Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Antoine Follain (dir.), Une société agronomique au XVIIIe siècle. Les Thesmophores de Blaison en Anjou

Jean-Pierre Jessenne
p. 220-222
Référence(s) :

Antoine Follain (dir.), Une société agronomique au XVIIIe siècle. Les Thesmophores de Blaison en Anjou, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2010, 277 p., préface de Daniel Roche, ISBN 978-2-915611564, 25 €.

Texte intégral

1C’est un ouvrage ori­­gi­­nal et rien moins qu’anec­­do­­tique que nous pro­­pose Antoine Follain. L’ori­­gi­­na­­lité ne tient pas tel­­le­­ment au titre – les membres de cette société agro­­no­­mique ange­­vine se nomment Thesmophores en réfé­­rence aux fêtes en l’hon­­neur de Déméter dans la Grèce antique – qu’à la démarche qui a guidé cette publi­­ca­­tion et au ques­­tion­­ne­­ment ouvert par cette très res­treinte et éphé­­mère société qui n’a d’acti­­vité avé­­rée qu’en ­1776-1777.

2Cette approche ini­­tiée par Antoine Follain repose sur un authen­­tique tra­­vail col­­lec­­tif auquel ont été asso­­ciés des étu­­diants d’Angers et Strasbourg, plu­­sieurs cher­cheurs uni­­ver­­si­­taires et des his­­to­­riens ange­­vins. Outre la qua­­lité for­­ma­­trice et gra­­ti­­fiante pour les étu­­diants que l’on devine, cette démarche per­­met un livre à dimen­­sions mul­­tiples mais pas compo­­site. En plus de la pré­­face de Daniel Roche qui syn­­thé­­tise remar­­qua­­ble­­ment les enjeux, trois ensembles sont fina­­le­­ment pro­­po­­sés.

3Au cœur, la publi­­ca­­tion des textes de ladite société par Antoine Follain et Clément Trénit, auteur d’un master sur le sujet à l’Uni­­ver­­sité d’Angers. Sachant la rigueur édi­­to­­riale démon­­trée par Antoine Follain dans de nom­­breuses publi­­ca­­tions de textes, on ne s’éton­­nera pas qu’ici encore l’édi­­tion soit très métho­­dique avec mise en contexte, appa­­reil cri­­tique, variantes…Tout y est. Cela nous donne donc quelque 80 pages de textes sur­­tout compo­­sés de mémoires rédi­­gés en réponse à des ques­­tions posées par la société sur l’assè­­che­­ment des marais, les mérites des dif­­fé­­rents modes de culture (outils, viti­­culture…) ou de tenure des terres (arrentement ou fer­­mage), mémoires complé­­tés par quelques lettres. Les auteurs sont prin­­ci­­pa­­le­­ment des membres de la société et quelques inter­­ve­­nants ayant des attaches régio­­nales, dont Charles de Butré, qui a appar­­tenu au cercle de Quesnay, est pro­­prié­­taire en Touraine et membre de plu­­sieurs socié­­tés d’agri­­culture. Au total, ces textes ne sont pas tous d’un inté­­rêt majeur soit qu’ils sont d’une rela­­tive bana­­lité dans les nom­­breuses contri­­bu­­tions agro­­no­­miques du XVIIIe, soit qu’ils traitent de ques­­tions très locales ou tech­­niques. L’inté­­rêt est donc autant dans les accom­­pa­­gne­­ments des docu­­ments.

4En pre­­mier lieu nous sou­­li­­gne­­rons la mise au point d’Antoine Follain et de ses étu­­diants sur le recru­­te­­ment, les acti­­vi­­tés, les connexions de cette micro-­­­société de 8 membres. Comme le remarque Daniel Roche dans sa pré­­face : « Le groupe connaît et s’appro­­prie une part du mes­­sage patrio­­tique et uti­­li­­taire, savant et let­­tré, dif­­fusé dans les grandes socié­­tés et les grandes œuvres[…] » (p. III). On voit en effet comment ces notaire, offi­­cier de sei­­gneu­­rie, ingé­­nieur ou avo­­cat s’appro­­prient pré­­oc­­cu­­pa­­tions et idées du moment avec un objec­­tif essen­­tiel : les faire pas­­ser dans les pra­­tiques de leur milieu rural sin­­gu­­lier. En même temps, il s’agit bien d’une forme de socia­­bi­­lité pour une bour­­geoi­­sie locale sou­­cieuse de ce que les acti­­vi­­tés prennent la forme de réunions entre amis tout en étant d’inté­­rêt col­­lec­­tif. On comprend et mesure ainsi mieux la réa­­lité de la péné­­tra­­tion des idées et ques­­tions des Lumières dans la société fran­­çaise, y compris rurale, par des rami­­fi­­ca­­tions y compris « micro­­sco­­piques », mais qui font sens par rap­­port au mou­­ve­­ment d’ensemble. Reste à inter­­ro­­ger la briè­­veté de l’expé­­rience nous y revien­­drons.

5En effet un autre aspect du livre mérite atten­­tion, ce sont les contri­­bu­­tions visant à éclai­­rer dif­­fé­­rents enjeux ou aspects de la société rurale ange­­vine : ques­­tions du des­­sè­­che­­ment des marais abor­­dée par J.-M. Derex, du vignoble trai­­tée par T. Merechvili et B. Musset, de la société tourangelle et des « bêcheurs » exa­­mi­­née par Brigitte Maillard, des baux étu­­diés par J.-L. Guittemy, des idées sociales et poli­­tiques vues par S. Bianchi, de l’ins­­crip­­tion agro­­no­­mique de cette société abor­­dée par F. Knittel. Arrêtons-­­­nous juste briè­­ve­­ment aux deux ana­­lyses de la société rurale locale. J.-L. Guittemy inter­­roge la por­­tée sociale des baux en vigueur et en débat dans la région, mon­­trant notam­­ment le rôle impor­­tant joué par « les fer­­miers géné­­raux » gérant les mul­­tiples exploi­­ta­­tions don­­nées à bail par les grands pro­­prié­­taires. Cet exemple confirme une fois de plus l’inté­­rêt qu’il y aurait à une étude métho­­dique de cette caté­­go­­rie déci­­sive dans les rela­­tions sociales en cer­­taines régions et qu’il convien­­drait de commen­­cer par nom­­mer autre­­ment – pour évi­­ter la double confu­­sion avec les membres de la Ferme géné­­rale et avec les fermiers-­­­exploitants de terre prise à bail contre des loyers en argent. B. Maillard, quant à elle, explique l’impor­­tance de cette caté­­go­­rie inter­­mé­­diaire, sou­­vent igno­­rée dans l’oppo­­si­­tion réduc­­trice entre labou­­reurs et manou­­vriers ou « gros » et petits » et qu’on nomme ici : les « bêcheurs » : ils sont au cœur du sys­­tème agro-­­­rural par­­ti­­cu­­lier du Val de Loire, qui en rai­­son des sols se prête à des cultures spé­­cia­­li­­sées (légumes, lin….), mais à condi­­tion de déployer un tra­­vail inten­­sif et soi­­gné, lar­­ge­­ment à la main, ce qui fonde jus­­te­­ment la force de cette caté­­go­­rie proche de l’indé­­pen­­dance, mais sans aisance et qui consti­­tue une forte pro­­por­­tion de la popu­­la­­tion villa­­geoise. Cette hété­­ro­­gé­­néité sociale, les « Thesmophores » peinent semble-­­­­t-il à la prendre en compte, en usant déjà du terme géné­­rique de culti­­va­­teur (au sujet des enjeux de ces dési­­gna­­tions voir les contri­­bu­­tions de G. Béaur, J.-P. Jessenne, J.-P. Lethuillier, B. Maillard dans A. Antoine, Cam­­pagnes de l’Ouest, Stra­­ti­­gra­­phie et rela­­tions sociales, Rennes, PUR, 1999)

6Ceci nous ramène à l’inter­­pré­­ta­­tion de la briè­­veté de l’expé­­rience. Aux rai­­sons pré­­cises invo­­quées par Antoine Follain, je serais tenté d’en sug­­gé­­rer deux autres : d’une part, même très villa­­geoise, cette société de Blaison reste quand même l’affaire d’une élite bour­­geoise qui n’a guère de pra­­tiques directes de l’agri­­culture et n’est pas à pro­­pre­­ment par­­ler pay­­sanne ; d’autre part la manière d’abor­­der les dif­­fé­­ren­­cia­­tions sociales et la société de leur temps demeure plu­­tôt impré­­gnée de prin­­cipes géné­­raux sur les bonnes manières agro­­no­­miques que sou­­cieuse des pro­­blèmes qui se posent de plus en plus dans cette société rurale du der­­nier quart du xviiie siècle : exis­­tence d’un nombre crois­­sant de villa­­geois sans terre ou n’en ayant pas assez pour vivre et, si peu évo­­qué dans les textes, poids du pré­­lè­­ve­­ment sei­­gneu­­rial et fis­­cal. Au total, pas assez proches des pré­­oc­­cu­­pa­­tions villa­­geoises, trop éloi­­gnés de hauts lieux de la socia­­bi­­lité urbaine, voilà une dis­­tance et une situa­­tion d’entre-­­­deux qui explique peut-­­­être la fai­­blesse de l’audience et la briè­­veté d’une expé­­rience. Elle n’en est pas moins inté­­res­­sante et il faut savoir gré à A. Follain de nous l’avoir res­­ti­­tué et donné à comprendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Jessenne, « Antoine Follain (dir.), Une société agronomique au XVIIIe siècle. Les Thesmophores de Blaison en Anjou », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 220-222.

Référence électronique

Jean-Pierre Jessenne, « Antoine Follain (dir.), Une société agronomique au XVIIIe siècle. Les Thesmophores de Blaison en Anjou », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12380

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Jessenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org