Navigation – Plan du site
Articles

La révolution de 1848 dans les « comédies politiques » de Johann Nestroy

The Revolution of 1848 in the “political comedies” of Johann Nestroy
Fanny Platelle
p. 145-172

Résumés

Les « comédies politiques » de Johann Nestroy, écrites en 1848-50, représentent la Révolution viennoise de 1848, sa répression et les conséquences de la réaction. Loin de manifester un « changement de cap » de l’auteur après 1848, elles révèlent la continuité de sa position : tout en saluant les acquis révolutionnaires, Nestroy doute du succès de la Révolution et critique par la satire et la parodie les faiblesses politiques et « humaines » des deux camps, qui empêchent la réalisation des idéaux. Par son intention critique et didactique, il annonce la « comédie politique » de B. Brecht ou de F. Dürrenmatt.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Apho­­risme des œuvres post­­humes, cité d’après Johann Nestroy. Freiheit in Krähwinkel, Jürgen He (...)

« Et je hochais la tête, et c’était tout,
ce que je pou­­vais faire dans ces cir­­constances par­­ti­­cu­­lières,
Et je le fai­­sais de manière signi­­fi­­ca­­tive »1.

  • 2  Cf. Heinrich Reschauer, Moritz Smets, Das Jahr 1848. Geschichte der Wiener Revolution, 2 vol., Wie (...)
  • 3  Selon le titre du tome 5 de Johann Nestroy. Sämtliche Werke. Historisch-­kritische Gesamtausgabe i (...)
  • 4  Dans cette farce (comme dans Freiheit in Krähwinkel), les opi­­nions poli­­tiques de Nestroy sont (...)
  • 5  Nestroy a vrai­­sem­­blab­­le­­ment achevé l’adap­­ta­­tion du roman de Charles Dickens, Martin Ch (...)
  • 6  Voir aussi Sie sollen ihn nicht haben oder Der holländische Bauer et Karikaturen-­Charivari mit He (...)
  • 7  Ainsi le Österreichischer Courier du 3juillet 1848, in SW V, p.630; ou le tract ano­­nyme (1848): (...)
  • 8Der Humorist du 3juillet 1848, ibid., p.112 sq. Karl Kraus qua­­li­­fie quant à lui la pièce de «s (...)
  • 9  Du point de vue bio­­gra­­phique, la par­­ti­­cipation de Nestroy à la Révo­­lu­­tion de 1848 dans (...)
  • 10  Tract ano­­nyme cité note 7.
  • 11  Otto Basil, J.Nestroy in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten, Reinbek, Rowohlt, 1966, p.126.

1L’œuvre dra­­ma­­tique de Johann Nestroy (1801‑1862) s’étend de 1827 (Der Zettelträger Papp) à 1862 (Der Häuptling Abendwind oder Das greuliche Festmahl) et comprend donc la période de la Révo­­lu­­tion de 1848, qui débute à Vienne le 13 mars et s’achève par la capi­­tu­­la­­tion de la ville le 1er novembre2. Cet évé­­ne­­ment a signi­­fié pen­­dant plu­­sieurs mois pour l’auteur la liberté d’écrire et de jouer, la cen­­sure étant abo­­lie le 14 mars 1848 et réta­­blie le 11 novembre 1848. Les « comé­­dies poli­­tiques »3, écrites en 1848‑50, repré­­sentent la Révo­­lu­­tion et la réac­­tion qui sui­­vit : Freiheit in Krähwinkel (Liberté à Krähwinkel, pre­­mière le 1er juillet 1848 au Carl-­Theater, comme les autres pièces citées) retrace le prin­­temps révo­­lu­­tion­­naire, Lady und Schneider (Lady et tailleur, pre­­mière le 6 février 1849) dresse dans les pre­­miers mois de la réac­­tion un bilan désa­­busé de la Révo­­lu­­tion, Judith und Holofernes (Judith et Holopherne, paro­­die de Judith de F. Hebbel, pre­­mière le 13 mars 1849) évoque le siège de Vienne en octobre 1848, Höllenangst (Peur de l’Enfer ou Peur bleue, pre­­mière le 17 novembre 1849) et Der alte Mann mit der jungen Frau (Le vieil homme avec la jeune femme, écrite en 1849, mais non repré­­sen­­tée du vivant de Nestroy à cause de la cen­­sure4) montrent les consé­­quences de la réac­­tion. Des allu­­sions à la Révo­­lu­­tion sont éga­­le­­ment pré­­sentes dans les autres pièces de la période, en par­­ti­­cu­­lier Die lieben Anverwandten5 (Les chers parents, pre­­mière le 21 mai 1848) et Verwickelte Geschichte ! (His­­toire embrouillée ! pre­­mière le 22 juin 1850)6. Les farces ont sus­­cité dès l’époque des commen­­taires oppo­­sés : les cri­­tiques louent la repré­­sen­­ta­­tion fidèle des évé­­ne­­ments révo­­lu­­tion­­naires dans Freiheit in Krähwinkel7 ou reprochent au contraire à l’auteur d’avoir moqué l’aspi­­ra­­tion des Viennois à la liberté8. Et la posi­­tion poli­­tique de Nestroy9 est l’objet de débats jusqu’à nos jours, cer­­tains consi­­dé­­rant l’auteur comme « un libé­­ral, un ami du peuple, un démo­­crate »10, d’autres le décri­­vant comme un « génie de l’oppor­­tu­­nisme », qui choi­­sit tou­­jours « la solu­­tion de faci­­lité »11.

2Nestroy est-­il un simple « chro­­ni­­queur » des évé­­ne­­ments révo­­lu­­tion­­naires ? Comment la Révo­­lu­­tion de 1848 est-­elle dépeinte dans ses farces : quelle image en donne-­­t-il, quelle posi­­tion adopte-­­t-il et quelle est son inten­­tion ? Afin de répondre à ces ques­­tions, nous étu­­die­­rons dans un pre­­mier temps la repré­­sen­­ta­­tion de la Révo­­lu­­tion et de ses consé­­quences dans les comé­­dies poli­­tiques, en mon­­trant que l’auteur pressent, dès le prin­­temps 1848, le triomphe de la réac­­tion, puis nous ana­­ly­­se­­rons les rai­­sons de l’échec du mou­­ve­­ment révo­­lu­­tion­­naire mises en évi­­dence dans les pièces.

La repré­­sen­­ta­­tion de la Révo­­lu­­tion et de ses conséquences

Les comédies poli­­tiques comme miroir des événements de 1848‑49

  • 12  Jacob et Wilhelm Grimm, Deutsches Wörterbuch, Leipzig, Hirzel, 1873, t.5, colonne 1975 sq.

3Freiheit in Krähwinkel est la seule farce de Nestroy entiè­­re­­ment consa­­crée à la Révo­­lu­­tion. L’auteur reprend, pour rela­­ter les évé­­ne­­ments du prin­­temps 1848, le motif de Krähwinkel. Krähwinkel est le « nom d’un lieu fic­­tif, modèle de la petite ville étri­­quée »12. Jean Paul est le pre­­mier à l’uti­­li­­ser avec une inten­­tion sati­­rique dans Das heimliche Klagelied der jetzigen Männer: eine Stadtgeschichte ; – und die wunderbare Gesellschaft in der Neujahrsnacht (1801). Un an plus tard, August von Kotzebue fait repré­­sen­­ter la comé­­die Die deutschen Kleinstädter (1802), ins­­pi­­rée de la Petite ville de Picard (1797), puis il réuti­­lise le motif de Krähwinkel avec une fonc­­tion sati­­rique dans deux suites (en 1806‑1809 et 1810). Le théâtre popu­­laire viennois hérite de ce topos bur­­lesque : jusqu’en 1832, une quin­­zaine de pièces de dra­­ma­­turges viennois (Castelli, Meisl, Gleich, Bäuerle etc.) ont pour motif cen­­tral Krähwinkel, dont la plus célèbre, Die falsche Primadonna in Krähwinkel d’Adolf Bäuerle (1818), est la source de Nestroy.

  • 13Freiheit in Krähwinkel, Re­clam, p.82.

4L’auteur, qui emprunte à la tra­­di­­tion les prin­­ci­­paux per­­son­­nages et la trame dra­­ma­­tique de sa farce, donne au motif, devenu cli­­ché, une fonc­­tion nou­­velle, cri­­tique de l’époque : Krähwinkel ne ren­­voie pas à n’importe quelle petite ville, mais à Vienne et à l’Autriche. Krähwinkel est « Vienne codée »13, la satire vise un lieu pré­­cis et les évé­­ne­­ments contem­­po­­rains. Les per­­son­­nages deviennent les par­­ti­­sans et opposants de la Révo­­lu­­tion. Le porte-parole de Nestroy, Ultra, sou­­ligne la fonc­­tion de « modèle » de Krähwinkel :

  • 14  HKA 26/I, I, 8, p.21. Voir aussi les scènes I, 7 et III, 25. Les tra­­duc­­tions sont faites par n (...)

« Tous les élé­­ments d’une révo­­lu­­tion, tout ce qui révolte l’huma­­nité, qu’ils ont ailleurs en grand, nous l’avons, habi­­tants de Krähwinkel, en petit. Nous avons un petit tyran absolu, nous avons un petit gou­­ver­­ne­­ment irres­­pon­­sable, une petite bureau­­cra­­tie, une petite cen­­sure, une petite dette publique, qui dépasse lar­­ge­­ment nos petites forces, alors nous devons avoir aussi une petite révo­­lu­­tion et grâce à cette petite révo­­lu­­tion une petite consti­­tution et enfin une petite liberté »14.

5Krähwinkel per­­met à l’auteur de repré­­sen­­ter de manière sati­­rique les évé­­ne­­ments qui se déroulent dans la réa­­lité contem­­po­­raine.

  • 15  Les prin­­ci­­paux évé­­ne­­ments de la période révo­­lu­­tion­­naire sont rap­­pe­­lés dans les a (...)
  • 16  Dans Die lieben Anverwandten, il est décrit comme un «fan­­tôme», qui erre «en plein jour, dans le (...)

6Freiheit in Krähwinkel dépeint les évé­­ne­­ments qui se dérou­­lèrent à Vienne entre le 13 mars et le 27 mai 1848 (date à laquelle le gou­­ver­­ne­­ment cède après la construc­­tion des bar­­ri­­cades). Outre l’aspi­­ra­­tion géné­­rale des habi­­tants à la liberté (chœur I, 1), la farce fait réfé­­rence à des évé­­ne­­ments pré­­cis15 : les trois rêves du maire montrent le début de la Révo­­lu­­tion (I, 21), la défense vic­­to­­rieuse des acquis révo­­lu­­tion­­naires (I, 23 : la Sturmpetition) et l’espoir des réac­­tion­­naires autri­­chiens en une inter­­ven­­tion russe pour répri­­mer l’insur­­rec­­tion (I, 25). Ce der­­nier rêve anti­­cipe le rôle des troupes russes lors de la répres­­sion de la Révo­­lu­­tion hon­­groise (août 1849). Sont éga­­le­­ment évo­­qués la démis­­sion de Metternich le 13 mars et son exil à Londres16 (III, 13, 15, 24), l’abo­­li­­tion de la cen­­sure le 14 mars (I, 8), la pro­­cla­­ma­­tion de la consti­­tution au peuple par le dra­­ma­­turge Friedrich Kai­­ser à che­­val le 15 mars (II, 16), l’expul­­sion des Liguoriens le 6 avril (III, 5‑12) et la construc­­tion des bar­­ri­­cades le 26 mai (III, 17 et III, 22).

  • 17  De même Judith und Holofernes, scènes 11, 17.
  • 18  Voir aussi Die lieben Anverwandten I, 5 et Verwickelte Geschichte! II, 6 (strophe 4).
  • 19  Ce rituel col­­lec­­tif, bruyant et dis­­so­­nant, uti­­lisé par les Viennois en 1848, pro­­vient (...)

7La farce fait en outre allu­­sion à des ins­­ti­­tutions et aspects carac­­té­­ris­­tiques de l’époque : aux dif­­fé­­rentes légions (à la garde natio­­nale17 – I, 1 – et à la légion aca­­dé­­mique – III, 24), au Haslinger, bâton de noi­­se­­tier dont étaient armés les poli­­ciers et sym­­bole de la peine de la bas­­ton­­nade, abo­­lie en mars 1848 (I, 9)18, au cha­­ri­­vari que fai­­saient les révo­­lu­­tion­­naires devant le domi­­cile de cer­­taines per­­sonnes afin de mani­­fes­­ter leur mécontente­­ment (I, 10)19, au rôle de la presse locale et étran­­gère (I, 3 ; I, 8), aux dra­­peaux natio­­naux (de la monar­­chie – I, 24 – et de la Révo­­lu­­tion – II, 15), à la poé­­sie de cir­­constance (II, 2‑3 ; III, 1), au cos­­tume des révo­­lu­­tion­­naires (le cha­­peau Kalabreser – III, 24).

  • 20  La Congré­­ga­­tion du Très Saint Rédemp­­teur avait été ins­­ti­­tuée à Vienne en 1813 par Klemen (...)
  • 21  Pour la pre­­mière fois, les femmes jouaient un rôle actif dans la Révo­­lu­­tion.
  • 22  Le cou­­plet est un chant à refrain qui inter­­rompt l’action et pos­­sède un carac­­tère sati­­ri (...)
  • 23  Allu­­sion au fait que le gou­­ver­­ne­­ment pro­­vi­­soire répu­­bli­­cain défen­­dait tout d’abo (...)

8Quant aux pro­­ta­­go­­nistes, ils évoquent des per­­son­­nages his­­to­­riques : le maire de Krähwinkel rap­­pelle Ignaz Czapka, maire de Vienne de 1838 à 1848 (I, 9 ; III, 2), le tyran mili­­taire Rummelpuff le maré­­chal Windischgrätz (II, 7), le fonc­­tion­­naire muni­­ci­­pal Klaus Josef Sedlnitzky, chef de la police et de la cen­­sure de Vienne de 1817 à 1848 (I, 6), de même les Liguoriens20 ; ou bien des per­­son­­nages typiques de l’époque : Ultra se déguise en prince russe armé d’un knout (II, 4‑7), puis en ouvrier, dans la pre­­mière ver­­sion en pro­­lé­­taire (III, 19), les jeunes filles de Krähwinkel en étu­­diants sur les bar­­ri­­cades21 (III, 21). Enfin, le contexte euro­­péen est exposé dans les « cou­­plets »22 d’Ultra : le pre­­mier (I, 7) retrace les débuts de l’insur­­rec­­tion contre les régimes réac­­tion­­naires, qui par­­tit de Paris et se pro­­pa­­gea à l’Allemagne et à l’Autriche, tan­­dis que le cou­­plet final (III, 22) annonce l’échec du « gou­­ver­­ne­­ment des pro­­lé­­taires » pari­­siens23, la popu­­la­­tion aspi­­rant au retour d’un sou­­ve­­rain.

  • 24  Ils appa­­raissent dans l’ordre inverse de la hié­­rar­­chie: d’abord le fonc­­tion­­naire muni­­c (...)
  • 25  HKA 26/I, I, 7, p.32 et III, 3, p.57.
  • 26  I, 2, p.10.
  • 27  II, 7, p.45. L’expres­­sion est attri­­buée à Windischgrätz.
  • 28  «Zopf» désigne la tresse ou queue de che­­val et ren­­voie à la per­­ruque qui était à la mode pou (...)
  • 29  Cette cri­­tique se retrouve dans Der alte Mann mit der jungen Frau II, 18.

9Freiheit in Krähwinkel est une satire de tout ce qui incarne la réac­­tion : l’État abso­­lu­­tiste, l’Église, l’armée et la bureau­­cra­­tie. Le régime réac­­tion­­naire est qua­­li­­fié par Ultra de « tyran­­nie » (I, 7‑8). Les repré­­sen­­tants24 en sont d’abord le maire, qui affirme : « Le régent est le père, le sujet un petit enfant et la liberté un cou­­teau tran­­chant » et plus loin : « Je suis le pou­­voir et je fais le droit »25. Il abhorre la liberté (le cha­­ri­­vari est selon lui un « orchestre des Enfers » I, 20). Aussi a-­­t-il sub­­ti­­lisé la consti­­tution pré­­vue pour Krähwinkel par les grandes puis­­sances euro­­péennes (I, 17 ; II, 4). Il approuve l’usage du knout et est gra­­ti­­fié par Ultra déguisé en prince russe du titre de « Passionski regierski Volkski despotski » (II, 4). Un deuxième repré­­sen­­tant est le fonc­­tion­­naire muni­­ci­­pal Klaus, qui combat avec achar­­ne­­ment tout mou­­ve­­ment en faveur de la liberté. Il déclare lors de son entrée en scène : « Je sers l’État et nous n’aimons pas que l’homme soit libre » et refuse même de sor­­tir à l’air « libre »26. Puisque la pen­­sée pré­­sup­­pose la liberté, Klaus vou­­drait l’inter­­dire (I, 3). Il qua­­li­­fie les mani­­fes­­tants d’« armées infer­­nales de la liberté » (I, 19). Un troi­­sième repré­­sen­­tant du des­­po­­tisme est le comman­­dant des sol­­dats de Krähwinkel, le miles gloriosus Rummelpuff, qui dénigre le peuple : « L’homme commence seule­­ment au baron »27 ! Les per­­son­­nages réac­­tion­­naires portent géné­­ra­­le­­ment un nom ridi­­cule : celui du secré­­taire par­­ti­­cu­­lier Reakzerl Edler von Zopfen28, qui unit deux réfé­­rences à l’ancien régime, révèle son étroi­­tesse d’esprit ; l’asso­­cia­­tion de deux noms d’oiseaux pour Sperling Edler von Spatz indique un mau­­vais poète. En rai­­son de leur bêtise, ces per­­son­­nages de farce sont dupés par les dégui­­se­­ments d’Ultra. La pièce cri­­tique ensuite l’État poli­­cier, fondé sur l’espion­­nage et les dénon­­cia­­tions29, comme le montre la pre­­mière strophe du pre­­mier cou­­plet d’Ultra :

  • 30  I, 7, p.15‑16.
  • 31  I, 6, p.15. L’expres­­sion vient de Sedlnitzky.

10« Ils ont régné sans limites,
Per­­sonne n’a bougé,
Car si quelqu’un avait osé,
Et dit une parole libre
Il aurait été empri­­sonné,
On y était habi­­tué.
Ils ont espionné tout le monde sans excep­­tion
C’était le rôle de la police.
Les gens intel­­li­­gents se sont tus ;
Bref, tout le monde était devenu stu­­pide […] »30.
Le gar­­dien de nuit a été dénoncé comme libé­­ral, le gou­­ver­­ne­­ment sait qu’il lit la presse étran­­gère et Klaus le menace de la perte de son emploi s’il pour­­suit ses acti­­vi­­tés (I, 3). Le fonc­­tion­­naire muni­­ci­­pal est « sur les traces d’une bande de libé­­raux » et a décou­­vert qu’une auberge est « le foyer de la Révo­­lu­­tion »31.

  • 32  I, 7, p.18.
  • 33Ibid.

11Cet État se carac­­té­­rise par l’absence de droit et de liberté, comme l’explique Ultra à l’aide de jeux de mots dans le long commen­­taire qui suit son pre­­mier cou­­plet : le régime a accordé à ses « sujet[s] opprimé[s] » « une quan­­tité de droits » tels que les « droits de la nais­­sance, les droits et pri­­vi­­lèges de la condi­­tion sociale », le droit de pré­­le­­ver un impôt sur le vin, le droit de faire empri­­son­­ner quelqu’un pour insol­­va­­bi­­lité etc., mais ils ne pos­­sé­­daient pas les droits humains fon­­da­­men­­taux : « Et mal­­gré tous ces droits ines­­ti­­mables, nous n’avions aucun droit, parce que nous étions esclaves »32. De même, il exis­­tait toutes sortes de libertés : la liberté de commerce, la « liberté de masque » (Maskenfreiheit) qui sup­­pri­­mait les bar­­rières entre les classes sociales dans les bals, la liberté de jouer au billard et même la liberté de pen­­sée, à condi­­tion que les sujets gardent leurs pen­­sées pour eux : « En un mot, nous avons eu une mul­­ti­­tude de liber­­tés, mais de la liberté aucune trace »33. L’infla­­tion de droits et de liber­­tés res­treints et futiles masque la néga­­tion du droit et de la liberté par un sys­­tème d’oppres­­sion.

  • 34  Il en a été vic­­time dès 1826. Cette cri­­tique revient dans les autres pièces, par exemple Der a (...)
  • 35  I, 14, p.27, 26.

12La cen­­sure est l’un des ins­­tru­­ments de répres­­sion du régime, que dénonce avec viru­­lence Nestroy34. Ultra la décrit comme « la plus jeune de deux sœurs abo­­mi­­nables, l’aînée se nomme inqui­­si­­tion », elle est « l’aveu des grands [révé­­lant] qu’ils ne savent qu’oppri­­mer des esclaves abru­­tis, mais non gou­­ver­­ner des peuples libres », les Lumières l’ont mar­­quée « au fer rouge du mépris ». Le cen­­seur est « un crayon devenu homme ou un homme devenu crayon, un trait devenu chair sur les pro­­duc­­tions de l’esprit […] »35. Les jour­­na­­listes sont pla­­cés devant l’alter­­na­­tive sui­­vante : écrire des bana­­li­­tés ou livrer une feuille blanche, tout article inté­­res­­sant étant cen­­suré (I, 8). Sont éga­­le­­ment cri­­ti­­qués le clé­­ri­­ca­­lisme d’État et plus pré­­ci­­sé­­ment les rela­­tions entre l’État et les Liguoriens, autre sym­­bole de la réac­­tion pour Nestroy : Klaus les consi­­dère comme le seul rem­­part contre l’épi­­dé­­mie de liberté qui se pro­­page parmi le peuple (I, 16). Ils tra­­vaillent avec le maire à répri­­mer la liberté. Le Père prieur fait éga­­le­­ment cause commune avec lui dans l’affaire illé­­gale du tes­­tament de l’époux de Madame de Frankenfrey (I, 13 ; I, 15). Au cours de scènes dénuées de satire, qui montrent l’hos­­ti­­lité de l’auteur, les habi­­tants de Krähwinkel armés de hal­­le­­bardes encerclent le monas­­tère (III, 5‑6) et en chassent les Liguoriens, tan­­dis que le chœur célèbre la fin de l’oppres­­sion par les reli­­gieux (III, 12). Enfin, la bureau­­cra­­tie, autre pilier du régime à côté de l’armée et de l’Église, est pré­­sen­­tée comme hyper­­tro­­phiée, cynique et cor­­rom­­pue (I, 11 ; I, 14) ce qui accroît la dette publique (I, 12). Alors que leurs supé­­rieurs per­­çoivent un salaire impor­­tant pour « ne rien faire », les fonc­­tion­­naires subal­­ternes sont pauvres et la peur de perdre leur emploi les contraint à un compor­­te­­ment ser­­vile (I, 12 ; I, 15).

Les acquis de la Révo­­lu­­tion : la liberté, l’éga­­lité, le droit, la démo­­cra­­tie, l’éman­­ci­­pa­­tion du peuple et la défense de valeurs huma­­nistes

  • 36  I, 7, p.19. De même Die lieben Anverwandten III, 10 et Verwickelte Geschichte! I, 3.

13Ultra (dont le nom indique l’orien­­ta­­tion poli­­tique : « ultra-­radicale »), qui prend la tête du sou­­lè­­ve­­ment à Krähwinkel, oppose au plu­­riel des liber­­tés et droits sous l’abso­­lu­­tisme, des­­tiné à mas­­quer leur absence, leur ins­­ti­­tution au sin­­gu­­lier par la Révo­­lu­­tion (I, 7). Ce qui paraît une « absur­­dité mathéma­­tique » se révèle une « vérité évi­­dente » : seul le pas­­sage des liber­­tés à la liberté et des droits au droit per­­met l’abo­­li­­tion des pri­­vi­­lèges et l’ins­­tau­­ra­­tion de l’éga­­lité entre les citoyens. La pièce célèbre donc les acquis révo­­lu­­tion­­naires, à commen­­cer par l’éga­­lité : « main­­te­­nant la nais­­sance ne [vaut] plus rien »36 déclare Ultra, ce que seules les sages-­femmes peuvent regret­­ter ; et l’époque où le titre de « conseiller privé » était une dis­­tinction est révo­­lue (III, 2). Du point de vue du droit, le pro­­ta­­go­­niste se réjouit de la sup­­pres­­sion du Haslinger (I, 9‑10). Et sur­­tout, il loue – et à tra­­vers lui Nestroy – la liberté qu’il incarne, comme le montre la scène où il décline son iden­­tité devant les fonc­­tion­­naires subal­­ternes Sigmund Siegl et Willibald Wachs :

  • 37  I, 15, p.29. Voir aussi: «Je suis la liberté même» I, 12, p.24.

« Sigmund. Âge –
Ultra. Trois mois et demi. […] Pas une heure de plus ; c’est l’âge de la liberté, et ce qui pré­­cède ne compte pas.
[…]
Sigmund. Nez –
Ultra. Humant la liberté.
[…]
Sigmund. Taille –
Ultra. La moi­­tié de la hau­­teur des bar­­ri­­cades.
Sigmund. Signes par­­ti­­cu­­liers –
Ultra. Esprit agité.
Sigmund. Carac­­tère –
Ultra. Contraire aux règle­­ments de police ! […] »37.

14Ultra ajoute – non sans iro­­nie de la part de l’auteur – que les seuls à se plaindre de la liberté sont les poètes, pri­­vés du pré­­texte qu’ils invo­­quaient lorsque l’ins­­pi­­ra­­tion leur fai­­sait défaut, la cen­­sure (I, 7). La pièce rend hom­­mage aux jour­­nées du 13 mars, 15 mai et 26 mai 1848, les « trois beaux numé­­ros » de la liberté (I, 22). La Révo­­lu­­tion signi­­fie en outre l’éman­­ci­­pa­­tion du sujet et l’ins­­tau­­ra­­tion de la démo­­cra­­tie, comme le montre la troi­­sième strophe du pre­­mier cou­­plet d’Ultra :

  • 38  I, 7, p.16.

« Alors le sujet opprimé
Se mit à réflé­­chir :
“Au diable,
Dois-­je donc être esclave ?
Le sou­­ve­­rain est bien un sei­­gneur,
Mais je suis homme comme lui ;
Et même s’il nous en coûte la vie –
Nous demande­­rons main­­te­­nant
Pour tout des comptes
Aux puis­­sants sei­­gneurs” […] »38.

  • 39  III, 2, p.56.
  • 40  III, 3, p.58.
  • 41  III, 6, p.60.

15L’impor­­tance et le rôle du peuple sont sou­­li­­gnés à plu­­sieurs reprises (bien que Nestroy montre éga­­le­­ment le manque de sens poli­­tique de ce der­­nier, qui s’enthou­­siasme sans cesse) : Ultra cri­­tique le titre de « conseiller privé », en alle­­mand « secret », en défen­­dant l’idée qu’« un bon et hon­­nête conseil ne doit plus main­­te­­nant être secret, le peuple entier doit pou­­voir l’entendre »39. Au maire qui demande qui ose chas­­ser les Liguoriens, il répond : « Quelqu’un qui est des milliers de fois plus [puis­­sant] que nous deux réunis, le peuple »40 ! Ce der­­nier acquiert une conscience poli­­tique : le four­­reur Schabenfellner déclare au maire, qui tente de s’oppo­­ser à l’expul­­sion des reli­­gieux : « Nous sommes un peuple libre »41.

  • 42  I, 1, p.9.
  • 43  I, 14, p.27; III, 2, p.55.

16Plus géné­­ra­­le­­ment, les valeurs huma­­nistes por­­tées par la Révo­­lu­­tion se retrouvent dans l’uti­­li­­sation au sens propre, fort, du mot « Mensch », « être humain », par les révo­­lu­­tion­­naires, tan­­dis que les réac­­tion­­naires le réduisent à une inter­­jec­­tion fami­­lière expri­­mant la sur­­prise ou la crainte, voire à un terme péjo­­ra­­tif : « Vous êtes bien plus four­­reur qu’homme »42, reproche le gar­­dien de nuit à Schabenfellner. Ultra répond à l’excla­­ma­­tion du maire, qu’il a percé à jour : « Si vous m’aviez donné un autre nom, j’aurais répondu : “Vous-­même”, mais puisqu’il en est ainsi – » et à la remarque mépri­­sante de Reakzerl, qui s’étonne de sa pré­­sence dans le salon de Mme de Frankenfrey : « C’est vrai, le maire et un être humain fré­­quentent la même mai­­son, c’est vrai­­ment une société mélan­­gée ! »43. Tous ces acquis sont réunis – sur un mode paro­­dique – dans la Consti­­tution pro­­cla­­mée par Ultra déguisé en « commis­­saire euro­­péen de la liberté et de l’éga­­lité » (II, 16).

Le triomphe – pro­­vi­­soire ? – de la Révo­­lu­­tion et le spectre de la réac­­tion

17La farceFreiheit in Krähwinkel est struc­­tu­­rée autour de l’anti­­thèse entre la réac­­tion et la Révo­­lu­­tion, l’ancien et le nou­­veau régime, le passé et le présent, au niveau de la dra­­ma­­tur­­gie (par­­ties de l’action, per­­son­­nages), des thèmes et de la langue (méta­­phores etc.). Elle n’est pas seule­­ment une apo­­lo­­gie de la Révo­­lu­­tion et de la liberté, mais aussi une mise en garde devant le dan­­ger de la réac­­tion. Le titre l’indique déjà par le para­­doxe qu’il forme en rap­­pro­­chant l’idéal poli­­tique et éthique de « liberté » et « Krähwinkel », sym­­bole de la petite ville étri­­quée. De même, la pre­­mière par­­tie (actes I et II) est inti­­tu­­lée « La Révo­­lu­­tion », tan­­dis que la seconde (acte III), « La réac­­tion », semble annon­­cer le triomphe de cette der­­nière. Le fait qu’il en soit autre­­ment à la fin de la pièce (mais non dans la réa­­lité) s’explique davan­­tage par les conven­­tions du genre que par le dénoue­­ment logique des évé­­ne­­ments dra­­ma­­tiques.

  • 44  III, 2, p.56.
  • 45  III, 3, p.56.
  • 46  III, 14, p.65.

18Bien que ridi­­cules, les per­­son­­nages incar­­nant la réac­­tion – asso­­ciés aux méta­­phores de la nuit et de l’obs­­cu­­rité (I, 1 ; III, 14) – conservent un pou­­voir impor­­tant, dont se méfie Ultra : « Vous [Reakzerl] êtes réac­­tion­­naire et il ne faut jamais leur faire confiance »44. Ils attendent, dans l’ombre, leur heure : « C’est aujourd’hui le jour de la ven­­geance, le triomphe de la réac­­tion »45, déclare le maire. Et Metternich (Ultra déguisé) affirme : « […] la nuit aux étoiles étin­­ce­­lantes de la réac­­tion triomphe[ra] dans le ciel poli­­tique »46. En effet, tous, y compris Ultra, connaissent le fond réac­­tion­­naire des citoyens de Krähwinkel :

  • 47  I, 7, p.18‑19.

« Parmi les citoyens de Krähwinkel, beau­­coup devien­­dront vrai­­sem­­blab­­le­­ment mes­­quins et, après avoir brisé leurs chaînes, sans être véri­­ta­­ble­­ment réac­­tion­­naires, ils commen­­ce­­ront pour­­tant à se plaindre, pusilla­­nimes : “Oh, mon Dieu, c’était mieux avant […]” »47.

19Klaus uti­­lise le même argu­­ment pour ras­­su­­rer le maire après ses cau­­che­­mars :

  • 48  I, 24, p.38.

« Non, je connais les citoyens de Krähwinkel – il faut les lais­­ser se défou­­ler ; une fois l’accès de folie passé, ils seront conci­­liants et nous les attra­­pe­­rons avec la main. Ensuite, nous ser­­re­­rons bien fort [pour qu’il ne bouge plus], le peuple »48.

  • 49  III, 22, p.74.

20Deux scènes (I, 21 et III, 3) annoncent la répres­­sion de l’insur­­rec­­tion par l’armée, même si celle de Krähwinkel est déri­­soire (II, 2). En outre, le troi­­sième rêve du maire (I, 25) et la ren­­contre entre ce der­­nier et Ultra déguisé en prince russe (II, 4‑7) ont une fonc­­tion d’aver­­tis­­se­­ment pro­­phé­­tique. La Russie tsa­­riste était le prin­­ci­­pal allié des réac­­tion­­naires autri­­chiens. Elle appa­­raît comme plus des­­po­­tique et tyran­­nique encore que le gou­­ver­­ne­­ment autri­­chien du Vormärz (II, 4). Enfin, dans le cou­­plet final d’Ultra (III, 22), deux strophes seule­­ment sur cinq sont consa­­crées à la Révo­­lu­­tion : la deuxième décrit la révo­­lu­­tion en Ir­lande contre la supré­­ma­­tie anglaise et la troi­­sième le sou­­lè­­ve­­ment futur des Russes contre le tsar (elle s’oppose donc au troi­­sième rêve du maire). En revanche, les strophes 1 et 4 repré­­sentent l’échec de la Révo­­lu­­tion et la réac­­tion : la pre­­mière concerne la répres­­sion du sou­­lè­­ve­­ment popu­­laire au Royaume des Deux-­Siciles, la troi­­sième relate les évé­­ne­­ments qui se déroulent après la révolu­­tion pari­­sienne (évo­­quée dans le pre­­mier cou­­plet d’Ultra) : après l’abdi­­ca­­tion de Louis-­Philippe, les révo­­lu­­tion­­naires pro­­clament la répu­­blique et mettent en place un « gou­­ver­­ne­­ment des pro­­lé­­taires ». Mais de nom­­breux Pari­­siens « veulent de nou­­veau un roi » et « sou­­haitent un Napo­­léon »49. Nestroy est ici vision­­naire : après le coup d’État du 2 décembre 1851, Louis-­Napoléon Bonaparte devien­­dra empe­­reur sous le nom de Napo­­léon III en 1852. Ces évé­­ne­­ments montrent l’évo­­lu­­tion dia­­lec­­tique de l’His­­toire, qui ins­­taure une nou­­velle forme d’oppres­­sion.

  • 50  Cf. John R.P. McKenzie, «Political Satire in Nestroys’s Freiheit in Krähwinkel», Modern Language R (...)
  • 51  III, 25, p.77.

21La pièce s’achève certes par un dénoue­­ment heu­­reux. Mais celui-­ci est tel­­le­­ment exa­­géré – avec trois mariages et le triomphe de la Révo­­lu­­tion – qu’il n’est pas cré­­dible. En outre, l’union d’Ultra et de Mme de Frankenfrey est ambi­­guë : elle est le fruit de la Révo­­lu­­tion, qui abo­­lit les dif­­fé­­rences de classes, mais l’ascen­­sion sociale d’Ultra (dans le cercle des aris­­to­­crates et des capi­­ta­­listes) peut aussi être inter­­pré­­tée comme une tra­­hi­­son des prin­­cipes révo­­lu­­tion­­naires50. On peut se demander si les jeunes filles dégui­­sées en étu­­diants sont réel­­le­­ment un bas­­tion contre la réac­­tion et si la fuite du maire à Londres ne se jus­­ti­­fie pas uni­­que­­ment par la néces­­sité du dénoue­­ment heu­­reux. Quant à la conclu­­sion du pro­­ta­­go­­niste : « […] la réac­­tion est un fan­­tôme, mais il est bien connu que les fan­­tômes n’existent que pour les gens peu­­reux ; ne la crai­­gnons pas et il n’y aura pas de réac­­tion ! »51, son carac­­tère illu­­soire ne peut man­­quer de sus­­ci­­ter le scep­­ti­­cisme.

  • 52  Gerhard Schmieder, Revolutionäre Entwicklung und ‚idealistische‘ Satire: Studien zu Johann Nestroy (...)

22Nestroy, tel une Cassandre52, met en garde ses conci­­toyens devant la fra­­gi­­lité des acquis révo­­lu­­tion­­naires et la menace de la réac­­tion. Celle-­ci n’était pas seule­­ment le rêve du maire dans la pièce, l’auteur voyait plus loin que le public qui, dans son enthou­­siasme, exi­­gea qu’il sup­­prime cette scène. Elle devint réa­­lité en octobre 1848 avec le siège et la prise de Vienne.

La réac­­tion et ses consé­­quences (Lady und Schneider, Judith und Holofernes, Höllenangst, Der alte Mann mit der jungen Frau, 1849)

  • 53  On peut éga­­le­­ment obser­­ver un chan­­ge­­ment de perspec­­tive, les notions révo­­lu­­tion­­n (...)
  • 54  HKA 27/II Höllenangst, Jürgen Hein (ed.), Wien, Deuticke, 1996, p.177, 184.
  • 55Ibid., /1 Der alte Mann mit der jungen Frau, Urs Helmensdorfer (ed.), Wien, Deuticke, 1997, I, 7, (...)

23SiFreiheit in Krähwnkel montre, non sans le mettre en ques­­tion, le triomphe de la Révo­­lu­­tion, Lady und Schneider, pre­­mière farce de Nestroy après la répres­­sion bru­­tale du sou­­lè­­ve­­ment, pré­­sente un bilan désil­­lu­­sionné : la Révo­­lu­­tion n’a pas lieu dans cette pièce, le tailleur Heugeign ne connaît pas d’éman­­ci­­pa­­tion poli­­tique et la convic­­tion que le contente­­ment est plus sage l’emporte à la fin sur le désir d’ascen­­sion sociale53. Les spec­­ta­­teurs furent déçus par la satire de la Révo­­lu­­tion pré­­sente dans la pièce et Nestroy fut consi­­déré par beau­­coup comme un rené­­gat poli­­tique. Dans la paro­­die Judith und Holofernes, l’auteur uti­­lise le pro­­cédé tra­­di­­tion­­nel qui consiste à don­­ner des traits viennois aux lieux et per­­son­­nages de l’action : les allu­­sions et lap­­sus (scènes 9, 14, 15) per­­mettent de faire un paral­­lèle entre la ville juive de Béthulie, assié­­gée par l’armée d’Holopherne, et le siège de Vienne par Windischgrätz (scènes 10, 14, 15, 21, 24). Le titre et le motif cen­­tral d’Höllenangst (la super­­stition), farce écrite un an après la capi­­tu­­la­­tion de Vienne, indiquent le retour de l’obs­­cu­­ran­­tisme. La Révo­­lu­­tion est un « rêve […] [qui] a pris fin » (II, 17) et les ébauches du « mono­­logue du des­­tin » montrent le scep­­ti­­cisme de Nestroy quant à un chan­­ge­­ment des condi­­tions sociales et poli­­tiques54. Enfin Der alte Mann mit der jungen Frau, où Kern, le porte-parole de Nestroy, qua­­li­­fie la Révo­­lu­­tion d’« ivresse de la liberté »55, est une anti­­ci­­pation de l’ave­­nir proche (l’action se déroule en 1850).

  • 56  Voir la méta­­phore des trois règnes de la nature dans le cou­­plet I, 7 de Wendelin dans Höllenan (...)
  • 57  Ce thème est éga­­le­­ment présent dans Der alte Mann mit der jungen Frau III, 2.
  • 58  Comme le montre le conflit entre les bour­­geois par­­ve­­nus et la noblesse de souche dans Der al (...)

24Les pièces montrent la res­­tau­­ra­­tion de l’ordre poli­­tique et social anté­­rieur et l’aggra­­va­­tion des condi­­tions éco­­no­­miques. Le calme est revenu et la réac­­tion abo­­lit les acquis de 184856. Les ins­­tru­­ments de la tyran­­nie et du pou­­voir arbi­­traire, la vio­­lence mili­­taire et l’espion­­nage, sont ren­­for­­cés et la cen­­sure est réta­­blie. Judith und Holofernes cri­­tique la domi­­na­­tion mili­­taire de Windischgrätz, à tra­­vers le per­­son­­nage carica­­tu­­ral d’Holopherne (scènes 1, 7, 9, 24), ainsi que les dénon­­cia­­tions57 : le per­­son­­nage de Daniel devient un dénon­­cia­­teur per­­fide qui fait condam­­ner par inté­­rêt per­­son­­nel et appât du gain des habi­­tants de Béthulie (scènes 17‑19). La hié­­rar­­chie sociale est réaf­­fir­­mée58, le peuple de nou­­veau opprimé et dans une situa­­tion éco­­no­­mique pré­­caire (en témoigne la situa­­tion de Wendelin et de sa famille dans Höllenangst I, 7‑8). La Révo­­lu­­tion a entraîné une réces­­sion éco­­no­­mique dont sont vic­­times en par­­ti­­cu­­lier les commer­­çants. Judith und Holofernes dépeint la pénu­­rie ali­­men­­taire et le ren­­ché­­ris­­se­­ment du coût de la vie pen­­dant le siège de Vienne, l’une des causes de la capi­­tu­­la­­tion de la ville (scènes 10, 11, 15, 16).

25Les anciens révo­­lu­­tion­­naires ont été empri­­son­­nés ou sont deve­­nus des fugi­­tifs, pour­­sui­­vis par la jus­­tice. Dans Höllenangst, le baron von Reichthal est l’un de ces exi­­lés, qui durent quit­­ter l’Autriche par milliers (I, 14). Ce sujet est l’un des deux axes de l’action de Der alte Mann und der junge Frau : le « déma­­gogue » An­ton est arrêté, sa famille subit des inter­­ro­­ga­­toires humi­­liants (I, 2), le jeune homme par­­vient à s’échap­­per, mais doit se cacher dans un cha­­let d’alpage (acte III) et doit chan­­ger de métier (III, 2). Animé d’une pro­­fonde sym­­pa­­thie pour les idées révo­­lu­­tion­­naires et ceux qui ont combattu pour elles, Kern fait preuve de bien­­veillance (I, 6), de respect (III, 2) et de compas­­sion envers les vic­­times de la réac­­tion, expli­­quant :

  • 59  HKA 27/I, I, 15, p.23‑24.

« Ce que vous [An­ton] avez fait, des cen­­taines de milliers de per­­sonnes l’ont fait, cha­­cun ou presque l’a fait – que ce soit par l’action, le verbe ou la pen­­sée. Qui peut dire, dans la crise que tra­­verse l’Europe actuel­­le­­ment : « Je n’ai pas par­­ti­­cipé » – ? La Révo­­lu­­tion était dans l’air, cha­­cun l’a ins­­pi­­rée et l’a donc aussi exha­­lée. Per­­sonne ne doit cher­­cher à enjo­­li­­ver les choses. L’un ou l’autre a davan­­tage été remar­­qué, ce qui signi­­fie, comme le dit Schiller : “Je choi­­sis celui-­ci parmi vous, mais vous avez tous pris part à sa faute.” Aussi ayons la plus grande pitié de ceux qui sont tou­­chés et remer­­cions Dieu qu’ils ne nous aient pas choi­­sis nous par hasard ! […] »59.

  • 60  De même Judith und Holofernes, scène 18.

26Höllenangst et sur­­tout Der alte Mann mit der jungen Frau cri­­tiquent l’arbi­­traire de la jus­­tice post-­révolutionnaire et l’injus­­tice des peines60. Dans la pre­­mière, les petites gens sont arrê­­tés ou relâ­­chés sans en comprendre les rai­­sons, sou­­mis à la volonté des puis­­sants. Le pro­­ta­­go­­niste Wendelin sou­­ligne la dif­­fé­­rence de trai­­te­­ment des pri­­son­­niers selon leur rang (II, 10). Et la lettre de Reichthal au juge von Thurming révèle que les juges sont des ins­­tru­­ments aux mains du gou­­ver­­ne­­ment (II, 2). Der alte Mann mit der jungen Frau décrit les méthodes uti­­li­­sées contre les sus­­pects poli­­tiques :

  • 61  I, 6, p.13.

« Kern. Vous reve­­nez de la chasse ?
Holler. Si on veut, nous avons fait plu­­sieurs fois un peu de chasse à courre.
Kern. Qu’avez-­vous chassé ?
Holler. Quelques hommes.
Kern. Quoi – ! ?
Holler. Nous sommes une si petite prin­­ci­­pauté et avons un si grand nombre de cri­­mi­­nels – rien que des cri­­mi­­nels poli­­tiques, bien sûr »61.

  • 62Karikaturen-­Charivari mit Heiratszweck cri­­tique éga­­le­­ment les méthodes uti­­li­­sées pour l (...)
  • 63  I, 7, p.15.

27Cet échange est révé­­la­­teur de l’atmo­­sphère qui régnait en 1849 : les fugi­­tifs poli­­tiques étaient tra­­qués et le moindre soup­­çon suf­­fi­­sait à faire pendre un hon­­nête citoyen. L’accu­­sa­­tion de « par­­ti­­cipation à l’encou­­ra­­ge­­ment du crime de haute tra­­hi­­son » par l’huis­­sier Schippl (I, 2) montre comment sont construites des preuves de culpa­­bi­­lité condui­­sant à une condam­­na­­tion à mort. Quant au gar­­dien Hartkopf, il est un exemple de la cor­­rup­­tion des auto­­ri­­tés (I, 12)62. La durée des peines, en par­­ti­­cu­­lier, est injuste, en ce qu’elle est plus impor­­tante pour les opposants poli­­tiques que pour les autres cri­­mi­­nels : « Un voleur de mou­­choirs en soie est condamné à trois mois de pri­­son […] Le cri­­mi­­nel poli­­tique pour une brève ivresse de liberté à dix ou quinze ans […] »63. De manière plus géné­­rale, Kern sou­­ligne l’arbi­­traire d’une jus­­tice qui punit cer­­tains et d’autres non, alors que l’esprit révo­­lu­­tion­­naire s’est emparé de tous :

  • 64  I, 15, p.24.

« Après la Révo­­lu­­tion, il ne peut y avoir de peine juste. Selon la loi, des cen­­taines de milliers de per­­sonnes méritent la mort – évi­­dem­­ment, cela ne va pas ; alors l’un est fusillé, l’autre condamné à quinze ans de pri­­son, celui-­là à six semaines, un autre encore reçoit une médaille – et au fond, tous ont fait la même chose »64.

  • 65  Nestroy pen­­sait sans doute qu’une amnis­­tie géné­­rale serait pro­­cla­­mée en 1850, ce qui exp (...)

28Cepen­­dant, toute oppo­­si­­tion poli­­tique a dis­­paru dans cette pièce. Le seul espoir des fugi­­tifs et pri­­son­­niers est l’amnis­­tie65 (I, 7 et I, 14). Celle-­ci est annon­­cée par un mes­­sa­­ger, tel un deus ex machina, dans la scène finale (IV, 30). Le dénoue­­ment heu­­reux manque néan­­moins : ceux qui se sont sous­­traits à leur peine doivent émi­­grer en Australie dans les huit jours qui suivent, ce qui est le cas d’An­ton et de sa famille (IV, 31).

  • 66  Ce qui explique que cer­­tains aspects de la réa­­lité éco­­no­­mique et sociale ne sont pas évo­­ (...)
  • 67  Contrai­­re­­ment aux radi­­caux (cf. Fass dans Verwickelte Geschichte! I, 3 et I, 9), Nestroy est (...)
  • 68  Cf. Gesammelte Briefe und Revolutionsdokumente (note 6).

29Les mul­­tiples facettes de la satire rendent dif­­fi­­cile, voire impos­­sible, une « récu­­pé­­ra­­tion » poli­­tique de Nestroy par l’un ou l’autre camp. Le but de l’auteur était avant tout d’écrire des farces à suc­­cès66, ce qui n’exclut pas l’expres­­sion d’opi­­nions poli­­tiques. Nestroy salue les acquis de la Révo­­lu­­tion, en par­­ti­­cu­­lier la liberté (par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment la liberté d’expres­­sion et l’abo­­li­­tion de la cen­­sure) et l’expul­­sion des Liguoriens67. Mais il révèle les défauts des deux camps : de la Révo­­lu­­tion comme de la réac­­tion. Aussi n’est-­il pas per­­tinent de lui repro­­cher un « chan­­ge­­ment de cap » après 1848. Les textes écrits pen­­dant et après la période révo­­lu­­tion­­naire68 montrent que l’auteur adopte une posi­­tion scep­­tique, anti-­idéologique, cri­­ti­­quant le compor­­te­­ment des révo­­lu­­tion­­naires, mais en même temps excu­­sant ces der­­niers condam­­nés à des peines sou­­vent lourdes. La posi­­tion poli­­tique de Nestroy n’appa­­raît que de manière indi­­recte et incom­­plète dans les pièces : l’auteur s’inté­­resse davan­­tage aux aspects sociaux et humains que poli­­tiques au sens strict. Dans Der alte Mann mit der jungen Frau et Höllenangst, l’espoir d’un chan­­ge­­ment a dis­­paru en période de réac­­tion, mais res­­tent les rêves et aspi­­ra­­tions, et seules des ini­­tiatives indi­­vi­­duelles peuvent atté­­nuer les effets de l’oppres­­sion.

Les rai­­sons de l’échec de la Révo­­lu­­tion

  • 69  HKA 26/II, Lady und Schneider, Judith und Holofernes, John R.P.McKenzie (ed.), Wien, Deuticke, 199 (...)

« Le peuple est un géant dans son ber­­ceau, qui s’éveille, se lève, titube, écrase tout et fina­­le­­ment tombe plus bas encore qu’il ne l’était dans son ber­­ceau »69.

30L’échec de la Révo­­lu­­tion s’explique par les fai­­blesses poli­­tiques du mou­­ve­­ment révo­­lu­­tion­­naire, les défauts des Viennois en par­­ti­­cu­­lier et des hommes en géné­­ral, enfin par la défor­­ma­­tion des idéaux révo­­lu­­tion­­naires dans la langue et la réa­­lité.

Les fai­­blesses poli­­tiques du mou­­ve­­ment révo­­lu­­tion­­naire

31L’échec de la Révo­­lu­­tion est d’abord dû à des rai­­sons poli­­tiques : Nestroy montre que les révo­­lu­­tion­­naires n’ont pas de véri­­table pro­­gramme ni d’objec­­tifs pré­­cis. Ils se révèlent inca­­pables de pla­­ni­­fier et de mettre en œuvre un chan­­ge­­ment réa­­liste des condi­­tions poli­­tiques et sociales. Dans Die lieben Anverwandten, l’auteur cri­­tique l’absence de conscience poli­­tique et l’igno­­rance de nom­­breux élec­­teurs des ques­­tions débat­­tues à l’Assem­­blée natio­­nale de Francfort :

  • 70Ibid. 25/II, IV, 4, p.75. Cette strophe est sou­­vent évo­­quée pour expli­­quer le scan­­dale sus (...)

« Beau­­coup donnent leur voix et ne savent pas pour­­quoi ;
Beau­­coup se sont pré­­ci­­pi­­tés pour aller voter pour Francfort
Qui ne connaissent rien de Francfort à part les sau­­cisses »70.

  • 71Die lieben Anverwandten IV, 4 et Freiheit in Krähwinkel I, 1.

32Nestroy déplore éga­­le­­ment le carac­­tère super­­fi­­ciel des débats, qui portent sou­­vent sur des ques­­tions de forme comme l’uni­­forme de la garde natio­­nale71, ou les que­­relles sur le mono ou le bica­­mé­­risme (sus­­ci­­tées par la Consti­­tution Pillersdorf) qui oublient l’essen­­tiel, l’impor­­tance d’une majo­­rité libé­­rale forte au Reichs­­tag :

  • 72  HKA 25/II, Die lieben Anverwandten IV, 4, p.74. Voir aussi la cri­­tique des débats inter­­mi­­nab (...)

« Beau­­coup s’ex­clament : Pas deux chambres ! C’est en tout cas le pire !
Mais une chambre sans unité, cela ne va pas non plus.
Le prin­­ci­­pal pour les chambres est la vue depuis la mai­­son,
Si elle donne der­­rière ou devant, à l’air libre [mot à mot : « vers la liberté »] »72.

  • 73  De même dans Lady und Schneider II, 25 et Verwickelte Geschichte! I, 3.
  • 74  HKA 26/I, II, 16, p.52.
  • 75Ibid. De même Fass réclame une «abo­­li­­tion géné­­rale […] de tout ce qui existe» Verwickelte Ge (...)

33L’absence de pro­­gramme pré­­cis de la Révo­­lu­­tion est mise en évi­­dence à la scène I, 10 de Freiheit in Krähwinkel73 : Ultra s’apprête à faire un dis­­cours qui déclen­­chera la Révo­­lu­­tion, mais il est inter­­rompu dès la pre­­mière for­­mule par les hour­­ras et les applau­­dis­­se­­ments du peuple, qui n’a pas besoin d’en entendre davan­­tage. Le pro­­ta­­go­­niste lui-­même se carac­­té­­rise par un manque de conscience poli­­tique : pour pro­­cla­­mer la consti­­tution, il est revêtu d’un cos­­tume « fan­­tai­­siste, orné de rubans à sept cou­­leurs et porte au lieu de plumes des dra­­peaux sur son cha­­peau, dans la main gauche un dra­­peau à sept cou­­leurs […] »74. Nestroy dépasse l’ana­­lo­­gie avec l’évé­­ne­­ment his­­to­­rique : son apôtre de la liberté est paré non des cou­­leurs de la révo­­lu­­tion, mais de celles plus poé­­tiques de l’arc-­­en-ciel ; il tient un dis­­cours inco­­hé­­rent, qui se conclut ainsi : « pour évi­­ter toute que­­relle sur ce point, il n’y aura pas de sys­­tème du tout »75. Ultra se déguise en des per­­son­­nages révo­­lu­­tion­­naires (le commis­­saire euro­­péen, l’ouvrier) aussi bien que réac­­tion­­naires (le Prieur liguorien, le prince russe, Metternich) : les oppo­­si­­tions poli­­tiques ne sont pour lui que des masques, qu’il change à volonté.

  • 76  Pen­­dant le Vormärz, les dis­­cus­­sions poli­­tiques publiques ne pou­­vaient avoir lieu que dan (...)
  • 77  HKA 26/I, II, 13, p.50.

34Cette absence de conscience poli­­tique est une entrave à l’action effi­­cace. Les citoyens de Krähwinkel ne font presque rien pour obte­­nir la liberté et leur modeste contri­­bu­­tion a le plus sou­­vent lieu hors scène. Lorsqu’ils brisent le Haslinger de Klaus, l’évé­­ne­­ment est rap­­porté et les spec­­ta­­teurs assistent uni­­que­­ment au tumulte qu’il déclenche (I, 9‑10). L’iro­­nie est qu’il ne conduit pas à une action révo­­lu­­tion­­naire … mais au café voi­­sin, où les habi­­tants pré­­parent un cha­­ri­­vari pour le maire76. Pen­­dant les combats de rue, ils sont soit spec­­ta­­teurs (II, 10‑11 et 13), soit vic­­times (chœur des bles­­sés II, 13). Après avoir perdu quelques dents, le gar­­dien de nuit menace ses adver­­saires en ces termes : « Main­­te­­nant, on va par­­ler dure­­ment »77 ! Quant aux femmes, elles pré­­fèrent que leurs maris res­­tent à la mai­­son (II, 11). Les habi­­tants de Krähwinkel ne jouent un rôle actif que dans l’expul­­sion des Liguoriens (III, 10‑13). La Révo­­lu­­tion réus­­sit fina­­le­­ment non grâce aux mérites des révo­­lu­­tion­­naires, mais à la ruse d’Ultra, qui dupe les réac­­tion­­naires. Le pro­­ta­­go­­niste se déguise suc­­ces­­si­­ve­­ment en Prieur liguorien : il fait avouer à Klaus que le maire a sub­­ti­­lisé la consti­­tution de Krähwinkel (I, 17) ; en prince russe : il trompe le maire qui lui remet le docu­­ment (II, 6) ; en « commis­­saire euro­­péen de la liberté et de l’éga­­lité » : il pro­­clame la liberté ins­­crite dans la consti­­tution (II, 16) ; puis en Metternich, qui a fui Vienne, il par­­vient à retar­­der la répres­­sion mili­­taire pré­­vue par le maire (III, 14), afin de lais­­ser aux révo­­lu­­tion­­naires le temps d’éri­­ger des bar­­ri­­cades ; enfin en ouvrier, il affirme que le prin­­cipe « La pro­­priété est sacrée » est gravé dans le cœur de ses cama­­rades (III, 19), pro­­pos pro­­blé­­ma­­tiques qui ras­­surent la bour­­geoi­­sie, mais privent les ouvriers de l’une de leurs reven­­di­­ca­­tions fon­­da­­men­­tales.

  • 78  Selon Hinrich C. Seeba, «la Liberté à Krähwinkel [est] l’illu­­sion pré­­sen­­tée sous forme de fa (...)
  • 79  HKA 26/I, I, 10, p.22, de même III, 24.
  • 80  I, 7, p.17; I, 9, p.21; I, 10, p.23.
  • 81  Hinrich C. Seeba, op.cit., p.138, 143.

35Manque de conscience poli­­tique et inca­­pa­­cité à agir effi­­ca­­ce­­ment se tra­­duisent dans la langue par la vacuité et l’absur­­dité du pro­­pos. La rhé­­to­­rique révo­­lu­­tion­­naire, l’emphase et le pathos de la liberté pal­­lient l’absence d’un véri­­table pro­­gramme, le voca­­bu­­laire libé­­ral dégé­­nère en phra­­séo­­lo­­gie : Heugeign dans Lady und Schneider en est la carica­­ture (par exemple II, 1). Nestroy cri­­tique avec viru­­lence ce mau­­vais usage du lan­­gage – notam­­ment par les poètes de la Révo­­lu­­tion78 –, en repre­­nant les mots d’ordre : « La vic­­toire ou la mort ! »79 et les cli­­chés, en par­­ti­­cu­­lier les méta­­phores du soleil, du prin­­temps, de l’aube, du réveil asso­­ciées à la Révo­­lu­­tion : « Mon sombre des­­tin me conduit de l’Autriche glo­­rieuse, rayon­­nant de liberté, à Krähwinkel » explique Ultra lors de sa pre­­mière entrée en scène ; il qua­­li­­fie le mépris du Haslinger de « pre­­mier rayon mati­­nal du soleil de la liberté » et le cha­­ri­­vari de « pre­­mière hiron­­delle du prin­­temps », ajou­­tant : « bien­­tôt, la semence sera en pleine flo­­rai­­son »80. L’élan révo­­lu­­tion­­naire se réduit ainsi en grande par­­tie à la rhé­­to­­rique. La satire dénonce le déca­­lage entre mots et actes, elle rend « visible la dif­­fé­­rence entre reven­­di­­ca­­tion ver­­bale et accom­­plis­­se­­ment réel », selon Seeba. La pièce ne cri­­tique pas l’aspi­­ra­­tion des citoyens à la liberté, elle ne met pas « [en cause] l’acte de la libé­­ra­­tion, mais la langue (qui le per­­met ou l’empêche) de la liberté » : « le carac­­tère illu­­soire de la liberté à Krähwinkel » est dû au fait que « le mot se détache de la réa­­lité », ce qui sus­­cite l’« absence d’effet du mot vide »81.

36Une autre fai­­blesse du mou­­ve­­ment révo­­lu­­tion­­naire est selon Nestroy la prise en compte insuf­­fi­­sante des dif­­fi­­cultés éco­­no­­miques de la petite bour­­geoi­­sie :

  • 82  HKA 26/II, Lady und Schneider II, 13, p.60. Voir aussi Die lieben Anverwandten: «Mal­­heur à celui (...)

« Le décou­­page qui sépare hori­­zon­­ta­­le­­ment l’huma­­nité en « haut » et « bas », ne compte pas beau­­coup dans la poli­­tique, évi­­dem­­ment, parce qu’à tout moment, le haut est en bas et le bas en haut. La poli­­tique ne se pré­­oc­­cupe que de la divi­­sion ver­­ti­­cale qui forme deux par­­tis, la gauche et la droite »82.

37C’est l’une des rai­­sons qui expliquent l’écla­­te­­ment pro­­gres­­sif (dès l’été 1848) du front révo­­lu­­tion­­naire. En outre, la peur du commu­­nisme et le désir du retour à l’ordre inci­­te­­ront la bour­­geoi­­sie à se ral­­lier à la réac­­tion. La pre­­mière strophe du cou­­plet IV, 4 de Die lieben Anverwandten, qui réunit les craintes de la popu­­la­­tion viennoise en mars-­avril 1848, men­­tionne le défer­­le­­ment d’un million de pro­­lé­­taires fran­­chis­­sant le Rhin et l’effon­­dre­­ment des bourses euro­­péennes.

38Enfin, les révo­­lu­­tion­­naires méconnaissent le dan­­ger de la réac­­tion. Les élec­­tions aux grades mili­­taires (Chargenwahlen) ont per­­mis à des réac­­tion­­naires d’inté­­grer les organes de pou­­voir révo­­lu­­tion­­naires, ils uti­­lisent leurs postes afin de satis­­faire leur vanité, voire se montrent ouver­­te­­ment contre-­révolutionnaires, comme l’explique le cou­­plet IV, 4 de Die lieben Anverwandten :

  • 83Ibid., 25/II, p.75.

« Peu sont ani­­més d’un vrai sens révo­­lu­­tion­­naire,
On voit, lorsqu’il s’agit d’une charge, combien ils aiment tou­­jours comman­­der ;
Que ne feraient-­ils pas, on n’en croit pas ses oreilles,
Ces incroyables manœuvres pour deve­­nir sergent-­chef ! »83.

  • 84Ibid., 26/I, I, 3, p.11‑12.
  • 85  III, 3, p.58.
  • 86  III, 14, p.65.
  • 87  III, 15, p.66.

39Dans Freiheit in Krähwinkel, les pro­­pos de Klaus reten­­tissent comme une mise en garde : « Aucun [espion] n’est encore mort de faim à cause de cela [la liberté], un signe qu’on les nour­­rit tou­­jours secrè­­te­­ment »84. Les troubles favo­­risent le retour de la réac­­tion : « Bagarrez-­vous, por­­tez la confu­­sion à son comble, cela fait mon­­ter les actions de la réac­­tion »85 ! dit Reazerkl cynique. Le chaos est même entre­­tenu par les réac­­tion­­naires afin d’atteindre leur but, comme l’explique Metternich (Ultra déguisé) : « La confu­­sion géné­­rale que je nour­­ris est l’obs­­cu­­rité cré­­pus­­cu­­laire, le flam­­boie­­ment san­­glant du soleil cou­­chant, et la nuit aux étoiles étin­­ce­­lantes de la réac­­tion triomphe[ra] dans le ciel poli­­tique. »86. Même après son exil, Metternich demeure au centre de la Contre-­révolution, il prend congé du maire avec ces mots : « Si vous venez à Londres, rendez-­moi visite. Tous les par­­ti­­sans ser­­viles et légitim[ist]es de l’abso­­lu­­tisme viennent m’y rendre leurs devoirs »87. Tout en approu­­vant la plu­­part des reven­­di­­ca­­tions des révo­­lu­­tion­­naires, Nestroy est conscient des fai­­blesses poli­­tiques du mou­­ve­­ment et du pou­­voir que conservent les réac­­tion­­naires.

Les défauts des Viennois de l’époque et des hommes en général

  • 88  Voir la cita­­tion limi­­naire de la seconde par­­tie.
  • 89  HKA 25/II, p.73‑76.
  • 90Judith und Holofernes, scènes 16, 17.
  • 91  HKA 26/1, II, 11, p.48‑49. Voir aussi les scènes II, 10 et 13.
  • 92  II, 16, p.52.

40L’échec de la Révo­­lu­­tion s’explique ensuite par les défauts des Viennois de l’époque, dont Nestroy doute de la matu­­rité poli­­tique – et plus géné­­ra­­le­­ment de celle du peuple88 –, défauts qui sont fina­­le­­ment ceux des hommes en géné­­ral. Les Viennois ne prennent pas la Révo­­lu­­tion suf­­fi­­sam­­ment au sérieux, comme le répète le refrain du cou­­plet IV, 4 de Die lieben Anverwandten : « Ma foi, pour cette époque sérieuse/ Il y a encore beau­­coup de gens qui aiment plai­­san­­ter »89. Les habi­­tants de Krähwinkel, comme ceux de Béthulie90, conçoivent la Révo­­lu­­tion comme un diver­­tis­­se­­ment et un spec­­tacle : le maître plom­­bier Pemperl veut « voir un peu de révo­­lu­­tion […] Qui sait quand il y aura de nou­­veau une révo­­lu­­tion ? »91, les jeunes filles de Krähwinkel s’extasient devant les hommes en armes (III, 1) et regrettent l’absence d’étu­­diants (III, 4). Le peuple fête par des « cris de liesse, bruits de trom­­pettes et de tim­­bales »92 la pro­­cla­­ma­­tion de la liberté. Le carac­­tère théâ­­tral, voire car­­na­­va­­lesque de la Révo­­lu­­tion à Krähwinkel est sou­­li­­gné par les dégui­­se­­ments, cos­­tumes, gestes et réqui­­sits : Ultra incarne, outre son propre rôle, cinq per­­son­­nages dif­­fé­­rents, dont il emprunte les cos­­tumes à un direc­­teur de troupe qui les a mis en gage (I, 15) ; pour celui du prince russe, il est accom­­pa­­gné de Willibald Wachs, qui lui sert d’inter­­prète, et du gar­­dien de nuit, qui joue un serf (II, 4) ; son arri­­vée à che­­val en commis­­saire euro­­péen donne lieu à une scène théâ­­trale (II, 16‑17) ; Willibald change de nou­­veau de cos­­tume pour construire les bar­­ri­­cades (III, 17) ; les jeunes filles de Krähwinkel, sous la hou­­lette de Mme de Frankenfrey, se déguisent en étu­­diants (III, 22‑24). La Révo­­lu­­tion à Krähwinkel est la répé­­tition de celle qui a eu lieu à Vienne et aupa­­ra­­vant en Allemagne et en France (I, 7) : au début du sou­­lè­­ve­­ment, Ultra monte sur une chaise pour faire un dis­­cours à la manière d’Adolf Fischhof (I, 10), les révo­­lu­­tion­­naires érigent des bar­­ri­­cades en uti­­li­­sant les pavés de la petite ville (III, 17), ils chantent l’hymne révo­­lu­­tion­­naire, tan­­dis que résonne une marche de Strauss fils (III, 23, 25).

  • 93  HKA 29, p.121.
  • 94  Dans les trois pre­­mières scènes de Freiheit in Krähwinkel, la dis­­cus­­sion sur la liberté est (...)
  • 95  HKA 26/II, p.95. Voir aussi les scènes 9, 11, 16, 17.
  • 96  Voir aussi les doutes d’Ultra: «Krähwinkel n’est pas Vienne, ni Paris, ni Berlin. Auront-­ils ici (...)
  • 97  Voir la strophe 2 du cou­­plet II, 6 de Wachtl dans Verwickelte Geschichte!

41Les (petits) bour­­geois viennois sont ensuite décrits comme égoïstes et timo­­rés. Beau­­coup sont des sui­­veurs – « Il faut hur­­ler avec les loups »93 dit Wachtl (Verwickelte Geschichte ! I, 9) –, qui pensent uni­­que­­ment à leurs propres inté­­rêts éco­­no­­miques, comme le four­­reur Schabenfellner, prêt à sou­­te­­nir la Révo­­lu­­tion à condi­­tion qu’il puisse vendre aux gardes natio­­naux des bon­­nets de gre­­na­­diers (Freiheit in Krähwinkel I, 1)94, les habi­­tants de Béthulie, qui spé­­culent sur les prix et suivent le cours de la bourse (Judith und Holofernes, scènes 10, 14), ou Fass, qui dresse une liste noire de ses futures vic­­times – les commer­­çants chez qui il a des dettes – si la Révo­­lu­­tion triomphe (Verwickelte Geschichte ! I, 4). Ils manquent de comba­­ti­­vité – « Nos conci­­toyens / sont loin d’être bêtes / Ils n’ont aucun plai­­sir à combattre »95 répète le refrain du cou­­plet de Joab (Judith und Holfernes, scène 14) – et se démo­­tivent rapi­­de­­ment, comme le montre la défec­­tion que connaît la garde natio­­nale (scène 17)96. Une fois l’enthou­­siasme passé, les habi­­tants regrettent le calme et l’ordre d’avant la Révo­­lu­­tion (Freiheit in Krähwinkel I, 7 et I, 24). Lorsque la situa­­tion se retourne, ils prennent peur et subissent sans bron­­cher la réac­­tion97.

  • 98  HKA 26/II, I, 10, p.23. De même I, 34.
  • 99  I, 10, 11, 26; II, 9, 29.

42Ce carac­­tère explique leur ver­­sa­­ti­­lité et la sou­­mis­­sion ser­­vile à celui qui les domine. La satire de Nestroy vise tout par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment les oppor­­tu­­nistes, type incarné par Heugeign dans Lady und Schneider, « l’homme » qui veut être « à la tête » d’un mou­­ve­­ment, selon le titre ori­­gi­­nel (Der Mann an der Spitze) : « Il faut qu’ils me placent à la tête de quelque chose, d’un mou­­ve­­ment ou d’un club, libé­­ral, légi­­ti­­miste, conser­­va­­teur, radi­­cal, oli­­gar­­chique, anar­­chique ou pas anar­­chique, cela m’est égal, juste à la tête »98 ! Le compor­­te­­ment d’Heugeign, comme celui de Fass dans Verwickelte Geschichte ! (I, 4), révèle une cer­­taine méga­­lo­­ma­­nie, voire folie99. L’auteur dénonce plus géné­­ra­­le­­ment les « girouettes » qui varient au gré du vent :

  • 100  I, 8, p.16.

« Seul un commerce n’a pas son compte
Qui, au sens méta­­pho­­rique,
A le plus à faire,
Ce sont les sel­­liers, qui s’activent
Énormément en cette époque,
Où du jour au len­­de­­main,
Des cen­­taines de milliers de gens
Ont si intel­­li­­gem­­ment changé de selle
Et pas un parmi eux
Ne paie les sel­­liers. […] »100.

  • 101  Voir aussi Der alte Mann mit der jungen Frau I, 5.

43De même dans la cin­­quième strophe du cou­­plet I, 14 de Wendelin dans Höllenangst101. Les poètes ne sont pas épar­­gnés comme le montre Sperling Edler von Spatz dans Freiheit in Krähwinkel, qui écrit « Ode au Bundestag », puis à l’occa­­sion de la visite du prince russe « Impromptu au knout » (II, 3) et enfin « À la liberté » (III, 1). L’entre­­prise révo­­lu­­tion­­naire est vouée à l’échec parce que l’enga­­ge­­ment poli­­tique de l’homme est motivé par des rai­­sons égoïstes. Les défauts des hommes font qu’ils ne sont pas à la hau­­teur des idéaux de la Révo­­lu­­tion.

La déformation des idéaux dans la langue et la réalité

  • 102  HKA 25/II, Die lieben Anverwandten III, 15, p.68.

« Ô liberté et éga­­lité ! Ce que tu vas deve­­nir est une véri­­table Pas­­sion ! »102

44Si l’on consi­­dère à un troi­­sième niveau (après la petite ville étri­­quée et l’image de Vienne) Krähwinkel comme la repré­­sen­­ta­­tion de l’huma­­nité impar­­faite, la ques­­tion posée par Nestroy dans la farce est alors : qu’advient-­il de la notion de liberté quand elle est ins­­tau­­rée dans la réa­­lité ? L’ins­­tau­­ra­­tion de la liberté à Krähwinkel vide la notion de son sens – ici se mani­­feste le scep­­ti­­cisme de Nestroy par rap­­port à la tra­­di­­tion idéa­­liste. Le terme prend des signi­­fi­­ca­­tions mul­­tiples et par­­fois contra­­dic­­toires : à la scène I, 1, le chœur des habi­­tants reven­­dique dans une for­­mule para­­doxale la liberté, non parce qu’elle est pour eux un besoin vital, mais pour faire comme les autres capi­­tales euro­­péennes :

  • 103Ibid., 26/I, I, 1, p.5.

« Le monde entier savoure la liberté,
Nous seuls, habi­­tants de Krähwinkel, ne l’avons pas.
Les citoyens de Krähwinkel, sapristi,
Sont aussi un élé­­ment alle­­mand.
Aussi, nous ne céde­­rons jamais, il nous faut la liberté !
Nous l’obtien­­drons, même s’ils nous empri­­sonnent à per­­pé­­tuité »103.

  • 104  I, 2, p.10, allu­­sion à la pointe finale du poème d’Anastasius Grün «Scène de salon»: «Aurais-­je (...)
  • 105  Cf. Günter Berghaus, op.cit., p.230.
  • 106  De même Verwickelte Geschichte! I, 9.

45La liberté devient un mot d’ordre, qui perd son sens concret et uni­­ver­­sel. À la scène sui­­vante, le gar­­dien de nuit dit à Klaus : « Nous pren­­drons cette liberté »104, expres­­sion que le fonc­­tion­­naire muni­­ci­­pal inter­­prète comme un pro­­gramme poli­­tique et à laquelle il répond : « Nous n’aimons pas que l’homme soit libre. » Les femmes de Krähwinkel, quant à elles, s’opposent à la liberté qui donne à leurs maris l’occa­­sion d’aven­­tures extra­conju­­gales (III, 1). Enfin, les poètes de cir­­constance, qui se mul­­ti­­plient au cours de l’année 1848105, en bana­­lisent le sens, comme le montre le poème de Sperling « À la liberté », pré­­texte à des rimes en
« -ei » (III, 1). La scène III, 1 est un exemple des glis­­se­­ments séman­­tiques que subit la notion, cha­­cun lui don­­nant une signi­­fi­­ca­­tion dif­­fé­­rente106.

46Dans Lady und Schneider, Nestroy pousse cette logique à son terme dans le contexte post-­révolutionnaire. Il montre que les hommes –
par bêtise ou à cause d’un défaut fon­­da­­men­­tal – trans­­forment les idéaux en contraire de leur signi­­fi­­ca­­tion ori­­gi­­nelle :

  • 107  HKA 26/II, II, 17, p.67.

« Ils croient que la liberté signi­­fie râler libre­­ment contre l’État
Et prendre ce dont on a besoin à celui qui l’a. […]
Ah, quand la liberté devient le commu­­nisme,
Cela cesse d’être un plai­­sir »107.

  • 108  Selon la défi­­ni­­tion qu’en donne Friedrich Schiller dans De la poé­­sie naïve et sen­­ti­­men­­ (...)

47Nestroy oppose par la paro­­die et la satire108 la gran­­deur des idées révo­­lu­­tion­­naires à la médio­­crité de leurs défen­­seurs, qui en détournent le sens pour en faire des mots d’ordre ou des for­­mules creuses.

  • 109  HKA 27/II, I, 7, p.16.

48Au-­delà de ce déca­­lage impu­­table aux fai­­blesses des hommes, Nestroy montre que les idéaux ne sont pas compa­­tibles avec la réa­­lité : « […] beau­­coup de belles idées, lorsqu’elles entrent dans la vie, tournent mal »109. regrette Wendelin dans Höllenangst. Le titre « Liberté à Krähwinkel » sou­­lève déjà le pro­­blème de la réa­­li­­sa­­tion de l’idéal de liberté : « à » signi­­fie une alté­­ra­­tion de l’idéal. Le para­­doxe met en évi­­dence les défauts des citoyens de Krähwinkel (et des Viennois, voire de l’huma­­nité), mais Nestroy se demande éga­­le­­ment si l’idéal de liberté peut se concré­­ti­­ser dans la réa­­lité. Cette ques­­tion rejoint la contra­­dic­­tion iné­­luc­­table entre idéal et réa­­lité, mais en les met­­tant tous deux en cause, ce qui explique la satire des idéaux révo­­lu­­tion­­naires (liberté, éga­­lité) pré­­sente dans cer­­taines scènes (II, 15‑16).

  • 110Lady und Schneider I, 8.
  • 111Ibid., I, 10; Verwickelte Geschichte! I, 3.
  • 112Freiheit in Krähwinkel III, 1; Lady und Schneider II, 1; Judith und Holofernes, scène 11; Verwicke (...)
  • 113  HKA 26/II, II, 17, p.66‑67. Cette cri­­tique des par­­ve­­nus a sus­­cité des mal­­en­­ten­­dus et (...)
  • 114  Ainsi la fra­­ter­­nité et l’unité dans Verwickelte Geschichte! I, 3.
  • 115Ibid., p.64.
  • 116Ibid., 29, p.113.

49La réponse est clai­­re­­ment néga­­tive dans Lady und Schneider et Verwickelte Geschichte ! où est fait un mau­­vais usage des liber­­tés : de la liberté de la presse (qui per­­met d’écrire tout et n’importe quoi110), de réunion et d’expres­­sion (dont abusent les oppor­­tu­­nistes et qui favo­­rise les dis­­cus­­sions de café du Commerce111). Le pathos de la liberté se pro­­longe et se concré­­tise dans des fêtes de la fra­­ter­­nité, des beu­­ve­­ries et des jeux mili­­taires112 : la liberté devient licence. Nestroy montre de même la concep­­tion erro­­née qu’ont de l’éga­­lité (sociale) ses défen­­seurs les plus extrêmes, pour qui « il ne doit exis­­ter aucune dif­­fé­­rence [de rang et de condi­­tion] entre un cor­­don­­nier et un duc » : les inéga­­li­­tés de for­­tune entre riches et pauvres sont d’autant plus fla­­grantes et il est moins aisé de trai­­ter avec un petit bour­­geois par­­venu qu’avec dix nobles113. Les idées révo­­lu­­tion­­naires se déforment inévi­­ta­­ble­­ment entre les mains des petits bour­­geois du type de Heugeign et Fass114. L’incom­­pa­­ti­­bi­­lité entre idéal et réa­­lité est problématisée dans le cou­­plet poli­­tique d’Heugeign (II, 17), qui oppose l’agréable et l’utile : les cinq strophes montrent que « le peu de choses agréables » dans la vie humaine cor­­res­­pond rare­­ment à l’utile, « mais mal­­heu­­reu­­se­­ment se trans­­forme […] presque tou­­jours en quelque chose de désa­­gréable »115. Le cou­­plet est construit autour d’oppo­­si­­tions (par exemple entre la ména­­gère et l’« ama­­zone » sur les bar­­ri­­cades dans la pre­­mière strophe) et chaque strophe montre l’évo­­lu­­tion d’une idée, qui va de la confir­­ma­­tion à la des­­truc­­tion de la belle image qu’on peut s’en faire : la pre­­mière par­­tie décrit l’idéal, une belle repré­­sen­­ta­­tion (dans la pre­­mière strophe : une femme intel­­li­­gente, dans la deuxième : un appar­­te­­ment agréable, dans la cin­­quième : la vie à Vienne) ou une notion (dans la troi­­sième strophe : l’éga­­lité, dans la qua­­trième : la liberté) ; la deuxième montre qu’il n’est pas réa­­li­­sable dans le contexte de l’époque. « Mais nos belles idées ne veulent mal­­heu­­reu­­se­­ment pas se réa­­li­­ser »116, déplore Fass (Verwickelte Geschichte ! I, 3). Aussi belle que puisse être l’idée de liberté et d’éga­­lité, l’homme ne peut rien en tirer, parce que les idées, dès qu’elles entrent dans la réa­­lité, sont per­­ver­­ties, comme le montrent les deux vers du refrain cité plus haut : « Ah, lorsque la liberté devient le commu­­nisme, non, / Cela cesse d’être un plai­­sir. » La satire est à peine atté­­nuée par le carac­­tère fic­­tif des exemples, la récur­­rence de l’expres­­sion « vu sous cet angle » (qui laisse la pos­­si­­bi­­lité d’envi­­sa­­ger les choses autre­­ment, de manière plus posi­­tive) et par le fait que les strophes 3 et 4, dans les­­quelles la satire est la plus féroce, sont pré­­cé­­dées et sui­­vies par des strophes trai­­tant de sujets plus « légers », moins poli­­tiques.

  • 117  Karl Kraus, op.cit., p.25.
  • 118  SW V, p.592.
  • 119  Par exemple dans Lady und Schneider: «il serait la plu­­part du temps sou­­hai­­table que la gauch (...)
  • 120  «Oui, c’est l’erreur prin­­ci­­pale de la gauche comme de la droite: rien n’avance.», ibid.
  • 121  HKA 29, p.146. Voir aussi deux vers d’une ébauche de mono­­logue pour Höllenangst: «Puisque nous a (...)
  • 122  Selon Bertold Brecht, le Zeitstück doit «dépasse[r] la repré­­sen­­ta­­tion de la situa­­tion […] (...)

50« C’était un pen­­seur, et il ne pou­­vait donc être ni libé­­ral, ni anti-­libéral »117. L’obser­­va­­tion et l’ana­­lyse inlas­­sables de la réa­­lité per­­mettent à Nestroy de par­­ve­­nir à une appré­­cia­­tion lucide et nuan­­cée de la Révo­­lu­­tion de 1848. Les comé­­dies poli­­tiques sont le miroir de ce pro­­ces­­sus. Nestroy n’est ni l’acteur qui vient en cos­­tume de théâtre de la garde natio­­nale sur les bar­­ri­­cades (comme le repré­­sente une aqua­­relle de l’époque118), ni l’oppor­­tu­­niste qui exploite dans ses farces les évé­­ne­­ments san­­glants (comme le pré­­tendent cer­­tains cri­­tiques), mais un auteur dra­­ma­­tique qui, par la satire, s’efforce de don­­ner une image la plus proche pos­­sible de la réa­­lité de l’époque : les comé­­dies poli­­tiques sont les compo­­santes d’un tableau d’ensemble qui, à la fois, suit l’évo­­lu­­tion his­­to­­rique et montre, en l’éclai­­rant sous des angles dif­­fé­­rents, que le monde ne change pas. Bien que défen­­dant les prin­­cipes de la Révo­­lu­­tion, Nestroy porte dès le début un regard clair­­voyant sur les fai­­blesses du mou­­ve­­ment et le carac­­tère humain, limité dans la pen­­sée comme l’action, de ses par­­ti­­sans. Aussi critique-­­t-il aussi bien l’extré­­misme de « gauche »119 que le conser­­va­­tisme de « droite »120. La posi­­tion de Nestroy est fina­­le­­ment celle de l’auteur sati­­rique qui révèle les contra­­dic­­tions des deux par­­tis, de la Révo­­lu­­tion comme de la réac­­tion, et qui, scep­­tique, voire pes­­si­­miste, ne croit guère en la pos­­si­­bi­­lité d’une amé­­lio­­ra­­tion des condi­­tions poli­­tiques et sociales – en tout cas dans un futur proche, comme le montre la conclu­­sion de Verwickelte Geschichte ! « Ô Allemagne, tu es encore loin du but »121. Du point de vue dra­­ma­­tique, les comé­­dies poli­­tiques posent la ques­­tion de la satire, à une époque qui lui est hos­­tile (à l’excep­­tion des quelques mois au cours des­­quels la cen­­sure fut abo­­lie, mais res­­tait la pres­­sion exer­­cée par le public). L’auteur recourt au monde en appa­­rence har­­mo­­nieux de la farce, mais trans­­forme la signi­­fi­­ca­­tion des motifs et formes comiques tra­­di­­tion­­nelles : il inter­­prète son « modèle » comme la réa­­lité poli­­tique et sociale à cri­­ti­­quer par la satire. En alliant genre de la farce ou de la paro­­die et cri­­tique de l’époque – pro­­cédé qui ne réduit en rien la por­­tée et l’effet de la satire, au contraire –, en modi­­fiant la fonc­­tion des élé­­ments tra­­di­­tion­­nels, Nestroy dépasse les conven­­tions de la farce et de la paro­­die viennoises pour se rap­­pro­­cher – en par­­ti­­cu­­lier dans Freiheit in Krähwinkel –, de la « comé­­die poli­­tique » ou d’un « nou­­veau Volksstück » au sens de Brecht, à la fois artistique et proche de la réa­­lité, animé d’une inten­­tion didac­­tique et cri­­tique122.

Haut de page

Notes

1  Apho­­risme des œuvres post­­humes, cité d’après Johann Nestroy. Freiheit in Krähwinkel, Jürgen Hein (ed.), Stuttgart, Re­clam [UB 8330], 1998, p.87.

2  Cf. Heinrich Reschauer, Moritz Smets, Das Jahr 1848. Geschichte der Wiener Revolution, 2 vol., Wien, Waldheim, 1872.

3  Selon le titre du tome 5 de Johann Nestroy. Sämtliche Werke. Historisch-­kritische Gesamtausgabe in zwölf Bändern, Fritz Brukner et Otto Rommel (ed.) avec la col­­la­­bo­­ra­­tion de Adolf Hoffmann, t.V: Politische Komödien, Wien, Verlag An­ton Schroll & Co, 1925. [Cité SW V]

4  Dans cette farce (comme dans Freiheit in Krähwinkel), les opi­­nions poli­­tiques de Nestroy sont inté­­grées à la trame de l’action et inti­­me­­ment liées au carac­­tère du pro­­ta­­go­­niste Kern, ce qui ren­­dait tout rema­­nie­­ment impos­­sible.

5  Nestroy a vrai­­sem­­blab­­le­­ment achevé l’adap­­ta­­tion du roman de Charles Dickens, Martin Chuzzlewit, en 1847, et ajouté avant la pre­­mière le commen­­taire des évé­­ne­­ments contem­­po­­rains dans les «cou­­plets» et mono­­logues.

6  Voir aussi Sie sollen ihn nicht haben oder Der holländische Bauer et Karikaturen-­Charivari mit Heiratszweck (1850).

7  Ainsi le Österreichischer Courier du 3juillet 1848, in SW V, p.630; ou le tract ano­­nyme (1848): «Nestroy und die Freiheit in Krähwinkel oder was hat Nestroy für einen Karakter, und was haben wir von ihm zu hoffen?», dans Johann Nestroy. Gesammelte Briefe und Revolutions­dokumente, Fritz Brukner (ed.), Wien, Wallishausser, 1938, p.113 sq.

8Der Humorist du 3juillet 1848, ibid., p.112 sq. Karl Kraus qua­­li­­fie quant à lui la pièce de «satire anti­­­révo­lution­naire», «Nestroy und die Nachwelt» dans Die Fackel (1912), cité d’après Werke, Heinrich Fischer (ed.), t.8, München, 1960, p.233 sq.

9  Du point de vue bio­­gra­­phique, la par­­ti­­cipation de Nestroy à la Révo­­lu­­tion de 1848 dans la garde natio­­nale avec son col­­lègue Wenzel Scholz relève davan­­tage de la publi­­cité pour le Carltheater que d’un véri­­table enga­­ge­­ment. Cf. Johann Nestroy. Historisch-­kritische Ausgabe. Stücke 26/I Freiheit in Krähwinkel, John R.P.McKenzie (ed.), Wien, Jugend und Volk, 1995, p.94‑95. [Noté HKA dans la suite de l’article]

10  Tract ano­­nyme cité note 7.

11  Otto Basil, J.Nestroy in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten, Reinbek, Rowohlt, 1966, p.126.

12  Jacob et Wilhelm Grimm, Deutsches Wörterbuch, Leipzig, Hirzel, 1873, t.5, colonne 1975 sq.

13Freiheit in Krähwinkel, Re­clam, p.82.

14  HKA 26/I, I, 8, p.21. Voir aussi les scènes I, 7 et III, 25. Les tra­­duc­­tions sont faites par nous.

15  Les prin­­ci­­paux évé­­ne­­ments de la période révo­­lu­­tion­­naire sont rap­­pe­­lés dans les autres pièces (en par­­ti­­cu­­lier dans les chants et mono­­logues de Höllenangst et Lady und Schneider).

16  Dans Die lieben Anverwandten, il est décrit comme un «fan­­tôme», qui erre «en plein jour, dans les rues de Londres». HKA 25/II Die lieben Anverwandten, Friedrich Walla (ed.), Wien, Deuticke, 1995, I, 5, p.12.

17  De même Judith und Holofernes, scènes 11, 17.

18  Voir aussi Die lieben Anverwandten I, 5 et Verwickelte Geschichte! II, 6 (strophe 4).

19  Ce rituel col­­lec­­tif, bruyant et dis­­so­­nant, uti­­lisé par les Viennois en 1848, pro­­vient de la pièce de Roderich Benedix, Das bemooste Haupt (pre­­mière le 1eravril 1848). Cf. Günter Berghaus, J. N.Nestroys Revolutionspossen im Rahmen des Gesamtwerkes. Ein Beitrag zur Bestimmung von Nestroys Wel­­tan­­schauung auf dem Hintergrund der österreichischen Sozialgeschichte des Vormärz. Thèse, FU Berlin, 1977, p.100 sq.

20  La Congré­­ga­­tion du Très Saint Rédemp­­teur avait été ins­­ti­­tuée à Vienne en 1813 par Klemens Maria Hofbauer; elle comp­­tait en 1848 près de cent prêtres, ecclé­­sias­­tiques et frères laïcs.

21  Pour la pre­­mière fois, les femmes jouaient un rôle actif dans la Révo­­lu­­tion.

22  Le cou­­plet est un chant à refrain qui inter­­rompt l’action et pos­­sède un carac­­tère sati­­rique. Voir aussi Höllenangst I, 14.

23  Allu­­sion au fait que le gou­­ver­­ne­­ment pro­­vi­­soire répu­­bli­­cain défen­­dait tout d’abord les inté­­rêts des ouvriers.

24  Ils appa­­raissent dans l’ordre inverse de la hié­­rar­­chie: d’abord le fonc­­tion­­naire muni­­ci­­pal Klaus, puis le secré­­taire par­­ti­­cu­­lier de la ville, le maire et enfin le prince Metternich.

25  HKA 26/I, I, 7, p.32 et III, 3, p.57.

26  I, 2, p.10.

27  II, 7, p.45. L’expres­­sion est attri­­buée à Windischgrätz.

28  «Zopf» désigne la tresse ou queue de che­­val et ren­­voie à la per­­ruque qui était à la mode pour les hommes au xviiiesiècle.

29  Cette cri­­tique se retrouve dans Der alte Mann mit der jungen Frau II, 18.

30  I, 7, p.15‑16.

31  I, 6, p.15. L’expres­­sion vient de Sedlnitzky.

32  I, 7, p.18.

33Ibid.

34  Il en a été vic­­time dès 1826. Cette cri­­tique revient dans les autres pièces, par exemple Der alte Mann mit der jungen Frau III, 3.

35  I, 14, p.27, 26.

36  I, 7, p.19. De même Die lieben Anverwandten III, 10 et Verwickelte Geschichte! I, 3.

37  I, 15, p.29. Voir aussi: «Je suis la liberté même» I, 12, p.24.

38  I, 7, p.16.

39  III, 2, p.56.

40  III, 3, p.58.

41  III, 6, p.60.

42  I, 1, p.9.

43  I, 14, p.27; III, 2, p.55.

44  III, 2, p.56.

45  III, 3, p.56.

46  III, 14, p.65.

47  I, 7, p.18‑19.

48  I, 24, p.38.

49  III, 22, p.74.

50  Cf. John R.P. McKenzie, «Political Satire in Nestroys’s Freiheit in Krähwinkel», Modern Language Review 75/2, avril 1980, p.332.

51  III, 25, p.77.

52  Gerhard Schmieder, Revolutionäre Entwicklung und ‚idealistische‘ Satire: Studien zu Johann Nestroys 48er-Posse Freiheit in Krähwinkel, Thèse, Erlangen-­Nürnberg, 1981, p.52 (= 142).

53  On peut éga­­le­­ment obser­­ver un chan­­ge­­ment de perspec­­tive, les notions révo­­lu­­tion­­naires évo­­luant du domaine public au domaine privé (par exemple I, 9).

54  HKA 27/II Höllenangst, Jürgen Hein (ed.), Wien, Deuticke, 1996, p.177, 184.

55Ibid., /1 Der alte Mann mit der jungen Frau, Urs Helmensdorfer (ed.), Wien, Deuticke, 1997, I, 7, p.15. Dans Verwickelte Geschichte! Wachtl parle, lui, de «ver­­tige». HKA 29 Alles will den Prophet’n seh’n – Verwickelte Geschichte! Walter Obermaier (ed.), Wien, Deuticke, 1999, I, 9, p.122.

56  Voir la méta­­phore des trois règnes de la nature dans le cou­­plet I, 7 de Wendelin dans Höllenangst et les vers: «Si je pou­­vais, je ren­­ver­­se­­rais / Toute l’année 1848.» I, 14, p.29.

57  Ce thème est éga­­le­­ment présent dans Der alte Mann mit der jungen Frau III, 2.

58  Comme le montre le conflit entre les bour­­geois par­­ve­­nus et la noblesse de souche dans Der alte Mann mit der jungen Frau III, 4‑10.

59  HKA 27/I, I, 15, p.23‑24.

60  De même Judith und Holofernes, scène 18.

61  I, 6, p.13.

62Karikaturen-­Charivari mit Heiratszweck cri­­tique éga­­le­­ment les méthodes uti­­li­­sées pour les pro­­cès en jus­­tice (III, 22, 24, 26, 27), ces pas­­sages furent cen­­su­­rés.

63  I, 7, p.15.

64  I, 15, p.24.

65  Nestroy pen­­sait sans doute qu’une amnis­­tie géné­­rale serait pro­­cla­­mée en 1850, ce qui explique pour­­quoi il situe l’action de sa pièce en cette année. Elle ne le fut qu’en 1852.

66  Ce qui explique que cer­­tains aspects de la réa­­lité éco­­no­­mique et sociale ne sont pas évo­­qués, cf. HKA 26/I, p.100‑102 et Wolfgang Häusler, Von der Massenarmut zur Arbeiterbewegung. Demokratie und soziale Frage in der Wiener Revolution von 1848, Wien, München, Jugend und Volk, 1979.

67  Contrai­­re­­ment aux radi­­caux (cf. Fass dans Verwickelte Geschichte! I, 3 et I, 9), Nestroy est opposé au sépa­­ra­­tisme (comme le montrent ses lettres et la strophe 5 du cou­­plet d’Ultra III, 22). Il se dis­­tan­­cie du commu­­nisme (Lady und Schneider II, 17; Verwickelte Geschichte! I, 3) et reste atta­­ché à la notion de pro­­priété (Freiheit in Krähwinkel III, 19).

68  Cf. Gesammelte Briefe und Revolutionsdokumente (note 6).

69  HKA 26/II, Lady und Schneider, Judith und Holofernes, John R.P.McKenzie (ed.), Wien, Deuticke, 1998, Lady und Schneider I, 8, p.17.

70Ibid. 25/II, IV, 4, p.75. Cette strophe est sou­­vent évo­­quée pour expli­­quer le scan­­dale sus­­cité par la pièce. Sur la réa­­lité his­­to­­rique des élec­­tions, cf. Günter Berghaus, op.cit., p.211.

71Die lieben Anverwandten IV, 4 et Freiheit in Krähwinkel I, 1.

72  HKA 25/II, Die lieben Anverwandten IV, 4, p.74. Voir aussi la cri­­tique des débats inter­­mi­­nables sur les droits fon­­da­­men­­taux au Reichs­­tag dans Lady und Schneider I, 8 et Judith und Holofernes, scène 15.

73  De même dans Lady und Schneider II, 25 et Verwickelte Geschichte! I, 3.

74  HKA 26/I, II, 16, p.52.

75Ibid. De même Fass réclame une «abo­­li­­tion géné­­rale […] de tout ce qui existe» Verwickelte Geschichte! HKA 29, I, 3, p.113.

76  Pen­­dant le Vormärz, les dis­­cus­­sions poli­­tiques publiques ne pou­­vaient avoir lieu que dans les cafés et auberges.

77  HKA 26/I, II, 13, p.50.

78  Selon Hinrich C. Seeba, «la Liberté à Krähwinkel [est] l’illu­­sion pré­­sen­­tée sous forme de farce des poètes de la liberté [à l’époque du Vormärz], qui prennent la parole pour l’action.» «Die Sprache der Freiheit in Krähwinkel. Anmerkungen zu Nestroys Revolutionssatire», dans Austriaca. Beiträg zur österreichischen Literatur. Festschrift für Heinz Politzer zum 65. Geburtstag, Winfried Kudszus et Hinrich C. Seeba (ed.), Tübingen, Niemeyer, 1975, p.147.

79  HKA 26/I, I, 10, p.22, de même III, 24.

80  I, 7, p.17; I, 9, p.21; I, 10, p.23.

81  Hinrich C. Seeba, op.cit., p.138, 143.

82  HKA 26/II, Lady und Schneider II, 13, p.60. Voir aussi Die lieben Anverwandten: «Mal­­heur à celui qui appar­­tient aujourd’hui à la classe moyenne, car c’est lui qui est pillé.» III, 8, p.61 et Judith und Hofofernes, scènes 10, 16.

83Ibid., 25/II, p.75.

84Ibid., 26/I, I, 3, p.11‑12.

85  III, 3, p.58.

86  III, 14, p.65.

87  III, 15, p.66.

88  Voir la cita­­tion limi­­naire de la seconde par­­tie.

89  HKA 25/II, p.73‑76.

90Judith und Holofernes, scènes 16, 17.

91  HKA 26/1, II, 11, p.48‑49. Voir aussi les scènes II, 10 et 13.

92  II, 16, p.52.

93  HKA 29, p.121.

94  Dans les trois pre­­mières scènes de Freiheit in Krähwinkel, la dis­­cus­­sion sur la liberté est rap­­por­­tée par des jeux de mots à la pro­­fes­­sion des habi­­tants.

95  HKA 26/II, p.95. Voir aussi les scènes 9, 11, 16, 17.

96  Voir aussi les doutes d’Ultra: «Krähwinkel n’est pas Vienne, ni Paris, ni Berlin. Auront-­ils ici la téna­­cité néces­­saire?», HKA 26/I, III, 4, p.57.

97  Voir la strophe 2 du cou­­plet II, 6 de Wachtl dans Verwickelte Geschichte!

98  HKA 26/II, I, 10, p.23. De même I, 34.

99  I, 10, 11, 26; II, 9, 29.

100  I, 8, p.16.

101  Voir aussi Der alte Mann mit der jungen Frau I, 5.

102  HKA 25/II, Die lieben Anverwandten III, 15, p.68.

103Ibid., 26/I, I, 1, p.5.

104  I, 2, p.10, allu­­sion à la pointe finale du poème d’Anastasius Grün «Scène de salon»: «Aurais-­je la liberté d’être libre?», Hambourg, 1831.

105  Cf. Günter Berghaus, op.cit., p.230.

106  De même Verwickelte Geschichte! I, 9.

107  HKA 26/II, II, 17, p.67.

108  Selon la défi­­ni­­tion qu’en donne Friedrich Schiller dans De la poé­­sie naïve et sen­­ti­­men­­tale: «Dans la satire, la réa­­lité est oppo­­sée comme défaillante à l’idéal qui est réa­­lité suprême». Cité d’après Georgina Baum, Humor und Satire in der bürgerlichen Ästhetik. Zur Kritik ihres apologetischen Charakters, Berlin, 1959, p.163.

109  HKA 27/II, I, 7, p.16.

110Lady und Schneider I, 8.

111Ibid., I, 10; Verwickelte Geschichte! I, 3.

112Freiheit in Krähwinkel III, 1; Lady und Schneider II, 1; Judith und Holofernes, scène 11; Verwickelte Geschichte! I, 3.

113  HKA 26/II, II, 17, p.66‑67. Cette cri­­tique des par­­ve­­nus a sus­­cité des mal­­en­­ten­­dus et conduit cer­­tains à taxer l’auteur de réac­­tion­­naire.

114  Ainsi la fra­­ter­­nité et l’unité dans Verwickelte Geschichte! I, 3.

115Ibid., p.64.

116Ibid., 29, p.113.

117  Karl Kraus, op.cit., p.25.

118  SW V, p.592.

119  Par exemple dans Lady und Schneider: «il serait la plu­­part du temps sou­­hai­­table que la gauche soit plus modé­­rée», HKA 26/II, II, 13, p.60.

120  «Oui, c’est l’erreur prin­­ci­­pale de la gauche comme de la droite: rien n’avance.», ibid.

121  HKA 29, p.146. Voir aussi deux vers d’une ébauche de mono­­logue pour Höllenangst: «Puisque nous avons rêvé de liberté, elle doit réel­­le­­ment exis­­ter,/ Même s’il faut des siècles pour l’ins­­tau­­rer.», HKA27/II, p.199.

122  Selon Bertold Brecht, le Zeitstück doit «dépasse[r] la repré­­sen­­ta­­tion de la situa­­tion […] pour cri­­ti­­quer ou dis­­cu­­ter la situa­­tion géné­­rale, une fois cette situa­­tion connue», Über Politik auf dem Theater, Frankfurt a. M., 21973 [édi­­tion suhrkamp 465], p.12. Judith und Holofernes a influ­­encé L’irré­­sis­­tible ascen­­sion d’Arturo Ui (1947).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Platelle, « La révolution de 1848 dans les « comédies politiques » de Johann Nestroy », Annales historiques de la Révolution française, 367 | 2012, 145-172.

Référence électronique

Fanny Platelle, « La révolution de 1848 dans les « comédies politiques » de Johann Nestroy », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 367 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12440 ; DOI : 10.4000/ahrf.12440

Haut de page

Auteur

Fanny Platelle

ANR THEREPSICORE
Centre de Recherches sur les littératures et la socio-poétique (CELIS)
Université Blaise-Pascal
Maison des Sciences de l’Homme
4, rue Ledru
63000 Clermont-Ferrand
www.univ-bpclermont.fr/celis/

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org