Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Eric Saunier (dir.) Les abolitions, de la Normandie aux Amériques, Cahiers de l’histoire et des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions en Normandie

Eric Halpern
p. 242-244
Référence(s) :

Eric Saunier (dir.) Les abolitions, de la Normandie aux Amériques, Cahiers de l’histoire et des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions en Normandie, no 2, cahier annuel publié par le CIRTAI (université du Havre), en collaboration avec la ville du Havre, Le Havre, 2009, 238 p. ISSN 2101-9436, 95 €.

Texte intégral

1Ce livre pro­­longe la jour­­née d’étude orga­­ni­­sée à la Mai­­son de l’Arma­­teur du Havre le 7 mai 2009 à l’ini­­tiative du CIRTAI, labo­­ra­­toire de l’Uni­­ver­­sité du Havre. Il pro­­pose une étude du pro­­ces­­sus des abo­­li­­tions de l’escla­­vage, du cadre régio­­nal nor­­mand jusqu’aux Amériques, de la fin du xviiie siècle au Havre et à Rouen aux abo­­li­­tions de Saint-­­­Domingue à Cuba, sans oublier l’exemple bri­­tan­­nique et quelques-­­­unes des consé­­quences de l’éman­­ci­­pa­­tion aux Etats-­­­Unis.

2Lucie Maquerlot étu­­die lon­­gue­­ment le cas du Havre, de la Consti­­tuante à la Conven­­tion. Le combat acharné des Havrais pour contester toute remise en ques­­tion de la traite et de l’escla­­vage se déroule sur fond de puis­­sants anta­­go­­nismes avec les colons, avec les Mulâtres, avec la Société des Amis des noirs. Un pre­­mier temps fort se situe pen­­dant l’hiver ­1789-1790, quand se pro­­file à l’Assem­­blée le débat sur les ques­­tions colo­­niales ; le décret du 8 mars 1790 est célé­­bré au Havre par une messe solen­­nelle, à l’ini­­tiative des capi­­taines de navire. Par contre l’amen­­dement du 15 mai 1791, qui accorde l’éga­­lité civile aux hommes de cou­­leur, divise pro­­fon­­dé­­ment l’opi­­nion ; les ten­­sions sub­­sistent avec l’annu­­la­­tion du décret, puis la révolte des esclaves de Saint-­­­Domingue d’août 1791, jusqu’à la fin de 1792. Pour­­tant, quand le 16 plu­­viôse an II la Conven­­tion vote l’abo­­li­­tion de l’escla­­vage, nul ne pro­­teste, et Le Havre est l’une des villes qui orga­­nise une fête pour célé­­brer l’évé­­ne­­ment, mal­­gré l’hos­­ti­­lité per­­sis­­tante de l’opi­­nion popu­­laire.

3Made­­leine Pinault Sørensen pré­­sente, en pré­­li­­mi­­naire, quelques pein­­tures et des­­sins, pour mieux situer le contexte de l’époque des Lumières, avant de se pen­­cher sur quelques per­­son­­na­­li­­tés liées à l’Aca­­dé­­mie de Rouen qui s’inté­­ressent, à un titre ou un autre, à la repré­­sen­­ta­­tion des Noirs et de l’escla­­vage. Les uns, souligne-­­­­t-elle, acceptent l’escla­­vage tout en mani­­fes­­tant une « négrophilie mon­­daine », comme le doc­­teur Le Cat, d’autres le dénoncent dans l’ombre, comme le peintre Lemonnier, d’autres plus fran­­che­­ment comme l’abbé Dicquemare ou les peintres Hoüel et Moreau le Jeune.

4Albert Nicollet revient sur les ori­­gines nor­­mandes d’A­­­lexis de Tocqueville et son ancrage poli­­tique dans le dépar­­te­­ment de la Manche. Il pré­­sente sa décou­­verte de l’escla­­vage aux Etats-­­­Unis et ses réflexions sur une pra­­tique sans ave­­nir dans la jeune démo­­cra­­tie amé­­ri­­caine ; il ana­­lyse son enga­­ge­­ment en faveur de l’abo­­li­­tion sous la monar­­chie de Juillet, sans en més­­es­­ti­­mer les dif­­fi­­cultés.

5Yves Hivert Messica retrace le combat abo­­li­­tion­­niste du pas­­teur de Félice (­1803-1871), pas­­teur de l’Eglise réfor­­mée de Bolbec de1828 à 1838, mais sur­­tout pro­­fes­­seur à la Faculté de théo­­lo­­gie pro­­tes­­tante de Montauban. Long­­temps oublié, le pas­­teur a récem­­ment retrouvé toute sa place dans l’his­­toire du mou­­ve­­ment anti-­­­esclavagiste. De Félice place le combat abo­­li­­tion­­niste parmi ses prio­­ri­­tés pen­­dant la décen­­nie 1840 ; à la suite de Victor Schoelcher, il publie en 1846 l’Emancipation immé­­diate et complète des esclaves. Appel aux abo­­li­­tion­­nistes. Sur l’insis­­tance de Bissette, il tente de ral­­lier le clergé romain, et s’implique, à l’exemple des Bri­­tan­­niques, dans une cam­­pagne de pétitions qui obtient un suc­­cès des plus miti­­gés. Après l’abo­­li­­tion de l’escla­­vage de 1848, il est moins présent dans le débat public.

6Magali Jacquemin nous déplace à Saint-­­­Domingue, à l’époque de la pre­­mière abo­­li­­tion, vers l’expé­­rience ori­­gi­­nale ten­­tée par Polverel dans l’Ouest de l’île pour éta­­blir « le lien entre liberté et éga­­lité ». Il est avec Sonthonax commis­­saire civil dans la colo­­nie ; ils arrivent en sep­­tembre 1792. Tan­­dis que Sonthonax, pressé par les évé­­ne­­ments, pro­­clame la liberté géné­­rale dans le Nord le 29 août 1793, Polverel pro­­clame le 21 août la séques­­tra­­tion par la répu­­blique des habi­­ta­­tions dont les pro­­prié­­taires sont absents ; le 27 août le par­­tage des pro­­prié­­tés vacantes entre guer­­riers et culti­­va­­teurs, la liberté pour les Afri­­cains qui res­­te­­raient ou ren­­tre­­raient sur celles-­­­ci, dans un régime de commu­­nauté des biens sus­­cep­­tible d’être étendu à l’ensemble des habi­­ta­­tions.

7Cécile Revauger montre la spé­­ci­­ficité et l’exem­­pla­­rité des abo­­li­­tions bri­­tan­­niques : 1807 pour la traite, 1833/1834 pour l’escla­­vage, 1838 pour l’appren­­tis­­sage, le sta­­tut inter­­mé­­diaire qui lui a suc­­cédé. Chaque étape a vu s’oppo­­ser les par­­ti­­sans d’une abo­­li­­tion immé­­diate à ceux d’une abo­­li­­tion gra­­duelle. Ini­­tiés par les Qua­­kers, les métho­­distes et les évan­­gé­­listes, les combats pour l’abo­­li­­tion, notam­­ment, avec Clarkson et Wilberforce, prennent un tour à la fois mili­­tant (créa­­tion de la pre­­mière grande société abo­­li­­tion­­niste en 1787) et par­­le­­men­­taire (pro­­po­­si­­tions de loi, pres­­sions auprès du 1er ministre Pitt puis Grenville pour l’abo­­li­­tion de la traite en 1807) ; avant 1832, la cam­­pagne abo­­li­­tion­­niste se déroule en grande par­­tie en dehors du Par­­le­­ment, à tra­­vers le boy­­cott du sucre et des pétitions mas­­sives. Les fac­­teurs expli­­ca­­tifs sont très imbri­­qués : contexte natio­­nal mais aussi inter­­na­­tional, nou­­velle concep­­tion libé­­rale de l’Empire, pres­­sion des évan­­gé­­listes, mis­­sion civi­­li­­sa­­trice, mais aussi ouver­­ture des mar­­chés et accrois­­se­­ment de la main-d’œuvre sala­­riée (le même Par­­le­­ment élu en 1832 vote l’abo­­li­­tion de l’escla­­vage et les nou­­velles lois sur les pauvres).

8L’éman­­ci­­pa­­tion des esclaves à Cuba, étu­­diée par Agnès Renault, est, de la révo­­lu­­tion haï­­tienne à la loi de 1886, le résul­­tat d’un très long pro­­ces­­sus. L’évo­­lu­­tion vers les cultures colo­­niales néces­­site une aug­­men­­ta­­tion consi­­dé­­rable du tra­­vail ser­­vile et un dur­­cis­­se­­ment condi­­tions de vie et de tra­­vail. Les résis­­tances entre­­tiennent le sen­­ti­­ment d’un « péril noir ». Les plan­­teurs créoles res­­tent cepen­­dant escla­­va­­gistes : au mieux, cer­­tains pré­­co­­nisent la fin de la traite, un « abo­­li­­tion­­nisme modéré », l’encou­­ra­­ge­­ment du peu­­ple­­ment euro­­péen. Les avan­­cées tech­­niques et la dimi­­nu­­tion de défri­­che­­ment réduisent les besoins de main d’œuvre. Les rai­­sons éco­­no­­miques l’emportent sur les motifs huma­­ni­­taires et, en 1886, l’abo­­li­­tion ne remet pas en cause la pri­­mauté du sucre.

9John Barzman pré­­sente les conclu­­sions de quelques his­­to­­riens amé­­ri­­cains sur la ques­­tion d’une jus­­tice his­­to­­rique et d’une compen­­sa­­tion finan­­cière pour les esclaves éman­­ci­­pés, l’une des pré­­oc­­cu­­pa­­tions du pré­­sident Lincoln aux États-­­­Unis à la fin de la Guerre de Séces­­sion. Une expé­­rience est ten­­tée en Géorgie en jan­­vier 1865. Le Géné­­ral Sherman confisque une bande de terre le long du lit­­to­­ral, de la Caroline du Sud à la Floride, pour la redis­­tri­­buer aux familles d’affran­­chis récents dépour­­vus de moyens ; à cela s’ajoute le ver­­se­­ment de secours immé­­diats. Mais, à la décep­­tion de nombre d’anciens esclaves, cette expé­­rience n’est pas éten­­due. Leur reven­­di­­ca­­tion prin­­ci­­pale, à titre de compen­­sa­­tion pour leur tra­­vail passé, celle de qua­­rante acres de terre et d’une mule, ne fut pas satis­­faite, et la majo­­rité d’entre eux devinrent des métayers endet­­tés.

10Des dis­­cus­­sions de l’Aca­­dé­­mie de Rouen aux réti­­cences à l’abo­­li­­tion au Havre, cet ouvrage nous montre, dans le cadre de la Normandie, des atti­­tudes contras­­tées, des Lumières à la Révo­­lu­­tion. Avec l’anti-­­­esclavagisme de Tocqueville et celui du pas­­teur de Félice, le cadre local s’efface devant des enga­­ge­­ments plus vastes, qui conduisent à l’abo­­li­­tion de 1848. Le combat bri­­tan­­nique est essen­­tiel, non seule­­ment par l’influ­­ence qu’il exerce sur les Amis des Noirs en 1788 ou les abo­­li­­tion­­nistes de la Res­­tau­­ra­­tion et de la monar­­chie de Juillet, mais aussi par son arrière-­­­plan reli­­gieux et son audience popu­­laire qui le dis­­tinguent des sou­­bre­­sauts des abo­­li­­tions fran­­çaises. La mise en paral­­lèle des pro­­jets de Polverel à Saint-­­­Domingue en 1793 et des expé­­riences amé­­ri­­caines de 1865 met en relief les dif­­fi­­cultés du pas­­sage de l’escla­­vage à la citoyen­­neté et à l’éga­­lité. Cuba enfin, est encore l’exemple des contra­­dic­­tions d’une nou­­velle éco­­no­­mie sucrière et d’une société escla­­va­­giste, à l’heure de la révo­­lu­­tion des tech­­niques et du libé­­ra­­lisme triom­­phant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Halpern, « Eric Saunier (dir.) Les abolitions, de la Normandie aux Amériques, Cahiers de l’histoire et des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions en Normandie », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 242-244.

Référence électronique

Eric Halpern, « Eric Saunier (dir.) Les abolitions, de la Normandie aux Amériques, Cahiers de l’histoire et des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions en Normandie », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12400

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org