Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Zakaria Fatih, L’âge des Lumières entre vérité et altérité

Christian Albertan
p. 214-215
Référence(s) :

Zakaria Fatih, L’âge des Lumières entre vérité et altérité, Paris, L’Harmattan, 2010, 235 p. (avec un index), ISBN 978-2-296-11908-6, 20.43 €.

Texte intégral

1Zakaria Fatih, qui enseigne la lit­­té­­ra­­ture fran­­çaise aux Etats-­­­Unis, se pro­­pose dans ce court essai de reve­­nir, après bien d’autres, sur les rap­­ports que le siècle des Lumières entre­­tient avec l’Autre. Selon lui, le xviiie siècle euro­­péen s’inté­­resse pas­­sion­­né­­ment au monde non euro­­péen, mais sans que cela débouche sur une sai­­sie per­­ti­­nente de l’Autre, sur la vérité de l’Autre. Ce der­­nier, selon l’auteur, reste dans la pro­­duc­­tion impri­­mée du xviiie siècle euro­­péen une « créa­­tion de l’ima­­gi­­na­­tion, répon­­dant à des fan­­tasmes presque fos­­si­­li­­sés dans l’inconscient occi­­den­­tal » (p. 9). Le xviiie siècle occi­­den­­tal veut comprendre l’Autre, le démys­­ti­­fier et ne fait que pro­­lon­­ger la vie de repré­­sen­­ta­­tions anciennes remon­­tant à l’Anti­­quité. La thèse comporte deux moments : une pre­­mière par­­tie est consa­­crée au sta­­tut de la vérité et de l’Autre dans la pen­­sée occi­­den­­tale de l’Anti­­quité, une seconde au rap­­port du xviiie siècle occi­­den­­tal à ces deux notions. Trois œuvres sont choi­­sies pour illus­­trer la seconde par­­tie. Il s’agit de trois fic­­tions rela­­tives à trois formes dif­­fé­­rentes de l’Autre : Ourika de Madame Duras (l’Afrique), les Lettres péru­­viennes de Madame de Graffigny (l’Amérique) et les lettres per­­sanes (l’Orient). L’auteur élar­­git les bases de sa docu­­men­­ta­­tion en se tour­­nant vers d’autres grands auteurs du xviiie siècle, Bayle, Jean-­­­Jacques Rous­­seau ou Laclos.

2Il y a bien ici et là dans cet ouvrage des ques­­tions et des pas­­sages qui pour­­ront piquer la curio­­sité du lec­­teur et nour­­rir sa réflexion, mais le résul­­tat glo­­bal est – il faut l’avouer sans vou­­loir acca­­bler l’auteur – fort déce­­vant, sou­­vent même dérou­­tant. L’éco­­no­­mie géné­­rale de l’ouvrage déjà sur­­prend : seule une par­­tie de cet ouvrage – la seconde par­­tie (66 p.) – est véri­­ta­­ble­­ment en rap­­port direct avec le titre et le pro­­jet annoncé. Notons éga­­le­­ment que la pen­­sée du xviiie siècle est ici réduite au contenu de trois romans, dont un est assez peu connu (Ourika). On trouve assu­­ré­­ment, par ailleurs, des allu­­sions à Bayle, à Diderot, mais on cherche en vain l’abbé Raynal (His­­toire des Deux-­­­Indes), ou des auteurs comme La Hontan, le P. Charlevoix ou le P. Du Halde, que l’on s’attend à trou­­ver sur pareil sujet. On cherche aussi en vain un exa­­men des Lumières non fran­­çaises ou une approche s’atta­­chant à la chro­­no­­lo­­gie du phé­­no­­mène dit des Lumières. On doit encore déplo­­rer des juge­­ments à l’emporte-­­­pièce et bien super­­fi­­ciels : le suc­­cès des Lettres per­­sanes s’explique-­­­­t-il, comme l’affirme péremp­­toire­­ment l’auteur, par le fait que le public était (au moment de la paru­­tion de l’ouvrage) « acca­­blé par l’inexo­­rable poli­­tique de Louis XIV, le Roi-­­­Soleil mort six ans avant la publi­­ca­­tion de l’œuvre, soit en 1715 » (p. 199) ? Il y a encore des affir­­ma­­tions qui attendent un début de démons­­tra­­tion. L’influ­­ence de Descartes sur l’âge des Lumières (p. 66), par exemple, est en fait sin­­gu­­liè­­re­­ment en déclin au sein de la Répu­­blique des sciences dès le début de la seconde moi­­tié du xviiie siècle. Ajou­­tons que cer­­taines phrases dénotent une connais­­sance insuf­­fi­­sante du monde des Lumières (« Charles-­­­Louis Secondat, nommé Montesquieu », p. 199). Les autres périodes ne sont guère mieux connues : Platon (p. 10, 219), Levinas ou Heidegger sont appe­­lés bien impru­­dem­­ment à la res­­cousse et sont inter­­pré­­tés par­­fois de curieuse manière par l’auteur.

3La forme même dans cet essai laisse fort à dési­­rer : on trouve des fautes de fran­­çais et d’ortho­­graphe (croît pour croit), des approxi­­ma­­tions de langue, des phrases pri­­vées de sens pré­­cis (p. 202, fin du § 2) ou mal construites (« par ce qu’il appelle » devient « parce qu’il appelle », p. 25n). Men­­tion­­nons aussi des erreurs dans l’indexa­­tion des noms (deux entrées pour Diderot, autant pour Moreau), des concepts curieux (« édi­­tion fémi­­niste » de Madame de Graffigny, le « socio-­­­public »), ainsi que des expres­­sions dis­­cu­­tables ou qui méri­­te­­raient des expli­­ca­­tions (« mer­­can­­ti­­lisme des Lumières », p. 162 ; « direc­­tives pla­­to­­ni­­ciennes », p. 219, pour l’influ­­ence de la pen­­sée pla­­to­­ni­­cienne…). L’his­­to­­rien butera, enfin, sur cette recherche sans perspec­­tive his­­to­­rique, dans laquelle les Lumières forment un bloc mono­­li­­thique. Tout auteur remet à son édi­­teur un texte impar­­fait, sur lequel il revient éven­­tuel­­le­­ment à l’occa­­sion d’une réédi­­tion, celui-­­­ci est, à nos yeux, par trop impar­­fait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Albertan, « Zakaria Fatih, L’âge des Lumières entre vérité et altérité », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 214-215.

Référence électronique

Christian Albertan, « Zakaria Fatih, L’âge des Lumières entre vérité et altérité », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12374

Haut de page

Auteur

Christian Albertan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org