Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gilles Candela, L’armée d’Italie (1792-1797). Des missionnaires armés à la naissance de la guerre napoléonienne

Annie Crépin
p. 233-236
Référence(s) :

Gilles Candela, L’armée d’Italie (1792-1797). Des missionnaires armés à la naissance de la guerre napoléonienne, préface de Francis Pomponi, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 402 p., ISBN 978-2-7535-1284-9, 22 €.

Texte intégral

1Gilles Can­­dela a sou­­tenu avec suc­­cès une thèse que ce livre rend enfin acces­­sible à un large public d’his­­to­­riens et historiennes et pas seule­­ment à ceux et celles qui se consacrent à l’étude du fait mili­­taire. Il s’agit d’une somme de plus de 400 pages, qui se place réso­­lu­­ment dans le champ de la nou­­velle his­­toire mili­­taire et même dans celui de la nou­­velle his­­toire bataille. L’ouvrage est fondé sur une ana­­lyse à la fois cultu­­relle, sociale et poli­­tique du combat et aussi de la cam­­pagne mili­­taire, et se réfère de façon bien venue (mais sans céder à l’effet de mode) au débat actuel à pro­­pos de la guerre « totale » ou de la guerre « abso­­lue ». Gilles Can­­dela réus­­sit la gageure de por­­ter un regard neuf sur des sujets qui sem­­blaient « rebat­­tus » et qui étaient même deve­­nus des mythes : la cam­­pagne d’Italie de ­1796-1797 et Bonaparte au début de sa car­­rière. L’ori­­gi­­na­­lité de l’œuvre consiste pré­­ci­­sé­­ment en ce que les deux pre­­mières par­­ties sont consa­­crées à l’armée d’Italie avant Bonaparte. Ce dépla­­ce­­ment d’accent per­­met ainsi de « re­­­visiter » la légende napo­­léo­­nienne.

2L’ouvrage est bien écrit dans un style clair et est struc­­turé selon un plan clas­­sique de type chro­­no­­lo­­gique. La pre­­mière par­­tie inti­­tu­­lée « La nais­­sance d’une armée répu­­bli­­caine » s’attache à ana­­ly­­ser la ges­­ta­­tion d’une armée nou­­velle. Elle s’ouvre sur l’étude prosopographique de la compo­­si­­tion sociale du corps des offi­­ciers et de son évo­­lu­­tion que l’auteur juge par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment révé­­la­­trice de la muta­­tion de l’ins­­tru­­ment de guerre au début des guerres de la Révo­­lu­­tion. Cette ana­­lyse est mise en lien étroit avec les ori­­gines intel­­lec­­tuelles de ces offi­­ciers, qui ne manquent pas d’avoir des consé­­quences sur la concep­­tion de la guerre à mener. Mais, dit Gilles Can­­dela dans son intro­­duc­­tion, cette machine de guerre fut aussi le résul­­tat d’un État en révo­­lu­­tion (p. 18), autre­­ment dit de l’action des repré­­sen­­tants en mis­­sion. Il y a d’excel­­lentes pages sur les liens entre pou­­voir poli­­tique, que ceux-­­­ci incarnent de façon magis­­trale dans le cas étu­­dié ici, et pou­­voir mili­­taire. Ces liens, très forts jusqu’à l’automne 1794, ont un reten­­tis­­se­­ment majeur sur la conduite de la guerre. C’est grâce aux repré­­sen­­tants en mis­­sion dont cer­­tains furent des per­­son­­na­­li­­tés majeures, Augustin Robespierre au pre­­mier chef, Ricord qui béné­­fi­­cia du cha­­risme du pre­­mier, mais aussi Bar­­ras, que s’éta­­blirent une unité de direc­­tion et une coor­­di­­na­­tion de toutes les forces combat­­tantes du Sud-­­­Est, l’armée des Alpes, l’armée d’Italie et les divi­­sions affec­­tées au siège de Toulon. Les repré­­sen­­tants en mis­­sion ne se mêlaient pas du détail des manœuvres mais impri­­maient l’impul­­sion stra­­té­­gique et poli­­tique (p. 67). Ils sur­­ent aussi agir avec prag­­ma­­tisme et dis­­cer­­ne­­ment : ils évi­­tèrent les nomi­­na­­tions ou les pro­­mo­­tions de complai­­sance et for­­mèrent une méri­­to­­cra­­tie d’offi­­ciers qui étaient à la fois révo­­lu­­tion­­naires convain­­cus et des mili­­taires compé­­tents.

3Ils sur­­ent enfin, tout comme leurs col­­lègues auprès des autres armées, ins­­tau­­rer une nou­­velle dis­­ci­­pline propre à des hommes libres deve­­nus citoyens ver­­tueux, voire mis­­sion­­naires armés. L’auteur sou­­ligne, éga­­le­­ment dans son intro­­duc­­tion, que, tan­­dis qu’en 1793, il n’exis­­tait ni armée d’Espagne ni armée d’Allemagne, l’armée d’Italie avait quelque chose de mes­­sia­­nique du fait de son nom, sug­­gé­­rant que cette armée ne se bat­­tait pas pour une fron­­tière natu­­relle mais pour expor­­ter les valeurs de la Révo­­lu­­tion. L’armée d’Italie eut même une répu­­ta­­tion jaco­­bine, en réa­­lité seule une mino­­rité était poli­­ti­­sée. Ini­­tia­­le­­ment ces « mis­­sion­­naires armés » ne se pri­­vèrent pas de déser­­ter ni d’exer­­cer toutes sortes de vio­­lences à l’encontre des popu­­la­­tions et de leurs cama­­rades, qui contre­­ve­­naient sin­­gu­­liè­­re­­ment à leur aura de patriotes. Peu à peu, la déser­­tion fut combat­­tue et la vio­­lence fut cana­­li­­sée. Les repré­­sen­­tants en mis­­sion ins­­tau­­rèrent une jus­­tice très codi­­fiée qui eut un carac­­tère expé­­ri­­men­­tal (p. 109) et fait de l’armée d’Italie, sur ce point aussi, un labo­­ra­­toire.

4Mais l’action des offi­­ciers supé­­rieurs fut elle aussi déci­­sive, la jus­­tice devint un ins­­tru­­ment dis­­ci­­pli­­naire entre leurs mains et trans­­forma – pour le meilleur comme pour le pire – les citoyens sol­­dats en mili­­taires dociles même si cette doci­­lité envers les chefs – qui appa­­raît donc avant que Bonaparte ne soit placé à la tête de l’armée d’Italie – ne fut pas le retour à une dis­­ci­­pline d’Ancien Régime.

5La seconde par­­tie « Un labo­­ra­­toire de la guerre nou­­velle » contient des cha­­pitres éclai­­rants et parmi les meilleures pages du livre. On citera par exemple l’ana­­lyse de la guerre sub­­ver­­sive, on dirait aujourd’hui idéo­­lo­­gique, celle du manie­­ment de la pro­­pa­­gande et, en cor­­ré­­la­­tion, l’étude de « l’uti­­li­­sation » des patriotes ita­­liens, des fuorusciti, dans ce type de guerre, grâce notam­­ment à une presse qui émane d’eux-­­­mêmes et pas seule­­ment des Fran­­çais ; Gilles Can­­dela montre d’ailleurs que c’est dans ce contexte et donc avant Bonaparte que naquit le mythe de l’armée d’Italie. En outre, grâce à ce point, l’ouvrage ne se can­­tonne pas au « franco-­­­français » et consti­­tue un apport à l’his­­toire de l’Italie et à la genèse de son unité, ainsi qu’aux rap­­ports complexes « occupés-­­­occupants » ou « libérateurs-­­­libérés », deve­­nus un thème majeur de la nou­­velle his­­toire mili­­taire. On citera aussi parmi les points forts de cette seconde par­­tie la pré­­sen­­ta­­tion des dif­­fé­­rents types de guerre ainsi que les rai­­sons poli­­tiques et cultu­­relles – et pas seule­­ment mili­­taires – du choix de tel ou tel type, enfin le rôle des repré­­sen­­tants en mis­­sion dans ces choix. L’auteur a le grand mérite à ce pro­­pos de rap­­pe­­ler la dif­­fé­­rence entre guerilla et petite guerre trop sou­­vent confon­­dues, alors que la pre­­mière est menée contre les bar­­bets contre les­­quels les Fran­­çais retournent leurs propres méthodes, la seconde est une guerre de posi­­tions, une guerre de mon­­tagne, tota­­le­­ment dif­­fé­­rente éga­­le­­ment de la guerre réglée menée par les armées du nord et de l’est, une guerre qui fait la part belle aux petits groupes mobiles, combat­­tant en tirailleurs et pre­­nant l’ini­­tiative, même lorsqu’ils sont simples sol­­dats. Cette expé­­rience devait s’avé­­rer déci­­sive lors de la cam­­pagne ulté­­rieure de Bonaparte.

6On citera enfin l’étude de l’effort de guerre, dans ses dimen­­sions éco­­no­­mique et logis­­tique certes, avec l’accent mis sur la « bataille du ravi­­taille­­ment » et un regard neuf sur les ser­­vices de ren­­sei­­gne­­ment, mais aussi dans sa dimen­­sion humaine, avec de très bonnes pages concer­­nant les rap­­ports entre les finan­­ciers et les repré­­sen­­tants en mis­­sion dési­­reux d’assu­­rer à tout prix l’appro­­vi­­sion­­ne­­ment des troupes ainsi qu’à pro­­pos des ser­­vices de santé et des hôpi­­taux. On retrou­­vera ces sujets dans la der­­nière par­­tie avec l’éclai­­rage sug­­ges­­tif qui leur est donné.

7En tout cas, l’auteur met à mal la légende d’une armée d’Italie affa­­mée et dému­­nie avant l’arri­­vée de Bonaparte. De même c’est avant celle-­­­ci et grâce aux réformes de Schérer, en par­­ti­­cu­­lier un nou­­vel amal­­game, que seule la quin­­tes­­sence des combat­­tants demeure dans l’armée. Celle-­­­ci à la tête de laquelle se trouve un état-­­­major renou­­velé est capable désor­­mais de s’adap­­ter – rela­­ti­­ve­­ment – à de nou­­velles tac­­tiques et à une forme de guerre plus manœu­­vrière.

8D’où le titre de la troi­­sième par­­tie « Mythe et réa­­lité de la cam­­pagne d’Italie ». Gilles Can­­dela déconstruit l’image d’un Bonaparte deus ex-­­­machina. Il ana­­lyse ici minu­­tieu­­se­­ment cha­­cune des batailles de la cam­­pagne de ­1796-1797 en mon­­trant comment Bonaparte s’appuie sur l’expé­­rience anté­­rieure de ses sol­­dats. « On ne peut envi­­sa­­ger la cam­­pagne d’Italie sans l’uti­­li­­sation géné­­ra­­li­­sée des tech­­niques de la petite guerre »
(p. 251). Mais, même s’il tente à Castiglione – saut qua­­li­­ta­­tif – de les faire manœu­­vrer en vue d’une bataille ran­­gée, il se heurte aussi aux limites de ces combat­­tants. Seule l’arri­­vée des uni­­tés de l’armée du Rhin et de Sambre-­­­­et-Meuse accé­­lère un appren­­tis­­sage qui démontre tous ses mérites à la bataille du Tagliamento : pour la pre­­mière fois, l’ordre mixte qui devait être la for­­ma­­tion clas­­sique des troupes fran­­çaises du Consu­­lat et de l’Empire fait son appa­­ri­­tion sur un champ de bataille. Au risque de « déna­­tu­­rer » l’armée d’Italie avec l’adjonc­­tion d’hommes plus expé­­ri­­men­­tés mais n’ayant pas l’état d’esprit des sol­­dats qui la compo­­saient à l’ori­­gine. Il se pro­­duit donc le même pro­­ces­­sus que dans le domaine de la jus­­tice et de la dis­­ci­­pline.

9Cette der­­nière par­­tie montre aussi l’instrumentalisation de la guerre idéo­­lo­­gique et la subor­­di­­na­­tion des perspec­­tives poli­­tiques aux impé­­ra­­tifs stra­­té­­giques et à ceux d’une vaste entre­­prise éco­­no­­mique qui ren­­floue les caisses du Direc­­toire. Bonaparte ne croit plus à la guerre révo­­lu­­tion­­naire. Certes, il joue de main de maître de la répu­­ta­­tion jaco­­bine de l’armée d’Italie mais c’est soit à des fins de poli­­tique inté­­rieure soit pour accen­­tuer la pres­­sion sur les états adver­­saires de la France. Vis-­­­­à-vis des patriotes ita­­liens en attente de liberté et vis-­­­­à-vis des popu­­la­­tions, c’est tout autre chose, au risque sur ce point aussi d’aban­­don­­ner les idéaux de l’an II. La cam­­pagne d’Italie marque la trans­­for­­ma­­tion pro­­gres­­sive d’une armée de « mis­­sion­­naires armés » en une armée de main­­tien de l’ordre, même si celui-­­­ci ne se réduit pas à une pure et simple répres­­sion et même si beau­­coup d’offi­­ciers sou­­haitent sin­­cè­­re­­ment la régé­­né­­ra­­tion de la nation ita­­lienne.

10Cet ouvrage très dense peut deve­­nir une réfé­­rence pour les étu­­diants qui s’engagent dans la voie de la recherche, car, lorsque l’auteur évoque l’armée d’Italie comme « le » labo­­ra­­toire de la guerre contem­­po­­raine, il faut se demander si les autres armées de la Révo­­lu­­tion ne l’ont pas été elles aussi d’une façon dif­­fé­­rente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Crépin, « Gilles Candela, L’armée d’Italie (1792-1797). Des missionnaires armés à la naissance de la guerre napoléonienne », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 233-236.

Référence électronique

Annie Crépin, « Gilles Candela, L’armée d’Italie (1792-1797). Des missionnaires armés à la naissance de la guerre napoléonienne », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12391

Haut de page

Auteur

Annie Crépin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org