Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jacques Grandjonc, Communisme/Kommunismus/Communism. Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des utopistes aux néo-babouvistes 1785-1842

Paris, Éditions des Malassis, 2013
Jean-Numa Ducange
p. 231-232
Référence(s) :

Jacques Grandjonc, Communisme/Kommunismus/Communism. Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des utopistes aux néo-babouvistes 1785-1842, Paris, Éditions des Malassis, 2013, 654 p., ISBN 978-2-84990-238-7, 32 €.

Texte intégral

1Il faut saluer l’initiative des Éditions des Malassis d’avoir réédité un ouvrage devenu presque introuvable, pourtant souvent cité et référencé. Il s’agit de Communisme/Kommunismus/Communism de Jacques Grandjonc (1933-2000), publié à l’origine en 1989 par la Karl-Marx Haus de Trêves, lui-même tiré d’une thèse de doctorat soutenue en 1977. L’auteur était un grand germaniste, professeur à l’université d’Aix-en-Provence, un des meilleurs connaisseurs du milieu des émigrés allemands à Paris dans les années 1840 (« Vorwärts ! » Marx et les communistes allemands à Paris, Paris, Maspero 1974) et plus généralement de ceux qui fuirent la France et l’Allemagne pour des raisons politiques (Émigrés français en Allemagne – Émigrés allemands en France, 1685-1945, Paris, Goethe Institut, 1983). L’ouvrage réédité ici constitue son ouvrage le plus important ; il étudie, avec une érudition qui force l’admiration, les origines de la « terminologie communautaire prémarxiste », c’est-à-dire toutes les occurrences du mot « communisme », depuis ses premières apparitions ponctuelles à l’époque moderne (recouvrant des sens divers comme celui… d’habitant d’une commune !) jusqu’à sa systématisation et son sens politique contemporain au début des années 1840, quelques années avant le célèbre Manifeste du Parti communiste. Sont étudiés ici, parmi bien d’autres, les textes de Restif de la Bretonne – dont l’emploi du mot communisme fut décisif pour son sens contemporain – de Babeuf (qui ne l’évoque pas mais parle de « communauté des biens »), Pierre Leroux, Étienne Cabet, Victor Considérant… L’étude des occurrences du terme « communisme » – ou son absence chez certains auteurs – est d’autant plus intéressante que la fameuse division entre « socialisme » et « communisme », qui fait sens dans les années 1830-1840, va ensuite connaître une éclipse progressive, avant sa réapparition spectaculaire en 1919-1920 dans le contexte des lendemains de la Révolution russe.

2Grandjonc mobilise une importante bibliographie en anglais, allemand et français sur le sujet, soulignant les croisements et emprunts entre ces trois langues pour ce qui concerne le vocabulaire du mouvement ouvrier naissant. À noter que la présente édition regroupe en un seul volume – support ainsi bien plus maniable – le texte de Grandjonc, les précieuses « pièces justificatives » en langue originale qui constituaient à l’origine un deuxième volume (sources souvent méconnues sur lesquelles l’historien appuie son propos) et enfin une abondante bibliographie, qui n’avait pas été publiée en 1989 puisqu’elle devait paraître dans un troisième volume demeuré inédit. Les éditeurs ont pu retrouver ce précieux instrument de travail, sans lequel il était très difficile de se référer dans le présent ouvrage. Il n’a malheureusement pas été possible de retrouver le lexique, qui devait aussi paraître initialement…

3L’ouvrage est fort bien écrit, attachant par ailleurs grâce à ses allusions marquant l’époque de rédaction de la thèse (l’auteur évoque son enfance rurale et les restes d’esprit communautaire comme la critique du bureaucratisme stalinien, antinomique avec la définition originelle de communisme…). Il peut se lire d’une traite, comme servir de véritable dictionnaire, en raison d’un ensemble de chapitres et sous-chapitres distincts et clairement annoncés. À ce titre il demeure une référence, un travail exceptionnel n’ayant guère d’équivalent pour le thème considéré même si, depuis lors, nombre de travaux sur les socialismes et communismes de la première moitié du XIXsiècle permettraient d’affiner tel ou tel point.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Numa Ducange, « Jacques Grandjonc, Communisme/Kommunismus/Communism. Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des utopistes aux néo-babouvistes 1785-1842 », Annales historiques de la Révolution française, 374 | 2013, 231-232.

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Jacques Grandjonc, Communisme/Kommunismus/Communism. Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des utopistes aux néo-babouvistes 1785-1842 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 374 | octobre-décembre 2013, mis en ligne le 16 janvier 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13026

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org