Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laura Fournier-Finocchiaro et Tanja-Isabel Habicht, Gallomanie et Gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXème siècle

Rennes, PUR, 2012, 315 p., ISBN 978-2-7535-2039-4, 18 €.
François Antoine
p. 224-225
Référence(s) :

Laura Fournier-Finocchiaro et Tanja-Isabel Habicht, Gallomanie et Gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXème siècle. Rennes, PUR, 2012, 315 p., ISBN 978-2-7535-2039-4, 18 €.

Texte intégral

1Afin de compléter la démarche – entamée par Anne-Marie Thiesse – de questionnement sur le processus de formation identitaire des différents pays européens entre le XVIIIe et le XXe siècle (Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Paris, Éditions du Seuil, 1999, 385 p.), l’équipe ERLIS de la Maison de la Recherche en Sciences humaines de l’Université de Caen a pris l’heureuse initiative d’organiser les 17 et 18 juin 2010 une rencontre des spécialistes de différentes disciplines en provenance des quatre coins de l’Europe afin de confronter les multiples représentations de la France à l’Étranger au travers de textes littéraires, de l’historiographie, des discours politiques ainsi que de différents documents de civilisation. De ce colloque résulte aujourd’hui un ouvrage se composant de dix-huit contributions organisées en trois grandes parties, à savoir : « Les Nations européennes confrontées à la France », « Parcours d’écrivains et d’artistes entre gallophobie et gallomanie » et « Vecteurs rhétoriques et pédagogiques ».

2De « L’évolution des représentations britanniques de la France rurale » à « La Bavière de Louis Ier et Louis II entre Wagner et Versailles », en passant par « L’image de la France dans les manuels scolaires belges du XIXe siècle et sa contribution à la définition d’une identité nationale », ce livre se présente comme un ensemble de miroirs reflétant des images contrastées et souvent transformées de la France. Néanmoins, de ce kaléidoscope, il est possible de façon transnationale de tirer un certain nombre de traits significatifs. D’abord, cette question se place dans une dynamique interactive de regards croisés. L’altérité constitue un élément essentiel pour les différents pays européens dans leur processus respectif de « Nation building ». De par son rayonnement culturel, économique et technologique, son positionnement de premier plan dans le concert des nations et son actualité (Révolution française, Empire napoléonien et les différents soubresauts révolutionnaires du XIXe siècle), la France constitue une référence à laquelle de multiples segments de la société européenne vont adhérer ou s’opposer. Dans ce cadre, le caractère conflictuel des rapports socio-politiques de la France constitue à la fois un phare pour certains, un repoussoir pour d’autres ou encore une façon de promouvoir une forme de tempérance dans la gestion de la chose publique. Certains en Autriche ou encore en Italie vont même jusqu’à préconiser d’utiliser la France comme exemple pour mieux s’y opposer. L’utilisation de l’image de la France dans un processus de construction identitaire passe même pour certains pays comme le Luxembourg, la Belgique et la Bavière au stade de l’instrumentalisation. Afin de garantir leur intégrité nationale, la France est utilisée dans un jeu de bascule comme contrepoids à un autre « mâle dominant » de la scène internationale, à savoir la Prusse. Avec son éternel détachement, l’Angleterre alterne entre le ravissement pour les campagnes françaises, un humour cinglant et la rivalité-complémentarité avec l’Hexagone. L’ouvrage se termine par le conflit linguistique qui implique tous les pays d’Europe autour des années 1900 et par le sentiment de la perte de l’hégémonie de la France à l’occasion du Traité de Versailles marquant l’affirmation de la montée en puissance de l’axe atlantique. L’adoption de l’anglais à l’égal du français comme langue officielle du traité de paix sonne comme le chant du cygne de la position de la France au sein du cercle restreint des puissances mondiales de premier rang.

3Cet opus donne l’impression au lecteur de musarder tout en collectant une masse d’informations, parfois inédites sur différents pays européens. De façon impressionniste, il peut de la sorte saisir l’impact de la France sur le restant de l’Europe, mais surtout comprendre comment l’Hexagone constitue au XIXe siècle un élément prégnant sur la construction identitaire pour l’ensemble des pays européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Antoine, « Laura Fournier-Finocchiaro et Tanja-Isabel Habicht, Gallomanie et Gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXème siècle », Annales historiques de la Révolution française, 373 | 2013, 224-225.

Référence électronique

François Antoine, « Laura Fournier-Finocchiaro et Tanja-Isabel Habicht, Gallomanie et Gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXème siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 373 | juillet-septembre 2013, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12908

Haut de page

Auteur

François Antoine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org