Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Riviale, Gracchus Babeuf, Robespierre et les tyrans suivi de Du système de dépopulation ou la vie et les crimes de Carrier par Gracchus Babeuf

Claude Mazauric
p. 223-226
Référence(s) :

Philippe Riviale, Gracchus Babeuf, Robespierre et les tyrans suivi de Du système de dépopulation ou la vie et les crimes de Carrier par Gracchus Babeuf, Paris, L’Harmattan, 2011, 369 p., ISBN 978-2-296-54204-4, 33 €.

Texte intégral

1Auteur d’ouvrages consa­­crés à Babeuf et aux Égaux en leur temps remar­­qués, notam­­ment par François Hincker en 1995 et par Raymonde Mon­­­nier en 2002 dans les Annales his­­to­­riques de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Philippe Riviale réédite aujourd’hui le fameux Du sys­­tème de dépo­­pu­­la­­tion […], 194 pages, paru au début de l’an III chez l’impri­­meur Franklin, rue de Cléry à Paris. Philippe Riviale fait pré­­cé­­der la réédi­­tion du texte de Babeuf d’une pro­­fuse intro­­duc­­tion de 257 pages et l’accom­­pagne d’un addendum de quatre pages, extrait de la Dénon­­cia­­tion faite aux comi­­tés de salut public et d’agri­­culture de la Conven­­tion, d’un complot de famine contre Paris, indi­­quée comme datant du 18 juillet 1793 quand François-­­­Noël Babeuf était employé dans l’admi­­nis­­tra­­tion des sub­­sis­­tances de Paris (la réfé­­rence don­­née : « Source Gallica », est impré­­cise mais selon l’Inven­­taire des manus­­crits et impri­­més de Babeuf (B.N. 1976) le docu­­ment cité pour­­rait concer­­ner la pièce BN 8° Lb 41 752).

2Une réédi­­tion du livre de Babeuf Du sys­­tème de dépo­­pu­­la­­tion […] avait déjà paru chez Tallandier à l’ini­­tiative de Reynald Sécher et Jean-Joël Brégeon, les­­quels, au moment du bicen­­te­­naire, avaient pré­­tendu embar­­quer Babeuf parmi les dénon­­cia­­teurs du « géno­­cide franco-­­­français » pro­­posé par Pierre Chaunu. En son temps, j’avais dénoncé la manœuvre dans un article (« Sur Babeuf à pro­­pos de la Vendée » Regards sur les socié­­tés modernes, Mélanges offerts à Claude Petitfrère, Tours, 1997, p. ­251-264) en repla­­çant dans sa confi­­gu­­ra­­tion his­­to­­rique et bio­­gra­­phique, le contenu de l’ouvrage de Babeuf, rédigé, je le rap­­pelle, au cours de l’automne thermidorien quand se pro­­fi­­lait à Paris le pro­­cès intenté à Car­­rier. En 2008, aux Editions du Cerf, Reynald Sécher et Jean-­­­Joël Bour­­geon ont relancé une nou­­velle réédi­­tion du texte de Babeuf, cette fois-­­­ci pré­­fa­­cée par Stéphane Cour­­tois, lequel cherche à embri­­ga­­der le « commu­­niste » Babeuf contre lui-­­­même, parmi les pré­­cur­­seurs de la réflexion sur les populicides parce qu’il aurait « ana­­lysé avec finesse la ten­­ta­­tive révo­­lu­­tion­­naire d’exter­­mi­­ner la Vendée ». Dans le livre dont il est fait ici recen­­sion, Philippe Riviale s’ins­­crit en faux avec jus­­tesse et cou­­rage contre cette pré­­ten­­tion dont il observe plus qu’il ne les ana­­lyse d’ailleurs, les pré­­sup­­po­­sés idéo­­lo­­giques mais en s’évertuant, non sans suc­­cès, à en mon­­trer l’ina­­nité concep­­tuelle et fac­­tuelle : c’est le mérite prin­­ci­­pal de la longue « pre­­mière par­­tie : Babeuf dans la Révo­­lu­­tion » qui tient lieu d’intro­­duc­­tion au texte même de Babeuf, lequel n’occupe que le tiers de la pagi­­na­­tion du livre tout entier. En elle-­­­même, cette appré­­ciable réfu­­ta­­tion sera remar­­quée par les spé­­cia­­listes de la période, en rai­­son de l’inté­­rêt nou­­veau que sus­­cite l’ouvrage de Babeuf. L’article de Ronan Chalmin, « La répu­­blique populicide : relire Du sys­­tème de dépo­­pu­­la­­tion de G. Babeuf », paru dans la der­­nière livrai­­son de la revue xviiie siècle (no 43, 2011, pp. ­449-468) montre bien le renou­­veau d’inté­­rêt pour ce texte.

3La pre­­mière par­­tie du livre de Philippe Riviale se pré­­sente donc comme un long essai d’his­­toire de la Révo­­lu­­tion. Cette sorte d’intro­­duc­­tion pro­­fuse, jux­­ta­­pose en quinze cha­­pitres suc­­ces­­sifs d’inégale lon­­gueur, divers déve­­lop­­pe­­ments ; mais ceux-­­­ci fort sou­­vent n’ont pas de rap­­ports directs avec l’éla­­bo­­ra­­tion du texte de Babeuf lui-­­­même : ainsi du cha­­pitre por­­tant comme titre « De la force du gou­­ver­­ne­­ment actuel de la France et de la néces­­sité de s’y ral­­lier (p. ­93-98) », six pages où il est ques­­tion de la bro­­chure bien connue de Ben­­ja­­min Constant parue après le texte de Babeuf, lors de l’avè­­ne­­ment du Direc­­toire, et donc sans effet pos­­sible sur l’éla­­bo­­ra­­tion du Sys­­tème de dépo­­pu­­la­­tion sauf à s’embar­­quer dans une sorte de méta-­­­histoire éloi­­gnée de la pré­­oc­­cu­­pa­­tion des his­­to­­riens pro­­pre­­ment dits. Les rap­­ports de Babeuf avec le mou­­ve­­ment de la Révo­­lu­­tion avant Ther­­mi­­dor sont abor­­dés ici ou là sous un éclai­­rage déli­­bé­­ré­­ment ana­­chro­­nique : ainsi l’ana­­lyse des « idées de Babeuf » rela­­tives à la notion d’éga­­lité est-­­­elle intro­­duite par une réfu­­ta­­tion de l’idée selon laquelle elles auraient eu quelque rap­­port avec la concep­­tion du « par­­tage » qui, « de l’Icarie de Cabet au socia­­lisme réel, où le sys­­tème des faveurs, de l’intrigue et des supé­­riori­­tés régna sous cou­­vert des mots d’ordre, aux­­quels per­­sonne ne crut, après peu de temps » (p. 109) s’est par la suite répan­­due… Quelle serait donc la concep­­tion de l’éga­­lité de Babeuf ? « La dignité de la vie pour cha­­cun » ! Voilà assu­­ré­­ment qui est un peu court pour comprendre la haine de classe que Babeuf sus­­cita de son vivant et que l’auteur d’ailleurs, qui aime Babeuf, stig­­matise en per­­ma­­nence… L’ana­­chro­­nisme qui carac­­té­­ri­­sait sou­­vent les ouvrages pré­­cé­­dents de Philippe Riviale, ouvrages aux­­quels il ren­­voie fré­­quem­­ment le lec­­teur pour se dis­­pen­­ser de pous­­ser ses démons­­tra­­tions (La conju­­ra­­tion, 1994, L’impa­­tience du bon­­heur, 2001), pré­­sente quelque­­fois des aspects sur­­pre­­nants. Ainsi lit-­­­on, par exemple, sous sa plume : « On ne sera pas étonné, si je rap­­pelle que l’« hos­­ti­­lité aux par­­tis » de Babeuf, selon la sup­­po­­si­­tion de l’auteur, fut celle-­­­là même qu’éprouva Simone Weil » dans ses Ecrits de Londres parus en 1957 ! Une compa­­rai­­son appuyée de longues cita­­tions de Weil pré­­sen­­tées sans commen­­taire, comme si la notion de « par­­tis » fran­­çais au xxe siècle était compa­­rable à celle de « par­­tis » comme Babeuf et ses contem­­po­­rains les enten­­daient en 1794 ! L’affir­­ma­­tion est sui­­vie sans tran­­si­­tion d’une évo­­ca­­tion de la misère fran­­çaise ins­­pi­­rée des récits de voyage d’Arthur Young en France en 1788, 1789 et 1792, elle-­­­même sui­­vie de ce constat baroque : « Que ce soit en Indo­­­chine en 1946, en Algérie en 1954, il en fut comme pour la guerre de Vendée… ». Vient alors en conclu­­sion du déve­­lop­­pe­­ment, une cita­­tion de Babeuf tirée du Sys­­tème de dépo­­pu­­la­­tion sup­­po­­sée appor­­ter démons­­tra­­tion des véri­­tés anté­­rieu­­re­­ment énon­­cées. A quoi peut conduire une telle rhé­­to­­rique super­­fi­­cielle ? S’agis­­sant de l’his­­toire de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise comme pro­­ces­­sus ou suc­­ces­­sion d’évé­­ne­­ments, j’avoue n’avoir pas réussi à me faire une idée d’ensemble de ce qui fonde la doxa pro­­po­­sée par Philippe Riviale dans sa longue dis­­ser­­ta­­tion : il est ques­­tion de « tyrans » et de « tyran­­nie », de cor­­rup­­tion et d’« oppres­­seurs », d’ambi­­tion et d’« argent conspi­­ra­­teur », de « Car­­rier, monstre ordi­­naire », de « tyrans nou­­veaux après Ther­­mi­­dor » … aux­­quels s’opposent de « nou­­veaux rebelles », mais, en se fon­­dant sur une lec­­ture atten­­tive, on éprouve, du moins m’a-­­­­t-il sem­­blé, des dif­­fi­­cultés quasi-­­­insurmontables à comprendre ce qui a mis en mou­­ve­­ment la France à la fin du xviiie siècle : du coup la place de Babeuf dans ce dis­­po­­si­­tif confus, n’est guère autre que celle d’un pro­­phète dont la parole se situe fina­­le­­ment hors du temps, hors de son temps : on ne sau­­rait mieux régres­­ser en amont de l’œuvre de Victor Daline (pour ne rete­­nir ici que le nom de l’his­­to­­rien qui a renou­­velé en pro­­fon­­deur la connais­­sance de Babeuf) qui montre Babeuf héri­­tier et inno­­va­­teur dans la pra­­tique poli­­tique, du pro­­jet ances­­tral de construc­­tion d’une nou­­velle société faite pour tous les humains, non pour des mino­­ri­­tés de domi­­nants exploi­­teurs. Robespierre comme Saint-­­­Just, en tant qu’indi­­vi­­dus, se sortent assez bien des juge­­ments sou­­vent for­­mu­­lés à l’emporte-­­­pièce par Philippe Riviale dans les cinq pre­­miers cha­­pitres et dans le dou­­zième de la « pre­­mière par­­tie » mais en tant que pro­­ta­­go­­nistes d’une trans­­for­­ma­­tion démo­­cra­­tique de l’ins­­ti­­tution poli­­tique et comme pen­­seurs de la « Ter­­reur » en tant qu’ins­­tru­­ment tran­­si­­toire du gou­­ver­­ne­­ment, rien, à mon sens, ne nous est dit de cohé­­rent, donc de convain­­cant. Or la compré­­hen­­sion du Sys­­tème de dépo­­pu­­la­­tion de Babeuf dont le contenu vise à faire comprendre que sans éta­­blis­­se­­ment d’une trans­­for­­ma­­tion sociale radi­­cale, à quoi ont renoncé, selon lui, ceux que nous appe­­lons les « robespierristes », une seule voie se dégage, celle de la tyran­­nie de la pro­­priété par­­ti­­cu­­lière et de l’acca­­pa­­re­­ment des richesses par les oli­­gar­­chies, orien­­ta­­tion qui a conduit (et conduira) au mal-­­­être social, à la vio­­lence tyran­­nique, au populicide et à la régres­­sion humaine, ces maux abso­­lus contre les­­quels se dresse déjà celui qui va bien­­tôt se dire le « Tri­­bun du peuple ».

4Sou­­li­­gnons enfin que l’auteur du livre ne se prive jamais de régler des comptes dont on voit mal l’ori­­gine ou l’inté­­rêt, à moins d’être soi-­­­même informé de cir­­constances dont l’his­­toire est obs­­cure : du moins l’est-­­­elle pour l’auteur de ce compte rendu. Ainsi, à la page 20, Riviale exécute-­­­­t-il, de manière insup­­por­­table, l’excel­­lente étude, nova­­trice en son temps, de Françoise Brunel (« Mélanges sur l’his­­to­­rio­­gra­­phie de la réac­­tion thermidorienne ; pour une ana­­lyse de l’échec de la voie jaco­­bine », AHRF, 1979) où il ne voit que « confu­­sion », « erreur de juge­­ment », reprise de « l’his­­to­­rio­­gra­­phie usuelle de Mathiez à Soboul », etc. A la page 107, une note 2 nous apprend ceci : « Quand j’étu­­diais à la Faculté de droit de Paris (…) j’eus une alga­­rade avec M. Jean-­­­Louis Debré –l’actuel pré­­sident du conseil consti­­tution­­nel, (NDR) – mon condis­­ciple, pour avoir pro­­testé (contre l’emploi des mots « gueux, canaille, popu­­lace » NDR). J’étais, faut-­­­il le dire, seul à le faire dans cette aimable société d’élite » : en quoi cette confi­­dence nous aide-­­­­t-elle à sai­­sir le contexte de la paru­­tion du Sys­­tème de dépo­­pu­­la­­tion de Babeuf ? Page 113 (note 2), Philippe Riviale tient avec juste rai­­son à se démar­­quer de l’article bien connu et sur­­­valorisé en son temps de M. Andrews (Annales ESC, 1974, p. ­73-106) : mais pour­­quoi l’accom­­pa­­gner de ce commen­­taire : « Pauvre Marc Bloch, pauvre Lucien Febvre » […] « Andrews admire les vain­­queurs qui sont habiles et méprise les per­­dants qui ne savent pas s’adap­­ter, etc. ». Et d’ajou­­ter per­­fi­­de­­ment : « J’ai fait jus­­tice dans La Conspi­­ra­­tion de l’article de M. Andrews, dont l’heure de gloire était venue avec la reconnais­­sance des pairs en His­­toire consi­­dé­­rée selon la chi­­rur­­gie esthé­­tique. Pour cou­­ron­­ner l’effet, il y eut le pâle acquies­­ce­­ment de Claude Mazauric, ci-­­­devant tenant du titre de « spé­­cia­­liste de Babeuf » qui parla de front popu­­laire avec les ex-­­­conventionnels Amar, Vadier, Laignelot et Co. Puis vint François Furet, Napo­­léon de l’EHESS ». Sans alour­­dir la barque, je ferai remar­­quer à M. Riviale que ma cri­­tique sévère de l’article de Andrews – qui n’avait donc rien d’un acquies­­ce­­ment – était, elle, res­­pec­­tueuse de l’homme et du cher­cheur, et bien anté­­rieure à la sienne, datant de la réédi­­tion de mon recueil Babeuf. Ecrits en 1988, qu’il a tou­­jours l’air d’igno­­rer même après sa réédi­­tion récente, en 2009 au Temps des cerises, un recueil aug­­menté, cor­­rigé et complété, signa­­lant en outre dans la biblio­­gra­­phie les ouvrages de l’auteur ici en ques­­tion ! Quant à l’amal­­game opéré in fine entre feu Furet et ma modeste per­­sonne, laquelle n’a rien de celle d’un men­­tor et se montre encore vivante, il sur­­pren­­dra celles et ceux qui n’ignorent rien de l’his­­toire intel­­lec­­tuelle récente en France (et ailleurs) !

5Reste que le livre de Philippe Riviale, en ce qu’il nous pro­­pose une réédi­­tion bien venue de l’ouvrage thermidorien de Babeuf, inté­­res­­sera tous ceux qui tiennent l’his­­toire de Babeuf et des babouvistes pour une grande his­­toire, tou­­jours en débat. Et j’ajou­­te­­rai pour ma part que son auteur aura beau s’y éver­­tuer, il n’arri­­vera pas à faire du signa­­taire de ce bref compte-­­­rendu son adver­­saire. Pas plus aujourd’hui que lors du Col­­loque de Vendôme de 1997 dont les Actes ont paru et où nous étions pré­­sents de concert avec Michel Vovelle et quelques autres !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Mazauric, « Philippe Riviale, Gracchus Babeuf, Robespierre et les tyrans suivi de Du système de dépopulation ou la vie et les crimes de Carrier par Gracchus Babeuf », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 223-226.

Référence électronique

Claude Mazauric, « Philippe Riviale, Gracchus Babeuf, Robespierre et les tyrans suivi de Du système de dépopulation ou la vie et les crimes de Carrier par Gracchus Babeuf », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12383

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org