Navigation – Plan du site
Comptes rendus

James Hanrahan, Graham Gargett, et al. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire / Jean Dagen, René Démoris et al. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire

Tome 60c, Writings of 1766 (I), Oxford, éd. Voltaire Foundation, 2013, XXIII + 354 p. / Tome 76, Œuvres de 1774-1775, Oxford, éd. Voltaire Foundation, 2013, XXII + 628 p.
Christian Albertan
p. 203-204
Référence(s) :

James hanrahan, Graham gargett, et al. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire, tome 60c, Writings of 1766 (I), Oxford, éd. Voltaire Foundation, 2013, XXIII + 354 p., ISBN 978-0-7294-1072-4, 111 €.

Jean Dagen, René Demoris et al. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire, Tome 76, Œuvres de 1774-1775, Oxford, éd. Voltaire Foundation, 2013, XXII + 628 p., ISBN 978-0-7294-1019-9, 2013, 155 €.

Texte intégral

1Avec ces deux nouveaux volumes, la Voltaire Foundation poursuit son impressionnant travail d’édition scientifique des œuvres de Voltaire. Ils rassemblent des écrits assez peu connus que le Patriarche de Ferney compose au soir de sa longue exitence. On trouvera dans le tome 60c (354 p.) des productions datant de l’année 1766. Il s’agit essentiellement de textes de combat dans lesquels Voltaire en découd, souvent sur le mode ironique ou burlesque, avec ses adversaires du moment (Chatillard de Montillet, archevêque d’Auch, l’académicien Jean-Jacques Lefranc de Pompignan, l’historien Richard de Bury, l’écrivain Antoine Léonard Thomas…), auxquels s’ajoutent des vers adressés à différentes personnes. Le ton est souvent amusant, mais l’heure est grave : ces œuvres s’inscrivent dans le contexte des affaires Sirven et du chevalier de la Barre et témoignent des sombres préoccupations qui habitent alors Voltaire.

2Le tome 76, plus imposant encore par ses dimensions (628 p.), est consacré aux écrits des années 1774-1775. Il renferme lui aussi des œuvres qui soulignent la diversité des centres d’intérêt de Voltaire. Plusieurs écrits de ces deux années sont en prise directe avec l’actualité : textes portant sur la mort de Louis XV, sur les problèmes économiques du moment (finances, régie des blés) ou encore sur la possibilité d’un rappel des jésuites. Le court texte sur la libéralisation du commerce des grains est une belle illustration du soutien que le camp philosophique, et Voltaire en particulier, apporte aux réformes de Turgot. Le conte intitulé Finances dénonce avec férocité, quant à lui, la politique financière de l’abbé Terray, qui avait directement touché Voltaire en gelant 200 000 livres de son bien (5 % de la fortune estimée de l’auteur !). Ces textes de réflexion politique voisinent avec des textes plus littéraires et philosophiques. On relèvera dans cette dernière catégorie des productions majeures nous éclairant sur la position de Voltaire à l’égard de l’épineuse question de l’athéisme (Histoire de Jenni, De l’âme). On découvre ou l’on redécouvrira au passage l’âpreté des luttes opposant au sein du camp des philosophes les défenseurs du déisme et ceux de l’athéisme à partir de 1765 : le phénomène des Lumières s’avère fort complexe dès qu’on l’examine de près.

3Ces deux volumes au contenu si riche intéresseront bien entendu en priorité les spécialistes de Voltaire et les littéraires en général mais les historiens des idées et du XVIIIe siècle pourront également y faire une ample moisson d’informations. Les textes, établis de manière scrupuleuse, sont, suivant les principes de cette édition exigeante, remarquablement présentés, accompagnés de variantes, de notes abondantes et pour finir d’un index des personnes et des titres. Introductions et notes de bas de page, tantôt en français, tantôt en anglais, sont dues aux meilleurs spécialistes de la production voltairienne et de l’histoire des Lumières. Dans ce vaste ensemble érudit, quelques formules pourront arrêter le spécialiste sourcilleux (ex., t. 60c, p. 104, « le parlement favorable à l’idéologie janséniste… »). Ce dernier peut également trouver à redire au fait qu’il soit dit que l’écrivain janséniste Abraham Chaumeix a été — impossibilité historique — « exilé » (t. 60c, p. 122) en Russie. En fait, cet auteur part de lui-même à Moscou pour, dit-on, fuir les tracasseries que lui suscitent les philosophes, tracasseries bien réelles attestées par les papiers des commissaires du Châtelet de Paris. On pourra également juger partisan le commentaire sur les écrits de ce même Chaumeix, dans lesquels serait répandu du « vinaigre » (t. 60c, p. 123n). Il n’est pas sûr, par ailleurs, que le sens d’une remarque de Voltaire sur Needham ait été bien saisi dans le t. 76 (p. 74n). Mais il s’agit là de broutilles, peu nombreuses, surtout quand on les rapporte à la masse des informations prodiguées dans cette somme d’érudition. Elles n’altèrent en rien l’intérêt et la solidité de ces deux volumes. Avec eux, on s’approche de la fin de l’édition des œuvres de Voltaire. C’est pour tous les utilisateurs de l’œuvre de Voltaire un grand motif de satisfaction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Albertan, « James Hanrahan, Graham Gargett, et al. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire / Jean Dagen, René Démoris et al. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire », Annales historiques de la Révolution française, 374 | 2013, 203-204.

Référence électronique

Christian Albertan, « James Hanrahan, Graham Gargett, et al. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire / Jean Dagen, René Démoris et al. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 374 | octobre-décembre 2013, mis en ligne le 16 janvier 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12979

Haut de page

Auteur

Christian Albertan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org