Navigation – Plan du site
Vie de la société

Procès-verbal du conseil d’administration de la Société des études robespierristes

Séance du samedi 2 juin 2012
p. 229-232

Présents : Serge Aberdam, Serge Bianchi, Michel Biard, Pascal Dupuy, Dominique Godineau, Anne Jollet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers, Julien Louvrier, Danièle Pingué, Jean-Paul Rothiot, Cyril Triolaire.

Représentés : Annie Crépin, Jean-Numa Ducange, Bernard Gainot, Martine Lapied.

Excusés : Philippe Bourdin, Malcolm Crook, Annie Duprat, Pierre Serna

La séance est ouverte à 14h35 dans le nouveau local de la SER, à Ivry sur Seine. Le CA approuve à l’unanimité le procès-verbal de la réunion du 21 janvier 2012. L’ordre du jour, légèrement modifié, est examiné comme suit.

Nos éditions, bilan de situation et perspectives d’avenir

Julien Louvrier présente un rapport sur nos éditions, longuement préparé pendant les mois précédents et discuté au Bureau du 11 mai. Il souligne en particulier le problème posé par les ISBN multiples, y compris dans les versions numérisées, avec des cas de commandes impossibles à partir d’ELECTRE. Une discussion rebondit à partir de ce point sur l’opportunité de conserver ou non une diffusion par le canal de la SODIS à qui nous ne sommes liés que par le CTHS (contrat 2001), ce qui complique réellement nos rapports et n’occasionne que peu de publicité. Serge Bianchi donne à ce sujet des informations qui pourraient être rassurantes, même s’il reste possible pour l’avenir d’envisager d’adhérer à un organisme d’auto diffusion de type coopératif.

Dans l’immédiat, il faut déjà s’assurer des conditions dans lesquelles nos nouveautés (par exemple le volume des Études révolutionnaires sur les Comités de surveillance) sont bien envoyées par Diazo à la SODIS. La suite du travail d’édition suppose la mise en place d’une plaquette-catalogue couleur accessible en ligne et papier, en français et anglais.

Quelle serait la place des Œuvres complètes de Robespierre dans ce schéma ? Les délais de production des mini-séries donnent des livraisons par à-coup.

Une double décision est prise. D'une part, Julien Louvrier devient notre « Monsieur publications » (éditions, diffusion, etc.), avec la charge immédiate de faire un état des lieux de notre partenariat avec la SODIS (CTHS, avec l’aide de Serge Bianchi) qui nous permette ensuite de nous réorganiser tant pour le fonds existant que pour les publications à venir. D'autre part, nous avons demandé à Paul Chopelin de bien vouloir remplacer Julien Louvrier pour superviser le site.

Le nouveau local

Le secrétaire présente les conditions très favorables dans lesquelles ce local de 30 m² a été mis à la disposition de la société par la municipalité d’Ivry, avec l’usage d’une cave et surtout d’une salle de réunion partagée (25 places). Ce local est d’ores et déjà assuré à la MAIF et une convention d’occupation sera ultérieurement signée. Il s’agit d’un ancien presbytère (XVIIsiècle ?) qui a connu bien des utilisations. Les associations d’anciens combattants ou déportés qui l’occupent commencent à passer la main dans ce qui deviendra probablement une « Maison de la mémoire » et où nous aimerions cohabiter également à terme avec d’autres associations un peu analogues. Sa disponibilité permet d’y tenir dans de bonnes conditions toutes sortes de réunions, y compris longues, ou bien des sessions de formation.

L’initiative « Entrer en République (20 au 21 septembre 2012)

Une rapide présentation est faite de la double initiative, colloque et cérémonie, le premier (deux jours) en étroite collaboration avec les universités (comité d’organisation), la seconde dans l’espace commémoratif sous notre responsabilité comme société de pensée. Cette double initiative traduit la volonté de « créer » un événement, de répondre aux sollicitations reçues pendant l’épisode des papiers Robespierre Lebas, tout en ouvrant largement aussi bien le colloque que la cérémonie, dont il est clair qu’une fois le principe admis, sa concrétisation évoluera jusqu’à la dernière minute. Examen est fait des mesures pratiques, des autorités à joindre, dans le souci des équilibres qu’il faudrait respecter et dont on ignore s’ils le seront. Une adresse mail commune sera mise en place pour les inscriptions.

Le prix Albert Mathiez 2013

Le calendrier est présenté et commenté afin que les documents (appel à candidature et règlement) puissent être diffusés dès la rentrée universitaire, après adoption définitive (textes joints à relire attentivement, en particulier la question des copies de thèse sous forme électronique). La date de clôture est fixée au 1er mars 2013.

Choix du jury : en examinant la liste du comité scientifique, récemment complétée, le CA donne mandat au président pour solliciter une liste d’éventuels membres du jury, dont la liste finale sera publiée au présent procès-verbal : Sylvie Aprile, Allan Forrest, Jean-Pierre Gross, Jacques Guilhaumou, Jean-Louis Halpérin, plus le président, soit les six personnes prévues.

Logo : fréquemment employé, notre logo commun, le porteur de banderole « Vivre libre ou mourir », ne précise pourtant ni le nom de la société ni celui de la revue. La modification sera faite au plus tôt.

Suivi des projets en cours

Publication du précédent prix Albert Mathiez : Jean-Paul Rothiot se tient prêt dès juin à commencer le travail de révision préalable à l’envoi chez l’imprimeur. Le département de l’Aisne s’étant porté acquéreur d’un certain nombre d’exemplaires, diverses initiatives sont envisagées pour élargir localement la diffusion.

Le colloque Extrêmes ? est sorti en mai 2012 aux Presses universitaires de Rennes. Les délais ont donc été très courts (un an exactement).

Le colloque Héros et héroïnes est sorti également en mai au CTHS, quoiqu’avec des délais plus longs. Une courte discussion a lieu entre le président et Serge Bianchi sur les responsabilités prise par ce dernier quant aux choix faits pour les signatures et les textes finalement retenus. Serge Bianchi explique ses choix.

Le volume Robespierre portrait croisé, prévu chez A. Colin, est complet. Il devrait être disponible, avant mise en vente, lors du colloque de septembre.

Le volume Enseigner la Révolution, prévu chez A. Colin sous la responsabilité de Philippe Bourdin et Cyril Triolaire avance. Une brève discussion porte sur son découpage, nettement original. Les tapuscrits doivent être rendus le 31 décembre 2012 au plus tard. Les responsables iront d’ici quinze jours conclure l’accord avec l’éditeur. Ce dernier semble aussi intéressé par la composition de ce volume (le « concept ») que par sa parution isolée.

Le colloque Nuits révolutionnaires s’est tenu à Clermont-Ferrand.

Le secrétaire présente le projet adressé par Annie Crépin d’une journée d’étude commune à venir avec la Société de 1848, consacrée au prochain bicentenaire des Restaurations de 1814-1815, en tenant compte des priorités de la société de 1848 qui, sur ce sujet, va d’abord publier un des numéros de sa revue. Ce projet, encore un peu lointain dans le temps, n’appelle pas de remarque particulière et le CA donne son accord.

L’équipe « Comités de surveillance », après le succès de la journée tenue le 30 mars à Poitiers et avant une rencontre rennaise prévue en 2015, envisage un stage sur l’informatisation des sources. Il est proposé que ce stage puisse avoir lieu à Ivry. Le budget qui avait été prévu pour cette équipe reste disponible.

Une discussion exploratoire porte sur notre capacité de tenir une « table » aux Rencontres de Blois, du 18 au 21 octobre prochain, dont le thème est largement rural. On s’oriente plutôt, étant donné l’état des forces disponibles, vers un dépôt de volumes dans un stand ami.

Une autre discussion exploratoire porte sur notre capacité à aider réellement à la création de « sociétés sœurs » dans des villes où existent des demandes en ce sens.

Adhésions : Anne Jollet et Dominique Godineau font état du désir d’adhérer de plusieurs de leurs étudiants

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org