par exemple, l’article sur J. A. Llorente écrit par Gérard Dufour, celui de Miñano rédigé par Claude Morange ou celui de Gallardo réa­­lisé par Alejandro Pérez Vidal. Par ailleurs, il ne serait pas juste de pas­­ser sous silence la méti­­cu­­lo­­sité avec laquelle ont été menées à terme l’approche ainsi que l’iden­­ti­­fi­­cation, dans tous les cas où cela a été pos­­sible, des auteurs qui signaient d’un pseu­­do­­nyme, ou de leurs ini­­tiales. Le Diccionario… est désor­­mais indis­­pen­­sable pour déconstruire des erreurs et des confu­­sions décou­­lant de l’énorme homo­­ny­­mie de l’his­­toire espa­­gnole ; il suf­­fit de men­­tion­­ner, à cet égard, l’exis­­tence de cent cin­­quante entrées ( !) de per­­son­­nages dont le patro­­nyme est Álvarez.

7L’inté­­rêt du Diccionario est incal­­cu­­lable : comme ouvrage de réfé­­rence, comme outil de tra­­vail, comme grande syn­­thèse dans l’étude de toute une époque. Sans le moindre doute, son carac­­tère inter­­dis­­ci­­pli­­naire en fait une œuvre d’une grande uti­­lité autant pour les spé­­cia­­listes de l’his­­toire que ceux de la lit­­té­­ra­­ture, de l’art, des idées, de la poli­­tique, de la science, etc. Son impor­­tance comme ouvrage de réfé­­rence est en outre décu­­plée par la multi­fonction­­na­­lité que donne à l’édi­­tion impri­­mée l’accom­­pa­­gne­­ment d’un ines­­ti­­mable DVD compor­­tant tout le contenu du dic­­tion­­naire, de telle manière que le lec­­teur pourra mener à terme tout type de recherche : par nom, par titre, par date, par mot, etc., ce qui fait de ce Diccionario… une source inépui­­sable de pos­­sibles son­­dages pour sti­­mu­­ler en même temps et de manière conti­­nue de nou­­velles recherches.

8Conscient de ce que dans un dic­­tion­­naire tel que celui-­ci ne peut entrer que ce que l’his­­to­­rio­­gra­­phie a apporté, l’auteur indique – en plus de ses recherches propres – les sources et les réfé­­rences biblio­­gra­­phiques qui sou­­tiennent cha­­cune de ses bio­­gra­­phies. Parmi celles-­ci se trouvent de la docu­­men­­ta­­tion parois­­siale, des guides des­­ti­­nés aux étran­­gers, des docu­­ments du fisc, des états ecclé­­sias­­tiques, commer­­ciaux et mili­­taires, des articles de presse, des actes de socié­­tés, des cor­­res­­pon­­dances, etc. Les réfé­­rences appor­­tées, en plus d’accré­­di­­ter l’objec­­ti­­vité du tra­­vail scien­­ti­­fique effec­­tué, offrent au lec­­teur des pistes pré­­cieuses pour qui sou­­haite élar­­gir ses connais­­sances et ses recherches. La cen­­taine de pages de la biblio­­gra­­phie géné­­rale qui figure à la fin du troi­­sième volume – avec plus de deux mille trois cents réfé­­rences –, les plus de trois cent cin­­quante pério­­diques consul­­tés dont l’auteur donne aussi la liste dans le der­­nier volume, ainsi que le vaste inven­­taire de docu­­men­­ta­­tion inédite consul­­tée dans plus de qua­­rante archives – natio­­nales et étran­­gères – et la cen­­taine de cata­­logues de librai­­ries anciennes qui ont été uti­­li­­sés donnent une idée de la monu­­men­­ta­­lité du tra­­vail effec­­tué par l’auteur ; tra­­vail incroyable pour avoir été mené à terme pra­­ti­­que­­ment par un seul homme bien que, comme on peut le voir dans les remer­­ciements, celui-­ci ait pu comp­­ter sur un nombre consi­­dé­­rable d’autres per­­sonnes qui, d’une manière ou d’une autre, lui ont apporté leur sou­­tien ou leur aide.

9Alberto Gil Novales dit dans l’intro­­duc­­tion du Diccionario… qu’il pré­­tend « reflé­­ter les vies, les idées, les vicis­­si­­tudes et les aspi­­ra­­tions de nos compa­­triotes de ces années-­là ainsi que des non Espa­­gnols qui étaient en contact immé­­diat avec eux » (p. 15). Mis­­sion très lar­­ge­­ment rem­­plie car, et ce n’est pas la moindre chose, l’ouvrage nous offre beau­­coup plus : un témoi­­gnage irré­­fu­­table de la conti­­nuité de l’his­­toire d’Espagne comprise entre les années 1775 et 1845. Une conti­­nuité mar­­quée par l’influ­­ence des Lumières, par le lien entre celles-­ci et le libé­­ra­­lisme, par l’impact de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, par la dimen­­sion révo­­lu­­tion­­naire du pro­­ces­­sus enclenché à par­­tir de 1810, et par la pous­­sée du Triennat libé­­ral mais aussi par la trans­­cen­­dance des résis­­tances abso­­lu­­tistes. La complexité de ces faits donne sens aux compor­­te­­ments des per­­son­­nages qui furent nom­­breux, avec une grande varia­­bi­­lité de leurs conduites – comme on peut l’obser­­ver dans leurs bio­­gra­­phies –, à glis­­ser pro­­gres­­si­­ve­­ment de leurs aspi­­ra­­tions révo­­lu­­tion­­naires d’ori­­gine vers des atti­­tudes plus confor­­mistes et modé­­rées…

10Face à des conclu­­sions simples ou pré­­ci­­pi­­tées de l’his­­toire, le Diccionario… d’Alberto Gil Novales nous rap­­pelle que pour la compré­­hen­­sion de toute période his­­to­­rique, comme dans ce cas celle des ori­­gines du libé­­ra­­lisme, on ne peut pas se pas­­ser de l’his­­to­­ri­­cité de ses pro­­ta­­go­­nistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lluís Roura, « Alberto Gil Novales, Diccionario biográfico de España (1808‑1833). De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 212-215.

Référence électronique

Lluís Roura, « Alberto Gil Novales, Diccionario biográfico de España (1808‑1833). De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12367

Haut de page

Auteur

Lluís Roura

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org