Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Philippe Luis (éd.), La Guerre d’Indépendance espagnole et le libéralisme au XIXe siècle

Lluís Roura
p. 240-242
Référence(s) :

Jean-Philippe Luis (éd.), La Guerre d’Indépendance espagnole et le libéralisme au XIXe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2011, 215 p., ISBN 978-84-96820-57-9, 17.10 €.

Texte intégral

1La Casa de Velázquez déve­­loppe sans le moindre doute une acti­­vité digne d’éloges en rap­­port avec la commé­­mo­­ra­­tion du bicen­­te­­naire de la guerre d’Indé­­pen­­dance espa­­gnole : en témoignent les col­­loques, sémi­­naires et publi­­ca­­tions qu’elle par­­raine depuis 2008. L’ouvrage coor­­donné par Jean-­­­Philippe Luis en est d’ailleurs un excellent exemple et vient contre­­car­­rer, de sur­­croît, le peu d’atten­­tion que l’his­­to­­rio­­gra­­phie fran­­çaise prête à cette « guerre d’Espagne », en dépit du grand nombre de publi­­ca­­tions parues en France sur l’époque napo­­léo­­nienne à l’occa­­sion du bicen­­te­­naire de l’Empire.

2Comme le reflète bien le titre, les études réunies ici tournent autour de deux axes dis­­tincts bien qu’étroi­­te­­ment liés : la guerre d’Independence, d’une part, et le libé­­ra­­lisme espa­­gnol, d’autre part. Les douze articles que contient cet ouvrage sont regrou­­pés en trois grands domaines : « La guerre d’Indé­­pen­­dance dans la mémoire du libé­­ra­­lisme espa­­gnol », « L’indi­­vidu et la commu­­nauté, la nation et le citoyen » et « La guerre d’Indé­­pen­­dance et les expé­­riences poli­­tiques du xixe siècle ». Une volonté de syn­­thèse et de bilan historiographique carac­­té­­rise cha­­cune des col­­la­­bo­­ra­­tions venant toutes de spé­­cia­­listes reconnus qui appuient leurs contri­­bu­­tions aussi bien sur leurs propres recherches récentes que sur une vaste connais­­sance historiographique. De ce point de vue, la compi­­la­­tion des réfé­­rences biblio­­gra­­phiques réa­­li­­sée par l’édi­­teur sous la forme d’une unique biblio­­gra­­phie à la fin du livre contri­­bue non seule­­ment à don­­ner son homo­­gé­­néité à ce volume sinon aussi à le doter d’un ins­­tru­­ment très utile pour le lec­­teur.

3L’ouvrage comporte une intro­­duc­­tion de Jean-­­­Philippe Luis dans laquelle il exprime l’objectif de sa publication et résume ses résultats. Sous le titre expli­­cite de « Guerre d’Indé­­pen­­dance et libé­­ra­­lisme : à la croi­­sée de deux réno­­va­­tions historio­gra­phiques » et en par­­tant d’une excel­­lente connais­­sance des plus récentes contri­­bu­­tions de l’his­­to­­rio­­gra­­phie, Jean-­­­Philippe Luis analyse les origines, l’évolution et la spécificité du libé­­ra­­lisme espa­­gnol, de 1808 à la révo­­lu­­tion de sep­­tembre 1868, en sou­­li­­gnant les aspects sur les­­quels l’his­­to­­rio­­gra­­phie actuelle a porté une atten­­tion spé­­ciale. Parmi eux, comme le montrent les articles réunis ici, l’inté­­rêt qui est apporté à la « mémoire » et à l’idéa­­li­­sa­­tion de la guerre d’Indé­­pen­­dance, aux ori­­gines du constitu­tionalisme et au pro­­ces­­sus de poli­­ti­­sation et de for­­ma­­tion de la culture poli­­tique dans l’Espagne du xixe siècle mérite une men­­tion toute par­­ti­­cu­­lière.

4Quatre articles sont recueillis sous le pre­­mier titre, « La guerre d’Indé­­pen­­dance dans la mémoire du libé­­ra­­lisme espa­­gnol ». Ceux de Richard Hocquellet et de Mariano Esteban de Vega pré­­sentent deux études complé­­men­­taires rela­­tives à l’his­­to­­rio­­gra­­phie de la guerre d’Indé­­pen­­dance. Le pre­­mier réa­­lise un par­­cours sug­­ges­­tif au tra­­vers des apports du xixe siècle – depuis le témoi­­gnage des acteurs prin­­ci­­paux des faits jusqu’à la réflexion pos­­té­­rieure et la publi­­ca­­tion de grandes œuvres (telles que celles de Toreno ou de Lafuente) – dans le but de trou­­ver les moda­­li­­tés de la for­­ma­­tion d’un dis­­cours libé­­ral qui finit par s’impo­­ser en dépit du fait qu’il ait été très peu par­­tagé en son temps. Pour sa part, Esteban de Vega centre son atten­­tion sur l’ana­­lyse de l’his­­to­­rio­­gra­­phie du xixe siècle consacrée à la guerre d’Indé­­pen­­dance, au tra­­vers des ouvrages qui eurent, déjà à leur époque, un écho impor­­tant. Le poids qu’eut le natio­­na­­lisme espa­­gnol dans cette his­­to­­rio­­gra­­phie contraste avec l’« intense déconstruction » de la charge natio­­na­­liste de cet évé­­ne­­ment que mani­­feste l’his­­to­­rio­­gra­­phie actuelle. Christian Demange et Pierre Géal fixent leur atten­­tion, dans leurs articles res­­pec­­tifs, sur la mémoire de la guerre d’Indé­­pen­­dance dans les années du sexenio democrático (le Sexenio Democrático o Revolucionario est la période de l’his­­toire de l’Espagne comprise entre la révo­­lu­­tion de sep­­tembre 1868 et la fin de la pre­­mière répu­­blique espa­­gnole, 1874). Demange ana­­lyse le mythe du Dos de Mayo (2 mai 1808), en insis­­tant sur les dif­­fé­­rentes lec­­tures que le carac­­tère plu­­riel du libé­­ra­­lisme donna à cet évé­­ne­­ment ; ce qui le mène à conclure qu’un mythe qui a pu être inté­­gra­­teur d’une nation de citoyens a fina­­le­­ment échoué aussi bien à cause de la fai­­blesse de la conscience natio­­nale que des ten­­sions sociales des nou­­veaux sec­­teurs sociaux émergents. Pierre Geal, en ce qui le concerne, centre son ana­­lyse sur l’étude de la poli­­tique monu­­men­­tale rela­­tive à la guerre d’Indé­­pen­­dance, menée à terme au cours du « Sexenio Democratico o Revolucionario ». Il constate que les poli­­tiques monu­­men­­tales rela­­tives à la guerre d’Indé­­pen­­dance per­­mettent de rendre compte, dans toute sa complexité, de la ques­­tion des mul­­tiples appro­­pria­­tions de cet évé­­ne­­ment fon­­da­­teur qui furent effec­­tuées par tous ceux qui, dans divers camps, se récla­­mèrent de son héri­­tage.

5Le deuxième titre, « L’indi­­vidu et la commu­­nauté, la nation et le citoyen », comprend les contributions de Carmen García Monerris, Ignacio Fernández Sarasola, Jean-­­­Baptiste Busaall et Geneviève Verdo autour de la révo­­lu­­tion de Cadix, du constitutionalisme et de la Consti­­tution de 1812. La réno­­va­­tion qui a été menée à terme au cours de ces vingt der­­nières années autour de ces thèmes est par­­fai­­te­­ment reflé­­tée dans ces quatre articles, aussi bien par les coïn­­ci­­dences glo­­bales – en remar­­quant, par exemple, la complexité des pré­­cé­­dents du constitutionalisme en Espagne et en dépas­­sant le lieu commun franco-­­­centré pour expli­­quer aussi bien la culture consti­­tution­­nelle en Espagne que la Consti­­tution gaditane – qu’au tra­­vers des nuances diver­­gentes qui pointent vers deux grandes lignes d’inter­­pré­­ta­­tion dis­­tinctes. Les études de García Monerris et de Jean Busaall, par exemple, sont dans la ligne de ceux qui consi­­dèrent, en par­­tant de la récu­­pé­­ra­­tion d’une remar­­quable « culture consti­­tution­­nelle » anté­­rieure à la Consti­­tution de 1812, que la Consti­­tution de Cadix en est venue à « constitutionaliser », en subs­­tance, les lois fon­­da­­men­­tales de la monar­­chie espa­­gnole. Or cet argu­­ment comporte, à mon avis, le risque dis­­cu­­table de réduire la volonté poli­­tique du libé­­ra­­lisme au des­­sein de ceux qui visaient sim­­ple­­ment la récu­­pé­­ra­­tion de la vieille « consti­­tution » his­­to­­rique de la monar­­chie… Il existe, en outre, un autre risque auquel sont expo­­sés, me semble-­­­­t-il, cer­­tains des argu­­ments col­­la­­té­­raux de l’article de Jean-­­­Baptiste Busaall : celui de ne pas prendre suf­­fi­­sam­­ment en compte la diver­­sité des ter­­ri­­toires his­­to­­riques qui exis­­taient sous la monar­­chie espa­­gnole, les par­­ti­­cu­­la­­ri­­tés dif­­fi­­ci­­le­­ment extrapolables du « fuerismo » (les « fueros » étaient les anciennes lois et pri­­vi­­lèges d’ori­­gine médié­­vale) navarrais sur lequel s’appuie son étude, et le contraste que sup­­pose dans une bonne par­­tie des ter­­ri­­toires pénin­­su­­laires le dénoue­­ment de la guerre de Suc­­ces­­sion et ses réper­­cus­­sions poli­­tiques pos­­té­­rieures. Dans tous les cas, cette ligne inter­­pré­­ta­­tive contraste avec l’idée de ceux qui voient dans le constitutionalisme libé­­ral, comme Ignacio Fernández Sarasola, une claire volonté de rup­­ture, et dans l’historicisme consti­­tution­­nel une habile stra­­té­­gie pour sur­­mon­­ter le poids et l’adver­­sité des cir­­constances. L’article de Geneviève Verdo sur le constitutionalisme moderne dans l’Amérique his­­pa­­nique vient complé­­ter ce cha­­pitre. Le constitutionalisme « amé­­ri­­cain », conclut-­­­elle, est en essence un constitutionalisme his­­pa­­nique, « un constitutionalisme révo­­lu­­tion­­naire his­­pa­­nique mêlant des élé­­ments anciens et modernes, se déployant sur deux théâtres d’opé­­ra­­tions – auto­­no­­miste et unioniste – et compor­­tant deux ver­­sions, la variante centraliste et la variante fédé­­rale ». La brèche entre les deux camps, pra­­ti­­que­­ment inexis­­tante avant 1814, allait être défi­­ni­­tive comme résul­­tat aussi bien de la poli­­tique à court terme des Cortes que, et sur­­tout, de la res­­tau­­ra­­tion de l’abso­­lu­­tisme en 1814.

6La troi­­sième par­­tie, « La guerre d’Indé­­pen­­dance et les expé­­riences poli­­tiques du xixe siècle », a un carac­­tère plus hété­­ro­­gène. Florencia Peyrou ana­­lyse le dis­­cours démocrate-­­­républicain de la guerre d’Indé­­pen­­dance au xixe siècle, la concep­­tion de « peuple », de « nation » et de « démo­­cra­­tie » qui en découlent, ainsi que le rôle qu’eut cet épi­­sode dans l’éla­­bo­­ra­­tion des éléments-­­­clés de ses dis­­cours et de ses pra­­tiques poli­­tiques. Pedro Rújula, pour sa part, signale dans son article l’impor­­tance de la guerre d’Indé­­pen­­dance dans les ori­­gines poli­­tiques de la contre-­­­révolution, en sou­­li­­gnant la trans­­cen­­dance de celle-­­­ci pour la compré­­hen­­sion de la por­­tée et de la pro­­fon­­deur du pro­­ces­­sus révo­­lu­­tion­­naire espa­­gnol. Il signale aussi comment cer­­taines mani­­fes­­ta­­tions parmi les plus carac­­té­­ris­­tiques qui accom­­pa­­gnèrent ce conflit – comme la mobi­­li­­sa­­tion popu­­laire, le carac­­tère de guerre civile ou la légi­­ti­­mation poli­­tique de l’usage des armes – eurent une influ­­ence non seule­­ment sur son déve­­lop­­pe­­ment mais aussi sur l’évo­­lu­­tion de l’his­­toire poli­­tique du xixe siècle et les anta­­go­­nismes qui la carac­­té­­ri­­sèrent. Enfin, l’article de Gonzalo Butrón sur les réper­­cus­­sions en Italie de la Consti­­tution gaditane clôt aussi bien le cha­­pitre que l’ensemble de l’ouvrage. Bien que l’écho de cette consti­­tution ne s’éveillât pas avant 1820, la Consti­­tution de Cadix fut lar­­ge­­ment connue et vécue comme pres­­ti­­gieuse en Italie dans les années du fameux trienio liberal espa­­gnol (période comprise entre 1820 et 1823) et elle finit par être consi­­dé­­rée comme le guide qui devait conduire les Ita­­liens à la régé­­né­­ra­­tion. Sans le moindre doute, remarque l’auteur, il faut prendre en compte pour éva­­luer ce phé­­no­­mène le poids qu’eut le sen­­ti­­ment anti­­­autri­­chien comme élé­­ment fon­­da­­men­­tal de la pro­­gres­­sion de l’idéal natio­­nal ita­­lien ainsi que, par consé­­quent, l’inté­­rêt des paral­­lé­­lismes qui pou­­vaient en décou­­ler en rap­­port avec l’inva­­sion napo­­léo­­nienne et la révo­­lu­­tion libé­­rale espa­­gnole.

7Je crois qu’au tra­­vers de ce que nous avons observé on peut appré­­cier clai­­re­­ment le double inté­­rêt de l’ouvrage La guerre d’Indé­­pen­­dance espa­­gnole et le libé­­ra­­lisme au xixe siècle. Il pré­­sente de manière exem­­plaire, en effet, le pano­­rama des contri­­bu­­tions effec­­tuées au cours de ces der­­nières années autour de la dimen­­sion poli­­tique de la guerre d’Indé­­pen­­dance sans le réduire à un état froid de la ques­­tion ; paral­­lè­­le­­ment, il offre de nou­­veaux points d’ana­­lyse grâce aux ques­­tions qui y sont trai­­tées. Face aux lieux communs et aux mythes qui refusent encore à dis­­pa­­raître, le volume édité par Jean-­­­Philippe Luis nous offre la richesse des points d’accord que la réno­­va­­tion historiographique récente a clai­­re­­ment conso­­li­­dés, comme des débats et des contro­­verses que les nou­­velles contri­­bu­­tions ont pu éveiller.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lluís Roura, « Jean-Philippe Luis (éd.), La Guerre d’Indépendance espagnole et le libéralisme au XIXe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 240-242.

Référence électronique

Lluís Roura, « Jean-Philippe Luis (éd.), La Guerre d’Indépendance espagnole et le libéralisme au XIXe siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12398

Haut de page

Auteur

Lluís Roura

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org