Navigation – Plan du site
Articles

Théâtre, « propagande » et exportation de la révolution : la troupe de la Montansier à Bruxelles (1792-1793)1

Theater, “Progaganda” and the Exportation of the Revolution : the troupe of Montansier in Brussels (1792-1793)
Rahul Markovits
p. 93-117

Résumés

Entre janvier et mars 1793, pendant l’éphémère occupation française des « provinces belgiques », les comédiens de la troupe de la Montansier donnèrent une série de représentations à Bruxelles. Cet article se fonde sur une relecture des lettres de la Montansier au ministre des Affaires étrangères Lebrun. Considérées comme des « écrits au pouvoir », elles permettent d’enrichir le schéma classique sur la propagande révolutionnaire, au-delà de l’alternative entre diffusion spontanée et action du gouvernement. Loin d’être des instruments passifs, ses agents apparaissent comme des intermédiaires autonomes capables dans ces actions d’écriture de devancer les attentes du pouvoir, de mettre en scène leur adhésion, voire de le manipuler. L’étude montre également les contradictions qui dans la pratique minèrent l’entreprise, entre libération et conquête, objectifs proclamés et motivations personnelles, volonté politique et contraintes économiques, ambition de toucher un public populaire et ignorance des conditions locales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’anec­­dote fut inven­­tée par Victor Couailhac, La Vie de théâtre : grandes et petites aven­­ture (...)
  • 2 Gaston-­Arman de Cavaillet et alii, La Montansier : pièce en quatre actes, Paris, Fasquelle, 1904.
  • 3 Simon Schama, Citizens. A Chronical of the French Revolution, New York, Knopf, 1989, p. 642.
  • 4 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

1Selon une anec­­dote apo­­cryphe, en novembre 1792, quelques jours après la vic­­toire rem­­por­­tée par le géné­­ral Dumouriez, la troupe de la Montansier aurait orga­­nisé un grand spec­­tacle dra­­ma­­tique sur le champ de bataille de Jemappes. Devant un public enthou­­siaste de sol­­dats, La Répu­­blique fran­­çaise, can­­tate, aurait pré­­cédé La danse autri­­chienne ou le mou­­lin de Jemmapes, bal­­let, avant le clou du spec­­tacle, Le déses­­poir de Jocrisse, comé­­die de Dorvigny. Si ce récit abso­­lu­­ment fan­­tai­­siste, forgé de toutes pièces par un facé­­tieux chro­­ni­­queur qui prit même le soin d’inven­­ter une fausse affiche pour ce spec­­tacle, a été mis en doute par les remarques d’un cer­­tain nombre d’éru­­dits, qui ont argué à juste rai­­son de son impos­­si­­bi­­lité maté­­rielle1, cette légende, deve­­nue à son tour objet dra­­ma­­tique2, s’est cris­­tal­­li­­sée, à tel point qu’on peut la trou­­ver aujourd’hui dans des ouvrages de réfé­­rence. Ainsi dans Citizens de Simon Schama, où l’épi­­sode sup­­posé est ana­­lysé comme le signe de l’enthou­­siasme géné­­ra­­lisé du public pour la vic­­toire de Jemappes, dif­­fé­­rent du simple sou­­la­­ge­­ment qui avait accueilli l’annonce de Valmy3. Si cette affa­­bu­­la­­tion a pu s’immis­­cer ainsi dans la chro­­nique de la Révo­­lu­­tion, c’est qu’elle n’est pas dénuée d’une cer­­taine vrai­­sem­­blance, fon­­dée qu’elle est sur la tra­­di­­tion du théâtre mili­­taire, illus­­trée cin­­quante ans plus tôt dans ces mêmes Pays-­Bas autri­­chiens par la troupe de Favart accom­­pa­­gnant les armées du maré­­chal de Saxe. Pour­­tant, la vérité dépasse ici d’une cer­­taine manière la légende, puisque ce n’est pas à Jemappes que la troupe de la Montansier se pro­­dui­­sit, mais à Bruxelles, lors d’un séjour de trois mois entre jan­­vier et mars 1793, date de la défaite de Neerwinden et de l’éva­­cua­­tion de la Belgique par les Fran­­çais. Il ne s’agis­­sait donc pas de dis­­traire les sol­­dats de la Répu­­blique, mais, si l’on en croit du moins l’objec­­tif affi­­ché par la Montansier elle-­même lorsqu’elle fit part de son pro­­jet au ministre des Affaires étran­­gères Pierre Lebrun à l’orée de leur cor­­res­­pon­­dance, de « pro­­pa­­ger les prin­­cipes et l’amour de la liberté et de l’éga­­lité » parmi les Belges4. Le réta­­blis­­se­­ment des faits per­­met ainsi de mettre au jour l’ambi­­tion d’un usage inédit du spec­­tacle, de la fonc­­tion récréa­­tive et pro­­phy­­lac­­tique dévo­­lue au théâtre aux armées à une fonc­­tion péda­­go­­gique et pro­­sé­­lyte, dans le but d’expor­­ter les prin­­cipes de la Révo­­lu­­tion en dehors des fron­­tières. Mal­­gré son carac­­tère éphé­­mère (moins de trois mois), c’est dans ce bas­­cu­­le­­ment que réside l’inté­­rêt his­­to­­rique de cet épi­­sode.

  • 5 Michèle Fogel, Les Céré­­mo­­nies de l’infor­­ma­­tion dans la France du xvie au milieu du xviiie s (...)
  • 6 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.
  • 7 C’est la seule accep­­tion rete­­nue par la qua­­trième édi­­tion du Dic­­tion­­naire de l’Aca­­dé­ (...)
  • 8 Voir Josef Feldmann, « Le « dis­­cours de Duport » et la pro­­pa­­gande révo­­lu­­tion­­naire en Su (...)
  • 9 Jacques Godechot, La Grande Nation : l’expan­­sion révo­­lu­­tion­­naire de la France dans le monde (...)
  • 10 Voir Jacqueline Letzter, « La Montansier à la Mon­­naie. Musi­­cal Theater as French Revolutionary (...)
  • 11 Cette idée est rede­­vable des ques­­tions sou­­le­­vées lors de l’ate­­lier de tra­­vail « Écrits (...)
  • 12 Marc Belissa, Fra­­ter­­nité uni­­ver­­selle et inté­­rêt natio­­nal (1713-1795). Les cosmo­politiq (...)

2« Pâte molle » ris­­quant de « noyer les reliefs » selon Michèle Fogel5, la notion de pro­­pa­­gande s’impose pour­­tant ici à l’ana­­lyse dans la mesure où ce sont les contem­­po­­rains qui en font usage. C’est la Montansier elle-­même qui qua­­li­­fie sa troupe de « troupe de la Pro­­pa­­gande », en lien avec l’objec­­tif de « pro­­pa­­ger » les prin­­cipes révo­­lu­­tion­­naires à Bruxelles6. Dési­­gnant encore au xviiie siècle l’action évan­­gé­­li­­sa­­trice de la Congregatio de propaganda fidei active depuis 16227, c’est de fait pen­­dant la Révo­­lu­­tion que le terme acquiert sa conno­­ta­­tion pro­­pre­­ment poli­­tique. D’abord uti­­lisé en mau­­vaise part, notam­­ment par des émi­­grés comme le comte d’Antraigues, inven­­teur en 1790 d’un faux « club de la pro­­pa­­gande » qui aurait eu pour pro­­gramme d’expor­­ter la Révo­­lu­­tion dans toute l’Europe8, il est retourné posi­­ti­­ve­­ment en cette année 1792 où la Montansier l’uti­­lise. Dans La Grande Nation, Jacques Godechot opé­­rait une dis­­tinction entre deux moda­­li­­tés de l’expan­­sion révo­­lu­­tion­­naire, entre une « pro­­pa­­gande spon­­ta­­née » d’une part, simple effet de la dif­­fu­­sion des idées révo­­lu­­tion­­naires, et une pro­­pa­­gande véri­­ta­­ble­­ment diri­­gée par l’« action du gou­­ver­­ne­­ment » de l’autre. Notant qu’il n’avait « pour ainsi dire pas été étu­­dié » de ce point de vue, hor­­mis les repré­­sen­­ta­­tions de la prise de la Bas­­tille sur les tré­­teaux étran­­gers, il ran­­geait le théâtre dans la pre­­mière caté­­go­­rie9. Or, c’est pré­­ci­­sé­­ment cette alter­­na­­tive binaire entre spon­­ta­­néité et action du gou­­ver­­ne­­ment que per­­met de mettre à mal le cas consi­­déré. Avec la figure de la Montansier, mais aussi avec celle de son col­­lègue Marc Doberny, entre­­pre­­neur de spec­­tacles à An­vers, qui ser­­vira de contre­­point tout au long de la démons­­tra­­tion, se dresse en effet une caté­­go­­rie bien spé­­ci­­fique d’« inter­­mé­­diaires cultu­­rels » en Révo­­lu­­tion que sont les direc­­teurs de troupes. Pour eux, l’occu­­pa­­tion des Pays-­Bas autri­­chiens par l’armée fran­­çaise, offrait, sinon un nou­­veau mar­­ché, dans la mesure où des troupes de comé­­diens fran­­çais y étaient pré­­sentes depuis long­­temps, du moins l’oppor­­tu­­nité de pou­­voir s’adres­­ser à l’État pour demander une reconnais­­sance offi­­cielle, voire une aide finan­­cière. Outre la mise au jour de docu­­ments inédits, cette étude se fonde donc notam­­ment sur une relec­­ture des lettres adres­­sées par la Montansier à Lebrun. Plu­­tôt que de les consi­­dé­­rer sim­­ple­­ment au pre­­mier degré comme une source pour reconsti­­tuer les tenants et les abou­­tis­­sants de l’épi­­sode comme d’autres ont pu le faire10, on pro­­pose de les abor­­der comme des « écrits au pou­­voir » où la nou­­velle poli­­tique pro­­sé­­lyte s’éla­­bore dans un jeu complexe met­­tant aux prises les direc­­teurs de spec­­tacle avec les attentes du pou­­voir, entre la néces­­sité pour eux de s’y confor­­mer et la pos­­si­­bi­­lité d’en modi­­fier la teneur en retour11. Au-­delà, on mon­­trera les contra­­dic­­tions aux­­quelles dut faire face dans la pra­­tique l’entre­­prise dans un contexte en rapide évo­­lu­­tion mar­­qué par la « dérive conqué­­rante »12 de la Conven­­tion à l’égard des pro­­vinces belgiques, entre la « libé­­ra­­tion » à l’ordre du jour en novembre 1792 au moment de l’ini­­tiative prise par la Montansier et la poli­­tique de « réunion » acti­­ve­­ment mise en place à par­­tir de jan­­vier 1793 lorsqu’elle arriva sur place.

Écrire au pou­­voir : la fabrique d’une poli­­tique

3Si l’on en croit la pre­­mière lettre adres­­sée par la Montansier à Lebrun en date du 26 novembre 1792, c’est un peu plus d’un mois plus tôt, vers la mi-­octobre, lors du pas­­sage du géné­­ral Dumouriez à Paris, qu’elle aurait sou­­mis son pro­­jet au récent vain­­queur de Valmy, alors en par­­tance pour sa cam­­pagne belge :

  • 13 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

« Plein [sic] de Confiance dans les succés du Géné­­ral Dumouriez je le vis à son Pas­­sage à Paris, je lui deman­­dai l’agré­­ment de Conduire à Bruxelles aus­­si­­tôt qu’il y seroit Entré, une troupe de la Pro­­pa­­gande. Il sou­­rit, m’approuva et m’y donna rendez-­vous pour les fêtes de Noel. Plus heu­­reux que Pré­­somp­­tueux, il y est entré des le 14 de ce mois ; et je n’ai pas perdu de temps pour Réa­­li­­ser nos Conven­­tions »13.

  • 14 « Vous vous trou­­ve­­rez en bonne compa­­gnie à Bruxelles, car je suis ins­­truit que nos meilleur (...)
  • 15 Charles-­François Dumouriez, La vie et les mémoires du géné­­ral Dumouriez, Paris, Baudouin frères, (...)
  • 16 AN, F7 477449, dos­­sier 4, Montansier, Pré­­cis jus­­ti­­fi­­catif pour la citoyenne Montansier et (...)
  • 17 « Je recom­­mande cette troupe au Conseil du pou­­voir Executif. Nulle part la pro­­pa­­gande theat (...)
  • 18 Charles-­François Dumouriez, op. cit., p. ­299-300.
  • 19 Jour­­nal de la Répu­­blique fran­­çaise, no 24, 18 octobre 1792.

4Dans ses Mémoires, Dumouriez ne fait pas men­­tion de cette conver­­sa­­tion avec la Montansier et s’il évoque en pas­­sant son séjour à Bruxelles, c’est pour s’en laver les mains. L’amal­­gamant avec une expé­­di­­tion plus ponc­­tuelle encore des chan­­teurs de l’Opéra attes­­tée par ailleurs14, il chiffre le coût des deux opé­­ra­­tions combi­­nées à la somme de 100000 livres et rejette la res­­pon­­sa­­bi­­lité de cette « sot­­tise » sur le seul gou­­ver­­ne­­ment15. Quant à la Montansier, accu­­sée plus tard, lors de son arres­­ta­­tion pen­­dant la Ter­­reur, « d’avoir suivi Dumouriez dans la Belgique et de lui avoir donné des fêtes », elle nia éga­­le­­ment tout contact avec le géné­­ral traître16. Cette conver­­gence de déné­­ga­­tions a pos­­te­­rio­­ri est cepen­­dant trom­­peuse. Les Mémoires de Dumouriez, publiés en 1794 par un exilé qui cher­­chait à jus­­ti­­fier sa conduite pas­­sée, sont une source peu fiable, ou du moins très biai­­sée. Sans doute Dumouriez s’intéressait-­il plus à ces ques­­tions qu’il ne veut bien l’avouer, comme le prouve la recom­­man­­da­­tion qu’il adressa de sa main au Conseil Exé­­cu­­tif en faveur de Doberny en février 179317. Dans ses Mémoires, Dumouriez cherche en fait à faire pièce aux attaques lan­­cées contre lui par les « jaco­­bins » qui « pré­­ten­­daient qu’il pas­­sait son temps au milieu des cour­­ti­­sanes et des comé­­diennes »18. Il fait ainsi réfé­­rence aux impré­­ca­­tions de Marat, notam­­ment dans un article inti­­tulé Les merles déni­­chés ou les orgies du grand Dumouriez, récit d’une soi­­rée qui avait réuni chez Talma autour du géné­­ral les chefs de la Gironde ainsi qu’une par­­tie du monde du théâtre. Por­­teur d’accu­­sa­­tions à l’encontre de Dumouriez, Marat avait fait sou­­dain irrup­­tion au cœur de la fête avant de fus­­ti­­ger la fré­­quen­­ta­­tion par le géné­­ral des « petits spec­­tacles de Paris » et des « nymphes des Varié­­tés »19.

  • 20 Olympe de Gouges, L’Entrée de Dumourier à Bruxelles ou les Vivan­­diers, Paris, Regnaud, 1793, p. 5

5Ainsi dénon­­cée avec viru­­lence par Marat, il semble bien y avoir eu à l’automne 1792 une cris­­tal­­li­­sa­­tion autour de la figure de Dumouriez dans le milieu des femmes de théâtre. À l’offre de la Montansier de conduire une troupe à Bruxelles fait ainsi écho un peu plus tard la fonc­­tion attri­­buée par Olympe de Gouges à sa pièce L’entrée de Dumouriez à Bruxelles dans la dédi­­cace à Dumouriez : « si les pièces de nos grands phi­­lo­­sophes ont pro­­duit la révo­­lu­­tion fran­­çaise, la pièce d’une femme peut pro­­duire véri­­ta­­ble­­ment celle de la Belgique, et celle de tous les peuples encore à régé­­né­­rer »20. Parmi les per­­son­­nages mis en scène figu­­raient en bonne place les sœurs Fernig, jeunes volon­­taires ayant combattu aux côtés de Dumouriez, notam­­ment dans la scène 13 de l’acte III où elles mettent hors de combat à elles seules cinq Autri­­chiens. Or c’est jus­­te­­ment cet exemple des sœurs Fernig qui est invo­­qué par la Montansier au début de sa lettre à Lebrun :

  • 21 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

« Les Braves héroïnes fernigh Combattent pour la Liberté : moi, je veux tacher d’en pro­­pa­­ger les prin­­cipes & l’amour. Les moyens dont je veux faire usage sont ceux des illu­­sions et de la séduc­­tion et je dois m’en pro­­mettre des Effets non moins surs que de ceux obte­­nus par nos armées »21.

  • 22 Dominique Godineau, « Beauté, respect et vertu : la séduc­­tion est-­elle répu­­bli­­caine ? (­1770 (...)

6Manière pour la Montansier de reven­­di­­quer d’emblée son action comme femme, la réfé­­rence aux sœurs Fernig lui per­­met en même temps de se dis­­tin­­guer de ce modèle de la femme guer­­rière en met­­tant en avant son manie­­ment d’une arme pro­­pre­­ment fémi­­nine, la « séduc­­tion ». Dans un contexte dis­­cur­­sif répu­­bli­­cain mar­­qué par le refus géné­­ra­­lisé de cette notion22, cette pro­­po­­si­­tion est sin­­gu­­lière. Y trans­­paraît le passé de la Montansier, femme d’Ancien Régime cher­­chant à s’adap­­ter à la nou­­velle donne révo­­lu­­tion­­naire.

  • 23 Sur la Montansier, Louis-­Henry Lecomte, La Montansier, ses aven­­tures, ses entre­­prises (1730-18 (...)
  • 24 Essais his­­to­­riques sur la vie de Marie-­Antoinette d’Autriche, reine de France, pour ser­­vir à (...)
  • 25 La Ribaude du Palais-­Royal, ou Anec­­dotes inté­­res­­santes et gaillardes tirées de la vie liber­ (...)
  • 26 Procès-­verbal de l’assem­­blée natio­­nale ; imprimé par son ordre, Paris, Impri­­merie natio­­nal (...)
  • 27 Deux jours plus tard, une dépu­­ta­­tion des socié­­taires de la Comé­­die fran­­çaise se pré­­sent (...)

7Née en 1730 à Bayonne, Mar­­gue­­rite Bru­­net, dite made­­moi­­selle Montansier, avait commencé par mener une vie de cour­­ti­­sane, avant de se lan­­cer dans la car­­rière théâ­­trale23. Elle aban­­donne très vite la scène pro­­pre­­ment dit pour la direc­­tion de troupes. Grâce à son flair et son sens des affaires, mais aussi aux rela­­tions qu’elle tisse patiem­­ment à Paris et à la Cour, elle se taille pro­­gres­­si­­ve­­ment un véri­­table empire théâ­­tral en cumu­­lant les pri­­vi­­lèges pro­­vin­­ciaux et urbains, dans l’ouest de la France en par­­ti­­cu­­lier. Le cœur de cet empire est Versailles, où elle obtient le pri­­vi­­lège en 1768, avant d’y faire construire une nou­­velle salle inau­­gu­­rée en 1777. Jouis­­sant de la faveur de la reine, elle est direc­­trice des spec­­tacles à la suite de la Cour et va jusqu’à conce­­voir le pro­­jet d’obte­­nir le pri­­vi­­lège géné­­ral de tous les théâtres du royaume, pro­­jet qui est néan­­moins tor­­pillé par le baron de Breteuil en 1784. Elle pro­­fite ensuite des bou­­le­­ver­­se­­ments qui touchent le monde du théâtre pen­­dant la Révo­­lu­­tion pour s’atta­­quer au seul bas­­tion qui lui résiste encore, Paris, où elle reprend en avril 1790 la salle dite des Beau­­jo­­lais, la fai­­sant agran­­dir par Victor Louis. Mais déjà, son passé au ser­­vice de la monar­­chie la rat­­trape. Dès 1789, un libelle contre Marie-­Antoinette dépeint la « grosse Montansier » comme une créa­­ture de cette der­­nière, obé­­rée de dettes24. Et l’année sui­­vante, c’est à elle seule qu’est consa­­cré un pam­­phlet por­­no­­gra­­phique au titre évo­­ca­­teur25. On conçoit donc qu’avec une telle répu­­ta­­tion elle ait res­­senti le besoin, très vite après le 10 août, de mon­­trer patte blanche et d’affir­­mer sa loyauté à l’égard du nou­­veau régime. Le 3 sep­­tembre, dans le cli­­mat de mobi­­li­­sa­­tion géné­­rale contre l’inva­­sion prus­­sienne, elle envoie à la barre de la Conven­­tion quatre-vingt cinq de ses employés, qui annoncent la for­­ma­­tion d’une compa­­gnie franche prête à s’enrô­­ler « pour s’oppo­­ser à la marche des enne­­mis qui menacent & la Patrie & notre Liberté »26. Mais si cette ini­­tiative leur vaut les applau­­dis­­se­­ments de l’Assem­­blée et les hon­­neurs de la séance, elle est somme toute rela­­ti­­ve­­ment banale, et ne peut suf­­fire à témoi­­gner d’un zèle par­­ti­­cu­­lier pour la Répu­­blique27. Pour cela, pour faire défi­­ni­­ti­­ve­­ment oublier un dan­­ge­­reux passé, il fal­­lait aller plus loin : c’est là sans doute le véri­­table motif de l’expé­­di­­tion bruxelloise.

  • 28 AN, F1e 11, dos­­sier 5, Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

8Forte de l’appro­­ba­­tion de Dumouriez, la Montansier, dans sa lettre à Lebrun, pré­­sente le pro­­jet comme déjà en voie de réa­­li­­sa­­tion, les « pré­­pa­­ra­­tifs » pour le départ déjà bien en train. Elle ne demande donc pas au ministre qu’il l’auto­­rise mais qu’il l’offi­­cia­­lise, en lui déli­­vrant ce qu’elle appelle un « signe osten­­sible de Bien­­veillance » des­­tiné à lui évi­­ter « tra­­cas­­se­­ries » ou « retard » sur la route et à lui per­­mettre d’obte­­nir sur place « secours & pro­­tec­­tion »28. Comme en pas­­sant, elle se per­­met de faire à Lebrun une sug­­ges­­tion :

  • 29 Ibid.

« ce que je fais comme par­­ti­­cu­­lier, devroit peut être être pris par des Ministres aussi sages que Patriotes comme une mesure tres Essen­­tielle pour pro­­pa­­ger les Grands Prin­­cipes de notre Révo­­lu­­tion : j’ir­ois donc à pen­­ser que, Réus­­sis­­sant, elle auroit acquis des Droits aux Bien­­faits de la Patrie, et que ne Réus­­sis­­sant pas elle en auroit encore a des encoura­gemens »29.

9Loin que le pro­­jet de mettre le théâtre au ser­­vice de la pro­­pa­­ga­­tion de la révo­­lu­­tion ait été mûri en haut lieu puis mis à exé­­cu­­tion, il est au contraire sug­­géré au ministre par la Montansier. Mais cette sug­­ges­­tion n’était pas dénuée d’arrière-­pensées, comme en atteste le fait qu’elle amène la demande d’une éven­­tuelle sub­­ven­­tion. Conseiller au gou­­ver­­ne­­ment d’ins­­ti­­tution­­na­­li­­ser ce qui était au départ une ini­­tiative indi­­vi­­duelle, c’était en effet non seule­­ment affi­­cher son zèle au ser­­vice de la révo­­lu­­tion, mais aussi lui don­­ner la pos­­si­­bi­­lité de jus­­ti­­fier au nom d’une poli­­tique sys­­té­­ma­­tique une sub­­ven­­tion qui aurait pu appa­­raître comme le résul­­tat d’une simple faveur.

  • 30 Ibid., Lebrun à la Montansier, 27 novembre 1792.
  • 31 Jean Sgard (dir.), Dic­­tion­­naire des jour­­naux 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, notice 739.
  • 32 Sur Lebrun, ses liens avec Dumouriez et, au-­delà, l’hypo­­thèse de l’exis­­tence d’un véri­­table (...)
  • 33 Sur l’agence, Suzanne Tassier, His­­toire de la Belgique sous l’occu­­pa­­tion fran­­çaise en 1792 (...)

10S’il n’était donc pas à l’ori­­gine du pro­­jet, le gou­­ver­­ne­­ment n’en accueillit pas moins très favo­­ra­­ble­­ment les plans de la Montansier. Dès le 27 novembre, Lebrun lui répon­­dit en l’applau­­dis­­sant de son ini­­tiative. Il lui pro­­met­­tait de sou­­mettre sa demande au Conseil exé­­cu­­tif le soir même et d’essayer de lui obte­­nir des « Encouragemens »30. L’enthou­­siasme du ministre s’explique aisé­­ment. Co-­fondateur en 1785 du Jour­­nal géné­­ral de l’Europe édité à Liège, Lebrun s’y était donné pour but de « pro­­pa­­ger le règne des Lumières » et de « répandre dans le public les sages prin­­cipes de la Phi­­lo­­sophie et de la Rai­­son »31. Réfu­­gié à Paris fin 1790 après l’échec de la révo­­lu­­tion lié­­geoise au cours de laquelle il avait joué un rôle impor­­tant, il s’était mis à mili­­ter en faveur d’une inter­­ven­­tion fran­­çaise des­­ti­­née à libé­­rer Liège et la Belgique. Devenu pre­­mier commis de Dumouriez lors du pas­­sage de ce der­­nier au minis­­tère des Affaires Étran­­gères (de mars à juin 1792), il avait pris sa suc­­ces­­sion après le 10 août32. Au début du mois de novembre, il avait créé, à la demande de Dumouriez, une « agence fran­­çaise » char­­gée d’accé­­lé­­rer l’orga­­ni­­sa­­tion nou­­velle de la Belgique33. Le 18, il expli­­quait au Comité des Belges et Lié­­geois que

  • 34 AN, F1e 30, dos­­sier 1, « Ren­­sei­­gne­­ments divers, ­1792-1793 », Lebrun au Comité des Belges e (...)

« le Gou­­ver­­ne­­ment françois, quoique déter­­miné à n’user d’aucun moyen de vio­­lence pour faire adop­­ter aux Pro­­vinces Belgiques une consti­­tution pure­­ment Répu­­bli­­caine, ne s’est cepen­­dant pas inter­­dit d’y influer, par tous les autres moyens Poli­­tiques et de per­­sua­­sion dont il peut dis­­po­­ser »34.

  • 35 Ibid., F1e 11, dos­­sier 5, Lebrun à la Montansier, 29 novembre 1792.
  • 36 Ibid., AF II*/2, Séance 90 du Conseil Exé­­cu­­tif Pro­­vi­­soire du 25 décembre 1792, p. 3. Ces fo (...)

11C’est donc sans doute le fait que le pro­­jet de la Montansier entrait en conver­­gence avec cette poli­­tique qui explique sa récep­­tion favo­­rable. Le 29, Lebrun lui annon­­çait qu’un arrêté lui serait remis en guise de « titre osten­­sible » et qu’il « a même été résolu qu’on vous donneroit des Encouragemens »35. Ce qui fut fait le 25 décembre, un arrêté du Conseil Exé­­cu­­tif sti­­pu­­lant que « le Ministre des Affaires Étran­­gères est auto­­risé à déli­­vrer à la Citoyenne Montensier une somme de vingt mille livres, à titre de secours et d’encou­­ra­­ge­­ment »36.

  • 37 Ibid., AF II*/1, Séance 32 du Conseil Exé­­cu­­tif Pro­­vi­­soire du 25 sep­­tembre 1792, p. ­139-1 (...)
  • 38 Cité par Edith Ber­­nar­­din, Jean-­Marie Roland et le minis­­tère de l’Inté­­rieur (­1792-1793), P (...)

12Cet arrêté du 25 décembre n’était en réa­­lité qu’une exten­­sion de celui du 25 sep­­tembre, qui accor­­dait un secours de 25000 livres cha­­cun au théâtre fran­­çais de la rue de Riche­­lieu et au théâtre Molière de la rue Saint-­Martin, eu égard à leurs états de ser­­vice patrio­­tiques et à leur situa­­tion finan­­cière très pré­­caire, mais aussi à des prin­­cipes géné­­raux qui esquissent la nature émi­­nem­­ment poli­­tique de la fonc­­tion attri­­buée au théâtre, « par­­tie essen­­tielle du sys­­tème de l’ins­­truc­­tion Natio­­nale », capable de « for­­mer les mœurs d’un peuple » et de « sou­­te­­nir » et « épu­­rer » l’« esprit public »37. Or cet arrêté à son tour n’était expli­­ci­­te­­ment qu’une appli­­ca­­tion au théâtre du décret du 18 août 1792 qui avait doté de 100000 livres le « Bureau de l’esprit public » créé par Roland au sein du minis­­tère de l’Inté­­rieur afin de dif­­fu­­ser des impri­­més dans les dépar­­te­­ments et d’y « sou­­te­­nir l’esprit public »38. Si la sol­­li­­ci­­ta­­tion de la Montansier avait ren­­contré l’adhé­­sion des auto­­ri­­tés, c’est donc parce qu’elle entrait en conver­­gence avec une poli­­tique plus glo­­bale de sou­­tien à l’acti­­vité théâ­­trale, laquelle était elle-­même une suite de la poli­­tique de for­­ma­­tion de l’opi­­nion menée sous la hou­­lette de Roland. Plus pré­­ci­­sé­­ment, la chro­­no­­lo­­gie de cette chaîne de textes offi­­ciels éclaire sous un autre jour la genèse du pro­­jet de la Montansier. Sans doute était-­ce l’arrêté du 25 sep­­tembre qui avait dans un pre­­mier temps fait ger­­mer chez elle l’idée de sol­­li­­ci­­ter une sub­­ven­­tion de la part du gou­­ver­­ne­­ment pour son théâtre. L’expé­­di­­tion bruxelloise aurait alors été conçue dans cette perspec­­tive, afin d’accré­­di­­ter la légi­­ti­­mité de cette demande. On voit ainsi à l’œuvre le méca­­nisme d’inter­­ac­­tion réci­­proque entre ini­­tiatives gou­­ver­­ne­­men­­tales et ini­­tiatives indi­­vi­­duelles dans le pro­­ces­­sus d’ins­­ti­­tution­­na­­li­­sation de la poli­­tique pro­­sé­­lyte.

  • 39 AN, F1e 27, Liasse « Marc », Marc Doberny au Conseil Exé­­cu­­tif, 8 février 1793.
  • 40 Ibid., Lebrun à Marc Doberny, 17 février 1793. Une deuxième puis une troi­­sième sol­­li­­ci­­ta­­t (...)
  • 41 Ibid., F1e 18, dos­­sier 2, Lebrun aux commis­­saires natio­­naux à An­vers, 17 février 1793.

13Ce pro­­ces­­sus au demeu­­rant demeura inachevé, comme le prouvent les sol­­li­­ci­­ta­­tions de Doberny et le trai­­te­­ment dont elles firent l’objet quelques mois plus tard. D’une part, c’est lui qui, comme la Montansier, avait dû prendre l’ini­­tiative de sol­­li­­ci­­ter Lebrun. D’autre part, s’il pou­­vait arguer du pré­­cé­­dent que consti­­tuaient les sub­­sides qu’elle avait obte­­nus, c’était sur le mode de la faveur indi­­vi­­duelle et non en appli­­ca­­tion de prin­­cipes géné­­raux : « je récla­­me­­rai pour moi la même faveur qu’a obte­­nue la Citoyenne Montansier. Je puis rendre à An­vers les mêmes ser­­vices qu’elle a ren­­dus à Bruxelles, avec infi­­ni­­ment moins de frais »39. Or Doberny avait beau van­­ter ainsi le coût modique de ses ser­­vices, il n’obtint pas pour autant de sub­­ven­­tion. Lebrun l’assura du sou­­tien des commis­­saires natio­­naux et l’encou­­ra­­gea à don­­ner « quelques repré­­sen­­ta­­tions patrio­­tiques ». Mais vrai­­sem­­blab­­le­­ment échaudé à cette date par les échos du peu de suc­­cès ren­­contré par la Montansier, il refusa d’enga­­ger le Conseil quant à des « assis­­tances pécu­­niaires » qui « entraî­­ne­­raient la Répu­­blique dans des sacri­­fices au-­delà de ses forces dans les cir­­constances dis­­pendieuses où elle se trouve »40. Il écri­­vit aux commis­­saires natio­­naux à An­vers de lui four­­nir une preuve de l’effi­­ca­­cité de l’action de Doberny : « un sacri­­fice quel­­conque n’aurait lieu que […] si vous en démon­­triez la néces­­sité par les bons effets qu’auraient pu pro­­duire les repré­­sen­­ta­­tions civiques et spon­­ta­­nées du comé­­dien Marc sur les théâtres d’An­vers »41. Le pre­­mier enthou­­siasme passé, le pou­­voir, en deman­­dant des résul­­tats et en s’adres­­sant à ses agents locaux pour les authen­­ti­­fier, avait déve­­loppé en quelque sorte un méca­­nisme de défense contre les sol­­li­­ci­­ta­­tions.

14De fait, ce méca­­nisme n’était pas de trop car, dans leur zèle à accré­­di­­ter leur uti­­lité sur place, il pou­­vait arri­­ver aux sol­­li­­ci­­teurs de se livrer à quelque mani­­pu­­la­­tion. « Jamais dépense n’aura été plus fruc­­tueuse » avait clamé la Montansier à l’orée de son séjour bruxellois, décri­­vant à Lebrun un pays « loin de l’esprit public qui devroit l’ani­­mer », encore sous la coupe de l’aris­­to­­cra­­tie et du clergé :

« l’aris­­to­­cra­­tie y regne. Les nobles y ont encore du credit ; Les Pretres y ont beau­­coup d’influ­­ence : Les Pré­­ju­­gés reli­­gieux y regnent dans toute leur force ».

  • 42 Ibid., F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 4 jan­­vier 1793.

15Ce sombre tableau fai­­sait res­­sor­­tir de manière d’autant plus aiguë la néces­­sité « d’employer tous les moyens que la Poli­­tique d’un peuple libre peut auto­­ri­­ser, pour arra­­cher le ban­­deau qui couvre les yeux des habi­­tants de ce pays »42.

  • 43 Ibid..
  • 44 Moreton n’était pas peu fier de cette réus­­site diplo­­ma­­tique : « Je me fais une espéce de méri (...)
  • 45 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793.
  • 46 Le vers exact est « Le Roi le plus cou­­pable est un objet sacré » (De Belloy, Pierre le Cruel, Par (...)
  • 47 Voir le réper­­toire de son théâtre pari­­sien sur http://www.cesar.org.uk.

16Pour­­tant, ce bilan de sa mis­­sion dressé par anti­­ci­­pation était d’autant plus pré­­ma­­turé qu’à cette date, la Montansier n’avait encore donné aucun spec­­tacle. Arri­­vée à Bruxelles le 2 jan­­vier 1793 au matin, elle s’était en effet immé­­dia­­te­­ment heur­­tée à l’obs­­tacle que repré­­sen­­tait la pré­­sence de la troupe rési­­dente à La Mon­­naie, laquelle n’avait aucune inten­­tion de lui céder la place. Il fal­­lut donc négo­­cier. Le géné­­ral Moreton, qui comman­­dait à Bruxelles, pré­­sida une pre­­mière séance de trac­­ta­­tions infruc­­tueuse le 3 jan­­vier43, avant de par­­ve­­nir quelques jours plus tard, à la faveur d’une session-­marathon qui dura « depuis onze heures du matin jusqu’à neuf heures du soir », à impo­­ser aux direc­­teurs bruxellois récal­­ci­­trants un arran­­ge­­ment44. Pour cela, il avait dû user de la menace, pre­­nant pré­­texte à l’ins­­ti­­gation de la Montansier de la repré­­sen­­ta­­tion qu’ils avaient don­­née de Pierre le Cruel, tra­­gé­­die « anti-­révolutionnaire » de De Belloy45. À l’appui de cette lec­­ture, « dans la foule de vers aris­­to­­cra­­tiques dont four­­mille l’ouvrage », la Montansier en citait à Lebrun une dou­­zaine, et notam­­ment l’alexan­­drin « Un roy même cou­­pable, est un objet sacré », dont l’appli­­ca­­tion en ce mois de jan­­vier 1793 où se dérou­­lait le pro­­cès de Louis XVI était en effet sus­­pecte46. Pour­­tant, et la Montansier le savait bien pour avoir donné la pièce à son théâtre pari­­sien quelques mois plus tôt47, loin de pré­­sen­­ter une défense de la monar­­chie, la pièce de De Belloy met­­tait en scène le pro­­blème de la tyran­­nie sous les traits du roi de Castille Dom Pedre, dépeint comme un monstre san­­gui­­naire, oppres­­seur et par­­jure. À la scène 4 de l’acte III s’élève un débat entre Édouard, prince anglais, qui défend Dom Pedre mal­­gré ses nom­­breux for­­faits au nom de son titre de roi (ce sont les vers cités par la Montansier) et Du Guesclin qui sou­­tient au contraire les droits du peuple cas­­tillan opprimé, dont il se fait le porte-­parole :

« Dom Pedre nous a fait ren­­trer dans tous nos droits ;

Est-­ce pour l’égor­­ger que le peuple a des Rois ?

Quand on s’est séparé de la nature humaine,

Que pour elle, d’un tigre on imite la haine,

Comment des nations réclame-­­t-on la foi ?

  • 48 De Belloy, op. cit., acte III, scène 4.

Abju­­rant le nom d’homme, on perd le nom de Roi »48.

  • 49 Jour­­nal de la société des amis de la liberté et de l’éga­­lité éta­­blie à Bruxelles, no 2, lundi (...)
  • 50 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793.

17Évi­­dem­­ment, la Montansier s’était bien gar­­dée de citer cette « hor­­rible maxime, redou­­table […] à tout Roi légi­­time » ou encore le dénoue­­ment de la pièce, puisque le rideau tombe sur la mort (plus ou moins acci­­den­­telle, certes, selon les ver­­sions) du tyran. Car en réa­­lité, les direc­­teurs bruxellois n’avaient pas attendu son arri­­vée pour offrir au public un pro­­gramme de pièces révo­­lu­­tion­­naires. Dès le 19 novembre, soit cinq jours après l’entrée de Dumouriez dans la ville, une repré­­sen­­ta­­tion de Guillaume Tell était don­­née en son hon­­neur à La Mon­­naie49. Et le pro­­gramme de la salle bruxelloise pour le mois de décembre 1792 contient des pièces comme Le Mariage de Figaro, Tancrède et Brutus de Vol­­taire ou encore CharlesIX ou l’École des Rois de Marie-­Joseph Chénier. En somme, l’entre­­prise de la Montansier était redon­­dante et sa lec­­ture contre-­révolutionnaire de la pièce de De Belloy impo­­sée au géné­­ral Moreton et à Lebrun un stra­­ta­­gème presque déses­­péré pour ne pas « retour­­ner à Paris avec ma troupe sans jouer »50.

« Pas un habi­­tant du pays n’y a paru » :
dif­­fi­­cultés et contra­­dic­­tions de l’entre­­prise

  • 51 Ibid., dos­­sier 5.
  • 52 Sur Col­lot d’Herbois acteur et direc­­teur de troupe, cf. Michel Biard, Col­lot d’Herbois : légend (...)
  • 53 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792. Pour une liste des par­­titions (...)
  • 54 La sai­­son théâ­­trale dans la France d’Ancien Régime commen­­çait tra­­di­­tion­­nel­­le­­ment le (...)
  • 55 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793 et AN, F1e 27, Liasse « Marc », M (...)

18Ayant réussi à dis­­qua­­li­­fier la troupe bruxelloise pour son réper­­toire supposément hété­­ro­­doxe, la Montansier se devait a contrario d’éta­­blir l’ortho­­doxie du sien. Elle envoya donc à Lebrun un « réper­­toire pro­­vi­­soire des pièces que la Troupe de la Citoyenne Montansier jouera à Bruxelles », liste de vingt-cinq « pièces patrio­­tiques » clas­­sées par genres (tra­­gé­­dies et drames, comé­­dies et chant)51. Ce réper­­toire est composé en pre­­mier lieu de pièces nou­­velles issues de la Révo­­lu­­tion, tra­­gé­­dies his­­to­­riques comme CharlesIX ou l’École des Rois de Marie-­Joseph Chénier, comé­­dies, œuvres des deux conven­­tion­­nels Fabre d’Églantine et Col­lot d’Herbois en par­­ti­­cu­­lier52, et spec­­tacles musi­­caux patrio­­tiques, tableaux éla­­bo­­rés ou simples chants, notam­­ment La Mar­­seillaise, dont la Montansier disait pos­­sé­­der une « par­­tition Superbe, que je n’ai pu don­­ner à Paris par la Pompe qu’elle exige »53. Un second groupe est consti­­tué par des tra­­gé­­dies plus anciennes, qu’on peut qua­­li­­fier de répu­­bli­­caines, comme Scévole de Pierre du Ryer ou Brutus et La Mort de César de Vol­­taire. Enfin, deux pièces anti­­clé­­ri­­cales, Les Vic­­times cloî­­trées de Monvel et Mélanie ou la Reli­­gieuse de La Harpe. À cet égard d’ailleurs, en deçà du contenu du réper­­toire, c’est le calen­­drier de la sai­­son théâ­­trale, mar­­qué tra­­di­­tion­­nel­­le­­ment par la césure pas­­cale, qui devait mani­­fes­­ter la rup­­ture avec l’ordre ancien54. La Montansier, eu égard aux « abus reli­­gieux dont le pays est infecté », avait mis en avant sa volonté de jouer pen­­dant la semaine sainte, tan­­dis que Doberny avait demandé à Lebrun la per­­mis­­sion de jouer pen­­dant le Carême55. Il y avait là coïn­­ci­­dence entre l’inté­­rêt bien compris d’entre­­pre­­neurs de spec­­tacles dési­­reux d’aug­­men­­ter leurs recettes et l’idéo­­lo­­gie révo­­lu­­tion­­naire.

19Vingt-­cinq pièces cepen­­dant, sachant qu’il fal­­lait en don­­ner au moins deux chaque soir, c’était peu pour toute une sai­­son théâ­­trale. Il était donc exclu de ne repré­­sen­­ter que des pièces patrio­­tiques, même si la Montansier n’avait pas cru bon de le pré­­ci­­ser à Lebrun… Peu après l’arri­­vée de la troupe à Bruxelles, un des comé­­diens, La Cave, membre de la société des Amis de la liberté et de l’éga­­lité de Versailles, prit la parole devant son homo­­logue bruxelloise pour pré­­ci­­ser les cri­­tères qui pré­­si­­de­­raient au choix du réper­­toire :

  • 56 Jour­­nal de la société des amis de la liberté et de l’éga­­lité éta­­blie à Bruxelles, no 48, lund (...)

« Nous pre­­nons l’enga­­ge­­ment de jouer toutes les pièces les plus propres à éclai­­rer l’esprit public ; & dans les pièces que nous serons obli­­gés de jouer pour rem­­plir notre réper­­toire, nous choi­­si­­rons celles qui, par leurs prin­­cipes, peuvent prou­­ver aux peuples, que c’est parmi lui que s’est tou­­jours trouvé l’exemple des ver­­tus publiques & par­­ti­­cu­­lières, que les grands sont des oppres­­seurs, les riches des égoïstes, les mau­­vais prêtres le fléau de l’huma­­nité, comme les bons peuvent en être l’espoir & la conso­­la­­tion »56.

  • 57 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793. De même, Doberny à An­vers, ne s (...)

20Par la néces­­sité des choses se des­­si­­nait donc une dif­­fé­­rence entre deux réper­­toires dis­­tincts, la ving­­taine de pièces patrio­­tiques à pro­­pre­­ment par­­ler d’une part et un réper­­toire bis d’autre part, « pour rem­­plir », composé de pièces qui n’étaient pas consa­­crées comme patrio­­tiques mais dont La Cave garan­­tis­­sait néan­­moins la dimen­­sion popu­­laire, contre les « grands », les « riches » et les « mau­­vais prêtres ». Ce qui cor­­res­­pond à l’objec­­tif exprimé par la Montansier de tou­­cher un public popu­­laire, par le moyen notam­­ment de repré­­sen­­ta­­tions gra­­tuites : « mon pro­­jet est aussi de don­­ner des repré­­sen­­ta­­tions gra­­tis pour la classe du peuple qui ne peut se pro­­cu­­rer l’amu­­se­­ment du spec­­tacle (et il est impor­­tant d’éclai­­rer cette classe !) »57.

  • 58 Biblio­­thèque royale de Belgique, VH 23.211 A.
  • 59 AN, F1e 18, dos­­sier 4, Les commis­­saires natio­­naux Gouget-­Deslandres, Robert et Chépy au Cons (...)
  • 60 Il y a une cer­­taine marge d’erreur : on ne peut être cer­­tain que la pièce annon­­cée dans le jo (...)
  • 61 Ce chiffre comprend les repré­­sen­­ta­­tions de L’Apo­­théose de Beaurepaire de Lesur, alors que d (...)
  • 62 À par­­tir de chiffres légè­­re­­ment dif­­fé­­rents, on rejoint sur ce point les conclu­­sions de (...)

21Or grâce au Jour­­nal de Bruxelles58, auquel vient s’ajou­­ter une affiche trou­­vée aux Archives natio­­nales59, il est pos­­sible de reconsti­­tuer au jour le jour le réper­­toire joué effec­­ti­­ve­­ment et ainsi d’y éva­­luer la place du réper­­toire patrio­­tique sou­­mis au ministre60. Entre le 7 jan­­vier et le 23 mars 1793, au cours de 65 soi­­rées, la troupe de la Montansier donna 134 repré­­sen­­ta­­tions de 86 pièces dis­­tinctes. L’éta­­blis­­se­­ment d’un clas­­se­­ment des pièces les plus jouées semble à pre­­mière vue mon­­trer que la Montansier avait tenu ses pro­­messes, puisque la pièce la plus repré­­sen­­tée (7 fois) fut Le Départ des Volon­­taires villa­­geois vers les Fron­­tières, tableau patrio­­tique de Lavallée, sui­­vie de près par L’Apo­­théose de Beaurepaire de Lesur, célé­­brant l’héroïsme d’un défen­­seur de Verdun (5 fois). Dans cette liste on trouve éga­­le­­ment bien pla­­cés Scévole et Les Vic­­times cloî­­trées
(4 fois cha­­cune) ou encore La Liberté conquise et Mélanie (3 fois). Brutus de Vol­­taire fut joué deux fois. Mais l’impres­­sion ainsi don­­née par la répé­­tition fré­­quente de ces pièces doit être nuan­­cée. Car si l’on adopte une perspec­­tive plus glo­­bale, on constate que sur les 134 repré­­sen­­ta­­tions don­­nées, seules 32 (soit moins du quart) étaient des pièces figu­­rant au réper­­toire envoyé au ministre61. Quan­­ti­­tati­­ve­­ment, le réper­­toire bis était donc en réa­­lité le réper­­toire prin­­ci­­pal. Au clas­­se­­ment des auteurs les plus joués, c’est l’auteur d’arle­­qui­­nades et de comé­­dies légères Florian qui arrive en tête, avec neuf repré­­sen­­ta­­tions, devant Lavallée. Grétry appa­­raît neuf fois pour neuf pièces dif­­fé­­rentes, signe de la pré­­gnance de l’opéra-­comique dans la pro­­gram­­ma­­tion de la troupe. Vol­­taire, lui, avec quatre repré­­sen­­ta­­tions, ne figure qu’en cin­­quième posi­­tion, der­­rière Desforges et à éga­­lité avec Molière. En somme, le réper­­toire joué par la Montansier à Bruxelles était avant tout un réper­­toire de comé­­dies et d’opéras-­comiques issus de l’Ancien Régime, qui consti­­tue le fond de commerce des troupes de théâtre pen­­dant toute la période révo­­lu­­tion­­naire62.

  • 63 AN, F1e 18, Dos­­sier « An­vers. Pièces jus­­ti­­fi­­catives du 3e rap­­port de la Belgique », Lias (...)
  • 64 Ibid., F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793.
  • 65 Défi­­cit qu’elle pen­­sait fina­­le­­ment pou­­voir faire payer aux Belges : « je suis éloi­­gnée (...)

22La compa­­rai­­son entre le réper­­toire joué effec­­ti­­ve­­ment et le réper­­toire sou­­mis au ministre témoigne de l’écart entre la bonne volonté poli­­tique pro­­cla­­mée et les néces­­si­­tés éco­­no­­miques et commer­­ciales aux­­quelles était sou­­mise l’entre­­prise théâ­­trale de la Montansier (à moins de consi­­dé­­rer qu’il s’agis­­sait d’une manière habile de faire pas­­ser la pilule des pièces patrio­­tiques, en l’enro­­bant de comé­­dies et d’ariettes). D’autant plus qu’outre les contraintes habi­­tuelles, inhé­­rentes à l’éco­­no­­mie théâ­­trale du xviiie siècle, elle était gre­­vée de charges par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment lourdes. L’accord auquel elle était par­­ve­­nue avec les direc­­teurs bruxellois était en effet léo­­nin, comme elle s’en plai­­gnit amè­­re­­ment au ministre. Celui-­ci ne s’en ren­­dit compte qu’avec retard, les doléances de la Montansier ayant été relayées par les commis­­saires natio­­naux envoyés par le pou­­voir exé­­cu­­tif63. Elle s’était en effet enga­­gée à leur ver­­ser 15000 livres de dédom­­ma­­ge­­ment (soit les trois quarts de la somme qu’elle avait obte­­nue du Conseil exé­­cu­­tif), à « payer tous les appointemens des employés quel­­conques du spec­­tacle de Bruxelles » jusqu’à Pâques, à don­­ner quelques repré­­sen­­ta­­tions au béné­­fice des acteurs de leur troupe, à quoi s’ajou­­taient le « lumi­­naire et géné­­ra­­le­­ment tous les frais que néces­­site le spec­­tacle »64. Sachant qu’il lui fal­­lait aussi entre­­te­­nir sa propre troupe, on conçoit que l’entre­­prise fut rapi­­de­­ment défi­­ci­­taire (d’autant que le public, on le verra, ne fut pas très nom­­breux), comme elle l’avait du reste prévu65. D’après les commis­­saires, la posi­­tion de la Montansier était vers la mi-­mars deve­­nue « embar­­ras­­sante » :

  • 66 AN, F1e 18, dos­­sier 1, Gouget-­Deslandres et Robert à Lebrun, 17 mars 1793.

« Sans argent, puisque tout celui se reçoit à la porte du spec­­tacle entre dans les mains de son ces­­sion­­naire, et se trouve employé à l’Entre­­tien des frais jour­­na­­liers, comme nous nous en sommes assu­­rés par l’Ins­­pec­­tion de ses Etats de Recette et de Dépense des mois de Jan­­vier et de Février pour les­­quels il y a un défi­­cit de 7 à 8 mille francs à peu près, elle vient chaque jour nous sol­­li­­ci­­ter de lui faire prê­­ter au moins mille écus. Elle a auprès d’elle vingt artistes qu’elle ne peut sou­­te­­nir faute de fonds et qui en sont réduits à vendre leurs Effets pour s’aider mutuel­­le­­ment. Nous avons crû qu’il é­toit de la dignité de la Répu­­blique de ne pas [les] aban­­don­­ner […] En consé­­quence nous avons fait prê­­ter à la Citoyenne Montansier, mille écus en espèces par le Payeur de l’armée, sauf à lui en faire dimi­­nu­­tion sur le dédom­­ma­­ge­­ment qu’elle a droit d’attendre du Conseil Exé­­cu­­tif »66.

  • 67 Ibid., F1e 11, dos­­sier 7, « Note pour le Conseil ». Le coût véri­­table est donc néan­­moins moi­ (...)

23Le cal­­vaire de la Montansier, réduite à qué­­man­­der de quoi sur­­vivre, tou­­chait heu­­reu­­se­­ment à sa fin : quelques jours plus tard, la défaite de Neerwinden son­­nait le glas de sa pré­­sence à Bruxelles. Au total, d’après la note qu’elle pré­­senta au Conseil à son retour, l’expé­­di­­tion avait coûté un peu plus de 53000 livres (total en assi­­gnats)67.

  • 68 Sur le contexte bruxellois, Janet L. Polasky, Revolution in Brussels : 1787-1793, Bruxelles, Aca­­d (...)

24La récep­­tion bruxelloise de l’expé­­di­­tion s’est mal­­heu­­reu­­se­­ment avé­­rée dif­­fi­­cile à docu­­men­­ter, et il faut se contenter d’élé­­ments indi­­rects68. La seule fois où elle fut men­­tion­­née à la Conven­­tion, ce fut en bonne part, dans la bouche du député Duhem qui déclara :

  • 69 Gazette natio­­nale ou le Moni­­teur uni­­ver­­sel, no 74, ven­­dredi 15 mars 1793, p. ­694-5. S’il (...)

« J’ai pris des ren­­sei­­gne­­ments sur la conduite de la Montansier : elle est à Bruxelles, où Delacroix m’a assuré qu’elle avait rendu de grands ser­­vices à la liberté, en don­­nant gra­­tis, pour l’ins­­truc­­tion du peuple, des pièces très révo­­lu­­tion­­naires. Ses acteurs ont converti plus d’aris­­to­­crates que les aris­­to­­crates ne per­­ver­­ti­­ront de patriotes »69.

  • 70 AAE, CP Pays Bas espa­­gnols et autri­­chiens, vol. 184, 1793, Deshacquets à Lebrun, 17 mars 1793 : (...)

25Mais la lec­­ture de ce compte rendu de séance fit bon­­dir Deshacquets, cor­­res­­pon­­dant per­­manent du ministre des Affaires Étran­­gères à Bruxelles, qui tout en ren­­dant hom­­mage au zèle et au patrio­­tisme de la Montansier et de sa troupe, s’esti­­mait tenu de réta­­blir la « vérité »70. En poste à Bruxelles depuis plu­­sieurs années, contrai­­re­­ment aux commis­­saires envoyés par la Conven­­tion et le pou­­voir exé­­cu­­tif, il pou­­vait mettre en perspec­­tive les résul­­tats obte­­nus :

« Voici des faits. Ils méritent quelque consi­­dé­­ra­­tion : ils peignent l’esprit public.

Les 3 ou 4 fois qu’on a donné spec­­tacle gra­­tis la salle n’a été rem­­plie que de mili­­taires françois. Pas un habi­­tant du pays n’y a paru. On dira que la classe appe­­lée autre­­fois du bas peuple ne comprend pas la langue : il seroit donc plus utile et plus popu­­laire de payer des acteurs pour jouer en fla­­mand des pièces révo­­lu­­tion­­naires.

La Citoyenne Montansier n’a jusqu’à ce jour ajouté au réper­­toire des Comé­­diens de Bruxelles que 3 ou 4 pièces patrio­­tiques. À cha­­cune des repré­­sen­­ta­­tions, la salle était exac­­te­­ment déserte et, en géné­­ral, le spec­­tacle autre­­fois très suivi est tout à fait négligé. Ce n’est pas là faire des prosélites.

  • 71 Ibid.

Une des causes prin­­ci­­pales de ce refroi­­dis­­se­­ment vient de ce que la troupe de la Citoyenne Montansier ne vaut pas celle de Bruxelles, et comme mon résumé est tou­­jours l’uti­­lité géné­­rale, je crois qu’en ordon­­nant aux Comé­­diens que le Public voit avec plai­­sir, de jouer des pièces patrio­­tiques, pour l’éta­­blis­­se­­ment des­­quelles on pour­­rait four­­nir quelques secours, on par­­vien­­drait plus sûre­­ment au but qu’on s’était pro­­posé »71.

26Le bilan est donc pour le moins sévère. « Pas un habi­­tant n’y a paru », « la salle était exac­­te­­ment déserte » : c’est un véri­­table fiasco que décrit Deshacquets, alors même que selon lui, pour « faire des prosélites », la troupe bruxelloise aurait par­­fai­­te­­ment pu faire l’affaire (il confirme au pas­­sage qu’elle don­­nait déjà des pièces patrio­­tiques avant l’arri­­vée de la Montansier, celle-­ci n’en ayant ajouté à son réper­­toire « que 3 ou 4 »). L’entre­­prise de pro­­pa­­gande en était réduite à faire office de théâtre aux armées : même les repré­­sen­­ta­­tions gra­­tuites n’avaient réussi à atti­­rer que les sol­­dats fran­­çais en gar­­ni­­son à Bruxelles. Selon lui, cet échec pou­­vait être attri­­bué à deux causes : l’infé­­rio­­rité de la troupe de la Montansier par rap­­port à la troupe bruxelloise et le déca­­lage lin­­guis­­tique par rap­­port à la popu­­la­­tion.

  • 72 Voir Manuel Cou­­vreur (dir.), Le théâtre de la Mon­­naie au xviiie siècle, Bruxelles, Uni­­ver­­si (...)
  • 73 AN, F1e 11, dos­­sier 5, Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792 : la troupe « de Bruxelles, Compo­­s (...)
  • 74 Jean-­Baptiste Lesbroussart, Réflexions sur le carac­­tère qu’ont déve­­loppé les belges et par­­ti (...)
  • 75 Ibid., p. 19.
  • 76 Ibid., p. ­19-22.

27Sur le pre­­mier point, La Mon­­naie était en effet une scène pres­­ti­­gieuse72 et la Montansier elle-­même avait sou­­li­­gné avant son départ la valeur de la troupe bruxelloise, dans le domaine lyrique en par­­ti­­cu­­lier73. Mais était-­ce seule­­ment un pro­­blème de qua­­lité artistique ? Ou bien faut-­il aller plus loin et consi­­dé­­rer que les Bruxellois auraient en quelque sorte boy­­cotté la troupe de la Montansier, sym­­bole de l’intru­­sion étran­­gère ? C’est ce que pour­­rait lais­­ser à pen­­ser le témoi­­gnage de Jean-­Baptiste Lesbroussart, pro­­fes­­seur de rhé­­to­­rique au col­­lège thérésien et membre de l’Aca­­dé­­mie impé­­riale des sciences et belles-­lettres de Bruxelles, qui y lut, moins d’un mois après Neerwinden, un mémoire aus­­si­­tôt publié dans lequel il cher­­chait à dres­­ser un pre­­mier bilan de la période de l’occu­­pa­­tion fran­­çaise74. Célé­­bra­­tion du retour des Autri­­chiens, le texte avait pour objec­­tif de magni­­fier la résis­­tance des Belges en géné­­ral et des Bra­­ban­­çons en par­­ti­­cu­­lier à la pro­­pa­­gande fran­­çaise orches­­trée par les commis­­saires du pou­­voir exé­­cu­­tif, « insen­­sés […] bri­­gands qui […] a­voient été répan­­dus sur la sur­­face entière de la Belgique, & y exerçoient effron­­té­­ment la plus odieuse tyran­­nie »75. Selon lui, « peu dif­­fi­­ciles sur les moyens, il n’en est aucun qu’ils ne mirent en usage pour cor­­rompre ou effrayer les Bra­­ban­­çons », y compris donc le théâtre qui, « livré à des his­­trions étran­­gers lar­­ge­­ment sti­­pen­­diés pour concou­­rir à la séduc­­tion des esprits, ne reten­­tit plus que de monstres dra­­ma­­tiques où la rai­­son, le goût & la morale étoient scan­­da­­leu­­se­­ment outra­­gés ». Mais cette « vague » s’était heur­­tée à la « conte­­nance immo­­bile » des Bra­­ban­­çons, qui « dédai­­gnèrent le lan­­gage hypo­­crite du légis­­la­­teur répu­­bli­­cain, comme ils bra­­vèrent les menaces des Sans-­Culottes, comme ils lais­­sèrent déserts & les conci­­lia­­bules Jacobites & le théâtre qui ne laissoit plus entendre que des maximes d’anar­­chie & d’immo­­ra­­lité »76. Il est dif­­fi­­cile de se pro­­non­­cer sur la réa­­lité d’un éven­­tuel boy­­cott, mais a pos­­te­­rio­­ri du moins, la faible fré­­quen­­ta­­tion du théâtre était éle­­vée par Lesbroussart au rang de symp­­tôme d’une résis­­tance d’ordre plus géné­­ral à l’occu­­pant fran­­çais.

  • 77 Manuel Cou­­vreur, « Un théâtre fran­­çais dans une ville fla­­mande : enjeux poli­­tiques et cultu (...)

28Quant au pro­­blème lin­­guis­­tique sou­­levé par Deshacquets, c’était poin­­ter du doigt la véri­­table contra­­dic­­tion d’une entre­­prise qui avait pour ambi­­tion de tou­­cher un public popu­­laire, mais qui ne s’adres­­sait pas à lui dans sa langue. De fait, la pro­­por­­tion de fran­­co­­phones à Bruxelles à la fin du xviiie siècle est esti­­mée à envi­­ron 15 %, les­­quels fai­­saient plu­­tôt par­­tie des classes pri­­vi­­lé­­giées, dans le sillage de la cour des gou­­ver­­neurs77. Pour Deshacquets, la logique aurait voulu dès lors qu’on fît appel à des acteurs qui joue­­raient en fla­­mand. Pour « Publicola » Chaussard, l’un des commis­­saires du pou­­voir exé­­cu­­tif envoyé en Belgique, l’erreur avait été plus fon­­da­­men­­tale encore. C’est aux cam­­pagnes, dont l’esprit était « moins rebelle que celui des villes à la rai­­son », qu’il eût fallu don­­ner la prio­­rité, ce qui impli­­quait le recours à d’autres formes de pro­­pa­­gande plus effi­­caces que le théâtre :

  • 78 Pierre-­­Jean-Baptiste dit Publicola Chaussard, Mémoires his­­to­­riques et poli­­tiques sur la Rév (...)

« Nous le dirons avec fran­­chise, chez un peuple igno­­rant, des marion­­nettes eussent attiré plus de monde que les héros du cothurne. Nous obser­­ve­­rons qu’en dis­­sé­­mi­­nant parmi des Amphions de village, la somme entas­­sée dans les mains d’une seule direc­­trice de spec­­tacle, on eût levé des légions de chan­­son­­niers pro­­pa­­gan­­distes qui, le widrecom à la main, seroient peut-­être par­­ve­­nus à faire vibrer les fibres in­électriques d’un peuple auquel il faut des spec­­tacles gros­­siers comme lui-­même »78.

  • 79 Michel de Certeau et alii, Une poli­­tique de la langue. La Révo­­lu­­tion fran­­çaise et les patoi (...)
  • 80 Pierre-­­Jean-Baptiste dit Publicola Chaussard, op. cit., p. 36.
  • 81 Maximilien de Robespierre, Œuvres de Maximilien Robespierre, tome VIII, Dis­­cours (octobre 1791-se (...)
  • 82 Pierre-­­Jean-Baptiste dit Publicola Chaussard, op.cit., p. 36.

29Au-­delà de la ques­­tion lin­­guis­­tique, l’échec mani­­feste de la Montansier ali­­men­­tait ainsi en retour une réflexion sur les moda­­li­­tés de la pro­­pa­­gande révo­­lu­­tion­­naire, en par­­ti­­cu­­lier sur les moyens à employer pour s’adres­­ser au peuple. Le tableau dressé par Chaussard d’une ruralité pri­­mi­­tive hors de l’his­­toire, monde de l’immé­­dia­­teté et des signes (les marion­­nettes), et non du lan­­gage (le théâtre), relève du « déra­­page eth­­no­­gra­­phique » mis en valeur par Jacques Revel à pro­­pos des réponses envoyées par les cor­­res­­pon­­dants de l’abbé Grégoire à son enquête sur les patois79. Il est fondé sur le thème de l’apa­­thie, de l’« inelectricité » du Belge, « plus stu­­pide que féroce, plus foible que dépravé, plus cré­­dule que fré­­né­­tique »80. Der­­rière se pro­­file celui du retard cultu­­rel, de l’arrié­­ra­­tion. Robespierre l’avait dit en jan­­vier 1792, dans son fameux dis­­cours contre la guerre : « il y a un siècle entre les Pays-­Bas autri­­chiens et nous, comme il y a un siècle entre le peuple des fron­­tières de vos pro­­vinces du nord et celui de la capi­­tale »81. Dans un pro­­ces­­sus révo­­lu­­tion­­naire for­­cé­­ment gra­­duel, mar­­qué par le fran­­chis­­se­­ment d’étapes suc­­ces­­sives, les Bra­­ban­­çons, sous « l’empire de la super­­stition et de l’habi­­tude », en étaient, comme du reste cer­­taines pro­­vinces fran­­çaises, et même si la révo­­lu­­tion bra­­ban­­çonne était anté­­rieure à la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, à un stade moins avancé
du pro­­ces­­sus révo­­lu­­tion­­naire. La pro­­pa­­gande révo­­lu­­tion­­naire ne pou­­vait se conce­­voir comme une simple conver­­sion à des idées : son rôle était d’effa­­cer l’écart tem­­po­­rel creusé par une évo­­lu­­tion his­­to­­rique au rythme inégal. Si selon Robespierre il eût été vain et même contre-­productif de brus­­quer cette évo­­lu­­tion (d’où son refus d’une guerre de libé­­ra­­tion), tel n’était pas le point de vue de Chaussard, qui esti­­mait que tel était pré­­ci­­sé­­ment le but de sa mis­­sion et pres­­cri­­vait en consé­­quence une thé­­ra­­pie de choc au peuple belge : « il a besoin d’être vive­­ment poin­­çonné, d’être retourné en tout sens, et en quelque sorte tenaillé par de fortes atteintes pour sor­­tir de son calme apa­­thique »82. Mais pour cela, dans la mesure où il exis­­tait une hié­­rar­­chie des spec­­tacles paral­­lèle au déve­­lop­­pe­­ment his­­to­­rique des popu­­la­­tions, le théâtre était une arme inopé­­rante dans le contexte belge : les masses rurales arrié­­rées aux­­quelles il fal­­lait s’adres­­ser en prio­­rité étaient dignes seule­­ment des « tré­­teaux ambu­­lants » et du widrecom, grande cho­­pine collective.

  • 83 Contrai­­re­­ment à ce qu’essaiera de faire croire plus tard la Montansier lors de son pro­­cès : « (...)
  • 84 Marc Bélissa, op. cit., p. 328.
  • 85 AN, F1e 27, « Mémoire suc­­cinct sur la Belgique », s.d.
  • 86 À titre d’exemple, je me per­­mets de ren­­voyer à Rahul Markovits, « “S’appro­­prier les mœurs, le (...)

30Consi­­dé­­rée de concert avec la pré­­sence de Doberny à An­vers, l’expé­­di­­tion bruxelloise de la troupe de la Montansier per­­met de sai­­sir sur le vif du point de vue des entre­­pre­­neurs de spec­­tacles la tran­­si­­tion entre la dis­­sé­­mi­­na­­tion euro­­péenne du théâtre fran­­çais à l’époque des Lumières et la nou­­velle confi­­gu­­ra­­tion pro­­duite par l’expan­­sion mili­­taire de la France. Loin d’avoir été décré­­tée en haut lieu et d’incar­­ner la mise en place d’une poli­­tique sys­­té­­ma­­tique, elle fut, depuis sa concep­­tion, por­­tée à bout de bras par la direc­­trice, qui usa dans cette affaire d’une habi­­leté consom­­mée, acquise au cours d’une longue car­­rière dans les anti­­chambres de l’Ancien Régime, pour faire approu­­ver son pro­­jet, obte­­nir une sub­­ven­­tion et le mettre en place mal­­gré tous les obs­­tacles. Cet exemple per­­met donc d’enri­­chir le schéma de la pro­­pa­­gande révo­­lu­­tion­­naire en atti­­rant l’atten­­tion sur le rôle de ses agents qui, loin d’être des ins­­tru­­ments pas­­sifs83, appa­­raissent comme des inter­­mé­­diaires auto­­nomes capables dans des actions d’écri­­ture de devan­­cer les attentes du pou­­voir, de mettre en scène leur adhé­­sion, voire de le mani­­pu­­ler. Certes, l’expé­­di­­tion fut un échec reten­­tis­­sant, prise qu’elle était dans un véri­­table nœud de contra­­dic­­tions entre libé­­ra­­tion et conquête, objec­­tifs pro­­cla­­més et moti­­vations per­­son­­nelles, volonté poli­­tique et contraintes éco­­no­­miques, ambi­­tion de tou­­cher un public popu­­laire et igno­­rance des condi­­tions locales. Mais elle n’en consti­­tue pas moins un jalon impor­­tant, par la redé­­fi­­ni­­tion ambi­­guë qu’elle opère des fonc­­tions assi­­gnées au théâtre, entre théâtre aux armées, pro­­pa­­gande et accultu­­ra­­tion, par les éva­­lua­­tions contra­­dic­­toires qu’elle sus­­cite, entre exal­­ta­­tion des « apôtres de la liberté » s’atta­­quant à l’« apa­­thie » des Belges et dénon­­cia­­tion des « his­­trions étran­­gers » se bri­­sant contre leur « conte­­nance immo­­bile ». Dans le « labo­­ra­­toire » de la conquête que fut l’éphé­­mère occu­­pa­­tion de la Belgique84, le théâtre avait donc été testé. Lorsque la Belgique fut à nou­­veau conquise en 1795, les ambi­­guï­­tés n’étaient plus vrai­­ment de mise. L’impé­­ria­­lisme cultu­­rel, qui ne fait ici qu’affleu­­rer sous la rhé­­to­­rique de la libé­­ra­­tion, dans le « déra­­page eth­­no­­gra­­phique » notam­­ment, appa­­raît mieux par exemple dans un « mémoire suc­­cinct sur la Belgique » écrit par un fonc­­tion­­naire ano­­nyme vers 1794 en pré­­vi­­sion d’une nou­­velle conquête. Pour que les Belges puissent être « gui­­dés dans la route qui conduit à la liberté », il fal­­lait ainsi faire étu­­dier le fran­­çais par tous les moyens afin que « dans deux géné­­ra­­tions au plus, le lan­­gage fla­­mand soit abso­­lu­­ment oublié et anéanti (il n’y a pas un bon ouvrage en ce jar­­gon) »85. Au-­delà de la Belgique, entre 1795 et 1814, c’est dans toute l’Europe occu­­pée que, selon des moda­­li­­tés variables, le théâtre fut mis au ser­­vice de l’accultu­­ra­­tion des nou­­veaux Fran­­çais86.

Haut de page

Notes

1 L’anec­­dote fut inven­­tée par Victor Couailhac, La Vie de théâtre : grandes et petites aven­­tures de Melle Montansier, Bruxelles, Parent, 1863, p. ­73-74. L’affa­­bu­­la­­tion fut démon­­trée par Arthur Chuquet, qui pointa un cer­­tain nombre d’inexac­­ti­­tudes : « L’affiche est fausse. Le 12 novembre, l’armée est en marche et elle combat ; il n’y a pas encore de 27e (demi-­brigade) ; on cite alors les bat­­te­­ries par le nom de leur capi­­taine ; il n’y a pas de bataillon de la Deule » (Charles Gailly de Tau­­rines, « Une cam­­pagne en Belgique. La Montansier à Bruxelles », Revue des deux mondes, avril 1904, p. ­670-683). Voir aussi Arthur Boghaert-­Vaché, L’Inter­­mé­­diaire des cher­cheurs et curieux, 30 avril 1904, p. 628-631.

2 Gaston-­Arman de Cavaillet et alii, La Montansier : pièce en quatre actes, Paris, Fasquelle, 1904.

3 Simon Schama, Citizens. A Chronical of the French Revolution, New York, Knopf, 1989, p. 642.

4 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

5 Michèle Fogel, Les Céré­­mo­­nies de l’infor­­ma­­tion dans la France du xvie au milieu du xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989, p. ­15-16.

6 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

7 C’est la seule accep­­tion rete­­nue par la qua­­trième édi­­tion du Dic­­tion­­naire de l’Aca­­dé­­mie fran­­çaise en 1762. Dans la cin­­quième édi­­tion en revanche, en 1798, appa­­raît un nou­­veau sens : « espèce d’asso­­cia­­tion, ayant pour but de Pro­­pa­­ger les prin­­cipes et les mouvemens révo­­lu­­tion­­naires ». Sur l’his­­to­­rio­­gra­­phie de la notion de pro­­pa­­gande, Vir­­gi­­nie Martin, « Re­visiter la notion de pro­­pa­­gande : acteurs et pra­­tiques diplo­­ma­­tiques en Révo­­lu­­tion », commu­­ni­­ca­­tion pré­­sen­­tée à la jour­­née d’études « Le Bicen­­te­­naire 20 ans après », ­Paris-1, 19 juin 2010.

8 Voir Josef Feldmann, « Le « dis­­cours de Duport » et la pro­­pa­­gande révo­­lu­­tion­­naire en Suisse », AHRF, no 27, 1955, p. ­55-58.

9 Jacques Godechot, La Grande Nation : l’expan­­sion révo­­lu­­tion­­naire de la France dans le monde de 1789 à 1799, Paris, Aubier Montaigne, 1983, p. ­111-118. Parmi les tra­­vaux parus depuis qui inter­­rogent le théâtre comme ins­­tru­­ment de pro­­pa­­gande révo­­lu­­tion­­naire, on peut citer Martin Nadeau, « La poli­­tique cultu­­relle de l’an II : les infor­­tunes de la pro­­pa­­gande révo­­lu­­tion­­naire au théâtre », AHRF, no 327, 2002, p. ­57-74 et Mélanie Tra­­ver­­sier, Gou­­ver­­ner l’opéra : une his­­toire poli­­tique de la musique à Naples, 1767-1815, Rome, EFR, 2009.

10 Voir Jacqueline Letzter, « La Montansier à la Mon­­naie. Musi­­cal Theater as French Revolutionary Propaganda », Revue belge de Musi­­co­­lo­­gie, vol. 55, 2001, p. ­193-208, article de seconde main qui pro­­pose néan­­moins un éclai­­rage inté­­res­­sant dans une perspec­­tive d’his­­toire des femmes, et Paul Friedland, Political Actors : Representative Bodies and Theatricality in the Age of the French Revolution, Ithaca, Cornell University Press, 2002, p. ­188-196, qui cite en détail la cor­­res­­pon­­dance entre la Montansier et Lebrun mais se contente de conclure que l’épi­­sode est le signe de la vali­­dité de sa thèse sur l’interconnection entre théâtre et poli­­tique dans la France révo­­lu­­tion­­naire, qui exporte sa « théâ­­tra­­lité exci­­tante ».

11 Cette idée est rede­­vable des ques­­tions sou­­le­­vées lors de l’ate­­lier de tra­­vail « Écrits au pou­­voir. Enjeux, pra­­tiques, acteurs » orga­­nisé par Jean-­Luc Chappey et Antoine Lilti le 23 juin 2010 à l’Uni­­ver­­sité ­Paris-1.

12 Marc Belissa, Fra­­ter­­nité uni­­ver­­selle et inté­­rêt natio­­nal (1713-1795). Les cosmo­politiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998, p. ­333-334.

13 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

14 « Vous vous trou­­ve­­rez en bonne compa­­gnie à Bruxelles, car je suis ins­­truit que nos meilleurs artistes de l’opéra et d’autres théatres de la capi­­tale se pro­­posent d’y faire une appa­­ri­­tion, et de concou­­rir avec vous à ins­­truire les Belges dans le grand art de la liberté par les charmes et la Gaité de leurs talens » (AN, F1e 11, dos­­sier 5, Lebrun à la Montansier, 27 novembre 1792).

15 Charles-­François Dumouriez, La vie et les mémoires du géné­­ral Dumouriez, Paris, Baudouin frères, 4 vol., ­1822-23, III, p. ­299-300.

16 AN, F7 477449, dos­­sier 4, Montansier, Pré­­cis jus­­ti­­fi­­catif pour la citoyenne Montansier et le Citoyen Neuville, s.d.

17 « Je recom­­mande cette troupe au Conseil du pou­­voir Executif. Nulle part la pro­­pa­­gande theatrale n’est plus necessaire qu’à An­vers & le cit. Marc Direc­­teur y met un cou­­rage & une intel­­li­­gence qui méritent que le Conseil vienne à son secours, comme il l’a fait pour la troupe de Bruxelles, et le mette dans le cas de sou­­te­­nir son spec­­tacle » (AN, F1e 27, Liasse « Marc », Copie du mémoire adressé par Marc au Conseil Exé­­cu­­tif le 8 février 1793, avec trois recom­­man­­da­­tions dis­­tinctes du 21 février de la main de Marassé, Dumouriez et Tronquet St Michel).

18 Charles-­François Dumouriez, op. cit., p. ­299-300.

19 Jour­­nal de la Répu­­blique fran­­çaise, no 24, 18 octobre 1792.

20 Olympe de Gouges, L’Entrée de Dumourier à Bruxelles ou les Vivan­­diers, Paris, Regnaud, 1793, p. 5.

21 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

22 Dominique Godineau, « Beauté, respect et vertu : la séduc­­tion est-­elle répu­­bli­­caine ? (­1770-1794) », dans Cécile Dau­­phin et Arlette Farge (dir.), Séduc­­tion et socié­­tés. Approches his­­to­­riques, Paris, Seuil, 2001, p. ­89-121.

23 Sur la Montansier, Louis-­Henry Lecomte, La Montansier, ses aven­­tures, ses entre­­prises (1730-1820), Paris, Juven, 1905, et Patricia Bouchenot-­Déchin, La Montansier : de Versailles au Palais-­Royal : une femme d’affaires, Paris, Perrin, 2007.

24 Essais his­­to­­riques sur la vie de Marie-­Antoinette d’Autriche, reine de France, pour ser­­vir à l’his­­toire de cette prin­­cesse, Londres et Versailles, chez la Montansier, hôtel des Cour­­ti­­sanes, 1789, cité par Lecomte, op. cit., p. ­81-82.

25 La Ribaude du Palais-­Royal, ou Anec­­dotes inté­­res­­santes et gaillardes tirées de la vie liber­­tine de Mar­­gue­­rite Bru­­net, dite de Montansier, ancienne direc­­trice des spec­­tacles à la suite de la cour, et main­­te­­nant la doyenne des matrones du Palais-­Royal, rédi­­gées par le sieur Neuville, dit le Roué, coopé­­ra­­teur de la Montansier dans toutes ses entre­­prises, cité par Lecomte, op. cit., p. ­101-117.

26 Procès-­verbal de l’assem­­blée natio­­nale ; imprimé par son ordre, Paris, Impri­­merie natio­­nale, 14, séance du 3 sep­­tembre 1792, p. ­229-230.

27 Deux jours plus tard, une dépu­­ta­­tion des socié­­taires de la Comé­­die fran­­çaise se pré­­senta à la barre de l’Assem­­blée pour faire un don patrio­­tique de 1500 livres (Gazette natio­­nale ou le Moni­­teur uni­­ver­­sel, no 251, 7 sep­­tembre 1792, p. 625).

28 AN, F1e 11, dos­­sier 5, Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792.

29 Ibid.

30 Ibid., Lebrun à la Montansier, 27 novembre 1792.

31 Jean Sgard (dir.), Dic­­tion­­naire des jour­­naux 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, notice 739.

32 Sur Lebrun, ses liens avec Dumouriez et, au-­delà, l’hypo­­thèse de l’exis­­tence d’un véri­­table « plan belge » pré­­si­­dant à la poli­­tique étran­­gère fran­­çaise, Patricia Chastain Howe, Foreign policy and the French Revolution : Charles-­François Dumouriez, Pierre Lebrun, and the Belgian Plan, 1789-1793, New York, Palgrave Macmillan, 2008.

33 Sur l’agence, Suzanne Tassier, His­­toire de la Belgique sous l’occu­­pa­­tion fran­­çaise en 1792 et 1793, Bruxelles, Falk G. van Campenhout, 1934, p. ­121-122 et Jacques Godechot, La Grande Nation, op. cit., p. 137. La pre­­mière men­­tion de l’agence semble dater du 4 novembre, Maret trans­­met­­tant à Lebrun les desi­­de­­rata de Dumouriez : « Il m’a chargé de vous demander une agence belgique compo­­sée de trois per­­sonnes », à savoir Bourdois, Chépy et Metman (AN, F1e 30, Maret à Lebrun, Lille, 4 novembre 1792). Par la suite, elle ne fut jamais véri­­ta­­ble­­ment dotée d’un sta­­tut offi­­ciel, au grand dam des agents dont l’auto­­rité sur place était du coup minée (voir les plaintes répé­­tées de Chépy à ce sujet en AN, F1e 11, dos­­sier 2).

34 AN, F1e 30, dos­­sier 1, « Ren­­sei­­gne­­ments divers, ­1792-1793 », Lebrun au Comité des Belges et Lié­­geois unis, 18 novembre 1792.

35 Ibid., F1e 11, dos­­sier 5, Lebrun à la Montansier, 29 novembre 1792.

36 Ibid., AF II*/2, Séance 90 du Conseil Exé­­cu­­tif Pro­­vi­­soire du 25 décembre 1792, p. 3. Ces fonds sont dis­­tri­­bués par l’exé­­cu­­tif, et non par la Conven­­tion, « lar­­ge­­ment des­­sai­­sie du contrôle des envoyés offi­­ciels et offi­­cieux sur place » (Bélissa, op. cit., p. 328).

37 Ibid., AF II*/1, Séance 32 du Conseil Exé­­cu­­tif Pro­­vi­­soire du 25 sep­­tembre 1792, p. ­139-141.

38 Cité par Edith Ber­­nar­­din, Jean-­Marie Roland et le minis­­tère de l’Inté­­rieur (­1792-1793), Paris, Société des études robespierristes, 1964, p. 515. Voir aussi, sur le « Bureau de l’esprit public », Gary Kates, The Cercle social, the Giron­­dins and the French Revolution, Princeton, Princeton University Press, 1985, p. 235 et Marcel Dorigny, « La pro­­pa­­gande giron­­dine et le livre en 1792 : le Bureau de l’esprit public », Dix-­huitième siècle, n21, 1989, p. ­203-216.

39 AN, F1e 27, Liasse « Marc », Marc Doberny au Conseil Exé­­cu­­tif, 8 février 1793.

40 Ibid., Lebrun à Marc Doberny, 17 février 1793. Une deuxième puis une troi­­sième sol­­li­­ci­­ta­­tion de Doberny res­­tent lettre morte.

41 Ibid., F1e 18, dos­­sier 2, Lebrun aux commis­­saires natio­­naux à An­vers, 17 février 1793.

42 Ibid., F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 4 jan­­vier 1793.

43 Ibid..

44 Moreton n’était pas peu fier de cette réus­­site diplo­­ma­­tique : « Je me fais une espéce de mérite du succés de mon entre­­mise entre les deux troupes pour les réunir, et je croirois presque avoir acquis par là des droits à négotier avec des puis­­sances » (AN, D/XXIII/2, dos­­sier 31, Cor­­res­­pon­­dance des géné­­raux, Liasse Moreton, Moreton à Lebrun, 11 jan­­vier 1793).

45 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793.

46 Le vers exact est « Le Roi le plus cou­­pable est un objet sacré » (De Belloy, Pierre le Cruel, Paris, Morin, 1788, acte V, scène 3).

47 Voir le réper­­toire de son théâtre pari­­sien sur http://www.cesar.org.uk.

48 De Belloy, op. cit., acte III, scène 4.

49 Jour­­nal de la société des amis de la liberté et de l’éga­­lité éta­­blie à Bruxelles, no 2, lundi 19 novembre 1792, p. 7 : « La société arrête par accla­­ma­­tion qu’elle accom­­pa­­gnera en corps le Géné­­ral Dumouriez jusqu’en la salle du spec­­tacle, où il est attendu pour la repré­­sen­­ta­­tion de Guillaume Tell, Tra­­gé­­die ».

50 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793.

51 Ibid., dos­­sier 5.

52 Sur Col­lot d’Herbois acteur et direc­­teur de troupe, cf. Michel Biard, Col­lot d’Herbois : légendes noires et Révo­­lu­­tion, Lyon, Presses uni­­ver­­si­­taires de Lyon, 1995.

53 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792. Pour une liste des par­­titions de La Mar­­seillaise, dont cer­­taines étaient spé­­cia­­le­­ment des­­ti­­nées à la scène, Constant Pierre, Les hymnes et chan­­sons de la Révo­­lu­­tion : aperçu géné­­ral et cata­­logue, avec notices his­­to­­riques, ana­­ly­­tiques et biblio­­gra­­phiques, Paris, Impri­­merie natio­­nale, 1904, p. ­224-225.

54 La sai­­son théâ­­trale dans la France d’Ancien Régime commen­­çait tra­­di­­tion­­nel­­le­­ment le len­­de­­main de la Qua­­si­­modo (le lundi sui­­vant celui de Pâques) pour se ter­­mi­­ner la veille des Rameaux, lais­­sant ainsi une inter­­rup­­tion d’un total de quinze jours avant et après Pâques.

55 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793 et AN, F1e 27, Liasse « Marc », Marc Doberny au Conseil exé­­cu­­tif, 8 février 1793 res­­pec­­ti­­ve­­ment. La Montansier échoua de peu : Pâques tom­­bant en cette année 1793 le 31 mars, son départ pré­­ci­­pité le samedi 23, veille des Rameaux, ne lui per­­mit pas, à un jour près, de jouer pen­­dant la semaine sainte. Doberny quant à lui avait réussi à jouer pen­­dant le Carême, comme s’en fit l’écho de manière triom­­phale le Moni­­teur dans une dépêche en pro­­ve­­nance d’An­vers : « dans les petites guerres intes­­tines que nous fai­­sons aux aris­­to­­crates, le direc­­teur du spec­­tacle a figuré avec zèle. Il a fait jouer, non sans quelque péril, la comé­­die en carême, pros­­crite jusqu’ici par les églisiers » (Gazette natio­­nale ou le Moni­­teur uni­­ver­­sel, no 71, 12 mars 1793, p. ­669-670).

56 Jour­­nal de la société des amis de la liberté et de l’éga­­lité éta­­blie à Bruxelles, no 48, lundi 14 jan­­vier 1793, p. ­377-379.

57 AN, F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793. De même, Doberny à An­vers, ne se rési­­gnant pas à l’échec de ses sol­­li­­ci­­ta­­tions, met­­tait cet argu­­ment dans la balance : « Me voilà par­­venu à l’Epoque que mon cœur attendoit depuis long tems : je pour­­rais tra­­vailler à Eclairer le peuple sur ses veritables interets, […] – demain je donne une representation gra­­tuite » (AN, F1e 27, Liasse « Marc », Marc Doberny à Lebrun, non datée mais reçue le 25 février 1793).

58 Biblio­­thèque royale de Belgique, VH 23.211 A.

59 AN, F1e 18, dos­­sier 4, Les commis­­saires natio­­naux Gouget-­Deslandres, Robert et Chépy au Conseil Exé­­cu­­tif, 17 février 1793. À cette lettre étaient jointes trois affiches, une pour la repré­­sen­­ta­­tion du 16 février, deux pour celle du 17. Il s’agis­­sait pour les commis­­saires de prou­­ver qu’ils n’avaient pas auto­­risé le paie­­ment des billets de spec­­tacle en assi­­gnats « au pair ».

60 Il y a une cer­­taine marge d’erreur : on ne peut être cer­­tain que la pièce annon­­cée dans le jour­­nal le matin est la pièce effec­­ti­­ve­­ment jouée le soir. Le Jour­­nal de Bruxelles ne parais­­sant pas le dimanche, les repré­­sen­­ta­­tions domi­­ni­­cales ne figurent qu’excep­­tion­­nel­­le­­ment (celles du dimanche 17 février grâce à l’affiche retrou­­vée).

61 Ce chiffre comprend les repré­­sen­­ta­­tions de L’Apo­­théose de Beaurepaire de Lesur, alors que dans le réper­­toire envoyé au ministre figure La Mort de Beaurepaire de Dumaniant, mais les deux pièces célé­­brant le même héros répu­­bli­­cain, il a paru légi­­time de les assi­­mi­­ler dans ce décompte.

62 À par­­tir de chiffres légè­­re­­ment dif­­fé­­rents, on rejoint sur ce point les conclu­­sions de Letzter, art. cit., p. 202. Sur les réper­­toires pen­­dant la période, Emmett Kennedy et al., Theatre, opera and audiences in revolutionary Paris : analysis and repertory, Westport, Greenwood Press, 1996 et les conclu­­sions de nom­­breux contributeurs dans Philippe Bourdin et Gérard Loubinoux (dir.), Les arts de la scène et la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Clermont-­Ferrand, Presses Uni­­ver­­si­­taires Blaise-­Pascal, 2004.

63 AN, F1e 18, Dos­­sier « An­vers. Pièces jus­­ti­­fi­­catives du 3e rap­­port de la Belgique », Liasse « Chépy, à joindre au car­­ton de Bruxelles », Lebrun à Gouget, Chaussard et Chépy du 12 février 1793 : « Il n’est pas pos­­sible, non plus, que le Conseil Exé­­cu­­tif trouve sup­­por­­table le traité de la citoyenne Montansier avec les comé­­diens de Bruxelles. Tout y est à son désa­­van­­tage et à celui de la répu­­blique fran­­çaise ; il est indis­­pen­­sable que vous et le citoyen Moreton vous réunis­­siez pour lui en faire obte­­nir un meilleur, et pour faire regar­­der celui dont j’ai reçû copie, comme non-­avenu, même pour l’anéan­­tir en cas d’impos­­si­­bi­­lité de faire mieux. Elle avait ses acteurs, la salle vacquait plu­­sieurs jours chaque semaine, il fal­­lait compo­­ser sur ces bases, et l’appuyer, même l’auto­­ri­­ser, en ce sens natu­­rel ». Voir aussi AN, D/XXIII/2, dos­­sier 31, Cor­­res­­pon­­dance des géné­­raux, Liasse Moreton, Lebrun à Moreton, 14 février 1793.

64 Ibid., F1e 11, dos­­sier 5, La Montansier à Lebrun, 8 jan­­vier 1793.

65 Défi­­cit qu’elle pen­­sait fina­­le­­ment pou­­voir faire payer aux Belges : « je suis éloi­­gnée de son­­ger à nulle espèce de béné­­fice, le bon­­heur d’être utile à mon pays sera ma plus douce récom­­pense ; mais, en même tems, je ne puis vous dis­­si­­mu­­ler que je serois hors d’état de pou­­voir sup­­por­­ter un défi­­cit, s’il y en a­voit, je crois, d’ailleurs, que les représentans pro­­vi­­soires du peuple belge pour­­raient sub­­ve­­nir aux pertes que je pourrois faire, si le conseil exé­­cu­­tif de france jugeoit à pro­­pos de lui en faire l’invi­­ta­­tion » (Ibid.).

66 AN, F1e 18, dos­­sier 1, Gouget-­Deslandres et Robert à Lebrun, 17 mars 1793.

67 Ibid., F1e 11, dos­­sier 7, « Note pour le Conseil ». Le coût véri­­table est donc néan­­moins moi­­tié moins élevé que celui habi­­tuel­­le­­ment rap­­porté, dans le sillage des Mémoires de Dumouriez. Sur ce total, ayant déjà reçu 33 000 livres, elle récla­­mait le solde de 20 000, mais ne deman­­dait pas de gra­­ti­­fi­­cation sup­­plé­­men­­taire bien qu’elle ait été « forcé d’aban­­don­­ner a Bruxelles dix malles pleines d’habits ».

68 Sur le contexte bruxellois, Janet L. Polasky, Revolution in Brussels : 1787-1793, Bruxelles, Aca­­dé­­mie royale de Belgique, 1987.

69 Gazette natio­­nale ou le Moni­­teur uni­­ver­­sel, no 74, ven­­dredi 15 mars 1793, p. ­694-5. S’il avait dû se ren­­sei­­gner, c’est parce que la Montansier avait été l’objet d’une dénon­­cia­­tion ano­­nyme qui l’accu­­sait d’avoir apporté à Bruxelles des médailles roya­­listes célé­­brant le mar­­tyre de Louis XVI et de les avoir dis­­tri­­buées avec la maî­­tresse de Dumouriez.

70 AAE, CP Pays Bas espa­­gnols et autri­­chiens, vol. 184, 1793, Deshacquets à Lebrun, 17 mars 1793 : « Puisqu’on a pro­­fité de cette occa­­sion pour faire l’éloge de la Citoyenne Montansier et par­­ler des prosélites qu’elle fait ici à la révo­­lu­­tion, je ne peux pas me dis­­pen­­ser de vous dire un petit mot de vérité car c’est en alté­­rant les faits, c’est en dégui­­sant ou en méconnais­­sant l’opi­­nion publique qu’on a mul­­ti­­plié les fautes qui ont aliéné tous les cœurs ».

71 Ibid.

72 Voir Manuel Cou­­vreur (dir.), Le théâtre de la Mon­­naie au xviiie siècle, Bruxelles, Uni­­ver­­sité libre de Bruxelles, 1996.

73 AN, F1e 11, dos­­sier 5, Montansier à Lebrun, 26 novembre 1792 : la troupe « de Bruxelles, Compo­­sée d’un opéra Superbe, a des voix superieures tant en hommes qu’en femmes et sur­­tout un nommé Mi­ex qui Rem­­plit les rôles de Lahis et Cheron ».

74 Jean-­Baptiste Lesbroussart, Réflexions sur le carac­­tère qu’ont déve­­loppé les belges et par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment les Bra­­ban­­çons, pen­­dant l’occu­­pa­­tion des Pays-­Bas par les François, depuis le mois de Novembre 1792, jusqu’au mois de Mars 1793, Bruxelles, Lemaire, 1793.

75 Ibid., p. 19.

76 Ibid., p. ­19-22.

77 Manuel Cou­­vreur, « Un théâtre fran­­çais dans une ville fla­­mande : enjeux poli­­tiques et cultu­­rels à Bruxelles au xviiie siècle », dans Gottfried R. Marschall (dir.), La tra­­duc­­tion des livrets : aspects théo­­riques, his­­to­­riques et prag­­ma­­tiques, Paris, Presses de l’Uni­­ver­­sité de Paris-­Sorbonne, 2004, p. ­201-212.

78 Pierre-­­Jean-Baptiste dit Publicola Chaussard, Mémoires his­­to­­riques et poli­­tiques sur la Révo­­lu­­tion de la Belgique et du pays de Liège en 1793, Paris, Buis­­son, 1793, p. ­74-75.

79 Michel de Certeau et alii, Une poli­­tique de la langue. La Révo­­lu­­tion fran­­çaise et les patois : l’enquête de Grégoire, Paris, Gallimard, 1975, cha­­pitre VIII, « Une France sau­­vage ».

80 Pierre-­­Jean-Baptiste dit Publicola Chaussard, op. cit., p. 36.

81 Maximilien de Robespierre, Œuvres de Maximilien Robespierre, tome VIII, Dis­­cours (octobre 1791-septembre 1792), Paris, Phé­­nix, 2000, p. 83.

82 Pierre-­­Jean-Baptiste dit Publicola Chaussard, op.cit., p. 36.

83 Contrai­­re­­ment à ce qu’essaiera de faire croire plus tard la Montansier lors de son pro­­cès : « Montansier était un être pas­­sif, elle n’avait qu’à obéir » (AN, F7 477449, dos­­sier 4 : Montansier, Pré­­cis jus­­ti­­fi­­catif pour la citoyenne Montansier et le Citoyen Neuville, s.d.).

84 Marc Bélissa, op. cit., p. 328.

85 AN, F1e 27, « Mémoire suc­­cinct sur la Belgique », s.d.

86 À titre d’exemple, je me per­­mets de ren­­voyer à Rahul Markovits, « “S’appro­­prier les mœurs, les habi­­tudes, et la langue fran­­çaises” : le théâtre et l’impé­­ria­­lisme cultu­­rel fran­­çais à Mayence et Turin (­1798-1814) », dans Cecilia Nubola et Andreas Würgler (dir.), Ballare col nemico ? Reazioni all’espansione francese in Europa tra entusiasmo e resistenza (1792-1815) / Mit dem Feind tanzen ? Reaktionen auf die französische Expan­­sion in Europa zwischen Begeisterung und Protest (1792-1815), Bologne, Il Mulino et Berlin, Duncker & Humblot, 2010, p. ­65-80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rahul Markovits, « Théâtre, « propagande » et exportation de la révolution : la troupe de la Montansier à Bruxelles (1792-1793)1 », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 93-117.

Référence électronique

Rahul Markovits, « Théâtre, « propagande » et exportation de la révolution : la troupe de la Montansier à Bruxelles (1792-1793)1 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12429 ; DOI : 10.4000/ahrf.12429

Haut de page

Auteur

Rahul Markovits

École Normale Supérieure / Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine
45 rue d’Ulm 75005 Paris
rahul.markovits@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org