Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vadim Roginski, [Áîðüáà çà Ñêàíäèíàâèþ. Ìåæäóíàðîäíûå îòíîøåíèÿ íà Ñåâåðå Åâðîïû â ýïîõó íàïîëåîíîâñêèõ âîéí, 1805-1815] Lutte pour la Scandinavie. Les relations internationales dans le Nord de l’Europe à l’époque des guerres napoléoniennes, 1805-1815

Moscou, Ves Mir, 2012
Varoujean Poghosyan
p. 221-224
Référence(s) :

Vadim Roginski, [Áîðüáà çà Ñêàíäèíàâèþ. Ìåæäóíàðîäíûå îòíîøåíèÿ íà Ñåâåðå Åâðîïû â ýïîõó íàïîëåîíîâñêèõ âîéí, 1805-1815] Lutte pour la Scandinavie. Les relations internationales dans le Nord de l’Europe à l’époque des guerres napoléoniennes, 1805-1815. Moscou, Ves Mir, 2012, 520 p.

Texte intégral

1Ce gros volume est sorti de la plume de Vadim Roginski, notre confrère russe, éminent spécialiste de l’histoire des pays scandinaves, qui occupe le poste de chef du département de l’histoire moderne de l’Europe occidentale à l’Institut de l’histoire générale de l’Académie russe. Son nom est bien connu depuis longtemps des historiens occidentaux grâce à ses nombreux ouvrages sur l’histoire moderne des différents pays du Nord de l’Europe. Parmi ceux-ci, je voudrais citer son livre sur la Suède et la Russie : l’alliance de 1812 (en russe, Moscou, 1978).

2Vadim Roginski nous présente dans son récent livre le tableau détaillé des relations internationales dans le Nord de l’Europe à l’époque du Premier Empire, en se référant à une documentation impressionnante, surtout aux documents inédits, tirés des archives russes, suédoises, danoises, finnoises et estoniennes. En maîtrisant parfaitement l’abondante littérature rédigée en différentes langues occidentales, il met l’accent, d’une part, sur les relations compliquées entre les pays scandinaves, et de l’autre, sur la politique de différents pays occidentaux, particulièrement celle de la France, de la Russie et de l’Angleterre, à l’égard de cette région. Cette rivalité et la lutte impitoyable que se livraient ces pays ne pouvaient, sans doute, épargner la péninsule scandinave. Notons dès le début que l’auteur a le mérite d’être le premier chercheur à avoir entrepris, en appliquant la méthode historique, l’étude complexe des relations internationales dans le Nord de l’Europe au début du XIXe siècle dans le contexte non seulement régional, mais également européen.

3Vadim Roginski qualifie la période traitée de critique, à bien de points de vue, pour les pays du Nord, en soulignant l’émergence sur la carte de deux nouveaux États, à savoir la royauté de Norvège et le Grand-duché de Finlande. Et c’est probablement pour cette raison que l’un des sujets principaux du livre est le sort de la Norvège (p. 10). Pour donner aux lecteurs la possibilité de s’orienter complètement dans tout ce qui s’est passé à l’époque napoléonienne, il a consacré son premier chapitre (p. 13-112) à l’étude des événements dans les pays scandinaves aux XVIe-XVIIIe siècles, et, en premier lieu, aux tentatives des Suédois pour annexer la Norvège, qui se trouvait à cette époque dans le royaume du Danemark.

4En décrivant les relations internationales avant et après le traité de Tilsit, l’auteur constate, à juste titre que, si la Suède avait adhéré à la troisième coalition, le Danemark aurait préféré, a contrario, se rapprocher de la France napoléonienne ; cette solution fut dictée par les intérêts commerciaux et militaires des Danois (p. 126). Pour ce qui est du traité d’alliance de 1807 entre le Danemark et la France, il en conclut que ce n’est qu’en vertu de celui-ci que la question de la Norvège est entrée dans les carrefours de la diplomatie européenne car Napoléon avait garanti l’intégrité et l’indépendance du royaume unique de Danemark-Norvège.

5En notant que c’est depuis cette période que la question de la Norvège s’est trouvée constamment au centre de l’attention des pays européens, Vadim Roginski montre très bien que celle-ci a causé beaucoup d’inquiétudes, en premier lieu à la Suède, car dorénavant les milieux dirigeants suédois auraient obstinément pour but son annexion.

6Une place de choix est donnée dans son récit également à la question de la Finlande, cédée par la Suède à la Russie en 1809. Vadim Roginski récuse l’idée selon laquelle celle-ci aurait été résolue à Tilsit ; par contre, il est sûr que Napoléon, qu’il ne considère point d’ailleurs comme l’initiateur de cette action (p. 141), n’a approuvé cette conquête qu’à Erfurt. Cependant, l’auteur ne croit pas que celle-ci ait eu des résultats univoques. Certes, la Finlande a été incluse dans l’Empire russe contre sa volonté ; néanmoins, mal gré, bon gré, cette inclusion a contribué à sa transformation en un État qui n’avait certainement pas d’indépendance complète, mais jouissait, par contre, d’une large autonomie, et c’est ce que l’auteur décrit d’une manière convaincante, à travers la discussion des actes constitutionnels octroyés à la Finlande par le tsar russe. En outre, en vertu du traité de Fredrikshamn,celle-ci est devenue un État homogène et national (p. 187).

7Vadim Roginski qualifie l’adhésion de la Finlande à la Russie d’événement très important, ayant une signification beaucoup plus européenne que régionale, car elle est devenue un point de départ pour le redécoupage de la carte du Nord de l’Europe (p. 141). Parallèlement, il indique que les résultats de la guerre ont été reflétés par la révolution suédoise de 1809 car les nouvelles forces politiques, aux mains desquelles ont été concentrés les rênes du pouvoir, s’étaient résignées à la perte de la Finlande. L’auteur met en évidence les conséquences positives de la révolution suédoise : l’anéantissement de l’ordre à demi absolutiste, le passage du pouvoir à la grande noblesse qui penchait vers l’embourgeoisement du développement du pays et la bourgeoise commerciale et industrielle (p. 185).

8L’élection de Jean-Baptiste Bernadotte en 1810 comme prince héritier du trône de la Suède, comme l’auteur l’indique, a été approuvée par Alexandre Ier et Napoléon ; or l’empereur russe le considérait comme un opposant à Napoléon. L’ancien maréchal de Napoléon adopte alors la politique de ses prédécesseurs à l’égard de la Norvège ; il souhaite établir des relations amicales avec la Russie, en caressant le rêve de résoudre la question de la Norvège avec son aide, et il ne se considère ni comme la créature de l’empereur des Français, ni comme l’exécuteur de ses projets (le but de Napoléon était tout d’abord de contraindre la Suède à respecter strictement sa politique du blocus continental, que celle-ci violait constamment).

9Les problèmes que l’auteur aborde dans le troisième chapitre sont d’un intérêt particulier, d’autant plus qu’il apporte beaucoup de nouveautés à l’interprétation des relations diplomatiques avant et pendant la guerre de 1812. Vadim Roginski a sans doute raison de prêter une importance primordiale au traité d’alliance de 1812 entre la Russie et la Suède. C’est la conquête de la Poméranie suédoise par Napoléon au début de 1812 qui a incité Bernadotte à faire auprès du tsar russe des démarches en vue de cette alliance. D’autre part, il ne néglige point le désir d’Alexandre Ier d’améliorer ses relations avec la Suède, ce qui correspondait aux intérêts étatiques et stratégiques de la Russie. Et il me semble que l’attitude bienveillante du tsar à l’égard du rattachement de la Norvège à la Suède, qui a été reflétée dans la clause secrète de ce traité, conclu en avril, en est la meilleure preuve. L’auteur qualifie ce traité « d’une grande victoire de la diplomatie russe » (p. 259), d’autant plus qu’il prévoyait une action combinée militaire contre la France. Il analyse ensuite assez minutieusement la convention conclue entre les deux pays à Abo en août 1812 et il constate qu’en dépit du refus de Bernadotte à prendre part aux hostilités dans lesquelles la Russie s’était engagée, leur alliance a été toutefois raffermie (p. 306), même si la rupture définitive entre la Suède et la France n’a eu lieu qu’à la fin de 1812.

10Vadim Roginski accorde de l’importance aux pourparlers compliqués et secrets entre l’Angleterre, la Russie et la Suède, qui se sont déroulés en Suède au printemps et en été 1812, en mettant en évidence les divergences existant entre les positions de la Russie et de la Grande-Bretagne sur des problèmes bien différents ; primo, l’Angleterre n’a pas cédé aux demandes de la Russie de conclure une alliance militaire avec elle, en se limitant à énoncer le désir de conclure un traité de paix ; secundo, la question du rattachement de la Norvège à la Suède n’était point acceptable pour les Anglais (p. 275, 280). Toutefois, l’auteur explique l’échec de la formation d’une coalition antinapoléonienne à cette époque avant tout par les difficultés financières qu’éprouvait alors l’Angleterre (p. 282).

11Vadim Roginski analyse également en profondeur la campagne de propagande et de reconnaissance secrète menée en 1812 et 1813 par la Suède contre la Norvège, dans le but de s’assurer, avant son annexion, la faveur de l’opinion publique norvégienne par la voie de différentes promesses (il s’agissait du remplacement du pouvoir absolu par une monarchie constitutionnelle, d’un octroi des droits dans les domaines législatif, commercial et fiscal), et d’obtenir, par ailleurs, les renseignements indispensables à la préparation d’une intervention militaire.

12Après la débâcle de la Grande Armée en Russie, la situation changea brusquement en Europe, ce qui allait laisser une profonde empreinte sur le sort des pays scandinaves. Tout d’abord, comme Vadim Roginski l’indique, l’Angleterre adopte une position favorable à la Suède, ce qu’il explique par deux circonstances : la rupture par Bernadotte des relations diplomatiques avec la France et la conclusion d’un traité suédo-espagnol en novembre 1812 avec le gouvernement antinapoléonien de Cadix. Ces deux décisions de Bernadotte semblent avoir énormément contribué à la conclusion du traité d’alliance du 3 mars 1813 entre la Suède et la Grande-Bretagne, qui a alors accepté la possibilité de l’annexion de la Norvège par les Suédois. Quant à l’affermissement des positions de la Suède, il prête une importance beaucoup plus grande au traité d’alliance qu’elle a conclu avec la Prusse le 22 avril 1813. En fin du compte, il constate que ces deux traités ont transformé la question de la Norvège en conflit européen (p. 342).

13À travers les hostilités (la lutte pour Hambourg en 1813) et les pourparlers diplomatiques entre la Russie, la Prusse et la Suède, d’une part, et la France et le Danemark de l’autre, Vadim Roginski suit le sort ultérieur de la Norvège, en accordant une portée majeure à la conférence tenue à Trachenberg en juin 1813, lors de laquelle la Russie et la Prusse ont officiellement accepté la conquête de la Norvège par la Suède (p. 371). Comme les hostilités se sont déroulées en 1813 assez favorablement pour la coalition antinapoléonienne, elle contraint le Danemark à signer le traité de Kiel le 15 janvier 1814, d’après les clauses duquel ce dernier a non seulement déclaré la guerre à la France, mais a cédé la Norvège à la Suède. À cette occasion, Vadim Roginski souligne une fois de plus l’attitude favorable de la Russie, de la Prusse, de l’Angleterre et de l’Autriche à l’égard des intentions de la Suède (p. 397-398).

14La réaction négative des Norvégiens est assez largement étudiée par Vadim Roginski ; elle a conduit à la révolution norvégienne de 1814, qui aboutit à la proclamation de l’indépendance du pays en février, à la convocation d’une Assemblée Constituante (Rigsforsamlingen) et à l’adoption d’une Constitution. Après la première abdication de l’Empereur des Français et la défaite de la Norvège face à la Suède fut, celle-là fut obligée de signer le 14 août la convention de Moss : Bernadotte reconnut la Constitution norvégienne avec certaines modifications et les Norvégiens acceptèrent d’élire le roi de la Suède souverain de leur pays, ce qui a eu lieu en octobre 1814. L’Union suédo-norvégienne a mis un terme à la formation d’un État confédéré, celui du « Royaume uni de la Suède et de la Norvège ».

15Voici les conclusions essentielles de l’auteur : en ce qui concerne le bilan des guerres napoléoniennes pour le Nord de l’Europe, deux nouveaux États sont apparus sur la carte de l’Europe, la Norvège et le Grand-duché de Finlande ; le système bipolaire des États scandinaves a cédé sa place à un système multipolaire ;  deux révolutions ont ébranlé la Suède et la Norvège, en contribuant à l’adoption de Constitutions (d’ailleurs, comme il le note, la Constitution norvégienne est, dans son ensemble, en vigueur à ce jour et elle demeure toujours la plus ancienne parmi toutes les Constitutions actuelles) ; l’obtention de la souveraineté étatique des peuples scandinaves a mis un terme aux différentes guerres entre eux, ainsi qu’entre la Suède et la Russie ; une nouvelle tendance a émergé, celle de la formation des États nationaux.

16Le livre de Vadim Roginski est sans aucun doute une contribution importante à l’étude de l’histoire des pays scandinaves, ainsi qu’à celle des relations internationales de l’époque des guerres napoléoniennes. Il enrichit nos connaissances, d’autant plus que ses interprétations, dont je n’ai pu présenter qu’une partie, sont plus que convaincantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Varoujean Poghosyan, « Vadim Roginski, [Áîðüáà çà Ñêàíäèíàâèþ. Ìåæäóíàðîäíûå îòíîøåíèÿ íà Ñåâåðå Åâðîïû â ýïîõó íàïîëåîíîâñêèõ âîéí, 1805-1815] Lutte pour la Scandinavie. Les relations internationales dans le Nord de l’Europe à l’époque des guerres napoléoniennes, 1805-1815 », Annales historiques de la Révolution française, 375 | 2014, 221-224.

Référence électronique

Varoujean Poghosyan, « Vadim Roginski, [Áîðüáà çà Ñêàíäèíàâèþ. Ìåæäóíàðîäíûå îòíîøåíèÿ íà Ñåâåðå Åâðîïû â ýïîõó íàïîëåîíîâñêèõ âîéí, 1805-1815] Lutte pour la Scandinavie. Les relations internationales dans le Nord de l’Europe à l’époque des guerres napoléoniennes, 1805-1815 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 375 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13109

Haut de page

Auteur

Varoujean Poghosyan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org