Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Roucaud et François Houdecek (Ed.), Du Niémen à la Bérézina, Lettres et témoignages de soldats français sur la campagne de Russie

Préfaces du général Olivier Paulus et de Thierry Lentz, Vincennes, Service historique de la défense, 2012, 224 p., ISBN 978-2-11-129053-2.
Bernard Gainot et Jean-Charles Gendre
p. 196-198
Référence(s) :

Michel Roucaud et François Houdecek (Ed.), Du Niémen à la Bérézina, Lettres et témoignages de soldats français sur la campagne de Russie. Préfaces du général Olivier Paulus et de Thierry Lentz, Vincennes, Service historique de la défense, 2012, 224 p., ISBN 978-2-11-129053-2.

Texte intégral

1Bicentenaire oblige, passée la vague de publications individuelles traitant de la campagne de Russie prise au sens large (on ne citera pas ici les fructueux travaux de Marie-Pierre Rey, Jacques-Olivier Boudon et Dominic Lieven), l'heure est désormais aux sorties d'ouvrages plus spécifiques et également plus collectifs (par exemple, les actes du colloque des 4 et 5 avril 2012 publiés sous le titre : 1812, la campagne de Russie, histoire et postérités). Du Niémen à la Bérézina, Lettres et témoignages de soldats français sur la campagne de Russie en fait partie. Il s'agit d'une édition critique, publiée par le Service historique de la défense, qui a mobilisé pour sa réalisation deux équipes d'historiens patronnées (la double préface est d'eux) par respectivement le général Olivier Paulus, chef du Service historique de la Défense, et Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon. D'un côté on trouve logiquement l'équipe du Service historique. Michel Roucaud, archiviste au centre historique des archives du SHD, en a été le moteur : c'est lui qui a sélectionné et transcrit les textes, rédigé la partie institutionnelle de l'introduction, présenté les témoignages et participé à la constitution de l'appareil critique. Thierry Sarmant, présentement conservateur au Musée Carnavalet, et Alain Guéna, ont collaboré à la rédaction des notes biographiques et topographiques. De l'autre, l'équipe de la Fondation Napoléon n'a pas été en reste : François Houdecek, fort de son expérience dans la direction de l'édition de la Correspondance de Napoléon s'est chargé du reste de l'introduction, a participé à la constitution des notes topographiques et biographiques et a réalisé l'index. Quant à Chantal Prévot, bibliothécaire de la Fondation Napoléon, elle a réalisé l'orientation bibliographique. Si l'édition critique est un travail d'horlogerie, on se rend bien compte qu'avec un tel collectif, l'horloger avait à sa disposition des pièces de première qualité. Passée la préface, reste donc à démontrer que ce sont les meilleures pièces qui font les meilleurs engrenages.

2L'étude est menée avec méthode sur cinq parties, sans compter l'introduction, l’orientation bibliographique, les notices bibliographiques, les cartes et l'index des noms de personnes. La partie institutionnelle de l'introduction attire avant tout l'attention sur l'originalité des fonds d'où sont tirés les cinq témoignages de l'édition. Il s'agit d'une sous-série complémentaire des fonds privés GR 1K, la sous-série GR 1KT, où sont conservés les témoignages de soldats, sous forme de mémoire ou de correspondance. S'ensuit une quarantaine de pages résumant la campagne de Russie, de ses origines à son dénouement. L'exercice double de présentation et de résumé auquel s'est employé Houdecek aurait pu s'avérer fastidieux. Bien au contraire, il se révèle être l’un des points forts de cette édition critique. En effet, l'auteur y réalise de main de maître la synthèse la plus récente, et peut-être la plus pertinente à ce jour, de cette campagne ; n'oubliant pas d'y ajouter, d'ailleurs la plus-value de considérations novatrices sur les effectifs et les pertes de la Garde Impériale, tirées des états de situation de la Grande Armée. Le reste de l'appareil critique (orientation bibliographique, notices biographiques, notices topographiques, index des noms de personnes) vient d'ailleurs appuyer le bon départ réalisé avec l'introduction. Toutefois, on peut déplorer que les cartes de la campagne de Russie soient trop chargées en information pour que le lecteur néophyte puisse y comprendre le sens des différents mouvements, mais trop générales pour qu'on puisse, par exemple, suivre le parcours personnel de chacun des cinq témoins de cette édition. Les notices topographiques proposant un très sérieux travail de spatialisation, on peut regretter qu'à partir de celui-ci, il n'ait pas été possible de fournir une carte de chacun des itinéraires individuels relatés.

3La première chose dont on se rend compte quand on en vient aux textes eux-mêmes, c'est que le sous-titre de l'ouvrage Lettres et témoignages de soldats français sur la campagne de Russie peut tromper, car il doit être compris au sens archivistique (un témoignage est un récit fait après les événements, donc, de fait, une reconstruction). On pourrait s'attendre, en effet, avec un tel titre, à parcourir cinq correspondances ou journaux personnels écrits pendant la campagne et par conséquent d'avoir sous les yeux des récits aussi purs que vrais de la campagne de Russie. Ça n'est pas le cas, sauf pour la première partie : Lettres du Capitaine Auguste Mosneron Dupin et la cinquième (voir plus loin). L'intérêt de cette édition ne réside donc pas dans des témoignages écrits exclusivement au jour le jour. Pour cela il faudra attendre la parution d'une édition critique, issue de cette même sous-série, basée seulement sur des lettres de soldats envoyées pendant la campagne de Russie. Quel fut donc le parti pris des auteurs ? Il semble qu'ils aient voulu montrer, dans une sorte de crescendo, comment le témoignage humain pouvait évoluer, dans la forme comme dans le fond, à mesure que celui-ci était éloigné des événements. Tout d'abord, la première partie, déjà citée, consiste en une correspondance. On est au plus près des événements, on en ressent le trouble, tout comme on perçoit que l'auteur des lettres s’autocensure. La dernière lettre, datée du 5 février 1813, est remise directement par des officiers « sûrs » retournant directement en France : elle est l'occasion pour l'auteur, soulagé du poids de la censure, de s'y épancher sur le désastre de 1812, alors presqu’ignoré en France. Les deux témoignages suivants, Souvenirs du grognard Nicolas Nottat et Souvenirs du capitaine Jean Eymard, sont des reconstructions a posteriori, mais cependant, vraisemblablement couchées sur papier au retour en France, ou peu de temps après. Pour preuve, les auteurs se souviennent avec précision, mais à l'évidence sans aucune note, en faisant moult erreurs de dates, de leurs mouvements et de leurs péripéties. Les trois parties précédentes (totalisant ensemble seulement 44 pages) sont ensuite écrasées par l'Extrait des mémoires du général Joseph Puniet de Monfort (il faut à cet égard rectifier la coquille typographique sur son nom) de presque cent pages. Cette quatrième partie peut être considérée comme l’antithèse des trois parties précédentes, tellement il est évident que le général s'est servi de notes, a effectué des recherches, et a écrit de telle sorte qu'il ne puisse froisser ses collègues encore en service, dans des mémoires certainement destinés à une publication qui n'eût jamais lieu. De Monfort, malgré tout, a produit une relation inédite pour un officier supérieur de cette campagne. On remarquera tout particulièrement son témoignage absolument novateur sur l'attitude de Napoléon à la Moskova. Ségur l'avait décrit apathique, malade et assis toute la journée ; Gourgaud l'avait décrit alerte, actif et prompt à se rendre sur la ligne de front. Monfort, lui, nous explique qu'en fait, Napoléon a passé la journée… allongé sur une peau d'ours ! La cinquième partie, courte, Relation de la captivité du capitaine Auguste-Henry Devina vient faire la synthèse entre lettre et récit, puisque l'auteur a écrit à son frère depuis la Russie, pendant l'année 1813, pour lui décrire les conditions de son emprisonnement.

4Finalement, c'est un panel d'échantillons de nature et de formes différentes qu'ont voulu présenter les auteurs. En brassant aussi large, ils se sont donc inscrits dans une démarche commémorative (bicentenaire de 1812), tout en produisant des documents inédits avec un appareil critique de grande qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gainot et Jean-Charles Gendre, « Michel Roucaud et François Houdecek (Ed.), Du Niémen à la Bérézina, Lettres et témoignages de soldats français sur la campagne de Russie », Annales historiques de la Révolution française, 372 | 2013, 196-198.

Référence électronique

Bernard Gainot et Jean-Charles Gendre, « Michel Roucaud et François Houdecek (Ed.), Du Niémen à la Bérézina, Lettres et témoignages de soldats français sur la campagne de Russie », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 372 | avril-juin 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12829

Haut de page

Auteurs

Bernard Gainot

Articles du même auteur

Jean-Charles Gendre

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org