Navigation – Plan du site
Articles

La dramatisation de la prise de la Bastille pendant la Révolution : représentations et révisions

The Dramatization of the Storming of the Bastille during the Revolution : Representations and Revisions
Paola Perazzolo
p. 49-68

Résumés

Événement-symbole à forte valeur politique, la prise de la Bastille constitue un sujet dramatique très exploité dont la fortune reste moyenne et inconstante. L’analyse de la réception de la production dramatique de l’époque nous éclaire non seulement sur l’histoire du théâtre, mais aussi et surtout sur l’histoire de la Révolution et de l’évolution des mentalités. Malgré les nombreuses réécritures et révisions formelles et/ou idéologiques visant l’adéquation à l’actualité et à un esprit public tout puissant, la fortune des pièces du corpus décroît sensiblement après la deuxième moitié de 1791. Ce déclin, motivé par des raisons multiples, explicite surtout les difficultés et les contradictions consubstantielles à une littérature de circonstance dont l’accueil est soumis aux aléas de l’histoire socio-politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « La Prise de la Bas­­tille : archéo­­lo­­gie d’un événement-­symbole », da (...)
  • 2 Hans-­Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, The Bas­­tille. A history of a symbol of despotism and fr (...)
  • 3 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « La Prise de la Bas­­tille: archéo­­lo­­gie … », art. cit, p. 117.
  • 4 Ibid., p. 337.
  • 5 Voir Jacques Godechot, La Prise de la Bas­­tille. 14juillet 1789, Paris, Gallimard, 1989 ; Lüsebrin (...)

1Comme le sou­­lignent Hans-­Jürgen Lüsebrink1 et Rolf Reichardt2 dans leurs tra­­vaux de réfé­­rence, la prise de la Bas­­tille repré­­sente à l’époque un événement-­symbole à l’immense valeur poli­­tique qui fonde la nais­­sance du concept de sou­­ve­­rai­­neté popu­­laire appuyée sur le droit de résis­­tance et qui consti­­tue une rup­­ture dans le champ du dis­­cours poli­­tique par l’éta­­blis­­se­­ment d’un « contre-­Panthéon » ima­­gi­­naire3. Son impor­­tance sym­­bo­­lique est à la fois fon­­dée et attes­­tée par l’ampleur d’une mise en scène publique qui engendre et per­­pé­­tue le mythe de la pre­­mière jour­­née révo­­lu­­tion­­naire tout en inci­­tant à l’action patrio­­tique, retra­­çant ainsi de façon concrète et visuelle la dimen­­sion abs­­traite d’un évé­­ne­­ment perçu comme intrin­­sè­­que­­ment dra­­ma­­tique4 et évo­­qué par de nom­­breux dis­­cours, récits, témoi­­gnages5, chan­­sons et maté­­riaux ico­­no­­gra­­phiques, ainsi que par de mul­­tiples pra­­tiques popu­­laires – les simu­­lacres, le culte des « reliques patrio­­tiques » de l’« Apôtre de la Liberté » Palloy – s’ajou­­tant aux célé­­bra­­tions offi­­cielles.

  • 6 À savoir « un autre type de réper­­toire, lié à la pra­­tique sociale et à l’inves­­tis­­se­­ment p (...)
  • 7 La Fête du Gre­­na­­dier, pan­­to­­mime natio­­nale et mili­­taire mêlée de chants, de danses, et à (...)
  • 8 Excep­­tion faite pour des cas spé­­ci­­fiques, toutes mes infor­­ma­­tions sur les repré­­sen­­ta­ (...)
  • 9 Antoine Fabre d’Olivet, Le 14 de juillet 1789, fait his­­to­­rique en un acte et en vers, Paris, La (...)
  • 10 André Tissier pré­­cise que, contrai­­re­­ment à l’indi­­ca­­tion de l’édi­­tion, la pièce est créé (...)
  • 11 Marc-­Antoine Desaugiers, La Prise de la Bas­­tille, Paris, Cailleau, s.d.
  • 12 Charles-­Marie Ronsin, La Fête de la Liberté ou le Dîner des patriotes, comé­­die en un acte et en (...)
  • 13 Col­lot D’Herbois, La Famille patriote ou la Fête de la Fédé­­ra­­tion, comé­­die, Paris, Veuve Duc (...)
  • 14 Ce « drame his­­to­­rique» ne nous est trans­­mis que par un manus­­crit de souf­­fleur conservé à (...)
  • 15 Pierre-­Mathieu Pare­in, La Prise de la Bas­­tille, fait his­­to­­rique en trois actes, en prose, e (...)
  • 16 La pièce n’ayant pas été impri­­mée, mes infor­­ma­­tions sont tirées du compte-­rendu de la Chro­­ (...)
  • 17 Ainsi que l’indique André Tissier, l’auteur est connu aussi sous le nom de Bar­­beau, op.cit., p. 2 (...)
  • 18 Lüsebrink signale aussi La Révo­­lu­­tion fran­­çaise, un ouvrage créé le dix août 1792 et consti­­ (...)

2Il n’est donc pas éton­­nant que la prise de la Bas­­tille devienne aus­­si­­tôt un sujet pour les tré­­teaux de par son impor­­tante charge émo­­tion­­nelle et pathé­­tique, sa valeur poli­­tique, didac­­tique et commé­­mo­­ra­­tive, sa dimen­­sion fes­­tive qui per­­met la par­­ti­­cipation d’un public de plus en plus élargi et poli­­tisé et dont les inter­­ven­­tions décident de l’éta­­blis­­se­­ment des réper­­toires offi­­ciels, du dérou­­le­­ment des spec­­tacles et de l’appa­­ri­­tion de ce que Sophie Mar­­chand qua­­li­­fie de « répertoire-­événement »6. La pre­­mière pièce créée est l’ano­­nyme La Fête du Gre­­na­­dier7, mon­­tée au Théâtre de l’Ambigu-­Comique le 3sep­­tembre 1789 (50 repré­­sen­­ta­­tions, dont 22 en 1789, 26 en 1790 et 2 en 1791)8, sui­­vie l’année d’après par Le 14 de juillet de Fabre d’Olivet9, créée le 12juillet 1790 au Théâtre des Délas­­se­­ments Comiques (8 repré­­sen­­ta­­tions en 1790) et reprise « avec des chan­­ge­­ments ana­­logues aux cir­­constances » le 21octobre au Théâtre des Asso­­ciés
(4 repré­­sen­­ta­­tions dont 1 en 1790, 2 en 1791 et 1 en 1792)10 et par La Prise de la Bas­­tille, hiérodrame suivi d’un Te Deum de Marc-­Antoine Desaugiers11 composé à par­­tir de pas­­sages de la Bible mis en musique dans la cathé­­drale de Notre-­Dame (13juillet 1790 et 1791) et dans la salle de l’Opéra, bou­­le­­vard Saint-­Martin, le 25décembre 1790. En juillet 1790 paraissent aussi deux ouvrages qui ne traitent de la prise du fort que de façon indi­­recte : La Fête de la Liberté ou le Dîner des patriotes de Charles Ronsin, mise en scène le 12juillet 1790 au Théâtre du Palais Royal (6 repré­­sen­­ta­­tions en 1790) puis reprise au Théâtre Fran­­çais de la rue de Riche­­lieu (2 repré­­sen­­ta­­tions en juillet 1792)12 et La Famille patriote ou la Fête de la Fédé­­ra­­tion de Col­lot d’Herbois, une comé­­die mon­­tée le 16juillet 1790 au Théâtre de Mon­­sieur (17 repré­­sen­­ta­­tions en 1790)13. L’année sui­­vante, on peut comp­­ter La Liberté conquise ou le Des­­po­­tisme ren­­versé de Harny de Guerville14, créée le 4jan­­vier 1791 au Théâtre de la Nation (32 repré­­sen­­ta­­tions, dont 26 en 1791, 5 en 1792 et 1 en 1793), La Prise de la Bas­­tille de Pierre-­Mathieu Pare­in15, La Bas­­tille, ou le Régime inté­­rieur des pri­­sons d’État, drame de J.-J.Thomas (et Guillaume La Forme)16 mis en scène le 6juin 1791 au Théâtre Fran­­çais Comique et Lyrique (24 repré­­sen­­ta­­tions en 1791 et 11 en 1792) et La Prise de la Bas­­tille, drame natio­­nal de Jean-­Jacques Barbot17 créé le 25août 1791 au Théâtre Fran­­çais de la rue de Riche­­lieu (5 repré­­sen­­ta­­tions en 1791)18.

  • 19 Pierre David, La Prise de la Bas­­tille ou la Liberté Conquise, pièce natio­­nale en quatre actes e (...)
  • 20 Les Imi­­ta­­teurs de CharlesIX, ou les Conspi­­ra­­teurs fou­­droyés, drame en cinq actes et en pr (...)
  • 21 Marie-­Joseph Martin, Les Deux Pri­­son­­niers ou la Fameuse Jour­­née, Paris, chez l’auteur et che (...)
  • 22 À titre d’exemple, je vais citer quelques notes concer­­nant des per­­son­­nages publics, tels le c (...)
  • 23 En 1869, Eu­gène Jauffret sou­­li­­gnait déjà la dimen­­sion pam­­phlé­­taire de l’ouvrage: « Ce fu (...)
  • 24 La « Table des per­­son­­nages» s’avère déjà expli­­cite à cet égard: il n’est ques­­tion que d’« u (...)
  • 25 Une note pré­­cise: « Je saute sur l’évé­­ne­­ment de la prise ou plu­­tôt du miracle de la Bas­­ti (...)

3On peut aussi men­­tion­­ner d’autres ouvrages qui n’ont jamais été trans­­po­­sés sur les planches : La Prise de la Bas­­tille ou la Liberté conquise de Pierre David19, Les Imi­­ta­­teurs de Charles IX, ou les Conspi­­ra­­teurs fou­­droyés de Gabriel Brizard20 et Les Deux Pri­­son­­niers ou la Fameuse Jour­­née, drame his­­to­­rique et lyrique en trois actes publié en 1792 par Marie-­Joseph Martin21, dont la sin­­gu­­la­­rité mérite qu’on le prenne en consi­­dé­­ra­­tion plus loin. Dans le cas du pre­­mier texte, l’absence de mise au réper­­toire ne s’avère pas éton­­nante, puisqu’il s’agit d’une pièce médiocre pro­­po­­sée aux comé­­diens fran­­çais par un très jeune auteur qui veut exploi­­ter un « sujet […] presqu’unique » qu’« il est glo­­rieux d’être le pre­­mier à […] trai­­ter » (p.3). Il est en revanche plus inté­­res­­sant de sou­­li­­gner la nature hybride de Les Imi­­ta­­teurs de CharlesIX. Bien plus qu’un texte prio­­ri­­tai­­re­­ment conçu pour les scènes, il s’agit là d’un pam­­phlet poli­­tique écrit sous forme de drame. Plu­­sieurs élé­­ments per­­mettent d’exclure toute pos­­si­­bi­­lité de repré­­sen­­ta­­tion publique : l’édi­­tion semi-­clandestine, la pré­­sence impor­­tante de notes et de commen­­taires poli­­tiques assez véhé­­ments22, l’évo­­ca­­tion expli­­cite des liai­­sons amou­­reuses entre Marie-­Antoinette, la duchesse de Polignac et le comte d’Artois – les per­­son­­nages qui figurent parmi les prin­­ci­­paux conspi­­ra­­teurs du complot de juillet 1789, conju­­guant de la sorte cor­­rup­­tion sexuelle et cor­­rup­­tion poli­­tique23. De plus, comme l’annonce le titre, l’auteur, un homme de lettres connu pour sa pro­­duc­­tion his­­to­­rique et pam­­phlé­­taire et pour avoir édité les Œuvres complètes de Rous­­seau avec Louis-­Sébastien Mer­­cier, insiste sur le dévoi­­le­­ment des intrigues poli­­tiques qui han­­taient l’ima­­gi­­naire de ses contem­­po­­rains plus que sur la des­­crip­­tion du siège24, qui fait fina­­le­­ment l’objet d’une ellipse nar­­ra­­tive25.

  • 26 Voir Chro­­nique de Paris, 9juin 1791.
  • 27 Pierre Frantz, « Les tré­­teaux de la Révo­­lu­­tion (1789‑1815)», dans Jacqueline de Jomaron (dir. (...)
  • 28 Voir Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et …», art. cit., p. 353 sq.
  • 29 Pierre David, op.cit., p. 2, je sou­­ligne.

4Rapi­­de­­ment éva­­cuée dans l’ouvrage de Brizard, la des­­crip­­tion de l’événement-­symbole est aussi esca­­mo­­tée dans deux comé­­dies qui se foca­­lisent sur la glo­­ri­­fi­­ca­­tion de la jour­­née à l’occa­­sion de la Fête de la Fédé­­ra­­tion – La Famille patriote ou la Fête de la Fédé­­ra­­tion et La Fête de la Liberté ou le Dîner des Patriotes. Elle est éga­­le­­ment à peine évo­­quée dans le dénoue­­ment de La Bas­­tille, ou le Régime inté­­rieur des pri­­sons d’État, qui met en scène les souf­­frances endu­­rées par le pri­­son­­nier Dorval jusqu’à ce que les vain­­queurs pénètrent dans son cachot lui appor­­tant « la vie & la liberté »26. La des­­crip­­tion de l’action mili­­taire, repré­­sen­­tée ou juste rap­­por­­tée, consti­­tue par contre le climax dra­­ma­­tique des autres pièces du cor­­pus, dont les paratextes tra­­duisent la volonté de référentialité par la néga­­tion de tout élé­­ment fictionnel : les titres ren­­voient de façon directe à la célèbre jour­­née ou à l’un de ses traits prin­­ci­­paux, les indi­­ca­­tions géné­­riques expli­­citent la recherche d’une légi­­ti­­mation his­­to­­rique ou idéo­­lo­­gique (voire patrio­­tique) ainsi que le choix majo­­ri­­taire de ces genres nou­­veaux – le fait his­­to­­rique, la pan­­to­­mime natio­­nale et mili­­taire, le drame patrio­­tique, his­­to­­rique ou natio­­nal – qui se détachent de la dra­­ma­­tur­­gie clas­­sique pour se fixer plu­­tôt, ainsi que le rap­­pelle Pierre Frantz, « aux fron­­tières mêmes du théâtre, de l’opéra, de la fête, de l’art ora­­toire, dans des expé­­riences inédites du regard, des sen­­sa­­tions et des émo­­tions d’une force et d’une nou­­veauté telles qu’on ne pou­­vait les oublier »27. Encore, dans la plu­­part de leurs avis, lettres ou pré­­faces, les auteurs réaf­­firment leur volonté de sacri­­fier tout élé­­ment fictionnel et dra­­ma­­tique sur l’autel de la véra­­cité his­­to­­rique28 afin de « mettre sous les yeux des Fran­­çais ce qu’ils ont fait de plus glo­­rieux & de plus heu­­reux & de leur répé­­ter, comme dans un miroir, le tableau qu’eux-­mêmes ont composé », pour reprendre les mots de David29.

  • 30 Voir Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et…», art. cit., p. 344 sq.
  • 31 Voir Philippe Corno, « La Prise de la Bas­­tille sur la scène révo­­lu­­tion­­naire: un théâtre à l (...)
  • 32 Voir Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et …», art. cit., p. 351.
  • 33 Sophie Mar­­chand, art.cit., p. 217.
  • 34 Les auteurs paraissent en avoir par­­fois conscience: David écrit en note que « Pour évi­­ter le re (...)

5La lec­­ture de ces ouvrages confirme la volonté de subor­­don­­ner le rôle du dra­­ma­­turge à celui de l’his­­to­­rien : ainsi que l’a rap­­pelé la cri­­tique, la chro­­no­­lo­­gie des évé­­ne­­ments suit de près celle retra­­cée dans les sources à dis­­po­­si­­tion30 ; la topo­­gra­­phie évoque les lieux prin­­ci­­paux de l’action (la Bas­­tille et la place de l’Hôtel de Ville)31 ; l’inser­­tion d’apho­­rismes révo­­lu­­tion­­naires, d’expres­­sions repre­­nant l’ico­­no­­gra­­phie contem­­po­­raine, de for­­mules tirées des jour­­naux ou des dis­­cours poli­­tiques32 témoigne bien de la poro­­sité des genres, typique de l’époque, comme de la ten­­ta­­tive d’effa­­cer toute fron­­tière entre fic­­tion et évé­­ne­­ment repré­­senté grâce à une « écriture-­slogan »33 qui a pour consé­­quence pre­­mière le délais­­se­­ment de la cohé­­rence dramaturgique34 et de la valeur lit­­té­­raire, ainsi qu’en témoigne le compte-­rendu de La Liberté conquise des Affiches, Annonces et Avis divers du 6jan­­vier 1791 :

« L’Auteur, en compul­­sant le Jour­­nal des Débats sans doute, & tout ce qui a été écrit sur la Révo­­lu­­tion, a inséré dans la Pièce des frag­­ments de dis­­cours & des prin­­cipes que l’impres­­sion nous repro­­duit tous les jours sous mille formes, ce qui donne sou­­vent de l’élé­­va­­tion à son style […] La Liberté conquise […] doit son inté­­rêt à la véra­­cité & au rap­­pro­­che­­ment des faits : si l’on n’y reconnoît pas un grand mérite lit­­té­­raire, on y trouve au moins un très-­grand Patrio­­tisme, & l’un est main­­te­­nant plus sûr du suc­­cès que l’autre. Cet Ouvrage a été reçu avec l’enthou­­siasme d’un Peuple qui est dévoré de la soif de la Liberté ».

  • 35 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et …», art. cit., p. 355.
  • 36 Le déco­­ra­­teur Lesueur avait reconstruit « toute la Bas­­tille sur plu­­sieurs plans»: tout au d (...)
  • 37 Le jour­­na­­liste du Cour­­rier des 83 dépar­­te­­ments du 25août 1791 signale que La Prise de la (...)

6Au niveau scé­­nique, la volonté d’authen­­ti­­fi­­cation s’incarne dans un effort remar­­quable de réi­­fi­­ca­­tion de l’évé­­ne­­ment afin de rendre des « “effets de réel” spé­­ci­­fiques ». À savoir, pour reprendre l’expres­­sion de Lüsebrink, « le simu­­lacre de la prise de la Bas­­tille, le fra­­cas de l’action mili­­taire, la pré­­sence sur scène d’objets authen­­tiques pro­­ve­­nant de la Bas­­tille »35. Sur les tré­­teaux des grands théâtres – c’est le cas de La Liberté conquise au Théâtre de la Nation ou de La Prise de la Bas­­tille dans la salle rivale de la rue de Riche­­lieu – l’effort scé­­nique peut se concré­­ti­­ser dans des décors hyper­réalistes36, des cos­­tumes très variés et une dis­­tri­­bu­­tion nom­­breuse dont le but est de retra­­cer toutes les actions et tous les per­­son­­nages et de res­­ti­­tuer la puis­­sance du peuple, hété­­ro­­gène dans sa compo­­si­­tion mais uni dans le combat patrio­­tique37.

  • 38 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et …», art. cit., p. 346.
  • 39 Parmi les nom­­breux comptes-­rendus qui relatent le suc­­cès du spec­­tacle, voir Affiches, Annonc (...)
  • 40 D’après les Affiches, Annonces et Avis divers, le drame, monté le 26 et 27juin 1791, ne sera plus r (...)
  • 41 Refu­­sée par le Théâtre des Ita­­liens, la pièce ne figure pas dans le réper­­toire de Tissier ; E (...)
  • 42 Hans-­Jürgen Lüsebrink, ibid.
  • 43 Id., « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et…», art. cit., p. 354.
  • 44 » L’auteur paroît avoir oublié dans la repré­­sen­­ta­­tion ce vers de Boileau: Le vrai peut quelqu (...)
  • 45 » C’est une repré­­sen­­ta­­tion fidèle & dialoguée de la fameuse jour­­née du 14juillet. Ainsi nou (...)

7A priori voués au suc­­cès de par leur valeur politico-­patriotique et leur charge pathé­­tique et émo­­tion­­nelle, beau­­coup d’ouvrages jouissent en fait d’une faveur miti­­gée, ainsi que le rap­­pelle Lüsebrink quand il évoque les fai­­blesses esthé­­tiques et sty­­lis­­tiques de la plu­­part des textes et les dif­­fi­­cultés de leur mise en scène38. À ce pro­­pos, l’on peut ajou­­ter d’autres consi­­dé­­ra­­tions. D’après le réper­­toire d’André Tissier, La Fête du Gre­­na­­dier ne jouit que de deux repré­­sen­­ta­­tions après 1790, Le 14 de juillet est très peu repris en 1791 et la pièce de Col­lot point du tout. En ce qui concerne les créa­­tions de 1791, La Liberté conquise ren­­contre une faveur impres­­sion­­nante39 pen­­dant la pre­­mière par­­tie de l’année mais appa­­raît peu à l’affiche par la suite40, alors que d’autres pièces trouvent peu de place sur les planches : refu­­sée dans la capi­­tale, La Prise de la Bas­­tille de Pare­in n’est repré­­sen­­tée qu’en pro­­vince avec un piètre suc­­cès41 ; deman­­dée par le par­­terre, qui réclame un spec­­tacle qui puisse concur­­ren­­cer le suc­­cès de La Liberté conquise au rival Théâtre de la Nation, La Prise de la Bas­­tille de Barbot n’est jouée que cinq fois. Certes, au point de vue dra­­ma­­tique et scé­­nique l’ouvrage reste bien infé­­rieur à celui d’Harny, carac­­té­­risé par des « spectacular theatrical effects […] that let the contemporary audience sensually experience the heroic deeds of the conquerors »42 ainsi que par « un nou­­veau lan­­gage poli­­tique de la rue et l’iden­­ti­­fi­­cation au nou­­vel ethos du citoyen-­militaire »43. Les comptes-­rendus signalent les défauts de l’ouvrage de Barbot tout autant qu’un chan­­ge­­ment des men­­ta­­li­­tés : Le Cour­­rier des 83 dépar­­te­­ments du 25août loue les décors, le jeu des acteurs, le style et le patrio­­tisme de l’auteur, mais cri­­tique l’exces­­sif souci d’authen­­ti­­cité qui rend le texte embrouillé, confus44 et fina­­le­­ment assi­­mi­­lable à une fic­­tion (« on croyoit assis­­ter à une tra­­gé­­die de Sapeskear [sic] »). De même, le jour­­na­­liste de la Chro­­nique de Paris du 27août évoque le bon suc­­cès de la pre­­mière, loue le jeu des acteurs et les cos­­tumes, mais glisse sur l’expo­­si­­tion d’un sujet déjà connu45 pour expri­­mer une cer­­taine per­­plexité quant à la lon­­gé­­vité d’un spec­­tacle monté presque exclu­­si­­ve­­ment à la demande du par­­terre :

« Cet ouvrage a­voit été demandé par le par­­terre ; il a réussi, & les entre­­pre­­neurs seront dédom­­ma­­gés des frais que son exé­­cu­­tion néces­­site ; mais il pourroit se faire qu’il tom­­bât, & que cette vio­­lence leur fût très nui­­sible. Dans le tems du régime pro­­hi­­bi­­tif, on a­voit sans doute le droit de for­­cer les comé­­diens à jouer les pièces qui ne pouvoient être repré­­sen­­tées ailleurs ; mais aujourd’hui […] c’est une vexa­­tion mani­­feste de contraindre leurs volon­­tés ».

  • 46 Louis-­Abel Beffroy de Reigny, Alma­­nach géné­­ral de tous les spec­­tacles de Paris et des pro­­v (...)

8Dans d’autres comptes-­rendus se fau­­filent des cri­­tiques encore plus inté­­res­­santes qui témoignent d’une pos­­sible satu­­ra­­tion du public à l’égard d’un sujet désor­­mais peu actuel et beau­­coup exploité : le jour­­na­­liste de La Feuille du jour du 30août reste assez laco­­nique – « Cet ouvrage est écrit comme tous ceux que le patrio­­tisme a dic­­tés » –, alors que dans son Alma­­nach des spec­­tacles Beffroy se montre plus tran­­chant à l’égard de ce qu’il défi­­nit comme une « pla­­ti­­tude, dont le sujet est si rebattu et a été beau­­coup mieux traité par­­tout ailleurs ». D’après lui, l’auteur de ce « drame patriotico-­­politico-Jacobite » aurait en vain cher­ché le sou­­tien des Jaco­­bins, priés par une cir­­cu­­laire de venir applau­­dir la pièce, puisque « le Public, qui n’avait pas reçu de cir­­cu­­laire, a sif­­flé ce qui était mau­­vais ; et il est peu de choses dans la Pièce qui n’ait été sif­­flé ». Non seule­­ment l’ouvrage serait moyen, mais la repré­­sen­­ta­­tion de l’évé­­ne­­ment serait désor­­mais peu ori­­gi­­nale, ainsi que l’affirme Beffroy : « C’était bien-­là le cas de repré­­sen­­ter encore des Bas­­tilles, après deux ans et plus, pen­­dant les­­quels toutes les oreilles Pari­­siennes avaient été tant embas­­tillées »46.

  • 47 Ibid., p. 195.

9La dimi­­nu­­tion de l’inté­­rêt du public à l’égard de la repré­­sen­­ta­­tion de l’évé­­ne­­ment fon­­da­­teur de la Révo­­lu­­tion pour­­rait en effet inté­­res­­ser d’autres ouvrages du cor­­pus : La Bas­­tille, ou le Régime inté­­rieur des prisons-­d’État semble aussi payer le déclin de la vogue d’un sujet que l’auteur essaie pour­­tant de varier, insis­­tant sur la rhé­­to­­rique du pathé­­tique plus que sur l’action mili­­taire et l’esthé­­tique du simu­­lacre. La pein­­ture détaillée des hor­­reurs et des injus­­tices per­­pé­­trées par les tyrans – le ministre et le gou­­ver­­neur – contre les vic­­times du des­­po­­tisme four­­nissent une action fort louée dans la Chro­­nique de Paris et dans l’Alma­­nach, Beffroy ne déplo­­rant cette fois que le manque d’oppor­­tu­­nité de la créa­­tion : « La Bas­­tille est très-­supérieure à tout ce qu’on a fait dans d’autres Spec­­tacles sur le même sujet. Scènes rapides, bien enchaî­­nées ; tableaux vrais, atta­­chants ; style cor­­rect ; idées vraies et fortes ; contrastes heu­­reux et bien ame­­nés, dénoue­­ment à-­­la-fois natu­­rel et frap­­pant. S’il eût été joué un an plus tôt, il eût obtenu un suc­­cès brillant, durable et mérité »47.

  • 48 Voir Philippe Corno, art. cit., p. 334.

10Après deux ans d’« embastillement », la récep­­tion moyenne des pièces du cor­­pus pour­­rait s’expli­­quer par des rai­­sons mul­­tiples, plus ou moins pra­­tiques – l’impor­­tance des frais que peuvent compor­­ter ces représentations-­commémorations, la pré­­sence de deux pièces qui ont déjà ren­­contré la faveur des spec­­ta­­teurs, la rapi­­dité de l’évo­­lu­­tion des goûts du public, la dimi­­nu­­tion de son enthou­­siasme à l’égard d’un sujet de moins en moins actuel et que la sur­­ex­­po­­si­­tion média­­tique rend fort exploité – qui viennent s’ajou­­ter à celles déjà évo­­quées par Lüsebrink. Il res­­te­­rait peut-­être à prendre en consi­­dé­­ra­­tion un autre aspect qui expli­­cite les contra­­dic­­tions inhé­­rentes à cette lit­­té­­ra­­ture de cir­­constance à la nature for­­te­­ment poli­­tique et dont l’accueil est plus que jamais sou­­mis aux aléas de l’his­­toire et de l’évo­­lu­­tion des men­­ta­­li­­tés. Ainsi que le rap­­pe­­lait Philippe Corno, la ten­­ta­­tive de res­­ti­­tution authen­­tique de l’évé­­ne­­ment implique for­­cé­­ment l’adhé­­sion à une posi­­tion idéo­­lo­­gique et la for­­mu­­la­­tion d’une inter­­pré­­ta­­tion poli­­tique sur la pre­­mière jour­­née révo­­lu­­tion­­naire, notam­­ment en ce qui concerne la repré­­sen­­ta­­tion de la bru­­ta­­lité sui­­vant la prise du fort et de la par­­ti­­cipation du monarque au complot aris­­to­­cra­­tique évo­­qué dans qua­­si­­ment tous les ouvrages48.

  • 49 Jacques Godechot, op.cit., p. 377.
  • 50 Ibid., p. 291.
  • 51 Dusaulx retrace les vio­­lences (« Ils nous conju­­raient de les ven­­ger […] leurs prières res­­se (...)
  • 52 À titre d’exemple, citons la Prise du gou­­ver­­neur, sa fin tra­­gique ainsi que celle de Fou­­lon (...)
  • 53 » À mon arri­­vée à Paris on ne s’entre­­te­­nait que d’une conspi­­ra­­tion dont M. le comte d’Art (...)
  • 54 » Fran­­çais, vous exter­­mi­­nez les tyrans ! Votre haine est révol­­tante ! Elle est affreuse […] (...)
  • 55 » Cou­­ra­­geux citoyens, & vous mes cama­­rades, vous êtes suf­­fi­­sam­­ment ven­­gés. Nous avons (...)
  • 56 » Sans doute vous savez quel fut son triste sort ? / Entraîné par un peuple avide de sa mort. / Il (...)
  • 57 Au début du troi­­sième acte, l’auteur rap­­pelle que « Cet acte occupe la jour­­née du mardi 14jui (...)
  • 58 L’accu­­sa­­tion de Flesselles est ren­­for­­cée par une note en bas de page: « A-­­t-on vu jamais (...)

11À ce pro­­pos, il est à consi­­dé­­rer que dans les pre­­mières pièces la vio­­lence popu­­laire est stig­­mati­­sée mais fina­­le­­ment légi­­ti­­mée parce que consub­­stan­­tielle à l’insur­­rec­­tion poli­­tique et à la prise de conscience de la nais­­sance d’une puis­­sance nou­­velle – la Nation. D’un côté, il s’agit de répondre à l’arbi­­traire de l’Ancien Régime en fai­­sant coïn­­ci­­der ven­­geance et jus­­tice popu­­laire ; de l’autre, de frap­­per sans hési­­ter tout ennemi en sacri­­fiant l’huma­­nité sur l’autel des valeurs patrio­­tiques. Comme le sou­­ligne Jacques Godechot, on voit que la jus­­ti­­fi­­cation de la bru­­ta­­lité pose dès sa nais­­sance la Révo­­lu­­tion sous le double signe des idéaux phi­­lo­­sophiques et des mas­­sacres consi­­dé­­rés comme une néces­­saire réponse au des­­po­­tisme et aux intrigues des pri­­vi­­lé­­giés49. Han­­tés par l’obses­­sion d’un complot aris­­to­­cra­­tique que Mirabeau décrit comme « l’avant-­scène de la Saint-­Barthélemy »50, les dis­­cours contem­­po­­rains ont ten­­dance à acquit­­ter les vio­­lences, ainsi que le montrent quelques récits51, des chan­­sons de l’époque52, des témoi­­gnages célèbres comme la lettre de Babeuf concer­­nant le « trop juste res­­sen­­ti­­ment » du peuple53 ou encore les pro­­pos avan­­cés par Loustalot dans Les Révo­­lu­­tions de Paris54. De ce point de vue, les pièces ont encore ten­­dance à se poser en miroir du sen­­ti­­ment col­­lec­­tif. Bien que rapi­­de­­ment subli­­mée dans la dimen­­sion fes­­tive, dans les pre­­miers ouvrages la sau­­va­­ge­­rie popu­­laire est évo­­quée et légi­­ti­­mée : dans La Fête du Gre­­na­­dier, le peuple avide de nou­­velles de l’action mili­­taire apprend que « Le fort est pris ; sous nos coups ils expirent / Des tra­­hi­­sons ceux qui sont l’ins­­tru­­ment » (p.6) dans la pièce de David55 et de Fabre d’Olivet56 le gre­­na­­dier jus­­ti­­fie les épi­­sodes de vio­­lence au nom d’une ven­­geance tein­­tée de jus­­tice, et l’on peut bien ima­­gi­­ner que Brizard sai­­sit l’occa­­sion pour rap­­pe­­ler la légi­­ti­­mité des repré­­sailles popu­­laires à l’égard du mar­­quis de Launay57 ou de Jacques de Flesselles, expli­­ci­­te­­ment accusé de tra­­hi­­son58.

  • 59 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « La Prise de la Bas­­tille: archéo­­lo­­gie…», art. cit., p. 123 ; Lüsebri (...)

12Les ouvrages sui­­vants res­­tent en revanche plus ellip­­tiques à ce pro­­pos, en accord peut-­être avec un dis­­cours poli­­tique offi­­ciel qui, à par­­tir de 1790, essaie d’effec­­tuer un refou­­le­­ment des figures indi­­vi­­duelles et popu­­laires et de domes­­ti­­quer la dimen­­sion insur­­rec­­tion­­nelle de l’évé­­ne­­ment et le droit à la résis­­tance vio­­lente pour mettre l’accent sur l’unité natio­­nale et la por­­tée col­­lec­­tive de la jour­­née59. Parmi les ouvrages parus en 1791, l’élé­­ment fictionnel de La Liberté conquise (dont l’action se passe dans une ville de fron­­tière qu’on re­situe aisé­­ment à Paris) per­­met à Harny de ter­­mi­­ner sa pièce sur la dimen­­sion fes­­tive, sans abor­­der ni la ques­­tion déli­­cate des mas­­sacres ni celle de la par­­ti­­cipation royale au complot. On peut de même avan­­cer l’hypo­­thèse que le texte de Thomas, cen­­tré sur le régime inté­­rieur du fort plus que sur sa prise, fait aussi l’éco­­no­­mie du récit des vio­­lences, alors qu’il est inté­­res­­sant d’exa­­mi­­ner la posi­­tion de Pare­in, qui fonde la vali­­dité de son ouvrage sur l’authen­­ti­­cité de sa res­­ti­­tution d’un évé­­ne­­ment auquel il a par­­ti­­cipé. Sa pro­­cla­­ma­­tion de fidé­­lité à l’his­­toire l’empêche évi­­dem­­ment de pas­­ser sous silence des faits récents et encore bien ancrés dans la mémoire col­­lec­­tive, et l’auteur se contente donc d’élu­­der toute évo­­ca­­tion directe, rap­­por­­tant que le Gou­­ver­­neur est entraîné « à l’hôtel de ville devant les élec­­teurs, pour lui faire rendre compte de son infâme tra­­hi­­son » et qu’« il dis­­pa­­raît avec les cinq citoyens qui sont entrés les pre­­miers dans le fort » (p.59).

  • 60 La Fête du Gre­­na­­dier se ter­­mine par la célé­­bra­­tion de la Ville, de la Liberté et du Roi, (...)

13Il faut encore sou­­li­­gner que le désir popu­­laire de ven­­geance contre l’arbi­­traire de l’Ancien Régime ne se concré­­tise pas, du moins pen­­dant un pre­­mier temps, par la mise en accu­­sa­­tion directe de LouisXVI, encore consi­­déré comme le père bien­­fai­­sant de la patrie. Le sou­­ve­­rain a certes été trop naïf et peu atten­­tif au bon­­heur de sa nation, mais il a été égaré par ses mau­­vais conseillers – notam­­ment ses frères et la reine – qui l’ont empê­­ché de connaître la situa­­tion réelle de son peuple. Les pre­­miers ouvrages du cor­­pus réaf­­firment en géné­­ral l’inno­­cence du monarque et/ou sa bien­­fai­­sance60, ce qui témoigne d’une inter­­pré­­ta­­tion idéo­logique­­ment modé­­rée et de la concep­­tion d’une Révo­­lu­­tion ayant pour but l’éta­­blis­­se­­ment d’une monar­­chie consti­­tution­­nelle. C’est là une posi­­tion de plus en plus dif­­fi­­cile à tenir pen­­dant les années sui­­vantes, quand l’atti­­tude ambi­­guë et anti­­pa­­triotique de LouisXVI, et sur­­tout la ten­­ta­­tive de fuite de juin 1791, minent irré­­vo­­ca­­ble­­ment l’image du « bon roi Louis ». La récep­­tion des pièces du cor­­pus se fon­­dant sur leur capa­­cité d’adhé­­rer à la cir­­constance et à l’esprit public, il est impos­­sible que les chan­­ge­­ments socio-­historiques en ques­­tion ne posent pas de pro­­blème puisqu’ils rendent désuète l’inter­­pré­­ta­­tion idéo­­lo­­gique de la plu­­part des ouvrages. L’on assiste donc par­­fois à la mise en place d’une opé­­ra­­tion de révi­­sion qui trouve son expres­­sion concrète dans la réécri­­ture des textes ou, pour les nou­­velles pièces, dans un effort de neu­­tra­­lité idéo­­lo­­gique.

  • 61 D’après les Registres des feux n. 130.21 des Archives de la Comé­­die Fran­­çaise, tous les Noirs l (...)
  • 62 Telles, à titre d’exemples, les expres­­sions « Bénir le Roi bien­­fai­­sant qui a pré­­paré le bon (...)
  • 63 Becquet: modi­­fi­­ca­­tion que l’auteur d’une pièce apporte à son texte lors d’une répé­­tition.

14La pièce d’Harny, créée en jan­­vier dans une salle peu sus­­cep­­tible de pas­­ser pour un foyer révo­­lu­­tion­­naire61, consti­­tue un exemple inté­­res­­sant de réécri­­ture. Alors qu’en début d’année les patriotes célèbrent la prise de la for­­te­­resse au cri de « Vive le Roi ! Vive la Nation ! », le 26juin – pre­­mier jour de réou­­ver­­ture des salles après Varennes – la pièce figure sur une affiche qui ne comporte pas la men­­tion tra­­di­­tion­­nelle de « Comé­­diens ordi­­naires du Roi », ce qui signale un chan­­ge­­ment lais­­sant sup­­po­­ser que le texte aussi commence à subir, tout comme l’affiche, une révi­­sion au niveau du style et des conte­­nus. Le manus­­crit pré­­sente, de la main de Delaporte (le secrétaire-­souffleur de la troupe), de nom­­breuses variantes de sup­­pres­­sion ou de modi­­fi­­ca­­tion qui signalent l’adé­­qua­­tion du texte à l’actua­­lité par rap­­port à des concepts fon­­dant la res publica : la struc­­ture hié­­rar­­chique de la société, l’idée de sou­­ve­­rai­­neté abso­­lue, le bien-­fondé des pré­­ten­­tions des Grands, la figure de LouisXVI. Toutes les allu­­sions à la gloire et à la bien­­fai­­sance du monarque sont ratu­­rées et/ou rem­­pla­­cées. Les variantes, espa­­cées dans le temps et sou­­vent dif­­fi­­ciles à dater, peuvent être quan­­ti­­tati­­ve­­ment peu impor­­tantes et por­­ter sur quelques mots ou phrases62, ou bien concer­­ner des por­­tions de texte plus grandes, comme c’est le cas à la fin du qua­­trième acte, lorsque les patriotes s’apprêtent à for­­mu­­ler le ser­­ment rituel avant d’atta­­quer la for­­te­­resse. Si à l’ori­­gine le maire Verneuil jure fidé­­lité à la « nation », à la « loi » et au « roi », toute men­­tion à la monar­­chie est par la suite effa­­cée – « C’est à la face de l’uni­­vers, en pré­­sence de l’Être suprême que je jure d’être fidèle à la nation, à la loi et au roi » (f. 113, liasse) –, alors qu’un pre­­mier becquet63 super­­posé ne comporte aucune allu­­sion à la figure du monarque et qu’un deuxième affiche des pro­­pos véhé­­ments que les tons adop­­tés et l’allu­­sion à la Répu­­blique « une et indi­­vi­­sible » per­­mettent de dater après sep­­tembre 1792 :

« Voici l’ins­­tant de ven­­ger l’huma­­nité trop long­­temps outra­­gée, et de reprendre un pou­­voir que les tyrans ont usurpé sur les peuples. Le plus grand ennemi des hommes, c’est un roi. Jurons de n’en souf­­frir plus en France. Que le titre de roi, que ce titre odieux ne souille plus le sol heu­­reux de notre patrie. Que les images des tyrans, livrées aux flammes et dis­­per­­sées par les vents annoncent à l’uni­­vers que la nation fran­­çaise est vrai­­ment libre ! Pros­­cri­­vons jusqu’au sou­­ve­­nir de la royauté […] unis dès cet ins­­tant par un pacte indis­­so­­luble, for­­mons une Répu­­blique une et indi­­vi­­sible ; et jurons tous que nous vou­­lons la Répu­­blique ou la mort […] c’est à la face de l’uni­­vers, en pré­­sence de l’Être suprême, que je jure de main­­te­­nir la liberté et l’éga­­lité, de défendre la Répu­­blique et de la défendre jusqu’au der­­nier sou­­pir » (f. 113‑114, deuxième becquet).

  • 64 La page de titre pré­­sente l’ajout manus­­crit selon lequel la pièce a été « remise le 15juillet 1 (...)
  • 65 » Qui rend du bon Louis tous les sujets ^les citoyens^ égaux» (p. 6) ; « Ah ! çà, n’oublions pas de (...)
  • 66 Voir BN Ms., Fr. 9254, signalé dans André Tissier, op.cit., p. 473. Les deux manus­­crits, écrits d (...)
  • 67 Voir aussi André Tissier, op.cit., p. 173.
  • 68 Sur l’un des manus­­crits, les vers « Obéir à ses rois, ou ser­­vir sa patrie/ Pour tous deux à la (...)

15Tout comme La Liberté conquise, d’autres pièces subissent une opé­­ra­­tion de révi­­sion. L’édi­­tion de La Fête de la Liberté ou le Dîner des patriotes pré­­sente des cor­­rec­­tions manus­­crites appor­­tées à l’occa­­sion des deux reprises de juillet 179264, et ces variantes concernent sou­­vent la sup­­pres­­sion de vers men­­tion­­nant le « bon roi Louis »65. Il en va de même de Le 14 de juillet de Fabre d’Olivet, dont le texte publié diverge sen­­si­­ble­­ment par rap­­port à deux manus­­crits auto­­graphes66 qui font état de nom­­breuses cor­­rec­­tions sur liasse et sur becquet. L’un d’eux, pro­­ba­­ble­­ment uti­­lisé pour la reprise d’octobre, porte la men­­tion « avec des chan­­ge­­ments ana­­logues aux cir­­constances (a­ut.) » sur la page de titre67, ce qui per­­met de sup­­po­­ser que les variantes sur becquet, sans pou­­voir être datées, sont inter­­ve­­nues après octobre 1790. Parmi d’autres cor­­rec­­tions pure­­ment sty­­lis­­tiques ou concer­­nant dif­­fé­­rents épi­­sodes, cer­­taines visent la sup­­pres­­sion de la célé­­bra­­tion de la gloire et des bien­­faits du monarque68 ou l’abro­­ga­­tion de toute pro­­cla­­ma­­tion d’inno­­cence de celui-­ci :

« >Vous [les sol­­dats] ver­­rez que vos mains, fata­­le­­ment trom­­pées, / Du sang de vos amis allaient être trem­­pées ; / Qu’un roi, dont l’uni­­vers proclâme les bien­­faits, / N’a pas dit aux sujets d’égor­­ger les sujets ; / N’a pas armé le fils contre son propre père ; /Au frère n’a pas dit d’assas­­si­­ner son frère : /Qu’il est bon, qu’il est juste, & que, sans le tra­­hir, / À des ordres sur­­pris on peut déso­­béir< » (p.13 de l’édi­­tion, f. 204 r et f. 226 v.

  • 69 Les pièces du cor­­pus tra­­duisent encore le sen­­ti­­ment des contem­­po­­rains ; ainsi que le so (...)

16For­­te­­ment inves­­tis par le poli­­tique et par la néces­­sité d’une dif­­fi­­cile adé­­qua­­tion à un esprit public aussi puis­­sant que sou­­mis à des chan­­ge­­ments rapides, ces ouvrages compo­­sés dans l’urgence de la commé­­mo­­ra­­tion véhi­­culent une posi­­tion idéo­­lo­­gique de plus en plus dif­­fi­­cile à tenir. Alors que La Bas­­tille, ou le Régime inté­­rieur des prisons-­d’État se concentre sur la des­­crip­­tion des abus du des­­po­­tisme de l’inté­­rieur de la for­­te­­resse plus que sur des ques­­tions poli­­ti­­que­­ment plus déli­­cates – d’où pro­­ba­­ble­­ment sa pré­­sence à l’affiche aussi en 1792 –, la pièce de Pare­in, publiée en juillet 1791, enre­­gistre déjà les chan­­ge­­ments de men­­ta­­lité en cours : l’auteur ne fait aucune men­­tion du monarque comme « bon père des Fran­­çais »69, n’insère aucun plai­­doyer ou réplique pour l’inno­­cen­­ter ou le dis­­tin­­guer des aris­­to­­crates conspi­­ra­­teurs, et affiche fina­­le­­ment une neu­­tra­­lité idéo­­lo­­gique ambi­­guë et peu effi­­cace.

  • 70 L’ouvrage retrace l’éva­­sion de Latude et de son compa­­gnon d’Alègre comme si elle avait eu lieu (...)
  • 71 Par exemple, on retrouve le « ô siecle ô mémoire» repris par Dusaulx dans son ouvrage, ainsi qu’un (...)
  • 72 Notam­­ment sont évo­­qués et pré­­sen­­tés sur scène non seule­­ment la fameuse échelle, mais auss (...)
  • 73 Brizard affiche de la sorte son insou­­ciance à l’égard de l’esthé­­tique clas­­sique: « Point d’un (...)

17Mal­­gré les réécri­­tures et les révisions, ces pièces trouvent de moins en moins de place dans les réper­­toires, et d’autres textes sur le sujet ne sont pas accep­­tés. C’est le cas, notam­­ment, de Les deux Pri­­son­­niers ou la Fameuse Jour­­née (1792), une pièce bien sin­­gu­­lière et qui mérite quelques re­flexions70. Auteur d’ouvrages repré­­sen­­tés à l’Opéra, Martin affiche dans sa préface des posi­­tions quelque peu dif­­fé­­rentes de celles men­­tion­­nées dans les autres paratextes. D’un côté, l’auteur suit la route déjà tra­­cée et sou­­ligne la véra­­cité d’un « drame his­­to­­rique et lyrique » dont il essaie de vali­­der les deux « volets » – le séjour à la Bas­­tille de Jean Henri, dit Danry, dit Masers de Latude et de son compa­­gnon d’Alègre, et la prise de la for­­te­­resse – en s’appuyant sur des sources célèbres – les « Mémoires de M. de Latude, l’Ouvrage de M.Linguet sur la Bas­­tille, les Lettres de Cachet, les Pri­­sons d’État de Mirabeau, et la Bro­­chure dans laquelle M.Dusaulx a tracé, avec autant d’éner­­gie que de pré­­ci­­sion, les grands événéments qui ont décidé la Révo­­lu­­tion » (p.2) – dont il reprend des for­­mules ou des pas­­sages71 ainsi que des épi­­sodes célèbres à la charge émo­­tion­­nelle et pathé­­tique impor­­tante72. De l’autre, il entre­­prend une opé­­ra­­tion de cir­­constance qu’il veut « pour ainsi dire, indé­­pen­­dante des cir­­constances » (p.10) et déga­­gée de tout esprit de parti. Pour ce faire, Martin se détache des asser­­tions d’adhé­­sion totale au fait his­­to­­rique qui consti­­tuaient le leit­­mo­­tiv des autres paratextes : le téles­­co­­page affi­­ché et trop évident entre his­­toire – l’évo­­ca­­tion de la prise de la for­­te­­resse –, mémoires – l’empri­­son­­ne­­ment de Latude – et fic­­tion – la par­­ti­­cipation de celui-­ci au siège – relève de la recherche d’un effet théâ­­tral basé sur l’illu­­sion, sur l’inven­­tion dra­­ma­­tique, sur la néces­­sité et l’impor­­tance d’une licence poé­­tique qui réaf­­firme le rôle du dra­­ma­­turge par rap­­port à celui de l’his­­to­­rien/témoin. Sou­­vent sacri­­fiés sur l’autel de l’authen­­ti­­cité, l’ima­­gi­­na­­tion et l’art dra­­ma­­tique semblent ici récu­­pé­­rer du ter­­rain puisque Martin sou­­met ses per­­son­­nages « aux évé­­ne­­ments qui sont réel­­le­­ment arri­­vés » tout en vou­­lant les faire res­­sem­­bler à des per­­son­­nages de fic­­tion, à savoir à « tous les Héros de Tra­­gé­­die, les­­quels agissent et parlent au gré de l’Auteur […] non seule­­ment tels qu’ils ont été, mais encore tels qu’ils se seroient mon­­trés dans telles ou telles cir­­constances don­­nées » (p.9). Dans la pré­­face, la dignité des « fic­­tions poé­­tiques » est d’ailleurs réta­­blie par un auteur qui s’abrite der­­rière les mots de Boileau et la tra­­di­­tion lit­­té­­raire pour jus­­ti­­fier son écart fictionnel (« Inven­­tez des res­­sorts qui puissent m’atta­­cher […] c’est en vertu de ce pré­­cepte qu’il est per­­mis aux Poetes d’inter­­ver­­tir l’ordre des temps, de rap­­pro­­cher les évé­­ne­­ments, de les tron­­quer même à leur gré », p. 8). Sa reven­­di­­ca­­tion d’une esthé­­tique dra­­ma­­tique plus clas­­sique porte aussi sur le respect de pré­­ceptes aris­­to­­té­­li­­ciens négli­­gés dans d’autres textes73 : les règles d’unité, la néces­­sité de l’achè­­ve­­ment et de la cohé­­rence du texte, le choix de ne repré­­sen­­ter que la « nature peinte en beau, la nature choi­­sie » (p.10), écar­­tant de la sorte l’évo­­ca­­tion de détails sinistres et choi­­sis­­sant d’insé­­rer dans la repré­­sen­­ta­­tion d’un sujet patrio­­tique et glo­­rieux une his­­toire d’amour sus­­cep­­tible de ren­­contrer toutes les faveurs – argu­­ment, celui-­ci, déjà uti­­lisé par Vol­­taire dans la pré­­face de Zaïre.

  • 74 Frantz Funck-­Brentano, Intro­­duc­­tion à Mémoires authen­­tiques de Latude, Paris, Fayard, 1795, (...)

18Il s’agit bien sûr d’une opé­­ra­­tion commer­­ciale visant le renou­­vel­­le­­ment d’un sujet assez rebattu : l’auteur sou­­ligne l’ori­­gi­­na­­lité de sa repré­­sen­­ta­­tion en musique par rap­­port à « des pan­­to­­mimes de siège, et autres acces­­soires, dont il faut être très sobre, pour obte­­nir un suc­­cès durable » (p.11), exploite la valeur sym­­bo­­lique de l’évé­­ne­­ment ainsi que l’engoue­­ment popu­­laire pour le culte des « reliques » et pour la figure de Latude, dou­­ble­­ment accla­­mée en qua­­lité de « vic­­time des rois, vic­­time de la Bas­­tille et des ordres arbi­­traires »74 et en tant qu’apôtre cou­­ra­­geux d’une liberté fort recher­­chée, ainsi qu’en héros presque mélo­­dra­­ma­­tique et bien moins poli­­tique que le Citoyen-­Soldat Harné. Appa­­rem­­ment, ses efforts ne suf­­fisent pas à renou­­ve­­ler des enthou­­siasmes déjà miti­­gés. Touf­­fue et peu vrai­­sem­­blable, la pièce n’est pas repré­­sen­­tée. Pour nous, elle s’avère tou­­te­­fois inté­­res­­sante en ce qu’elle consti­­tue une autre ten­­ta­­tive, esthé­­tique et idéo­­lo­­gique, de révi­­sion de l’évé­­ne­­ment. Pen­­dant un moment poli­­ti­­que­­ment fort déli­­cat, cette opé­­ra­­tion fictionnelle – « S’il [Latude] se fut évadé en 1789 au lieu de 1756, il é­toit pos­­sible qu’il lui arriva ce que j’ai sup­­posé à son égard » (p.9) – per­­met à Martin de res­­ti­­tuer une prise de la Bas­­tille hypo­­thé­­tique et sur­­tout domes­­ti­­quée, l’incur­­sion dans le domaine des pos­­sibles légi­­ti­­mant bien d’autres fic­­tions : la pièce s’achève donc sur la dimen­­sion fes­­tive, accrue et légi­­ti­­mée par la fête de mariage, d’un évé­­ne­­ment rap­­porté non par les assié­­geants réels – tel le gre­­na­­dier Harné – mais par des per­­son­­nages sus­­cep­­tibles d’inté­­res­­ser le public – Latude ou l’hôte Père Duchesne, parti de sa cam­­pagne libé­­rer les pri­­son­­niers avec les autres pay­­sans – qui fina­­le­­ment n’ont pas vécu les inquié­­tudes et les bou­­le­­ver­­se­­ments pari­­siens pré­­cé­­dant et sui­­vant la prise. L’élé­­ment fictionnel per­­met à l’auteur de relire l’évé­­ne­­ment au rabais, d’en exploi­­ter la valeur sym­­bo­­lique et patrio­­tique en esca­­mo­­tant toute inter­­pré­­ta­­tion idéo­­lo­­gique plus éten­­due, toute signi­­fi­­ca­­tion poli­­tique trou­­blante, puisque les pay­­sans et sur­­tout Latude ren­­trant juste après le siège ne sont tenus de connaître ni les mas­­sacres ni la réa­­lité d’un complot dont ils peuvent bien légi­­ti­­me­­ment n’avoir eu que des échos fort vagues.

  • 75 Sophie Mar­­chand, op.cit., p. 220.

19Fina­­le­­ment peu effi­­cace, cette ten­­ta­­tive d’une solu­­tion dra­­ma­­tique dif­­fé­­rente témoigne d’une autre expé­­rience de révi­­sion d’un événement-­symbole à la dra­­ma­­ti­­sation déli­­cate et dont la récep­­tion s’avère – ainsi que celle de maintes pièces d’actua­­lité – fort poli­­ti­­sée et sou­­mise aux muta­­tions rapides d’un esprit public tout puis­­sant. Pen­­dant une période où le poli­­tique inves­­tit de façon tel­­le­­ment impor­­tante un évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique plus que jamais sou­­mis aux aléas socio-­politiques, l’ana­­lyse de la récep­­tion des pièces et de leur pré­­sence ou absence dans les réper­­toires peut nous éclai­­rer non seule­­ment sur l’his­­toire du théâtre, mais aussi et sur­­tout sur l’his­­toire de la Révo­­lu­­tion et de l’évo­­lu­­tion des men­­ta­­li­­tés, ainsi que le rap­­pelle Sophie Mar­­chand quand elle écrit que « l’his­­toire du théâtre de ce temps est moins une his­­toire des œuvres qu’une his­­toire des crises »75.

Haut de page

Notes

1 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « La Prise de la Bas­­tille : archéo­­lo­­gie d’un événement-­symbole », dans Mélanges de l’École fran­­çaise de Rome. Italie et Médi­­ter­­ra­­née, t. 104, n. 1, 1992, p. 115‑128 ; id., « Évé­­ne­­ment dra­­matique et dra­­ma­­ti­­sation théâ­­trale. La prise de la Bas­­tille sur les tré­­teaux fran­­çais et étran­­gers », AHRF, n°61, 1989, p. 337‑355.

2 Hans-­Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, The Bas­­tille. A history of a symbol of despotism and freedom, Duke University Press, (tra­­duit par Norbert Schürer), 1997, p. 38 sq.

3 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « La Prise de la Bas­­tille: archéo­­lo­­gie … », art. cit, p. 117.

4 Ibid., p. 337.

5 Voir Jacques Godechot, La Prise de la Bas­­tille. 14juillet 1789, Paris, Gallimard, 1989 ; Lüsebrink et Reichardt aussi signalent les « fifty or so general reports on the storming of the Bas­­tille published in France during 1789, which were supplemented by dozens of leaflets and newspapers items on details», op.cit., p. 47. Cette pro­­duc­­tion est des­­ti­­née à s’accroître pen­­dant l’an­né sui­­vante, voir Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et…», art. cit., p. 341.

6 À savoir « un autre type de réper­­toire, lié à la pra­­tique sociale et à l’inves­­tis­­se­­ment poli­­tique du spec­­tacle», Sophie Mar­­chand, « Pour une approche cultu­­relle du réper­­toire révo­­lu­­tion­­naire: la lor­­gnette anec­­do­­tique», dans Mar­­tial Poirson (dir.), Le théâtre sous la Révo­­lu­­tion. Poli­­tique du réper­­toire (1789‑1799), Paris, Desjonquères, 2008, p. 217.

7 La Fête du Gre­­na­­dier, pan­­to­­mime natio­­nale et mili­­taire mêlée de chants, de danses, et à spec­­tacle, Paris, Cailleau, 1789. Toutes mes cita­­tions sont tirées des édi­­tions ou des manus­­crits indi­­qués, dont je signale la page ou le feuillet entre paren­­thèses.

8 Excep­­tion faite pour des cas spé­­ci­­fiques, toutes mes infor­­ma­­tions sur les repré­­sen­­ta­­tions sont tirées de André Tissier, Les spec­­tacles à Paris pen­­dant la Révo­­lu­­tion. Réper­­toire ana­­ly­­tique, chro­­no­­lo­­gique et biblio­­gra­­phique, Genève, Droz, 1992‑2002, 2 vols.

9 Antoine Fabre d’Olivet, Le 14 de juillet 1789, fait his­­to­­rique en un acte et en vers, Paris, Laurens junior, s.d.

10 André Tissier pré­­cise que, contrai­­re­­ment à l’indi­­ca­­tion de l’édi­­tion, la pièce est créée aux Délas­­se­­ments Comiques, op. cit., p. 173, note 32.

11 Marc-­Antoine Desaugiers, La Prise de la Bas­­tille, Paris, Cailleau, s.d.

12 Charles-­Marie Ronsin, La Fête de la Liberté ou le Dîner des patriotes, comé­­die en un acte et en vers avec des cou­­plets, Paris, Cussac, 1790.

13 Col­lot D’Herbois, La Famille patriote ou la Fête de la Fédé­­ra­­tion, comé­­die, Paris, Veuve Duchesne, 1790.

14 Ce « drame his­­to­­rique» ne nous est trans­­mis que par un manus­­crit de souf­­fleur conservé à la Bibliothèque-­Musée de la Comé­­die Fran­­çaise sous la cote Ms.380 et Mf. 608. Je tiens à remer­­cier MmeJacqueline Razgonnikoff de me l’avoir signalé.

15 Pierre-­Mathieu Pare­in, La Prise de la Bas­­tille, fait his­­to­­rique en trois actes, en prose, et mêlé d’ariettes, Paris, chez Girardin et Madame Lesclapart, 1791.

16 La pièce n’ayant pas été impri­­mée, mes infor­­ma­­tions sont tirées du compte-­rendu de la Chro­­nique de Paris du 9juin 1791 signalé par André Tissier, op.cit., p. 224.

17 Ainsi que l’indique André Tissier, l’auteur est connu aussi sous le nom de Bar­­beau, op.cit., p. 232. Je n’ai pas pu retrou­­ver le texte.

18 Lüsebrink signale aussi La Révo­­lu­­tion fran­­çaise, un ouvrage créé le dix août 1792 et consti­­tué par une sorte de « tryptique» dont la prise de la Bas­­tille ne repré­­sente que l’un des évé­­ne­­ments retra­­cés. Voir Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et….», art. cit., p. 347.

19 Pierre David, La Prise de la Bas­­tille ou la Liberté Conquise, pièce natio­­nale en quatre actes et en prose, s.l., 1790.

20 Les Imi­­ta­­teurs de CharlesIX, ou les Conspi­­ra­­teurs fou­­droyés, drame en cinq actes et en prose, par le rédac­­teur des vêpres sici­­liennes et du mas­­sacre de la S.Barthelemi [Gabriel Brizard], Paris, De l’Impri­­merie du Clergé et de la Noblesse de France, dans une des caves igno­­rées des Grands Augustins, 1790.

21 Marie-­Joseph Martin, Les Deux Pri­­son­­niers ou la Fameuse Jour­­née, Paris, chez l’auteur et chez Denné, 1792.

22 À titre d’exemple, je vais citer quelques notes concer­­nant des per­­son­­nages publics, tels le comte d’Artois (« On sera peu étonné de voir pas­­ser alter­­na­­ti­­ve­­ment S.A. de l’expres­­sion liber­­tine et du per­­si­­flage indé­­cent d’un cour­­ti­­san sans mœurs ni déli­­ca­­tesse, au lan­­gage féroce d’un bour­­reau du des­­po­­tisme. Il ne fut jamais agité que par les plus affreuses pas­­sions, l’extra­­va­­gance du jeu, le liber­­ti­­nage et la dis­­so­­lu­­tion, la noire envie, et toute la rage de l’aris­­to­­cra­­tie», p. 17), la duchesse de Polignac (« La tri­­bade de Polignac peut rai­­son­­ner en connoisseuse sur ce cha­­pitre ; elle a mis en usage tous les goûts, et éprouvé les habitans de tous les pays, même les valets des ambas­­sa­­deurs Tipo-­Sayb, les noirs Afri­­cains, &c. &c.», p. 18), Berthier (« On n’ignore pas que c’est à cet exé­­crable inten­­dant que nous avons dû la sécu­­rité que le roi a témoi­­gné sur nos mal­­heurs ; l’infâme calom­­nie empoisonnoit ses rap­­ports. Louis croyoit son peuple heu­­reux. Infor­­tuné monarque ! Combien vous êtes trompé !», p. 20), la reine (« La fami­­lia­­rité avec laquelle on s’exprime ici devant la reine, ne paroîtra invrai­­sem­­blable qu’aux gens dénués de rai­­son. Confon­­due avec des scé­­lé­­rats, adop­­tant leurs vues cri­­mi­­nelles, les ayant même fait naître, il n’en faut pas davan­­tage pour faire éva­­nouir le rang et la majesté», p. 24).

23 En 1869, Eu­gène Jauffret sou­­li­­gnait déjà la dimen­­sion pam­­phlé­­taire de l’ouvrage: « Ce fut un déluge de pam­­phlets sous toutes les formes: dia­­logues, conver­­sa­­tions, drames, comé­­dies, tra­­gé­­dies mêmes. Le pre­­mier réqui­­si­­toire qu’ils [les auteurs révo­­lu­­tion­­naires] lan­­cèrent est inti­­tulé Les Imi­­ta­­teurs de CharlesIX, ou les Conspi­­ra­­teurs fou­­droyés […] cette pièce, fort curieuse en ce qu’elle exprime la vio­­lence des pas­­sions poli­­tiques, ne fut pas repré­­sen­­tée ; elle n’aurait pu l’être sans scan­­dale et sans trouble», Eu­gène Jauffret, Le théâtre révo­­lu­­tion­­naire (1788‑1799), Paris, 1869, Genève, Slatkine Reprints, 1970, p. 92 et p. 95.

24 La « Table des per­­son­­nages» s’avère déjà expli­­cite à cet égard: il n’est ques­­tion que d’« un élec­­teur», du célèbre « Gre­­na­­dier aux Gardes Fran­­çaises» et d’une « Troupe de Gardes et de Citoyens», alors que la liste des per­­son­­na­­li­­tés publiques est bien plus nour­­rie: y figurent le roi et la reine, le comte d’Artois, les princes de Condé et de Conti, la duchesse de Polignac, le duc d’Orléans et de Bourbon, le duc du Chastelet, le Prince de Lambesc, le duc de Noailles, le comte de Guiche, l’Archevêque de Paris, Bailly, La Fayette, le mar­­quis de Launay, Fou­­lon, Berthier et Flesselles (p. 7).

25 Une note pré­­cise: « Je saute sur l’évé­­ne­­ment de la prise ou plu­­tôt du miracle de la Bas­­tille: les rela­­tions qui en ont été don­­nées au public suf­­fisent pour son ins­­truc­­tion. Ce pro­­dige glaça le sang des aris­­to­­crates, prin­­ci­­pa­­le­­ment celui de l’illustre et mépri­­sable chef de parti» (p. 66‑67).

26 Voir Chro­­nique de Paris, 9juin 1791.

27 Pierre Frantz, « Les tré­­teaux de la Révo­­lu­­tion (1789‑1815)», dans Jacqueline de Jomaron (dir.), Le Théâtre en France, Paris, Armand Colin, t.II, 1989, p. 24.

28 Voir Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et …», art. cit., p. 353 sq.

29 Pierre David, op.cit., p. 2, je sou­­ligne.

30 Voir Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et…», art. cit., p. 344 sq.

31 Voir Philippe Corno, « La Prise de la Bas­­tille sur la scène révo­­lu­­tion­­naire: un théâtre à la limite», dans Mar­­tial Poirson (dir.), Le théâtre sous la Révo­­lu­­tion…., op.cit., p. 329.

32 Voir Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et …», art. cit., p. 351.

33 Sophie Mar­­chand, art.cit., p. 217.

34 Les auteurs paraissent en avoir par­­fois conscience: David écrit en note que « Pour évi­­ter le refroi­­dis­­se­­ment de l’action, on pour­­rait sup­­pri­­mer à la repré­­sen­­ta­­tion tout ce qui se trouve mar­­qué par des guille­­mets» (p. 53), à savoir une longue tirade du pre­­mier citoyen expli­­quant à un pri­­son­­nier les évé­­ne­­ments patrio­­tiques des deux der­­niers jours.

35 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et …», art. cit., p. 355.

36 Le déco­­ra­­teur Lesueur avait reconstruit « toute la Bas­­tille sur plu­­sieurs plans»: tout au début, c’est la for­­te­­resse « de face», sui­­vie par le pont-­levis, ses bas­­cules, la grand tour du fond et son inté­­rieur sur deux plans, les appar­­te­­ments du gou­­ver­­neur, des arbres, l’arse­­nal et par l’évo­­ca­­tion des cui­­sines du fort et des bou­­tiques, des mai­­sons – complètes de fenêtres réelles, de volets et des fer­­me­­tures peintes des deux côtés – devant la Bas­­tille ; deux autres châs­­sis offrent enfin la vue de toute la ville. Lesueur pré­­voit aussi les canots pour les lam­­pions et la pré­­sence de deux pièces de canons sur scène. Voir Dos­­sier ARD Lesueur, Mémoire des Déco­­ra­­tions, Archives de la Comé­­die Fran­­çaise.

37 Le jour­­na­­liste du Cour­­rier des 83 dépar­­te­­ments du 25août 1791 signale que La Prise de la Bas­­tille est « pré­­ci­­sé­­ment le tableau extrait de l’évé­­ne­­ment du 14juillet», et « trop exact peut-­être» puisque rien n’est exclu: « L’expé­­di­­tion du peuple au Garde-­Meuble, que l’on a rap­­pro­­chée de celle faite à l’Hôtel des Inva­­lides ; la réunion de plu­­sieurs sol­­dats des divers régimens, qui sont venus se ran­­ger sous l’éten­­dard de la patrie. Ce qui n’est pas exempt de défauts, puisque la dis­­tri­­bu­­tion est trop nom­­breuse, au point que la pièce paraît ne pas pou­­voir « compor­­ter ce fouillis […] d’hommes de toute classe, de tous états» et « une foule d’hommes de toute espèce, dont les différens cos­­tumes & le mou­­ve­­ment fatiguoient la vue & genaient la marche de l’action».

38 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et …», art. cit., p. 346.

39 Parmi les nom­­breux comptes-­rendus qui relatent le suc­­cès du spec­­tacle, voir Affiches, Annonces et Avis divers, 6jan­­vier 1791, Mer­­cure de France, 22jan­­vier 1791 et Jour­­nal de Paris, 5jan­­vier 1791.

40 D’après les Affiches, Annonces et Avis divers, le drame, monté le 26 et 27juin 1791, ne sera plus repris jusqu’à octobre de l’année sui­­vante, et ne sera joué qu’une fois « par et pour le peuple» en août 1793.

41 Refu­­sée par le Théâtre des Ita­­liens, la pièce ne figure pas dans le réper­­toire de Tissier ; Eu­gène Jauffret atteste pour­­tant sa pré­­sence sur les planches quand il écrit que « sa pièce [de Pare­in] fut jouée. Le fut-­elle par l’effet de l’action judi­­ciaire [l’auteur avait eu recours au tri­­bu­­nal contre les comé­­diens, sans gagner sa cause] ou par celui des évé­­ne­­ments poli­­tiques, dont l’influ­­ence empor­­tait l’opi­­nion d’un mou­­ve­­ment de plus en plus rapide ? Quoi qu’il en soit, Pierre-­Mathieu Pare­in eut l’avan­­tage d’entre­­te­­nir quelque temps le public de ses griefs et de sa gloire», op.cit., p. 123. Pour son compte, Lüsebrink pré­­cise que « Pare­in’s drama was a complete flop. It was rejected by the Theâtre des Ita­­liens and then received without enthusiasm in the few per­­for­­mances it experienced (for exemple, in Rouen in 1795)», A history…, op. cit., p. 99.

42 Hans-­Jürgen Lüsebrink, ibid.

43 Id., « Évé­­ne­­ment dra­­ma­­tique et…», art. cit., p. 354.

44 » L’auteur paroît avoir oublié dans la repré­­sen­­ta­­tion ce vers de Boileau: Le vrai peut quelque­­fois n’être pas vrai­­sem­­blable […] enfin, les pré­­pa­­ra­­tifs du siège, & cette catas­­trophe même qui ter­­mine la pièce: tous ces évé­­ne­­ments, dis-­je, ont été retra­­cés avec une fidelité éton­­nante, & sans d’autre confu­­sion que celle qu’a cru devoir y mettre l’auteur, qui a tout sacri­­fié à la vérité, qui est deve­­nue effrayante, sur­­tout au moment du siège. L’incen­­die du gou­­ver­­ne­­ment, la tra­­hi­­son de Delaunay, la fusillade qui a engagé l’action, le combat qui l’a sui­­vie, tout, jusqu’aux pri­­son­­niers arra­­chés des cachots, a été representé d’après nature ; enfin, aucune des cir­­constances n’a été oubliée (On croyoit assis­­ter à une tra­­gé­­die de Sapeskear [sic]».

45 » C’est une repré­­sen­­ta­­tion fidèle & dialoguée de la fameuse jour­­née du 14juillet. Ainsi nous n’en ferons pas l’ana­­lyse».

46 Louis-­Abel Beffroy de Reigny, Alma­­nach géné­­ral de tous les spec­­tacles de Paris et des pro­­vinces pour l’année 1791‑1792, Paris, Froullé, 1791‑1792, p. 239.

47 Ibid., p. 195.

48 Voir Philippe Corno, art. cit., p. 334.

49 Jacques Godechot, op.cit., p. 377.

50 Ibid., p. 291.

51 Dusaulx retrace les vio­­lences (« Ils nous conju­­raient de les ven­­ger […] leurs prières res­­sem­­blaient à des ordres, et plus d’une fois il n’a pas été pos­­sible d’y résis­­ter […] le peuple […] moins tou­­ché du sort des pri­­son­­niers que l’on trainait, que l’on immoloit de temps en temps, que de ce grand spec­­tacle [la foule en fête] voyoit cou­­ler le sang avec stu­­peur. Se dis­­si­­mu­­lant le car­­nage, il applaudissoit aux dépouilles sin­­gu­­lières pro­­me­­nées sous ses yeux») et évoque une foule en proie à un délire de ven­­geance dont l’auteur excuse de la sorte la bru­­ta­­lité: « dans le tumulte et la fer­­men­­ta­­tion de tous ces cou­­ra­­geux éga­­rés par l’impetuosité des pre­­miers mou­­ve­­ments, quelques vic­­times furent immo­­lées ; mais toutes ne furent pas éga­­le­­ment regret­­tables: ne l’impu­­tons qu’à l’aveugle fata­­lité. Notre nation, vio­­lente quelque­­fois, sur­­tout quand elle est exci­­tée, ne fut jamais cruelle ni atroce de sang-­froid». De l’Insur­­rec­­tion pari­­sienne et de la prise de la Bas­­tille, Paris, Debure, 1790, p. 116 et p. 132.

52 À titre d’exemple, citons la Prise du gou­­ver­­neur, sa fin tra­­gique ainsi que celle de Fou­­lon, Flesselles, Bertier, compo­­sée en 1790: « Le gou­­ver­­neur per­­fide/Veut en vain s’échap­­per, / Un sol­­dat intré­­pide / Par­­vint à le hap­­per. (Refrain) Eh mais oui-­dà ! / Comment peut-­on trou­­ver du mal à ça ? / Oh ! Nenni-­dà ! / Comment peut-­on trou­­ver du mal à ça ! / Ennemi de la France, / Votre règne est passé ; / Le temps de la ven­­geance / Est enfin arrivé (Refrain.) À de Launay, Flesselles, / À Bertier et Foullon, / On met une ficelle / Au-­dessous du men­­ton. (Refrain)», Michel Delon et Paul-­Édouard Levayer (eds.), Chan­­son­­nier Révo­­lu­­tion­­naire, Paris, Gallimard, 1989, p. 60.

53 » À mon arri­­vée à Paris on ne s’entre­­te­­nait que d’une conspi­­ra­­tion dont M. le comte d’Artois et d’autres princes étaient les chefs. Il ne s’agis­­sait rien moins, pour eux, que de faire exter­­mi­­ner une grande par­­tie de la popu­­la­­tion pari­­sienne et de réduire ensuite à la condi­­tion d’esclave tout ce qui, dans la France entière, n’aurait échappé au mas­­sacre qu’en se met­­tant hum­­ble­­ment à la dis­­po­­si­­tion des nobles, en ten­­dant sans murmu­­rer les mains aux fers pré­­parés par les tyrans. Si Paris n’eut pas décou­­vert à temps cet affreux complot, c’en était fait, jamais crime plus épou­­van­­table n’aurait été consommé. Ainsi n’a-­­t-on pu son­­ger qu’à tirer une écla­­tante ven­­geance de cette per­­fi­­die dont il n’y a pas d’exemple dans l’His­­toire. On s’y est résolu, et on n’épar­­gnera ni les auteurs prin­­ci­­paux de la conju­­ra­­tion ni leurs adhé­­rents. Les exé­­cu­­tions ont commencé sans épui­­ser un trop juste res­­sen­­ti­­ment. La fureur du peuple est loin d’être apai­­sée par la mort du gou­­ver­­neur de la Bas­­tille», dans Jacques Godechot, op.cit., p. 375.

54 » Fran­­çais, vous exter­­mi­­nez les tyrans ! Votre haine est révol­­tante ! Elle est affreuse […] Mais vous serez libres enfin ! je sens, ô mes conci­­toyens ! combien ces scènes révol­­tantes affligent votre âme ; comme vous, j’en suis péné­­tré. Mais son­­gez combien il est igno­­mi­­nieux de vivre et d’être esclave !», dans ibid., p. 376.

55 » Cou­­ra­­geux citoyens, & vous mes cama­­rades, vous êtes suf­­fi­­sam­­ment ven­­gés. Nous avons été témoins du sup­­plice que le gou­­ver­­neur & ses complices viennent de souf­­frir ; il ne pou­­vait être plus rigou­­reux: ils sont morts. […] ma haine & ma juste fureur se sont éva­­nouies à la vue de leur tré­­pas, car enfin c’étaient des hommes […] nous les avons conduits jusques sur la place de l’hôtel de ville, & là un peuple immense, furieux & impa­­tient de se ven­­ger, nous a arra­­ché l’inhu­­main gou­­ver­­neur, l’a foulé aux pieds, l’a percé de mille coups, & enfin lui a tran­­ché la tête, qu’on a mise aus­­si­­tôt au bout d’une lance, & dont on ras­­sa­­sie les regards avides de tout le peuple. Tâchons, Mes­­sieurs, d’arrê­­ter le cours de cette der­­nière ven­­geance ; elle est bar­­bare, révol­­tante: elle est indigne des Fran­­çais. D’ailleurs, les crimes des traîtres sont expiés» (p. 57) ; la mort de Flesselles est par contre mise sur le compte de traîtres inconnus crai­­gnant qu’il ne dévoile d’autres complices et qui « se sont sai­­sis avec vio­­lence du pré­­vôt des mar­­chands pour lui brû­­ler la cer­­velle, & sa tête est por­­tée auprès de celle du zélée par­­ti­­san de ses crimes» (p. 58).

56 » Sans doute vous savez quel fut son triste sort ? / Entraîné par un peuple avide de sa mort. / Il en fut déchiré. Cet hor­­rible sup­­plice / Fut trop prompt, trop cruel, pour être une injus­­tice ; / il méri­­tait la mort. Mais ces bar­­bares coups, / S’ils sont dignes de lui, sont indignes de nous» (p. 48).

57 Au début du troi­­sième acte, l’auteur rap­­pelle que « Cet acte occupe la jour­­née du mardi 14juillet, et la nuit de ce même jour au mer­­credi 15. Quoique tous les papiers publics en ayent fourni les détails, on ne sera, je crois, pas faché de suivre cette atro­­cité dans tous ses points». Si Brizard évoque le « détail affli­­geant, et bien fait pour nous faire gémir éter­­nel­­le­­ment sur la bar­­ba­­rie des grands» (p. 80), il montre aussi les vain­­cus traî­­nés à l’hôtel de ville au cri de « Les monstres ! Les bar­­bares !» (p. 79) et trai­­tés de « cri­­mi­­nels de leze-­nation» (p. 83), ainsi que la des­­crip­­tion des citoyens criant « au reverbère ! au reverbère !» ou « Point de grace, point de grace.», de la sorte que « Tout le peuple emploie la vio­­lence, pour des­­cendre au sup­­plice les sieurs de Launay et du Pujet» (p. 81). De même, une note décrit « le peuple [qui] s’occupe à dépla­­cer le reverbere du coin du roi. Il y sus­­pend une corde des­­ti­­née à mes­sieur de Launay et du Pujet, et à quelques inva­­lides: de tems en tems il s’inter­­rompt, en s’é­criant, faites-­les des­­cendre !» (p. 80).

58 L’accu­­sa­­tion de Flesselles est ren­­for­­cée par une note en bas de page: « A-­­t-on vu jamais l’exemple d’un pareil arti­­fice ? Aris­­to­­crate infame, tu couvres ta per­­fi­­die d’un voile encore plus atroce, que tu parois dési­­rer le bon­­heur d’un peuple qui t’a confié sa des­­ti­­née. Dis-­moi, infer­­nal bour­­reau du des­­po­­tisme, est-­ce le moment de re­fléchir, quand le glaive est sus­­pendu sur notre tete, et que l’on ne nous laisse d’autre choix qu’un affreux escla­­vage, ou la mort ?» (p. 50).

59 Hans-­Jürgen Lüsebrink, « La Prise de la Bas­­tille: archéo­­lo­­gie…», art. cit., p. 123 ; Lüsebrink fait encore remar­­quer que cette ten­­dance sous-­tend bien les dis­­cours de 1793‑1794: « While the military side of 14 July […] takes up more and more room in speeches on 14 July, other elements are consciously or unconsciously pushed into the backgrounds and repressed: the fear of a conspiracy, the scene of mas­­sacre, the des­­crip­­tions of vio­­lence, but also the triumph of the conquerors of the Bas­­tille and the portrayal of individual Vain­­queurs», A history…, op.cit., p. 159.

60 La Fête du Gre­­na­­dier se ter­­mine par la célé­­bra­­tion de la Ville, de la Liberté et du Roi, dont l’on fait défi­­ler un buste avec l’ins­­crip­­tion « Au Res­­tau­­ra­­teur de la Liberté» pen­­dant qu’on chante ces cou­­plets: « Fran­­çais, voilà votre Monarque, / De tous les Rois le plus chéri ! / Dans son cœur il porte la marque / Qui fait encore bénir Henri. / Bonté, bien­­fai­­sance, / Voilà ses ver­­tus & sa loi ! / C’est libre­­ment qu’on peut crier en France: / Vive le Roi ! Vive le Roi ! (bis)» (p. 13) ; Col­lot d’Herbois évoque LouisXVI comme « le Roi, ce bon Roi […] au milieux d’eux [les membres de l’Assem­­blée Natio­­nale] comme un père parmi ses enfants, qui sembloit dire d’avance & au fond du cœur, ce qu’un moment après il a juré: je main­­tien­­drai la Liberté» (p. 40) ; Brizard aussi a soin pen­­dant tout son ouvrage de sou­­li­­gner que le sou­­ve­­rain est tout à fait étran­­ger au complot, alors que seul David semble sou­­le­­ver quelques doutes à cet égard: au major qui, ins­­truit du complot, demande si « un roi que la bonté carac­­té­­rise a pro­­noncé un ordre aussi cruel [tirer sur les pari­­siens]» le capi­­taine répond: « Vou­­loir appro­­fon­­dir de sem­­blables secrets est un crime ; ne nous en ren­­dons point cou­­pables. Notre sou­­mis­­sion est aveugle: le roi commande, nous devons obéir» (p. 10‑11).

61 D’après les Registres des feux n. 130.21 des Archives de la Comé­­die Fran­­çaise, tous les Noirs les plus célèbres jouent un rôle lors de la pre­­mière, ce qui ferait pen­­ser que la pièce avait été sou­­mise à la par­­tie modé­­rée de la troupe, voir aussi Noëlle Guibert-Jacqueline Razgonnikoff, Le Jour­­nal de la Comé­­die fran­­çaise. 1789‑1799. La comé­­die aux trois cou­­leurs, Sides, Antony, 1989, p. 130.

62 Telles, à titre d’exemples, les expres­­sions « >Bénir le Roi bien­­fai­­sant qui a pré­­paré le bon­­heur de son peuple<» (f. 18), « >la gloire du trône<» (f. 47), « >les ver­­tus d’un roi citoyen<» (f. 58), « des citoyens égaux qui concou­­raient >avec le monarque< à la for­­ma­­tion des lois» ou le « >Vive le roi !<» à la fin de l’ouvrage. Pour une plus grande clarté, j’indique les ratures entre > < et les ajouts entre ^ ^.

63 Becquet: modi­­fi­­ca­­tion que l’auteur d’une pièce apporte à son texte lors d’une répé­­tition.

64 La page de titre pré­­sente l’ajout manus­­crit selon lequel la pièce a été « remise le 15juillet 1792».

65 » Qui rend >du bon Louis tous les sujets> ^les citoyens^ égaux» (p. 6) ; « Ah ! çà, n’oublions pas de boire à la santé / >Du bon roi des Fran­­çais… Car c’est aussi sa fête. / A lui. / < ^de la Nation ; c’est aujourd’hui sa fête^ (Tous les convives ensemble). >Vive le Roi !< ^Vive la Nation !^» (p. 36) ; « >[Le duc] J’ai pris mon cœur pour guide, et mon roi pour modèle. / Au bon­­heur de son peuple il s’est sacri­­fié: / il s’en est bien déclaré le père: / Avec tous ses enfants, je veux agir en frère<» (p. 38) ; « >Et chan­­tons, vive la loi /La nation, et le roi<» (p. 42) ; « L’armée entière s’é­crie/ >Avec le peuple et le roi< ^Des tyrans soyons l’effroi !^ / Vaincre ou mou­­rir pour la loi» (p. 43).

66 Voir BN Ms., Fr. 9254, signalé dans André Tissier, op.cit., p. 473. Les deux manus­­crits, écrits de la même main, sont indi­­qués comme auto­­graphes dans le cata­­logue.

67 Voir aussi André Tissier, op.cit., p. 173.

68 Sur l’un des manus­­crits, les vers « Obéir à ses rois, ou ser­­vir sa patrie/ Pour tous deux à la fois sacri­­fier sa vie» (p. 22 de l’édi­­tion) sont rem­­pla­­cés sur becquet par « Combattre les tirans et ser­­vir la Patrie, / pour elle dans tous temps sacri­­fier sa vie» (f. 232 r). De même, la tirade du Grenadier « >Grand roi ! Des cœurs per­­vers, de lâches cour­­ti­­sans / Vou­­draient d’un joug chéri nous peindre impa­­tients ; / Nous offrir mépri­­sant les pou­­voirs les plus justes ; / Ren­­ver­­sant sans respect les lois les plus augustes ; / Ils égarent ton cœur. C’est contre eux aujourd’hui / Que ton juste corroux doit cher­­cher un appui. / Reviens de ton erreur ; vois ce peuple fidèle, / Brû­­lant pour lui d’amour, plein de crainte & de zèle. / Vois le fier, mais sou­­mis ; volage, mais constant, / Et vois dans ce trans­­port, l’écho du sen­­ti­­ment !<» (p. 36 de l’édi­­tion) est sup­­pri­­mée et rem­­pla­­cée sur becquet par un simple « Au bien de la patrie» (f. 213 v) et « À notre Nation» (f. 240 r).

69 Les pièces du cor­­pus tra­­duisent encore le sen­­ti­­ment des contem­­po­­rains ; ainsi que le sou­­ligne, entre autres, Lynn Hunt, à par­­tir de juin 1791 et pen­­dant les mois suivants, l’ico­­no­­gra­­phie aussi pré­­sente une figure du roi de plus en plus ridi­­cu­­li­­sée et dénuée des marques de la royauté: Lynn Hunt, Le roman fami­­lial de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Paris, Albin Michel, 1995, p. 59 sq.

70 L’ouvrage retrace l’éva­­sion de Latude et de son compa­­gnon d’Alègre comme si elle avait eu lieu le 13juillet 1789 et non en 1756, per­­met­­tant de la sorte à l’auteur de faire par­­ti­­ci­­per les deux pri­­son­­niers à la célèbre jour­­née.

71 Par exemple, on retrouve le « ô siecle ô mémoire» repris par Dusaulx dans son ouvrage, ainsi qu’un épi­­sode cité par celui-­ci concer­­nant un jeune assié­­geant qui déguise son père pour le faire sor­­tir de la for­­te­­resse où il fai­­sait par­­tie de la gar­­ni­­son, voir Dusaulx, op.cit., p. 48. Encore, tout le pas­­sage pathé­­tique sui­­vant est entiè­­re­­ment copié de l’ouvrage de Linguet: « sen­­tir que l’on a sur sa tête ou sous ses pieds un être mal­­heu­­reux, à qui l’on pourroit don­­ner, ou de qui l’on pourroit rece­­voir du sou­­la­­ge­­ment ; l’entendre mar­­cher, sou­­pi­­rer ; pen­­ser qu’on n’en est éloi­­gné que d’une demi-­toise ; combi­­ner sans cesse le plai­­sir de fran­­chir cet espace et l’impos­­si­­bi­­lité d’y réus­­sir ; avoir éga­­le­­ment à s’affli­­ger, et du fra­­cas qui annonce un nou­­veau venu, condamné à par­­ta­­ger vos fers, sans les allé­­ger, et du silence de ces cachots, qui vous aver­­tit qu’un des compa­­gnons de votre misere a été plus for­­tuné que vous, c’est un tour­­ment [sup­­plice dans les Mémoires] dont on ne peut pas se for­­mer d’idée.» (p. 18), voir M. Linguet, Mémoires sur la Bas­­tille, Londres, Spilsbury, 1783, p. 62‑63.

72 Notam­­ment sont évo­­qués et pré­­sen­­tés sur scène non seule­­ment la fameuse échelle, mais aussi, par exemple, la flûte bien men­­tion­­née par Latude dans ses Mémoires, ainsi que d’autres épi­­sodes de vie quo­­ti­­dienne. Voir Le Des­­po­­tisme dévoilé, ou Mémoires de Henri Masers de Latude, détenu pen­­dant trente-­cinq ans dans diverses pri­­sons d’État, rédi­­gés sur les pièces ori­­gi­­nales par M.Thiéry, Paris, Lejay fils, 1790, 3 vols.

73 Brizard affiche de la sorte son insou­­ciance à l’égard de l’esthé­­tique clas­­sique: « Point d’unité de tems, point d’unité de lieu ; elles étaient impos­­sibles, ou les évé­­ne­­ments alté­­rés […] auroient fait accu­­ser notre Ecrivain de sacri­­fier la vérité aux règles gênantes de l’élo­­quence» (p. 3‑4) ; de même, David réclame de l’indul­­gence pour un ouvrage qui pré­­sente « des fautes contre les règles de l’art dra­­ma­­tique, & peu de connais­­sance du théâtre» mais estime que « le public souf­­frira […] plus aisé­­ment que je me sois écarté des prin­­cipes de l’art pour suivre la vérité, qu’il ne me par­­don­­ne­­rait de m’être écarté de la vérité pour suivre l’art exac­­te­­ment» (p. 3‑4).

74 Frantz Funck-­Brentano, Intro­­duc­­tion à Mémoires authen­­tiques de Latude, Paris, Fayard, 1795, p. 39.

75 Sophie Mar­­chand, op.cit., p. 220.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paola Perazzolo, « La dramatisation de la prise de la Bastille pendant la Révolution : représentations et révisions », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 49-68.

Référence électronique

Paola Perazzolo, « La dramatisation de la prise de la Bastille pendant la Révolution : représentations et révisions », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12416 ; DOI : 10.4000/ahrf.12416

Haut de page

Auteur

Paola Perazzolo

Paola PERAZZOLO
Université de Vérone
ANR THEREPSICORE
Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature françaises
des XVIIe et XVIIIe siècles
(CELLF 17 -18 siècles, Université Paris IV)
paola.perazzolo@univr.it

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org