Navigation – Plan du site
Articles

François Péron et la question de la civilisation aux antipodes

Francois Péron and the Question of Civilization in the Antipodes
Jean-Luc Chappey
p. 139-159

Résumés

Membre de l’expédition maritime du capitaine Nicolas Baudin vers les terres australes (1800-1804), François Péron (1775-1810) rédige entre 1804 et 1809 une série de rapports, récits et descriptions sur les diverses populations, sauvages et européennes, qu’il a pu observer durant son voyage. Ces différentes productions ont, depuis longtemps, suscité l’intérêt des historiens, particulièrement des historiens de l’anthropologie. Considérées dans la perspective des instructions de voyage rédigées par les membres de la Société des Observateurs de l’homme, les observations de François Péron marqueraient une rupture, symbolisée par l’usage du dynamomètre et de la promotion de la mesure de la force musculaire, dans la vision des populations sauvages dont la faiblesse physique « naturelle » rendrait impossible l’accès au processus de progrès et de perfectibilité. Ses observations anthropologiques constitueraient ainsi la fin de la vision du « bon sauvage » portée par l’héritage des Lumières. Dans cette perspective, Péron apparaît encore comme le représentant, et l’acteur, d’une rupture dans la conception d’une humanité commune, les populations sauvages étant réduites à un statut d’irréductible étrangeté. Or l’anthropologie de Péron s’inscrit dans le mouvement général de remise en ordre politique et sociale qui caractérise l’Empire, les modalités particulières de la description des populations australes participant à la mise l’écart des idéaux politiques de la Révolution française et plus précisément encore, du projet républicain de la République directoriale.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2017.

Plan

Publication et réputation savante
Péron et les populations sauvages
Péron et l’histoire des civilisations

Aperçu du début du texte

Membre de l’expédition maritime du capitaine Nicolas Baudin vers l’Australie, François Péron (1775-1810) occupe une position particulière dans l’histoire de l’anthropologie française. Au cours des dernières décennies du XIXsiècle, il a été érigé, par les partisans de l’anthropologie physique réunis autour de Paul Broca au sein de la Société d’anthropologie de Paris, en promoteur des nouvelles règles d’étude de l’homme et d’analyse des sociétés : ses observations sur les populations des terres australes (Nouvelle Zélande, Van Diémen, Nouvelle-Galles du Sud et Timor) rapportées de son voyage et fondées sur la mesure de la force musculaire auraient en effet permis de classer et de hiérarchiser les diverses races humaines selon des principes « naturels », jouant ainsi un rôle essentiel dans la construction de la « République raciale ». Aujourd’hui encore, les historiens français et anglo-saxons de l’anthropologie le considèrent comme l’acteur majeur, sinon central, d’un renversement d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Chappey, « François Péron et la question de la civilisation aux antipodes », Annales historiques de la Révolution française, 375 | 2014, 139-159.

Référence électronique

Jean-Luc Chappey, « François Péron et la question de la civilisation aux antipodes », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 375 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13079 ; DOI : 10.4000/ahrf.13079

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Chappey

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
IHMC/IHRF
jlchappey@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org