Navigation – Plan du site
Articles

L’épiphanie, entre dérision et volonté d’abolition

Epiphany : between derision and abolition
Michel Biard
p. 3-25

Résumés

L’Épiphanie ne pouvait guère laisser indifférents les hommes de la Révolution française, dès lors que ses liens avec la monarchie et le clergé catholique en faisaient une cible fort tentante pour la plume des amateurs de satires en tout genre. Au temps de la monarchie constitutionnelle, où l’arme de la dérision figure en bonne place dans le magasin aux accessoires de ceux qui s’en prennent aux rois en général, puis peu à peu au roi des Français, succède en 1792 une nouvelle ère, celle de la République. Que faire alors de cette désormais encombrante Fête des Rois, solidement ancrée dans les traditions et déjà objet d’intérêts commerciaux ? L’interdire, au risque de mécontenter une bonne partie des citoyens ? En changer simplement la dénomination ? En bouleverser de fond en comble la symbolique sans pour autant toucher au cœur de la réunion festive, autrement dit en laissant le hasard attribuer la fève, mais en substituant au roi un sans-culotte ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Aperçu du début du texte

Depuis les premiers siècles de l’histoire de la Chrétienté, l’Épiphanie, plus connue sous le nom de Jour des Rois ou Fête des Rois, célèbre la visite rendue par les Mages à celui que les Chrétiens nomment « l’Enfant Jésus ». Melchior, Gaspar et Balthazar figurent donc en bonne place dans les récits diffusés à grande échelle par l’Église, mais, davantage que leurs présents ou l’étoile du berger qui les aurait guidés, la tradition de la Galette des Rois a marqué la société française depuis la fin du Moyen Âge et certaines de ses racines remontent jusqu’à l’Antiquité. Chacun connaît cette tradition où une galette, voire un autre gâteau, prête son aspect appétissant au jeu du hasard, avec des parts tranchées et choisies à l’aveugle, parmi lesquelles se trouve dissimulée une fève (réelle ou remplacée, comme aujourd’hui encore, par une figurine). Le convive qui trouve la fève, ou risque de se briser une dent sur la figurine, reçoit le titre de roi et une couronne de circonstance. Comme da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « L’épiphanie, entre dérision et volonté d’abolition », Annales historiques de la Révolution française, 376 | 2014, 3-25.

Référence électronique

Michel Biard, « L’épiphanie, entre dérision et volonté d’abolition », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 376 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13143 ; DOI : 10.4000/ahrf.13143

Haut de page

Auteur

Michel Biard

GRHis – Normandie Université (Rouen)
61 rue Lord Kitchener
76600 – Le Havre
biard.m@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org