Navigation – Plan du site
Vie de la société

Procès-verbal du conseil d’administration de la Société des études robespierristes

Séance du samedi 21 janvier 2012
p. 206-211

Présents : Serge Aberdam, Marc Belissa, Serge Bianchi, Michel Biard, Malcolm Crook, Jean-Numa Ducange, Annie Duprat, Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Dominique Godineau, Anne Jollet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers, Danièle Pingué, Frédéric Régent, Jean-Paul Rothiot, Pierre Serna.

Représentés : Philippe Bourdin, Martine Lapied, Cyril Triolaire.

Excusés : Annie Crépin, Julien Louvrier, Matthias Middell.

La séance est ouverte à 14h10 à la salle Marc Bloch, en Sorbonne.

Le procès-verbal de la réunion du 24 septembre 2011 est approuvé à l’unanimité, moins Frédéric Régent qui ne participe pas au vote. L’ordre du jour appelle l’examen du rapport moral, les autres questions abordées s’inscrivant dans ses diverses parties.

Le président présente les axes essentiels du projet de rapport. Il apparaît :

  • Que malgré les mises en ordre avec l’éditeur de la revue, l’évolution des effectifs de la société, tout en étant positive, est moins favorable que celle des ventes et retours des AHRF. Les adhésions liées à la souscription pour les papiers Robespierre-Lebas sont réelles, mais inférieures aux attentes. Une démarche spécifique auprès des anciens adhérents serait bienvenue car la manipulation des anciens fichiers s’avère productive.

  • Les nouvelles adhésions sont examinées, elles concernent pour cette fois quatorze demandes qui seront présentées avec les autres à l’Assemblée générale de mars. Il s’agit de :

    • Laure Badaroux

    • Paul Allies

    • Sylvie Laurent

    • Véronique Cherbuy

    • Quentin Laurent

    • Jean-David Mossé

    • Éric de Mari

    • Hedi Saidi

    • François Devoucoux du Buysson

    • Michel Casevitz

    • Philippe Foussier

    • Emmanuelle Jollet

    • Renée Tropinat

    • Michel Weibel

Une discussion a été menée en Bureau sur les conditions de stockage de nos impressions chez Diazo, à Clermont-Ferrand. Si les retirages, leurs manipulations et leurs envois sont clairement à sa charge, il semble bien que nous devions gérer par nous même les tirages d’ouvrages « neufs ». Maintenant que la procédure est en route, une clarification concernant les délais de re-tirages des Œuvres complètes de Robespierre est nécessaire. Il faut également voir si la qualité exacte des saisies réalisées est ou non « océrisée » (mode texte), point d’une grande importance.

Par ailleurs, le contrat de diffusion partielle des ouvrages anciens chez Google n’est pas encore signé, les fichiers numériques n’ayant pas encore été livrés par Diazo.

Serge Bianchi reste en rapport avec la SODIS et le CTHS qui ont fini par verser leurs arriérés. Une mise au point sur le sort à venir des livres que le CTHS nous avait retournés sera faite d’ici une semaine.

Publications

Les épreuves du volume 13 des Études révolutionnaires, nés du colloque de Besançon sur les Comités de surveillance (2011), sont présentées par Jean-Paul Rothiot et Danièle Pingué. L’ouvrage sortira des presses en février et sera disponible lors de l’Assemblée générale. Il est trop tard pour organiser une souscription mais un effort de publicité pourra être fait dans le cadre de la convocation lors de l’Assemblée générale.

Jean-Pierre Jessenne fait état des résultats de la collecte des textes issus de la rencontre Enseigner la Révolution, l’an dernier à Ivry. Trois supports sont envisagés : Historiens et géographes, notre site, et un débat, dans la rubrique Regards croisés des AHRF. Bernard Gainot et Annie Duprat s’occuperont des premières, Serge Bianchi verra pour le site et Jean-Pierre Jessenne des « Regards croisés », ainsi que de la répartition.

Dans ce cadre, il faut veiller à ce que le « manuel du maître » envisagé chez A. Colin, et pour lequel Philippe Bourdin et Cyril Triolaire (excusés) ont été choisis comme responsables, soit bien l’expression d’un effort collectif.

Les actes du colloque Extrêmes ? issus du colloque de Rouen paraîtra aux Presses universitaires de Rennes au premier semestre 2012.

L’ouvrage collectif sur Robespierre devrait paraître chez A. Colin en septembre. Les tapuscrits seront reçus en mai. Un numéro spécial des AHRF, lui aussi consacré à Robespierre, n° 1-2013, sortira au printemps 2013.

Hervé Leuwers, directeur de la revue, présente le « portefeuille » des AHRF. Le président incite les membres du CA à proposer ou susciter des textes pour les numéros de varia.

Calendrier des activités scientifiques et des colloques. Le président donne le planning conforme à ce qui avait été indiqué en septembre.

La journée d’étude sur les Comités de surveillance, envisagée pour le 30 mars prochain à Poitiers par Anne Jollet aura bien lieu, sans que les chercheurs de Rennes s’y impliquent pour cette fois. Anne Jollet dépose un programme et un projet de budget. La participation prévue pour la société (1040 euros) est supérieure à ce qui est convenu pour une journée d’étude (800) et il n’y a pas de voie d’édition prévue. La discussion va néanmoins pouvoir continuer, en particulier avec le groupe spécialisé et les Rennais.

Jean-Numa Ducange et Michel Biard présentent le programme de la journée d’études de Rouen (2013), Passeurs de révolution, journée en partenariat entre la Société et le GHRis-Université de Rouen, dont les actes donneront lieu à un volume de la Collection Études révolutionnaires.

Le président présente les comptes, en lieu et place du trésorier retenu par un deuil particulièrement douloureux. La présentation de ces comptes est compliquée par les opérations auxquelles a donné lieu la souscription de cette année, et le fait que l’État n’ait pas encore touché son chèque.

L’évolution des ventes des AHRF au numéro montre que le pourcentage de numéros vendus est en progression assez nette, numéros spéciaux et varia pareillement. Un courrier sera fait à ce sujet à l’éditeur.

Il apparaît que la mise en ligne des AHRF par A. Colin sur « Cairn » profite trop exclusivement à l’éditeur ce qui, combiné à la relativement bonne tenue des abonnements à notre revue, déséquilibre assez nettement les résultats en sa faveur. Dans le même temps, la subvention du Centre national des lettres disparaît officiellement, probablement dès cette année (celle du CNRS n’étant – pas encore – touchée…). Des subventions CNL ne pourraient être à nouveau obtenues que dans le cas où nous ferions des propositions de développement sur deux-trois ans. Hervé Leuwers soumet l’idée de créer un supplément annuel ou bisannuel en ligne et en anglais des AHRF. On exploiterait pour cela, avec l’accord des auteurs, les textes déjà remis dans cette langue et dont nous payons la traduction et on traduirait en anglais (grâce à une subvention) ceux qui sont en français. La cible ne serait pas tant les spécialistes des autres pays, qui pour la plupart parlent notre langue, que le public universitaire étranger et singulièrement les étudiants. Ce projet permettrait une double discussion avec le CNL et A. Colin, ainsi que d’envisager un meilleur classement de notre revue à l’international (passer de la catégorie 2 à la catégorie 1). Le support envisagé pourrait être « JSTOR », « Cairn » ou tout autre. Après discussion, le projet paraît intéressant. Pour une meilleure efficacité, le président de la Société et le directeur de la revue mèneront ensemble cette discussion avec l’éditeur.

La discussion en vient aux prolongements à donner aux Œuvres complètes de Robespierre. Hervé Leuwers annonce qu’il a remis la main, à Arras et Paris, sur cinq mémoires judiciaires de Robespierre inédits dans ces Oeuvres complètes, dont l’un est totalement inconnu, soit environ 250 pages imprimées. Il est donc convenu que le tome 12 ne sera pas nécessairement le dernier, en fonction du volume des textes inédits, des éditions critiques des manuscrits rachetés l’an dernier et des autres outils de travail élaborés. Serge Aberdam rapporte les informations adressées par Annie Geffroy qui a beaucoup avancé dans la transcription des documents communiqués par les Archives nationales. Elle soumettra en mars, avec la transcription, les règles d’édition à respecter pour ces manuscrits abondamment raturés et corrigés. Sur un autre plan, elle fait part de ses doutes sur la possibilité d’en finir, avec le tome 12 des Œuvres complètes, aux complications, erreurs et confusions qui se sont introduites dans les tomes 3/1 (1926), 3/2 (1941) et même ensuite. Pour elle, la mise en ordre complète de cette correspondance (active mais aussi passive) nécessitera plus de temps et trouvera plutôt sa place, comme base évolutive, sur le site que sur papier. Il faudra en discuter en fonction de ce qui précède.

La complexification du chantier ne nous dispense nullement de faire avancer le nécessaire index général des noms propres dans les Œuvres complètes : le président a préparé un tableau de répartition du travail entre tous les membres du CA, présents ou non, qui est adopté dans son principe avec de légères corrections. Hervé Leuwers se propose pour coordonner ce chantier, ce qui est accepté.

L’avancement du projet d’un Musée Robespierre à Arras est en bonne voie.

À la suite de la présentation du 5 novembre, Serge Aberdam évoque la possibilité que la Société diffuse, même avec ses modestes moyens, des copies sur CD du film d’Hervé Pernot sur Robespierre, qui, tourné en 1989, présente toujours un intérêt, en particulier pour les enseignants. Il s’agit évidemment de vérifier si l’auteur le désire et si la situation juridique le permet. Accord est donné à Serge Aberdam.

Colloque pour les 220 ans de la République et de la réunion de la Convention, si possible les jeudi 20 et vendredi 21 septembre prochains, sinon en léger décalage les 21 et 22 (problème du samedi). En plus des salles en Sorbonne (Panthéon) demandées par Pierre Serna, d’autres seront demandées par le président à la ville de Paris (rencontre le 20 février) et au Sénat (courrier) afin d’améliorer l’offre et les possibilités. Une première discussion a lieu sur le programme envisagé, les décisions restant évidemment du ressort du comité d’organisation (7 février) auquel sont adjointes Annie Duprat et Anne Jollet, cette dernière absente à la dernière séance. Si la seconde journée du colloque est consacrée aux représentants du peuple qui « entrent » en république, il faudra trouver un équilibre pour la première journée entre « conceptuel » et « factuel ».

Un point est fait par Jean-Numa Ducange sur le site, après discussion avec Julien Louvrier. Il s’agit surtout, pour cette fois, de tracer des limites à la mise en ligne de textes qui peuvent sortir de notre « objet social », à partir de l’exemple récent de l’appel signé par Rachida Tlili, notre collègue, amie et longtemps administratrice de la Société, sur la situation à l’université de la Manouba, à Tunis. Il semble important au CA de réaffirmer que, dans des circonstances qui peuvent être urgentes, la décision relève bien du Bureau, comme cela a été le cas cette fois.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org