Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Wilfried Uitterhoeve, Koning, keizer, admiraal. 1810. De ondergang van het Koningkrijk Holland

François Antoine
p. 238-239
Référence(s) :

Wilfried Uitterhoeve, Koning, keizer, admiraal. 1810. De ondergang van het Koningkrijk Holland, Nijmegen, Vantilt, 2010, 230 p., ISBN 9061683106, 15 €.

Texte intégral

1En 2013, les Pays-­­­Bas connaî­­tront une vaste marée orange mar­­quant le bicen­­te­­naire du retour d’exil du prince Guillaume d’Orange. Ce der­­nier prit dans un pre­­mier temps le titre de « Prince sou­­ve­­rain des Pays-­­­Bas » pour se trans­­for­­mer le 16 mars 1815 en celui de roi des Pays-­­­Bas afin d’anti­­ci­­per le retour de Napo­­léon débar­­qué le 1er mars à Golfe-­­­Juan. Depuis l’orange se confond avec les cou­­leurs natio­­nales néer­­lan­­daises et bon nombre de Néer­­lan­­dais méconnaissent l’exis­­tence de Louis-­­­Napoléon qui durant un règne éphé­­mère de quatre années fut leur pre­­mier roi. Dans cette optique, l’ouvrage de Wilfried Uitterhoeve se rat­­tache au cou­­rant his­­to­­rique néer­­lan­­dais qui depuis quelque temps vise à mettre en perspec­­tive la geste fon­­da­­trice oran­­giste.

2Pour le grand public néer­­lan­­dais, « Koning, keizer, admiraal » consti­­tue un titre accro­­cheur en fai­­sant réfé­­rence à une publi­­cité lar­­ge­­ment dif­­fu­­sée dans les années soixante-­­­dix. Dans un style direct et agré­­menté d’expres­­sions ima­­gées et de cita­­tions tirées de la cor­­res­­pon­­dance de l’époque, Wilfried Uitterhoeve nous relate une véri­­table tra­­gé­­die dont les prin­­ci­­paux pro­­ta­­go­­nistes sont, entre autres, le « koning » Louis-­­­Napoléon, le « keizer » Napo­­léon et l’ « admiraal » Carel Hendrik Verhuel. Cet épi­­sode pénible de l’his­­toire contem­­po­­raine néer­­lan­­daise abou­­tit le 10 juillet 1810 à la perte de sou­­ve­­rai­­neté des Pays-­­­Bas et leur annexion pure et simple à l’Empire fran­­çais.

3En dix cha­­pitres et dix points de conclu­­sion, l’auteur réus­­sit la gageure de le décrire sous la forme d’un véri­­table roman dra­­ma­­tique qui se joua en trois actes. Le pre­­mier tableau décrit les ten­­sions entre Napo­­léon et Louis-­­­Napoléon qui attei­­gnirent leur paroxysme au cours de l’année 1809. Placé en 1806 à la tête des Pays-­­­Bas, le jeune frère de l’empe­­reur devait, en prin­­cipe, répondre aux prio­­ri­­tés commer­­ciales et mili­­taires de la France. Mais Louis-­­­Napoléon ne fut pas d’humeur à jouer les sou­­ve­­rains de paco­­tille d’un État satel­­lite et pri­­vi­­lé­­gia les inté­­rêts de ses sujets, le menant inévi­­ta­­ble­­ment au conflit avec Napo­­léon. L’appli­­ca­­tion du blo­­cus conti­­nen­­tal consti­­tua l’une des prin­­ci­­pales pierres d’achop­­pe­­ment entre les deux frères Bonaparte.

4L’expé­­di­­tion anglaise de Walcheren au cours de l’été 1809 décida l’empe­­reur que la France devait dis­­po­­ser au Nord de fron­­tières natu­­relles en ampu­­tant le royaume de Hol­­lande des pro­­vinces de Bra­­bant et de Zélande. Main­­tenu en rési­­dence sur­­veillée à Paris, le roi Louis-­­­Napoléon manœu­­vra dans le faible espace qui lui res­­tait et ne put assu­­rer un bref sur­­sis à son royaume qu’à la faveur du mariage de Napo­­léon avec Marie-­­­Louise, pla­­çant les Bonaparte au même rang que les Habsbourg, les Romanov et les Hohenzollern. L’empe­­reur pré­­féra à ce moment évi­­ter tout affron­­te­­ment au sein de sa famille, comme le risque d’une opé­­ra­­tion mili­­taire contre le réduit hol­­lan­­dais qui avait déjà par le passé mis en échec les troupes de Louis XIV.

5Enfin, le coup de grâce fut porté au prin­­temps 1810 lorsque Napo­­léon annexa le res­­tant du royaume de Hol­­lande afin d’étendre les côtes de l’Empire jusqu’au Danemark. Pour complé­­ter le tableau, le roi Louis-­­­Napoléon qui avait défi­­ni­­ti­­ve­­ment opté pour la Hol­­lande, fut aban­­donné par une bonne par­­tie de l’élite néer­­lan­­daise gagnée pro­­gres­­si­­ve­­ment par le défai­­tisme.

6L’ouvrage de Wilfried Uitterhoeve ne se base pas sur des trou­­vailles archi­­vis­­tiques, ni sur une biblio­­gra­­phie exhaus­­tive sur le sujet, mais sur une bonne part des docu­­ments publiés au xixe siècle dans la Cor­­res­­pon­­dance de Napo­­léon Ier, le rap­­port du ministre des Affaires étran­­gères Willem Frederik Roëll ou la cor­­res­­pon­­dance entre les deux frères Bonaparte publiée par Félix Rocquain. En agen­­çant les pas­­sages de lettres échan­­gées entre le mois de novembre 1809 et le mois juillet 1810 (pour l’essen­­tiel tra­­duits du fran­­çais vers le néer­­lan­­dais), l’auteur met en relief le roi Louis-­­­Napoléon qui appa­­raît comme un per­­son­­nage mélan­­co­­lique et hési­­tant, mais éga­­le­­ment comme un ges­­tion­­naire hors pair qui réus­­sit à faire abou­­tir dans plus d’un domaine la dyna­­mique de moder­­ni­­sa­­tion de l’État néer­­lan­­dais mis en œuvre durant la période de la Répu­­blique batave. Au tra­­vers de ses tiraille­­ments entre une loyauté à son frère, empe­­reur des Fran­­çais, et à sa nou­­velle patrie, la Hol­­lande, le lec­­teur peut appré­­hen­­der la perte pro­­gres­­sive de sou­­ve­­rai­­neté des anciennes Provinces-­­­Unies et l’annonce d’un renou­­veau natio­­nal néer­­lan­­dais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Antoine, « Wilfried Uitterhoeve, Koning, keizer, admiraal. 1810. De ondergang van het Koningkrijk Holland », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 238-239.

Référence électronique

François Antoine, « Wilfried Uitterhoeve, Koning, keizer, admiraal. 1810. De ondergang van het Koningkrijk Holland », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12396

Haut de page

Auteur

François Antoine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org