Navigation – Plan du site
Sources

Maximilien de Robespierre, élève à Louis-le-Grand (1769-1781). Les apports de la comptabilité du « collège d’Arras »

Hervé Leuwers
p. 175-185

Texte intégral

  • 1 Depuis 1766, le collège d’Arras rassemble huit boursiers, quatre à la nomination de l’abbaye Saint- (...)
  • 2 Gérard Walter, Maximilien de Robespierre, Paris, Gallimard, 1989, p. 20.

1Dans la description de l’expérience de Maximilien de Robespierre à Louis-le-Grand et, plus précisément, de son parcours de boursier au « collège d’Arras », rattaché à cet établissement1, la part des témoignages reste majeure ; même si certaines sources directes sont parfois sollicitées, qu’il s’agisse de délibérations du collège Louis-le-Grand ou des listes de lauréats aux prix annuels de l’Université de Paris, les récits reposent principalement sur les écrits de l’abbé Proyart, de Charlotte Robespierre, voire de Camille Desmoulins ou Beffroy de Reigny. Les contradictions multiples entre ces textes, jointes à la pauvreté des éléments factuels recueillis en archives, ne permettent guère de dresser un tableau précis et certain de son parcours. On n’a finalement guère progressé depuis Gérard Walter qui remarquait, en abordant cette période, être confronté à des « lacunes plus fâcheuses les unes que les autres. Les renseignements qui nous sont parvenus, ajoutait-il, sont extrêmement précaires, et encore la plupart d’entre eux se révèlent plus que suspects et méritent d’être sinon écartés, du moins sérieusement épurés »2.

  • 3 Maximilien de Robespierre entre à Louis-le-Grand le 13 octobre 1769, exactement un mois après la si (...)
  • 4 Bib. historique de la ville de Paris (désormais BHV Paris), 125138 : Recueil de toutes les délibéra (...)
  • 5 AN, H 2395 (oct. 1770 - oct. 1777), H 2396 (oct. 1777 – oct. 1778), H 2397 (oct. 1778 – oct. 1779), (...)

2Pour la période où Robespierre a disposé du statut de boursier du collège d’Arras (Louis-le-Grand), entre 1769 et 17813, c’est-à-dire jusqu’à l’issue de ses études de droit, les Archives nationales conservent cependant divers documents qui permettent de préciser son cheminement scolaire et universitaire. Sans évoquer ici les registres de délibération de l’établissement, fréquemment exploités à partir de leur édition partielle4, la documentation se compose notamment de nombreuses pièces comptables, dont les registres de comptes du collège Louis-le-Grand proprement dit, ainsi que ceux des petits collèges qui y ont été réunis après l’expulsion des jésuites ; le collège d’Arras est l’un d’eux. Les pages qui lui sont consacrées annuellement présentent la liste des huit boursiers, précisent leur année d’inscription et mentionnent les dépenses occasionnées par leurs études, et notamment les gratifications et secours qui leurs sont accordés5. La documentation peut être complétée par le dossier H 2491, qui rassemble diverses pièces comptables ayant trait à la gestion du collège d’Arras entre 1764 et 1787. On y trouve plusieurs documents qui concernent Maximilien de Robespierre, et notamment les sept textes reproduits ci-dessous, qui tous contiennent des mentions autographes du collégien ou de l’étudiant en droit. Loin de simplement confirmer les connaissances que l’on peut avoir du parcours de Robespierre, ces lettres, délibérations et quittances écrites à plusieurs mains (docs 1 à 7), tout comme les autres sources comptables du collège, les précisent ou les corrigent sur cinq principaux points.

  • 6 Au XVIIIe siècle, ce régime leur permet de valider une licence en deux trimestres de cours seulemen (...)

31. Le cursus. En permettant de reconstituer le parcours complet du jeune Robespierre, de la classe de cinquième à la troisième année de droit, la comptabilité du collège met d’abord en évidence les spécificités d’un cursus scolaire et universitaire, qui aboutit à l’obtention tardive de la licence en droit. Robespierre a en effet vingt-trois ans lorsqu’il achève ses études et prête le serment d’avocat. Si l’on fait abstraction des étudiants dits en « faveur d’âge », qui commencent leurs études à vingt-quatre ans accomplis et bénéficient d’un régime d’étude particulier6, la plupart des jeunes juristes entrent dans la carrière du barreau vers vingt-et-un ou vingt-deux ans…

Le parcours du boursier Maximilien de Robespierre (1769-1781)

Années

Classesa

Examens

Prixb

1769-70

Cinquième

1770-71

Quatrième

6e accessit de version latine

1771-72

Quatrième

2e prix de thème latin, 6e accessit de version latine

1772-73

Troisième

1773-74

Seconde

4e accessit de vers latins, 4e accessit de version latine

1774-75

Rhétorique

2e prix de vers latins, 2e prix de version latine, 5e accessit de version grecque

1775-76

Rhétorique

3e accessit de version latine

1776-77

Logique

1777-78

Physique

Maîtrise ès arts

1778-79

1ère année de droit

1779-80

2e année de droit

Baccalauréat en droit

1780-81

3e année de droit

Licence en droit

1ère place à l’examen public des étudiants en droit

a. Voir AN, H 2491, comptabilité du collège d’Arras, 1764-1787.
b. Liste établie à partir du bordereau du 9e compte du collège d’Arras (AN, H 2491), pour ce qui concerne les études de droit, et par une note de Rouault de la Vigne (AHRF, 1959, p. 270-271), revue et corrigée à partir du recueil d’imprimés et de manuscrits de la BHV Paris, 10452, pour ce qui concerne le parcours au collège.

  • 7 Le Blond de Neuvéglise [abbé Proyart], La vie et les crimes de Robespierre, surnommé le tyran, depu (...)

4L’un des éléments explicatifs est connu, grâce à Proyart, qui rapporte dans La vie et les crimes de Robespierre (1795) que l’élève a suivi à deux reprises l’enseignement de rhétorique du professeur Hérivaux. « N’ayant eu que de médiocres succès en rhétorique, dans les compositions de l’Université, explique-t-il, il n’hésita pas, pour venger son orgueil humilié, de recommencer cette classe »7. On a trop souvent pris l’affirmation pour argent comptant. Certes, Robespierre a bien suivi deux classes de rhétorique, et sa proximité avec le professeur Hérivaux, que regrette Proyart, explique sans doute en partie son choix. On peut cependant douter d’une interprétation par « l’orgueil humilié »… La simple consultation de la liste des élèves primés lors des concours de l’Université, en 1775, suffit d’ailleurs à l’invalider ; jamais, en effet, l’élève n’a obtenu autant de récompenses qu’à l’issue de sa première année de rhétorique : le 2e prix de vers latins, le 2e prix de version latine, le 5e accessit de version grecque ! Alors, pourquoi recommencer cette classe ?

  • 8 BHV Paris, 10452, par exemple année 1776

5L’explication ressort en partie de l’observation de l’ensemble du cursus du collégien, qui met également au jour le suivi de deux classes de quatrième. Il ne s’agit pas alors pour l’élève (ni ici, ni en rhétorique) de réparer une année manquée, ou de rattraper un retard, mais bien d’approfondir un aspect de la formation délivrée au collège. Élève exigeant, Robespierre opte pour une scolarité longue et n’est aucunement seul dans ce cas. On peut d’ailleurs préciser qu’en rhétorique, les concours de l’Université réservent des prix spéciaux aux étudiants dits « vétérans », car suivant une seconde fois la classe8.

  • 9 Le Blond de Neuvéglise [abbé Proyart], op. cit., p. 58.
  • 10 Nous en donnons une version corrigée dans le tableau ci-dessus.
  • 11 Précisons que les fonds comptables de Louis-le-Grand nous apprennent qu’à l’issue de sa licence en (...)

62. Les prix. L’excellence de l’élève Robespierre est connue, ici encore depuis Proyart, qui a souligné que le jeune avocat ne manquait pas, à Arras, de mentionner souvent les prix qu’il avait obtenus au cours de ses études9. Leur liste a été établie dans une note de Rouault de la Vigne, parue dans les AHRF en 1959, que la consultation des sources confirme presque totalement10. Les résultats des concours généraux, cependant, ne disent rien du succès emporté par Robespierre pendant ses études de droit. Sur ce point, les archives comptables du collège Louis-le-Grand nous apprennent qu’en mai 1781, il obtint « la première place dans l’examen public des étudiants en droit », ce qui lui valut une gratification de 96 livres du collège Louis-le-Grand (doc. 6). Celle-ci précède de quelques mois une autre gratification, d’un montant de 600 livres, qui est cette fois bien connue et a récompensé la « bonne conduite » et les succès de l’élève pendant l’ensemble de ses études (doc. 7)11.

73. Les examens. Il était de tradition, à Louis-le-Grand, d’accorder un soutien financier aux boursiers se présentant aux examens de philosophie, et plus encore aux différents grades universitaires. Les sources de la série H nous apprennent ainsi le montant des sommes versées pour l’impression des thèses de philosophie soutenues par Robespierre en mars et en juillet 1777 (deux fois 12 livres), pour les frais de sa maîtrise ès arts (40 livres. Doc. 1), de son baccalauréat en droit (60 livres. Doc. 3), de sa licence (60 livres. Doc. 5) et de son examen de droit français (60 livres. Doc. 6), indispensable pour s’inscrire à un barreau.

  • 12 En 1780-1781, 41 % des élèves qui terminent leur classe de physique de Louis-le-Grand obtiennent à (...)
  • 13 Boris Noguès, op. cit., p. 129-132.

8De ces éléments du parcours, plusieurs sont connus et évoqués dans les biographies de Robespierre. L’un d’eux, cependant, mérite de retenir l’attention ; il s’agit du premier des grades universitaires : la maîtrise ès arts. Le diplôme, qui se passe à l’issue des années de philosophie, n’est d’aucune utilité à un futur juriste, car il introduit à une carrière d’enseignant ou à des études de médecine ou de théologie ; ainsi, à Louis-le-Grand, seuls quatre élèves de philosophie sur dix s’y présentent12. Robespierre n’est cependant pas une exception et, quelques années après lui, son camarade Camille Desmoulins passera l’examen (1781), tout comme Augustin Robespierre (1784). C’est que, même inutile, le diplôme de maître ès arts peut apparaître comme l’achèvement solennel d’un cursus, mais aussi inscrire l’étudiant dans une quête de grades qui se poursuit dans les facultés supérieures de l’Université13.

  • 14 Abbé Proyart, Louis XVI et ses vertus aux prises avec la perversité de son siècle, Paris, Société t (...)
  • 15 AN, H 2396, sixième compte du collège d’Arras (1777-1778).

94. Les secours. La modestie, voire la pauvreté de l’élève Robespierre, a souvent fait débat. L’opinion ne repose-t-elle pas, une fois encore, sur le témoignage critique de l’abbé Proyart qui, en soulignant que le collégien ne pouvait subvenir à ses besoins qu’avec les « aumônes » que lui faisaient « l’évêque et quelques chanoines d’Arras »14, dénonçait l’ingratitude du futur révolutionnaire envers ses bienfaiteurs. Les sources du collège semblent pourtant confirmer la faiblesse des ressources de l’élève. Il ne s’agit pas de revenir ici sur ses demandes de soutien à l’occasion des différents examens passés ; bien d’autres boursiers du collège d’Arras font de même. Mais aucun autre, pendant ses années d’étude, n’obtient comme lui des « secours extraordinaires » de l’institution (doc. 2) ; d’un montant de 60 livres, ils sont attribués à Robespierre au début d’août 1778, sans doute avant son départ pour les vacances d’été à Arras. Les registres de compte lèvent, s’il en était besoin, toute ambiguïté sur la nature de cette aide financière, en précisant qu’il s’agit de permettre à l’élève de « subvenir à ses besoins »15. Robespierre vient de terminer brillamment sa classe de physique et s’apprête à commencer son cursus universitaire ; mais la mort de son grand-père Carraut, intervenue en mars précédent, a sans doute fragilisé sa situation financière.

  • 16 Le Blond de Neuvéglise [abbé Proyart], op. cit., 1795, p. 44.
  • 17 AM Arras, Ms 1953, pièce 3, l.a.s. de Robespierre à une demoiselle, dite aux serins, 22 janvier 178 (...)
  • 18 Gérard Walter, op. cit., 1989, p. 22-23. La lettre est en fait de 1786, et non de 1776 (reproduite (...)
  • 19 Le Blond de Neuvéglise [abbé Proyart], op. cit., 1795, p. 42-43 (reproduite dans OMR, t. III-1, p. (...)
  • 20 Lettre publiée dans Le Temps du 17 avril 1889 (p. 2-3), à l’occasion de sa mise en vente à l’hôtel (...)

105. La signature. Un dernier apport des documents publiés concerne l’évolution de la signature de Robespierre pendant ses années de collège et, au-delà, son usage de la particule. Une fois encore, tout part d’un témoignage de Proyart, qui ironise sur le choix de l’élève, à un moment indéterminé, d’isoler la particule de son nom et de signer : « de Robespierre »16 ; à partir de là, les auteurs se sont partagés et, aujourd’hui encore, l’incertitude demeure… Il est vrai que, pour le moment, la plus ancienne lettre de Robespierre identifiée dans les collections publiques date de 1782 ; il s’agit de la lettre dite « aux serins », récemment entrée aux Archives municipales d’Arras17 ; quant aux trois lettres antérieures publiées dans les Œuvres de Maximilien Robespierre, la première, adressée à Target, est en fait de son frère Augustin18, et les deux autres ne sont connues que par leur édition dans l’ouvrage de Proyart, pour la lettre du 11 avril 177819, et dans le journal Le Temps, pour celle du 26 octobre 177920… En ce qui les concerne, rien n’atteste de l’exactitude de la transcription !

  • 21 Les deux signatures se retrouvent à la suite de l’acte de baptême de la sœur de Robespierre, Henrie (...)

11En nous fournissant sept pièces ou lettres signées par Robespierre entre 1778 et 1781, le dossier H 2491 permet de trancher le débat. Il apparaît ainsi clairement qu’en 1778 (docs 1 et 2), l’élève de physique signe « Derobespierre », en un mot ; en 1780 et 1781, cette fois, l’étudiant en droit signe « de Robespierre », isolant la particule du reste de son nom, qu’il fait désormais précéder d’un R majuscule (docs 3 à 7). Sur le fait, Proyart a raison ; mais sur l’interprétation, il faut évidemment se montrer plus prudent. Deux remarques s’imposent, qui aident à comprendre un choix dont il faut se garder de surévaluer l’importance. La première est que, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’usage orthographique de son nom varie au sein même de la famille de Robespierre. Ainsi, si le père de Maximilien de Robespierre signe toujours « Derobespierre », sa grand-mère paternelle signe « Poiteau de Robespierre »21 ! Les scripteurs étrangers à la famille, d’ailleurs - c’est une seconde remarque -, et notamment les responsables du collège Louis-Le-Grand, adoptent différentes orthographes du nom, dans lesquelles ils isolent le plus souvent la particule (voir documents infra). Comment s’étonner, ainsi, que le jeune Maximilien de Robespierre, plongé dans un monde où le port de la particule est commun, ait opté pour l’usage de la plupart de ses maîtres et de certains de ses parents ?

12Dans la transcription des lettres, délibérations et quittances ci-dessous, les passages de la main de Robespierre sont mis en évidence par l’usage d’italiques.

*

13Document 1
2-6 août 1778. Versement de 40 livres à Robespierre, pour les frais de sa maîtrise ès arts (AN, H 2491)

Il sera payé des deniers du college d’Arras au Sr de Robespierres [sic] la somme de quarante livres pour les frais de sa maîtrise èz arts, laquelle sera allouée à M. le grand maitre, en rapportant le present quittancé. Fait au bureau d’administration le 6 aout 1778 [sic].
Bon pour quarante livres.
[Signé] Rolland. Roussel de la Tour. Lempereur. Tandeau de Marsac. Sainfray. Devilliers. Estienne. Chuppin.

14Registré au 3e registre des ordonnances f° 47e r°, n° 6232e.
[Signé] Reboul
Je reconnois avoir recu de monsieur Fourneau grand maitre du college de Louis le Grand la somme de quarante livres pour les frais du maitresariat.
Ce 2 août 1778
[Signé] Derobespierre

*

15Document 2
6-10 août 1778. Versement de 60 livres de « secours extraordinaires » à Robespierre (AN, H 2491)

Il sera par M. le grand maitre du collège de Louis le Grand, paié des deniers du collège d’Arras la somme de soixante livres au S. de Robespierre boursier d’Arras par forme de secours extraordinaires laquelle somme sera allouée à mondit sieur grand maitre en rapportant le présent quittancé. Fait au bureau d’administration le 6 aout 1778.
Bon pour soixante livres.
[Signé] Rolland. Roussel de la Tour. Lempereur. Tandeau de Marsay. Sainfray. Devilliers. Estienne. Chuppin.
Registré au 8e registre des ordonnances f° 47e r°, n° 6233e
[Signé] Reboul
Je soussigné reconnois avoir reçu de monsieur Fourneau grand maitre du college de Louis le Grand la somme de soixante livres pour les causes énoncées en l’ordonnance de l’autre part dont quittance à Paris le 10 aout 1778.
[Signé] Derobespierre

*

16Document 3
3 août 1780. Robespierre reçoit 60 livres pour les frais de sa thèse de bachelier en droit (AN, H 2491)

De Robespierre, boursier du college d’arras, étudiant en droit supplie messieurs les administrateurs de vouloir bien lui accorder la rétribution ordinaire pour les frais d’une these de bachelier, qu’il vient de soutenir.
Bon pour soixante livres à payer des deniers du college d’Arras au Sr de Robespierres [sic] boursier dud. college. Fait au bureau d’adminis[trati]on.
Le trois aoust mil sept cent quatre vingt.
Bon pour soixante livres.
[Signé] Rolland. Sainfray. Devilliers. Estienne. Chuppin. Rat de Mondon.
Registré au 3e registre des ordonnances f° 100 r°, n° 7486e
[Signé] Reboul
Reçu la somme de soixante livres portées en l’ordonnance ci-dessus.
A Paris ce 5 août 1780
[Signé] De Robespierre

*

17Document 4
3-4 mai 1781. Robespierre reçoit une gratification de 96 livres pour sa première place à l’examen public des étudiants en droit (AN, H 2491)
Il sera par M. le grand maitre du collège de Louis le Grand paié des deniers du collège d’Arras au S. Robespierre boursier de ce college la somme de quatre vingt seize livres par forme de gratification pour avoir obtenu la premiere place dans l’examen public des etudians en droit ; laquelle somme sera allouée à mondit sieur le grand maitre en rapportant la présente ordonnance quittancée.
Fait au bureau d’administration le 3 may 1781.
Bon pr quatre vingt seize livres.
[Signé] Rolland. Sainfray. Estienne. Rat de Mondon. Berardier. Devilliers.
Registré au 3e registre des ordces f° 121 v°, n° 7829e
[Signé] Reboul
Reçu la somme de quatre vingt seize livres pour le montant de l’ordonnance ci-dessus.
A Paris ce 4 mai 1781
[Signé] De Robespierre

*

18Document 5
12-18 mai 1781. Robespierre reçoit 60 livres pour les frais de sa thèse de licence en droit (AN, H 2491)
A Messieurs les administrateurs du college de Louis le Grand
Supplie de Robespierre boursier du college d’arras, étudiant en droit au college de Louis le Grand, de vouloir bien lui accorder la somme que le bureau est dans l’usage de donner aux étudians en droit, pour les aider à supporter les frais de leurs theses, et qu’il a avancée pour ceux de sa these de licence, qu’il vient de soutenir.
A Paris, ce 12 mai 1781
[Signé] De Robespierre
[Signé] Bérardier, p[rinci]pal
Bon pour la somme de soixante livres qui sera payée par les deniers du collège d’arras. Fait au bureau d’administration le dix sept may 1781.
[Signé] Rolland. Devilliers. Sainfray. Estienne. Chuppin. Rat de Mondon.
Registré au 3e registre des Ordces f° 121 v°, n° 7835
[Signé] Reboul
Recu la somme de soixante livres portée en l’ordonnance ci-dessus.
A Paris ce 18 mai 1781
[Signé] De Robespierre

*

19Document 6
5-7 juillet 1781. Robespierre obtient 60 livres pour les frais de sa thèse de droit français (AN, H 2491)

A Messieurs les administrateurs
Supplie de Robespierre boursier du college d’arras, étudiant en droit au college de Louis le grand, de vouloir bien lui accorder la rétribution accoutumée pour la these de droit françois, qu’il vient de soutenir.
Bon pour la somme de soixante livres a paier des derniers du collège d’arras au S. de Robespierre.
Fait au bureau le cinq juillet mil sept cent quatre vingt un.
[Signé] Sainfray. Rolland. Estienne.
Registré au 3e registre des ordces f° 137 v°, n° 8106e
[Signé] Reboul
Reçu la somme de soixante livres portée en l’ordonnance de l’autre part.
Dont quittance à Paris ce 7 juillet 1781
[Signé] De Robespierre

*

  • 22 La délibération originale est conservée aux AN, MM 315, f° 71 r°-v°. Elle a été publiée dans le Rec (...)

20Document 7
19 juillet-6 août 1781. Robespierre reçoit une gratification de 600 livres à l’issue de ses études (AN, H 2491)
Par délibération prise au bureau d’administration du college de Louis-le-Grand, le dix neuf juillet mil sept cent quatre vingt un, étant au 11me registre des délibérations dudit bureau d’administration, folio 71me22.
Appert le bureau, sur le compte rendu par M. le principal des talents éminents du S. de Robespieres [sic] boursier du college d’Arras, lequel est sur le point de terminer son cours d’études, de sa bonne conduite pendant douze années et de ses succès dans le cours de ses classes, tant aux distributions des prix de l’université, qu’aux examens de philosophie et de droit, avoir unanimement accordé aud. Sr de Robespieres une gratification de la somme de six cent livres, laquelle lui sera payée par M. le grand maitre des deniers du college d’Arras ; et lade somme sera allouée à M. le grand maitre dans son compte, en rapportant expedition de la présente délibération et la quittance dudit Sr de Robespieres.
Délivré par moi, secrétaire du bureau d’administration soussigné, lesdits jours & an.
[Signé] Reboul
Reçu la somme de six cens livres pour les causes enoncées en la déliberation dont extrait est de l’autre part, à Paris ce 6 août 1781.
[Signé] De Robespierre
Vu
[Signé] Delonchamps

Haut de page

Notes

1 Depuis 1766, le collège d’Arras rassemble huit boursiers, quatre à la nomination de l’abbaye Saint-Vaast, originaires d’Arras ou de son diocèse, et quatre à la nomination libre du bureau d’administration du collège Louis-le-Grand (AN, H 2524, f° 1 r°) ; Maximilien de Robespierre est l’un des boursiers à la nomination de l’abbé de Saint-Vaast. Voir aussi Marie-Madeleine Compère, Les collèges français. 16e-18e siècles. Répertoire 3 - Paris, Paris, INRP, 2002, p. 75-76, 225-237.

2 Gérard Walter, Maximilien de Robespierre, Paris, Gallimard, 1989, p. 20.

3 Maximilien de Robespierre entre à Louis-le-Grand le 13 octobre 1769, exactement un mois après la signature de ses lettres de provision de boursier par l’abbé de Saint-Vaast ; il en sort le 30 septembre 1781, quelques mois après l’obtention de sa licence en droit. Sa bourse est ensuite attribuée à son frère Augustin, le 13 octobre 1781. Celui-ci entre au collège d’Arras de Louis-le-Grand le 3 novembre 1781, et en sort le 30 septembre 1787 (voir AN, H 2524, état des boursiers de Louis-le-Grand, 1764-1792, f° 2 r° et H 2555, provisions des bourses de Maximilien de Robespierre et de son frère Augustin).

4 Bib. historique de la ville de Paris (désormais BHV Paris), 125138 : Recueil de toutes les délibérations importantes prises depuis 1763 par le bureau d’administration du collège de Louis-le-Grand et des collèges y réunis, Paris, Pierre-Guillaume Simon, 1781.

5 AN, H 2395 (oct. 1770 - oct. 1777), H 2396 (oct. 1777 – oct. 1778), H 2397 (oct. 1778 – oct. 1779), H 2398 (oct. 1779 – oct. 1780), H 2399 (oct. 1780 – oct. 1781).

6 Au XVIIIe siècle, ce régime leur permet de valider une licence en deux trimestres de cours seulement. Hervé Leuwers, L’invention du barreau français, 1660-1830. La construction nationale d’un groupe professionnel, Paris, Éd. EHESS, 2006, p. 20.

7 Le Blond de Neuvéglise [abbé Proyart], La vie et les crimes de Robespierre, surnommé le tyran, depuis sa naissance jusqu’à sa mort, Augsbourg, 1795, p. 25-26.

8 BHV Paris, 10452, par exemple année 1776

9 Le Blond de Neuvéglise [abbé Proyart], op. cit., p. 58.

10 Nous en donnons une version corrigée dans le tableau ci-dessus.

11 Précisons que les fonds comptables de Louis-le-Grand nous apprennent qu’à l’issue de sa licence en droit, le boursier Augustin Robespierre fut également récompensé d’une gratification, cette fois de 300 livres, « pour la fin des études qu’il a faites d’une manière distinguée ». La décision du bureau d’administration du collège Louis-le-Grand est datée du 20 décembre 1787. Voir AN, H 2491, bordereau du 15e compte du collège d’Arras et H 1555, Notes sur le 15e compte du collège d’Arras.

12 En 1780-1781, 41 % des élèves qui terminent leur classe de physique de Louis-le-Grand obtiennent à la fin de l’année la maîtrise ès arts (Boris Noguès, « La maîtrise ès arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Rites universitaires, épreuves scolaires et usages sociaux d’un grade », Histoire de l’éducation, n° 124, 2009, p. 128).

13 Boris Noguès, op. cit., p. 129-132.

14 Abbé Proyart, Louis XVI et ses vertus aux prises avec la perversité de son siècle, Paris, Société typographique, 1808, p. 460.

15 AN, H 2396, sixième compte du collège d’Arras (1777-1778).

16 Le Blond de Neuvéglise [abbé Proyart], op. cit., 1795, p. 44.

17 AM Arras, Ms 1953, pièce 3, l.a.s. de Robespierre à une demoiselle, dite aux serins, 22 janvier 1782 (Œuvres de Maximilien Robespierre, éditées par la SER, en 11 volumes – désormais OMR -, t. III-1, p. 23-24).

18 Gérard Walter, op. cit., 1989, p. 22-23. La lettre est en fait de 1786, et non de 1776 (reproduite dans OMR, III-1, p. 21).

19 Le Blond de Neuvéglise [abbé Proyart], op. cit., 1795, p. 42-43 (reproduite dans OMR, t. III-1, p. 22).

20 Lettre publiée dans Le Temps du 17 avril 1889 (p. 2-3), à l’occasion de sa mise en vente à l’hôtel Drouot ; elle est reproduite dans les OMR, t. III-1, p. 22-23. Dans la transcription du Temps, elle est datée du 26 octobre 1779, ce qui semble en contradiction avec l’affirmation de Robespierre qui, dans la lettre, précise qu’il sort de sa philosophie. La lettre daterait-elle de 1778 ?

21 Les deux signatures se retrouvent à la suite de l’acte de baptême de la sœur de Robespierre, Henriette Eulalie Françoise. Voir Arch. dép. du Pas-de-Calais, 5 Mi 41, R 16, naissance et baptême le 28 décembre 1761, Arras, paroisse Saint-Étienne.

22 La délibération originale est conservée aux AN, MM 315, f° 71 r°-v°. Elle a été publiée dans le Recueil de toutes les délibérations importantes..., op. cit., p. 211 (page numérotée par erreur 213).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Leuwers, « Maximilien de Robespierre, élève à Louis-le-Grand (1769-1781). Les apports de la comptabilité du « collège d’Arras » », Annales historiques de la Révolution française, 371 | 2013, 175-185.

Référence électronique

Hervé Leuwers, « Maximilien de Robespierre, élève à Louis-le-Grand (1769-1781). Les apports de la comptabilité du « collège d’Arras » », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 371 | janvier-mars 2013, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12704 ; DOI : 10.4000/ahrf.12704

Haut de page

Auteur

Hervé Leuwers

Université Lille 3, UMR-CNRS 8529 IRHiS
4 Grande Voie, 62173 Rivière
herve.leuwers@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org