Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Noelle Plack, Common Land, Wine and the French Revolution. Rural Society and Economy in Southern France, c. 1789-1820

Jean-Pierre Jessenne
p. 222-223
Référence(s) :

Noelle plack, Common Land, Wine and the French Revolution. Rural Society and Economy in Southern France, c. 1789-1820, Ashgate, Farhnam, 2009, ISBN 978-0-754667285, 82.39 €.

Texte intégral

1Noelle Plack pro­­longe un PhD sou­­tenu sous la direc­­tion de Peter Jones à l’Uni­­ver­­sité de Birmingham par ce livre qui nous pro­­pose une nou­­velle approche de la ques­­tion des biens commu­­naux par delà la Révo­­lu­­tion fran­­çaise. Son éco­­no­­mie géné­­rale repose sur le rap­­pro­­che­­ment de trois types d’infor­­ma­­tions : le rap­­pel des légis­­la­­tions sur le sujet ; la mobi­­li­­sa­­tion de don­­nées géné­­rales tirées de divers ouvrages au pre­­mier rang des­­quels celui de Nadine Vivier (Pro­­priété col­­lec­­tive et iden­­tité commu­­nale : les biens commu­­naux en France, 1750-1914, Paris, 1998) ; les fruits d’une recherche per­­son­­nelle consa­­crée au dépar­­te­­ment du Gard. Ce rap­­pro­­che­­ment résume l’inté­­rêt en même temps que les limites de l’ouvrage. Le cas gardois per­­met de mieux connaître un exemple agraire assez peu étu­­dié, en tout cas sous l’angle des biens commu­­naux, et livre de nom­­breux cas inté­­res­­sants de situa­­tions locales, notam­­ment dans la mise en œuvre des lois et les mobi­­li­­sa­­tions villa­­geoises sur cet objet. En revanche, si le titre un peu exten­­sif donne à espé­­rer une étude garan­­tis­­sant une forte connexion entre un vaste exemple régio­­nal et une ample approche natio­­nale, il s’agit en fait d’un cas dépar­­te­­men­­tal et d’un rap­­pel natio­­nal plus jux­­ta­­po­­sés que vrai­­ment liés.

2L’intro­­duc­­tion reprend l’his­­to­­rio­­gra­­phie du pro­­blème ; à cet égard on regret­­tera que le mode de for­­mu­­la­­tion des ques­­tions agraires semble, comme c’est trop sou­­vent le cas dans l’his­­to­­rio­­gra­­phie anglaise et amé­­ri­­caine, arrê­­tée à Georges Lefebvre et Anatoli A­­­do et plus lar­­ge­­ment à l’oppo­­si­­tion réduc­­trice entre gros et petits pay­­sans, en mino­­rant les tra­­vaux qui depuis 30 ans ont mon­­tré l’hété­­ro­­gé­­néité de la société rurale – d’ailleurs évo­­quée plus loin dans le livre (p. 27 pas­­sim) – et la mul­­ti­­pli­­cité des moda­­li­­tés du déve­­lop­­pe­­ment agri­­cole en France. Le pre­­mier cha­­pitre pro­­pose une étude mono­­gra­­phique du dépar­­te­­ment du Gard, avec là aussi la mise en évi­­dence de la diver­­sité du dépar­­te­­ment entre plaine côtière, « gar­­rigues » et Cévennes (on notera en pre­­mière page une inver­­sion mal­­heu­­reuse entre les par­­ties orien­­tale et occi­­den­­tale du dépar­­te­­ment). Les biens commu­­naux consti­­tuent 14 % de la super­­fi­­cie totale de ce dépar­­te­­ment, en fait sous des formes variées : friches arides, bois, marais côtiers ; mais par­­tout l’usage prin­­ci­­pal est la pâture.

3Quatre cha­­pitres chro­­no­­lo­­giques sont consa­­crés aux légis­­la­­tions suc­­ces­­sives et à leur appli­­ca­­tion. De la période ­1789-92, à pro­­pos de laquelle Noelle Plack rap­­pelle la légis­­la­­tion miti­­gée en matière d’usages col­­lec­­tifs, on retien­­dra qu’une enquête de 1790 confirme l’atta­­che­­ment majo­­ri­­taire des ruraux gardois aux commu­­naux, alors que les admi­­nis­­tra­­teurs de dépar­­te­­ment et de dis­­tricts, en bons libé­­raux, inclinent au par­­tage, si bien que la ques­­tion des terres communes consti­­tue un des ter­­rains d’inévi­­tables débats entre les légis­­la­­teurs, les auto­­ri­­tés et les citoyens des cam­­pagnes. L’inflexion éga­­li­­taire de la légis­­la­­tion en août 1792 est en par­­tie relayée dans le dépar­­te­­ment, du moins à la mesure des huit pétitions qui réclament la mise en œuvre d’un par­­tage éga­­li­­taire. Le cha­­pitre sui­­vant est logi­­que­­ment consa­­cré à la « révo­­lu­­tion jaco­­bine de 93 ». Sans reve­­nir ici sur la ques­­tion de la per­­ti­­nence d’une notion qui tend à poser comme une évi­­dence l’exis­­tence d’une uni­­cité de la poli­­tique agraire jaco­­bine, dans un cha­­pitre où on retrou­­vera des thèmes sou­­vent abor­­dés sur les débats et les dif­­fi­­cultés pra­­tiques de l’appli­­ca­­tion de la loi du 10 juin 1793, on retien­­dra sur­­tout le réca­­pi­­tu­­la­­tif (p. 75) et l’ampleur très rela­­tive du par­­tage : sur 361 communes dans le dépar­­te­­ment, 18 l’ont effec­­ti­­ve­­ment appli­­qué alors que 25 l’ont voté, sur­­tout dans les sec­­teurs Nîmes – A­­­lès et des côtes du Rhône. Des exemples inté­­res­­sants, comme celui de Ners, sont par ailleurs expo­­sés. Il nous semble qu’au vu de l’évo­­ca­­tion des sources, on pour­­rait peut-­­­être aller plus loin dans l’étude des déli­­bé­­ra­­tions et pétitions, par exemple dans la mise en évi­­dence des forces en pré­­sence. Les deux cha­­pitres sui­­vants abordent clas­­si­­que­­ment d’abord les mises en cause et conso­­li­­da­­tions sous le Direc­­toire et le Consu­­lat, avec notam­­ment la trans­­for­­ma­­tion des par­­celles par­­ta­­gées en loca­­tions, puis la mise en vente en 1813 par un Etat impé­­rial en mal de res­­sources finan­­cières. Comme Nadine Vivier qui avait attiré l’atten­­tion sur ce point, Noelle Plack montre l’ampleur de ces ventes, le manque à gagner qui en résulte pour les bud­­gets commu­­naux et la pro­­mo­­tion fon­­cière au béné­­fice sur­­tout de la bour­­geoi­­sie. La Res­­tau­­ra­­tion pro­­longe cette évo­­lu­­tion par l’ordon­­nance de 1819.

4Le der­­nier cha­­pitre jus­­ti­­fie l’allu­­sion au vin dans le titre et pro­­pose une inter­­pré­­ta­­tion socio-­­­économique des chan­­ge­­ments inter­­ve­­nus dans l’éco­­no­­mie agri­­cole : la clef se trouve dans la pro­­gres­­sion des sur­­faces plan­­tées en vigne (51 000 ha à la fin de l’Ancien Régime ; 71 000 en 1808). Usur­­pa­­tions de lopins pris sur les commu­­naux, lots par­­ta­­gés ou trans­­for­­més en biens loués, par­­celles ven­­dues vont dans le sens d’une indi­­vi­­dua­­li­­sa­­tion pro­­pice à la conver­­sion viti­­cole. Même si on eût sou­­haité une démons­­tra­­tion plus métho­­dique de la conver­­sion en vignes jus­­te­­ment des terres issues des ex-­­­communaux, on peut rete­­nir la conclu­­sion qui lie, en cette région, abo­­li­­tion des charges sei­­gneu­­riales, avan­­cée de la petite pro­­priété pay­­sanne et pro­­gres­­sion d’une agri­­culture viti­­cole plus tour­­née vers le mar­­ché. Après les tra­­vaux de Peter McPhee et d’autres, Noelle Plack confirme bien un mode de déve­­lop­­pe­­ment. Il n’est pas le seul dans une France rurale dont nous avons sou­­vent sou­­li­­gné la fon­­da­­men­­tale hété­­ro­­gé­­néité et la diver­­sité des sys­­tèmes agro-­­­ruraux.

5Au total, si la mise en cohé­­rence de la démarche et des argu­­ments, tant historiographiques que thé­­ma­­tiques, laisse un peu à dési­­rer, si les mises au point légis­­la­­tives et natio­­nales ne sont pas neuves, l’ouvrage offre sans conteste un exemple qui sera utile dans l’avan­­cée lente vers une syn­­thèse des chan­­ge­­ments essen­­tiels et plu­­riels impul­­sés dans le domaine agraire par une Révo­­lu­­tion qui conjugue tou­­jours nou­­veau­­tés légis­­la­­tives et prises en charge locale des affaires col­­lec­­tives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Jessenne, « Noelle Plack, Common Land, Wine and the French Revolution. Rural Society and Economy in Southern France, c. 1789-1820 », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 222-223.

Référence électronique

Jean-Pierre Jessenne, « Noelle Plack, Common Land, Wine and the French Revolution. Rural Society and Economy in Southern France, c. 1789-1820 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12381

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Jessenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org