Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Socialist History, Journal of the Socialist History Society, n°33 : « Origins of the French Revolution »

Julien Louvrier
p. 215-218
Référence(s) :

Socialist History, Journal of the Socialist History Society, n° 33 : « Origins of the French Revolution », 2008, 114 p., ISBN 978-1-85489-170-9, prix nc.

Texte intégral

1Socialist History est une revue anglaise publiée par The Socialist History Society, asso­­cia­­tion indé­­pen­­dante fon­­dée en 1992 pour suc­­cé­­der au fameux Communist Party History Group, struc­­ture interne au Parti commu­­niste bri­­tan­­nique à laquelle ont appar­­tenu des his­­to­­riens mar­­xistes de renom comme Eric J. Hobsbawm, E.P. Thompson ou encore Christopher Hill. Elle a pour ambi­­tion de « favo­­ri­­ser la recherche his­­to­­rique dans une perspec­­tive mar­­xiste et plus lar­­ge­­ment de gauche ». Le numéro dont nous ren­­dons compte, consa­­cré au pro­­blème des ori­­gines de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, s’ins­­crit natu­­rel­­le­­ment dans cet objec­­tif.

2Jusque dans les années 1960 et avant l’attaque reten­­tis­­sante d’Alfred Cobban contre l’ « inter­­pré­­ta­­tion sociale » de la Révo­­lu­­tion, les his­­to­­riens, dans leur grande majo­­rité, conce­­vaient la Révo­­lu­­tion fran­­çaise comme une révo­­lu­­tion bour­­geoise, résul­­tat de la lente ascen­­sion de la bour­­geoi­­sie, qui en détrui­­sant les sur­­vi­­vances féo­­dales de la société d’Ancien Régime avait ouvert la voie au capi­­ta­­lisme. Cette inter­­pré­­ta­­tion qui fait de la bour­­geoi­­sie à la fois l’actrice prin­­ci­­pale du bou­­le­­ver­­se­­ment révo­­lu­­tion­­naire et la prin­­ci­­pale béné­­fi­­ciaire du nou­­vel ordre social qui en est issu, fut d’abord for­­mu­­lée par les repré­­sen­­tants les plus émi­­nents de la bour­­geoi­­sie révo­­lu­­tion­­naire, avant d’être reprise par les his­­to­­riens libé­­raux de la Res­­tau­­ra­­tion, puis ré­­­élaborée par Marx après 1848. C’est cette lec­­ture qui, à tra­­vers la média­­tion jaurésienne, s’est impo­­sée dans l’his­­to­­rio­­gra­­phie dès la pre­­mière moi­­tié du xxe siècle et a connu son apo­­gée après-­­­guerre, non sans nuances, dans les tra­­vaux géné­­raux de Georges Lefebvre et d’Albert Soboul. Lan­­cée en pleine Guerre Froide, au nom d’un refus caté­­go­­rique du mar­­xisme et de toute théo­­rie de l’his­­toire, la cri­­tique de Cobban se concentre essen­­tiel­­le­­ment sur la défi­­ni­­tion socio-­­­économique de la bour­­geoi­­sie. Il estime que les ori­­gines de la Révo­­lu­­tion ne sont pas à cher­­cher dans un éven­­tuel conflit de classes entre l’élite féo­­dale et son pen­­dant capi­­ta­­liste, mais plu­­tôt dans une lutte pour le pou­­voir poli­­tique. Peu après, François Furet impose à son tour une lec­­ture stric­­te­­ment poli­­tique des causes de la Révo­­lu­­tion. Dans une logique cohé­­rente avec cette der­­nière, des his­­to­­riens amé­­ri­­cains influ­­en­­cés par le linguistic turn et la cultu­­ral theory pro­­posent de situer les ori­­gines de la Révo­­lu­­tion dans les dis­­cours et dans la culture poli­­tique de la fin du xviiie siècle. Plus récem­­ment, des cher­cheurs ras­­sem­­blés autour de Peter Campbell ont esquissé une inter­­pré­­ta­­tion post-­­­révisionniste qui intègre sans sour­­ciller l’épui­­se­­ment de l’his­­toire sociale d’ins­­pi­­ra­­tion mar­­xiste, tout en consi­­dé­­rant que la lec­­ture furétienne de la culture poli­­tique ne résout pas tout.

3Infor­­més des der­­niers déve­­lop­­pe­­ments du débat, Gwynne Lewis, Stephen Miller et Peter McPhee, réunis pour ce dos­­sier, n’entendent pas appor­­ter une réponse exhaus­­tive aux pro­­blèmes qu’il sou­­lève ; leurs contri­­bu­­tions ne se pré­­sentent pas non plus comme la ré­­­affir­­ma­­tion pure et simple d’une quel­­conque ortho­­doxie. Comme l’affirme David Parker dans son intro­­duc­­tion : « tous les contributeurs sont d’accord pour dire que le cours de la révo­­lu­­tion ne peut être déduit de ses ori­­gines », en revanche, ils n’acceptent pas la lec­­ture qui consiste à faire l’impasse sur toute expli­­ca­­tion socio-­­­économique.

4L’article de Gwynne Lewis (« The Rise of the Bour­­geoi­­sie, the Failure to Reform the Bourbon State, ­1763-1792 ») consa­­cré à l’ascen­­sion de la bour­­geoi­­sie et à l’impos­­sible réforme de la base sociale de la monar­­chie dans la deuxième moi­­tié du xviiie siècle, repose sur une étude ori­­gi­­nale des idées de deux réfor­­ma­­teurs catho­­liques roya­­listes : Henri Bertin, secré­­taire d’État de Louis XV et de Jacob-­­­Nicolas Moreau, pré­­cep­­teur de Louis XVI et his­­to­­rio­­graphe du roi. Lewis commence par reve­­nir sur les impli­­ca­­tions historiographiques de la sépa­­ra­­tion opé­­rée par les vagues suc­­ces­­sives du révi­­sion­­nisme entre le poli­­tique et le social. Le choix fait par Furet, Baker et leurs élèves de se concen­­trer sur la culture poli­­tique, explique-­­­­t-il, a éloi­­gné ces his­­to­­riens de ques­­tions fon­­da­­men­­tales pour comprendre la France de l’Ancien Régime, notam­­ment celle de la for­­ma­­tion des classes sociales. Lewis se plaît à rap­­pro­­cher cette fixa­­tion sur la culture poli­­tique de l’insis­­tance sur le pri­­mat de l’éco­­no­­mie, carac­­té­­ris­­tique de la vul­­gate mar­­xiste la plus pri­­maire. Puis il réaf­­firme la néces­­sité d’exa­­mi­­ner le pro­­ces­­sus qui a conduit à la for­­ma­­tion de la bour­­geoi­­sie fran­­çaise en tant que classe au sens large. N’en déplaise à Sarah Maza, pour qui rien dans la culture de la France pré-­­­révolutionnaire ne sou­­tient l’exis­­tence d’une telle classe, les preuves qui attestent d’un degré de conscience de classe gran­­dis­­sant ne manquent pas. Lewis les trouve notam­­ment chez Bertin et Moreau. Décidés à moder­­ni­­ser la monar­­chie après la cala­­mi­­teuse Guerre de Sept ans (­1756-1763), ces deux émi­­nents réfor­­ma­­teurs pro­­posent de trans­­fé­­rer le pou­­voir poli­­tique des mains de la noblesse féo­­dale décli­­nante à une nou­­velle élite incluant certes la noblesse admi­­nis­­tra­­tive et commer­­ciale, mais éga­­le­­ment et de plus en plus, des élé­­ments issus de la bour­­geoi­­sie commer­­ciale, indus­­trielle et pro­­prié­­taire. Il s’agit d’élar­­gir l’ori­­gine du pou­­voir du roi pour échap­­per à la loi des nobles et des par­­le­­ments, évi­­ter une nou­­velle Fronde et conso­­li­­der la monar­­chie. Réac­­tion catho­­lique monar­­chique à la perte de sou­­tien de la monar­­chie dans l’opi­­nion publique en for­­ma­­tion, la stra­­té­­gie de reconquête de Bertin et Moreau se signale par l’acuité de son ana­­lyse des rap­­ports éco­­no­­miques et sociaux. Au nom de la monar­­chie, ils s’opposent à la noblesse féo­­dale, sou­­haitent l’abo­­li­­tion du féo­­da­­lisme et militent pour la libé­­ra­­li­­sa­­tion de l’éco­­no­­mie. En 1775, Bertin vient appor­­ter son sou­­tien aux bour­­geois de Péri­­gueux qui refusent de payer le franc-­­­fief. Il les flatte en sou­­li­­gnant leur contri­­bu­­tion his­­to­­rique à la défense de la monar­­chie contre « l’anar­­chie féo­­dale ». La bour­­geoi­­sie pro­­vin­­ciale se retrouve d’un coup dotée d’un rôle et d’une iden­­tité his­­to­­riques. Mais mal­­heu­­reu­­se­­ment pour Bertin et Moreau, leur pro­­jet poli­­tique se révèle irréa­­li­­sable : il n’est pas pos­­sible de sépa­­rer la monar­­chie de la vieille noblesse. Elles coulent ensemble, tan­­dis que la nou­­velle élite conser­­va­­trice qu’ils ont contri­­bué à faire émer­­ger prend les rênes de la Révo­­lu­­tion en 1789.

5Steven Miller (« The Absolutist State of Eighteenth-­­­Century France : Modern Bureaucracy or Feudal Bri­­co­­lage ? ») s’inté­­resse lui à la dyna­­mique réfor­­ma­­trice qui se serait empa­­rée de la monar­­chie au cours du xviiie siècle. Il s’agit de réfu­­ter les argu­­ments d’his­­to­­riens qui per­­çoivent dans la poli­­tique de l’État abso­­lu­­tiste les carac­­tères d’une monar­­chie réfor­­miste dont les efforts de moder­­ni­­sa­­tion auraient été entra­­vés par la Révo­­lu­­tion. Cette théo­­rie tend à dimi­­nuer la por­­tée de la Révo­­lu­­tion en y voyant un évé­­ne­­ment contingent, essen­­tiel­­le­­ment poli­­tique, plu­­tôt qu’un bou­­le­­ver­­se­­ment rendu néces­­saire par les contra­­dic­­tions sociales au fon­­de­­ment de la société d’Ancien Régime. Miller commence par reve­­nir sur les élé­­ments qui font pen­­cher la balance en faveur d’un État réfor­­miste. Au cours du siècle la monar­­chie met en effet en œuvre, tant dans le domaine éco­­no­­mique que poli­­tique, un cer­­tain nombre de réformes (libé­­ra­­li­­sa­­tion de l’éco­­no­­mie, amé­­lio­­ra­­tion de l’admi­­nis­­tra­­tion des finances, déve­­lop­­pe­­ment des assem­­blées pro­­vin­­ciales) en faveur de l’inté­­rêt géné­­ral. Tou­­te­­fois, le véri­­table défi de l’État abso­­lu­­tiste au xviiie siècle n’est pas tant de s’éman­­ci­­per de ses offi­­ciers au pro­­fit d’une admi­­nis­­tra­­tion effi­­cace et indé­­pen­­dante digne d’un État moderne, que de faire face à ses dettes, que les guerres ne cessent d’alour­­dir et qui exigent de mener à bien une réforme fis­­cale. Or la réforme fis­­cale implique de se confron­­ter aux ordres pri­­vi­­lé­­giés qui dis­­posent de toutes sortes de moyens légaux pour échap­­per à l’impôt. Le siècle voit ainsi s’ins­­tal­­ler une négo­­cia­­tion inégale entre un État sur­­­endetté et une noblesse riche, consciente de ses pri­­vi­­lèges et décidée à les conser­­ver. Quelle que soit sa dyna­­mique réfor­­miste, l’État abso­­lu­­tiste s’avère bien inca­­pable de faire por­­ter l’impôt sur ceux qui dis­­posent des reve­­nus les plus éle­­vés. Miller s’empare fina­­le­­ment de la ques­­tion de la féo­­da­­lité. Il rap­­pelle que le roi reçoit des paie­­ments en tant que sei­­gneur féo­­dal jusque dans la deuxième moi­­tié du xviiie siècle. Les ordres pri­­vi­­lé­­giés ne sont pas en reste, leur atta­­che­­ment aux droits féo­­daux est attesté par le recours aux feu­­distes par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment répandu à la toute fin du xviiie siècle. Petits-­­­bourgeois, arti­­sans et pay­­sans ne sont pas dupes qui pro­­testent contre l’immu­­nité fis­­cale de la noblesse bour­­gui­­gnonne en 1787 ou contre l’absence de repré­­sen­­tants du Tiers aux postes gou­­ver­­ne­­men­­taux les plus impor­­tants en Languedoc en ­1788-1789. Loin de vali­­der la théo­­rie d’un État avan­­çant à marche for­­cée sur le che­­min de la moder­­nité, Miller conclut que l’ensemble des réformes ten­­tées par la monar­­chie ne font que ren­­for­­cer le carac­­tère fon­­da­­men­­ta­­lement tra­­di­­tion­­nel et féo­­dal de l’Ancien Régime. L’admi­­nis­­tra­­tion royale entre­­tient un sys­­tème péné­­tré de droits médié­­vaux qui fait peser les charges du royaume sur les couches les plus pauvres de la société. Lorsque les guerres contraignent la monar­­chie à aug­­men­­ter ses capa­­ci­­tés finan­­cières, les nobles, les sei­­gneurs et les offi­­ciers mettent à pro­­fit leur posi­­tion dans l’appa­­reil d’État pour faire échec aux réformes qui vont à l’encontre de leurs inté­­rêts. L’étude du fonc­­tion­­ne­­ment de l’État d’Ancien Régime per­­met dès lors de mieux comprendre la radi­­ca­­li­­sa­­tion de la Révo­­lu­­tion. Conscientes de l’inéga­­lité qui les frap­­pait, les couches popu­­laires ont pris en main leur des­­tin dès que le contexte poli­­tique l’a per­­mis.

6Peter McPhee (« Revolution or Jac­­que­­rie ? Rethinking Peasant Insur­­rec­­tion in 1789 ») commence par rap­­pe­­ler que si les his­­to­­riens révi­­sion­­nistes se sont défi­­ni­­ti­­ve­­ment tour­­nés vers l’his­­toire poli­­tique des élites urbaines ou l’étude du champ intel­­lec­­tuel pour recher­­cher les ori­­gines de l’effon­­dre­­ment de l’Ancien Régime, des spé­­cia­­listes conti­­nuent à étu­­dier la pay­­san­­ne­­rie et à voir dans ses évo­­lu­­tions un élé­­ment cen­­tral du pro­­ces­­sus révo­­lu­­tion­­naire. La prin­­ci­­pale cri­­tique oppo­­sée à la thèse clas­­sique de la révo­­lu­­tion pay­­sanne chère à Georges Lefebvre consiste à rela­­ti­­vi­­ser la nature révo­­lu­­tion­­naire des sou­­lè­­ve­­ments obser­­vés dans les cam­­pagnes en 1789 et à les rap­­pro­­cher de la longue his­­toire des « jac­­que­­ries » des siècles pas­­sées. Pour McPhee, la situa­­tion qui carac­­té­­rise le prin­­temps 1789 est très dif­­fé­­rente du contexte dans lequel ont pris forme les quelques 4 400 révoltes pay­­sannes iden­­ti­­fiées entre 1720 et 1788 par Guy Lemarchand. Sur fond de misère, celles-­­­ci se tra­­dui­­saient géné­­ra­­le­­ment par l’attaque d’un convoi ou d’un agent du sei­­gneur et pre­­naient place dans un sys­­tème que les acteurs pen­­saient immuable. En revanche, en 1789, « l’inquié­­tude ali­­men­­taire coïn­­cide avec une pos­­si­­bi­­lité inédite de par­­ti­­ci­­per à la vie poli­­tique ». McPhee sug­­gère de prendre au sérieux les cahiers pay­­sans dont le contenu comporte bien des simi­­la­­ri­­tés sur tout le ter­­ri­­toire : par­­tout la ques­­tion du pré­­lè­­ve­­ment sei­­gneu­­rial est posée. De même, les trois quarts des cahiers cri­­tiquent le pou­­voir du sei­­gneur. Plus banale encore est la colère expri­­mée contre l’impôt royal et contre la jus­­tice sei­­gneu­­riale. Mais, explique McPhee, « 1789 ne marque pas une trans­­for­­ma­­tion sou­­daine de l’hori­­zon men­­tal des masses pay­­sannes. Les reven­­di­­ca­­tions expri­­mées résultent à la fois d’une longue matu­­ra­­tion et d’inter­­ac­­tions sociales complexes ». L’auteur convient que les cahiers ne sont pas consciem­­ment révo­­lu­­tion­­naires, leurs prin­­ci­­pales doléances n’excèdent pas la tenue régu­­lière des États géné­­raux, l’éga­­lité devant l’impôt et la fin du féo­­da­­lisme. Mais, de façon inconsciente peut-­­­être, ces exi­­gences sup­­posent la fin de l’ordre exis­­tant. Enfin, McPhee sou­­ligne ce qui dis­­tingue la Grande Peur des révoltes tra­­di­­tion­­nelles : pour la pre­­mière fois on s’en prend aux titres sei­­gneu­­riaux, on détruit les registres, on humi­­lie publi­­que­­ment les sei­­gneurs. Au-­­­delà de ces actes mani­­fes­­te­­ment révo­­lu­­tion­­naires, la dimen­­sion révo­­lu­­tion­­naire du mou­­ve­­ment pay­­san se révèle dans la négo­­cia­­tion impli­­cite qui se met en place entre les élites poli­­tiques loin­­taines et les commu­­nau­­tés villa­­geoises et qui conduit à repen­­ser les rap­­ports de pou­­voir au niveau local.

7Cha­­cun dans sa perspec­­tive, ces textes méritent d’être lus, ne seraient-­­­ce parce qu’ils prennent au sérieux les pistes pro­­po­­sées par les his­­to­­riens post-­­­révisionnistes et tentent d’y appor­­ter des réponses en se pla­­çant de façon cri­­tique sur le même ter­­rain : celui de la réforme de l’État ou de la construc­­tion dis­­cur­­sive des caté­­go­­ries sociales. Notons pour être complet que la revue pro­­pose aussi la trans­­crip­­tion d’un débat autour de la Révo­­lu­­tion de 1688, évé­­ne­­ment clé de l’his­­toire anglaise qui a fait l’objet d’un ré­­­inves­­tis­­se­­ment récent. Les spé­­cia­­listes de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise s’y repor­­te­­ront avec d’autant plus de pro­­fit que sur ce sujet aussi, mar­­xistes et révi­­sion­­nistes se sont affron­­tés, notam­­ment lors du Tri­­cen­­te­­naire célé­­bré dis­­crè­­te­­ment en 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Louvrier, « Socialist History, Journal of the Socialist History Society, n°33 : « Origins of the French Revolution » », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 215-218.

Référence électronique

Julien Louvrier, « Socialist History, Journal of the Socialist History Society, n°33 : « Origins of the French Revolution » », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12376

Haut de page

Auteur

Julien Louvrier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org