Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gabriel de Mirabeau, « Les amours qui finissent ne sont pas les nôtres ». Lettres à Sophie de Monnier, 1777-1780

Michel Biard
p. 230-231
Référence(s) :

Gabriel de Mirabeau, « Les amours qui finissent ne sont pas les nôtres ». Lettres à Sophie de Monnier, 1777-1780, Jean-Paul DESPRAT (éd.), Paris, Tallandier, 2010, 352 p., ISBN 978-2-84734-743-2, 20.90 €.

Texte intégral

1Dans son intro­­duc­­tion d’une tren­­taine de pages, Jean-­­­Paul Desprat rap­­pelle tout d’abord à grands traits quelques épi­­sodes mar­­quants de la vie bien connue de Mirabeau, avant d’évo­­quer l’année 1775 qui voit son trans­­fert du châ­­teau d’If au fort de Joux. Mon­­sieur de Saint-­­­Mauris, gou­­ver­­neur de la place, accueille avec cour­­toi­­sie ce pri­­son­­nier d’un genre par­­ti­­cu­­lier, fils d’un père célèbre, qui peut libre­­ment cir­­cu­­ler à condi­­tion de réin­­té­­grer chaque soir le loge­­ment qui le prive de liberté sans pour autant être une geôle. Au cœur des réseaux de socia­­bi­­lité de Pontarlier, la ville voi­­sine, le geô­­lier qui n’en est pas un intro­­duit son hôte dans la « bonne » société, notam­­ment chez le mar­­quis Bon de Mon­­­nier, pre­­mier pré­­sident hono­­raire de la chambre des comptes de Dôle. Âgé de plus de 70 ans, devenu veuf, ce der­­nier s’est rema­­rié à Marie-­­­Thérèse Sophie Richard de Ruffey, jeune femme de 20 ans. Entre Mirabeau et celle qu’il appelle Sophie naît vite un amour aux consé­­quences si ora­­geuses, tel­­le­­ment pleines de rebon­­dis­­se­­ments divers, qu’on les croi­­rait volon­­tiers issues de l’ima­­gi­­na­­tion fer­­tile d’un roman­­cier. Secret, enlè­­ve­­ment, fuite à l’étran­­ger, vie sous des noms d’emprunt, rien ne manque, pas même le mal­­heur d’un retour à Paris en 1777 qui se solde par une cruelle sépa­­ra­­tion, Gabriel expé­­dié au don­­jon de Vincennes, Sophie enceinte et cloî­­trée dans une « mai­­son de cor­­rec­­tion » avant de l’être dans un couvent sitôt l’enfant né en jan­­vier 1778 (une petite fille, for­­cé­­ment bap­­ti­­sée Gabrielle-­­­Sophie, qui meurt en mai 1780). Le lieu­­te­­nant géné­­ral de police, Lenoir, auto­­rise les deux amants à entre­­te­­nir une cor­­res­­pon­­dance, qui fait l’objet de la pré­­sente publi­­ca­­tion, ouverte par une lettre du 16 juillet 1777 et ache­­vée en août 1780. 74 lettres au total (uni­­que­­ment la cor­­res­­pon­­dance active de Mirabeau), connues depuis long­­temps et plu­­sieurs fois publiées, notam­­ment à diverses reprises au xixe siècle. Avec l’été 1780, Mirabeau cesse d’écrire à Sophie. Le 10 sep­­tembre 1789, alors qu’il joue un rôle majeur parmi les prin­­ci­­paux pro­­ta­­go­­nistes de la jeune Révo­­lu­­tion en cours, il apprend le sui­­cide de Sophie qui n’avait guère connu que de nou­­veaux mal­­heurs suc­­ces­­sifs depuis 1780.

2De nom­­breux auteurs ont porté un juge­­ment sur cette cor­­res­­pon­­dance, ici la jugeant mono­­tone et pleine de « bour­­sou­­flures », là cher­­chant à déce­­ler der­­rière un homme épris l’auteur de textes fameux, voire l’ora­­teur à venir. Jean-­­­Paul Desprat se garde de tout juge­­ment péremp­­toire et nous livre un maté­­riau presque à l’état brut puisque, au-­­­delà de son intro­­duc­­tion, ses notes ne sont pas très nom­­breuses et le plus sou­­vent brèves. D’aucuns pour­­ront sans doute consi­­dé­­rer que l’appa­­reil cri­­tique aurait mérité un déve­­lop­­pe­­ment plus consé­­quent, tou­­te­­fois l’avan­­tage indé­­niable de ce choix est de lais­­ser chaque lec­­teur seul face aux lettres. Libre à cha­­cun dès lors de par­­cou­­rir ce volume, soit en se pas­­sion­­nant pour les échanges épis­­to­­laires de deux amants sépa­­rés, soit en tra­­quant les allu­­sions aux évé­­ne­­ments et per­­son­­nages du temps ou tout ce qui peut ser­­vir à notre connais­­sance du tri­­bun. Mal­­heur en tout cas à ceux et celles qui res­­te­­raient de marbre face à cet homme qui « mange de caresses » les lettres de son amante, lui envoie « un bacio di colomba » et sou­­pire de cueillir sur ses « lèvres humides le bon­­heur et la volupté ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Gabriel de Mirabeau, « Les amours qui finissent ne sont pas les nôtres ». Lettres à Sophie de Monnier, 1777-1780 », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 230-231.

Référence électronique

Michel Biard, « Gabriel de Mirabeau, « Les amours qui finissent ne sont pas les nôtres ». Lettres à Sophie de Monnier, 1777-1780 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12389

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org