Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Loïc Charles, Frédéric Lefebvre, Christine Théré (dir.), Le cercle de Vincent de Gournay - Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle

Paris, éd. INED, 2011, 480 p., ISBN 978-2733210390, 29,50 €.
Bernard Herencia
p. 214-215
Référence(s) :

Loïc Charles, Frédéric Lefebvre, Christine Théré (dir.), Le cercle de Vincent de Gournay - Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle. Paris, éd. INED, 2011, 480 p., ISBN 978-2733210390, 29,50 €.

Texte intégral

1Ce recueil parachève les études conduites à l’occasion du colloque « Commerce, population et société autour de Vincent de Gournay (1748-1758) : La Genèse d’un vocabulaire des sciences sociales en France » organisé à Paris du 19 au 21 février 2004 par Éric Brian, Loïc Charles, Frédéric Lefebvre et Christine Théré (INED). Il réunit les contributions originales de onze chercheurs français et étrangers. L’ambition principale de ces travaux est de montrer que le « cercle » de Vincent de Gournay occupe une place spécifique dans l’histoire intellectuelle et administrative de la France des Lumières. Au milieu du siècle, des convergences de pratiques administratives et d’analyses rapprochent Vincent de Gournay, Daniel Charles Trudaine et François Véron de Forbonnais. À partir de ce premier noyau, un cercle d’une vingtaine de personnalités des lettres et de l’administration se constitue en groupe ouvert – contrairement aux physiocrates réunis quelques années plus tard autour de François Quesnay – aux discussions contradictoires.

2L’ouvrage comporte onze chapitres répartis en trois parties : « Histoire culturelle, histoire intellectuelle », « Langage et savoirs » et « Philosophie, politique et histoire du commerce ». La première mêle et confronte pratiques et représentations à partir de contributions de David Smith, Loïc Charles, Simonne Meyssonnier et Julian Swann. La seconde interroge le discours dans la sémantique des Lumières ; le cercle développe une « science du commerce » visant à la rationalisation des savoirs contribuant au politique ; Christine Théré et Jean-Marc Rohrbasser étudient le néologisme « population », Marie-France Piguet s’intéresse à l’adjectif « commerçant » et aux mots qui lui sont associés, Philippe Steiner explore la polysémie de « commerce » et Frédéric Lefebvre analyse la question de la dérogeance. Enfin, la troisième partie présente les contributions de Donatienne Duflos de Saint-Amand, Catherine Larrère et Paul Cheney qui replacent les travaux du cercle dans l’histoire de la philosophie politique.

3Ces contributions de démographes, d’historiens, de linguistes, de philosophes et de sociologues de tout premier plan, parviennent à donner matière au projet global du colloque : déterminer le cercle de Gournay comme mouvement (libéral) de réflexion spécifique et interroger ses apports analytiques à l’art de gouverner pour fonder une science du commerce. Et, si Gournay est la personnalité fédératrice du groupe, son cercle trouve sa cohérence et sa richesse dans la multiplicité des personnalités qui le composent et nourrissent ses travaux : Coyer, Malesherbes, Plumard de Dangeul ou Véron de Forbonnais par exemple. Pour Steiner, le cercle, notamment à travers les apports de Forbonnais, accomplit un effort de systématisation et de théorisation plaçant le commerce au centre du fonctionnement économique, propre à fonder la science du commerce politique. Catherine Larrère souligne que cette ambition est constamment liée à une visée pratique associée à la promotion de la connaissance et à la pratique du commerce. Plus largement, Meyssonnier met en évidence le parallélisme que les contributions des membres du cercle laissent apparaître entre lois du marché – devant conduire à l’équilibre – et lois régissant les relations humaines – susceptibles de produire la paix et la cohésion sociale – qui, les unes et les autres reposent sur la confiance, la liberté et la protection. Le cercle de Vincent de Gournay est ainsi confirmé – à côté de la physiocratie – comme groupe intellectuel structurant l’économie politique en France.

4Ce volume constitue désormais la référence fondamentale pour l’étude du cercle de Vincent de Gournay et, plus généralement, une source importante pour l’étude de l’histoire économique et politique du XVIIIe siècle.

5Le volume propose enfin un nouvel inventaire analytique du fonds Gournay de la Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc, ainsi que la transcription d’une nouvelle version du Mémoire sur les manufactures de Lyon suivi de deux mémoires inédits : Résultat de la tournée de M. de Gournay en Languedoc relativement aux draps pour le Levant et Moyens proposés pour agir le plus offensivement possible contre les Anglois et pour ranimer en France le goût pour la marine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Herencia, « Loïc Charles, Frédéric Lefebvre, Christine Théré (dir.), Le cercle de Vincent de Gournay - Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 373 | 2013, 214-215.

Référence électronique

Bernard Herencia, « Loïc Charles, Frédéric Lefebvre, Christine Théré (dir.), Le cercle de Vincent de Gournay - Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 373 | juillet-septembre 2013, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12893

Haut de page

Auteur

Bernard Herencia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org