Navigation – Plan du site
Vie de la société

Rapport SER 2011

p. 266-279

Rap­­port – bilan sta­­tutaire éla­­boré par le pro­­fes­­seur Roger Dupuy (Pro­­fes­­seur émé­­rite de l’Uni­­ver­­sité de Rennes 2) sur le fonc­­tion­­ne­­ment et les acti­­vi­­tés de recherche de la Société des Études Robespierristes effec­­tué à la demande de son Pré­­sident, le Pro­­fes­­seur Philippe Bourdin et por­­tant sur les années 2006 à 2010

Le présent rap­­port prévu par les sta­­tuts de la Société des Études Robespierristes se situe évi­­dem­­ment dans le pro­­lon­­ge­­ment du pré­­cé­­dent, rédigé en 2005 par le Pro­­fes­­seur Philippe Boutry, dans la mesure où, en bon his­­to­­rien, leur rap­­pro­­che­­ment nous per­­met de sou­­li­­gner les conti­­nui­­tés d’une séquence à l’autre mais aussi les chan­­ge­­ments affi­­chés ou impli­­cites que le rap­­por­­teur croit avoir pu consta­­ter dans le laps de temps qu’on lui a demandé d’ana­­ly­­ser plus spé­­cia­­le­­ment.

Philippe Boutry concluait son texte en consi­­dé­­rant les années 2003 – 2005 comme des années de conso­­li­­da­­tion et d’ouver­­ture se tra­­dui­­sant par l’appro­­fon­­dis­­se­­ment d’une tra­­di­­tion historiographique pres­­ti­­gieuse allant de Aulard à Michel Vovelle, via Albert Mathiez, Georges Lefebvre et Albert Soboul et d’indé­­niables capa­­ci­­tés de renou­­vel­­le­­ment per­­met­­tant à la SER et à sa revue, les Annales His­­to­­riques de la Révo­­lu­­tion Fran­­çaise de tenir toute leur place dans un contexte intel­­lec­­tuel et poli­­tique qui leur impo­­sait un devoir de pré­­sence nécessaire lors des cinq der­­nières années, à la fois du fait du contexte idéo­­lo­­gique qui a tenté de pré­­va­­loir en France avec l’actuelle majo­­rité pré­­si­­den­­tielle et sur­­tout, tout récem­­ment, par les bou­­le­­ver­­se­­ments qui affectent le monde arabe et qui viennent de relan­­cer une dyna­­mique révo­­lu­­tion­­naire se réfé­­rant spon­­ta­­né­­ment à l’héri­­tage poli­­tique et juri­­dique des droits de l’homme et à l’explo­­sion insur­­rec­­tion­­nelle du prin­­temps et de l’été 1789.

Mais si le rap­­port pré­­cé­­dent se pré­­sen­­tait sinon comme une œuvrecol­­lec­­tive du moins comme un texte rédigé après des consul­­ta­­tions réitérées
des dif­­fé­­rentes ins­­tances admi­­nis­­tra­­tives et scien­­ti­­fiques de la SER, le présent texte est plu­­tôt une œuvre indi­­vi­­duelle, sorte de témoi­­gnage d’un lec­­teur dont on a sol­­li­­cité l’exper­­tise sup­­po­­sée et qui livre son sen­­ti­­ment sur le mode de fonc­­tion­­ne­­ment de cette société et sur­­tout sur la qua­­lité des publi­­ca­­tions et des mani­­fes­­ta­­tions scien­­ti­­fiques qu’elle a sus­­ci­­tées et menées à bien durant ces cinq années.

Un der­­nier constat préa­­lable s’impose, la séquence chro­­no­­lo­­gique dont nous ren­­dons compte est plus longue que les trois années embras­­sées par Philippe Boutry, puisqu’elle en recouvre cinq, appa­­rem­­ment du fait de la dif­­fi­­culté de trou­­ver un ou des suc­­ces­­seurs à Philippe Boutry. Il serait natu­­rel­­le­­ment sou­­hai­­table que la pério­­di­­cité de ce rap­­port sta­­tutaire se sta­­bi­­lise elle aussi comme s’est fixé le calen­­drier des réunions des dif­­fé­­rentes ins­­tances de la SER.

Fonc­­tion­­ne­­ment et vie de la Société

La vie de la SER est désor­­mais ryth­­mée par ses quatre réunions annuelles, à savoir 3 Conseils d’Admi­­nis­­tra­­tion et une Assem­­blée géné­­rale qui reviennent régu­­liè­­re­­ment selon un calen­­drier scru­­pu­­leu­­se­­ment res­­pecté : 3 C.A. fixés res­­pec­­ti­­ve­­ment en jan­­vier, mars et octobre. Et une A.G. tenue à la mi-­­­mars.

Les C.A. sont évi­­dem­­ment une ins­­tance de dis­­cus­­sion et de pro­­po­­si­­tion, mais ils s’avèrent être, pour ce qui est de la SER, par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment actifs et effi­­caces. L’A.G. du 17 mars 2007 a fixé le nombre des membres du C.A. à 35, mais ce chiffre n’a jamais été atteint, il per­­met seule­­ment d’assu­­rer un nombre de pré­­sents suf­­fi­­sam­­ment élevé pour assu­­rer le bon fonc­­tion­­ne­­ment de cette ins­­tance. Les C.A. regroupent en moyenne 16 à 18 par­­ti­­cipants, avec un maxi­­mum de 21 (jan­­vier 2007) et un mini­­mum de 11, en 2010. Nous avons, en effet, constaté une ten­­dance à l’amoin­­dris­­se­­ment de l’effec­­tif des pré­­sents aux C.A. depuis juin 2009 (14 pré­­sents) s’accen­­tuant en 2010, (11 pré­­sents aux C.A. de mars et octobre). Il est évident que la conjonc­­tion de cer­­tains fac­­teurs et notam­­ment les emplois du temps des col­­lègues peuvent entraî­­ner un recul des effec­­tifs d’une année sur l’autre, recul qui ne signi­­fie­­rait donc pas auto­­ma­­ti­­que­­ment une sorte de désa­­veu à l’encontre des acti­­vi­­tés de la SER.

Visi­­ble­­ment ces C.A. per­­mettent d’aller eu fond des choses, notam­­ment pour les ques­­tions tech­­niques concer­­nant par exemple l’asso­­cia­­tion de la SER et de l’édi­­teur Armand Co­­­lin pour amé­­lio­­rer la dif­­fu­­sion des A.H.R.F. mais aussi la ges­­tion des abon­­ne­­ments à la dite revue. Ainsi, lors du C.A. du 28 octobre 2006, Philippe Bourdin a-­­­­t-il invité Jean-­­­Louis Suchet, direc­­teur du ser­­vice des revues chez A. Colin pour étu­­dier avec lui les moda­­li­­tés d’un pos­­sible contrat d’asso­­cia­­tion avec la SER. De même, des dis­­cus­­sions conduites dans des C.A. suc­­ces­­sifs, depuis 2006, ont per­­mis la mise en ligne sur plu­­sieurs sites, comme revues.org ou A. Colin, d’infor­­ma­­tions concer­­nant les acti­­vi­­tés scien­­ti­­fiques et les publi­­ca­­tions de la SER.

Les A.G. appa­­raissent donc comme des ins­­tances d’enre­­gis­­tre­­ment ou de rejet des pro­­po­­si­­tions issues du tra­­vail des C.A., mais elles sont éga­­le­­ment un moment de cla­­ri­­fi­­ca­­tion pour hié­­rar­­chi­­ser l’urgence des pro­­blèmes à régler. Ajou­­tons que, depuis 2007, le pré­­sident, Philippe Bourdin, en ins­­tau­­rant la pré­­sen­­ta­­tion d’un rap­­port moral sur l’ensemble des réa­­li­­sa­­tions de l’année civile pré­­cé­­dente, suivi des objec­­tifs de l’année en cours, a per­­mis aux socié­­taires pré­­sents de s’appro­­prier la subs­­tance des débats préa­­lables et les rai­­sons des solu­­tions dis­­cu­­tées et rete­­nues lors des C.A. pour être fina­­le­­ment pro­­po­­sées aux membres de l’A.G. La pro­­cé­­dure était par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment néces­­saire dans le domaine finan­­cier où la situa­­tion était encore cri­­tique à la fin de 2006, néces­­si­­tant des ponc­­tions répé­­tées dans les réserves de la Société, mais sus­­cep­­tibles d’être résor­­bées assez rapi­­de­­ment si on limi­­tait pro­­vi­­soi­­re­­ment cer­­taines dépenses ou si on les rap­­por­­tait d’une année sur l’autre. Claude Coquart, qui s’était attelé à ce tra­­vail de res­­tau­­ra­­tion finan­­cière, sup­­por­­tait assez mal le recours aux pré­­lè­­ve­­ments sur les réserves et donc s’en tenait à des solu­­tions plus clas­­siques : faire ren­­trer les coti­­sations impayées, obte­­nir d’avan­­tage de sub­­ven­­tions. Serge Aberdam, sur ce même sujet, s’inter­­ro­­geait sur les avan­­tages finan­­ciers que pou­­vait pro­­cu­­rer le sta­­tut d’uti­­lité publique déli­­vré par la Pré­­fec­­ture de Police de Paris. Claude Coquart lui répon­­dait que la démarche avait été entre­­prise et qu’il sui­­vait le dos­­sier qui, appa­­rem­­ment, n’a pas abouti. Cer­­tains s’inter­­ro­­geaient même, en 2006, sur le main­­tien du Prix Mathiez. Donc une inquié­­tude per­­ma­­nente pour le deve­­nir de la Société mal­­gré la remise en ordre ten­­tée et par­­tiel­­le­­ment réus­­sie par Claude Coquard en 2006 mais avec la perspec­­tive d’avoir à orga­­ni­­ser la commé­­mo­­ra­­tion du cen­­te­­naire de la Société et de sa revue dans un contexte de pré­­ca­­rité finan­­cière peu favo­­rable à l’ampleur qu’on sou­­hai­­tait lui don­­ner. Fina­­le­­ment le tré­­so­­rier pro­­posa pour 2007 une aug­­men­­ta­­tion des coti­­sations et des abon­­ne­­ments, soit 14 euros le numéro des AHRF au lieu de 13,80, mais accom­­pa­­gnée d’une exhor­­ta­­tion vigou­­reuse, faite à tous les socié­­taires négli­­gents, à régler leurs coti­­sation dans les meilleurs délais sous peine de sanc­­tions.

Comme il l’avait annoncé, Claude Coquart se démit de sa fonc­­tion de tré­­so­­rier, le 16 mars 2007, la veille de l’A.G. 2007, et après avoir constaté un léger mieux dans les équi­­libres des finances de la Société : les coti­­sations en souf­­france commen­­çaient à ren­­trer, et il fal­­lait donc conti­­nuer de négo­­cier avec A. Colin tout en pro­­fi­­tant de ce délai pour étu­­dier les pro­­po­­si­­tion d’autres asso­­ciés poten­­tiels. Karine Rance, spé­­cia­­li­­sée, jusque là, dans la mise en ligne, sur dif­­fé­­rents sites d’infor­­ma­­tions concer­­nant la SER, accepta, lors de l’A.G. du jour sui­­vant, de suc­­cé­­der à Claude Coquard que le pré­­sident remer­­cia ensuite, cha­­leu­­reu­­se­­ment, pour la remise en ordre et le sau­­ve­­tage des finances de la Société.

Dans la même perspec­­tive de pré­­ca­­rité des équi­­libres finan­­ciers à main­­te­­nir, les années ­2007-2008 se sont carac­­té­­ri­­sées par une poli­­tique compo­­site impo­­sant prio­­ri­­tai­­re­­ment la commé­­mo­­ra­­tion du cen­­te­­naire de la SER avec l’évo­­ca­­tion des étapes suc­­ces­­sives de son his­­toire, ce qui entraî­­nait un nombre plus res­treint de col­­loques et de jour­­nées d’études sur d’autres sujets, le plus sou­­vent remis à plus tard car l’essen­­tiel était de sau­­ver la Commé­­mo­­ra­­tion – soit un col­­loque inter­­na­­tional de 2 jour­­nées et un numéro double des A.H.R.F. – dans un contexte que l’on savait peu favo­­rable à l’obten­­tion de sub­­ven­­tions subs­­tan­­tielles, quel que soit l’inté­­rêt scien­­ti­­fique du sujet.

En défi­­ni­­tive, le bud­­get de fonc­­tion­­ne­­ment de la SER pour 2008, s’est retrouvé plombé par un défi­­cit inquié­­tant de 4.653,63 euros, les ren­­trées s’éle­­vant à 2.669,99 euros et les dépenses à 7.290, 62 euros. Mais ce défi­­cit s’est avéré en, grande par­­tie, la consé­­quence du par­­te­­na­­riat enfin inau­­guré, cette même année, avec A. Colin ; les autres can­­di­­dats envi­­sa­­gés (Éditions de La Décou­­verte…) s’étant avé­­rés finan­­ciè­­re­­ment moins inté­­res­­sants. Il s’est révélé être la consé­­quence de l’exis­­tence momen­­ta­­née de deux comp­­ta­­bi­­li­­tés paral­­lèles, celle de la SER et celle de l’édi­­teur A. Colin, de sorte que nombre de recettes ver­­sées sur les comptes de A. Colin n’ont pu figu­­rer sur le bilan de la SER. Néan­­moins il a bien fallu consta­­ter l’aug­­men­­ta­­tion de cer­­taines dépenses due à la compo­­si­­tion nou­­velle du bureau de l’Asso­­cia­­tion ainsi qu’aux nou­­veaux membres du C.A., sou­­vent des extra-­­­parisiens, domi­­ci­­liés à Clermont-­­­Ferrand, Rouen, Lille, Nantes ou Vesoul. En revanche, si l’on prend en compte les publi­­ca­­tions, le bilan 2008 de la vente des ouvrages publiés par la SER a été très posi­­tif notam­­ment grâce au suc­­cès des Œuvres de Robespierre (32 % des ventes de l’année) et du livre col­­lec­­tif sous la direc­­tion de Michel Biard inti­­tulé Les poli­­tiques de la Ter­­reur (1793-1794) et publié conjoin­­te­­ment par la SER et les Presses Uni­­ver­­si­­taires de Rennes. En défi­­ni­­tive, si l’on cumule les deux bud­­gets, l’ensemble pré­­sente un solde posi­­tif avec un béné­­fice de 5.069, 90 euros accom­­pa­­gné d’un fonds de réserve reconsti­­tué après chaque pré­­lè­­ve­­ment et en constant accrois­­se­­ment depuis décembre 2005 pour se sta­­bi­­li­­ser en 2008, autour de 25.400 euros.

Pour 2009, le scé­­na­­rio finan­­cier est du même ordre qu’en 2008 : bud­­get de fonc­­tion­­ne­­ment défi­­ci­­taire, bud­­get des publi­­ca­­tions béné­­fi­­ciaire et cumul des deux légè­­re­­ment posi­­tif. Néan­­moins il faut consta­­ter que les chiffres sont plus étri­­qués qu’en 2008. Pour ce qui regarde le bud­­get de fonc­­tion­­ne­­ment, les ren­­trées ont été de 1.605,24 euros tan­­dis que les dépenses s’éle­­vaient à 2.717, 43 euros, ce qui entraîna un défi­­cit de 1.112,19 euros. Les dépenses ont dimi­­nué de façon spec­­ta­­cu­­laire, près de 65 %, par rap­­port à 2008, la réduc­­tion por­­tant essen­­tiel­­le­­ment sur la baisse des frais de dépla­­ce­­ment des membres du Bureau et du C.A. qui ont dimi­­nué de moi­­tié ! De même ceux consé­­cu­­tifs aux jour­­nées d’étude ont éga­­le­­ment baissé du fait du lieu de rési­­dence des inter­­ve­­nants mais aussi parce que ceux qui les ani­­maient appar­­te­­naient éga­­le­­ment au bureau ou au C.A. et donc pro­­fi­­taient d’un dépla­­ce­­ment « admi­­nis­­tra­­tif » pour le faire coïn­­ci­­der avec une acti­­vité scien­­ti­­fique.

S’il y a recul des dépenses de fonc­­tion­­ne­­ment, il y a éga­­le­­ment un recul des ventes des publi­­ca­­tions de la SER qui se tra­­duit par un écart d’envi­­ron 10.000 euros entre les ventes d’une baisse conjonc­­tu­­relle liée à l’absence d’un titre aussi ven­­deur que Les poli­­tiques de la Ter­­reur ou d’une ten­­dance lourde du mar­­ché des sciences his­­to­­riques à l’inté­­rieur de celui des sciences humaines. Néan­­moins, il sem­­ble­­rait bien, à tra­­vers le procès-­­­verbal du C.A. du samedi 15 novembre 2010, que Cyril Triolaire, le nou­­veau tré­­so­­rier, pré­­sen­­te­­rait une situa­­tion finan­­cière plu­­tôt encou­­ra­­geante et qui donc per­­met­­trait de conclure avec une cer­­taine dose d’opti­­misme le compte-­­­rendu finan­­cier de la période concer­­née par notre rap­­port : baisse effec­­tive des dépenses de fonc­­tion­­ne­­ment et solde posi­­tif du bud­­get des publi­­ca­­tions, si du moins le Comité de rédac­­tion per­­sé­­vère dans sa poli­­tique d’ouver­­ture des thé­­ma­­tiques et d’élar­­gis­­se­­ment des par­­te­­naires poten­­tiels lors des jour­­nées d’études et a for­­tiori des col­­loques natio­­naux et inter­­na­­tionaux.

Pour ce qui est des don­­nées sta­­tistiques concer­­nant l’effec­­tif des socié­­taires et son évo­­lu­­tion, nous avons eu quelque dif­­fi­­culté à dis­­tin­­guer les membres coti­­sants de la SER des abon­­nés des AHRF. Philippe Boutry avait comp­­ta­­bi­­lisé, pour 2005, un effec­­tif de 262 socié­­taires fran­­çais et 80 étran­­gers, soit un total de 342, alors que les chiffres dis­­po­­nibles pour 2007 seraient de 247 socié­­taires fran­­çais et 60 étran­­gers. Pour les années 2008 et 2009, le dénom­­bre­­ment devient plus déli­­cat du fait du pas­­sage à une ges­­tion pro­­vi­­soire double des coti­­sations, les unes encore per­­çues par la SER, les autres déjà col­­lec­­tées par A. Colin. A ce pro­­blème s’ajoute celui de la néces­­sité de dis­­tin­­guer les abon­­ne­­ments ins­­ti­­tution­­nels des abon­­ne­­ments indi­­vi­­duels, pro­­blème d’autant plus déli­­cat à résoudre que nombre d’adhé­­rents étran­­gers se font adres­­ser leur revue à leur labo­­ra­­toire res­­pec­­tif. Le Rap­­port moral de Philippe Bourdin, pour l’année 2009, fait état de 369 socié­­taires, toutes caté­­go­­ries confon­­dues, ce qui signi­­fie­­rait un accrois­­se­­ment de 27 socié­­taires par rap­­port à 2005. En fait les chiffres fluc­­tuent légè­­re­­ment d’une année sur l’autre, du fait du retard mis à acquit­­ter les coti­­sations et des aléas des abon­­ne­­ments indi­­vi­­duels. Ce qui semble évident c’est la part déter­­mi­­nante et stable des abon­­ne­­ments ins­­ti­­tution­­nels, 510 sur 727, et donc comme le signa­­lait Claude Coquart à plu­­sieurs reprises, c’est dans cette direc­­tion que la SER devrait accen­­tuer son effort d’expan­­sion dans la mesure où, par exemple, toutes les biblio­­thèques uni­­ver­­si­­taires de l’hexa­­gone ne sont pas encore abon­­nées aux AHRF. Cela ne signi­­fie pas qu’il faille se désin­­té­­res­­ser des adhé­­sions indi­­vi­­duelles, le plus sou­­vent liées aux tra­­vaux per­­son­­nels de cher­cheurs se vouant à la période révo­­lu­­tion­­naire : les AG. suc­­ces­­sives en énu­­mèrent 7 pour 2007, sui­­vies de 13 en 2008, avec un maxi­­mum de 17 au 31 décembre 2009 et 3 en 2010. Là encore des chiffres très variables, mais qui tra­­duisent incontes­­ta­­ble­­ment le rayon­­ne­­ment intel­­lec­­tuel de la SER et l’espèce de mono­­pole de fait qu’elle incarne dans ce domaine de la recherche prio­­ri­­tai­­re­­ment enra­­ciné dans les fonds d’archives pari­­siens. Ce qui, à notre avis, rend encore plus néces­­saire une ouver­­ture maximale aux pro­­blé­­ma­­tiques et ques­­tion­­ne­­ments venus d’ailleurs.

Pour ce qui est des autres pro­­blèmes qui ont pré­­oc­­cupé C.A. et A.G. de 2006 à 2O10, signa­­lons l’obten­­tion d’un local pour y sto­­cker les publi­­ca­­tions de la Société après avoir dû démé­­na­­ger de celui qu’elle occu­­pait dans un bâti­­ment classé du Marais. Le pro­­blème a été pro­­vi­­soi­­re­­ment résolu grâce à l’ami­­cale inter­­ven­­tion de S. Baron, adjoint au maire d’Ivry sur Seine, qui a per­­mis de pou­­voir uti­­li­­ser un lieu pro­­vi­­soire de sto­­ckage avec la pos­­si­­bi­­lité d’en uti­­li­­ser un autre plus spa­­cieux et mieux amé­­nagé, mais dont le prix de loca­­tion impose un sys­­tème de co­­lo­­ca­­tion avec une ou deux autres asso­­cia­­tions cultu­­relles ayant les mêmes pro­­blèmes de sto­­ckage que la SER.

Ce pro­­blème lan­­ci­­nant du sto­­ckage des publi­­ca­­tions a été l’occa­­sion de mieux poser celui de la néces­­sité de complé­­ter la col­­lec­­tion des AHRF et des autres publi­­ca­­tions de la SER. Dans l’immé­­diat, un contrat négo­­cié et signé par Cyril Triolaire avec Schmidt periodicals per­­met, grâce à un sys­­tème d’échanges mutuels, de dis­­po­­ser de deux col­­lec­­tions complètes des AHRF Serge Bianchi est chargé de mener à bien les négo­­cia­­tions pour par­­ache­­ver cette reconsti­­tution du patri­­moine édi­­to­­rial de la SER.

Julien Louvrier s’est trouvé investi, dès 2007, de la déli­­cate ques­­tion de la créa­­tion et de l’amé­­na­­ge­­ment d’un site en ligne pour pré­­sen­­ter les acti­­vi­­tés scien­­ti­­fiques et les publi­­ca­­tions de la SER. La ques­­tion est d’autant plus déli­­cate que les accords pas­­sés avec A. Colin ont un volet infor­­ma­­tique qui sup­­pose une mise à plat complète de toutes les impli­­ca­­tions posi­­tives ou néga­­tives des solu­­tions exploi­­tées jusque-là, comme l’inser­­tion des infor­­ma­­tions dans Revue.Org. L’ana­­lyse des consul­­ta­­tions et des che­­mins d’accès vers ce der­­nier site montre qu’il a une fonc­­tion­­na­­lité réelle qu’on pour­­rait encore accroître en aug­­men­­tant le nombre des infor­­ma­­tions concer­­nant l’acti­­vité scien­­ti­­fique et édi­­to­­riale de la SER. Mais une meilleure struc­­tu­­ra­­tion du site déjà exis­­tant révo­­lu­­tion fran­­çaise.org semblait mieux coïn­­ci­­der avec les consul­­ta­­tions spon­­ta­­nées qu’on avait pu ana­­ly­­ser. Le coût de cette restruc­­tu­­ra­­tion demeu­­rait rai­­son­­nable, aux envi­­rons de 1000 euros, si sa main­­te­­nance est ensuite assu­­rée par des béné­­voles et ali­­men­­tée par les res­­pon­­sables du C.A. et du Bureau (Juin 2009). Le C.A. s’en remit au Bureau pour déci­­der de la suite à don­­ner à cette sug­­ges­­tion. Le Rap­­port moral concer­­nant l’année 2009 a pré­­cisé que le nou­­veau site de la SER est en voie de réa­­li­­sa­­tion par Julien Louvrier avec l’aide de Vincent Char­­bon­­nier pour sa pré­­sen­­ta­­tion gra­­phique. L’entrée se fera par révolution-­­­française.fr. Le site compor­­tera de grandes rubriques concer­­nant le fonc­­tion­­ne­­ment et la vie de la SER, complé­­tées par des infor­­ma­­tions propres aux ini­­tiatives scien­­ti­­fiques et aux publi­­ca­­tions dis­­po­­nibles en liai­­son avec les par­­te­­naires qua­­li­­fiés à cet effet.

Acti­­vi­­tés scien­­ti­­fiques

La SER orga­­nise régu­­liè­­re­­ment toute une gamme de mani­­fes­­ta­­tions scien­­ti­­fiques, le plus sou­­vent en par­­te­­na­­riat avec d’autres orga­­nismes de recherche ou de publi­­ca­­tion (Uni­­ver­­si­­tés fran­­çaises et étran­­gères, Musée de la Révo­­lu­­tion Fran­­çaise de Vizille, CTHS). Sa revue lui per­­met de don­­ner à ces ini­­tiatives toute la publi­­cité sou­­hai­­table auprès des spé­­cia­­listes concer­­nés, l’appel d’offre ini­­tial pré­­cé­­dant le plus sou­­vent de 2 ans la date de la réa­­li­­sa­­tion effec­­tive du pro­­jet. De 2006 à 2010, ce sont 5 col­­loques, dont 4 d’enver­­gure inter­­na­­tionale et 5 ensembles de jour­­nées d’étude qui ont été orga­­ni­­sés, mal­­gré une situa­­tion finan­­cière dont nous venons de sou­­li­­gner la pré­­ca­­rité per­­ma­­nente. Ajou­­tons que cer­­taines de ces jour­­nées d’étude, notam­­ment celles qui regrou­­pèrent des his­­to­­riens russes et fran­­çais invi­­tés à compa­­rer leur his­­to­­rio­­gra­­phie révo­­lu­­tion­­naire res­­pec­­tive durant la seconde moi­­tié du xxe siècle avaient l’ampleur et la qua­­lité scien­­ti­­fique d’un col­­loque véri­­table.

En sep­­tembre 2006 se sont dérou­­lées les jour­­nées d’étude franco-­­­russes que nous venons d’évo­­quer.

En 2007, ce sont 2 col­­loques inter­­na­­tionaux et une jour­­née d’étude qui ont été orga­­ni­­sés.

Un pre­­mier col­­loque, les « Poli­­tiques de la Ter­­reur », en par­­te­­na­­riat avec l’Uni­­ver­­sité de Rouen, s’est déroulé, à l’ini­­tiative et sous la direc­­tion de Michel Biard, du 11 au 13 jan­­vier 2007.

Un second Col­­loque inti­­tulé « Un siècle d’études révo­­lu­­tion­­naires, » mobi­­lisa tout par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment les membres de la SER, dans la mesure où ce col­­loque inter­­na­­tional était des­­tiné à commé­­mo­­rer le cen­­te­­naire de la créa­­tion de la SER et de sa revue, les Annales His­­to­­riques de la Révo­­lu­­tion Fran­­çaise. Orga­­nisé à la Sorbonne sous la direc­­tion de Raymonde Mon­­­nier (­7-8 décembre 2007), il se pro­­po­­sait de rete­­nir trois axes majeurs pour struc­­tu­­rer la réflexion des inter­­ve­­nants : 1) le contexte historiographique ini­­tial ; 2) les grands débats scien­­ti­­fiques et idéo­­lo­­giques ; 3) le rôle de la SER dans les débats historiographiques inter­­na­­tionaux concer­­nant la Révo­­lu­­tion.

Les commu­­ni­­ca­­tions de ces deux col­­loques majeurs ont donné lieu à publi­­ca­­tion :

Les poli­­tiques de la Ter­­reur (1793-1794), Actes du col­­loque inter­­na­­tional de Rouen (jan­­vier 2007), Rennes, SER et PUR, 2008, 488 p.

Un numéro thé­­ma­­tique spé­­cial des AHRF : Un siècle d’études révo­­lu­­tion­­naires, 19O7-2007, AHRF, no 353, juillet/sep­­tembre 2008, 309 p.

A ces deux col­­loques s’ajou­­tait une Jour­­née d’étude orga­­ni­­sée dans les locaux de l’Uni­­ver­­sité Panthéon-­­­Sorbonne /Paris1, en par­­te­­na­­riat avec l’Uni­­ver­­sité d’Orléans (Labo­­ra­­toire des col­­lec­­ti­­vi­­tés locales), le Centre d’His­­toire du xixe siècle ( Paris I – Paris IV), l’IHRF (Paris I), sous la res­­pon­­sa­­bi­­lité de Bernard Gainot et de Vincent Denis, Ordre public en Révo­­lu­­tion.

En 2008, faute de moyens finan­­ciers, un seul grand Col­­loque inter­­na­­tional a été orga­­nisé, en col­­la­­bo­­ra­­tion avec le Musée de la Révo­­lu­­tion Fran­­çaise et l’Uni­­ver­­sité de Clermont Ferrand, sous la direc­­tion de Philippe Bourdin, du 10 au 12 sep­­tembre 2008 ( 40 commu­­ni­­ca­­tions) : Les Noblesses fran­­çaises dans l’Europe de la Révo­­lu­­tion.

Les contri­­bu­­tions en ont été publiées en 2010 en repre­­nant l’inti­­tulé du col­­loque : Les noblesses fran­­çaises dans l’Europe de la Révo­­lu­­tion, Philippe Bourdin (dir.), Rennes, PUR, 2010, 602 p.

En 2009, par­­ti­­cipation de la SER au col­­loque du CTHS orga­­nisé à Bor­­deaux du 20 au 24 avril 2009, Célèbres ou obs­­curs, hommes et femmes dans leurs ter­­ri­­toires et leur his­­toire. La SER, sous la res­­pon­­sa­­bi­­lité de Serge Bianchi, a orga­­nisé, à l’inté­­rieur de ce col­­loque, les inter­­ven­­tions consa­­crées aux héros et héroïnes de la Révo­­lu­­tion Fran­­çaise. Une denière demi-­­­journée a même été consa­­crée au pro­­ces­­sus d’héroïsation offi­­cielle, sous la Res­­tau­­ra­­tion, des prin­­ci­­paux chefs de la Vendée, alors que Louis XVIII et son frère Charles X sem­­blaient moins empres­­sés de célé­­brer les chefs chouans témoins des ater­­moie­­ments du Comte d’Artois après le san­­glant échec de Quiberon, finis­­sant par débar­­quer dans l’île d’Yeu pour n’y point s’attar­­der et rem­­bar­­quer piteu­­se­­ment pour l’Angleterre. La ques­­tion de pos­­sibles anti héros, la dis­­tinction entre héros et mar­­tyr, la nature des sup­­ports média­­tiques sur les­­quels s’appuie le culte des héros ont pas­­sionné l’audi­­toire et laissé des ques­­tion­­ne­­ments en sus­­pens pour ali­­men­­ter de futurs débats.

Le 30 jan­­vier 2009 une jour­­née d’étude fut consa­­crée, à Besançon, à une réflexion métho­­do­­lo­­gique sur les Comités de sur­­veillance et le type de recherche qu’il fal­­lait leur consa­­crer dans la mesure où il s’agis­­sait d’ins­­tau­­rer une sorte de car­­to­­gra­­phie de leur loca­­li­­sa­­tion et si pos­­sible, à par­­tir de cri­­tères per­­ti­­nents, de leur compo­­si­­tion sociale et de leur acti­­vité. Sous la res­­pon­­sa­­bi­­lité de Danièle Pingué, Jean-­­­Paul Rothiot, Jacques Bernet et An­­­ne Jollet, la jour­­née d’étude s’est donc muée en une enquête à l’éche­­lon natio­­nal por­­tant sur un maxi­­mum de dépar­­te­­ments. Un modèle de ques­­tion­­naire a été éla­­boré et une base de don­­nées mise à la dis­­po­­si­­tion des cher­cheurs inté­­res­­sés, soit, au départ, les 26 par­­ti­­cipants de la « Jour­­née », cou­­vrant déjà 44 dépar­­te­­ments.

En 2010, une seconde jour­­née d’étude sur les Comi­­tés de sur­­veillance a été orga­­ni­­sée à Besançon pour faire le point sur l’exten­­sion de l’enquête et la per­­ti­­nence du ques­­tion­­naire. Pré­­vue pour le mois de décembre, elle a dû être repor­­tée, du fait de l’actua­­lité sociale, au mois de jan­­vier 2011.

Un col­­loque bilan a été orga­­nisé par Cyril Triolaire, les 15 et 16 juin 2010, à Ivry, inti­­tulé La Révo­­lu­­tion fran­­çaise au miroir des recherches actuelles. S’adres­­sant plus par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment aux jeunes adhé­­rents de la SER, il a per­­mis, notam­­ment à des doc­­to­­rants, de faire état de leur recherche et a mani­­festé la volonté de renou­­vel­­le­­ment et le dyna­­misme de la société.

Des réunions pré­­pa­­ra­­toires se sont tenues à l’ini­­tiative de Jean-­­­Pierre Jessenne, ras­­sem­­blant des ensei­­gnants d’His­­toire et Géo­­gra­­phie, plus par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment du secondaire, afin de pré­­ci­­ser les dif­­fi­­cultés ren­­contrées, compte tenu des pro­­grammes actuels, à ensei­­gner la période révo­­lu­­tion­­naire. Un col­­loque, Ensei­­gner La Révo­­lu­­tion Fran­­çaise, orga­­nisé par La SER, L’IHRF et l’Asso­­cia­­tion des Pro­­fes­­seurs d’His­­toire et Géo­­gra­­phie, se tien­­t, le 21 mars 2011, pour syn­­thé­­ti­­ser les résul­­tats de l’enquête, confron­­ter les expé­­riences des ensei­­gnants et mettre en perspec­­tive les enjeux de l’his­­toire de la Révo­­lu­­tion depuis le xixe siècle. Une table ronde conclusive est consacrée à « L’actua­­lité de l’ensei­­gne­­ment de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise ».

Autres réunions pré­­li­­mi­­naires, celles consa­­crées à la pré­­pa­­ra­­tion des Col­­loques annon­­cés par les AHRF : celui pré­­paré par l’Uni­­ver­­sité de Rouen (­12-13 mai 2011) sur les « Extrêmes » ? Iden­­ti­­tés par­­ti­­sanes et stig­­mati­­sations des gauches en Europe (xviiie-xxe siècle) et celui orga­­ni­­sé à l’Uni­­ver­­sité de Clermont-­­­Ferrand sur les Nuits révo­­lu­­tion­­naires, les 5 et 6 sep­­tembre 2011.

Publi­­ca­­tions

Ce der­­nier volet de notre rap­­port est sans doute le plus posi­­tif, dans la mesure où l’effort de renou­­vel­­le­­ment des thé­­ma­­tiques et d’ouver­­ture aux recherches effec­­tuées ailleurs concer­­nant la période révo­­lu­­tion­­naire pro­­pre­­ment dite, allant de 1789 à 1799, mais aussi son amont immé­­diat sous « l’Ancien Régime » ainsi que ses pro­­lon­­ge­­ments, notam­­ment révo­­lu­­tion­­naires dans la France du pre­­mier xixe siècle, s’y mani­­feste avec éclat et avec des résul­­tats contras­­tés mais dans l’ensemble plu­­tôt remar­­quables.

Les publi­­ca­­tions de la SER, ce sont à la fois la Col­­lec­­tion des études révo­­lu­­tion­­naires et la revue des Annales His­­to­­riques de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise fon­­dées en 1908.

Si l’on en croit les rap­­ports finan­­ciers étu­­diés dans les C.A. et les A.G. depuis 2006, la vente des ouvrages de la Col­­lec­­tion des études révo­­lu­­tion­­naires marque le pas, quel que soit le sujet abordé. A quoi impu­­ter cet indé­­niable échec ?

Si l’on s’en tient aux 6 volumes publiés de 2006 à 2010, il ne semble pas que ce soit les sujets abor­­dés, comme on peut le consta­­ter au tra­­vers de leur titre et du contenu des commu­­ni­­ca­­tions qu’ils ras­­semblent.

Le no 6 de la col­­lec­­tion, paru en 2006, s’inter­­roge sur la nature des fron­­tières dans l’espace de l’Afrique médi­­ter­­ra­­néenne : Droit des gens et rela­­tions entre les peuples dans l’espace médi­­ter­­ra­­néen autour de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, sous la direc­­tion de Marcel Dorigny et Rachida Tlilli Sellaouti, Paris, 2006, Société des études robespierristes, 163 p.

A tra­­vers les 12 commu­­ni­­ca­­tions qu’il ras­­semble, cet ouvrage col­­lec­­tif traite d’abord de la notion de fron­­tière par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment fluc­­tuante en pleine mer, au large des côtes, plu­­tôt lieu de pas­­sage et d’échange que bar­­rière effec­­tive sépa­­rant deux ter­­ri­­toires appar­­te­­nant à des sou­­ve­­rains voi­­sins mais dif­­fé­­rents. Par ailleurs, d’autres contri­­bu­­tions concernent, de façon plus clas­­sique, la cor­­res­­pon­­dance du Consu­­lat de France à Alger durant la Révo­­lu­­tion fran­­çaise ou encore, plus glo­­ba­­le­­ment, les prin­­cipes géné­­raux de la diplo­­ma­­tie fran­­çaise dans l’his­­toire de ses rap­­ports avec les pays musul­­mans de la Médi­­ter­­ra­­née occi­­den­­tale, en par­­ti­­cu­­lier dans ses rela­­tions avec la Régence de Tunis, sans oublier l’impact de l’expé­­di­­tion d’Égypte à la fin du Direc­­toire.

Le no 7, Quand Bonaparte recréa la Suisse, La genèse et la mise en œuvre de l’acte de Média­­tion, aspects des rela­­tions franco-­­­suisses autour de 1803, Jour­­née d’Étude du 3 mars 2003, à la Sorbonne, salle Louis Liard, sous la direc­­tion de Alain-­­­Jacques Czouz-­­­Tornare, Paris, 2005, a un titre suf­­fi­­sam­­ment expli­­cite. Ses 12 contri­­bu­­tions se pré­­sentent comme une mise au point cir­­constanciée sur l’acte de Média­­tion imposé par le Pre­­mier Consul qui restruc­­tura de force l’espace hel­­vé­­tique et, en éta­­blis­­sant l’éga­­lité de droit entre les can­­tons et les anciens ter­­ri­­toires sujets ou alliés, a per­­mis aux Confé­­dé­­rés de faire l’apprentissage du fédé­­ra­­lisme et de poser les fon­­de­­ments d’un Etat fédé­­ral, tel qu’il finit par s’impo­­ser en 1848.

Le no 8, Civils, citoyens-­­­soldats et mili­­taires dans l’État-­­­Nation (1789-1815), sous la direc­­tion d’An­­­nie Crépin, Jean-­­­Pierre Jessenne et Hervé Leuwers, Paris, 2006, Société des études robespierristes, 175 p., veut mettre au ser­­vice du renou­­vel­­le­­ment thé­­ma­­tique de l’his­­toire de la Révo­­lu­­tion, les acquis de la nou­­velle his­­toire mili­­taire. Il ne s’agit plus de mettre l’accent sur les péripé­­ties de l’Histoire-­­­bataille, mais sur la place de l’armée dans le chan­­ge­­ment social et cultu­­rel et, de ce fait, sur le rap­­port entre guerre et for­­ma­­tion de l’État-­­­Nation.

Le no 9 s’inti­­tule Citoyens et citoyen­­ne­­tés sous la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Actes du col­­loque inter­­na­­tional de Vizille, 24 et 25septembre 2004 Textes réunis par Raymonde Mon­­­nier, Paris, 2006, Socié­­té des études robespierristes, 310 p.

Les 24 commu­­ni­­ca­­tions ras­­sem­­blées dans cet ouvrage reviennent sur la notion de citoyen appa­­rue en 1789 avec le triomphe de la Sou­­ve­­rai­­neté natio­­nale, elle-même consti­­tuée par l’ensemble des volon­­tés de tous les citoyens répu­­tés fran­­çais. Mais cette citoyen­­neté ne tarde pas à être remise en cause par la Consti­­tution de 1791 qui ins­­taure un régime cen­­si­­taire dis­­tin­­guant les citoyens actifs, par­­tie pre­­nante de la dite sou­­ve­­rai­­neté, des citoyens pas­­sifs, plus pauvres, et qui ne jouis­­saient que des garan­­ties juri­­diques du nou­­veau sta­­tut de citoyen sans plus aucune pré­­ro­­ga­­tive poli­­tique. C’est cette his­­toire que l’on veut appro­­fon­­dir, tant sur le plan des prin­­cipes dont on se réclame, que sur les moda­­li­­tés concrètes qui en
résultèrent, notam­­ment dans les pro­­cé­­dures du rituel élec­­to­­ral et enfin sur la façon dont ces prin­­cipes et ces moda­­li­­tés concrètes se dif­­fu­­sèrent dans le reste de l’Europe.

Le numéro 10 s’inté­­resse plus par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment aux rap­­ports diplo­­ma­­tiques entre France et Angleterre dans une perspec­­tive qui embrasse la tota­­lité du xviiie siècle : Le Négoce de la paix, Les nations et les trai­­tés franco-­­­britanniques(1713-1802), Actes de la jour­­née d’études de Rouen du 6 juin 2003, Textes réunis et pré­­sen­­tés par Jean-­­­Pierre Jessenne, Renaud Morieux et Pas­­cal Dupuy, Ouvrage publié avec le concours du GHRIS, Uni­­ver­­sité de Rouen.

Là encore il s’agit de renou­­ve­­ler une pro­­blé­­ma­­tique : ne pas s’en tenir à l’anta­­go­­nisme tra­­di­­tion­­nel entre la France et la per­­fide Albion, mais explo­­rer dans leur complexité la tota­­lité des liens qui se tis­­sèrent entre les deux pays tout au long du xviiie siècle et ce que la Révo­­lu­­tion modi­­fia ou non dans le rap­­port de forces ainsi ins­­tauré.

Le no 11 s’inter­­roge sur la façon dont l’ordre est main­­tenu sur le ter­­ri­­toire natio­­nal, tant dans les villes que dans les cam­­pagnes et s’inti­­tule : Un siècle d’ordre public en Révo­­lu­­tion (de 1789 à la Troi­­sième Répu­­blique) sous la direc­­tion de Bernard Gainot et de Vincent Denis, Paris, 2009, Société des études robespierristes.

Comme le sou­­ligne la « qua­­trième de cou­­ver­­ture » : « Affir­­mée dès la décla­­ra­­tion des droits de l’homme, et du citoyen de 1789, la néces­­sité d’une force publique au ser­­vice de tous est bien un enjeu cru­­cial pour les régimes issus des révo­­lu­­tions, de la prise de la Bas­­tille à la Commune de 1871 ». Il en résulte une série de mises au point concer­­nant notam­­ment la police héri­­tée de l’Ancien Régime en 1789, la Garde Natio­­nale au ser­­vice de la loi mar­­tiale ou vic­­time de la répres­­sion anti-­­­girondine, les muta­­tions suc­­ces­­sives de la gen­­dar­­me­­rie de la Révo­­lu­­tion à la Troi­­sième Répu­­blique, enfin l’article très pré­­cis propre à un juriste véri­­table, les 43 pages consa­­crées par Michel Pertué à la loi mar­­tiale et à l’état de siège, deux formes de légis­­la­­tion d’excep­­tion pour rame­­ner l’ordre.

Donc, il est incontes­­table que le contenu scien­­ti­­fique des publi­­ca­­tions de cette col­­lec­­tion ne peut que sus­­ci­­ter l’inté­­rêt d’un public averti et qu’il faut cher­­cher ailleurs la ou les rai­­sons d’une désaf­­fec­­tion répé­­tée. Je me per­­met­­trai de sug­­gé­­rer que le libellé de cer­­tains titres y contri­­bue peut-­­­être. Le titre du numéro 10 manque peut-­­­être de clarté sur le pro­­pos de l’ouvrage, de même celui du numéro 11 peut trou­­bler, est-­­­ce que la quasi tota­­lité du xixe siècle, en France, peut être consi­­dé­­rée comme « en révo­­lu­­tion » per­­ma­­nente ? De façon plus géné­­rale, il me semble qu’on abuse par­­fois dans cette col­­lec­­tion tout comme dans cer­­tains numé­­ros des AHRF de la péri­­phrase, « en révo­­lu­­tion » qui peut paraître ambi­­guë, pou­­vant signi­­fier soit que l’entité his­­to­­rique étu­­diée sou­­haite ou subit, effec­­ti­­ve­­ment, des troubles révo­­lu­­tion­­naires, soit qu’on l’étu­­die durant une période consi­­dé­­rée comme révo­­lu­­tion­­naire. Or une des qua­­li­­tés pre­­mières de l’expres­­sion de l’his­­to­­rien me paraît être la pré­­ci­­sion et l’expres­­sion « en révo­­lu­­tion » souffre d’une amphi­­bo­­lo­­gie regret­­table. Mais cela ne suf­­fit sans doute pas à rendre compte de la stag­­na­­tion des ventes, reste peut-­­­être la tona­­lité un peu aus­­tère des cou­­ver­­tures, asso­­ciée à des titres pas tou­­jours suf­­fi­­sam­­ment accro­­cheurs. C’est du moins mon sen­­ti­­ment.

Pour ce qui regarde les AHRF, on ne peut que sou­­li­­gner la conti­­nuité avec le constat opti­­miste de Philippe Boutry. L’équipe res­­pon­­sable de la rédac­­tion n’a pas changé, Michel Biard a été réélu Direc­­teur avec Hervé Leuwers comme Rédac­­teur en chef, assisté d’An­­­nie Crépin, Pas­­cal Dupuy et Bernard Gainot. Tous ont conti­­nué et conso­­lidé le tra­­vail de réno­­va­­tion thé­­ma­­tique et d’ouver­­ture intel­­lec­­tuelle entre­­pris depuis les années 1990.

Sur le plan pure­­ment quan­­ti­­tatif, les chiffres rele­­vés dans le rap­­port pré­­cé­­dent se per­­pé­­tuent en ce qui regarde la pré­­sen­­ta­­tion maté­­rielle de la revue, soit effec­­ti­­ve­­ment 1000 pages annuel pour 4 numé­­ros en 2006 et 2007, 1046 pages en 2010 et un maxi­­mum de 1200 pages en avril-­­­juin 2008 (no 352), débor­­de­­ment dû à la publi­­ca­­tion de deux numé­­ros thé­­ma­­tiques de 320 pages, l’un consa­­cré aux « temps compo­­sés de l’éco­­no­­mie »(no 351) et l’autre consa­­cré au Cen­­te­­naire de la SER et de sa revue, inti­­tulé « Un siècle d’études révo­­lu­­tion­­naires : ­1907-2007 » dont le pro­­gramme avait été pré­­paré par Raymonde Mon­­­nier.

Pour en finir avec ces chiffres, pré­­ci­­sons qu’un numéro des AHRF oscille entre 320 pages et un mini­­mum de 224 pages, et en compte, en moyenne pour les 5 der­­nières années, 270.

Sur le plan qua­­li­­ta­­tif, les ten­­dances à l’ouver­­ture vers l’étran­­ger se sont confir­­mées, sans que jamais les articles sur un sujet exté­­rieur à la France ou rédigés par un auteur étran­­ger ne dépassent 20 à 25 % de l’ensemble des textes offerts, et c’est éga­­le­­ment valable pour les comptes ­­­rendus de lec­­ture, sauf numéro thé­­ma­­tique consa­­cré à un espace hors de notre hexa­­gone. Or, il nous faut consta­­ter qu’il n’y en a eu aucun entre 2006 et 2010. Il ne s’agit pas de s’en prendre à l’équipe rédac­­tion­­nelle pour cette absence quasi inévi­­table : on ne va pas, tous les 2 ans, abor­­der les rap­­ports entre Grande Bretagne ou États-­­­Unis et la Révo­­lu­­tion Fran­­çaise. Autre­­ment dit, l’ouver­­ture sur l’étran­­ger, implique l’adop­­tion d’une sorte de calen­­drier qui modu­­le­­rait un nombre mini­­mum d’articles et de comptes rendus pour une période don­­née sur un sujet donné, tout en lais­­sant évi­­dem­­ment sa place aux sug­­ges­­tions de l’actua­­lité, aux anni­­ver­­saires ou à la noto­­riété sou­­daine d’un ouvrage majeur pour pro­­vo­­quer la pro­­gram­­ma­­tion d’un numéro thé­­ma­­tique spé­­cial.

C’est en effet la pré­­sence, désor­­mais régu­­lière, de deux numé­­ros thé­­ma­­tiques par an, qui demeure la réus­­site indé­­niable du renou­­vel­­le­­ment entre­­pris. La liste de ces numé­­ros témoigne des curio­­si­­tés nou­­velles de la géné­­ra­­tion actuel­­le­­ment aux commandes de la SER et de la poli­­tique édi­­to­­riale des AHRF ; elle pré­­pare éga­­le­­ment les ouver­­tures à venir et contri­­bue à per­­mettre une pro­­gram­­ma­­tion col­­lec­­tive de la recherche à court et moyen terme entre plu­­sieurs labo­­ra­­toires. Les thèmes abor­­dés pen­­dant ces 5 der­­nières années per­­mettent d’augu­­rer la richesse des syn­­thèses à venir.

En 2006, le pre­­mier thème retenu por­­tait sur « La prise de parole publique des femmes », le second concer­­nait « les héri­­tages répu­­bli­­cains sous le Consu­­lat et l’Empire ». En 2007, on s’est pré­­oc­­cupé de « Guerre(s), Société (s), Mémoire » puis de « Jus­­tice, Nation et Ordre public ». En 2008, après avoir réflé­­chi sur « Les temps compo­­sés de l’Économie », on a re­­­visité l’his­­toire même de la SER et de sa revue à tra­­vers « Un siècle d’Études révo­­lu­­tion­­naires, ­1907-2007. » Puis ce fut en 2009, « l’Église catho­­lique en Révo­­lu­­tion » suivi de « Radicalités et Modé­­ra­­tions en Révo­­lu­­tion ». Enfin, en 2010, on s’est plus pré­­ci­­sé­­ment inté­­ressé à “Chan­­ge­­ments sociaux et dyna­­miques poli­­tiques” suivi d’une plon­­gée dans un domaine assez inat­­tendu mais qui s’est révélé indis­­pen­­sable pour inter­­préter tant le liber­­ti­­nage aris­­to­­cra­­tique que la plu­­part des pam­­phlets qui fus­­ti­­gèrent les débor­­de­­ments sup­­po­­sés de Marie-­­­Antoinette, sans oublier la plu­­part des pages du Père Duchesne.

Au total une Revue qui tient ses enga­­ge­­ments sans jamais tra­­hir ses convic­­tions.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org