Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Antoine Casanova, La Corse du jeune Bonaparte, manuscrits de jeunesse

Ange Rovere
p. 236-237
Référence(s) :

Antoine Casanova, La Corse du jeune Bonaparte, manuscrits de jeunesse, Ajaccio, Editions Albiana, 2009, ISBN 978-2-84698-324-2, 12 €.

Texte intégral

1Natalie Petiteau sou­­li­­gnait déjà, il a plus de dix ans, l’ori­­gi­­na­­lité et la nou­­veauté de la démarche d’A. Casanova parti à la recherche de la per­­son­­na­­lité de Napo­­léon par la traque de ses paroles (N. Petiteau, Napo­­léon de la mytho­­lo­­gie à l’his­­toire, Paris, le Seuil, 1999, p. 187). Depuis, l’his­­to­­rien a mon­­tré combien, en croi­­sant les apports de l’anthro­­po­­lo­­gie, de la phi­­lo­­sophie et de la psy­­cha­­na­­lyse, son approche pou­­vait être féconde (A. Casanova, Napo­­léon de la pen­­sée de son temps, la Bou­­tique de l’his­­toire, Paris, 2000). Il pour­­suit son enquête avec tou­­jours l’objec­­tif de nous don­­ner à mieux connaître comment s’est forgé un sys­­tème ori­­gi­­nal de valeurs et d’idéaux consti­­tutifs de l’iden­­tité per­­son­­nelle de l’être humain Napo­­léon Bonaparte. Les textes de ce recueil sont connus depuis leur publi­­ca­­tion par F. Masson et G. Bi­­­agi. (Napo­­léon inconnu, papiers inédits, Paris, 1895, 2 vol. ). Seuls dix ont été rete­­nus, huit écrits entre le prin­­temps 1786 et 1789, deux rédi­­gés en 1789 et 1791, dans le contexte de la Révo­­lu­­tion (une erreur page 17, note 6 : la lettre à Buttafoco est de jan­­vier 1791). Dans sa longue pré­­sen­­ta­­tion l’auteur jus­­ti­­fie son choix : il s’agit en effet de scru­­ter comment s’éla­­bore et s’enri­­chit, entre « rêve­­ries, romances et rai­­son » une pen­­sée, une vision du monde, un enga­­ge­­ment. A chaque étape la contextualisation per­­met d’évi­­ter le piège de l’ana­­chro­­nisme en même temps que le décryp­­tage des traces lais­­sées par les paroles de l’empe­­reur à Sainte Hélène éclaire les écrits d’un jeune homme au sor­­tir de l’ado­­les­­cence.

2Au début était la Corse, avec son légen­­daire fami­­lial, mais aussi deux autres ancrages : Pas­­cal Paoli, ses rêves de liberté et d’indé­­pen­­dance, et la mère, Laetizia « nou­­velle Cornelie », davan­­tage asso­­ciée au héros insu­­laire que le père, Charles, à la figure ambi­­va­­lente : « il était patriote mais tenait aux idées de noblesse » dira plus tard Napo­­léon reve­­nant sur le « roman de sa vie ». Dans la for­­ma­­tion de cette indi­­vi­­dua­­lité sociale l’expé­­rience de Brienne va être déter­­mi­­nante. Le « Petit Chose », affronté à la morgue des fils des grandes familles nobles, forge ses caté­­go­­ries de pen­­sée. A la lumière des récits enten­­dus dans l’enfance à Ajaccio, de la prise de conscience de l’infé­­rio­­rité dans laquelle le rejettent nombre de ses condis­­ciples, lui, le Corse, « bour­­sier de famille indi­­gente », mais aussi de ses innom­­brables lec­­tures, celles des his­­to­­riens anciens ali­­men­­tant ses aspi­­ra­­tions à la liberté, à l’héroïsme civique.

3L’année 1785 est un tour­­nant parce que se croisent la pré-­­­révolution et la réflexion sur le mou­­ve­­ment en cours nour­­rie par l’expé­­rience et sur­­tout la décou­­verte des phi­­lo­­sophes, Rous­­seau d’abord. Désor­­mais ne cesse de s’affir­­mer dans ses écrits l’hos­­ti­­lité envers le sys­­tème « féo­­dal », le rejet de « l’aris­­to­­cra­­tie plaie de la nation », le désir de voir s’ins­­tau­­rer d’autres modes de rap­­ports sociaux. Dans une argu­­men­­ta­­tion où la Corse n’est jamais absente parce qu’asser­­vie par le des­­po­­tisme mais en même temps parce que por­­teuse d’idéaux de liberté et d’éga­­lité. Ne nous éton­­nons pas de voir le jeune offi­­cier épou­­ser avec enthou­­siasme les débuts de la Révo­­lu­­tion avec la convic­­tion qu’il a un rôle à jouer dans son île natale. Sans sépa­­rer le des­­tin de celle-­­­ci de celui d’une France nou­­velle en construc­­tion.

4L’ana­­lyse d’Antoine Casanova est bien plus riche que ne le laisse voir ce compte rendu. Parce qu’elle est non seule­­ment atten­­tive à l’inces­­sant remo­­de­­lage de la culture ini­­tiale, mais éga­­le­­ment, au fil du temps, aux dif­­fé­­rents modes d’écri­­ture, aux inflexions du style. Imi­­ta­­teur du Rous­­seau des Rêve­­ries et des Confes­­sions, s’essayant à des tra­­vaux roma­­nesques, Bonaparte évo­­lue vers le ratio­­na­­lisme, la construc­­tion logique de l’argu­­men­­ta­­tion phi­­lo­­sophique et poli­­tique. Les « manus­­crits de jeu­­nesse » sont un mode de pas­­sage de « l’idéal rêvé » à celui de l’action. On ne pourra plus les lire, on ne pourra plus faire de bio­­gra­­phie de Napo­­léon sans prendre en compte la den­­sité de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ange Rovere, « Antoine Casanova, La Corse du jeune Bonaparte, manuscrits de jeunesse », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 236-237.

Référence électronique

Ange Rovere, « Antoine Casanova, La Corse du jeune Bonaparte, manuscrits de jeunesse », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12393

Haut de page

Auteur

Ange Rovere

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org