Navigation – Plan du site
Articles

Marianne sur les planches : les héroïnes anonymes du théâtre de la Révolution française (1793-1798)

Marianne on the Stage : Anonymous Heroines in the Theater of the French Revolution (1793-1798)
Eva Bellot
p. 69-92

Résumés

Les faits historiques du théâtre de la Révolution française (1789-1799) mettent en scène une promotion de la figure de l’héroïne populaire. À travers le poids dramatique et idéologique qu’elles acquièrent, ces figures féminines passent du statut d’anonymes à celui d’héroïnes mythiques et emblématiques de la lutte républicaine. Au-delà des stéréotypes sur l’exclusion des femmes du phénomène révolutionnaire, ces pièces construisent une représentation contrastée, permettant de réévaluer la place symbolique et sociale des femmes en Révolution.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce point voir Lynn Hunt, « Pour­­quoi la Répu­­blique est-­elle une femme ? La sym­­bo­­lique r (...)
  • 2 Voir sur cette ques­­tion les ouvrages sui­­vants : Paule-­Marie Duhet, Les Femmes et la Révo­­lu­­ (...)

1L’élec­­tion de Marianne comme allé­­go­­rie de la Répu­­blique ne consti­­tue pas l’un des moindres para­­doxes de la Révo­­lu­­tion. Tour à tour qua­­li­­fiée de « gueuse » ou d’idole, tan­­tôt mère de la patrie ou vierge répu­­bli­­caine, sa légi­­ti­­mité emblé­­ma­­tique a été sujette à de nom­­breux débats dès 1792, qui remet­­taient en cause le choix de l’allé­­go­­rie fémi­­nine pour sym­­bo­­li­­ser la Répu­­blique1. Relent de miso­­gy­­nie de la part des dépu­­tés de la Conven­­tion ? C’est en tout cas la repré­­sen­­ta­­tion qui a long­­temps pré­­do­­miné dans l’ima­­gi­­naire col­­lec­­tif : les femmes, relé­­guées au rang de parentes pauvres de la Révo­­lu­­tion, reconnues citoyennes sans pou­­voir exer­­cer plei­­ne­­ment leurs droits civiques, auraient été les grandes absentes du pro­­ces­­sus révo­­lu­­tion­­naire. Cer­­taines études d’his­­to­­riens des idées ont néan­­moins per­­mis de rééva­­luer par­­tiel­­le­­ment ce pré­­jugé, en mon­­trant que l’exclu­­sion poli­­tique de fait n’avait pas empê­­ché une influ­­ence au niveau des repré­­sen­­ta­­tions et de la men­­ta­­lité contem­­po­­raines2. La cocarde arbo­­rée par Marianne n’était pas exclu­­si­­ve­­ment orne­­men­­tale.

  • 3 Voir notam­­ment Lynn Hunt, Le Roman fami­­lial de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, tra­­duc­­tion Je (...)
  • 4 Serge Bianchi, La Révo­­lu­­tion cultu­­relle de l’an II, élites et peuples, Paris, Aubier, 1982.
  • 5 Bour­­don de la Crosnière et Thibaudeau, Recueil des actions héroïques et civiques des Répu­­bli­­c (...)

2Si Marianne consti­­tue un point de départ inté­­res­­sant pour abor­­der la ques­­tion des femmes, c’est parce qu’elle invite d’emblée à pen­­ser la ques­­tion de la sexua­­li­­sa­­tion des repré­­sen­­ta­­tions allé­­go­­riques qui ont struc­­turé la men­­ta­­lité révo­­lu­­tion­­naire tant sur un plan poli­­tique concret que dans les sché­­mas popu­­laires inconscients3. Une fois le meurtre de la mère-­reine accom­­pli, la géné­­ra­­tion des filles de la Révo­­lu­­tion a donné lieu à bien des fan­­tasmes idéo­­lo­­giques pre­­nant sou­­vent la forme de sché­­mas anta­­go­­nistes : fémi­­nité ou androgynie, mater­­nité ou vir­­gi­­nité répu­­bli­­caine, famille ou patrie. Au même titre que leurs homo­­logues mas­­cu­­lins, les femmes de la Révo­­lu­­tion n’ont pas échappé au pro­­ces­­sus d’héroïsation mas­­sive encou­­ragé par les auto­­ri­­tés. La Conven­­tion natio­­nale décréta un vaste élan de régé­­né­­ra­­tion morale4, auquel les artistes furent asso­­ciés : lors du célèbre concours de pein­­ture de l’an II, de nou­­veaux héros popu­­laires firent leur appa­­ri­­tion parmi les sujets repré­­sen­­tés, emprun­­tés pour la plu­­part au Recueil des actions héroïques et civiques des Répu­­bli­­cains5 dif­­fusé par les auto­­ri­tés. Ces nou­­veaux exemples de héros citoyens accom­­pa­­gnèrent une redé­­fi­­ni­­tion élar­­gie de la notion d’héroïsme, ne s’apparentant plus seule­­ment à l’exploit mili­­taire mais inté­­grant la repré­­sen­­ta­­tion d’« actions ver­­tueuses » telles que le sacri­­fice désin­­té­­ressé ou la piété filiale. La muta­­tion héroïque inves­­tis­­sait désor­­mais la sphère domes­­tique en glo­­ri­­fiant les héros du quo­­ti­­dien au-­delà des hié­­rar­­chies sociales, générationnelles et sexuelles. Ce pro­­ces­­sus de démo­­cra­­ti­­sation héroïque n’épar­­gna aucun pan de la société révo­­lu­­tion­­naire, qu’il concerne les grands hommes de la Révo­­lu­­tion – Marat, Le Peletier, Desilles – ou de jeunes citoyens issus du peuple – Agricol Viala ou le jeune Barra – s’étant dis­­tin­­gués par une action répu­­bli­­caine. L’élar­­gis­­se­­ment pyra­­mi­­dal de l’accès à la dignité héroïque concerna aussi les femmes, citoyennes ano­­nymes dont – et c’est là un phé­no­­mène symp­­to­­ma­­tique – les noms ont été oubliés pour la plu­­part, vic­­times de l’eupho­­rie exal­­tée pour ces gloires de l’ins­­tant qui ne par­­vinrent pas à sur­­vivre dans la mémoire col­­lec­­tive au-­delà de la décen­­nie révo­­lu­­tion­­naire. Deux exemples, tirés eux aussi du Recueil des actions héroïques et civiques des Répu­­bli­­cains fran­­çais, se sin­­gu­­la­­risent parmi la gale­­rie des citoyennes ano­­nymes popu­­laires : l’héroïne de Saint-­Milhier et la citoyenne Bergougnoux. Excep­­té ces deux figures – dont il faut d’ailleurs rela­­ti­­vi­­ser la popu­­la­­rité, très cir­­conscrite à notre période – l’héroïne révo­­lu­­tion­­naire est retom­­bée dans l’ano­­ny­­mat aussi rapi­­de­­ment qu’elle en était sor­­tie.

  • 6 Nous incluons dans cet ensemble toutes les formes brèves qui ne pré­­sentent pas néces­­sai­­re­­me (...)
  • 7 Nous les énu­­mé­­rons par ordre chro­­no­­lo­­gique de pre­­mière repré­­sen­­ta­­tion, entre 1793 (...)

3Si l’ico­­no­­gra­­phie et les recueils d’édu­­ca­­tion furent les prin­­ci­­pales sources de ce réper­­toire héroïque fémi­­nin, le théâtre ser­­vit aussi d’ins­­tru­­ment de la popularisation de ces héroïnes répu­­bli­­caines. À défaut d’accès à l’éga­­lité civile et poli­­tique, le per­­son­­nage fémi­­nin conquit l’éga­­lité dra­­ma­­tique sur les planches. Une étude sur l’héroïne dans le théâtre de la Révo­­lu­­tion néces­­si­­te­­rait qu’on y consacre un volume entier, rai­­son pour laquelle nous avons choisi de res­treindre notre approche à une par­­tie du réper­­toire sou­­vent délais­­sée, à savoir la caté­­go­­rie des faits his­­to­­riques en un ou deux actes met­­tant en scène une héroïne his­­to­­rique ou pré­­sen­­tée comme telle6. Ces petites pièces, sou­­vent don­­nées à l’issue d’une grande pièce en cinq actes, consti­­tuent un abon­­dant cor­­pus à la fois cohé­­rent dans son ambi­­tion et hété­­ro­­clite dans ses réa­­li­­sa­­tions. Cohé­­rent parce que le sujet de leur intrigue et la repré­­sen­­ta­­tion de cette der­­nière s’apparentent à une commé­­mo­­ra­­tion répu­­bli­­caine ten­­dant à l’héroïsation fré­­né­­tique en masse. Hété­­ro­­clite aussi car les repré­­sen­­ta­­tions héroïques n’ont cessé de se fis­­su­­rer et de se dépla­­cer au cours de la décen­­nie où la rup­­ture poli­­tique mar­­quée par Ther­­mi­­dor amorce un inflé­­chis­­se­­ment des repré­­sen­­ta­­tions de l’héroïne. Nous avons ainsi sélec­­tionné une dizaine de faits his­­to­­riques7, tous écrits et repré­­sen­­tés entre 1793 et 1798, qui témoignent des muta­­tions de la repré­­sen­­ta­­tion de l’héroïne, entre confor­­misme répu­­bli­­cain et résis­­tance idéo­­lo­­gique.

  • 8 Voir notam­­ment les tra­­vaux de Lynn Hunt, Politics, culture and class in the French Revolution, (...)
  • 9 Oli­­vier Blanc, Marie-­Olympe de Gouges, une huma­­niste à la fin du xviiiesiècle, Paris, Édi­­tio (...)
  • 10 Encore que l’abon­­dance des tra­­vaux cri­­tiques sur Char­­lotte Corday concerne sur­­tout la que (...)
  • 11 Nicolas Boileau, Art poé­­tique, Epître I, « Au Roi», v. 94.

4La plu­­part des tra­­vaux sur la ques­­tion de l’héroïne ont été entre­­pris par des his­­to­­riens de l’art ou des idées, notam­­ment à tra­­vers des tra­­vaux sur l’ico­­no­­gra­­phie et l’his­­toire de la société8. Quelques héroïnes célèbres de l’His­­toire comme Olympe de Gouges ou Théroigne de Méricourt ont, quant à elles, fait l’objet de bio­­gra­­phies et de mono­­gra­­phies ponc­­tuelles9. La ques­­tion de l’héroïne dra­­ma­­tique – en dehors du cas Char­­lotte Corday10 – n’a pas sus­­cité d’étude syn­­thé­­tique ni même par­­tielle. Or la démo­­cra­­ti­­sation héroïque amor­­cée sous l’ère révo­­lu­­tion­­naire invite à rééva­­luer l’impact dra­­ma­­tique des per­­son­­nages fémi­­nins. Au moment où la Répu­­blique élit ses figures tuté­­laires, la ques­­tion de la place dévo­­lue à l’héroïne dans le réper­­toire appa­­raît légi­­time et peut sans doute contri­­buer à enri­­chir l’his­­toire des repré­­sen­­ta­­tions. La mise en appli­­ca­­tion dra­­ma­­tique des actions héroïques rap­­por­­tées dans les recueils à l’usage du peuple par­­ti­­cipe du pro­­ces­­sus d’héroïsation de la citoyenne ano­­nyme par la média­­tion du théâtre. À la concep­­tion tra­­di­­tion­­nelle de l’héroïne tra­­gique tirée de l’Anti­­quité gréco-­romaine ou des modèles aris­­to­­cra­­tiques de l’Ancien Régime se sub­­sti­­tue la figure de l’héroïne répu­­bli­­caine au cœur de l’action dra­­ma­­tique et du pro­­jet idéo­­lo­­gique qui la motive. « On peut être héros sans rava­­ger la terre11 », écri­­vait Boileau dans ses Épîtres, sanc­­tion­­nant la dicho­­to­­mie entre l’héroïsme homé­­rique des exploits mili­­taires et l’héroïsme de carac­­tère, celui de la gran­­deur d’âme et de l’exer­­cice de la vertu. La place dévo­­lue à l’héroïne au sein de ce réper­­toire à l’usage des classes popu­­laires semble accré­di­­ter cette repré­sen­­ta­­tion d’un héroïsme inté­­rio­­risé et spon­­tané. Non qu’il faille lire dans ce cor­­pus les signes ana­­chro­­niques d’une reven­­di­­ca­­tion fémi­­niste ; néan­­moins, cette pro­­mo­­tion héroïque révèle que quelque chose d’ordre poli­­tique se construit dans la mise en place de l’ethos sté­­réo­­typé du per­­son­­nage fémi­­nin. Ces figures, dont la plu­­part sont pré­­sen­­tées comme des anec­­dotes his­­to­­riques réelles, par­­ti­­cipent d’une volonté de mythification du corps popu­­laire par la vertu acces­­sible de l’exem­­pla­­rité. Elles esquissent tour à tour les mul­­tiples visages d’une Marianne per­­son­­ni­­fiée en chair et en os, bien avant que le buste de marbre ne vienne défi­­ni­­ti­­ve­­ment figer l’allé­­go­­rie répu­­bli­­caine.

L’héroïsme du quo­­ti­­dien : mise en appli­­ca­­tion dra­­ma­­tique

5Sans doute faut-­il au préa­­lable évo­­quer ce qui consti­­tua le sup­­port prin­­ci­­pal des auteurs dra­­ma­­tiques pour éla­­bo­­rer leur intrigue et le per­­son­­nage de l’héroïne répu­­bli­­caine. La presse et les recueils héroïques dif­­fu­­sés par la Conven­­tion four­­nirent les prin­­ci­­paux sujets par l’abon­­dance et la diver­­sité inédite des modèles héroïques qu’ils pro­­po­­saient. Dans le pré­­am­­bule du Recueil des actions héroïques et civiques des Répu­­bli­­cains fran­­çais, les auteurs jus­­ti­­fient le cri­­tère idéo­­lo­­gique qui a pré­­sidé à la sélec­­tion des anec­­dotes :

  • 12 Bour­­don de la Crosnière et Thibaudeau, op. cit., p.3‑4.

« Nous aurions pu rem­­plir ce numéro et beau­­coup d’autres ensuite, de récits plus saillants ; nous aurions pu y réunir un ensemble de traits tous plus héroïques les uns que les autres ; de ces traits qui pro­­voquent d’autant plus l’admi­­ra­­tion qu’ils paraissent sur­­pas­­ser les forces ordi­­naires de la nature. (L’éner­­gie des Répu­­bli­­cains fran­­çais, le sublime enthou­­siasme de la Liberté, qui élève l’homme au-­dessus de lui-­même, nous garan­­tis­­sait que les maté­­riaux ne nous man­­que­­raient pas). Mais nous avons voulu ména­­ger les jouis­­sances de nos lec­­teurs : nous avons pensé que des traits de pro­­bité, de désin­­té­­res­­se­­ment dont la Conven­­tion natio­­nale avait entendu le récit avec inté­­rêt, figu­­re­­raient sans désa­­van­­tage à côté de traits d’héroïsme, dans un recueil dont l’objet est de pré­­sen­­ter à la jeu­­nesse fran­­çaise le tableau des ver­­tus de ses pères et de ses contem­­po­­rains, d’exci­­ter et d’entre­­te­­nir la sen­­si­­bi­­lité si natu­­relle à cet âge.
Voici la marche que nous avons sui­­vie. Chaque numéro contien­­dra d’abord un récit des pre­­miers évé­­ne­­ments de la révo­­lu­­tion ; les dif­­fé­­rents traits d’héroïsme et de civisme seront variés de manière à évi­­ter l’uni­­for­­mité : tan­­tôt, ce sera un trait de désin­­té­­res­­se­­ment ; une action héroïque lui suc­­cé­­dera et sera sui­­vie d’un sen­­ti­­ment de piété filiale »12.

6Par l’intro­­duc­­tion de ce texte jus­­ti­­fi­­catif du pro­­jet idéo­­lo­­gique à l’ori­­gine de la rédac­­tion du recueil, les dépu­­tés de la Conven­­tion reconnaissent la diver­­sité des actions héroïques à tra­­vers un spectre élargi. Dans une volonté péda­­go­­gique mani­­feste, ils veulent ancrer chez les futurs citoyens l’idée que la valeur n’attend pas le nombre des années et que tout acte de dévoue­­ment peut s’avé­­rer pro­­fi­­table à la Répu­­blique. La sélec­­tion opé­­rée par le recueil laisse donc place à un large éven­­tail de repré­­sen­­ta­­tions par l’évo­­ca­­tion de héros d’âge et de sexe dif­­fé­­rents. En pro­­mou­­vant les formes d’un héroïsme domes­­tique du côté de la vertu plus que de l’exploit, la nou­­velle Bible répu­­bli­­caine prend garde de n’exclure aucun citoyen. La démarche consiste par ailleurs à rela­­ter le fait le plus sim­­ple­­ment et le plus briè­­ve­­ment pos­­sible, sans effet d’emphase ni de style recher­ché. D’où l’ari­­dité nar­­ra­­tive de ces récits héroïques pro­­vin­­ciaux accu­­mu­­lés en cata­­logue.

7La mise en appli­­ca­­tion dra­­ma­­tique des ces faits héroïques cor­­res­­pon­­dait à une double ambi­­tion : sur un plan idéo­­lo­­gique, il s’agis­­sait d’étendre la por­­tée de ces anec­­dotes his­­to­­riques pro­­vin­­ciales au niveau natio­­nal au même titre que les grands hommes de la Révo­­lu­­tion étaient deve­­nus l’objet d’un culte popu­­laire ; sur le plan dramaturgique, la repré­­sen­­ta­­tion in medias res de l’héroïne citoyenne fai­­sait appel à une dyna­­mique de catharsis posi­­tive fon­­dée sur la vertu de l’exemple. Avec l’avè­­ne­­ment de l’héroïne ano­­nyme mythifiée, la mobi­­li­­sa­­tion répu­­bli­­caine gagne la sphère des théâtres de pro­­vince. Grâce à la pro­­mo­­tion de cette figure popu­­laire, les hommes de l’an II espé­raient éveiller et tou­­cher la fibre répu­­bli­­caine ins­­crite dans les âmes citoyennes. D’autant que le cou­­rant idéo­­lo­­gique tra­­di­­tion­­nel asso­­ciant la fémi­­nité aux ver­­tus de dévoue­­ment et de sacri­­fice, et donc à l’espace domes­­tique plu­­tôt qu’à la sphère publique, fai­­sait par­­tie inté­­grante des repré­­sen­­ta­­tions entre­­te­­nues par les auto­­ri­­tés jaco­­bines à par­­tir de l’an II. Dans un article consa­­cré à la figure de la femme révo­­lu­­tion­­naire au théâtre entre 1789 et 1794, An­nette Graczyk écrit :

  • 13 An­nette Graczyk, « L’image de la femme révo­­lu­­tion­­naire dans le théâtre fran­­çais de 1789 à (...)

« D’une manière géné­­rale, elles [les femmes] sont soli­­de­­ment arri­­mées à une concep­­tion de la nature émi­­nem­­ment rousseauiste. Au fond, c’est l’assi­­mi­­la­­tion de la femme à la nature –une nature telle que la voit la phi­­lo­­sophie des Lumières – qui en fait cet excellent élé­­ment de la sym­­bo­­lique révo­­lu­­tion­­naire et lui confère ses pro­­prié­­tés allé­­go­­riques de la déesse de la Liberté. Pen­­dant la domi­­na­­tion jaco­­bine la fémi­­nité devient, sur scène, acces­­soire d’un pay­­sage buco­­lique. Elle sym­­bo­­lise l’état d’inno­­cence natu­­relle que la Révo­­lu­­tion veut ré­instau­­rer dans toute son évi­­dence pre­­mière. À l’ins­­tar du bon sau­­vage – non moins fic­­tif – la « nature » fémi­­nine prend les traits d’une nature domes­­ti­­quée dont les aspects mena­­çants sont jugu­­lés par l’assi­­gna­­tion à son rôle social d’épouse et de mère. Quand on attend des femmes l’enga­­ge­­ment civique et le patrio­­tisme, on ne les sol­­li­­cite que dans le cadre res­treint de leur fémi­­nité : la femme incarne et contrôle l’aspect émo­­tion­­nel de la Révo­­lu­­tion. Elle sert d’ins­­tance régulatoire en influ­­en­­çant le civisme de son mari et de son fils. La jus­­tesse sociale de son ins­­tinct exclut les mariages poli­­ti­­que­­ment dou­­teux, la fait démas­­quer les contre-­révolutionnaires et les oppor­­tu­­nistes »13.

8Ce point de vue sou­­ligne deux aspects essen­­tiels de la repré­­sen­­ta­­tion fémi­­nine dans le réper­­toire : d’un côté l’ancrage de la femme dans un rôle fami­­lial – épouse ou mère – par la réfé­­rence à une forme d’ins­­tinct bio­­lo­­gique de pré­­ser­­va­­tion et d’inno­­cence morale, de l’autre le rôle poli­­tique d’ins­­tance régu­­la­­trice qui la condamne peu ou prou à l’inac­­tion ou bien à l’action de second plan.

  • 14 Jean-­Baptiste Radet, Le Canon­­nier conva­­les­­cent, fait his­­to­­rique en un acte et en vau­­de (...)

9Or cette repré­­sen­­ta­­tion ne recouvre que par­­tiel­­le­­ment la réa­­lité dra­­ma­­tique des textes : s’il est vrai que toutes les héroïnes de notre cor­­pus sont défi­­nies comme épouses et mères, elles n’en sont pas moins au cœur de l’action dra­­ma­­tique puisqu’elles agissent et prennent l’ini­­tiative du mou­­ve­­ment de sur­­saut répu­­bli­­cain. La forme du fait his­­to­­rique se prê­­tait par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment bien à la repré­­sen­­ta­­tion d’une action simple et exem­­plaire des­­ti­­née à ani­­mer les ver­­tus répu­­bli­­caines et l’esprit de patrio­­tisme. Il n’est pas rare que la repré­­sen­­ta­­tion mêle à la fois la repré­­sen­­ta­­tion du trait héroïque et sa célé­­bra­­tion immé­­diate sous forme d’un vau­­de­­ville ou d’un chœur final dont la por­­tée encomiastique s’accom­­pagne d’une inten­­tion péda­­go­­gique. Dans la scène finale du Canon­­nier conva­­les­­cent14, fait his­­to­­rique de l’an II, la jeune Julie, qui a sauvé et soi­­gné au péril de sa vie un canon­­nier répu­­bli­­cain, du nom de Beltonis, blessé lors d’un combat, se voit remettre une cou­­ronne civique par le maire du village devant les citoyens assem­­blés. Le commis­­saire pro­­nonce alors un fervent éloge de ce dévoue­­ment répu­­bli­­cain dont il est inutile de sou­­li­­gner la por­­tée méta-­théâtrale :

  • 15 Jean-­Baptiste Radet, ibid., scène 13, p.42.

« Citoyens, c’est par un sem­­blable dévoue­­ment qu’on acquiert et qu’on main­­tient la Liberté ; pre­­nez Beltonis pour modèle et vous serez dignes du beau titre de Répu­­bli­­cain. Et vous, citoyennes, imi­­tez l’inté­­res­­sante Julie ; soyez sen­­sibles et bien­­fai­­santes, comme elle, envers tous nos braves frères d’armes, et vous aurez, comme elle, bien mérité de la patrie »15.

  • 16 Ibid., p.42.

10Et de conclure quelques lignes plus loin dans le vau­­de­­ville sur l’exem­­pla­­rité morale de la conduite de Julie pour la jeune géné­­ra­­tion de citoyens : « Ah ! dès leur plus tendre jeu­­nesse, / De nos enfants for­­mons le cœur ; / A leurs yeux pra­­ti­­quons sans cesse / Les ver­­tus qui font le bon­­heur. / Avant que des écrits civiques / Puissent gui­­der leurs jeunes ans, / Que le tableau des mœurs publiques / Soient le livre de nos enfants »16. L’assi­­mi­­la­­tion du fait his­­to­­rique à un tableau dra­­ma­­tique vivant des ver­­tus répu­­bli­­caines ins­­crit en creux la voca­­tion péda­­go­­gique à l’œuvre.

  • 17 Note de la rédac­­tion : l’ortho­­graphe de cette héroïne varie selon les pro­­duc­­tions. Vée et B (...)
  • 18 La plus célèbre est la gouache de Jean-­Baptiste Lesueur, inti­­tu­­lée L’Héroïne de Milhier et acc (...)

11L’apo­­théose scé­­nique de ces gloires ano­­nymes éphé­­mères repose sur la dra­­ma­­ti­­sation d’une seule action qui vise à sou­­li­­gner la consti­­tution d’un ethos héroïque dans une dyna­­mique de révé­­la­­tion. Ces héroïnes ano­­nymes issues du peuple ont su se dis­­tin­­guer par un acte hors-­norme le plus sou­­vent pré­­senté comme un acte de révolte ou de résis­­tance poli­­tique face à un péril répu­­bli­­cain. Leur héroïsme n’excède pas l’ins­­tant de leur geste, après quoi elles s’en retournent à une vie labo­­rieuse. D’autant qu’à la dif­­fé­­rence d’un Barra ou d’un Agricol Viala, les héroïnes ano­­nymes n’accèdent pas à la dignité suprême du mar­­tyr tra­­gique : elles ne meurent pas et ne se sui­­cident pas mal­­gré leur sens aigu du sacri­­fice. Leur bra­­voure est entiè­­re­­ment concen­­trée dans l’action répu­­bli­­caine, sou­­li­­gnant le dévoue­­ment sans faille à la patrie. L’exemple le plus célèbre parmi notre cor­­pus est repré­­senté par un fait his­­to­­rique en un acte des citoyens Vée et Barral, inti­­tulé L’Héroïne de Mithier17, qui fut repré­­senté en l’an II et s’ins­­crit en droite ligne dans l’idéo­­lo­­gie jaco­­bine. L’héroïne de Mithier connut une popu­­la­­rité rapide grâce à la pro­­pa­­gande robespierriste qui récu­­péra ce fait divers hors-­norme pour l’éri­­ger en mythe répu­­bli­­cain : l’épi­­sode sus­­cita notam­­ment une vogue dans l’ico­­no­­gra­­phie contem­­po­­raine18. Dans le domaine théâ­­tral en revanche, le fait his­­to­­rique des citoyens Vée et Barral consti­­tue la seule pièce impri­­mée qui nous soit par­­ve­­nue.

  • 19 Vée et Barral, op. cit., scène 6, p.19.

12L’héroïne épo­­nyme, pré­­nom­­mée Catherine et femme du for­­ge­­ron Sans Quar­­tier, est pré­­sen­­tée comme une figure de la résis­­tance dans le combat qui oppose les Répu­­bli­­cains aux Ven­­déens insur­­gés. Pétrie d’idéa­­lisme répu­­bli­­cain, Catherine élève ses enfants dans le culte des valeurs jaco­­bines. Dans la scène 6, tan­­dis que les per­­son­­nages sont répar­­tis de sorte à for­­mer un tableau fami­­lial répu­­bli­­cain, elle fait lire à son jeune fils, Sans Souci, les tables de la loi répu­­bli­­caine qu’elle relaie avec fer­­veur – il s’agit ici d’un pas­­sage chanté – : « Sans Souci, lisant : Vois com’ un frère / Chaqu’ citoyen / Catherine, vive­­ment : Ô, mon fils ! retiens bien / Cette maxime chère (bis) / Sou­­tiens tes droits, / Respect aux lois ; / Brûle d’amour pour la patrie »19. Lorsque le toc­­sin sonne, signe de l’attaque pro­­chaine des Ven­­déens et d’une menace de combat immi­­nente, Catherine, loin de se mor­­fondre dans une dou­­leur pathé­­tique, pro­­nonce un beau mor­­ceau d’élo­­quence répu­­bli­­caine teinté de sublime :

  • 20 Ibid., scène 9, p.25.

« TYRANS ! Voilà le peuple que vous osez combattre ! Depuis l’enfant sor­­tant à peine du ber­­ceau, jusqu’au vieillard près de sa tombe, tout est élec­­trisé du même feu, du feu sacré de la Liberté ! et vous croyez nous réduire ? … Non !… non !… non ! jamais. La Liberté ou la mort !… (Après un moment de réflexion) Que les enne­­mis, s’ils viennent jusqu’ici, m’a dit Sans Quar­­tier, y trouvent leurs tom­­beaux, et nous des ven­­geurs… Oui, je serai digne de toi, et tes fils sui­­vront ton exemple ; si je leur don­­nai des leçons de civisme, de cou­­rage, c’est le moment d’en pro­­fi­­ter ; la Liberté enfanta des héros, je veux que mon sexe en compte aussi ; d’ailleurs, quand le dan­­ger est commun, tout le monde doit combattre »20.

13L’héroïne se trans­­forme dans ce pas­­sage en allé­­go­­rie per­­son­­ni­­fiée de la Répu­­blique, repre­­nant à son compte la devise répu­­bli­­caine exclu­­sive des Jaco­­bins de l’an II.Son dis­­cours conteste éga­­le­­ment l’exclu­­sion des femmes de la lutte armée sous pré­­texte d’une excep­­tion sociale qui les can­­ton­­ne­­rait à la sphère du foyer : dès lors que la Répu­­blique est en dan­­ger, toute âme citoyenne, quel que soit son sexe, doit s’enga­­ger ardem­­ment dans la résis­­tance. Le geste héroïque de l’héroïne est ainsi pré­­paré en amont de l’intrigue par la pein­­ture d’un carac­­tère excep­­tion­­nel. Lorsque les Ven­­déens pénètrent le seuil de sa mai­­son, Catherine s’empare d’un pis­­to­­let et vise un baril de poudre (pré­­cé­­dem­­ment apporté par son mari en pré­­vi­­sion des combats), moment d’acmé dra­­ma­­tique intense :

  • 21 Ibid., scène 11, p.27.

« UN BRI­­GAND, s’avan­­çant davan­­tage : Non, point de grâce.
CATHERINE, avec force : Point de grâce !… Non point de grâce. (Elle jette la cou­­ver­­ture du baril à bas, leur pré­­sente un pis­­to­­let, et l’autre sur la poudre.) Bri­­gands, au nom de la répu­­blique, armes bas, ou vous sau­­tez.
Les bri­­gands regardent du côté de la porte.
CATHERINE : Ne recu­­lez, ni n’avan­­cez, au moindre mou­­ve­­ment vous sau­­tez. Armes bas.
Les bri­­gands jettent les armes bas, et Catherine les tient en arrêt »21.

14Du dis­­cours à la mise en pra­­tique, le dévoue­­ment répu­­bli­­cain de l’héroïne se révèle sans faille et sus­­cite une tirade élo­­gieuse de l’époux dans l’avant-­dernière scène qui achève de faire pas­­ser Catherine du rang d’ano­­nyme à celui d’héroïne répu­­bli­­caine :

  • 22 Ibid., scène 12, p.29.

« SANS QUAR­­TIER, à sa femme : Et toi, femme géné­­reuse et sen­­sible, viens rece­­voir, dans les bras de ton époux, au nom de la patrie, le nom d’héroïne quelle te donne, et que la pos­­té­­rité te conser­­vera »22.

  • 23 Ibid., scène 1, p.4.

15D’héroïne, la citoyenne de Saint-­Milhier gar­­dera sur­­tout l’éti­­quette géné­­rique asso­­ciée à sa ville natale plu­­tôt que la pos­­té­­rité glo­­rieuse. L’exem­­pla­­rité de son action mus­­clée et virile ne lui per­­mit pas d’éga­­ler un degré de célé­­brité équi­­va­­lent à celui de Barra, réfé­­rence tuté­­laire convo­­quée à maintes reprises dans les dis­­cours des per­­son­­nages. Dans les deux pre­­mières scènes, Sans Quar­­tier évoque avec son fils, La Bra­­voure, l’héroïsme du héros ado­­les­­cent mort pour la patrie, don­­nant lieu à une remarque programmatique du père : « Eh bien ! L’expé­­rience nous prouve que les héros en France, sont de tout sexe et de tout âge […] »23. L’intrigue vien­­dra en expli­­ci­­ter toute la por­­tée. Que Barra consti­­tue la seule réfé­­rence héroïque des per­­son­­nages prouve qu’un trans­­fert générationnel s’est opéré : ces héroïnes de l’ins­­tant présent et de la géné­­ra­­tion révo­­lu­­tion­­naire ne se réfèrent plus aux héros de l’Anti­­quité ou à des modèles aris­­to­­cra­­tiques. L’ému­­la­­tion se pro­­duit désor­­mais au niveau hori­­zon­­tal entre les membres de la fra­­trie citoyenne et non d’après une hié­­rar­­chie ver­­ti­­cale. Peut-­être faut-­il voir dans cette course effré­­née à l’héroïsme, dépour­­vue de réfé­­rences cultu­­relles autres que celles de la décen­­nie révo­­lu­­tion­­naire, l’une des rai­­sons de leur absence de pos­­té­­rité au-­delà de leur contexte d’émer­­gence.

Por­­trait de l’héroïne ano­­nyme sous la Ter­­reur : Liberté, famille, patrie

16La vogue des faits his­­to­­riques connaît son apo­­gée pen­­dant la période qui va de l’an II à Ther­­mi­­dor, sou­­te­­nue par une pro­­pa­­gande mas­­sive à des­­ti­­nation du peuple sans-­culotte. La pro­­mo­­tion de l’héroïne prend appui sur une repré­­sen­­ta­­tion radi­­ca­­le­­ment mani­­chéenne : en bonne répu­­bli­­caine, l’héroïne doit sacri­­fier ce qu’elle a de plus cher à la patrie, situa­­tion qui donne lieu à une ten­­sion dra­­ma­­tique accen­­tuée par la briè­­veté épu­­rée du trait his­­to­­rique sur le plan de l’action. Confor­­mé­­ment au sou­­hait exprimé par les dépu­­tés de la Conven­­tion en pré­­am­­bule de leur Recueil des actions héroïques, celles-­ci ne sau­­raient se résu­­mer au coup d’éclat lors d’un combat. La bra­­voure de l’héroïne de Mithier fait même excep­­tion dans le cor­­pus. Un rapide repé­­rage sur la nature de l’action héroïque repré­­sen­­tée nous per­­met de mieux cer­­ner ce que recouvre la notion d’héroïsme au fémi­­nin pour les hommes de l’an II : le dévoue­­ment à la patrie et la loyauté répu­­bli­­caine en consti­­tuent les prin­­cipes fon­­da­­men­­taux. L’accès à la dignité héroïque de la figure fémi­­nine passe par la mise en valeur de son rôle social en tant qu’épouse ou mère, pre­­mier vec­­teur d’inté­­gra­­tion à la commu­­nauté répu­­bli­­caine. Dès lors, l’expres­­sion ardente de l’atta­­che­­ment à la patrie et de la force du sen­­ti­­ment patrio­­tique suf­­fit à légi­­ti­­mer le rôle poli­­tique de l’héroïne dans l’action. Cette repré­­sen­­ta­­tion s’arc-­boute sur la valo­­ri­­sa­­tion d’une société éga­­li­­taire au sein de laquelle la femme, matrone répu­­bli­­caine, per­­met la cohé­­sion sociale par l’édu­­ca­­tion et la trans­­mis­­sion des valeurs répu­­bli­­caines. C’est sans doute la rai­­son pour laquelle ce cor­­pus abon­­dant des traits his­­to­­riques repré­­sen­­tés autour de l’an II pré­­sente une por­­tée idéo­­lo­­gique qui se révèle moins sté­­réo­­ty­­pée qu’elle n’en a l’air. À l’opposé de la ten­­ta­­tion d’asso­­cier la figure fémi­­nine à l’esprit de conser­­va­­tisme poli­­tique, cal­­qué sur la concep­­tion d’un rôle bio­­lo­­gique de la femme, ces citoyennes répu­­bli­­caines prouvent qu’au prix d’un effort sur soi, il est pos­­sible d’être autant – voire davan­­tage – héroïque qu’un homme.

  • 24 Citoyen Laus, La Vraie Répu­­bli­­caine ou la voix de la patrie, comé­­die en un acte et en prose, (...)

17Dans La Vraie répu­­bli­­caine ou la voix de la patrie24, comé­­die en un acte repré­­sen­­tée au cours du mois de mes­­si­­dor an II, l’intrigue est cen­­trée sur la ques­­tion du mariage : une jeune veuve, ancienne aris­­to­­crate désor­­mais conver­­tie aux valeurs répu­­bli­­caines, la citoyenne d’Offémont, sou­­haite se rema­­rier avec le citoyen Dumont, un jeune fer­­mier qu’elle emploie. Le pro­­jet est aus­­si­­tôt dénoncé par le frère de la citoyenne, nommé d’Appréville, ennemi de la Révo­­lu­­tion, qui confie au prêtre Dou­­cin le dégoût que lui ins­­pire une telle mésal­­liance. Prêt à tout pour empê­­cher ce mariage – qui déshé­­ri­­te­­rait au pas­­sage sa fille, unique héri­­tière de la citoyenne –, d’Appréville n’hésite pas à complo­­ter avec un géné­­ral autri­­chien ennemi, sur le point d’atta­­quer la ville voi­­sine : il sou­­tien­­dra son offen­­sive si le géné­­ral pro­­met en retour de faire échouer ce pro­­jet de mariage. Ins­­truite que son frère a trahi la patrie, la citoyenne le dénonce au maire qui le fait immé­­dia­­te­­ment arrê­­ter. Et la pièce de se conclure sur l’éloge
en bonne et due forme de la vertu civique de la citoyenne par le maire :

  • 25 Ibid., scène 13, p.35‑36.

« Citoyenne d’Offémont : tu viens de faire une action qui t’élève au rang des plus célèbres héroïnes. Tu t’es sépa­­rée d’une famille qui n’était pas digne de te pos­­sé­­der, et tu acquiers, pour frères, tous les Citoyens qui s’inté­­ressent au salut de la Répu­­blique et à l’affer­­mis­­se­­ment de la Liberté. Oublie à jamais d’Appréville ; il est déjà effacé de notre mémoire »25.

  • 26 Ibid., scène 13, p.39.
  • 27 Pompigny, L’Époux répu­­bli­­cain, drame patrio­­tique en deux actes et en prose, repré­­senté pour (...)

18On célèbre ensuite le mariage répu­­bli­­cain de la citoyenne et du fer­­mier sur l’autel de la Patrie, en dan­­sant la Car­­ma­­gnole et en célé­­brant les ver­­tus civiques de l’union patrio­­tique. La der­­nière réplique de la pièce, pro­­non­­cée par le maire, insiste sur le rôle social des citoyennes comme garantes de la péren­­nité des ins­­ti­­tutions répu­­bli­­caines : « Citoyennes, conser­­vez tou­­jours cet ardent patrio­­tisme dans vos cœurs ; faites-­en par­­ta­­ger la flamme à vos époux, à vos a­mans, à vos frères, et la Répu­­blique vous devra sa sta­­bi­­lité et sa gloire »26. La mis­­sion répu­­bli­­caine confé­­rée à l’épouse la fait triom­­pher en cham­­pionne active et posi­­tive du nou­­veau régime. Pour mettre en perspec­­tive cette repré­­sen­­ta­­tion, il fau­­drait la compa­­rer à l’ensemble du réper­­toire pro-­jacobin, au sein duquel l’héroïne appa­­raît par­­fois sous un jour bien peu favo­­rable, à l’image de l’épouse faus­­se­­ment conver­­tie au répu­­bli­­ca­­nisme qui est repré­­sen­­tée dans L’Epoux répu­­bli­­cain de Pompigny27 : pétrie d’esprit contre-­révolutionnaire, elle complote en réa­­lité, aidée d’un cha­­noine, contre son époux patriote.

  • 28 Plan­­cher de Valcour, La Dis­­ci­­pline répu­­bli­­caine, fait his­­to­­rique en un acte et en pro (...)

19En ren­­ver­­sant l’échelle axio­­lo­­gique des ver­­tus tra­­di­­tion­­nel­­le­­ment asso­­ciées à chaque sexe, les faits his­­to­­riques de la période pré-­thermidorienne placent l’héroïne dans une pos­­ture d’exem­­pla­­rité morale. Dans La Dis­­ci­­pline répu­­bli­­caine28, fait his­­to­­rique en un acte repré­­senté en l’an II, la jeune répu­­bli­­caine Cécile, amante de Victor parti défendre la patrie contre les troupes enne­­mies de la Répu­­blique, reven­­dique fiè­­re­­ment dès les pre­­mières scènes son carac­­tère patrio­­tique :

  • 29 Ibid., scène 2, p.6.

« JUSTINE : […] tu sais que le devoir de Victor l’appelle au combat, et que…
CÉCILE : Eh ! s’il balan­­çait un moment à mar­­cher contre les enne­­mis de la Patrie ; si l’amour déro­­bait un seul ins­­tant à sa gloire, serait-­il encore digne de moi ? non ! qu’il marche ! qu’il vole ! qu’il combatte ! qu’il triomphe ! et quand la Répu­­blique n’aura plus d’enne­­mis, alors la main de Cécile devien­­dra le prix de son dévoue­­ment, de son civisme et de sa valeur »29.

20Au cours de la même scène, la jeune héroïne repousse farou­­che­­ment le sté­­réo­­type de l’amante tra­­gique vouée à la déploration. Lorsque sa bonne amie évoque la perspec­­tive d’une mort pré­­ma­­turée de Victor lors d’un combat, elle répond avec appui :

  • 30 Ibid., scène 2, p.6‑7.

« Eh ! ma Justine, écar­­tons ces pres­­sen­­ti­­ments funestes. D’ailleurs, on ne cal­­cule point avec la Patrie. Je sens que la perte de Victor m’arra­­che­­rait au bon­­heur : mais qu’est-­ce que le bon­­heur d’un indi­­vidu, mis dans la balance avec le salut de la Répu­­blique ? […] Cécile don­­ne­­rait des larmes à sa mort : mais elle aurait le cou­­rage de lui sur­­vivre. Elle aurait celui de don­­ner sa main à un de ses compa­­gnons d’armes. Ma mort serait inutile à la pros­­pé­­rité publique. L’esclave ne sait que mou­­rir ; l’être libre sait faire plus. En don­­nant des enfants à l’État, en les éle­­vant dans l’amour de la Patrie, j’aurais rem­­pli les devoirs d’une Répu­­bli­­caine, et l’ombre de son amant, s’il existe encore des sou­­ve­­nirs dans le tom­­beau, applau­­di­­rait à mon dévoue­­ment »30.

21L’expres­­sion d’une telle apo­­lo­­gie du sacri­­fice, arti­­cu­­lée à l’argu­­ment éco­­no­­mique de l’uti­­lité publique, paraît cer­­tai­­ne­­ment carica­­tu­­rale à notre sen­­si­­bi­­lité contem­­po­­raine. Il faut néan­­moins la repla­­cer dans son contexte de repré­­sen­­ta­­tion mar­­qué par le pro­­jet de régé­­né­­ra­­tion morale qui aspire à faire pri­­mer l’inté­­rêt géné­­ral et supé­­rieur de la patrie sur l’inté­­rêt par­­ti­­cu­­lier des citoyens. Ce dis­­cours à l’extré­­misme rigoriste coïn­­cide par­­fai­­te­­ment avec la pro­­pa­­gande fami­­liale du gou­­ver­­ne­­ment de salut public, non exempte de para­­doxe : la femme y acquiert un rôle poli­­tique par l’exer­­cice des ver­­tus morales et civiques sans pour­­tant conqué­­rir une véri­­table auto­­no­­mie sociale qui la lie intrin­­sè­­que­­ment à son rôle d’épouse et de mère.

  • 31 Citoyen Philipon, Agricol Viala ou le jeune héros de la Durance, fait his­­to­­rique et patrio­­tiq (...)
  • 32 Ibid., scène 2, p.5.

22Néan­­moins, le réper­­toire des faits his­­to­­riques a pro­­posé dans cer­­tains cas une repré­­sen­­ta­­tion alter­­na­­tive, à tra­­vers la pro­­mo­­tion de l’héroïne au mili­­tan­­tisme viril, tout entière vouée à la lutte patrio­­tique. La figure de la mère répu­­bli­­caine appa­­raît comme le per­­son­­nage pri­­vi­­lé­­gié : en se révé­­lant prête à sacri­­fier le lien filial à la fra­­trie méta­­pho­­rique des citoyens, la mère répu­­bli­­caine atteint une forme d’héroïsme qui confine au sublime. Certes moti­­vée par les direc­­tives de la pro­­pa­­gande jaco­­bine, la mise en valeur de cet héroïsme para­­doxal sur les scènes théâ­­trales nous ren­­seigne sur les sché­­mas men­­taux des contem­­po­­rains. Le pôle du fémi­­nin se déplace de l’espace domes­­tique où il était voué à la pro­­tec­­tion pour inves­­tir l’espace de la place publique. On retrouve cette tra­­jec­­toire sym­­bo­­lique dans le fait his­­to­­rique et patrio­­tique inti­­tulé Agricol Viala ou le jeune héros de la Durance31, repré­­senté début juillet 1794 dans un contexte de radi­­ca­­li­­sa­­tion de la Ter­­reur. Dans cette pièce, le jeune héros ado­­les­­cent suit l’iti­­né­­raire du mar­­tyr répu­­bli­­cain confor­­mé­­ment aux récits des manuels héroïques. Mais la pièce se sin­­gu­­la­­rise par la pré­­sence de Pauline, mère du jeune Viala, qui se révèle au fur et à mesure de l’intrigue comme l’héroïne dra­­ma­­tique et idéo­­lo­­gique de l’action. Lorsqu’à la deuxième scène, son fils lui témoigne la force de son atta­­che­­ment en lui décla­­rant : « Si j’avais deux cœurs, ils seraient tous les deux pour toi et pour toi seule », elle rap­­pelle immé­­dia­­te­­ment l’inté­­rêt suprême de la Répu­­blique par l’emploi de la méta­­phore fami­­liale : « Et la Répu­­blique, mon cher Agricol ? C’est bien la pre­­mière mère, celle-­là ! »32.

  • 33 Ibid., scène 2, p.6.

23L’affir­­ma­­tion de sa citoyen­­neté passe par la mise à dis­­tance de tout ce qui pour­­rait la relier à un ins­­tinct bio­­lo­­gique bas­­se­­ment fémi­­nin. Alors que son fils tente en per­­ma­­nence de sol­­li­­ci­­ter la bien­­veillance mater­­nelle, elle l’exhorte aux mâles ver­­tus du combat : « Ce n’est que quit­­ter une mère pour une autre, et celle-­là doit pas­­ser avant tout ; il faut aban­­don­­ner tout le reste pour la défendre : car sans Patrie, il n’y a plus de famille »33. Elle s’affirme d’autant mieux en chef cha­­ris­­ma­­tique de l’action que le jeune Agricol Viala appa­­raît naïf et indé­­cis. Il se laisse ber­­ner par un des rebelles qui réus­­sit à détour­­ner son atten­­tion tan­­dis que ses complices fran­­chissent la Durance pour pré­­pa­­rer l’assaut. Alors que les répu­­bli­­cains, sur le point de lan­­cer une contre-­attaque défen­­sive, hésitent à accep­­ter le jeune Viala parmi leur troupe, sa mère l’exhorte à nou­­veau à prendre les armes pour sau­­ver la patrie :

  • 34 Ibid., scène 6, p.22.

« Ne nous occu­­pons que de la Répu­­blique, mon cher Agricol : voici ta véri­­table mère ; et, si l’ennemi vient, ne songe qu’à elle ; oublie ton âge ; sois un homme ! Il faut qu’aujourd’hui le lau­­rier de la vic­­toire ceigne ton front, ou que la palme civique couvre ton cer­­cueil »34.

24Ter­­rassé lors du combat, le jeune Viala s’effondre sous les yeux de sa mère et de ses frères d’armes. En fidèle et loyal fils de la patrie, il meurt en louant la Répu­­blique. D’abord frappé d’une dou­­leur aux accents d’un noble pathé­­tisme, la mère répu­­bli­­caine se res­­sai­­sit rapi­­de­­ment dans un élan d’altruisme répu­­bli­­cain qui n’est pas sans rap­­pe­­ler la figure de Brutus qui avait sus­­cité une vogue popu­­laire dès 1791. La dou­­leur du sacri­­fice filial est trans­­cen­­dée par la cause répu­­bli­­caine qui sub­­sti­­tue au fils bio­­lo­­gique tous les fils de la Patrie. La pièce se clôt ainsi sur la double exem­­pla­­rité morale du héros mar­­tyr et de la mère répu­­bli­­caine :

  • 35 Ibid., scène 18, p.27‑28.

« L’AIDE DE CAMP : Ne le pleu­­rons pas. Mou­­rir pour la patrie, c’est vivre pour la gloire. (à Pauline) Tendre et géné­­reuse mère, son­­gez que s’il vous est ravi, c’est dans le champ de l’hon­­neur, et que le pays doit sa conser­­va­­tion au jeune héros qui vous dut le jour.
PAULINE : Mon fils n’est plus !… Qui me ren­­dra ses tendres soins, ses caresses ?
L’AIDE DE CAMP : Qui ? Tous nos conci­­toyens. Un sol­­dat qui meurt pour la Répu­­blique, laisse autant de fils à sa mère, qu’il reste de répu­­bli­­cains. […]
PAULINE, essuyant ses larmes, et pre­­nant en quelque sorte un nou­­vel être : Ah ! c’est vrai… il est mort pour la Patrie… je ne le pleure plus.
L’AIDE DE CAMP : Oui, c’est moins un tri­­but de larmes, qu’un tri­­but d’admi­­ra­­tion, qui est dû à son dévoue­­ment géné­­reux. Célé­­brons sa mémoire, et que les éloges don­­nés à sa vertu, engagent nos enfants à imi­­ter son exemple (On emporte Agricol, et Pauline le suit) »35.

  • 36 Citoyenne Villiers, Barra ou la mère répu­­bli­­caine, drame his­­to­­rique en trois actes et en pr (...)

25Une ambi­­tion simi­­laire anime Barra ou la mère répu­­bli­­caine36, drame his­­to­­rique en trois actes repré­­senté en 1793. L’action et le dis­­cours y sont mono­­po­­li­­sés par la mère du jeune héros, Dorothée, matrone répu­­bli­­caine face à laquelle le reje­­ton ne peut qu’appa­­raître légè­­re­­ment falot. La ques­­tion de la dignité héroïque et du rôle poli­­tique des femmes au sein de la Répu­­blique est abor­­dée en fili­­grane par la pièce dans l’oppo­­si­­tion fron­­tale de deux per­­son­­nages fémi­­nins qui ne par­­tagent pas la même ligne idéo­­lo­­gique. La famille de Barra, qui a fui la Vendée pour échap­­per aux bri­­gands contre-­révolutionnaires, a trouvé refuge chez la citoyenne Brigitte : cette der­­nière exprime un dis­­cours modéré sur les vio­­lentes dérives engen­­drées par la Révo­­lu­­tion, dis­­cours qui sus­­cite l’indi­­gna­­tion répro­­ba­­trice de Dorothée dans la tirade d’esprit pro-­jacobin qui clôt la pre­­mière scène de l’acte II :

  • 37 Ibid., acte II, scène 1, p.25‑26.

« […] Mais, quelles que soient ces peines, elles ne peuvent jamais don­­ner le droit de décla­­mer contre la Révo­­lu­­tion, et encore moins de s’oppo­­ser à son cours. Les révo­­lu­­tions des gou­­ver­­ne­­ments, sem­­blables aux grandes crises de la nature, bou­­le­­versent tout, pour tout régé­­né­­rer. […] Heu­­reux ! lorsque du sein du chaos où l’on est plongé, on peut voir, comme parmi nous, sor­­tir l’ordre et la per­­fec­­tion ! Et comment, et de quel front murmu­­rer contre des évé­­ne­­ments d’où doit naître la féli­­cité publique ? Mettre à part tout inté­­rêt par­­ti­­cu­­lier, s’oublier soi-­même, s’iden­­ti­­fier entiè­­re­­ment au sort de la grande famille ; voilà quelle est la vertu, voilà le patrio­­tisme ; et je ne reconnais pour vrais répu­­bli­­caines, que ceux qui sont capables de cet effort »37.

26Dans la scène finale, le récit de la mort héroïque du jeune Barra est à nou­­veau pré­­texte à un affron­­te­­ment idéo­­lo­­gique entre les deux femmes. L’inten­­sité de la dou­­leur expri­­mée par Dorothée touche à vif la sen­­si­­bi­­lité mater­­nelle de Brigitte, qui exhorte les deux frères de Barra à modé­­rer leurs ardeurs répu­­bli­­caines afin d’épar­­gner à leur mère le déchi­­re­­ment d’une autre perte. Cette mise en garde suf­­fit à ravi­­ver le fana­­tisme répu­­bli­­cain de la mère éplo­­rée :

  • 38 Ibid., acte III, scène 9, p.56.

« DOROTHÉE, se levant avec viva­­cité : Que dis-­tu, Brigitte ? quel faux zèle, quelle indis­­crète ami­­tié t’égare ? Et pour­­quoi donc seraient-­il nés ? la patrie n’a-­­t-elle pas sur eux des droits plus sacrés que les miens ? (à ses enfants avec beau­­coup de véhé­­mence) Mes enfants, vous, moi, nous sommes tous à elle ; nos veilles, nos sueurs, notre sang ; tout lui appar­­tient. La plus grande gloire d’un Fran­­çais est d’être appelé à l’hon­­neur de la ser­­vir. O patrie ! mal­­heur à l’égoïste, dont l’insen­­sible cœur n’est point embrasé de ton amour ! mes enfants l’ont puisé dans mon sein : ils seront dignes de toi. O patrie ! je te les dévoue. Leur frère n’est plus, il t’a payé sa dette. Et moi qui te le cédai, et moi qui lui sur­­vis… ah ! que ne puis-­je faire davan­­tage ? (La toile se baisse) »38.

  • 39 François-­­Marie-Joseph Riou et Joseph Pain, Les Chouans ou la répu­­bli­­caine de Malestroit, trai (...)

27Au-­delà des repré­­sen­­ta­­tions idéo­­lo­­giques contras­­tées pro­­je­­tées sur la figure fémi­­nine, cer­­tains faits his­­to­­riques pro­­posent à tra­­vers leur intrigue la mise en abyme d’un ques­­tion­­ne­­ment sur la nature héroïque des femmes. En met­­tant en scène une anec­­dote déjà bien connue des spec­­ta­­teurs popu­­laires, la dra­­ma­­ti­­sation opère moins au niveau des faits que dans la nais­­sance d’une iden­­tité héroïque. C’est par exemple l’enjeu de l’intrigue d’un fait his­­to­­rique inti­­tulé Les Chouans ou la répu­­bli­­caine de Malestroit39, repré­­senté en novembre 1794. Les citoyens Riou et Pain, auteurs de la pièce, placent d’emblée leur intrigue sous le paratexte tuté­­laire d’un extrait du Bul­­le­­tin de la Conven­­tion du 6 ven­­dé­­miaire rap­­por­­tant l’anec­­dote his­­to­­rique sui­­vante :

  • 40 Ibid., p.2.

« La société popu­­laire de Vannes ins­­truit la Conven­­tion que les Bri­­gands se sont por­­tés dans la forêt de Trédion, dans la mai­­son de Le Floch ; qu’après avoir consommé toutes les sub­­sis­­tances qu’ils y trou­­vaient, ils for­­cèrent l’épouse de Le Floch de mon­­ter un de leurs che­­vaux, et d’aller à Malestroit s’infor­­mer si leurs cama­­rades s’étaient empa­­rés de cette ville, lui décla­­rant qu’ils rete­­naient en otage son mari et son enfant, qu’elle allai­­tait, pour la sûreté de ce voyage, qui devait être fait en six heures. Cette tendre mère arrose de larmes son mari et son enfants, les laisse au pou­­voir des Bri­­gands et se met en route ; mais au lieu d’aller à Malestroit, elle se porte fur­­ti­­ve­­ment chez un bon citoyen du voi­­si­­nage, qui aver­­tit de suite les chefs de la force armée, et les Bri­­gands sont obli­­gés de fuir »40.

28En met­­tant en scène la nature héroïque de la citoyenne Floch, épouse du citoyen, dans une dyna­­mique de révé­­la­­tion inté­­rieure et sociale, les auteurs font ainsi triom­­pher une nou­­velle géné­­ra­­tion héroïque. Ce trans­­fert sym­­bo­­lique est per­­cep­­tible à tra­­vers la convo­­ca­­tion au début de la pièce de l’anec­­dote du che­­va­­lier d’Assas qui, cap­­turé par les enne­­mis lui inti­­mant le silence, aurait fait preuve de résis­­tance héroïque en lan­­çant l’alerte à ses compa­­gnons. L’évo­­ca­­tion de cet exemple héroïque rap­­porté par le père de la Citoyenne Floch sus­­cite un débat entre les deux époux sur la conduite à tenir en pareille situa­­tion :

  • 41 Ibid., scène 1, p.11.

« LA CITOYENNE FLOCH : J’aime ce trait sans l’admi­­rer. Quel bon Fran­­çais n’en ferait autant en pareille occa­­sion ? Je ne suis qu’une femme ; mais certes j’aurais crié comme d’Assas : c’est l’ennemi !
LE CITOYEN FLOCH : D’accord, ma femme, tu aurais parlé ; cela n’est pas dou­­teux. Mais s’il eût fallu te taire pour sau­­ver le régi­­ment ?
LA CITOYENNE FLOCH (un peu piquée) : Je l’aurais fait cer­­tai­­ne­­ment. Juge de ce que je ferais pour sau­­ver la patrie »41.

29La fer­­veur répu­­bli­­caine de la citoyenne Floch s’exprime par l’action comme lorsqu’après avoir trahi les bri­­gands pour sau­­ver la patrie, elle revient dans sa mai­­son et libère son époux et son père gar­­dés en otage par les offi­­ciers chouans. Son héroïsme viril sus­­cite l’admi­­ra­­tion col­­lec­­tive et la pos­­té­­rité glo­­rieuse de son action est déjà anti­­ci­­pée :

  • 42 Ibid., scène 13, p.32‑33.

« L’OFFI­­CIER : Répu­­bli­­cains, dignes amis, quel tableau pour mes regards ! quel charme pour mon cœur ! Combien je suis heu­­reux d’être l’ins­­tru­­ment dont le ciel s’est servi pour votre déli­­vrance, et pour la gloire de la répu­­blique !… Mais nous devons tout… tout à cette excel­­lente citoyenne. Elle a sauvé nos frères ; elle a conduit mes pas ; elle vous a ren­­dus à la vie… Ah ! toutes les cou­­ronnes civiques lui sont dues ! je publie­­rai son cou­­rage, ses ver­­tus sublimes… La reconnais­­sance natio­­nale va consa­­crer ce grand jour : les regards de la France entière vont se fixer sur ce modeste asile, et la pos­­té­­rité saura qu’une Fran­­çaise répu­­bli­­caine a tout à la fois bien mérité de la patrie, de la nature, de l’amour et de l’ami­­tié »42.

30L’orga­­ni­­sa­­tion simple et res­­ser­­rée de l’intrigue autour de cet avè­­ne­­ment du per­­son­­nage fémi­­nin s’appa­­rente à un réqui­­si­­toire visant à légi­­ti­­mer son nou­­veau sta­­tut héroïque : témoin de ce trans­­fert générationnel, le père de la citoyenne loue son exploit en men­­tion­­nant que l’héroïsme d’Ancien Régime incarné par Assas est désor­­mais sur­­passé par la gloire de l’héroïne popu­­laire.

31L’abon­­dant cor­­pus des faits his­­to­­riques de la période jaco­­bine confronte des repré­­sen­­ta­­tions contras­­tées de l’héroïne qui excèdent les sté­­réo­­types : en construi­­sant le mythe de l’héroïne virile et vin­­di­­ca­­tive au centre du sys­­tème poli­­tique et social de la Répu­­blique, ces pièces pro­­posent une réflexion sur la dignité héroïque des citoyennes et leur rôle actif au sein de la société comme vec­­teur d’inté­­gra­­tion. Si la paren­­thèse de la Ter­­reur tente d’éta­­blir la répu­­bli­­caine héroïque en pilier sym­­bo­­lique de la cohé­­sion sociale, la période post-­thermidorienne pro­­cède à un net inflé­­chis­­se­­ment de la repré­­sen­­ta­­tion.

La période post-­thermidorienne : l’héroïne rend les armes et regagne le foyer

32Après l’heure de gloire du fait his­­to­­rique et patrio­­tique pen­­dant la période de la dic­­ta­­ture jaco­­bine, la période qui va de Ther­­mi­­dor à la fin de la décen­­nie révo­­lu­­tion­­naire se carac­­té­­rise par une désaf­­fec­­tion pro­­gres­­sive pour cette caté­­go­­rie géné­­rique. À cette baisse numé­­rique des faits his­­to­­riques repré­­sen­­tés s’ajoute un effet de dégé­­né­­res­­cence dra­­ma­­tique qui rompt avec la tra­­di­­tion anec­­do­­tique pour s’orien­­ter vers une esthé­­tique mélo­­dra­­ma­­tique en train de naître. La voca­­tion poli­­tique et péda­­go­­gique des faits his­­to­­riques ne dis­­pa­­raît pas mais elle se réoriente radi­­ca­­le­­ment en chan­­geant de cible : la chute du Grand Comité de l’an II per­­met l’émer­­gence d’une cri­­tique poli­­tique et morale des dérives de la Ter­­reur. La repré­­sen­­ta­­tion de l’héroïne n’échappe pas à ce phé­­no­­mène : l’héroïne post-­thermidorienne est avant tout une vic­­time du Comité de salut public.

  • 43 Citoyens Viller et Gouffé, Cange ou le commis­­sion­­naire bien­­fai­­sant, trait his­­to­­rique en (...)

33On en trouve un bel exemple dans un fait his­­to­­rique inti­­tulé Cange ou le commis­­sion­­naire bien­­fai­­sant43 repré­­senté en octobre 1794, quelques mois après la chute de Robespierre. Ce fait his­­to­­rique se carac­­té­­rise par la viru­­lente condam­­na­­tion morale du gou­­ver­­ne­­ment de la Ter­­reur dont Cange se plaît à pré­­dire la chute pro­­chaine. L’intrigue repré­­sente le combat de la citoyenne Georges, réduite à l’indi­­gence, afin d’obte­­nir la libé­­ra­­tion de son époux incar­­céré ini­­que­­ment par le régime. À la scène 6, l’héroïne est contre­­car­­rée dans son pro­­jet par l’arri­­vée inopi­­née du citoyen Bas­­set, carica­­ture de l’ancien valet, jaco­­bin par­­venu se fai­­sant désor­­mais appe­­ler Scaevola et jouis­­sant d’une grande influ­­ence. Pro­­fi­­tant de ce nou­­veau rap­­port de force, ce der­­nier pro­­pose à la citoyenne de plai­­der la cause de son époux à condi­­tion qu’elle consente à lui accor­­der ses faveurs au préa­­lable. La citoyenne lui oppose un refus outré et ne craint pas de bra­­ver son pou­­voir :

  • 44 Ibid., scène 6, p.25.

« BAS­­SET : Quel lan­­gage ! sais-­tu bien, femme auda­­cieuse ! que j’ai mille moyens de me ven­­ger de ces éton­­nants pro­­pos ?
LA CITOYENNE GEORGES : Je conviens qu’ils doivent te sur­­prendre et que tu as ren­­contré peu de citoyens assez cou­­ra­­geux pour te les tenir en face ; mais apprends que cette ter­­reur, par laquelle toi et tes complices nous ont compri­­més à force de crimes, ne fera que retar­­der de quelques ins­­tants le sup­­plice qui vous est dû, et qui effrayera à jamais ceux qui seraient ten­­tés de suivre vos hor­­ribles traces »44.

34L’héroïsme du per­­son­­nage fémi­­nin se mani­­feste ici dans l’expres­­sion de la vertu morale de l’épouse répu­­bli­­caine. À la fin de la pièce, le citoyen Georges est libéré grâce à l’inter­­ven­­tion de Cange et salue l’exem­­pla­­rité morale de son épouse, qui a su conser­­ver sa dignité dans l’adver­­sité. Néan­­moins l’héroïne perd beau­­coup en consis­­tance dra­­ma­­tique : sa résis­­tance idéo­­lo­­gique se mani­­feste par ses dis­­cours et non ses actions. Elle déplore elle-­même de ne pou­­voir se rebel­­ler effi­­ca­­ce­­ment. L’argu­­ment qu’elle convoque pour jus­­ti­­fier son impuis­­sance poli­­tique est signi­­fi­­ca­­tif : elle rap­­pelle son sta­­tut de mère qui l’oblige à faire preuve d’altruisme :

  • 45 Ibid., scène 2, p.7.

« Allez, monstres, si je n’étais qu’épouse, je défie­­rais votre rage d’ajou­­ter à mes tour­­ments ; mais je suis mère et ce titre doit me rendre sacrée à moi-­même ; je dois donc m’effor­­cer de lut­­ter encore contre l’hor­­reur de ma situa­­tion, et cher­­cher quelques moyens de pro­­lon­­ger ma pénible exis­­tence et celle de ces infor­­tu­­nés… »45.

35En jus­­ti­­fiant son renon­­ce­­ment à la pos­­ture héroïque, elle pro­­cède dans son dis­­cours au ren­­ver­­se­­ment total de l’idéo­­lo­­gie du sacri­­fice fami­­lial prô­­née par la figure de la mère répu­­bli­­caine dans la période qui pré­­cède.

  • 46 Jean-­Nicolas Bouilly, Léonore ou l’amour conju­­gal, fait his­­to­­rique en deux actes et en prose (...)

36L’inflé­­chis­­se­­ment idéo­­lo­­gique de l’héroïne conduit au retour de la mise en valeur de son rôle conju­­gal et mater­­nel, mais dans une perspec­­tive radi­­ca­­le­­ment dif­­fé­­rente de celle des pièces des années 1793‑1794. Les faits his­­to­­riques post-­thermidoriens pro­­cèdent à une ré­appro­­pria­­tion morale de la figure fémi­­nine du côté des valeurs tra­­di­­tion­­nelles d’édu­­ca­­tion, de pro­­tec­­tion et de ten­­dresse mater­­nelles. Léonore ou l’amour conju­­gal46, fait his­­to­­rique repré­­senté en l’an VI, rem­­plit toutes les pro­­messes de son titre, l’héroïne se dres­­sant en paran­­gon de piété et de dévoue­­ment conju­­gal sans limite. L’action est trans­­po­­sée en Espagne : Florestan, époux de Léonore, a été vic­­time d’une incar­­cé­­ra­­tion abu­­sive et est détenu par le tyran­­nique et cruel Dom Pizare, gou­­ver­­neur de la pri­­son d’État. Réso­­lue à agir par elle-­même pour libé­­rer son époux, Léonore décide de se tra­­ves­­tir en homme – sous le nom de Fidelio – pour s’intro­­duire dans le lieu car­­cé­­ral où sa ruse fonc­­tionne puisqu’elle est enga­­gée en qua­­lité de porte-­clefs. Lors d’un pas­­sage chanté, elle exprime la force de son dévoue­­ment conju­­gal :

  • 47 Ibid., acte I, scène 6, p.18.

« Qu’il m’a fallu depuis deux ans
De cou­­rage et de patience !
Tou­­jours sont des far­­deaux pesants ;
Nou­­veaux dan­­gers, craintes, souf­­frances…
Ah ! je l’éprouve en ce moment,
Rien dans la nature n’égale
Ce feu sacré, ce sen­­ti­­ment
De la piété conju­­gale »47.

  • 48 Ibid., acte II, scène 4, p.37.

37Lorsque Dom Pizare décide d’assas­­si­­ner de ses propres mains Florestan, elle se jette au-­devant du corps de son époux pour le pro­­té­­ger du coup fatal, jus­­ti­­fiant l’admi­­ra­­tion de ce der­­nier : « Jamais … non Jamais on ne poussa aussi loin l’héroïsme de l’amour »48. L’éloge du chœur final condense effi­­ca­­ce­­ment l’ambi­­tion morale de la pièce lorsque le ministre chante avec appui les ver­­tus de l’épouse modèle :

  • 49 Ibid., acte II, scène 5, p.40.

« Vous qui, de Léonore, applau­­dis­­sez le zèle,
La patience et l’intré­­pi­­dité,
Femmes, prenez-­la pour modèle,
Et faites consis­­ter, comme elle,
Votre bon­­heur dans la fidé­­lité »49.

  • 50 Ségur le Jeune, Élize dans les bois, fait his­­to­­rique du 14 ther­­mi­­dor, comé­­die en un acte (...)

38Le retour à la sphère domes­­tique et aux ver­­tus fami­­liales tend dès lors à amoin­­drir le rôle dra­­ma­­tique de l’héroïne relé­­guée dans cer­­tains cas à son sta­­tut de vic­­time vouée à la déploration. C’est le cas dans Élize dans les bois50, comé­­die en un acte jouée en 1797 et que l’auteur pré­­sente comme la trans­­po­­si­­tion dra­­ma­­tique d’un « fait his­­to­­rique du 14 ther­­mi­­dor », ren­­for­­çant l’effet de contextualisation autour de la chute de Robespierre. L’héroïne y est décrite comme une vic­­time des pros­­crip­­tions, qui a vu périr ses proches sur l’écha­­faud et son mari se faire mas­­sa­­crer. Contrainte de prendre la fuite avec son fils, elle a trouvé refuge dans la forêt sous la pro­­tec­­tion du garde-­bois Raimond, qui veille à sa sur­­vie et à sa sécu­­rité. L’intrigue s’arti­­cule autour de la condam­­na­­tion expli­­cite de la Ter­­reur et de ses excès. Cepen­­dant Élize n’y joue aucun rôle autre que celui de la déploration tra­­gique. À plu­­sieurs reprises sur le point de tom­­ber dans la folie, elle appa­­raît comme une vic­­time du renon­­ce­­ment, pour qui l’action poli­­tique n’est désor­­mais plus envi­­sa­­geable.

39Dans la période post-­thermidorienne, la pré­­va­­lence d’une forme d’héroïsme fémi­­nin plus domes­­tique que poli­­tique sur les planches traduit-­elle un retour conser­­va­­teur au modèle patriar­­cal de la société prérévolutionnaire ? La réponse mérite d’être nuan­­cée. Sans doute cette nou­­velle forme d’héroïsme au fémi­­nin se décline-­­t-elle à tra­­vers des per­­son­­nages moins auto­­nomes sur le plan dra­­ma­­tique et idéo­­lo­­gique. Mais la poli­­ti­­sation de la figure fémi­­nine se joue à un autre niveau, non plus dans l’ému­­la­­tion entre les sexes mais dans une re­fonda­­tion de la famille méta­­pho­­rique des citoyens, au sein de laquelle les mères et les sœurs conservent leur éga­­lité poli­­tique en tant que citoyennes. Le dilemme entre famille et patrie s’estompe au pro­­fit de la valo­­ri­­sa­­tion du rôle fami­­lial et social de la femme, cer­­tai­­ne­­ment moins mythique que les exploits des citoyennes de l’an II, mais peut-­être aussi plus fidèle à l’image de la femme sous la décen­­nie révo­­lu­­tion­­naire.

40Que sont deve­­nues les héroïnes de la Révo­­lu­­tion ? La très grande majo­­rité a été oubliée, en dépit de la ten­­ta­­tive de mythifier ces ano­­nymes sor­­ties de l’ombre pour défendre la patrie. Elles ont sans doute été vic­­times de leur suc­­cès et de la course à l’héroïsme encou­­ra­­gée par les auto­­ri­­tés qui, dans la volonté poli­­tique de démo­­cra­­ti­­ser les repré­­sen­­ta­­tions idéo­­lo­­giques de l’héroïsme, a fini par tuer toutes les héroïnes à défaut d’en pro­­mou­­voir une seule. Au-­delà des bornes cir­­conscrites de la décen­­nie révo­­lu­­tion­­naire, l’engoue­­ment popu­­laire pour ces figures s’est éteint. Même la plus célèbre d’entre elles, l’héroïne de Mithier, n’aura pas de pos­­té­­rité au théâtre. L’approche par la caté­­go­­rie géné­­rique du fait his­­to­­rique a per­­mis de déga­­ger quelques constantes dans la repré­­sen­­ta­­tion ; elle a sur­­tout per­­mis de mettre en évi­­dence les pro­­ces­­sus dra­­ma­­tique et idéo­­lo­­gique par les­­quels s’opé­­rait sur les scènes de théâtre la mythification de l’héroïne popu­­laire. Ce pro­­ces­­sus d’héroïsation a évo­­lué au gré des bou­­le­­ver­­se­­ments poli­­tiques et sociaux de la Révo­­lu­­tion : sous le gou­­ver­­ne­­ment de salut public, l’héroïne appa­­raît sous les traits d’une mili­­tante virile et andro­­gyne qui conquiert une auto­­no­­mie poli­­tique et sexuelle dans un esprit d’ému­­la­­tion per­­pé­­tuel. L’influ­­ence de la pro­­pa­­gande jaco­­bine sur la repré­­sen­­ta­­tion et la récep­­tion de ces héroïnes fut déter­­mi­­nante. Après Ther­­mi­­dor s’esquisse une évo­­lu­­tion dans le réper­­toire : l’héroïne vic­­time de la Ter­­reur est valo­­ri­­sée dans son rôle fami­­lial et domes­­tique ; de manière symp­­to­­ma­­tique, son impact sur l’intrigue dra­­ma­­tique est amoin­­dri. Faut-­il inter­­préter ces élé­­ments comme le retour à un conser­­va­­tisme idéo­­lo­­gique son­­nant le glas de la mixité héroïque, ou comme le signe pré­­cur­­seur du rôle essen­­tiel­­le­­ment fami­­lial dévolu à la femme lors la pro­­mul­­ga­­tion du Code civil en 1804 ? L’étude de ce réper­­toire nous montre qu’il faut se méfier des mythes poli­­tiques : le théâtre per­­met de mieux appré­­cier et rééva­­luer l’image des femmes pen­­dant la décen­­nie, de nuan­­cer le pré­­jugé rétros­­pec­­tif de la miso­­gy­­nie de la société révo­­lu­­tion­­naire. Mal­­gré les débats enflam­­més des dépu­­tés de la Conven­­tion sur la légi­­ti­­mité du choix d’une femme pour sym­­bo­­li­­ser la Répu­­blique, c’est bien, après tout, la figure de Marianne que la pos­­té­­rité a choisi de rete­­nir comme emblème répu­­bli­­cain.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point voir Lynn Hunt, « Pour­­quoi la Répu­­blique est-­elle une femme ? La sym­­bo­­lique répu­­bli­­caine et l’oppo­­si­­tion des genres» dans Michel Vovelle (dir.), Révo­­lu­­tion et Répu­­blique. L’excep­­tion fran­­çaise, Actes du col­­loque de Paris I – Sorbonne, 21‑26sep­­tembre 1992, Paris, Édi­­tions Kimé, p.358‑365 ; voir aussi Madelyn Gutwirth, « The Rights and Wrongs of Woman : The Defeat of Feminist Rhetoric by Revolutionary Allegory», L’Ency­­clo­­pé­­die, Diderot, l’esthé­­tique : Mélanges en hom­­mage à Jacques Chouillet (1915‑1990), Paris, PUF, 1991, p.150‑68.

2 Voir sur cette ques­­tion les ouvrages sui­­vants : Paule-­Marie Duhet, Les Femmes et la Révo­­lu­­tion, 1789‑1794, Paris, Gallimard, 1971 ; Dominique Godineau, Citoyennes tri­­co­­teuses. Les femmes du peuple à Paris pen­­dant la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Aix-­­en-Provence, Ali­­néa, 1989 ; Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « L’action poli­­tique des femmes pen­­dant la Révo­­lu­­tion fran­­çaise», dans Christine Fauré (dir.), Ency­­clo­­pé­­die poli­­tique et his­­to­­rique des femmes, Paris, PUF, 1997, p.139‑168.

3 Voir notam­­ment Lynn Hunt, Le Roman fami­­lial de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, tra­­duc­­tion Jean-­François Sené, Paris, Albin Michel 1995 (titre ori­­gi­­nal : The Family Romance of the French Revolution, Berkeley, 1992, University of California Press). L’his­­to­­rienne trans­­pose la grille d’inter­­pré­­ta­­tion freu­­dienne sur l’his­­toire révo­­lu­­tion­­naire et pro­­pose une repré­­sen­­ta­­tion archétypale du fait social par le biais de la fan­­tas­­ma­­go­­rie fami­­liale.

4 Serge Bianchi, La Révo­­lu­­tion cultu­­relle de l’an II, élites et peuples, Paris, Aubier, 1982.

5 Bour­­don de la Crosnière et Thibaudeau, Recueil des actions héroïques et civiques des Répu­­bli­­cains fran­­çais, Paris, Impri­­merie Natio­­nale, an II.

6 Nous incluons dans cet ensemble toutes les formes brèves qui ne pré­­sentent pas néces­­sai­­re­­ment la qua­­li­­fi­­ca­­tion géné­­rique de « fait his­­to­­rique» ou « trait his­­to­­rique» mais qui s’apparentent à ce sous-­ensemble par la repré­­sen­­ta­­tion d’une action simple, cen­­trée sur la ques­­tion de l’exploit ou l’acte de bra­­voure d’une héroïne ano­­nyme, et qui se pré­­sentent comme la trans­­po­­si­­tion dra­­ma­­tique d’une anec­­dote his­­to­­rique.

7 Nous les énu­­mé­­rons par ordre chro­­no­­lo­­gique de pre­­mière repré­­sen­­ta­­tion, entre 1793 et 1798 : Citoyenne Viller, Barra ou la mère répu­­bli­­caine ; Plan­­cher de valcour, La Dis­­ci­­pline répu­­bli­­caine ; J.B.Radet, Le Canon­­nier conva­­les­­cent ; Citoyen Philipon, Agricol Viala ou le jeune héros de la Durance ; Citoyen Laus, La Vraie répu­­bli­­caine ou la voix de la patrie ; Vee et Barral, L’héroïne de Mithier ; Citoyens Viller et Gouffe, Cange ou le commis­­sion­­naire bien­­fai­­sant ; F.M.Riou et
J. Pain, Les Chouans ou la répu­­bli­­caine de Malestroit ; Segur le jeune, Élize dans les bois ; J. N. Bouilly, Léonore ou l’amour conju­­gal.

8 Voir notam­­ment les tra­­vaux de Lynn Hunt, Politics, culture and class in the French Revolution, Berkeley, University of California Press, 1984. Voir éga­­le­­ment Michel Vovelle, La Men­­ta­­lité révo­­lu­­tion­­naire, société et men­­ta­­li­­tés sous la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Paris, Édi­­tions sociales, 1985 et Les Images de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Paris, Publi­­ca­­tions de la Sorbonne, 1988 ; voir aussi Maurice Agulhon, Marianne au combat : l’ima­­ge­­rie et la sym­­bo­­lique répu­­bli­­caines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979.

9 Oli­­vier Blanc, Marie-­Olympe de Gouges, une huma­­niste à la fin du xviiiesiècle, Paris, Édi­­tions René Viénet, 2003 ; Élisabeth Roudinesco, Théroigne de Méricourt, une femme mélan­­co­­lique sous la Révo­­lu­­tion, Paris, Seuil, 1989, rééd. Albin Michel, 2010.

10 Encore que l’abon­­dance des tra­­vaux cri­­tiques sur Char­­lotte Corday concerne sur­­tout la ques­­tion de son rôle et de sa récep­­tion his­­to­­rique. Les repré­­sen­­ta­­tions dra­­ma­­tiques et esthé­­tiques de l’héroïne n’ont pas donné lieu à une syn­­thèse glo­­bale. Voir La Mort de Marat, Jean-­Claude Bon­­net (dir.), Paris, Flammarion, 1986 ; Comment en finir avec la Révo­­lu­­tion : l’apo­­théose de Char­­lotte Corday et d’Élisabeth de France dans le théâtre de Ther­­mi­­dor, Société fran­­çaise d’Étude du xviiiesiècle, Publi­­ca­­tions de l’Uni­­ver­­sité de Saint-­Étienne, 1998 ; Guillaume Mazeau, Le bain de l’his­­toire : Char­­lotte Corday et l’atten­­tat contre Marat (1793‑2009), Seyssel, Champ-­Vallon, 2009.

11 Nicolas Boileau, Art poé­­tique, Epître I, « Au Roi», v. 94.

12 Bour­­don de la Crosnière et Thibaudeau, op. cit., p.3‑4.

13 An­nette Graczyk, « L’image de la femme révo­­lu­­tion­­naire dans le théâtre fran­­çais de 1789 à 1794», Studies on Vol­­taire and the Eighteenth Century, no265, 1989, p.1327.

14 Jean-­Baptiste Radet, Le Canon­­nier conva­­les­­cent, fait his­­to­­rique en un acte et en vau­­de­­villes, repré­­senté pour la pre­­mière fois sur le Théâtre du Vau­­de­­ville le 11 mes­­si­­dor an II (29juin 1794), Paris, chez le Libraire, au Théâtre du vau­­de­­ville, an II.

15 Jean-­Baptiste Radet, ibid., scène 13, p.42.

16 Ibid., p.42.

17 Note de la rédac­­tion : l’ortho­­graphe de cette héroïne varie selon les pro­­duc­­tions. Vée et Barral, L’Héroïne de Mithier, fait his­­to­­rique en un acte et en prose, repré­­senté pour la pre­­mière fois sur le Théâtre du Vau­­de­­ville, le 3 fruc­­ti­­dor an II (20août 1794), Paris, chez le Libraire, au Théâtre du Vau­­de­­ville, an II.

18 La plus célèbre est la gouache de Jean-­Baptiste Lesueur, inti­­tu­­lée L’Héroïne de Milhier et accom­­pa­­gnée d’une légende résu­­mant l’anec­­dote, 1793, Paris, Musée Carnavalet. Sur le mythe de l’héroïne de Mithier (dont l’ortho­­graphe du nom a subi quelques varia­­tions) et ses trans­­for­­ma­­tions, voir Claude Langlois, « Les dérives ven­­déennes de l’ima­­gi­­naire révo­­lu­­tion­­naire», Annales. Éco­­no­­mies, socié­­tés, civi­­li­­sa­­tions, 1988, volume 42, no3, p.771‑797.

19 Vée et Barral, op. cit., scène 6, p.19.

20 Ibid., scène 9, p.25.

21 Ibid., scène 11, p.27.

22 Ibid., scène 12, p.29.

23 Ibid., scène 1, p.4.

24 Citoyen Laus, La Vraie Répu­­bli­­caine ou la voix de la patrie, comé­­die en un acte et en prose, repré­­sen­­tée pour la pre­­mière fois au Théâtre du Lycée des Arts au cours du mois de mes­­si­­dor an II, Paris, Impr. Cailleau, an II.

25 Ibid., scène 13, p.35‑36.

26 Ibid., scène 13, p.39.

27 Pompigny, L’Époux répu­­bli­­cain, drame patrio­­tique en deux actes et en prose, repré­­senté pour la pre­­mière fois sur le Théâtre de la Cité-­Variétés, le 20 plu­­viôse an II (8février 1794), Paris, Impr. Cailleau, 1794.

28 Plan­­cher de Valcour, La Dis­­ci­­pline répu­­bli­­caine, fait his­­to­­rique en un acte et en prose repré­­senté sur le Théâtre de l’opéra-­comique natio­­nal au mois de flo­­réal an II, Paris, Impr. Cailleau, 1794.

29 Ibid., scène 2, p.6.

30 Ibid., scène 2, p.6‑7.

31 Citoyen Philipon, Agricol Viala ou le jeune héros de la Durance, fait his­­to­­rique et patrio­­tique en un acte et en prose, repré­­senté pour la pre­­mière fois sur le Théâtre des Amis de la Patrie le 13 mes­­si­­dor an II (1erjuillet 1794), Paris, Barba, an II.

32 Ibid., scène 2, p.5.

33 Ibid., scène 2, p.6.

34 Ibid., scène 6, p.22.

35 Ibid., scène 18, p.27‑28.

36 Citoyenne Villiers, Barra ou la mère répu­­bli­­caine, drame his­­to­­rique en trois actes et en prose, repré­­senté pour la pre­­mière fois sur le théâtre de Dijon le 5 ger­­mi­­nal an II (25mars 1794), Dijon, Impr. P.Causse, an II.En dépit de sa carac­­té­­ri­­sa­­tion géné­­rique en drame his­­to­­rique, nous avons choisi d’inté­­grer la pièce à notre cor­­pus car elle pré­­sente une dra­­ma­­tur­­gie et une esthé­­tique sem­­blables à celle des faits his­­to­­riques.

37 Ibid., acte II, scène 1, p.25‑26.

38 Ibid., acte III, scène 9, p.56.

39 François-­­Marie-Joseph Riou et Joseph Pain, Les Chouans ou la répu­­bli­­caine de Malestroit, trait his­­to­­rique en un acte et en prose, repré­­senté pour la pre­­mière fois à Brest le 16 bru­­maire an III (6novembre 1794), Brest, Impr. Audran, 1794.

40 Ibid., p.2.

41 Ibid., scène 1, p.11.

42 Ibid., scène 13, p.32‑33.

43 Citoyens Viller et Gouffé, Cange ou le commis­­sion­­naire bien­­fai­­sant, trait his­­to­­rique en un acte repré­­senté pour la pre­­mière fois sur le Théâtre de la Cité-­Variétés le 10 bru­­maire an III (31octobre 1794), Paris, Impr. Plassan, s.d.

44 Ibid., scène 6, p.25.

45 Ibid., scène 2, p.7.

46 Jean-­Nicolas Bouilly, Léonore ou l’amour conju­­gal, fait his­­to­­rique en deux actes et en prose, repré­­senté pour la pre­­mière fois sur le Théâtre Feydeau, le 1erven­­tôse an VI (19février 1798), Paris, Barba, 1798.

47 Ibid., acte I, scène 6, p.18.

48 Ibid., acte II, scène 4, p.37.

49 Ibid., acte II, scène 5, p.40.

50 Ségur le Jeune, Élize dans les bois, fait his­­to­­rique du 14 ther­­mi­­dor, comé­­die en un acte et en prose, repré­­senté à Paris sur le Théâtre de la Citoyenne Montansier, Paris, Huet, 1797.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Bellot, « Marianne sur les planches : les héroïnes anonymes du théâtre de la Révolution française (1793-1798) », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 69-92.

Référence électronique

Eva Bellot, « Marianne sur les planches : les héroïnes anonymes du théâtre de la Révolution française (1793-1798) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12422 ; DOI : 10.4000/ahrf.12422

Haut de page

Auteur

Eva Bellot

Université Sorbonne-Paris IV
ANR THEREPSICORE
Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles
evabellot@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org