Navigation – Plan du site
Introduction

« Vivre la Révolution »

Annie Duprat et Éric Saunier
p. 3-10

Texte intégral

  • 1 Voir le site www.ecritsduforprive.fr.
  • 2 Frédéric Le play, Paysans en communauté du Lavedan (Haute-Pyrénées/France), 1857.
  • 3 Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, Au plus près du secret des cœurs. Nouvelles lectures (...)
  • 4 Michel Cassan, Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé. Objets m (...)

1« Vivre la Révolution ». Ce titre résume notre ambition pour ce numéro thématique des AHRF : mieux appréhender les apports des écrits du for privé dans les recherches sur la Révolution française. En effet, l’historiographie récente fait apparaître que, bien que de nombreux chercheurs aient investi le champ des écrits personnels non destinés à publication, la Révolution n’y était guère représentée. Sans doute avions-nous délaissé ces sources, bien à l’abri derrière les publications du premier XIXe siècle (la collection Baudoin, Mémoires relatifs à la Révolution française, 1821) et la collection « Le Temps retrouvé » du Mercure de France. En 2003, sous l’impulsion de Jean-Pierre Bardet et de François-Joseph Ruggiu, un projet national de recherches, labellisé par le CNRS (GDR 2949), se met en place. À présent clos, ce GDR aura marqué son temps, comme en témoigne la publication de plusieurs colloques organisés dans ce cadre et la constitution d’une bibliothèque numérique consultable sur un site internet dédié1. Pourtant, rappelons que la quête des égo-documents avait été investie dès le milieu du XIXe siècle par l’école de sociologie de Frédéric Le Play2 qui lança une première recension des livres de famille dont les acquis impressionnent. Un siècle et demi plus tard, lors de la publication du premier ouvrage issu des travaux du Gdr 2949, Au plus près du secret des cœurs, la compréhension des règles d’écriture des écrits de l’intime apparaît conjointement avec l’étude des solidarités, du secret des corps et du sentiment religieux3. Ces pistes étaient encore inexplorées au moment du déclenchement de l’enquête en 2003 ; elles ont nécessité une réflexion approfondie sur la capacité de ces textes à participer à la construction de l’individu dans sa relation avec la communauté. Plusieurs autres publications ont précisé les acquis de ce programme scientifique qui se caractérise aussi par une intégration au cadre européen de la recherche et par l’affirmation d’une démarche interdisciplinaire grâce à la contribution active, à côté des historiens, des littéraires, des sociologues et (plus récemment) des linguistes4.

  • 5 Parmi les six publications majeures du Gdr depuis 2005, on ne trouve que trois contributions ayant (...)
  • 6 Alain Lottin, Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979 ; no (...)
  • 7 Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au XVIIIesiècle, présenté par Daniel Ro (...)
  • 8 Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, H (...)
  • 9 Jean-Claude Kauffmann, L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Paris, A. Colin, 2004.
  • 10 Michel Vovelle, L’irrésistible ascension de Joseph Sec bourgeois d’Aix. Quelques clés pour l’histoi (...)
  • 11 Id, La mentalité révolutionnaire, Paris, Éditions sociales, p. 191-226.

2Toutefois, dans ce contexte général, on ne peut que remarquer la discrétion des études révolutionnaires qui n’ont pas trouvé leur place dans ce mouvement de la recherche et de la réflexion historiographiques5. Cette discrétion est singulière. Le programme de recherche du Gdr 2949 préconisait en effet dès son origine une approche des écrits du for privé sans a priori, comme une prise de parole directe et sans intermédiaire, démarche qui aurait dû attirer particulièrement des historiens de la Révolution familiarisés à ce type de confrontation par le biais du travail sur les cahiers de doléances par exemple. Il s’agissait de dépasser les orientations suggérées par les premières études fondées sur l’exploitation d’égo-documents – on pense aux ouvrages sur l’ouvrier lillois Pierre-Ignace Chavatte6 ou sur le vitrier parisien Jacques-Louis Ménétra7- qui avaient centré leur propos autour de la seule perspective d’histoire sociale des classes populaires. Ce nouvel intérêt pour les témoignages d’individus ayant rarement laissé de traces s’inscrit dans la lignée des travaux sur l’émotion et le sensible ainsi que dans l’affaiblissement des grands paradigmes idéologiques comme explication de l’Histoire8. Ces écrits sont tous diffusés avec un appareil critique, avec des sources archivistiques permettant d’historiciser le concept d’identité dont le succès a suivi la montée d’une histoire attentive aux destins individuels9. La discrétion des études révolutionnaires est étonnante quand on se souvient du rôle que les historiens de la Révolution ont joué dans l’élaboration du concept de « mentalité révolutionnaire ». Étudiant l’odyssée du menuisier Joseph Sec10, Michel Vovelle a inscrit sa réflexion à partir des voies explorées par Georges Lefebvre11. Aujourd’hui, Sylvie Mouysset, dans la contribution qui ouvre ce volume, rappelle l’importance des émotions, comme le sentiment de peur reflété dans les textes qu’elle nous présente. Le regain des études sur les égo-documents joue un rôle à la fois décisif et précurseur dans ce tournant historiographique de l’histoire des individus.

  • 12 Joël cornette, Un révolutionnaire ordinaire. Benoit Lacombe, négociant, 1759-1819, Seyssel, Champ V (...)
  • 13 Jean-Baptiste Louvet, Mémoires. Quelques notices pour l’histoire et le récit de mes périls depuis l (...)
  • 14 Natalie Petiteau, Écrire la mémoire. Les mémorialistes de la Révolution et de l’Empire, Paris, Les (...)
  • 15 Jean-Luc Chappey, « La révolution dans l’ère du soupçon. L’enjeu des mémoires révolutionnaires », C (...)

3Dès la fin des années 1980, Joël Cornette a étudié le négociant bordelais Benoit Lacombe à partir de l’exploitation de 4 000 lettres personnelles12 ; son projet était d’éclairer l’itinéraire d’un prototype des 100 000 notables de l’Empire étudiés par Louis Bergeron. Ces travaux offraient aux études révolutionnaires de belles espérances pour tirer le meilleur d’un travail d’analyse sur les écrits du for privé. Michel Vovelle, en invitant les chercheurs à visiter toutes les sources pour voir « la façon dont la Révolution est vécue, rêvée et reconstruite13 » par ses protagonistes lançait d’ailleurs un appel à explorer de fond en comble ces textes pour mieux saisir les façons dont les Français avaient pu « vivre la Révolution ». Toutefois, si l’étude de la sociabilité et de la fête révolutionnaire allait tirer les meilleurs bénéfices de l’impulsion donnée au chantier de la mentalité révolutionnaire, les historiens de la Révolution, comme le rappelle Natalie Petiteau dans son ouvrage récent sur les textes des mémorialistes de cette période14, sont restés plus réticents à répondre à cet appel à travailler spécifiquement sur les textes de l’intime. S’il est impossible ici d’examiner les raisons expliquant cette désaffection, on doit cependant y voir les effets conjugués des réticences bien connues des historiens de la Révolution face à l’étude de textes qui, par leur nature, font craindre un retour vers une approche psychologique dont l’œuvre d’Hippolyte Taine a montré les écueils ainsi que la timidité à investir un chantier jugé particulièrement abrasif en raison de la place occupée par les textes de témoignage dans la structuration des écoles historiques dans la seconde partie du XIXe siècle15. En d’autres termes, l’histoire de la Révolution française, bien que profondément renouvelée depuis le Bicentenaire, porte encore la marque de ses fractures idéologiques originelles.

  • 16 Voir Vincent Milliot, Un policier des Lumières, suivi de Mémoires de J.C.P. Lenoir…, Seyssel, Champ (...)
  • 17 Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayar (...)

4Après avoir lancé l’appel à contribution, nous avons reçu un nombre de propositions d’articles qui excédait, et de loin, le cadre d’un seul numéro thématique de la revue. Cet enthousiasme de la part de chercheurs le plus souvent assez jeunes, démontre à la fois la richesse et la variété des égo-documents et l’entrée de plain-pied des historiens de la Révolution française dans ce domaine. Nous avons réuni neuf articles de nature diverse, qui nous offrent tantôt les sentiments ressentis, tantôt les ressentiments exprimés, tantôt enfin la narration de la vie quotidienne durant la période, alors que la Révolution apparaît peu. Le premier (Sylvie Mouysset) réside dans la contribution originale que permet le travail sur les écrits du for privé pour cerner les ruptures culturelles provoquées par la crise révolutionnaire, des ruptures qui sont d’ailleurs perceptibles dans l’écriture même de ces textes. Partant de quelques écrits issus d’auteurs connus ou inconnus, de Madame Campan à Antoine-Jean Solier, bourgeois de Marseille chargé du ravitaillement, en passant par Pierre-Philippe Candy ou les mémoires de détention durant la Terreur rédigés par Cros de Rochefort, cet article montre que ce ne sont que rêves de meurtres, d’incendies et de brigandages. Placée à la suite, l’étude que propose Vincent Milliot des mémoires inachevés de l’ancien chef de la police parisienne Lenoir est un témoignage très fort des effets directs du vécu de la crise révolutionnaire sur les pratiques d’écriture16. En effet, les conséquences des traumatismes personnels liés à la Révolution font que le texte de Lenoir, voulu initialement comme une œuvre destinée à présenter l’histoire d’un métier sur le modèle des traités sur la police afin de défendre une profession décriée, devient au fil du temps un véritable écrit intime. Il se caractérise par une complexité matérielle et stylistique témoignant des perturbations occasionnées par la crise. Si elles ne se traduisent pas, loin s’en faut, par l’émergence de cette « écriture du chaos » dont Vincent Milliot dessine les contours, les « conversations épistolaires » de la comtesse de Pontgibaud analysées par Amandine Fauchon montrent aussi de façon convaincante la capacité de ces textes à exposer ces ruptures. De l’analyse des écrits de cette aristocrate appartenant au milieu de l’Émigration réfugiée sur les rives de l’Adriatique, on doit en effet moins retenir la tentative peu surprenante de reconstruire les formes de sociabilité salonnière de l’Ancien Régime17 que la volonté d’affirmer la séparation entre la société défunte et celle issue de la Révolution. La morgue dont font preuve ces aristocrates devant les nouvelles productions littéraires et le sentiment d’une décadence des lettres sont les manifestations les plus fortes de cette volonté. Les comportements révélés par la revue de presse pratiquée par le mercier Toussaint Bonvoisin pour rédiger des pages d’un Précis de la Révolution à destination de ses enfants sont un prisme privilégié pour saisir les ruptures, à l’instar de sa propension à faire émerger des pratiques novatrices, situées loin du chaos ou du rejet de la nouveauté qui caractérisent les textes de Lenoir et de la comtesse de Pontgibaud. Monarchiste et dévot, soucieux d’exprimer une nostalgie du règne de Louis XVI ayant correspondu à l’âge d’or de sa ville du Havre, Toussaint Bonvoisin, par le biais de sa revue de presse, accepte en effet au fil des dix années de l’écriture du Précis, et parfois à son insu, une politisation qui le transforme peu à peu, et cela bien que cela se fasse dans le secret du cabinet d’écriture, en militant actif soutenant la cause des royalistes.

5Les écrits nobiliaires défient toute catégorisation qui négligerait la contextualisation. De son étude des lettres de Madame de Villaines et de Madame de Pontgibaud, Amandine Fauchon révèle la sociabilité de la noblesse d’affaires durant les années post-révolutionnaires. En revanche, la démarche de Laure Lévêque face aux Lettres à Pauline de Gaston de Lévis, héritier d’une famille de la noblesse languedocienne liée à la famille royale, s’attache aux procédés d’écriture ; la rédaction de ces quelque 300 lettres s’étire de juin 1784 à décembre 1795. Lévis a siégé aux États généraux du côté de la noblesse avant d’être repoussé comme trop « à gauche » par son propre camp. Tel n’a pas été le cas de Robert de Saint-Vincent, parlementaire. Opposant à la monarchie absolue, le sévère janséniste défend la tolérance civile à l’égard des protestants mais refuse la réforme Lamoignon ainsi que tout assouplissement des règles de convocation des États généraux. Ses Mémoires, rédigés en émigration, et un fragment de sa correspondance permettent de retrouver la cohérence de l’individu et de son système. On comprend son désarroi, l’impression d’être trahi par les siens et sa perception de la Révolution comme le mal absolu, un immense complot jésuite. Dans le Mémoire d’un autre aristocrate, Jacques-François Brémond de Saint-Christol, écrit sous la Restauration, Valérie Sottocasa montre comment celui qui est devenu le chef d’une guérilla destinée à défendre l’autonomie du Comtat en 1790, pourchassé sans cesse, devient un homme considéré comme brutal alors que lui se voit comme un homme de conviction et de morale. Les actes de Saint-Christol rencontrent les actes de brigandage ordinaire.

6La relecture critique faite par Anne de Mathan des neuf Mémoires rédigés par des girondins en prison (Brissot et Mme Roland) ou en fuite (Buzot, Pétion, Barbaroux, Louvet, Isnard, Meillan et Riouffe) montre comment ces vaincus qui tentent de sauver leur honneur, présentent et se représentent leur rôle dans la Révolution, les causes du conflit avec la Montagne et de leur défaite, leurs épreuves intimes. Empreintes de l’héritage classique, ces confessions révèlent la cohésion d’une culture commune, moins différente de celle des montagnards qu’on ne l’a dit. David Plouviez nous ramène vers l’étude des affaires durant la Révolution en étudiant L’Exorde, un texte écrit par l’architecte-voyer Mathurin de Crucy, établi à Nantes à partir de 1780 et partie prenante d’une entreprise familiale de construction navale au service de l’État. Dans ce récit autobiographique, il détaille ses années de formation, son activité au service de la ville et sa participation dans la société L. Crucy frères jusqu’à la faillite de cette dernière et la mésentente qui en découle avec sa famille à la fin de l’Empire. Ce document de for privé permet de pénétrer l’intimité d’un des acteurs au cœur de l’effort de guerre navale de la Révolution et de l’Empire.

  • 18 La critique de l’utilisation des écrits du for privé en histoire repose essentiellement sur la défi (...)

7L’identité de la plupart des protagonistes présentés dans ce numéro, le mercier havrais Bonvoisin, le policier Lenoir, madame de Pontgibaud, mais aussi de l’ancien colonel des carabiniers Gaston de Lévis, le parlementaire frondeur des années prérévolutionnaires Robert de Saint-Vincent, appartiennent à la sanior pars de la société et leurs écrits privés sont majoritairement très hostiles à la Révolution française (dont ils sont souvent victimes d’ailleurs). Seuls les mémoires des girondins et le texte de l’armateur nantais Mathurin Crucy montrent des sympathies envers la Révolution. Outre la critique faite sur l’utilisation des écrits du for privé par une partie de l’historiographie depuis le début des années 199018, ce parti pris antirévolutionnaire de la plupart de ces textes limiterait-il la portée des enseignements à en tirer ? À cette question, naturellement soulevée, il faut répondre par la négative, cette particularité constituant au contraire le second et le plus important de leur intérêt. Parce que les textes écrits du for privé présentent la particularité de témoigner directement et souvent avec précision des raisons qui poussent des hommes ou des femmes à refuser la Révolution, ils permettent en effet de saisir la variété des fondements autour desquels repose la construction de leur identité d’antirévolutionnaire.

8Les textes du policier Lenoir (Vincent Milliot), qui cherche à défendre une profession attaquée, livrent à l’historien les mécanismes par le biais desquels se construit l’identité d’une profession ; ceux de Gaston de Lévis (Laure Lévêque), parce qu’ils éclairent les débats internes des consciences et mettent en lumière la dialectique du Moi et du Monde, permettent de saisir la construction d’une identité sociale marquée par une tension entre le désir de fidélité envers les valeurs nobiliaires traditionnelles et celui d’épouser celles des élites de la marchandise. Les Mémoires d’Émigration et la correspondance de Robert de Saint-Vincent (Monique Cottret et Valérie Guittienne-Mürger) nous montrent quant à eux la construction d’un Moi culturel fondé sur l’anti-jésuitisme. Enfin, le récit de vie du baron de Saint-Christol (Valérie Sottocasa), en mettant en exergue la sincérité d’un engagement politique situé loin des représentations véhiculées de l’historiographie, et les Mémoires des girondins à partir desquels Anne de Mathan montre la propension à historiciser leur rôle de députés, mettent en évidence le mode de construction d’une identité politique. À l’évidence, cette variété d’approches témoigne tout particulièrement de la richesse des perspectives ouvertes par ce chantier récemment investi pour l’histoire de la Révolution.

Haut de page

Notes

1 Voir le site www.ecritsduforprive.fr.

2 Frédéric Le play, Paysans en communauté du Lavedan (Haute-Pyrénées/France), 1857.

3 Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, Au plus près du secret des cœurs. Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, PUPS, 2005.

4 Michel Cassan, Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé. Objets matériels, objets édités, Pulim, Limoges, 2005 ; Jean-Pierre Bardet, Élisabeth Arnoul, François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2010 ; Sylvie Mouysset, Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu (dir.), Car c’est moy que je peins. Écriture de soi, individus et liens sociaux (Europe, XV-XXe siècles), Toulouse, Méridiennes, 2010.

5 Parmi les six publications majeures du Gdr depuis 2005, on ne trouve que trois contributions ayant trait à la période révolutionnaire. Outre la contribution pionnière d’Anne de Mathan au volume publié en 2005 (« Pour une autre histoire de la Terreur », p. 149-165), on trouve deux contributions sur la période révolutionnaire dans l’ouvrage dirigé par Sylvie Mouysset  en 2011 : Scarlett Beauvalet, « Louis-Marie-Auguste d’Estourmel (1754-1814) : espoirs et déceptions » et Christine Dousset, « De la gazette à l’intime : les lettres de madame de Livry à la présidente Dubourg (1763-1792) »  dans Sylvie Mouysset (dir.), Car c’est moys que je peins. Écritures de soi, individus et liens sociaux, op.cit., p. 104-113 et p. 163-172.

6 Alain Lottin, Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979 ; nouvelle édition exhaustive, Chronique mémorial des choses mémorables par moy Pierre-Ignace Chavatte (1657-1693). Le mémorial d'un humble tisserand lillois au Grand Siècle, présentée par Alain Lottin, Commission royale d'histoire, Bruxelles, 2010.

7 Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au XVIIIe siècle, présenté par Daniel Roche, Paris, Albin Michel, rééd. 1998.

8 Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 7-13 ; Alain corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 1998 ; Alain Corbin, historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000.

9 Jean-Claude Kauffmann, L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Paris, A. Colin, 2004.

10 Michel Vovelle, L’irrésistible ascension de Joseph Sec bourgeois d’Aix. Quelques clés pour l’histoire des naïfs, Aix-en-Provence, Edisud, 1975.

11 Id, La mentalité révolutionnaire, Paris, Éditions sociales, p. 191-226.

12 Joël cornette, Un révolutionnaire ordinaire. Benoit Lacombe, négociant, 1759-1819, Seyssel, Champ Vallon, coll. Époques, 1986.

13 Jean-Baptiste Louvet, Mémoires. Quelques notices pour l’histoire et le récit de mes périls depuis le 31 mai 1793, préface de Michel Vovelle, Paris, Desjonquères, 1988, p. II.

14 Natalie Petiteau, Écrire la mémoire. Les mémorialistes de la Révolution et de l’Empire, Paris, Les Indes savantes, 2012.

15 Jean-Luc Chappey, « La révolution dans l’ère du soupçon. L’enjeu des mémoires révolutionnaires », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°65, 96, p. 63-76.

16 Voir Vincent Milliot, Un policier des Lumières, suivi de Mémoires de J.C.P. Lenoir…, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

17 Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

18 La critique de l’utilisation des écrits du for privé en histoire repose essentiellement sur la défiance ressentie par certains historiens devant « la relative rareté de ces documents, [et à] l’étroitesse de l’éventail qu’ils proposent » (André Bruguière et Jacques Revel (dir.), Histoire de la France, volume 4. Histoire de la culture, Paris, 1993, p. 27). Formulée au milieu des années 1990, cette critique est cependant aujourd’hui affaiblie par la multiplication des travaux sur ces textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Duprat et Éric Saunier, « « Vivre la Révolution » », Annales historiques de la Révolution française, 373 | 2013, 3-10.

Référence électronique

Annie Duprat et Éric Saunier, « « Vivre la Révolution » », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 373 | juillet-septembre 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12846

Haut de page

Auteurs

Annie Duprat

Université de Cergy-Pontoise
CICC EA 2529
Annie.duprat@orange.fr

Articles du même auteur

Éric Saunier

Normandie université du Havre
UMR Idees 6266 (CIRTAI),
25 rue Philippe Lebon
76063 Le Havre cedex
Eric.Saunier@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org