Navigation – Plan du site
Articles

L’image de l’ennemi dans l’imaginaire collectif du menu peuple russe en 18121

The Image of the Enemy in the Collective Imagination of the « menu peuple » in Russia in 1812
Alexandre Tchoudinov
p. 117-126

Résumés

Contre qui les Russes se battent-ils en 1812 ? Il n’est pas suffisant de nommer l’ethnonyme de leur adversaire militaire pour répondre à cette question. Il faut d’abord comprendre comment ils l’imaginent. Cette communication propose d’analyser le folklore russe à propos de la guerre de 1812 pour reconstruire l’image de l’ennemi existant dans l’imaginaire collectif de la « majorité silencieuse » de la société russe de cette époque-là. Il se trouve que les traits principaux de cette image correspondent beaucoup plus à l’archétype traditionnel de l’envahisseur étranger conservé par la mémoire collective qu’aux caractéristiques des Français réels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie cordialement Marie-Pierre Rey qui a eu la gentillesse de réviser le texte français de m (...)

1Contre qui les Russes se battent-ils en 1812 ? La question peut paraître naïve et même stupide car tout le monde sait que c’est Napoléon, l’Empereur des Français, qui attaque la Russie cette année-là, donc les Russes combattent évidemment contre les Français. Cependant il n’est pas suffisant de nommer l’ethnonyme pour répondre à cette question. Car les mêmes ethnonymes peuvent avoir différentes significations et différents contenus à des heures diverses. Par exemple, le mot russe nemetz qui signifie maintenant l’Allemand est utilisé comme un nom commun pour désigner l’étranger avant le XVIIIe siècle. Ainsi pour répondre à notre question, il nous faut comprendre premièrement non pas comment les Russes nomment leur ennemi cette époque-là, mais comment ils l’imaginent.

  • 2 Voir Marie-Pierre Rey, L’effroyable tragédie. Une nouvelle histoire de la campagne de Russie, Paris (...)

2Au premier regard cette tâche n’est pas très difficile car la guerre de 1812 se reflète dans les sources nombreuses et dans la littérature de fiction, créée par les combattants eux-mêmes ou par leurs proches descendants, tels que Léon Tolstoï, l’auteur du célèbre roman Guerre et paix. Mais toute cette infinité de textes exprime seulement les idées des gens alphabétisés, tandis que la grande majorité du peuple russe (85 %) était illettrée au début du XIXe siècle2. Il n’y a donc pas beaucoup de ressources pour connaître l’attitude de la « majorité silencieuse », et la principale de ces sources, c’est la littérature orale populaire ou le folklore.

  • 3 Note de la rédaction. Une byline est un chant épique apparu au Moyen Âge.

3Un chercheur qui étudie le folklore historique de ce temps-là a des avantages considérables. D’une part, la période correspond à l’apogée des genres du folklore russe, tels que les bylines3 et les chants historiques, dont le déclin s’amorce déjà dans la seconde moitié du XIXe siècle. D’autre part, les folkloristes russes commencent à enregistrer régulièrement les textes populaires précisément dans la première moitié de ce siècle. Pour la période antérieure, il est plus difficile de conduire une telle recherche car il n’y a pas assez de textes enregistrés, et, pour la période postérieure, le résultat ne serait pas si instructif car le folklore historique s’y éteint. Pour l’époque de 1812, en revanche, on possède beaucoup d’excellentes pièces de folklore pour reconstruire l’imaginaire collectif de la « majorité silencieuse ».

4La génération de 1812 fait une expérience unique en survivant à l’invasion ennemie dans les régions de Russie centrale. Depuis le Temps des troubles au début du XVIIe siècle les étrangers ne se sont pas approchés du cœur de l’état russe. Même l’invasion suédoise de Charles XII en 1708-1709 n’a touché que la périphérie de la Russie. Et voilà qu’en 1812, la Grande Armée entre à Moscou. On pourrait présumer que cette situation extraordinaire laisserait une trace spécifique dans un imaginaire collectif exprimé dans le folklore. Mais en réalité c’est tout l’inverse. C’est curieux, mais l’expérience unique de cette génération est décrite par la tradition folklorique comme un phénomène déjà bien connu par la mémoire historique du peuple. Les événements liés à l’invasion napoléonienne sont présentés dans le folklore de la même manière que les anciennes batailles menées par les Russes contre les envahisseurs passés. Les chanteurs anonymes utilisent des images traditionnelles pour décrire la trame du conflit contemporain alors même que ces images ne correspondent point à la réalité.

5Ainsi, d’après l’ancienne tradition folklorique née à l’époque de la Russie de Kiev, chaque invasion ennemie débute par une lettre provocante du futur envahisseur adressée au souverain russe. Par exemple, voilà l’adresse du fabuleux roi tatar Idolichtché Poganoïe à Wladimir, le prince de Kiev, présentée dans la byline Ilia Mourometz et Idolichtché Poganoïe :

  • 4 F. M. Selivanov (dir.), Byliny [Les bylines], Moscou, Sovetskaya Rossia, 1988, p. 150.

« Il a écrit dans ses chartes manuscrites :
Moi, Idolichtché, je viendrai à Kiev,
Je brûlerai donc Kiev et les églises divines ;
Pour que le Prince quitte son palais,
Et moi, j’occupe ce palais de pierre blanc »4.

6Plusieurs siècles plus tard, les chanteurs populaires attribuent la même démarche au roi de Suède, qui écrit prétendument une lettre pareille à la tsarine russe, évidemment Catherine II :

  • 5 Istoričeskie pesni [Les chants historiques], Moscou, Rousskaya kniga, 2001, p. 216.

« Établis donc les quartiers pour les miens de par tout Moscou de pierre :
Pour mes glorieux brigadiers dans les maisons des nobles,
Pour tous mes glorieux soldats de par tout Moscou de pierre,
Et pour moi, le roi de Suède, dans le palais du souverain5 » !

7Le début de la guerre de 1812 est exposé de même par la tradition populaire :

  • 6 Istoričeskie pesni. Ballady. [Les chants historiques. Ballades.], Moscou, Sovremennik, 1986, p. 446

« Le Roi Napoléon écrit à notre Tsar Blanc :
"Je te prie de ne pas être en colère,
Mais de me fournir des quartiers pour sept cent mille hommes
À Moscou, ta capitale de granit ;
Pour Messieurs les Généraux chez tes marchands,
Pour moi, le Roi Napoléon, dans ton propre palais" »6.

8La « réaction » du tsar Alexandre Ier après cette proposition de l’ennemi étranger est aussi traditionnelle que celle de son prédécesseur le prince Wladimir dans la situation pareille. Voilà ce que Wladimir fait :

  • 7 F. M. Selivanov, Byliny, op. cit., p. 123.

« Et Wladimir, le prince de Kiev, de la ville capitale,
Il commence à errer autour la salle de palais,
Il jette les chaudes larmes de ses yeux clairs,
Et les essuie par son mouchoir de soie […] »7

9Dans les chants populaires sur l’an 1812, Alexandre Ier tombe aussi dans le même désespoir en ayant reçu la lettre de son adversaire :

  • 8 Istoričeskie pesni XIX veka [Les chants historiques du XIXe siècle], Leningrad, Naouka, 1973, p. 46

« En ce temps-là notre tsar orthodoxe
Réfléchit profondément,
Sa tête couronnée
S’incline à la terre,
Sa personne royale
Change de visage […] »8

10Si dans la plupart des bylines ce sont des preux fabuleux qui sèchent les larmes du souverain attristé en promettant de punir l’étranger insolent, dans les chants populaires à propos de 1812 on attribue ce rôle au feld-maréchal Koutouzov et au général Platov, le chef des Cosaques du Don :

  • 9 Ibid., p  45.

« Ne crains pas, notre père le tsar orthodoxe !
Nous allons rencontrer le scélérat à mi-route,
À mi-route dans notre pays,
Nous lui mettrons des canons de cuivre au lieu de tables,
Nous lui étendrons des balles rapides au lieu de nappes,
Nous lui proposerons des mitrailles de fer rouge comme entrée,
Ce sont nos chers canonniers, qui vont le servir,
Ce sont nos chers Cosaques, qui vont le reconduire »9.

11Le général Platov est présenté par les auteurs des textes folkloriques comme un homme du peuple semblable au célèbre preux de la byline Ilia Mourometz le Fils de Paysan, alors qu’en réalité Platov appartient à l’aristocratie cosaque (starchina) et possède un titre de comte à partir de 1812. Le chant populaire très répandu attribue à Platov l’une des prouesses d’Ilia Mourometz, notamment une visite au chef ennemi. Dans plusieurs bylines, Ilia, habillé en pèlerin, vient chez son adversaire Idolichtché Poganoïe, dîne et bavarde avec lui incognito. Dans le folklore, Platov a recours au même trucage envers Napoléon. On dit que le cosaque vêtu en marchand est venu chez l’Empereur et a dîné avec lui alors que selon toute évidence, rien de tel ne s’est produit en réalité ; les chanteurs actualisent seulement l’ancienne byline en remplaçant les héros fabuleux par les acteurs de la guerre de 1812. Mais les moyens littéraires restent toujours les mêmes. Citons par exemple deux fragments des dialogues entre les adversaires partageant la table. Idolichtché interroge le pèlerin fictif sur le célèbre Ilia Mourometz :

  • 10 F.M. Selivanov (dir.), Byliny, op. cit., p. 159.

« Le pèlerin commence à raconter :
"Eh bien ! Idolichtché Poganoïe,
Nous avons à Kiev
Ilia Mourometz lui-même.
Sa chevelure et sa taille sont les mêmes que miens,
Car nous sommes les frères baptisés par le même parrain" » 10.

12Et voilà la conversation telle qu’elle est racontée entre Platov et Napoléon. L’Empereur demande au faux marchand de lui parler de Platov et promet de l’or pour cette information. Platov lui répond :

  • 11 Istoričeskie pesni XIX veka, op. cit., p. 90.

« Il ne faut pas dépenser l’or,
On peut le voir facilement :
Son apparence est telle,
Qu’il semble mon frère familier,
Sa chevelure est châtain,
Tout à fait comme la mienne »11.

13Les récits des batailles de la guerre de 1812 dans le folklore russe contiennent les mêmes images que la narration traditionnelle des combats des Russes contre les anciens envahisseurs. Ainsi le chant sur la bataille de la Moskova ou bataille de Borodino actualise les images du chant plus ancien sur le célèbre Massacre de Mamaï ou la bataille de Koulikovo entre les Russes et les Tatares en 1380. En particulier, les chanteurs de 1812 utilisent l’image des têtes coupées et roulantes. Voilà le texte sur le Massacre de Mamaï :

  • 12 Sergueï Azbelev (dir.), Istoričeskie pesni [Les chants d’histoire], Moscou, Rousskaya kniga, 2001, (...)

« Les têtes des nombreux preux
Roulent des bons chevaux
À la terre fertile »12.

14Voici le chant sur la bataille de Borodino :

  • 13 Ibid., p. 271.

« On a tiré des canons, mes frères,
On a tiré des fusils,
Les bonnes têtes
Ont roulé des fortes épaules »13.

15Si la vue d’une tête en train de rouler est assez habituelle pour une époque de combats à l’arme blanche, quand la décapitation par revers était un des plus sûrs moyens de tuer l’adversaire, ce récit est assez extraordinaire pour une fusillade datant de l’époque de l’arme à feu. Ainsi les chanteurs de la bataille de Borodino reproduisent non pas tant les tableaux réels que les clichés traditionnels du folklore historique des temps précédents.

  • 14 Voir plus précisément Alexandre Tchoudinov, « L’image du Français dans le folklore russe » dans Ale (...)

16Par conséquent, l’invasion de la Grande Armée en Russie ne se distingue pas dans l’imaginaire folklorique des invasions étrangères des époques anciennes. Le menu peuple russe la regarde à travers le prisme des images traditionnelles qui furent conservées par la mémoire collective durant plusieurs siècles. Ainsi il n’est pas étonnant que, dans le folklore russe, l’image des Français comme adversaire militaire corresponde entièrement à l’ancien archétype de l’ennemi étranger qui existait depuis le Moyen Âge. Les traits principaux de cet envahisseur archétypal sont le brigandage et l’hostilité envers la Chrétienté14.

17Dans le cas de 1812, le premier des traits de cette image folklorique de l’ennemi est bien corrélé avec les faits. Comme l’envahisseur archétypal du folklore, les Français réels pillent, brûlent, violent et assassinent en Russie. Le maraudage des soldats de la Grande Armée est si bien connu grâce aux sources nombreuses et décrit en détail dans les ouvrages historiques qu’il n’est pas nécessaire de s’étendre sur ce sujet. Je cite seulement un fragment du chant populaire concernant cet aspect :

  • 15 Istoričeskie pesni XIX veka, op. cit., p. 55.

« Oh ! Quelle grande douleur,
Quel chagrin, quelle tristesse !
Le nuage terrible brouillassait
Au-dessus de Moscou, notre mère.
La force française est arrivée.
Elle brûle et cuit,
Et captive tout le monde.
Elle allume les boutiques des marchandes,
Les maisons des nobles et des négociants […] » 15

18Quant au second des traits de l’envahisseur archétypal, notamment l’hostilité envers la Chrétienté, il est plus difficile d’incriminer les Français de 1812. Bien sûr, on pille spontanément des églises, comme des palais et des cabanes, mais il ne s’agit point de quelque politique de déchristianisation préméditée. Cependant cette caractéristique des Français devient centrale dans l’image qu’ils acquièrent dans l’imaginaire folklorique du peuple russe. Les chants populaires traitent de l’intention prétendue des Français de détruire la religion chrétienne comme la vraie cause de toute la guerre. Dans un des chants, Napoléon « annonce » une telle intention aux Cosaques :

« Eh bien ! les Cosaques russes,
Je vous foulerai aux pieds,
Et entrerai à Moscou bâtie de pierre ;
J’enlèverai les têtes des églises,
Et amènerai des chevaux aux églises ! »

19La réponse de ces Cosaques folkloriques démontre qu’ils regardent aussi la question religieuse comme centrale pour le conflit :

  • 16 Ibid, p. 63.

« Toi, l’infâme, tu ne t’installeras pas
Dans notre Moscou bâtie de pierre,
Toi, l’infâme, tu n’enlèveras pas
Les têtes d’or de nos croix »16.

20La prétendue intention des Français de transformer des églises orthodoxes en écuries comme symbole d’un sacrilège se présente dans plusieurs textes folkloriques. Dans l’un des chants, le chef français fanfaronne tellement :

  • 17 Ibid, p. 47.

« Donc je vais placer mes beaux chevaux
Dans toutes les églises divines »17.

21Dans l’autre, il menace :

  • 18 Ibid, p. 62.

« […] Et je foulerai aux pieds
Le commandant en chef russe,
Je le foulerai aux pieds,
Et accaparerai Moscou bâtie de granit,
Et placerai mes aimables chevaux
Aux temples et aux églises »18.

22La destruction des églises est la plus déplorée de toutes les actions françaises par les chanteurs populaires :

  • 19 Istoričeskie pesni XIX veka, op. cit., p. 52.

« Roulait-il le Français les canons de cuivre,
Raillait-il le Français les fusils brillants,
Il tirait-pétaradait en mère Moscou,
Et c’est pour cela que Moscou prenait feu,
La mère terre fertile était bien bouleversée,
Les églises divines se sont ruinées,
Les églises divines se sont ruinées,
Les bulbes d’or ont bien roulé »19.

  • 20 « Rasskazy o 1812 gode (Otryvki iz dnevnika L.A. Leslie)» [« Les rapports sur 1812 (Les fragments d (...)

23Traitant les Français en 1812 comme les ennemis de la Chrétienté, les auteurs des chants populaires utilisent paradoxalement le mot le bassourman pour nommer cette nation chrétienne. Ce mot russe, d’origine assez ancienne, remonte au mot tatar bessermene ; il désigne un fermier musulman, collecteur du tribut, à l’époque du Joug tatar. Ensuite on applique ce terme envers les ennemis musulmans, d’abord les Tatars et les Turcs. Cette dimension religieuse de l’attitude du menu peuple envers la guerre étonne beaucoup les contemporains éclairés. L’un d’eux, le gentilhomme L.A. Leslie, écrit dans son journal que les cultivateurs « se préparaient à défendre leur patrie contre les ennemis bassourmans, contre les impies envahisseurs, comme ils les traitaient eux-mêmes, bien qu’on leur explique autre chose »20.

24La perception des Français par la majorité silencieuse, semblable à celle de l’ancien ennemi archétypal, présuppose qu’il faut les traiter justement comme la tradition instruit de traiter les envahisseurs impies. L’un des chants les plus répandus sur la guerre de 1812 raconte l’interrogatoire prétendu d’un major français par Koutouzov lui-même. En ayant écouté la réponse déplaisante le feld-maréchal brutalise le prisonnier de ses propres mains :

  • 21 Istoričeskie pesni XIX veka, op. cit., p. 58.

« Et le prince Koutouzov se fâche contre lui ;
Il frappe le major sur la gueule,
Sur la gueule et sur la joue droite […] »21

  • 22 Byliny, op. cit., p. 158.

25Évidemment, cette scène détestable n’a existé que dans l’imaginaire populaire, mais ici elle est seulement l’actualisation d’un épisode semblable de la byline sur Ilia Mourometz où le preux russe interroge un Tatar captif et ensuite le jette ainsi à terre, alors que le prisonnier rend l’âme22.

  • 23 Marie-Pierre Rey, op. cit., p. 250-251.

26La violence envers les prisonniers français de la part du menu peuple russe n’est pas seulement verbale, mais aussi physique. Les nombreux cas de tortures et de massacres atroces des prisonniers sont décrits dans l’historiographie, en particulier dans l’ouvrage récent de Marie-Pierre Rey23, c’est pourquoi il ne m’est pas nécessaire de les citer ici. Je voudrais seulement souligner que, d’après les témoignages des contemporains, cette terrible violence est souvent ritualisée religieusement. Les paysans font souffrir les ennemis capturés pour réaliser ainsi la sanction divine comme ils la comprennent. Dans l’imaginaire collectif de la « majorité silencieuse », la guerre de 1812 est avant tout une guerre religieuse semblable aux guerres du Moyen Âge, et on la mène avec des méthodes correspondantes.

27Nous pouvons enfin répondre à la question posée au début de ce texte : contre qui les Russes se battent-ils en 1812 ? Il me semble que la meilleure réponse est faite par le feld-maréchal Koutouzov le 5 octobre 1812 dans sa réplique aux plaintes du général Lauriston contre le traitement barbare des Français par le peuple russe :

  • 24 Robert Wilson, Relation de la Campagne de Russie. 1812, Paris, La Vouivre, 1998, p. 116.

« Il ne pouvait civiliser en trois mois une nation qui considérait l’ennemi comme pire qu’une troupe de mauraudeurs tartars sous Gengis Khan. ‑ Mais il y a tout de même une différence, répondit le général Lauriston. ‑ Peut-être, répliqua le maréchal, mais aux yeux du peuple, aucune […] » 24

28Il ne faut évidemment pas prendre les paroles de Koutouzov au pied de la lettre car le vrai Gengis Khan n’est jamais venu en Russie. En parlant de sa troupe de mauraudeurs, le feld-maréchal désigne l’image traditionnelle de l’envahisseur impie qui a existé dans l’imaginaire collectif de la « majorité silencieuse » russe depuis les temps anciens.

Haut de page

Notes

1 Je remercie cordialement Marie-Pierre Rey qui a eu la gentillesse de réviser le texte français de mon article.

2 Voir Marie-Pierre Rey, L’effroyable tragédie. Une nouvelle histoire de la campagne de Russie, Paris, Flammarion, 2012, p. 24.

3 Note de la rédaction. Une byline est un chant épique apparu au Moyen Âge.

4 F. M. Selivanov (dir.), Byliny [Les bylines], Moscou, Sovetskaya Rossia, 1988, p. 150.

5 Istoričeskie pesni [Les chants historiques], Moscou, Rousskaya kniga, 2001, p. 216.

6 Istoričeskie pesni. Ballady. [Les chants historiques. Ballades.], Moscou, Sovremennik, 1986, p. 446.

7 F. M. Selivanov, Byliny, op. cit., p. 123.

8 Istoričeskie pesni XIX veka [Les chants historiques du XIXe siècle], Leningrad, Naouka, 1973, p. 46.

9 Ibid., p  45.

10 F.M. Selivanov (dir.), Byliny, op. cit., p. 159.

11 Istoričeskie pesni XIX veka, op. cit., p. 90.

12 Sergueï Azbelev (dir.), Istoričeskie pesni [Les chants d’histoire], Moscou, Rousskaya kniga, 2001, p. 53.

13 Ibid., p. 271.

14 Voir plus précisément Alexandre Tchoudinov, « L’image du Français dans le folklore russe » dans Alexandre Stroev (dir.), L’Image de l’Étranger, Paris, Institut d’études slaves, 2010, p. 367-374.

15 Istoričeskie pesni XIX veka, op. cit., p. 55.

16 Ibid, p. 63.

17 Ibid, p. 47.

18 Ibid, p. 62.

19 Istoričeskie pesni XIX veka, op. cit., p. 52.

20 « Rasskazy o 1812 gode (Otryvki iz dnevnika L.A. Leslie)» [« Les rapports sur 1812 (Les fragments du journal de L.A. Leslie) »] dans Smolenskaya starina, 1912, vol. 2, p. 374.

21 Istoričeskie pesni XIX veka, op. cit., p. 58.

22 Byliny, op. cit., p. 158.

23 Marie-Pierre Rey, op. cit., p. 250-251.

24 Robert Wilson, Relation de la Campagne de Russie. 1812, Paris, La Vouivre, 1998, p. 116.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Tchoudinov, « L’image de l’ennemi dans l’imaginaire collectif du menu peuple russe en 1812 », Annales historiques de la Révolution française, 369 | 2012, 117-126.

Référence électronique

Alexandre Tchoudinov, « L’image de l’ennemi dans l’imaginaire collectif du menu peuple russe en 1812 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 369 | juillet-septembre 2012, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12614 ; DOI : 10.4000/ahrf.12614

Haut de page

Auteur

Alexandre Tchoudinov

Institut d’histoire universelle, Académie des sciences de Russie, tchoudin@mail.ru

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org