Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Victor Totfalouchin, Тотфалушин В.П. Саратовский край и наполеоновские войны: К 200-летию Отечественной войны 1812 года. Саратов : Издательство Саратовского государственного университета, 2011. – 213 (2) с. [La région de Saratov et les guerres napoléoniennes : à l’occasion du bicentenaire de la guerre de 1812]

Saratov, Éditions de l’Université de Saratov, 2011, 216 p. ISBN 976-5-292-04056-2.
Varoujean Poghosyan
p. 231-233
Référence(s) :

Victor Totfalouchin, Тотфалушин В.П. Саратовский край и наполеоновские войны: К 200-летию Отечественной войны 1812 года. Саратов : Издательство Саратовского государственного университета, 2011. – 213 (2) с. [La région de Saratov et les guerres napoléoniennes : à l’occasion du bicentenaire de la guerre de 1812]. Saratov, Éditions de l’Université de Saratov, 2011, 216 p. ISBN 976-5-292-04056-2.

Texte intégral

1On sait l’immense intérêt que l’histoire de la guerre de 1812 a suscité en Russie et dans l’ancienne URSS aux XIXe et XXe siècles. Or, en dépit de la riche littérature rédigée en russe, les études sur la participation des différentes régions de la Russie à la guerre et leur contribution à la victoire contre la Grande armée ont fait défaut. Nous ne possédions que quelques études dispersées, consacrées surtout à la participation des peuples caucasiens à la guerre, sorties de la plume de nos prédécesseurs soviétiques (M. Nersisyan, La guerre de 1812 et les peuples du Caucase, Erevan, en russe, 1965 ; I. Antélava, Les Géorgiens et la guerre de 1812, en russe, Tbilissi, 1983).

2Le bicentenaire de la guerre de 1812 a relancé l’intérêt des historiens russes pour ce thème. On publie actuellement en Russie différentes études consacrées à ce sujet, parmi lesquelles je voudrais distinguer le livre de Victor Totfalouchin, maître de conférences à l’Université de Saratov, auteur de nombreuses études, rédigées en russe, sur les différents aspects de la guerre. Parmi celles-ci, citons sa monographie sur l’activité du général Barclay de Tolly (Barclay de Tolly et la guerre de 1812, Saratov, en russe, 1991) et un recueil original de documents (Les prisonniers de la Volga : la région de Saratov vue par les vétérans de la Grande armée : à l’occasion du bicentenaire de la guerre de 1812, Saratov, en russe, 2011).

3Cette fois-ci, Victor Totfalouchin nous présente un livre sur la participation de la région de Saratov aux événements des guerres napoléoniennes, en se concentrant principalement sur les années 1812 à 1815. Il reconnaît que ce sont les changements ayant ébranlé l’ancienne URSS dans les années 1980-1990 qui ont contribué à l’étude des problèmes locaux de la guerre de 1812 (p. 10).

4La région de Saratov se trouvait loin du théâtre des opérations militaires. C’est probablement pourquoi l’auteur s’abstient de prononcer des jugements globaux touchant la guerre de 1812 ; par exemple, il n’évoque pas la politique agressive du tsarisme au début du XIXe siècle, et surtout à la veille de la guerre, ce qu’avait fait bien avant de lui Nikolaï Troitski, professeur de cette même Université. Victor Totfalouchin préfère se concentrer sur la région de Saratov et sur sa participation à l’effort de guerre en 1812. Il étudie tout d’abord les mesures mises en place par l’État russe pour organiser la défense du pays et analyse de manière très détaillée l’application de ces mesures par les autorités de Saratov, la participation des différentes couches de la société locale aux événements militaires, la participation des habitants aux hostilités et leur contribution à la victoire russe en 1812. Ce qu’il montre très bien, c’est que la région de Saratov était connectée à l’espace européen dès le début du XIXe siècle. Ceci s’est fait particulièrement sentir à la veille, pendant et après de la guerre de 1812.

5En 1811 et au début de 1812, le gouvernement russe entreprend des démarches indispensables afin de se préparer aux hostilités : l’organisation des recrutements ou l’équipement des recrues par le biais de souscriptions. L’auteur montre que ces dernières ont eu plus de succès auprès des couches populaires qu’auprès des nobles peu enclins à verser de l’argent (p. 76). En fin de compte, grâce aux efforts des habitants de la région, une division a été formée qui, au mois de septembre 1812, a renforcé les rangs de l’armée russe en campagne. En revanche aucune donation en faveur de l’armée n’a été faite dans toute la région en 1811 (p. 82).

6L’invasion de la Grande armée a brusquement changé la situation dans toute la Russie. À la suite du manifeste d’Alexandre Ier du 6 juillet 1812 sur la nécessaire réunion de nouvelles forces militaires, les couches possédantes de Saratov ont déployé leur activité dans deux directions : l’organisation des milices populaires d’une part, la collecte des donations d’autre part. Toutefois, dans la région de Saratov, la noblesse russe est restée peu disposée à s’engager au service de la patrie (p. 86-89). D’une manière générale, pour Victor Totfalouchin, l’enrôlement des miliciens populaires ne doit pas être considéré comme un événement véritablement significatif pour la région (p. 91) vu le nombre réduit de volontaires.

7L’auteur étudie aussi le processus du recrutement en 1813 et constate encore le désir des couches possédantes d’éviter le service militaire, et la violation massive des lois en vigueur par les autorités, surtout sous forme de corruption de fonctionnaires. Il en conclut que dans un pays où le servage battait son plein, il n’était point pertinent d’évoquer le ressort du patriotisme (p. 100-102). L’auteur souligne qu’il en était de même dans d’autres sphères, surtout dans celle de l’organisation de l’aide matérielle à l’armée. Quant aux donations, Victor Totfalouchin indique qu’elles avaient lieu sous forme d’argent mais aussi d’armes, ou de chevaux et de bœufs pour les besoins militaires. Il montre que les nobles voulaient en rejeter la charge principalement sur les serfs (p. 115, 125). L’auteur analyse également l’attitude des marchands ; hormis quelques impulsions patriotiques, leur objectif était de profiter des circonstances pour s’enrichir. L’activité du clergé se limitait essentiellement à la sphère des prières patriotiques, contribuant à la formation d’une opinion publique favorable. De ce fait, la situation des paysans a encore empiré, car les charges traditionnelles augmentent à cause de la guerre.

8L’organisation en 1811 et 1812 de régiments irréguliers, composés d’autres nationalités (Kalmouks, Bachkirs) a mieux fonctionné (p. 93). L’auteur accorde également une place importante à l’analyse d’un problème assez compliqué, celui des ambiguïtés de la politique de l’État russe à l’égard des Européens habitant en Russie ; au début du XIXe siècle, en raison des hostilités, les étrangers ont été expulsés des zones de conflit et des régions centrales. Dans la région de Saratov toutefois, seulement 37 étrangers (avec les membres de leurs familles) ont été exilés (p. 141).

9Victor Totfalouchin évoque aussi des sujets tels que l’aide apportée après la guerre de 1812 aux infirmes, aux blessés et aux orphelins russes, grâce à des donations faites au nom du patriotisme, de la solidarité et de la compassion. Il s’intéresse au sort des prisonniers de la Grande armée qu’on avait envoyés dans cette région. D’après ses calculs, qui ne sont point exhaustifs comme il le note, le nombre de ceux qui s’y étaient installés en 1812-1814, atteignait 6300, dont 1080 meurent (p. 164). En se référant aux différentes sources, et parmi celles-ci surtout aux mémoires des prisonniers étrangers, il constate l’attitude favorable de la population de la région à leur égard (p. 165-180).

10En conclusion, Victor Totfalouchin affirme que la région de Saratov a contribué à la conservation de la souveraineté russe (p. 214).

11Il y a lieu de saluer tout d’abord cette nouvelle approche que Victor Totfalouchin a appliquée à l’étude de la guerre de 1812. Il s’agit vraiment d’une étude scientifique et richement documentée. Ses conclusions majeures ne suscitent pas d’objections. Toutefois, presque tous les titres des paragraphes de ce livre (dix sur douze) sont rien moins que scientifiques. Notons aussi une petite inexactitude : en parlant des guerres dans lesquelles la Russie s’était engagée au début du XIXe siècle, l’auteur se limite à mentionner celles qu’elle avait menées contre la France napoléonienne et la Turquie, en omettant la guerre de 1804-1813 contre la Perse (p. 57).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Varoujean Poghosyan, « Victor Totfalouchin, Тотфалушин В.П. Саратовский край и наполеоновские войны: К 200-летию Отечественной войны 1812 года. Саратов : Издательство Саратовского государственного университета, 2011. – 213 (2) с. [La région de Saratov et les guerres napoléoniennes : à l’occasion du bicentenaire de la guerre de 1812] », Annales historiques de la Révolution française, 373 | 2013, 231-233.

Référence électronique

Varoujean Poghosyan, « Victor Totfalouchin, Тотфалушин В.П. Саратовский край и наполеоновские войны: К 200-летию Отечественной войны 1812 года. Саратов : Издательство Саратовского государственного университета, 2011. – 213 (2) с. [La région de Saratov et les guerres napoléoniennes : à l’occasion du bicentenaire de la guerre de 1812] », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 373 | juillet-septembre 2013, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12917

Haut de page

Auteur

Varoujean Poghosyan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org