Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alexandre Tchoudinov (dir.), Ôðàíöóçñêèé åæåãîäíèê – 2012 [Annuaire d’études françaises – 2012. Bicentenaire de la Guerre patriotique de 1812]

Moscou, Institut d’histoire générale, 2012
Varoujean Poghosyan
p. 218-221
Référence(s) :

Alexandre Tchoudinov (dir.), Ôðàíöóçñêèé åæåãîäíèê – 2012 [Annuaire d’études françaises – 2012. Bicentenaire de la Guerre patriotique de 1812]. Moscou, Institut d’histoire générale, 2012, 477 p.

Texte intégral

1Ce volume de l’Annuaire d’études françaises s’inscrit dans le cadre de l’abondante littérature parue en Russie à l’occasion du bicentenaire de la guerre de 1812. Alexandre Tchoudinov a réuni dans la première partie les articles de ses collègues russes et étrangers sur l’histoire de la guerre, et dans la seconde, des études sur L’image de l’ennemi à l’époque des guerres napoléoniennes. Disons, dès le début, que la majorité des articles de la deuxième partie (six sur dix) a été publiée dans les AHRF (N° 369-2012) ; c’est pourquoi, il n’est pas utile de les présenter aux lecteurs de notre revue (il s’agit de ceux d’Alan Forrest, Johan Joor, Marie-Pierre Rey, Maya Goubina, Alexandre Tchoudinov, Nicolaï Promyslov). La troisième partie du volume est consacrée aux problèmes historiographiques.

2Les articles réunis dans la première partie portent sur des sujets épars, autour de la guerre, si bien que le compte rendu en est difficile. Vadim Roginski, grand spécialiste de l’histoire moderne des pays scandinaves, a consacré son article à la « Politique de Napoléon au nord de l’Europe à la veille de la guerre de 1812 ». Il souligne la profonde différence entre la politique du Danemark et de la Suède à l’égard de la France napoléonienne. Si les Danois ont préféré, se trouvant dans une situation inextricable, conclure en 1807 une alliance avec Napoléon, il n’en était pas de même de leurs voisins. L’auteur explique l’attitude ambivalente de la Suède envers l’empereur par le refus suédois de suivre le Blocus continental, car cette politique ne coïncidait pas avec ses intérêts économiques. Ceci a contribué à la conclusion, le 5 avril 1812, d’une alliance entre la Suède et la Russie (signalons que le premier livre de Vadim Roginski, paru en russe en 1978, a été consacré à ce sujet). L’auteur considère cette alliance comme la première défaite de Napoléon en 1812. En même temps, l’auteur n’émet aucun doute quant à l’échec subi en fin du compte par la politique de Napoléon dans cette région, car les Danois, comme les Suédois, ont renoncé à entrer dans les rangs de la Grande Armée lors de la campagne de 1812.

3À la différence de Vadim Roginski, Andreï Popov discute la politique sociale de Napoléon en Russie. Celle-ci a suscité beaucoup de débats parmi les historiens soviétiques. En évoquant bien des circonstances qui ont empêché Napoléon de proclamer l’abolition du servage en Russie (surtout son statut de monarque, le caractère politique de la guerre qu’il menait), l’auteur signale toutefois, et à juste titre, parmi celles-ci, la prépondérance donnée par l’empereur à une paix honorable conclue avec le tsar russe et non pas avec les paysans insurgés.

4Sergueï Iskul présente en détail les particularités de la conduite des Français à Moscou en 1812. En se référant exclusivement aux sources russes, il relève les différents aspects du sujet traité ; il s’agit surtout de la bienveillance et de la compassion des soldats français (à la différence des autres nationalités qui s’étaient enrôlées dans la Grande Armée) envers les habitants de la ville, leur respect à l’égard des croyances des Moscovites et de leurs églises, etc. Quant aux exploits dans le Kremlin après la retraite de l’armée française le 10 octobre, il accentue le désir des Français d’éviter des complications possibles de caractère militaire lors des futures hostilités, car le Kremlin était aussi une forteresse. Autrement dit, il soutient, à la différence de tous les historiens russes et soviétiques, la version française créée par Napoléon. Par contre, Sergueï Iskul a révélé le rôle de Rostoptchine, commandant militaire de Moscou, dans l’organisation de l’incendie de la ville, en réfutant la responsabilité imaginaire des Français. Or, Sergueï Iskul s’abstient de citer les noms de ses prédécesseurs soviétiques ou russes contemporains (V. Kholodkovski, Boris Abalikhin, Vladimir Dounaïevski, Nikolaï Troïtsky) ayant démontré la culpabilité des Russes bien avant lui.

5Les aspects militaires de l’histoire en relation avec la guerre de 1812 sont évoqués dans les articles d’Eman Vovci (États-Unis) et Tönu Tannberg (Estonie). Le premier d’entre eux a tenté de préciser, en s’appuyant sur les archives françaises (surtout celles du Département de l’armée de terre à Vincennes), les effectifs et les pertes de la Grande Armée lors de la bataille de la Moskova. On sait que les données des historiens sont divergentes. À propos des effectifs de l’armée de Napoléon à la veille de la bataille, il indique dans son ensemble des chiffres déjà connus : de 130 000 à 135 000 soldats et officiers. En ce qui concerne les pertes de l’armée, celles-ci atteignaient, d’après les sources utilisées par lui, 20 000, ce qui correspond aux chiffres généralement avancés. Eman Vovci fait un appel aux historiens pour arriver à des résultats plus précis.

6L’article de Tönu Tannberg, en dépit de sa portée scientifique indéniable est un peu éloigné du thème du volume : il y discute le recrutement de l’armée russe dans la première moitié du XIXe siècle. En le comparant à la formation des armées dans les pays européens, il en conclut que le gouvernement tsariste n’a pas pu créer, à la différence des autres puissances, une armée de masse, car il n’avait qu’un seul moyen d’augmenter les rangs de l’armée russe, celui de la levée en masse. Et il note que c’est effectivement celle-ci qui a pris part aux hostilités de 1812 et de 1813-1814.

7Deux auteurs russes ont consacré leurs articles à Mikhaïl Koutouzov. Vladimir Zemtzov a étudié un sujet particulier, mais intéressant, celui des nuances de sa rencontre avec le général Lauriston le 5 octobre. Il fait reposer son hypothèse sur les mémoires des contemporains français : à la différence de certains de ses prédécesseurs soviétiques, l’auteur croit que Koutouzov n’avait point l’intention de gagner du temps par des pourparlers.

8Lidia Ivtchenko s’attache pour sa part à réhabiliter l’image de Koutouzov, particulièrement mis à mal dans l’historiographie russe et soviétique depuis l’époque d’après-guerre à nos jours. Il aurait été plus pertinent de l’insérer dans la troisième partie de ce volume.

9On sait que, dans l’armée russe, beaucoup de généraux d’origine étrangère accomplissaient leur mission à côté des commandants russes. Victor Bezotosni discute quelques problèmes qui sont en relation avec les généraux d’origine française ayant contribué à la victoire de 1812. Il constate que neuf d’entre eux étaient des royalistes émigrés ayant quitté la France révolutionnaire (Langeron, Lambert, Saint-Priest et d’autres). D’autres encore étaient les descendants des huguenots français dont les ancêtres s’étaient installés en Russie depuis des siècles et qui n’étaient plus en 1812 des sujets de la France.

10Le thème traité par Thierry Lentz est à la fois original et intéressant, car il aborde le problème des réminiscences de la guerre de 1812 en 1941 parmi les nazis et les Soviétiques. Il discute la place que celles-ci occupaient dans la propagande des nazis et dans celle de Staline. Si les Allemands étaient désireux d’éviter des comparaisons entre Napoléon et Hitler, surtout après la défaite qu’ils subirent lors de la bataille de Moscou, la propagande soviétique dirigée par Staline, en revanche, se référait obstinément à l’expérience de la guerre de 1812, pour unir les peuples de l’URSS autour de l’idée du patriotisme. Le souvenir de la guerre de 1812 est devenu pour la propagande soviétique l’un des facteurs essentiels de l’unité nationale. Il y a lieu de mentionner que lors de la guerre contre les nazis, les historiens et publicistes soviétiques ont constamment publié en différentes langues des brochures et des articles sur la guerre de 1812 et les militaires russes de cette époque ; la traduction russe du bref contenu des mémoires d’Armand de Caulaincourt a également paru en 1943.

11Parmi les articles insérés dans la deuxième partie, citons celui d’Eugénie Prusskaya sur la perception de l’image de l’Orient par les éditeurs du « Courrier de l’Égypte » et de « La Décade Égyptienne ». L’auteur maîtrise très bien l’information que ces journaux contenaient. D’après ses conclusions, dans le but d’attribuer aux soldats français une mission civilisatrice, on a intentionnellement présenté l’Égypte comme un pays plus qu’arriéré, où ne régnaient que les préjugés religieux ayant freiné le progrès du pays.

12Par contre, les différents adversaires de Napoléon ont contribué à la formation de son image très négative. Citons parmi ceux-ci Garlieb Merkel, littéraire et publiciste. D’origine lettone, à la charnière des XVIIIe-XIXe siècles, son activité a été étudiée en profondeur par Anita Cerpinska, de Lettonie. Elle nous dresse le portrait d’un combattant fervent, qui a mené contre l’empereur une « guerre personnelle » de 1805 à 1815. D’après les convictions de Merkel, les « lois » de Napoléon n’étaient même pas à l’avantage du peuple français.

13Igor Mednikov discute un problème beaucoup plus compliqué, celui de l’attitude des Espagnols envers les Français lors de l’occupation. L’analyse des particularités propres à la société espagnole au début du XIXe siècle (la notion de la religion comme une force politique, le patriotisme, la foi envers le pouvoir royal, etc.) et des formes différentes de la lutte organisée contre les envahisseurs, lui ont permis de constater que l’image des Français n’était pas univoque en Espagne et qu'elle dépendait de l’instruction, des vues politiques des hommes, etc. Cependant, les libéraux et les conservateurs avaient un ennemi commun : « Napoléon, les Français, et les afrancesados ».

14L’article de Vladislav Rjéoutski, de Grande Bretagne, est la première étude spéciale consacrée au thème du « Français de Moscou et la création de l’image de l’ennemi ». Comme il le montre, quelques mesures prises par Rostoptchine à la veille de l’occupation de Moscou contre les Français habitant dans cette ville ont contribué à la formation chez les Moscovites de l’image de l’ennemi. Après l’entrée à Moscou de la Grande Armée, beaucoup de Français n’ont pas quitté la ville et sont entrés dans les organes du gouvernement provisoire. Il croit que c’était la fin d’une étape importante dans leur vie ; une partie ayant quitté la France révolutionnaire, n’état pas capable de s’intégrer complètement à la société russe.

15La troisième partie contient l’article de l’auteur de ces lignes sur la querelle d’Albert Mathiez avec les historiens soviétiques au début des années 1930, dans lequel sont principalement relevées les causes qui avaient conditionné le silence gardé soigneusement en URSS sur cette polémique absolument politisée : ce sont, primo, le grand respect envers Mathiez ayant empêché les historiens soviétiques de se rappeler les expressions péjoratives utilisées jadis par leurs prédécesseurs à son adresse ; secundo, le destin brutal des participants soviétiques de cette polémique, dont la plupart sont devenus les victimes de la terreur stalinienne ; tertio, les jugements avancés par Mathiez à propos de la politisation de la science historique en URSS, dans les années 1920-1930, qui ont conservé leur actualité jusqu’à l’éclatement de ce pays. Nous avons accordé aussi une place à l’introduction rédigée par Yannick Bosc et Florence Gauthier pour la réédition de La réaction thermidorienne (Paris, 2010) de Mathiez.

16On y a publié aussi quatre recensions sur des livres récents dont deux portent sur l’époque révolutionnaire. Dmitri Bovykine a rendu compte du livre de Sémeon Blumenau sur Les transformations révolutionnaires de l’Assemblée constituante de la France en 1789-1791 (Briansk, 2011), dans lequel, en appréciant la portée de son approche, il s’engage toutefois dans une confrontation libre avec l’auteur sur quelques-unes de ses conclusions, et en premier lieu sur les causes de la Révolution (voir aussi notre recension sur ce livre dans les AHRF n° 370-2012). Et nous-même avons rendu compte du dernier livre, très important, d’Hervé Leuwers : La Révolution française et l’Empire. Une France révolutionnée (1787-1815) (Paris, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Varoujean Poghosyan, « Alexandre Tchoudinov (dir.), Ôðàíöóçñêèé åæåãîäíèê – 2012 [Annuaire d’études françaises – 2012. Bicentenaire de la Guerre patriotique de 1812] », Annales historiques de la Révolution française, 375 | 2014, 218-221.

Référence électronique

Varoujean Poghosyan, « Alexandre Tchoudinov (dir.), Ôðàíöóçñêèé åæåãîäíèê – 2012 [Annuaire d’études françaises – 2012. Bicentenaire de la Guerre patriotique de 1812] », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 375 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13107

Haut de page

Auteur

Varoujean Poghosyan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org