Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Roger Dupuy, La Garde nationale 1789-1872

Annie Crépin
p. 231-233
Référence(s) :

Roger Dupuy, La Garde nationale 1789-1872, Paris, Gallimard, 2010, 606 p., ISBN 978-2-07-034716-2, 11 €.

Texte intégral

1En 1972, Roger Dupuy publiait la thèse qu’il avait consa­­crée à la Garde natio­­nale en Ille-­­­­et-Vilaine, depuis les débuts de l’épi­­sode révo­­lu­­tion­­naire, jusqu’en mars 1793. Fruits d’un inté­­rêt jamais démenti, on peut citer dans des registres dif­­fé­­rents l’article que l’auteur rédi­­gea sur l’his­­toire de la Garde natio­­nale pen­­dant la Révo­­lu­­tion et le Direc­­toire dans le Dic­­tion­­naire his­­to­­rique de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise en 1989 puis un col­­loque qu’il co-­­­dirigea avec Serge Bianchi à l’uni­­ver­­sité de Rennes, La Garde natio­­nale entre nation et peuple en armes, mythes et réa­­li­­tés,1789-1871, dont les actes parurent en 2006.

2Pour l’auteur, la Garde natio­­nale est un acteur col­­lec­­tif de pre­­mier plan, tombé dans l’oubli ou même le déni à par­­tir de la IIIe Répu­­blique et dont il a entre­­pris de rééva­­luer le rôle, quitte par­­fois à le sur­­éva­­luer. C’est sous un angle presqu’exclu­­si­­ve­­ment poli­­tique que l’auteur se place dans cette vaste syn­­thèse de près de 600 pages. Ce fai­­sant, il témoigne d’une cer­­taine ori­­gi­­na­­lité ou d’un souci d’aller à contre-­­­courant des ten­­dances historiographiques actuelles ; d’abord dans sa volonté de retour à une his­­to­­rio­­gra­­phie clas­­sique dans la lignée de Louis Girard en 1964 à pro­­pos de la Garde des monar­­chies cen­­si­­taires et du xixe siècle, en enri­­chis­­sant les ana­­lyses de celui-­­­ci par l’apport de nou­­veaux tra­­vaux et en éten­­dant les perspec­­tives de l’his­­to­­rien dix-­­­neuviémiste en amont, à la période cru­­ciale de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise : ainsi qu’on ne cherche pas dans ces pages – et Roger Dupuy l’explique dans son intro­­duc­­tion – une ana­­lyse anthro­­po­­lo­­gique ou cultu­­relle. Ensuite en met­­tant l’accent sur l’espace poli­­tique pari­­sien, alors que les his­­to­­riens de la Révo­­lu­­tion et de la pre­­mière moi­­tié du xixe siècle mettent désor­­mais la pro­­vince en lumière. N’intitule-­­­­t-il pas son intro­­duc­­tion « La Garde natio­­nale ou Paris et les fusils de la Révo­­lu­­tion » ?

3En fait, l’auteur dans les très belles pages de sa conclu­­sion dit qu’en évo­­quant la Garde natio­­nale, il a voulu écrire une « his­­toire […] des moments et des formes d’insur­­rec­­tion notam­­ment à Paris, depuis juillet 1789 jusqu’à la commune de 1871 » (p. 537).

4L’ouvrage est struc­­turé en seize cha­­pitres dont dix concernent la période révo­­lu­­tion­­naire pro­­pre­­ment dite. C’est à eux que sera consa­­cré ce compte rendu ; au sein de ceux-­­­ci, deux traitent de l’his­­toire de la Garde natio­­nale dans les dépar­­te­­ments. Roger Dupuy relit l’his­­toire de la Révo­­lu­­tion et des jour­­nées révo­­lu­­tion­­naires en fonc­­tion de la place qu’il accorde à la Garde natio­­nale, mino­­rée jusqu’ici selon lui, et qu’il situe au contraire au cœur d’une « poli­­tique de la rue ». Il s’ins­­crit donc en faux contre la vision tra­­di­­tion­­nelle d’une ins­­ti­­tution à la remorque des évé­­ne­­ments. Tout au long de ces cha­­pitres, (et ulté­­rieu­­re­­ment dans les cha­­pitres qui traitent des révo­­lu­­tions réus­­sies ou man­­quées du xixe siècle), l’auteur reprend l’his­­toire des insur­­rec­­tions pari­­siennes en mon­­trant comment la Garde natio­­nale, uti­­li­­sée pour les contrer, peut aussi assu­­rer le suc­­cès de ces jour­­nées.

5Il ana­­lyse l’ambi­­va­­lence fon­­cière de l’ins­­ti­­tution dès son ori­­gine ou pour mieux dire sa biva­­lence, puisqu’elle est à la fois force de main­­tien de l’ordre et incar­­na­­tion de la sou­­ve­­rai­­neté natio­­nale et de l’una­­ni­­mité du Tiers, éle­­vée à la hau­­teur d’un mythe. À Paris, elle semble incar­­ner l’unité du peuple, à condi­­tion de se sou­­ve­­nir que celui-­­­ci repré­­sente une réa­­lité mou­­vante et plu­­rielle. Roger Dupuy consi­­dère d’ailleurs que son étude de l’évo­­lu­­tion de la Garde natio­­nale repré­­sente une approche per­­ti­­nente des compor­­te­­ments poli­­tiques des classes moyennes, qu’en par­­ti­­cu­­lier au cours de la période ­1792-an II, son atti­­tude est le meilleur indi­­ca­­teur des rap­­ports de forces entre bour­­geois, sans-­­­culottisés ou non, et milieux popu­­laires ; la Garde natio­­nale étant la frac­­tion de la bourgeoisie la plus sen­­sible à l’évo­­ca­­tion de l’été 1789 et à l’iden­­ti­­fi­­cation entre volonté poli­­tique du Tiers et sou­­ve­­rai­­neté natio­­nale.

6Ainsi, lors de sa créa­­tion, la Garde apparaît-­­­elle comme le résul­­tat de l’arme­­ment de toutes les compo­­santes du tiers ­­­état. C’est que, de juin à août 1789, il s’agit essen­­tiel­­le­­ment de rem­­por­­ter la vic­­toire contre l’abso­­lu­­tisme et les pri­­vi­­lé­­giés et les classes moyennes ont alors besoin du peuple. Ensuite, il faut obli­­ger celui-­­­ci à limi­­ter ses exi­­gences à la fois par la force et la per­­sua­­sion. Au fil des pages qui concernent cette pre­­mière période de la Révo­­lu­­tion, Roger Dupuy se livre, non à une réha­­bi­­li­­ta­­tion, mais à une rééva­­lua­­tion du rôle de La Fayette dont il montre qu’il joue un rôle déter­­mi­­nant à la tête de la Garde pari­­sienne et grâce à elle. Sai­­sissant fort bien l’ambi­­va­­lence qui est au fon­­de­­ment de l’exis­­tence de l’ins­­ti­­tution, en même temps qu’il ne refuse pas toute ouver­­ture au peuple, il se révèle habile manœu­­vrier par la créa­­tion en son sein de compa­­gnies sol­­dées et d’élite, par la ges­­tion de ce noyau pro­­fes­­sion­­nel et bour­­geois et par la mise en place d’un sys­­tème complexe de ren­­sei­­gne­­ment et de contrôle de la rue pari­­sienne. Il n’aurait pas été seule­­ment un idéa­­liste naïf, dupe de la cour, mais aussi l’incar­­na­­tion d’une nova­­tion ins­­ti­­tution­­nelle et d’une voie médiane entre l’agi­­ta­­tion popu­­laire et la réac­­tion aris­­to­­cra­­tique, sou­­hai­­tée par une majo­­rité de Fran­­çais. Il réus­­sit tout de même plus de deux ans et demi dans cette pos­­ture, réus­­site qui culmine dans la mobi­­li­­sa­­tion pari­­sienne et natio­­nale « abou­­tis­­sant à l’apo­­théose patrio­­tique donc anti-­­­aristocratique du 14 juillet 1790 » (p. 64).

7On per­­çoit aussi l’ambi­­va­­lence de la Garde natio­­nale dans son orga­­ni­­sa­­tion par les consti­­tuants qui n’est défi­­ni­­tive qu’en sep­­tembre 1791 ; pour pré­­ser­­ver les acquis de la Révo­­lu­­tion, les consti­­tuants gardent l’appel à l’insur­­rec­­tion popu­­laire comme ultime recours mais s’empressent aussi d’en limi­­ter l’appli­­ca­­tion. Or moins d’un an après, des gardes natio­­naux pari­­siens, certes appuyés par des pro­­vin­­ciaux, mettent fin à cette construc­­tion savante mais révé­­la­­trice de la méfiance des consti­­tuants et du même coup à la Consti­­tution de 91. Cela nous vaut une ana­­lyse très fine et très nuan­­cée du pro­­ces­­sus de radi­­ca­­li­­sa­­tion. L’auteur pense que, plu­­tôt que radi­­ca­­li­­sa­­tion, il y a las­­si­­tude des modé­­rés par­­ti­­sans de l’ordre consti­­tution­­nel qui jugent que le roi le bafoue et que la voie fayettiste est une impasse ; ils s’abstiennent donc d’inter­­ve­­nir contre les ini­­tiatives popu­­laires et bien­­tôt s’y ral­­lient sur fond d’abo­­li­­tion de fait de la dis­­tinction entre actifs et pas­­sifs et afflux de ces der­­niers dans les bataillons pari­­siens. Mais le ral­­lie­­ment des modé­­rés est très prudent et, le matin du 10 août, la radi­­ca­­li­­sa­­tion ne semble pas encore aller de soi pour la plu­­part des bataillons pari­­siens. Une par­­tie des gardes natio­­naux affec­­tés à la défense des Tui­­le­­ries ne bougent pas, voire tirent sur les autres.

8Pour Roger Dupuy, la radi­­ca­­li­­sa­­tion se pro­­duit en aval du 10 août, la réor­­ga­­ni­­sa­­tion de la Garde conduit à une étroite dépen­­dance envers les sec­­tions et le poids des plus révo­­lu­­tion­­naires est ren­­forcé par rap­­port aux modé­­rées. De la mi-août à sep­­tembre 1792, l’image sym­­bo­­lique du garde natio­­nal devient celle du sans-­­­culotte qui en incarne la ver­­sion popu­­laire et révo­­lu­­tion­­naire ainsi que le mythe de l’una­­ni­­mité du Tiers de 89 : pour la retrou­­ver, les autres gardes natio­­naux doivent accep­­ter de lui res­­sem­­bler. L’éra­­di­­ca­­tion du modé­­ran­­tisme qui devient un fon­­de­­ment de la Ter­­reur est ana­­ly­­sée ensuite sous l’angle de la part que prend la Garde natio­­nale dans l’émer­­gence de celle-­­­ci comme refus des oppo­­si­­tions poli­­tiques. L’auteur avance l’idée selon laquelle la Garde natio­­nale avait jusque-­­­là servi à la fois à la mino­­rité acti­­viste à impo­­ser une ligne éga­­li­­ta­­riste et aux conser­­va­­teurs à exer­­cer un « frei­­nage ». D’où, par contrecoup, la han­­tise du modé­­ran­­tisme chez les mon­­ta­­gnards et Robespierre et leur volonté d’impo­­ser une ligne médiane (non plus au sens de La Fayette) que la Garde se devrait d’incar­­ner en même temps qu’elle devrait coïn­­ci­­der plus que jamais avec le mythe de l’unité.

9Elle est reprise en main à par­­tir du 10 octobre 1793 au cours d’une poli­­tique de cen­­tra­­li­­sa­­tion qui abou­­tit à une dépo­­li­­ti­­sation. Celle-­­­ci réus­­sit au cours de la crise hébertiste puis finit par se retour­­ner contre les Robespierristes. Mais comme l’échec du 9 Ther­­mi­­dor paraît dû seule­­ment à l’incom­­pé­­tence d’Hanriot, le mythe uni­­taire est relancé et fait croire à la mino­­rité des gardes sans-­­­culottes qu’elle peut encore impo­­ser sa ligne. Il en résulte les sou­­bre­­sauts de l’an III et le déclin final de l’ins­­ti­­tution ou du moins du mythe qu’elle incar­­nait, qua­­si­­ment ins­­crit dans la consti­­tution de l’an III par la dis­­pa­­ri­­tion du droit de résis­­tance à l’oppres­­sion.

10En ven­­dé­­miaire l’an IV, quand les gardes natio­­naux des sec­­tions les plus conser­­va­­trices se sou­­lèvent, l’armée n’hésite pas à leur tirer des­­sus. C’est elle désor­­mais qui incarne le mythe uni­­taire. On regret­­tera cepen­­dant – mais ce n’était pas le pro­­pos de l’auteur – que les rap­­ports entre armée et garde natio­­nale ne soient appro­­fon­­dis que tar­­di­­ve­­ment, même si Roger Dupuy leur consacre le onzième cha­­pitre de l’ouvrage. Par ailleurs, le prisme choisi nous paraît dans ce domaine trop exclu­­si­­ve­­ment lié à la Garde natio­­nale. Ainsi aurait-­­­il fallu évo­­quer avant la levée en masse « l’assè­­che­­ment » des bataillons par les levées de volon­­taires dès 1791 et les consé­­quences poli­­tiques qui en résultèrent. On se mon­­trera éga­­le­­ment cri­­tique sur le fait que l’auteur place la Garde natio­­nale au cœur de débats où, nous semble-­­­­t-il, cette place revient avant tout à l’armée, par exemple à l’automne 1789. Inver­­se­­ment, les repré­­sen­­ta­­tions que se font les hommes de la Révo­­lu­­tion de la Garde natio­­nale entre­­tiennent des liens émi­­nents avec la confi­­gu­­ra­­tion d’une armée nou­­velle née de la séquence révo­­lu­­tion­­naire, même si leurs rap­­ports peuvent deve­­nir conflic­­tuels. Peut-­­­être cela aurait-­­­il dû être mar­­qué avec plus de force.

11Le compte rendu ne pré­­tend pas épui­­ser la richesse de cette somme, qui s’appuie sur d’abon­­dantes cita­­tions et un impo­­sant appa­­reil cri­­tique. On regret­­tera d’autant plus qu’elle ne comporte pas de biblio­­gra­­phie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Crépin, « Roger Dupuy, La Garde nationale 1789-1872 », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 231-233.

Référence électronique

Annie Crépin, « Roger Dupuy, La Garde nationale 1789-1872 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12390

Haut de page

Auteur

Annie Crépin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org