Navigation – Plan du site
Vie de la société

Société des études robespierristes, rapport moral 2010

Assemblée générale de la Société, Dimanche 20 mars 2011
p. 252-261

I. Vie de la Société

– On doit regret­­ter cette année une éro­­sion des effec­­tifs non d’adhé­­rents mais d’abon­­nés aux AHRF (-6,1 %), mal­­gré les 17 nou­­veaux venus de 2009 – le cal­­cul sur les indi­­vi­­duels est cepen­­dant compli­­qué par les dif­­fé­­rentes moda­­li­­tés tari­­faires pro­­po­­sées via A. Colin ; elles ont donc été sim­­pli­­fiées pour l’an pro­­chain. La baisse est par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment mar­­quée cette année par le désen­­ga­­ge­­ment de plu­­sieurs ins­­ti­­tutions publiques frap­­pées par des res­tric­­tions bud­­gé­­taires ou pri­­vi­­lé­­giant l’achat de bou­­quets de revues en ligne – les BU amé­­ri­­caines ont par exemple perdu 20 % de leur bud­­get. Sur l’ensemble de ses revues, A. Colin constate une baisse de 7,2 % de ses abon­­nés (contre -3,4 % en 2009), qui frappe par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment celles qui sont les moins aca­­dé­­miques, c’est-­­à-dire celles qui sont plus tour­­nées vers la cri­­tique et l’ensei­­gne­­ment que la recherche. Les revues d’his­­toire s’en sortent le mieux.

Fin 2008

Fin 2009

Fin 2010

France

Etranger

TOTAL

France

Etranger

TOTAL

France

Etranger

TOTAL

Ratio 2010/2009

Ins­­ti­­tutions

169

344

513

165

345

510

161

320

481

-29

Par­­ti­­cu­­liers

56

13

69

69

13

82

32

6

38

-44

Adhé­­rents

142

142

135

135

137

29

166

+31

TOTAL

367

357

724

369

358

727

330

355

685

-42

– Une force d’attrac­­tion main­­te­­nue : 13 can­­di­­dats demandent à être accep­­tés dans notre Société :

Nom/Pré­­nom

Sujet de recherche

Lieu de rési­­dence

Par­­rains

Annen Sébastien

Défendre l’inno­­cence au xviiie siècle

Lille

Hervé Leuwers / Jean Bart

Hervé Bruno

Jus­­tice révo­­lu­­tion­­naire et répres­­sion
en Loire-­Inférieure (1793‑1795)

Rennes

Samuel Guicheteau / Serge Aberdam

Cuvilliers Vincent

Les pré­­fets du Pas-­
de-Calais (1800‑1815)

Thann

An­nie Crépin / Serge Aberdam

Goudeau André

Le dépar­­te­­ment de l’Eure sous le Direc­­toire

Rouen

Michel Biard / Bernard Bodinier

Grancher Romain

Le monde de la
pêche haut-­normand
(xviiie-xixe sc.)

Rouen

Michel Biard / Pas­­cal Dupuy

Kaci Maxime

Dyna­­miques
natio­­nales et figures variées de l’enga­­ge­­ment col­­lec­­tif sous la Révo­­lu­­tion fran­­çaise (France du Nord, Angleterre, Belgique)

Lille

Jean-­Pierre Jessenne / Hervé Leuwers

Le Joncour Tristan

Rouen

Michel Biard / Pas­­cal Dupuy

Michelazzi Claudio

Belluno (Italie)

Julien Louvrier / Philippe Bourdin

Panhaleux Fanny

Les comi­­tés de sur­­veillance révo­­lu­­tion­­naire de Rennes (prin­­temps 1793‑30 ven­­tôse an III)

Rennes

An­nie Crépin / Paul Chopelin

Petit Bruno

Les fêtes révo­­lu­­tion­­naires à Besançon

Genève

Danièle Pingué / Philippe Bourdin

Renglet Antoine

La police urbaine dans l’espace belge de 1789 à 1814

Namur

Philippe Bourdin / Karine Rance

Salvat Jean

Les biblio­­thèques des nobles émi­­grés des années 1770 à la Res­­tau­­ra­­tion

Clermont-­Ferrand

Philippe Bourdin / Karine Rance

Simien Côme

Des maîtres d’école aux ins­­ti­­tu­­teurs entre Révo­­lu­­tion et Empire

Paris

Philippe Bourdin / Paul Chopelin

– Suite à la sup­­pres­­sion d’une par­­tie de ses acti­­vi­­tés par notre impri­­meur de Clermont-­Ferrand, nous avons dû démé­­na­­ger les sto­­cks d’ouvrages et de revues qui étaient entre­­po­­sés dans son entre­­prise pour les trans­­fé­­rer momen­­ta­­nément et les ins­­tal­­ler, sur des éta­­gères fabri­­quées et ache­­tées à des­­sein, chez l’un de nos socié­­taires lor­­rains, dans l’attente de la réno­­va­­tion du local que nous loue­­rons à la Mai­­rie d’Ivry.

– Nous avons choisi un autre impri­­meur clermontois, de l’entre­­prise DIAZO, qui assu­­rera une rétro-­conversion de notre fonds ancien (entre autres les Œuvres de Robespierre, dont l’exploi­­ta­­tion a été reti­­rée, après mise en demeure, à CIDOTECH-­Éditions, qui ne res­­pec­­tait pas son contrat, ne nous assu­­rant aucun compte rendu ni re­verse­­ment sur les ventes). Cela nous per­­met­­tra de pou­­voir impri­­mer des ouvrages à la demande et de déve­­lop­­per la publi­­cité de nos ouvrages sur Google Recherche de Livres, de mettre gra­­tui­­te­­ment à la dis­­po­­si­­tion du public le plus large un cer­­tain nombre des outils que nous avons publiés (comme le Réper­­toire des tra­­vaux uni­­ver­­si­­taires inédits) – ce dans la perspec­­tive du site inter­­net de la SER. DIAZO impri­­mera nos publi­­ca­­tions à venir selon des pro­­cé­­dés numé­­riques qui per­­met­­tront pareille­­ment des réim­­pres­­sions faciles et rapides, ce qui limi­­tera drastiquement nos sto­­cks.

– Les dif­­fé­­rentes ren­­contres que nous avons orga­­ni­­sées, pour les­­quelles des stands de nos livres ont été mis en place par Jean-­Paul Rothiot, ont per­­mis de consta­­ter les ver­­tus des ventes directes. Ajou­­tées à celles réa­­li­­sées par quelques librai­­ries spé­­cia­­li­­sées de la capi­­tale, elles s’avèrent bien plus rému­­né­­ra­­trices que celles de notre dif­­fu­­seur. Nous avons, il est vrai, pra­­ti­­qué sys­­té­­ma­­ti­­que­­ment des prix attrac­­tifs, tou­­jours dans le but de réduire notre stock.

– Un effort par­­ti­­cu­­lier a été fait pour consti­­tuer un fonds patri­­mo­­nial : inven­­taires de l’ensemble de nos édi­­tions, reconsti­­tution de col­­lec­­tions complètes des AHRF par un achat auprès de Schmidt-­Periodicals, col­­lecte des archives de l’actuelle pré­­si­­dence.

– La mise en place de notre site, hébergé par Hypo­­thèses.org, a bien pro­­gressé grâce au tra­­vail de Julien Louvrier. Nos der­­nières mani­­fes­­ta­­tions et publi­­ca­­tions y sont bien pré­­sen­­tées. Un sys­­tème Paypal per­­met­­tra d’y ache­­ter nos pro­­duc­­tions, ce qui en faci­­li­­tera l’accès à nos lec­­teurs étran­­gers. Reste à trou­­ver au sein des ins­­tances bien­­tôt renou­­ve­­lées de la SER trois personnes-­ressources qui feront vivre ce site avec l’appui et la coor­­di­­na­­tion de Julien.

– Le contrat pour la consti­­tution d’un bou­­quet numé­­rique d’ouvrages qui nous lie à Nou­­veau Monde Édi­­tions n’a pas pour l’heure porté ses fruits. Une pré­­sen­­ta­­tion som­­maire de l’état de la col­­lec­­tion en ligne pro­­po­­sée par cet édi­­teur a été faite lors des Rendez-­vous de l’His­­toire de Blois en octobre 2010, mais l’effi­­cience du pro­­jet devrait être constatable seule­­ment en février 2011.

II. Col­­loques et tra­­vaux de recherche col­­lec­­tifs

– Le col­­loque « Voies nou­­velles pour la recherche sur la Révo­­lu­­tion », orga­­nisé par Cyril Triolaire avec l’aide de Serge Aberdam, s’est déroulé à Ivry les 15 et 16 juin 2010 dans une ambiance cha­­leu­­reuse et avec une assis­­tance stu­­dieuse d’une tren­­taine de per­­sonnes, parmi les­­quelles un grand nombre de doc­­to­­rants et de jeunes doc­­teurs. Le stand de livres que nous y avions ouvert a connu un réel suc­­cès. Le tout nous a laissé le temps d’une déam­­bu­­la­­tion toute révo­­lu­­tion­­naire vers l’arbre de la liberté du cru, dont tout laisse à pen­­ser que les branches peuvent encore pous­­ser.

– La jour­­née d’étude de Besançon sur « Les comi­­tés de sur­­veillance » a dû être repous­­sée suite aux grèves majeures qui ont mar­­qué la résis­­tance à la réforme des retraites et ont para­­lysé pour par­­tie les moyens de trans­­port. Elle a été repor­­tée aux 13 et 14 jan­­vier 2011 et s’est par­­fai­­te­­ment dérou­­lée, prou­­vant que ce chan­­tier col­­lec­­tif pou­­vait amal­­ga­­mer plu­­sieurs géné­­ra­­tions de cher­cheurs, et conti­­nuer par consé­­quent d’atti­­rer les plus jeunes, très bien repré­­sen­­tés dans la cir­­constance. Une ving­­taine de par­­ti­­cipants ont, à par­­tir de mono­­gra­­phies renou­­ve­­lées et appro­­fon­­dies, mar­­qué les avan­­cées de la recherche et décidé de la consti­­tution d’une base de don­­nées et d’une biblio­­gra­­phie natio­­nales, pour l’heure ins­­tru­­ments de tra­­vail à leur dis­­po­­si­­tion sur un site dédié asso­­cié au ser­­veur de la SER. Dans une pre­­mière étape, qui abou­­tira le 31 décembre 2012, les efforts seront mis à la recen­­sion des lieux et des dates de fon­­da­­tion et de dis­­pa­­ri­­tion, afin d’offrir une carte et une chro­­no­­lo­­gie natio­­nales.

– En asso­­cia­­tion avec l’IHRF et l’APHG, la jour­­née d’étude « Ensei­­gner la Révo­­lu­­tion », qui s’est tenue à Ivry le 19 mars 2011, sous la res­­pon­­sa­­bi­­lité scien­­ti­­fique de Jean-­Pierre Jessenne et grâce à la qua­­lité orga­­ni­­sa­­tion­­nelle de Serge Aberdam et Cyril Triolaire, a connu un grand suc­­cès public (plus de 80 per­­sonnes pré­­sentes). Une enquête a été menée auprès des ensei­­gnants du secondaire sur leurs pra­­tiques de l’ensei­­gne­­ment de la Révo­­lu­­tion ; les édi­­teurs sco­­laires avaient été invi­­tés à orga­­ni­­ser des stands. La mani­­fes­­ta­­tion a porté sur l’ensei­­gne­­ment de la Révo­­lu­­tion depuis le xixe siècle, le compte-­rendu d’expé­­riences d’ensei­­gne­­ment de l’école élé­­men­­taire au lycée, quelques « points chauds » comme l’ana­­lyse du poids des évé­­ne­­ments et des per­­son­­nages, l’abo­­li­­tion de l’escla­­vage. Elle s’est ter­­mi­­née par une table-­ronde sur l’actua­­lité de cet ensei­­gne­­ment.

– La SER col­­la­­bore au col­­loque « Extrême ? Iden­­ti­­tés par­­ti­­sanes et stig­­mati­­sation des gauches en Europe (xviiie-xxe s.) », qui se dérou­­lera à Rouen, à l’ini­­tiative du GHRIS et de l’IHRF, les 11, 12 et 13 mai 2011, réunira une tren­­taine de cher­cheurs pour réflé­­chir aux mots et aux concepts poli­­tiques, aux groupes et aux mou­­vances, aux pra­­tiques, aux repré­­sen­­ta­­tions et aux dis­­cours de rejet, aux formes contem­­po­­raines de « l’extré­­misme ». Les actes seront publiés aux Presses uni­­ver­­si­­taires de Rennes.

– La SER est à l’ini­­tiative du col­­loque « Les nuits de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise », en asso­­cia­­tion avec le Centre d’His­­toire « Espaces et Cultures » de l’Uni­­ver­­sité Blaise-­Pascal et l’IHRF, qui réunira 27 par­­ti­­cipants à Clermont-­Ferrand les 5 et 6 sep­­tembre 2011 et où seront suc­­ces­­si­­ve­­ment abor­­dés les temps noc­­turnes de l’action poli­­tique, le tra­­vail de nuit, les socia­­bi­­li­­tés noc­­turnes, les ima­­gi­­naires et les repré­­sen­­ta­­tions liés à ce moment par­­ti­­cu­­lier.

– La SER s’est enfin enga­­gée à sou­­te­­nir le col­­loque que Mar­­tial Poirson (Uni­­ver­­sité Stendhal/Grenoble III) orga­­nise du 21 au 23 mars 2012 au Musée de la Révo­­lu­­tion (Vizille), avec l’UMR LIRE-­CNRS, sur « La Révo­­lu­­tion fran­­çaise dans les cultures popu­­laires : mytho­­lo­­gies contem­­po­­raines ».

– Une conven­­tion a été signée avec la Musée de Veygoux (mai­­son du géné­­ral Desaix, dans les Com­brailles auver­­gnates) pour la réa­­li­­sa­­tion de deux expo­­si­­tions sur pan­­neaux (de vingt à vingt-­cinq pan­­neaux cha­­cune) à par­­tir des entrées thé­­ma­­tiques du livre paru chez Tallandier, La Révo­­lu­­tion fran­­çaise. Une his­­toire tou­­jours vivante, sous la direc­­tion de Michel Biard. La SER sera res­­pon­­sable du contenu scien­­ti­­fique, Michel Biard et Philippe Bourdin cen­­tra­­li­­sant le tra­­vail qui sera remis en mars 2011. La SER dis­­po­­sera d’un exem­­plaire de chaque expo­­si­­tion.

III. Publi­­ca­­tions 2010

– Les noblesses fran­­çaises dans l’Europe de la Révo­­lu­­tion (années 1770‑1800) actes du col­­loque de Vizille (10‑12 sep­­tembre 2008), Rennes, Presses uni­­ver­­si­­taires de Rennes, 2010, 600 p.

– Prix de thèse Albert Mathiez 2006 : la publi­­ca­­tion de la thèse de Corinne Legoy sur les thu­­ri­­fé­­raires de la Res­­tau­­ra­­tion (L’enthou­­siasme désen­­chanté. Éloge du pou­­voir sous la Res­­tau­­ra­­tion) a été pré­­parée au cours de cette année. Après des retards dus à l’édi­­teur, le livre est sorti à la fin de décembre. Tiré à 300 exem­­plaires, il sera dif­­fusé par la SODIS et par la SER.

– Prix de thèse Albert Mathiez 2010 : la thèse de Laurent Brassart (État-­Nation, pou­­voirs locaux et compor­­te­­ments col­­lec­­tifs dans le dépar­­te­­ment de l’Aisne, 1792‑1795) a été choi­­sie par le jury le 30 jan­­vier 2010. Laurent Brassart doit rema­­nier son texte pour répondre aux normes de la SER.

– Col­­lec­­tion « Études révo­­lu­­tion­­naires » : La Révo­­lu­­tion fran­­çaise au miroir des recherches actuelles, sous la direc­­tion de Cyril Triolaire, actes du col­­loque orga­­nisé à Ivry les 15 et 16 juin 2010, est en cours de pré­­pa­­ra­­tion. Les vingt textes, pro­­duits par de jeunes cher­cheurs des uni­­ver­­si­­tés, ont été ras­­sem­­blés, relus et mis en forme par Jean-­Paul Rothiot et Cyril Triolaire ; ils vont être dépo­­sés chez l’impri­­meur et le livre sor­­tira au cours du deuxième tri­­mestre de 2011. Les commu­­ni­­ca­­tions s’orga­­nisent autour de cinq thèmes : des hommes en Révo­­lu­­tion, les formes du pou­­voir, la vie poli­­tique locale, l’éco­­no­­mie et la société et la for­­ma­­tion de l’opi­­nion.

– Coé­­di­­tions avec le CTHS : De la sou­­ve­­rai­­neté du Peuple et de l’excel­­lence d’un État libre, de Marchamont Needham, tra­­duit par Théophile Mandar, pré­­senté par Raymonde Mon­nier, a été achevé et figure dans le cata­­logue du CTHS – col­­lec­­tion « Docu­­ments inédits ». La SER est d’autre part coé­­di­­trice des deux volumes des actes du col­­loque Héros et héroïnes de la Révo­­lu­­tion (Congrès du CTHS de Bor­­deaux, 2008), qui devraient paraître au pre­­mier tri­­mestre 2011.

– Annales his­­to­­riques de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise :

Les quatre numé­­ros ont été livrés au cours de l’année, le no 4 par­­ve­­nant aux abon­­nés au mieux les 30 et 31 décembre, au maxi­­mum au tout début de jan­­vier 2011. Le rythme des paru­­tions a donc été par­­fai­­te­­ment res­­pecté tant par l’équipe de rédac­­tion que par Armand Colin, notre édi­­teur.

Le nombre total de pages annuel est de 1 000, ainsi réparti : 272 pages pour le no 1, 272 pour le no 2, 240 pour le no 3 aux­­quelles s’ajoutent deux cahiers sup­­plé­­men­­taires soit 32 pages numé­­ro­­tées à part (en chiffres romains) et des­­ti­­nées à accueillir des illus­­tra­­tions, enfin 216 pour le no 4.

Deux numé­­ros de varia (no 2 et 4) ont, comme d’usage, alterné avec deux no spé­­ciaux (1 et 3), ces deux der­­niers consa­­crés aux « Chan­­ge­­ments sociaux et dyna­­miques poli­­tiques » (no 1, une intro­­duc­­tion et neuf articles), sous la direc­­tion d’Hervé Leuwers et Jean-­Pierre Jessenne, et à un thème inti­­tulé « Entre sca­­to­­lo­­gie et fan­­tasmes sexuels, le cul et son ima­­gi­­naire », sous la direc­­tion de Michel Biard et Pas­­cal Dupuy (no 3, une intro­­duc­­tion et neuf articles). Le suc­­cès du pre­­mier numéro est attesté par le fait que le site d’Armand Colin annonce qu’il est déjà épuisé ; le second numéro spé­­cial a, quant à lui, fait l’objet d’une dif­­fu­­sion plus impor­­tante que d’accou­­tu­­mée dans les librai­­ries (son suc­­cès res­­tant à ce jour à déter­­mi­­ner).

Les onze articles des deux numé­­ros de varia ont porté sur des sujets divers, prosopographies, ques­­tions mili­­taires, réflexions sur la bour­­geoi­­sie, culture et poli­­tique, légendes et repré­­sen­­ta­­tions autour de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise et de ses acteurs… cer­­tains articles excé­­dant lar­­ge­­ment les bornes clas­­siques de la Révo­­lu­­tion, dont un texte por­­tant sur 1848. Au total, ce sont 29 articles qui ont pris place dans la revue cette année, dont 5 rédi­­gés par des auteurs étran­­gers, pro­­por­­tion plus faible que les années pré­­cé­­dentes. Tou­­te­­fois, en 2011, les deux numé­­ros spé­­ciaux seront consa­­crés à des ter­­ri­­toires étran­­gers et feront la part belle à des auteurs de ces pays. Par ailleurs, cer­­tains articles publiés en 2010 par des auteurs fran­­çais portent sur des ter­­ri­­toires exté­­rieurs (ainsi sur Thomas Paine en Amérique, une compa­­rai­­son France-­Allemagne, deux textes sur les carica­­tures dans des pays étran­­gers).

Enfin, dans cette même année, 5 articles ont été refu­­sés par les comi­­tés de rédac­­tion et de lec­­ture, tan­­dis que 7 autres fai­­saient à la fin de 2010 l’objet d’une demande de modi­­fi­­ca­­tions impor­­tantes en vue d’un nou­­vel exa­­men. Au total, ce sont donc 12 articles qui ont ainsi été écar­­tés, sous quelque moda­­lité que ce soit, nombre proche de celui des années pré­­cé­­dentes.

Comme les années pré­­cé­­dentes éga­­le­­ment, la revue s’est fait l’écho de l’actua­­lité scien­­ti­­fique, notam­­ment avec ses rubriques « Thèses » (sept tra­­vaux pré­­sen­­tés), « Sources », « Biblio­­gra­­phie », « Regards croi­­sés », « Annonces » et sa très impor­­tante rubrique « Comptes ren­­dus ». Les ouvrages recen­­sés dans cette der­­nière rubrique ont été cette année au nombre de 64. Parmi eux se trouvent 18 ouvrages en langue étran­­gère
(14 en langue anglaise, 3 en russe, 1 en alle­­mand). Cette rubrique pré­­sente des comptes ren­­dus regrou­­pés autour d’un thème (par exemple « Escla­­vage, colo­­nies et Révo­­lu­­tion » dans le no 1, « His­­toire des temps révo­­lu­­tion­­naires » dans le no 3), ou des comptes ren­­dus variés.

La Commis­­sion pari­­taire des publi­­ca­­tions et agences de presse a renou­­velé son agré­­ment à notre revue jusqu’en 2015.

IV. Pré­­sen­­ta­­tion des comptes pour 2010

Le bud­­get de fonc­­tion­­ne­­ment de la société est défi­­ci­­taire pour l’exer­­cice 2010 de 8 547,85 €, les pro­­duits se mon­­tant à 1 152,24 € et les charges s’éle­­vant elles à 10 700,09 €. Notons que ce bilan est en réa­­lité bien moins néga­­tif qu’il n’y paraît puisqu’appa­­raissent dans les charges 7 000 € rever­­sés sur livret (contre-­virement de 2009 pour hono­­rer les fac­­tures d’A. Colin lors de la phase de tran­­si­­tion d’édi­­tion des AHRF) ; aussi le bilan est-­il sen­­si­­ble­­ment voi­­sin de celui de 2009. Le mon­­tant des coti­­sations per­­çues à ce jour s’élève à 1 326 € et se décom­­pose en 1 000 € de pro­­vi­­sions sur charges ver­­sés par A. Colin au titre de l’exer­­cice 2010 et en 326 € ver­­sés direc­­te­­ment par les socié­­taires à la SER ; A. Colin complé­­tera la part due pour les coti­­sations sur les abon­­ne­­ments au pre­­mier semestre 2011. Les res­­sources complé­­men­­taires per­­çues pro­­viennent de la régu­­la­­ri­­sa­­tion d’anciens abon­­nés (414 €), de dons (150 €) ainsi que d’un petit divi­­dende pos­­tal et de la par­­ti­­cipation finan­­cière de per­­sonnes venues assis­­ter au col­­loque d’Ivry-­­sur-Seine des 15‑16 juin 2010. Les charges cou­­rantes de la société sont en aug­­men­­ta­­tion. Les charges liées aux réunions du bureau et du conseil d’admi­­nis­­tra­­tion enre­­gistrent une légère hausse et se montent à 2 470,92 € (contre 1 959,28 € en 2009) ; celle-­ci s’explique par une plus grande pré­­sence des membres du bureau lors de ses réunions. Les frais liés au fonc­­tion­­ne­­ment du secré­­ta­­riat et de la tré­­so­­re­­rie s’élèvent à 274,65 € et sont eux en baisse. L’enve­­loppe allouée au groupe tra­­vaillant sur les comi­­tés de sur­­veillance n’a pas été uti­­li­­sée du fait que ses ani­­ma­­teurs appar­­tiennent éga­­le­­ment au bureau ou au CA et se réunissent les mêmes jours et au même endroit que ceux-­ci. L’ouver­­ture pro­­chaine d’un site élec­­tro­­nique propre à la société a néces­­sité le renou­­vel­­le­­ment de plu­­sieurs noms de domaines à hau­­teur de 96,90 € ; cette ligne sera en aug­­men­­ta­­tion en 2012, compte tenu du coût lié à l’achè­­ve­­ment de la réa­­li­­sa­­tion et au lan­­ce­­ment public de la pla­­te­­forme de la Société sur le web. Ponc­­tuent cette liste de charges les 450,92 € débour­­sés à l’occa­­sion du prix Mathiez (réunion du jury, dépla­­ce­­ment de ses membres) et 135,88 € ver­­sés pour l’acqui­­si­­tion de droits d’image et le règle­­ment d’un pas­­sif avec la Société Fran­­çaise du Livre.

Moins inquié­­tant que le bilan de l’exer­­cice 2009, le bilan 2010 des édi­­tions de la société doit tou­­jours aler­­ter ses socié­­taires, nous invi­­ter à la pru­­dence et à la défi­­ni­­tion d’une poli­­tique édi­­to­­riale glo­­bale (col­­lec­­tions et dif­­fu­­sion). La ligne bud­­gé­­taire montre un excé­­dent de 5 186,63 € et doit essen­­tiel­­le­­ment son aug­­men­­ta­­tion au ver­­se­­ment inat­­tendu de droits pour une très ancienne coé­­di­­tion (1980) du livre dirigé par Michel Foucault, L’impos­­sible pri­­son (955,89 € des édi­­tions du Seuil) et à la régu­­la­­ri­­sa­­tion toute aussi inat­­ten­­due de fac­­tures impayées de 2006 des Ama­­teurs du Livre Inter­­na­­tional (681,50 €) ; sans ces deux ver­­se­­ments, le bilan eut été voi­­sin de celui de 2009 (3 701,86 €) et donc en des­­sous du poten­­tiel de notre Société (comme avaient pu en leur temps en témoi­­gnaient les bilans des exer­­cices 2007 ou 2008). Le re­verse­­ment du pro­­duit des ventes du CTHS et de la SODIS est peu élevé (1 405,60 €) et vaut seule­­ment pour la dif­­fu­­sion des pro­­duc­­tions de la société pour les années 2008 et 2009. Les pro­­duits se montent à 9 320,80 € et les charges à 4 134,17 €, soit res­­pec­­ti­­ve­­ment près de 10 000 € et 15 000 € de moins que ce qui avait été annoncé dans le bud­­get pré­­vi­­sion­­nel. Si les chiffres des ventes demeurent pré­­oc­­cu­­pants (5 920,99 €) mal­­gré une sen­­sible aug­­men­­ta­­tion, la satis­­faction pro­­vient des ren­­trées d’argent stables et régu­­lières liées aux par­­te­­na­­riats de dif­­fu­­sion, de repro­­duc­­tion et d’exploi­­ta­­tion des édi­­tions (col­­lec­­tions, AHRF) contrac­­tés ces der­­nières années par la société. Ainsi, en 2010, ProQuest rap­­porte à la SER 1 567,16 €, Schmidt Periodicals 124,40 € et le Centre Fran­­çais d’exploi­­ta­­tion du droit de Copie 302,65 € ; gageons que de futurs par­­te­­na­­riats comme celui passé avec Nou­­veau Monde Édi­­tions, la numérisation de titres repré­­sen­­ta­­tifs des col­­lec­­tions de la SER et la mise en place d’une bou­­tique en ligne per­­met­­tront aux édi­­tions de trou­­ver de nou­­veaux débou­­chés et un public élargi. Les charges se par­­tagent d’une part entre l’orga­­ni­­sa­­tion du col­­loque La Révo­­lu­­tion fran­­çaise au miroir des recherches actuelles et la coé­­di­­tion (avec le CTHS) de De la sou­­ve­­rai­­neté du peuple et de l’excel­­lence d’un état libre (Raymonde Mon­nier), et d’autre part avec la ges­­tion du stock des ouvrages de la société (rou­­tages suc­­ces­­si­­ve­­ment assu­­rés par l’édi­­teur clermontois 1, 2… 4 Édi­­tions puis par Jean-Paul Rothiot).

Le bilan de la publi­­ca­­tion et de la vente des AHRF est, quant à lui, lar­­ge­­ment posi­­tif de 7 093,61 €. Les pro­­duits se montent à 13 907,50 € et les charges à 6 813,89 €. L’exer­­cice 2010 est mar­­qué par l’achè­­ve­­ment défi­­ni­­tif de la tran­­si­­tion de l’édi­­tion des AHRF auprès d’A. Colin. Les ren­­trées finan­­cières rela­­tives à la revue cor­­res­­pondent aux pro­­vi­­sions sur charge annuelles de 6 000 € et au re­verse­­ment du mon­­tant des sub­­ven­­tions CNL-­CNRS 2009 et de la sub­­ven­­tion CNRS 2010 par l’édi­­teur ; ce der­­nier a pré­­venu le secré­­taire géné­­ral et le tré­­so­­rier de la société de la forte baisse pré­­vi­­sible de la sub­­ven­­tion CNL pour le pro­­chain exer­­cice. Les frais géné­­raux liés à la ges­­tion quo­­ti­­dienne de la revue sont conformes aux pré­­vi­­sions (445,49 €) ; la publi­­ca­­tion de plu­­sieurs articles en langues étran­­gères en 2010 explique les frais de tra­­duc­­tion de 4 218,31 €. 108 € ont été rever­­sés à A. Colin au titre des abon­­ne­­ments per­­çus direc­­te­­ment par la SER (alors que les abon­­nés se doivent désor­­mais de s’adres­­ser exclu­­si­­ve­­ment à l’édi­­teur). Enfin, suite à la faillite de l’édi­­teur clermontois 1, 2…4 Édi­­tions qui gérait gra­­cieu­­se­­ment le stock de la société, l’ensemble des col­­lec­­tions de la SER ont dû être dépla­­cées et mises en rayon dans un nou­­veau local (mis cette année gra­­cieu­­se­­ment à dis­­po­­si­­tion par Jean-Paul Rothiot) ; 2 042,09 € ont été néces­­saires au trans­­fert des col­­lec­­tions et à l’amé­­na­­ge­­ment du local.

Le bilan de l’exer­­cice 2010 des acti­­vi­­tés de la SER pré­­sente un solde posi­­tif et un béné­­fice net de 3 732,39 €. Le fonds de réserve au 31 décembre 2010 se monte à 40 661,40 €. Sont dis­­po­­nibles au 1er jan­­vier 2011 : 40 661,40 € – 8 516,93 € (fonds blo­­qués sta­­tutai­­re­­ment) = 32 144,44 € (24 061,45 € sur compte cou­­rant, 8 082,99 € sur livret).

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org