Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Paul Bertaud, L’Abdication – 21-23 juin 1815

Christine Le Bozec
p. 237-238
Référence(s) :

Jean-Paul Bertaud, L’Abdication – 21-23 juin 1815, Paris, Flammarion, 2011, 352 p., ISBN 978-2-0812-4016-2, 22 €.

Texte intégral

1La seconde abdi­­ca­­tion de Napo­­léon, c’est le thème ou l’évé­­ne­­ment choisi par Jean-­­­Paul Bertaud pour son nou­­vel ouvrage. Ce spé­­cia­­liste de la Révo­­lu­­tion et de l’Empire a choisi – tout en res­­tant scru­­pu­­leu­­se­­ment fidèle à des sources abon­­dam­­ment citées, papiers et docu­­ments conser­­vés aux archives, mémoires, jour­­naux, cor­­res­­pon­­dances, sou­­ve­­nirs, adresses et tra­­vaux d’his­­to­­riens – un style « roma­­nesque », théâ­­tral, dra­­ma­­tique met­­tant en scène des per­­son­­nages his­­to­­riques/acteurs, inven­­tant ou res­­ti­­tuant des dia­­logues que les notes valident ; il uti­­lise pour ce faire un appa­­reil cri­­tique très varié, diver­­si­­fié et fourni.

2L’ouvrage qui débute par un pro­­logue évo­­quant le mardi 20 juin 1815, est composé de trois par­­ties, cha­­cune consa­­crée à une jour­­née, c’est-­­­­à-dire aux 21, 22 et 23 juin 1815. Ces trois jours sont pré­­sen­­tés tel un drame en trois actes. Vingt-­­­quatre cha­­pitres très courts consti­­tuent l’ensemble de la « tra­­gé­­die », conclue par un épi­­logue. Il s’agit d’une suc­­ces­­sion rapide de say­­nètes qui dési­­rent res­­ti­­tuer dans un cli­­mat désor­­donné d’actions sou­­vent décou­­sues et inabouties, les hési­­ta­­tions, la pré­­ci­­pi­­ta­­tion, le désar­­roi ou le déses­­poir de bien des pro­­ta­­go­­nistes tout au long de ce moment trouble et trou­­blé.

3Ce tra­­vail met en scène le retour de Napo­­léon à Paris, le 21 juin, son abdi­­ca­­tion du 22 et le double jeu de Fouché du 23 juin qui berne et tra­­hit l’empe­­reur pour fina­­le­­ment le livrer aux Anglais. Il est inutile de décrire plus avant un évé­­ne­­ment aussi connu que cette seconde abdi­­ca­­tion. Mais ce qui peut rete­­nir l’atten­­tion et consti­­tuer l’ori­­gi­­na­­lité du tra­­vail c’est la fac­­ture choi­­sie, le style uti­­lisé, là où l’his­­to­­rien se fait « dra­­ma­­turge ».

4Ces courtes scènes consti­­tuent un inces­­sant va-­­­­et-vient entre dif­­fé­­rents décors qui entraîne le lec­­teur dans un tour­­billon entre la pein­­ture du trouble, des émo­­tions, des angoisses et des peurs des hommes poli­­tiques pour leur ave­­nir, la stu­­peur et le déses­­poir d’une par­­tie de la popu­­la­­tion, le sou­­la­­ge­­ment de cer­­tains, la démo­­ra­­li­­sa­­tion géné­­rale et tout par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment celle de l’armée. Nous navi­­guons entre fidé­­lité et tra­­hi­­son, le pes­­si­­misme règne en maître, soit l’on y croit plus guère ou alors l’on se force, on essaie de faire comme si, excepté l’enthou­­siasme intact de La Bédoyère ou de Mouton-­­­Duvernet. On s’agite, on s’affole, les des­­tins indi­­vi­­duels s’inquiètent car ils dépendent du des­­tin col­­lec­­tif du pays. Gar­­der un empe­­reur, y renon­­cer, le faire abdi­­quer, pro­­cla­­mer son fils, résis­­ter aux alliés, se jeter dans les bras d’un roi mais lequel, un Bourbon, un Orléans ?

5L’essen­­tiel de l’action se déroule dans trois palais natio­­naux. Le Palais de l’Elysée, le Palais-­­­Bourbon et le Palais du Luxembourg consti­­tuent le cadre prin­­ci­­pal, le décor de ce « drame ». L’on est aussi conduit dans quatre minis­­tères, ceux de la Guerre, de l’Inté­­rieur, de la Police et des Rela­­tions exté­­rieures. Se greffent quelques scènes de rue pari­­siennes, des conver­­sa­­tions pri­­vées aux Tui­­le­­ries dans les appar­­te­­ments de la reine Hortense et dans les jar­­dins aux­­quelles s’agrège une visite /incur­­sion dans le camp des alliés, puis l’on suit le tra­­jet de Louis XVIII de Gand à Mons.

6C’est aussi l’occa­­sion d’une gale­­rie de por­­traits. Depuis 1789, que sont deve­­nus Davout, Lafayette, Fouché, Carnot, Ney, Thibaudeau, Pontécoulant, Lavalette, Barère, Regnault de Saint Jean d’Angely, entre autres ? On y ren­­contre aussi Gre­­nier, Quinette, Caulaincourt, Joseph et Lucien Bonaparte ou Vitrolles, tous sur­­vi­­vants de la période révo­­lu­­tion­­naire, enfin c’est l’occa­­sion de ren­­contres avec des pro­­ta­­go­­nistes plus jeunes comme Villemain ou La Bédoyère. En annexe sont exploi­­tées deux cartes, l’une réca­­pi­­tu­­lant les dates de l’annonce de l’abdi­­ca­­tion sur le ter­­ri­­toire fran­­çais, la seconde sui­­vant les lignes du télé­­graphe en 1815.

7Le lec­­teur peut par­­fois être amené à s’éton­­ner devant une dra­­ma­­ti­­sation quasi théâ­­trale, lorsque le récit his­­to­­rique fait une place impor­­tante à l’émo­­tion. Même si les réflexions ou les dia­­logues sup­­po­­sés des « acteurs » sont confir­­més, vali­­dés, crédibilisés par les ren­­vois en notes, le lec­­teur se sent de temps en temps débous­­solé par un recours au sub­­jec­­tif de la psy­­cho­­lo­­gie. Peut-­­­être ce sen­­ti­­ment n’est-­­­il qu’impres­­sion­­niste et le pro­­duit de l’atta­­che­­ment de l’his­­to­­rien à son sujet. C’est ce phé­­no­­mène qui, quelque­­fois, pour­­rait expli­­quer une légère ten­­dance à la gran­­di­­lo­­quence comme par exemple : « Enchaîné au rocher de Sainte-­­­Hélène, Napo­­léon prend la figure d’un mes­­sie. Des mili­­taires ou des civils se font ses apôtres. Le mémo­­rial est leur bible, la Décla­­ra­­tion au peuple fran­­çais le tes­­tament qu’ils vénèrent. » (p. 302). Mais si l’éton­­ne­­ment pro­­vo­­qué par une uti­­li­­sation ori­­gi­­nale et inha­­bi­­tuelle des sources désar­­çonne le lec­­teur, leur richesse et leur variété contri­­buent à l’inté­­rêt que l’on porte à la lec­­ture de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Le Bozec, « Jean-Paul Bertaud, L’Abdication – 21-23 juin 1815 », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 237-238.

Référence électronique

Christine Le Bozec, « Jean-Paul Bertaud, L’Abdication – 21-23 juin 1815 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12395

Haut de page

Auteur

Christine Le Bozec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org