Navigation – Plan du site
Articles

« Les forgeurs et les limeurs » face à la machine : la destruction de l’atelier de Jacques Sauvade (1er et 2 septembre 1789)

« The Ironsmiths and skilled workers » confronted by the challenge of the machine : the destruction of the atelier of Jacques Sauvade (September 1st and 2nd 1789)
Luc Rojas
p. 27-52

Résumés

Les 1er et 2 septembre 1789 une foule de quincailliers se rend à Furet-la-Valette, petite commune limitrophe de la ville de Saint-Étienne, où le sieur Jacques Sauvade a installé, sur le cours de la rivière du Furet, un atelier destiné à la confection d’articles de quincaillerie. Au sein de cette unité de production les machines tiennent une place centrale augmentant considérablement la quantité produite mais remplaçant la main de l’ouvrier. Considérant ces mécaniques comme une menace, les quincailliers décident la mise à sac de l’atelier. Ne s’agissant pas uniquement d’une réaction contre un élément générateur de chômage, l’événement en question est également révélateur de certains thèmes traversant la fin de l’Ancien Régime et la naissance conflictuelle de la société industrielle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

La fin d’un « monde »
Le monde des « forgeurs et des limeurs » à la fin de l’Ancien Régime
L’émeute ou le moyen d’expression des craintes d’une communauté
La peur du « chômage » ou la remise en cause d’une économie familiale fragile
La machine de Sauvade ou le bouleversement de l’ordre social
Lutter contre la déqualification du travail
Protéger la ressource énergétique de la communauté
Continuer le conflit après l’émeute : la représentation du bris de machine et de ses acteurs

Aperçu du début du texte

Le phénomène des bris de machines ne se limite pas à l’Angleterre, d’autres espaces connaissent ce type de contestation avant le XIXe siècle. Les écrits de Claude Mazauric, les travaux de Lynn Hunt et les recherches de Jean-Pierre Alline nous rappellent que certaines villes françaises subissent des bris de machines dès le XVIIIsiècle. Cité manufacturière à la fin de l’Ancien Régime, Saint-Étienne affronte ces manifestations durant les années 1780 dont la plus importante et la plus symbolique reste la destruction de l’atelier de Jacques Sauvade les 1er et 2 septembre 1789. Ce dernier installe sur le cours d’eau du Furet au sein de la commune de Furet-la-Valette, constituant de nos jours une partie de la ville de Saint-Étienne, un atelier où des machines doivent fabriquer des fourchettes et des objets de quincaillerie. Les nombreux quincailliers stéphanois se rendent en masse au lieu-dit de la Michalière afin de détruire les « tueuses de bras » enfantées par Sauvade.

L’historiographi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Rojas, « « Les forgeurs et les limeurs » face à la machine : la destruction de l’atelier de Jacques Sauvade (1er et 2 septembre 1789) », Annales historiques de la Révolution française, 376 | 2014, 27-52.

Référence électronique

Luc Rojas, « « Les forgeurs et les limeurs » face à la machine : la destruction de l’atelier de Jacques Sauvade (1er et 2 septembre 1789) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 376 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13146 ; DOI : 10.4000/ahrf.13146

Haut de page

Auteur

Luc Rojas

Université de Lyon-Université Jean Monnet
UMR CNRS 5600 EVS-ISTHME
33 rue du 11 novembre
42023 Saint-Etienne cedex 2
luc.rojas@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org