Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gabriel Galice et Christophe Miqueu, Penser la République, la guerre et la paix, sur les traces de Jean-Jacques Rousseau

Paris, Slatkine, 2012
Marc Belissa
p. 223-234
Référence(s) :

Gabriel Galice et Christophe Miqueu, Penser la République, la guerre et la paix, sur les traces de Jean-Jacques Rousseau, Paris, Slatkine, 2012, ISBN 978-2-05-102155-5, 26,50 €.

Texte intégral

1Conçu dans le cadre de l’année Rousseau, ce petit ouvrage (143 pages sans les annexes), signé d’un économiste et politologue (Gabriel Galice) et d’un spécialiste de la philosophie de l’époque moderne (Christophe Miqueu), est davantage destiné aux « rousseauphiles » qu’aux « rousseaulogues » (pour reprendre les expressions des deux auteurs), aux citoyens en général qu’aux seuls universitaires et spécialistes. Il s’intéresse aux liens entre les conceptions de la République, de la guerre et de la paix chez le citoyen de Genève. C’est donc le Rousseau « pacifiste républicain » qui en est l’objet. Le livre s’appuie notamment sur les principaux textes de Rousseau sur la guerre et la paix tels qu’ils ont été récemment revus et réédités par Blaise Bachofen et Céline Spector (voir mon compte rendu dans les AHRF, 2009/4, n° 358, p. 190-191). L’approche des deux auteurs est volontairement axée sur l’actualité politique des réflexions et des « paradoxes » de Rousseau appliqués au monde actuel. Il ne s’agit donc pas d’un ouvrage « d’histoire des idées » cherchant à contextualiser finement les écrits de Rousseau mais bien d’une série de réflexions « à hauteur d’homme et de citoyen » comme l’écrivent les auteurs — sur la présence de sa pensée dans les débats actuels au sujet du sens de la République et de l’état social comme état de guerre. Les deux auteurs réfléchissent à la prégnance des remèdes civiques proposés par le citoyen de Genève face à la crise économique et politique actuelle. La structure du livre n’est donc pas chronologique. Chaque chapitre est conçu comme un « chemin » que l’on pourra lire dans l’ordre que l’on choisira. Les grands thèmes ou « chemins » sont ceux de la lutte contre les inégalités et la domination économique et politique, de la guerre, des liens civiques républicains, de la société civile des nations et des emplois politiques actuels de Rousseau. Le texte proprement dit est suivi d’une quarantaine de pages d’annexes qui forme une sorte de lexique des principales occurrences des termes et concepts attachés à la guerre, la paix, à la nation et à la patrie chez le philosophe. La lecture de l’ouvrage est agréable et les allers et retour entre le temps de Rousseau et le nôtre sont féconds en réflexion et interprétations, sans qu’à aucun moment les deux auteurs ne se perdent dans l’anachronisme ni dans les pièges de la transposition mécanique d’une période à une autre. En conclusion, on recommandera vivement cette lecture à tous ceux qui veulent approfondir les implications contemporaines de la pensée de Rousseau et qui se veulent autant hommes pensants que citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Belissa, « Gabriel Galice et Christophe Miqueu, Penser la République, la guerre et la paix, sur les traces de Jean-Jacques Rousseau », Annales historiques de la Révolution française, 374 | 2013, 223-234.

Référence électronique

Marc Belissa, « Gabriel Galice et Christophe Miqueu, Penser la République, la guerre et la paix, sur les traces de Jean-Jacques Rousseau », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 374 | octobre-décembre 2013, mis en ligne le 16 janvier 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13029

Haut de page

Auteur

Marc Belissa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org