Navigation – Plan du site
Annonces

Appel de l’Association pour la sauvegarde de la Maison de Saint-Just

p. 237-238

Image 1.png

Photographie Frédéric Marlot

Dans la nuit du 2 au 3 juin 2012, un violent incendie a ravagé la Maison de Saint-Just à Blérancourt, dans l’Aisne. Cette maison de famille d’une valeur historique unique avait été sauvée de la ruine il y a un quart de siècle et abritait une exposition interactive consacrée à Saint-Just et à la Révolution française.

Le bâtiment a subi d’importants dégâts. Le toit de la maison et sa charpente ont été particulièrement touchés par l’incendie : la couverture de tuiles est aux trois quarts détruite et la majeure partie de la poutraison du XVIIIe siècle se trouve plus ou moins largement calcinée. Si l’étage a été entièrement ravagé par le feu, le rez-de-chaussée a été inondé et plusieurs poutres ont ployé sous le poids des décombres.

  • 1 Sur le sauvetage de la Maison de Saint-Just, lire « La renaissance de la maison de Saint-Just à Blé (...)

L’Association pour la sauvegarde de la Maison de Saint-Just, qui a été fondée en 1985 dans le but de sauver cet édifice à une époque où il menaçait ruine1, fait à nouveau appel à la générosité de chacun afin de rassembler les fonds nécessaires pour que la restauration à venir soit aussi réussie que possible.

Les assurances ne prennent en effet en charge que la remise à neuf du bâtiment, sans égard à son intérêt historique et architectural. Or, les progrès réalisés ces vingt dernières années, tant dans les techniques de restauration que dans la connaissance de la Maison de Saint-Just, autorisent une restauration complémentaire qui lui rendrait un aspect visiblement plus proche de celui que Saint-Just a connu. Une telle restauration compenserait les irréparables destructions causées par le sinistre.

Les éléments architecturaux susceptibles d’être refaits d’après la documentation existante ou rétablis dans leur aspect d’origine sont, d’une part, les cheminées (âtres), les enduits peints sur les murs intérieurs, deux portes donnant sur le jardin et le marquage au sol des anciennes cloisons ; et, d’autre part, certains aspects de l’architecture extérieure qui n’avaient pu être restaurés lors de la précédente campagne par manque de moyens, notamment une des cheminées de la toiture et la girouette. Si les fonds levés se révélaient suffisants, il serait de surcroît envisageable d’aménager l’une des pièces dans le style qui était le sien au XVIIIe siècle.

Un Comité d’honneur rassemblant des élus et des personnalités du monde culturel et scientifique, parmi lesquelles M. Alain Decaux, de l’Académie française, et MM. Les Professeurs Michel Biard, Président de la Société des Études Robespierristes, Hervé Leuwers, Directeur des Annales historiques de la Révolution française, et Pierre Serna, Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française, appuie l’Association dans sa démarche.

Nous invitons toutes les personnes attachées à la figure de Saint-Just et au patrimoine historique de la Révolution à s’associer à ce nouveau défi et à le faire connaître.

Le Bureau de l’Association pour la sauvegarde de la Maison de Saint-Just à Blérancourt.

Les dons doivent être libellés à l’ordre de l’Association pour la sauvegarde de la Maison de Saint-Just, et envoyés à l’adresse suivante : Association pour la sauvegarde de la maison de Saint-Just - B. P. 10013 - 75 921 Paris cedex 19 (préciser au dos du chèque « Incendie du 2 juin 2012 »).
Pour les dons par virement, les références sont :
Banque : Crédit agricole d’Ile-de-France - RIB : AGRIFRPP882 - Compte-chèques : 602 861 82 286 - IBAN : FR76 1820 6000 0560 2861 8228 612.
Pour tout don en faveur de l’Association est envoyé un justificatif donnant droit à déduction fiscale, laquelle s’élève à 66 % des sommes versées dans la limite annuelle de 20 % du revenu imposable pour les personnes physiques.

Notes

1 Sur le sauvetage de la Maison de Saint-Just, lire « La renaissance de la maison de Saint-Just à Blérancourt. Entretien avec Bernard Vinot » dans les Annales Historiques Compiégnoises, n° 125-126, printemps 2012, p. 36-44. Article consultable en ligne sur le site Internet de la revue.

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org