Navigation – Plan du site
Vie de la société

Procès-verbal de l’assemblée générale de la Société des études robespierristes

Séance du samedi 17 mars 2012
p. 211-229

L’Assemblée générale annuelle de la Société des études robespierristes s’est réunie le samedi 17 mars 2012, à l’amphithéâtre Bachelard à la Sorbonne, sous la présidence de Michel Biard. La séance est ouverte à 14h15.

Le président présente les différents chapitres du rapport moral

Rapport moral 2011

I. Vie de la Société

Abonnements aux AHRF

L’érosion s’est quelque peu poursuivie du côté des abonnements des institutions, surtout à l’étranger (diminution des crédits accordés aux bibliothèques), mais a toutefois été nettement freinée si on la compare au recul qui s’était produit entre 2009 et 2010. A. Colin juge que le nombre des abonnés institutionnels, passé de 489 à 484, est « stable ». Le nombre cumulé des sociétaires et autres abonnements particuliers était de 211 en 2008, 217 en 2009, 196 en 2010, 214 en 2011. Là aussi, le recul a d’évidence été freiné, même si les abonnements étudiants peuvent avoir un caractère éphémère.

Les 16 revues publiées par A. Colin ont connu une baisse moyenne de 5 % du nombre de leurs abonnés (institutions plus particuliers) entre 2010 et 2011, alors que les AHRF sont l’une des deux seules revues à avoir augmenté son nombre d’abonnés (+1, 9 %).

Par ailleurs, il est à noter que la vente des numéros isolés en librairie, si elle reste marginale, a toutefois concerné 123 exemplaires en 2010 (dont plus de la moitié pour le numéro consacré au cul, mais avec, il est vrai, un plus grand nombre d’exemplaires mis en place dans les librairies) et 91 pour les trois premiers numéros de 2011. Mieux, la part du nombre d’exemplaires vendus rapportée au nombre de ceux mis en place fait apparaître une progression significative en 2011 et est donc encourageante.

2008

France

Étranger

TOTAL

Institutions

169

344

513

Particuliers

56

13

69

Sociétaires

142

0

142

TOTAL

367

357

724

2009

France

Étranger

TOTAL

Institutions

165

345

510

Particuliers

69

13

82

Sociétaires

135

0

135

TOTAL

369

358

727

2010

France

Étranger

TOTAL

Institutions

163

326

489

Particuliers

73

19

92

Sociétaires

91

13

104

TOTAL

327

358

685

2011 (*)

France

Étranger

TOTAL

Institutions

168

316

484

Particuliers

166

34

200

Étudiants

14

0

14

TOTAL

348

350

698

(*) Désormais sociétaires et particuliers - à l’exception des étudiants - sont comptabilisés ensemble.

Ventes au numéro en librairie

N° 

Thème

Mis en place

vendus

 %

1-2010

Changements sociaux…

41

22

53.5

2-2010

Varia

26

16

61.5

3-2010

Entre scatologie et fantasmes sexuels…

120

67

56

4-2010

Varia

35

18

51.5

1-2011

Amérique du Nord…

39

27

69

2-2011

Varia

31

27

87

3-2011

Amérique du Sud…

42

37

88

4-2011

Varia

Non encore connu

Non encore connu

Non encore connu

Total sur deux ans

334

214

64 %

Bilan de la souscription pour les manuscrits de Robespierre et Lebas

Au printemps 2011, l’annonce de la vente chez Sotheby’s Paris de manuscrits de Robespierre et Lebas a suscité une vive émotion et des actions diverses pour inciter l’État à intervenir en exerçant son droit de préemption. Après avoir d’abord tenté des démarches discrètes pour ne pas favoriser les jeux spéculatifs, car un « fond commun de placement » est vite apparu comme intéressé, la Société et l’Institut d’histoire de la Révolution française (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), en liaison avec des institutions, des associations, des particuliers, ont mené une campagne publique destinée à alerter l’opinion (entre autres par l’intermédiaire d’articles parus dans la presse - notamment ceux de Philippe Bourdin dans L’Humanité et Pierre Serna dans Le Monde - et par plusieurs interventions dans des médias audiovisuels). La Société a également lancé une souscription publique pour rassembler des fonds et favoriser ainsi la possibilité d’un achat pour les Archives nationales. Quelque 1 100 souscripteurs ont apporté leur soutien, mais aussi l’enthousiasme présent dans leurs courriers, pour une opération qui a fortement contribué à ce que l’État exerce son droit de préemption lors de la vente aux enchères qui s’est déroulée le 18 mai. Désormais, les manuscrits sont conservés par les Archives nationales et il convient de s’en réjouir. Une étude est d’ores et déjà engagée par Annie Geffroy (CNRS), membre de la Société, en vue de la publication d’un nouveau volume des Œuvres de Robespierre (tome 12).

Le 5 novembre suivant, la Société a convié l’ensemble des donateurs à Ivry-sur-Seine pour célébrer cet heureux dénouement. Après une prise de parole des représentants des associations et institutions à l’origine de la souscription, ainsi que des élus qui l’ont soutenue, Cyril Triolaire, trésorier de la Société, a remis officiellement à Bruno Galland, directeur scientifique des Archives Nationales, un chèque d’un montant de 118 000 euros. La fête fraternelle, à laquelle ont participé deux à trois cents personnes, s’est poursuivie avec la projection du film d’Hervé Pernot consacré à Robespierre, suivie d’un débat, riche et chaleureux, avec le réalisateur.

La réussite de la mobilisation et le succès rencontré par cette fête fraternelle conduisent à s’interroger sur la place de la Société des études robespierristes dans l’espace public. Cette « vieille dame centenaire sans domicile fixe », comme s’est amusé à le rappeler Philippe Bourdin, a su rassembler, fédérer et mener à bien une souscription de grande envergure pour un objectif qui était loin d’être gagné d’avance. L’écho rencontré par cette initiative est une invitation à assumer un rôle citoyen qui dépasse les murs de l’Université. Au-delà des nombreuses activités scientifiques qu’elle développe, seule ou en partenariat avec des universités, la Société des études robespierristes reste bien, comme l’avaient voulu ses fondateurs, une société de pensée. Qui plus est, le fait qu’elle soit reconnue « d’utilité publique » offre assurément des possibilités d’intervention qu’il conviendra à l’avenir de ne pas oublier.

Une autre cérémonie s’est tenue le 15 décembre 2011 à Paris, à l’hôtel de Soubise, en présence de Mme Agnès Magnien, directrice des Archives Nationales. À cette occasion, les souscripteurs ont également été invités à se réunir, en hommage à leur participation à cette mobilisation collective qui a permis à l’État d’acquérir les manuscrits. Trente à quarante personnes étaient présentes.

Demandes d’adhésion

Le président présente et fait approuver à l’unanimité les demandes d’adhésions examinées en Conseil d’administration durant l’année écoulée, dont il souligne la nette augmentation par rapport à 2010 et son lien avec le succès de la souscription, même si ces demandes ne concernent qu’une faible proportion des souscripteurs non adhérents.

13 candidats avaient été acceptés dans notre Société en 2010. Ils sont 21 à demander d’y être admis cette année (la grande majorité d’entre eux s’étant manifestée au moment de la souscription pour les manuscrits de Robespierre et Le Bas. Cela explique le recours à des parrainages attribués en réunion du bureau de la Société, car ces candidats ne mentionnaient aucun parrain).

Profession

Lieu de résidence ou d’exercice

Parrain/

Marraine

Parrain/

Marraine

Benoît Bizard

Frédéric Régent

Anne Jollet

Igor Moullier

Pr ENS

Lyon

Annie Crépin

Bernard Gainot

Martine Acerra

Pr univ

Nantes

Pierre Serna

Dominique

Godineau

Hugh Gough

Pr univ

Irlande

Pascal Dupuy

Philippe Bourdin

Thomas Can

Étudiant

Rouen

Michel Biard

Jean-Numa Ducange

Thibault Poirot

Étudiant

ENS Lyon

Pierre Serna

Claude Mazauric

Frédéric Spillmaeker

Étudiant

ENS Lyon

Michel Biard

Pascal Dupuy

Laure Badaroux

Pr lycée

Désertines (03)

Serge Aberdam

Cyril Triolaire

Paul Allies

Pr univ

Univ. Montpellier

Michel Biard

Hervé Leuwers

Sylvie Laurent

Paris

Serge Aberdam

Danièle Pingué

Véronique Cherbuy

Pr lycée

Michel Biard

Hervé Leuwers

Quentin Laurent

Étudiant

Pierre Serna

Jean-Paul Rothiot

Jean-David Mossé

Médecin

Hauteville les Dijon

Michel Biard

Cyril Triolaire

Eric de Mari

Pr univ

Univ. Montpellier

Michel Biard

Hervé Leuwers

Hedi Saidi

Pr lycée

Villeneuve-d’Ascq

Cyril Triolaire

Danièle Pingué

François Devoucoux du Buysson

Élève ENA

Montilly (03)

Michel Biard

Annie Crépin

Michel Casevitz

Pr univ

Paris

Serge Aberdam

Annie Crépin

Philippe Foussier

Journaliste

Paris

Serge Aberdam

Jean-Paul Rothiot

Emmanuelle Jollet

Paris

Cyril Triolaire

Danièle Pingué

Renée Tropinat

Nogent-le-Rotrou

Michel Biard

Hervé Leuwers

Michel Weibel

Chouzy-sur-Cissé

Serge Aberdam

Jean-Paul Rothiot

Imprimeur

La Société a choisi l’an dernier un nouvel imprimeur, comme le précédent implanté à Clermont-Ferrand, l’entreprise Diazo. Celle-ci a assuré une rétro-conversion des Œuvres de Robespierre (désormais proposées au prix de 230 euros les onze volumes) et de certains ouvrages de notre fonds ancien, dont deux qui étaient épuisés (le travail d’Anatoli Ado sur les paysans, celui de Bernard Bodinier et Éric Teyssier sur les biens nationaux). Douze ouvrages sont désormais numérisés, mais aussi rénovés grâce à la confection de nouvelles couvertures qui donnent une unité à nos trois collections (Études révolutionnaires, Bibliothèque d’histoire révolutionnaire, Prix Mathiez). Ils peuvent être soit retirés à la demande en version papier, soit vendus sous forme d’e-books (marché pour l’instant timide, mais qui pourrait être amené à se développer). Enfin, un contrat sera passé avec Google qui nous permettra d’avoir une visibilité plus grande avec un accès partiel à ces ouvrages (Googlebooks) et un renvoi vers notre boutique en cas d’achat.

Cette même entreprise Diazo a imprimé cette année les actes du colloque d’Ivry (2010), publiés sous la direction de Cyril Triolaire, et prépare la publication des actes de la journée d’étude de Besançon sur les Comités de surveillance (sortie prévue au premier semestre 2012). Les procédés numériques utilisés par cette entreprise permettent tout à la fois un travail rapide et de qualité, mais aussi de limiter nos stocks grâce à un tirage initial raisonnable et ensuite, si besoin, des rééditions à la demande.

La Société des études robespierristes sur Internet

La Société est désormais présente sur Internet au travers de ses trois sites et de sa page Facebook, le tout étant coordonné par Julien Louvrier, membre du CA de la Société :

Depuis l’ouverture du carnet de la SER sur Hypotheses, le site des AHRF ne fait plus l’objet d’une mise à jour régulière de notre part comme c’était encore le cas il y a un an. En vertu des accords entre Revues.org, A. Colin et Cairn, les articles récents des AHRF y sont automatiquement indexés et librement accessibles aux internautes une fois passée la barrière des trois ans. Ce site reçoit entre 10 000 et 15 000 visiteurs uniques en période scolaire (les visites chutent de juin à septembre).

Projets pour cet espace : suppression des pages devenues obsolètes (publications, annonces de colloques, etc.) et amélioration de la navigation vers nos deux nouveaux sites afin de récupérer une plus grande partie du trafic qu’il suscite.

Après avoir connu un pic de fréquentation important au mois de mai dernier dans le contexte de la forte mobilisation pour sauver les manuscrits de Robespierre (plus de 3 000 visiteurs uniques), nous sommes retombés à des niveaux plus « normaux » (autour de 700 visiteurs uniques), mais supérieurs à ce que nous avions au cours des premiers mois d’existence du site (300 visiteurs uniques). Faute d’un apport concret et régulier de valeur ajoutée, la fréquentation n’augmentera pas.

Projets pour ce site : pour faire vivre le site de la SER, un groupe de six personnes a été constitué sous la responsabilité de Julien Louvrier. Il se compose, outre Julien Louvrier, de Marc Belissa, Jean-Numa Ducange, Gaïd Andro, Jean-Luc Chappey et Samuel Guicheteau. Lors de sa première réunion, le 5 novembre 2011, le groupe a élaboré un programme de publications pour les mois à venir. Il s’agit dans un premier temps de réaliser une série d’entretiens avec des chercheurs étrangers sur les recherches relatives à la Révolution française menées actuellement dans les aires géographiques et/ou linguistiques concernées. Il a par ailleurs été décidé de lancer deux dossiers thématiques, le premier consacré aux publications jeunesse sur la Révolution française (romans, BD, vulgarisation etc.), le second sur les programmes d’histoire du lycée.

La boutique en ligne « Études révolutionnaires », destinée à la vente des publications de la SER, a ouvert courant octobre 2011. À la date du 6 décembre 2011 elle a enregistré 15 commandes pour un montant de 1 574 euros (les 4 commandes de la collection complète des Œuvres de Robespierre pèsent bien évidemment pour les deux tiers de cette somme). Les difficultés de logistique et la faible promotion réalisée, ainsi bien sûr que la durée d’existence encore brève (quelques semaines seulement), ne permettent pas à ce jour de dresser un véritable bilan. La période de rodage et d’adaptation de nos pratiques devrait se poursuivre pendant encore quelques semaines (arrivée des ouvrages numérisés, changement des tarifs, etc.). Mais l’outil fonctionne et il n’est pas exagérément optimiste de supposer qu’il devrait nous permettre de mieux diffuser nos publications à l’avenir.

La page Facebook est suivie par 146 personnes. Elle nous permet de diffuser des informations très rapidement et de toucher des publics très divers, relativement jeunes et parfois éloignés de l’université.

II. Colloques et travaux de recherche collectifs

  • Organisé par Cyril Triolaire à Ivry-sur-Seine les 15 et 16 juin 2010, le colloque La Révolution française au miroir des recherches actuelles a été publié rapidement. Sa sortie publique, en novembre 2011, a été précédée d’une souscription, doublement annoncée dans les AHRF et sur le site internet de la Société. Ce volume fait la part belle aux travaux en cours de vingt nouveaux membres de la Société autour de cinq thèmes choisis pour leur vitalité historiographique et embrassant les deux décennies révolutionnaire et impériale : les acteurs (à partir d’une galerie de portraits inédits de figures du quotidien), les formes du pouvoir (institutionnelles et administratives), les pratiques politiques locales, les temps de l’économie et la formation de l’opinion dans l’espace public. L’ouvrage de 280 pages, vendu au prix de 19,90 € est le premier à être sorti des presses de Diazo, nouvel imprimeur de la Société.

  • Le colloque Héros, héroïnes de la Révolution française, tenu dans le cadre du Congrès de Bordeaux organisé en 2009 par le CTHS, auquel la Société avait été associée, a fait l’objet d’une publication en deux tomes aux Éditions du CTHS, sous la direction de Serge Bianchi (sortie prévue en janvier 2012).

  • Les journées d’étude de Besançon, Les comités de surveillance (janvier 2011), et celle d’Ivry, Enseigner la Révolution (mars 2011), ont été évoquées dans le rapport moral précédent, qui avait souligné leur succès (notamment le grand nombre de participants). L’enquête collective sur les comités de surveillance rassemblait à la fin de l’année 2011 27 participants et couvre 62 départements. Le recueil des actes de la journée de Besançon sort des presses au premier semestre 2012.

  • Plutôt qu’à un ouvrage spécifique, la journée Enseigner la Révolution donnera lieu à des publications multiples sur des supports adaptés aux différents contenus, dans Historiens-Géographes et sur le site de la Société.

  • Le colloque « Extrême » ? Identités partisanes et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe s.), objet d’un partenariat entre le GRHis (Université de Rouen), la Société et l’IHRF (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), codirigé par trois membres de la Société (Michel Biard, Bernard Gainot et Pierre Serna, auxquels était associé Paul Pasteur), s’est tenu à l’Université de Rouen les 11,12 et 13 mai 2011. Il a rassemblé une trentaine de chercheurs et là encore un public important. Les textes ont été réunis dès avant l’été, mis en forme et retravaillés ; les actes seront publiés au début de 2012 par les Presses Universitaires de Rennes, avec le soutien du GRHis et de l’IHRF.

  • Les 5 et 6 septembre 2011, la Société, le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de l’Université Blaise-Pascal et l’IHRF (Université Paris I) ont été associés pour le colloque Les nuits de la Révolution française, qui s’est déroulé à Clermont-Ferrand, avec ici aussi un succès public. Les participants au colloque ont pu visiter l’exposition réalisée au Musée de Veygoux (maison du général Desaix, dans les Combrailles auvergnates) en association avec la Société. Cette exposition, coordonnée par Philippe Bourdin et Michel Biard, entendait être une mise en images de thèmes abordés dans le livre collectif paru chez Tallandier, La Révolution française. Une histoire toujours vivante (Michel Biard, dir.). La publication des actes du colloque se fera aux Presses Universitaires Blaise-Pascal.

  • Les 21, 22 et 23 mars 2012, la Société est, avec l’Université Stendhal de Grenoble et l’UMR LIRE (CNRS), l’un des partenaires du colloque organisé au musée de Vizille, Mythologies contemporaines : Révolution française et cultures populaires dans le monde d’aujourd’hui, rencontre internationale placée sous la direction de Martial Poirson.

  • Les 20 et 21 septembre 2012, la Société, en partenariat avec l’ANR Actapol (Universités de Clermont-Ferrand, Lille, Rouen) et l’IHRF (Université Paris I), organisera un grand colloque destiné à marquer le 220e anniversaire de la Première République, sous le titre Entrer en république. Ce colloque sera composé de deux journées, la première réservées aux idées, représentations et premiers débats de l’été et l’automne 1792 ; la seconde consacrée aux membres de la Convention, ces représentants du peuple qui, pour paraphraser Timothy Tackett, « sont devenus républicains ».

  • Un nouveau projet de livre collectif est actuellement en cours de réalisation, sous la direction de Michel Biard et Philippe Bourdin. Composé d’une quinzaine de contributions, il sera consacré à Maximilien Robespierre et publié aux Éditions Armand Colin (sortie prévue à l’automne 2012). Comme pour La Révolution française. Une histoire toujours vivante, publié en 2010 aux Éditions Tallandier, les auteurs ont décidé collectivement d’abandonner leurs droits au profit de la Société, pour permettre à celle-ci d’engager d’autres travaux. Parallèlement à ce projet, les comités des AHRF ont demandé à Michel Biard de coordonner un numéro spécial de la revue (le n° 1-2013) qui sera lui aussi réservé à Robespierre. Les deux initiatives visent à répondre à une demande qui nous a été faite au moment de la souscription pour l’achat des manuscrits, mais ce sont deux projets de nature différente. Le premier entend s’adresser à un large public, tout comme cela avait déjà été le cas pour l’ouvrage collectif publié chez Tallandier, tandis que le second sera composé de textes plus « pointus » et offrira une part importante à des auteurs étrangers.

  • À la suite de la journée d’étude Enseigner la Révolution française, la Société prend aujourd’hui le pari, sous la direction de Philippe Bourdin et de Cyril Triolaire, de composer un ouvrage scientifique et pédagogique de référence sur la Révolution française et l’Empire destiné aux professeurs du second degré, enseignant en collège et en lycée. La récente redéfinition des programmes des classes de 4ème et de 2nde, au cours desquelles l’expérience révolutionnaire est abordée, nécessite d’être étudiée de près afin de proposer aux enseignants autant un précis clair, à jour des éclairages historiographiques les plus récents, que des documents de travail inédits et commentés, prêts à être exploités en classe. L’ouvrage entend à la fois présenter de manière critique les nouvelles orientations des programmes, faire un bilan des chapitres proposés dans les nouveaux manuels scolaires, appréhender chacun des grands thèmes officiellement programmés, notamment à travers le prisme, obligatoire, de l’histoire des arts. Ce volume, qui pourrait être proposé à A. Colin, devrait être prêt pour la fin de l’automne 2012 afin que sa sortie publique puisse être envisagée au premier trimestre 2013.

III. Publications 2011

  • Collection « Études révolutionnaires » : La Révolution française au miroir des recherches actuelles, sous la direction de Cyril Triolaire, actes du colloque organisé à Ivry-sur-Seine les 15 et 16 juin 2010, volume sorti des presses en novembre 2011.

  • Collection « Études révolutionnaires » : Les comités de surveillance. D’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, sous la direction de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, actes de la journée d’étude de Besançon, volume sorti des presses au premier semestre 2012.

  • Prix de thèse Albert Mathiez 2010 : la thèse de Laurent Brassart (État-Nation, pouvoirs locaux et comportements collectifs dans le département de l’Aisne, 1792-1795), a été choisie par le jury le 30 janvier 2010. Laurent Brassart a remanié son texte pour répondre aux normes de la Société. L’ouvrage doit paraître en 2012.

  • Annales historiques de la Révolution française : Pour celles-ci, l’année 2011 a été celle d’un changement de l’équipe de rédaction et du comité de lecture, à compter du n° 3. Hervé Leuwers, ancien rédacteur en chef, a pris la succession de Michel Biard à la direction de la revue, tandis que la rédaction en chef est désormais assurée par Annie Crépin, ancienne secrétaire de rédaction ; l’élaboration des numéros est désormais accomplie avec le concours de quatre secrétaires de rédaction (Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau et Karine Rance). Quant au comité de lecture, il a été légèrement remanié, mais compte toujours quatorze membres, dont cinq universitaires étrangers (Marc Belissa, Laurent Brassart, Patrice Bret, Paul Chopelin, Marc Deleplace, Maria Pia Donato, Annie Duprat, Dominique Godineau, Martine Lapied, Rolf Reichardt, Lluis Roura, Xavier Rousseaux, Pierre Serna, Alexandre Tchoudinov).

Comme ces dernières années, l’élaboration des quatre numéros annuels, puis leur édition et leur livraison par A. Colin, ont pu s’opérer sans retard, le n° 4-2011 ayant été livré aux abonnés dans les derniers jours de décembre. Ensemble, ces quatre livraisons représentent les traditionnelles 1 000 pages annuelles, qui se répartissent de la manière suivante : 256 pages pour le n° 1, 288 pour le n° 2, 240 pour le n° 3 et 216 pour le numéro 4, ce dernier devant s’ajuster au nombre de pages disponibles à l’issue de l’année de publication.

Deux numéros de varia (n° 2 et 4) ont, comme d’usage, alterné avec deux numéros spéciaux (n° 1 et 3) qui, cette année, ont formé une sorte de diptyque américain. Au premier de ces numéros (2011-1), consacré à « L’Amérique du Nord à l’époque de la Révolution française », préparé sous la direction de Carla Hesse et Timothy Tackett, répond ainsi le second sur « Lumières et Révolutions en Amérique latine » (2011-3), dirigé par Patrice Bret et Annie Duprat. Logiquement très ouverts à la recherche internationale, ces numéros ont compté une introduction et huit articles pour le premier, et une introduction et sept contributions pour le second, dont de nombreux textes issus d’historiens étrangers : dans le numéro sur l’Amérique du Nord, cinq des huit articles sont écrits par des universitaires de langue anglaise (Américains, Canadiens), tandis que le numéro sur l’Amérique latine donne la priorité aux auteurs de langue espagnole ou portugaise (Mexique, Colombie, Brésil), qui ont écrit ou co-écrit quatre des sept contributions.

Aux quinze articles des numéros spéciaux s’ajoutent treize articles de varia, principalement rédigés par des historiens, mais également par des historiens du droit (Ahmed Slimani, Stéphane Baudens) ou des philosophes (Stéphanie Roza). À la différence des numéros spéciaux, les deux numéros de varia ont plus spécifiquement porté sur les événements de France, même si deux articles abordent certains aspects de l’histoire espagnole en lien avec les révolutions de la fin du XVIIIsiècle et de l’Empire. Quant aux autres articles de varia, ils proposent des lectures politiques, juridiques, culturelles, sociales ou philosophiques de l’événement.

Ce travail d’ouverture disciplinaire et d’internationalisation du regard, qui a permis cette année la publication de dix articles d’auteurs étrangers (sur vingt-huit publiés), se poursuivra en 2012, notamment par l’intermédiaire de numéros spéciaux consacrés à « Théâtre et révolutions » (2012-1, dir. Philippe Bourdin) et à « L’image de l’ennemi à l’époque des guerres napoléoniennes » (2012-3, dir. Alexandre Tchoudinov). Rappelons que les articles sélectionnés le sont à l’issue d’un examen par trois rapporteurs, qui a conduit cette année à quatre refus et à sept demandes de modifications importantes, dont cinq sont encore en attente de réception à la fin de 2011.

L’objectif des AHRF est également de se faire l’écho de l’actualité scientifique, au travers d’un ensemble de rubriques qui permettent la publication de documents (« Sources »), de rendre compte d’événements culturels et scientifiques (« Échos révolutionnaires », « Annonces »), ou de susciter le débat sur des thématiques au cœur de l’historiographie ; chaque numéro de varia a ainsi compris une rubrique « Regards croisés » qui, cette année, a été consacrée à la notion de « république » dans le 2011-2 (Pierre Serna, dir., avec Dan Edelstein, Andrew Jainchill, Frédéric Régent, Anne Simonin) et à celle de « guerre totale » dans le 2011-4 (Annie Crépin, Bernard Gainot, dir., avec David Bell, Hervé Drévillon, Olivier Forcade). L’actualité de la recherche est également au cœur de l’importante rubrique « Comptes rendus », qui a permis la recension de soixante-neuf ouvrages, dont onze en langue étrangère (anglais, portugais, espagnol, russe).

Après diverses précisions, le rapport moral est adopté à l’unanimité

Présentation des comptes pour 2011

Le budget de la Société se divise pour l’exercice 2011 en quatre lignes : fonctionnement, éditions, sauvegarde des manuscrits de Robespierre et Lebas (souscription nationale à l’initiative de la SER) et AHRF.

Le budget de fonctionnement de la Société est déficitaire pour l’exercice 2011 de 798,01 €, les produits se montant à 4 249 € et les charges s’élevant elles à 5 047, 01 €. Ce déficit s’explique par une hausse des frais de fonctionnement courant (trésorerie et secrétariat) ainsi que par l’apparition de nouvelles charges bancaires par la Banque postale. Les cotisations représentent l’immense part des produits et se décomposent en 1 000 € de provision sur charge sur le reversement des cotisations 2011 (versé par anticipation par A. Colin en vertu du contrat le liant à la Société), 2 652 € de parts-cotisations de l’année 2010 et 397 € de régularisation d’anciens abonnés. Les ressources complémentaires perçues se limitent à 200 € de dons ; cette ligne pourrait être augmentée au cours de l’exercice suivant si la Société se donne les moyens de solliciter les particuliers mobilisés à l’occasion de la souscription nationale en faveur de la sauvegarde des manuscrits Robespierre et Lebas. Les charges courantes de la Société sont en augmentation. Les charges liées aux réunions du bureau et du conseil d’administration enregistrent une légère hausse et se montent à 2 758, 79 € (contre 2 470, 92 € en 2010 et pour rappel 1 959, 28 € en 2009) ; celle-ci s’explique par l’assiduité des membres du bureau à ses réunions. Les frais liés au fonctionnement du secrétariat et de la trésorerie s’élèvent à 866, 67 € (contre 274, 65 € en 2010) ; cette augmentation se justifie en partie par le règlement de factures de 2010 sur le budget de 2011. Pour la deuxième année consécutive, l’enveloppe allouée au groupe travaillant sur les comités de surveillance n’a pas été utilisée du fait que ses membres appartiennent également au bureau ou au CA et se réunissent habituellement les mêmes jours et au même endroit que ceux-ci. 855, 37 € ont été consacrés à l’animation et au développement du site internet de la Société (renouvellement des noms de domaine, hébergement) ainsi qu’à la mise en place de la nouvelle boutique électronique etudes-revolutionnaires.org (intervention d’une entreprise spécialisée extérieure, l’agence NOVA, pour le paramétrage du système de paiement sécurisé en ligne). Ponctuent cette liste de charges 289, 37 € de frais bancaires et 276, 81 € d’assurance.

Dans la lignée de l’exercice précédent, le bilan 2 011 des éditions de la Société est positif et montre des signes encourageants pour la promotion et la vente de ses publications. Ses sociétaires doivent toutefois impérativement réfléchir à une politique de diffusion claire et durable ; une réflexion doit être conduite collectivement par le CA et mise en œuvre activement par un ou plusieurs de ses membres. Les relations chaotiques entretenues avec le diffuseur de la Société, la SODIS, et les chiffres de vente limités fournis par celle-ci, doivent interpeller le CA. La ligne budgétaire offre un excédent de 2 883 €.

Les ventes des publications de la Société sont un motif réel de satisfaction. Alors même que le produit des ventes CTHS/SODIS de 2010-2011 n’a pas été touché au terme de l’exercice (évalué à 1 500 € d’après relevés), le solde des ventes directes s’élève à 9 145, 30 € (contre 7 326 € en 2010). Celui-ci se répartit entre les ventes directes classiques (7125, 30 € dont 20 % réalisés lors des journées d’études, colloques et rencontres) et les ventes directes électroniques (2020, 22 €) ; notons le chiffre très intéressant obtenu grâce aux ventes effectuées depuis notre site etudes-revolutionnaires.org en seulement deux mois et demi de fonctionnement (ouverture mi-octobre 2011). Ces chiffres sont supérieurs aux prévisions initiales de l’exercice. Les partenariats de diffusion, reproduction et d’exploitation des éditions (collections, AHRF) contractés ces dernières années assurent des rentrées d’argent stables et pérennes à la Société. Ainsi, en 2011, ProQuest rapporte 1 974,47 € à la Société (soit 400 € de plus que lors de l’exercice précédent), Schmidt Periodicals 20 € (contre 124,40 € en 2010), le Centre Français d’exploitation du droit de Copie 466, 19 €. Espérons que le partenariat passé avec Nouveau Monde Éditions (plateforme diffusant aux institutions, sous forme de « bouquets », les versions numérisées de l’immense partie des ouvrages anciens de la Société) porte à son tour ses fruits en 2012 (commercialisation de l’offre débutée en septembre). Notons que le Centre d’Exportation du Livre Français, placé en liquidation, ne sursoit plus aux demandes de la Société. Cette dernière a aussi perçu 1 548, 99 € de Tallandier, somme valant pour reversement de la part des droits d’auteurs cédés dans le cadre de la diffusion de l’ouvrage collectif La Révolution française Une histoire toujours vivante. Enfin 400 € ont été versés par l’IRHIS (Lille 3) au titre du soutien financier apporté à la journée d’étude Enseigner la Révolution (en outre, 500 € promis par l’IHRF au titre de la même manifestation devraient également être portés au budget 2012).

Les charges se partagent pour l’exercice 2011 entre les subventions accordées aux manifestations organisées par la Société ou auxquelles celle-ci s’est associée : 732, 40 € pour la journée d’étude sur les Comités de surveillance à l’IUFM de Besançon (initialement prévue à l’automne 2010, finalement tenue en janvier 2011), 1 127, 65 € pour la journée d’étude Enseigner la Révolution française à Ivry-sur-Seine, 1 000 € pour le colloque Extrême ? à l’université de Rouen, 1 500 € pour le colloque sur les Nuits de la Révolution française à Clermont-Ferrand. La publication des actes du colloque La Révolution française au miroir des recherches actuelles a coûté 3 149, 74 € à la Société (tirage à 250 exemplaires). La location d’un local pour la gestion du stock des collections anciennes de la Société compte pour 1 200 € ; le routage des commandes se monte lui à 1 038, 90 €. Enfin deux lignes supplémentaires complètent ce tableau : 750 € versés à Schmidt Periodicals pour reconstitution de deux collections patrimoniales complètes des AHRF (fin de l’opération engagée en 2010) et 174, 08 € réglés à la Bridgman Library pour droits d’image (couverture Prix Mathiez Legoy).

La souscription nationale lancée à l’initiative de la Société en faveur de la sauvegarde des manuscrits inédits de Robespierre et de Lebas mis aux enchères au printemps 2011 a rencontré un réel succès ; cette opération financière ne sera définitivement bouclée que dans le courant de l’exercice 2012, et ce, dès lors que le Ministère de la Culture et de la Communication aura touché effectivement le chèque de souscription remis à son représentant lors de la fête fraternelle et républicaine organisée le 5 novembre à Ivry-sur-Seine. Le bilan budgétaire de cette souscription est donc faussement positif ; il sera mécaniquement rééquilibré au cours de l’année 2012. Au total 1 14 942, 02 € ont été versés à la Société ; notons que les 10 000 € promis par le conseil scientifique de l’université Paris 1 ont directement été versés au Ministère. Après demande auprès de celui-ci pour l’organisation de la cérémonie publique du 5 novembre à Ivry-sur-Seine, une promesse de subvention (3 000 €) a été faite à la Société ; elle devrait être perçue en 2012. Les charges correspondant à la mise en œuvre de cette souscription exceptionnelle et à l’organisation de la fête républicaine se répartissent en : 415, 18 € de transport (aller-retour à Paris des principaux acteurs des dépouillements des enveloppes de dons), 1 594, 61 € de frais de bureau (traitement des chèques, édition et envoi des reçus fiscaux…) et 3 000 € de traiteur. Le chèque remis au représentant du Ministère à Ivry s’élève à 118 490, 20 €. La participation de la Société, sur ses fonds propres, est incluse dans la somme versée au Ministère ; elle s’élève à 3 548, 18 €. La Société avait promis d’engager une somme de 5 000 € ; tous les frais incontournables, liés à la conduite et à la gestion de la souscription étant restés à sa charge (2 009, 79 €), la Société a déboursé la somme de 5 557, 97 € (soit 11 % de plus que la somme initialement annoncée).

Le bilan de la publication et de la vente des Annales historiques de la Révolution française est, quant à lui, largement positif de 5 895, 96 €. Les produits se montent à 8 000 € et les charges à 2 104, 04 €. Les rentrées financières relatives à la revue correspondent aux provisions sur charges annuelles de 6 000 € et au reversement (régularisation) par l’éditeur de la subvention CNL de 2010 d’une valeur de 2 000 € ; rappelons que les subventions du CNRS et du CNL pour 2011 n’ont pas été versées au cours de l’exercice. Elles le seront sous la forme d’une régularisation exceptionnelle au cours du premier trimestre 2012. Les frais généraux et ceux liés à la traduction de plusieurs articles proposés en langues étrangères se montent quant à eux à 2 104, 04 €.

A. Colin a reçu à la fin de 2011 (et a donné copie à la Société) un courrier du CNL qui annonce la fin de son aide annuelle, arguant de ce que les comptes de la revue sont équilibrés et que sa « subvention traditionnelle au fonctionnement ne paraît plus adaptée ». Le CNL promet d’examiner d’éventuels « projets de développement de grande ampleur, courant sur un, deux ou trois ans » et faisant l’objet d’un budget prévisionnel spécifique, charge à A. Colin de déposer un dossier à ce sujet.

Le bilan de l’exercice 2011 des activités de la Société des études robespierristes présente un solde positif de 117 913, 36 €. Le fonds de réserve au 31 décembre 2011 se monte à 157 960, 49 €. Sont disponibles au 1er janvier 2012 : 157 960, 49 € moins 8 009, 21 € (fonds bloqués statutairement) = 149 951, 28 € (140 946, 59 € sur compte-courant plus 9 004, 69 € sur livret titre).

Rapporté à un bilan tenant compte de l’enregistrement du chèque de souscription par le ministère de la Culture et de la Communication (118 490, 20 €), l’exercice 2011 des activités de la Société des études robespierristes présenterait un déficit de 376, 62 € (total des produits : 22 456, 39 € ; total des charges : 22 833, 01 €). Dans ce cas précis, le fonds de réserve au 31 décembre 2011 se monterait à 39 470, 29 €. Seraient disponibles au 1er janvier 2012 : 39 470, 29 € moins 8 009, 21 € (fonds bloqués statutairement) = 31 461, 08 € (22 456, 39 € sur compte-courant plus 9 004, 69 € sur livret titre).

Budget prévisionnel pour 2011

Image 1.jpg

Budget prévisionnel pour 2012

Image 2.jpg

Questions diverses

Concernant les projets, en particulier le programme d’action pour 2012, des discussions très animées portent sur :

  • La faible présence des femmes (1/15) parmi les auteurs du projet de livre « grand public » sur Robespierre, ce qui entraîne un débat à la fois plus général et plus animé sur la féminisation des responsabilités dans la Société.

  • Les choix faits par le Bureau et le CA pour la publication du volume 12 des Œuvres complètes (Annie Geffroy) et pour d’éventuels volumes suivants (à préciser), et que conteste Florence Gauthier.

  • La façon de faire aboutir le projet Enseigner la Révolution, entraînant discussion sur la possibilité de respecter le cadre des programmes actuels du secondaire, susceptibles de changements rapides.

  • La difficulté à réagir de façon collective plutôt qu’institutionnelle dans des circonstances comme la récente émission de FR3 sur la Vendée, en utilisant les moyens modernes. Après discussion, une commission est désignée pour rédiger un communiqué (en ligne sur le site le surlendemain).

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org