Navigation – Plan du site
Articles

Elzéar Morénas en Inde : anti-esclavagisme et anti-impérialisme au début du XIXe siècle

Elzéar Morénas in India: Anti-Slavery and Anti-Imperialism
Bernard Gainot
p. 89-113

Résumés

Joseph-Elzéar Morénas (1778 – 1830) est connu pour ses positions anti-esclavagistes exprimées dans son Précis historique de la traite des noirs et de l’esclavage colonial publié en 1828. Mais il a une longue carrière derrière lui, menée dans divers établissements coloniaux, comme Saint-Louis du Sénégal, et Chandernagor en Inde. C’est à ce dernier poste qu’il servit d’agent de liaison pour le gouverneur général des Mascareignes, Charles Decaen, entre 1806 et 1810. Fin observateur de la société indienne, il écrivit un traité sur l’hindouisme. Mais il était aussi engagé dans les projets de Decaen, sans lendemains, pour établir des alliances avec des princes indigènes opposés à la présence anglaise. À ce titre, il se livre à une critique du colonialisme de la Compagnie anglaise des Indes. L’article propose donc la relecture de la correspondance échangée entre Morénas et Decaen, qui se trouve dans les Papiers Decaen de la Bibliothèque municipale de Caen. À travers cette relecture, il s’agit de mesurer un itinéraire singulier, celui de Morénas, agent de renseignement au service d’un administrateur gestionnaire d’une société esclavagiste, et porteur d’un projet impérialiste concurrent du colonialisme anglais. Quels sont les liens entre l’observation des sociétés indigènes et les prises de position théoriques, dans cette période de transition et de recomposition des formes de la domination coloniale ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2017.

Plan

La condamnation de l’impérialisme britannique
Un républicanisme pur, étranger au préjugé racial

Aperçu du début du texte

Le personnage qui fait l’objet de cette communication, Joseph Elzéar Morénas, s’inscrit dans l’Histoire de façon épisodique, contradictoire, et finalement, énigmatique. La présente contribution ne prétend nullement percer le mystère que, seule, une biographie détaillée, qui n’existe pas, pourrait lever.

Il est né dans une bourgade, Saint-Christol-d’Albion, de ce qui n’était pas encore le département du Vaucluse mais l’enclave pontificale d’Avignon, le 28 août 1776. Sa famille appartient au milieu des juifs du Pape, extrêmement nombreux dans la région ; toutefois, Morénas entretient des rapports assez distants avec son milieu d’origine et on ne relève dans son œuvre que peu d’allusions à la culture juive. Pendant la Révolution, on le trouve en apprentissage dans la ville d’Apt, chez un oncle maternel, joaillier ; puis à Carpentras en 1793, et à Nîmes en 1797, afin de se perfectionner dans les techniques d’orfèvrerie pour prendre la direction de l’affaire familiale.

C’est en 1798 que se...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gainot, « Elzéar Morénas en Inde : anti-esclavagisme et anti-impérialisme au début du XIXe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 375 | 2014, 89-113.

Référence électronique

Bernard Gainot, « Elzéar Morénas en Inde : anti-esclavagisme et anti-impérialisme au début du XIXe siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 375 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13064 ; DOI : 10.4000/ahrf.13064

Haut de page

Auteur

Bernard Gainot

Maître de conférences honoraire
Université de Paris I
bgainot@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org